Boris Nemtsov, l’autre visage de la Russie

Nemtsov est-il le destin contrarié de la Russie, un avenir de grande démocratie parlementaire qu’elle ne connaîtra jamais ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Boris Nemtsov, l’autre visage de la Russie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 mars 2015
- A +

Par Philippe Fabry.

St Basil's Cathedral and the Murder Place credits Jay (CC BY-NC-SA 2.0)
St Basil’s Cathedral and the Murder Place credits Jay (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Au moment où l’Ukraine est dévastée par une intervention russe mal dissimulée qu’il voulait dénoncer, au moment où l’Europe semble revivre une Guerre froide qu’on pensait enterrée, l’assassinat de Boris Nemtsov, quel qu’en soit le responsable, a une puissance symbolique qu’ont peu d’événements de ce genre. Car la disparition de Boris Nemtsov, c’est celle de ce qu’aurait pu être la Russie, et qu’elle n’est pas.

Face à Poutine, Nemtsov représentait l’autre réalité de la Russie : quand Poutine est l’élève médiocre et bagarreur devenu membre de la police politique, Nemtsov était un scientifique, un physicien diplômé, un authentique intellectuel. Quand Poutine luttait contre les « éléments antisoviétiques » dans la région de Léningrad, Nemtsov publiait des dizaines d’articles traitant de physique quantique, de thermodynamique et d’acoustique. Quand Poutine servait le KGB impérialiste dans cette colonie de l’URSS qu’était l’Allemagne de l’Est, Nemtsov s’opposait au gouvernement soviétique et combattait l’expansion près de sa ville natale de Sotchi du parc nucléaire soviétique qui venait de montrer ses fragilités à Tchernobyl. Quand Poutine a fait régresser l’état de droit et la liberté en Russie, au point de lui donner aujourd’hui un aspect proche de celui qu’elle aurait si Guennadi Ianaïev avait réussi son coup d’État en 1991, Nemtsov s’est battu durant trente ans pour un autre destin russe.

La carrière de Nemtsov raconte toute l’histoire du libéralisme en Russie depuis la chute de l’URSS.

Dès 1989, il se présenta à la députation au Soviet Suprême en défendant des thèmes alors radicaux : la démocratie, le multipartisme, la libre entreprise. Elstine, impressionné par son travail d’élu pour la libéralisation du commerce extérieur et la réforme de l’agriculture, fit de lui le gouverneur de Nijni-Novgorod en 1991, où il fut réélu par le vote populaire en 1995 (Poutine devait supprimer l’élection des gouverneurs en 2004).

Les réformes économiques libérales qu’il conduisit amenèrent une vigoureuse croissance économique dans son oblast, ce qui lui valut les éloges de Margaret Thatcher lors de sa visite à Nijni-Novgorod en 1993.

En 1997, il devient vice-premier ministre chargé de la réforme du secteur de l’énergie, et en particulier de la délicate restructuration des monopoles hérités de l’ère soviétique. Il apparaît à cette époque comme le favori pour les prochaines élections de 2000, recueillant 50 % d’intentions de vote dans les sondages et présenté par Elstine lui-même comme son successeur.

Sa fulgurante ascension fut interrompue par le krach russe de 1998 et la crise qui suivit, qui plongea la Russie dans le désarroi, de nombreux fonctionnaires n’étant plus payés. Durant la crise, Nemtsov est demeuré fidèle aux idées qu’il défendait et avait mises en pratique, et il fut naturellement victime du même discrédit.

En 1999 il fut co-fondateur du parti libéral Soyouz Pravykh Sil, l’Union des Forces de droite, défendant le libre marché, les privatisations, qui réunit 8,6 % des voix aux élections législatives ; Nemtsov lui-même fut élu député à la Douma. Il prit la tête du SPS en mai 2000, deux mois après l’élection de Vladimir Poutine.

Hostile à la « verticale du pouvoir » portée par Poutine, qu’il percevait comme une régression au plan de la démocratie et des libertés publiques, Nemtsov était en position délicate à la tête du SPS, et contraint au compromis avec son co-président Anatoly Tchoubaïs. Ce dernier, favorable à un rapprochement avec le pouvoir, fit perdre à Nemtsov une grande partie de ses soutiens au parti libéral, devenu insipide.

Lors des élections législatives de décembre 2003, le SPS ne recueille ainsi que 4% des voix, et perd tous ses sièges à la Douma ; Nemtsov assume la responsabilité de la défaite et démissionne de la tête du parti.

Il devint ensuite président du conseil d’administration d’une banque qu’il quitta à la suite de l’annonce, en décembre 2005, du lancement de poursuites pour blanchiment à l’encontre de cet établissement, craignant que ces poursuites n’affectent son combat politique. Il soupçonnait par ailleurs que ces poursuites fussent motivées par la proximité de la banque avec Mikhaïl Kasyanov, premier ministre de 2000 à 2004 qui envisageait de se présenter contre Medvedev en 2008. Nemtsov lui-même avait renoncé à se présenter pour ne pas disperser les voix libérales, censées se concentrer sur Kasyanov, mais ce dernier fut finalement écarté par la Commission électorale au motif que 13,36% des deux millions de signatures nécessaires à sa candidature étaient invalides, ce qui facilita la victoire de Dmitri Medvedev, élu avec 70% des suffrages dès le premier tour.

En décembre 2008, six mois après l’élection de Medvedev, Nemtsov fonde avec Gary Kasparov le mouvement Solidarnost, inspiré du Solidarnosc polonais, avec l’espoir d’en faire le lieu de rassemblement de tous les opposants au régime de Poutine.

En 2009, il est battu à l’élection pour la mairie de Sotchi, par 77% des voix contre 14 %. Il conteste le déroulement de la campagne et des élections, affirmant avoir eu un accès restreint aux médias et dénonçant les pressions exercées sur les fonctionnaires locaux du gouvernement pour qu’ils votent pour son rival.

Le 16 décembre 2010 Poutine affirma, à la télévision, que Nemtsov et d’autres libéraux, dans les années 1990, s’étaient enrichis en détournant massivement de l’argent public et ne cherchaient à revenir au pouvoir que pour se remplir à nouveau les poches.

En mai 2011, le ministère de la Justice refusa d’enregistrer le nouveau Parti de la Liberté du Peuple, fondé notamment avec Mikhaïl Kasyanov.

Entre 2007 et 2011, Nemtsov fut arrêté à plusieurs reprises, sous des motifs divers, et qualifié par Amnesty International de « prisonnier politique ».

Ses derniers grands combats furent celui contre la corruption, en particulier celle affectant des chantiers pour les Jeux Olympiques de Sotchi sur lesquels il publia une enquête accusant Poutine et ses proches de détournements massifs d’argent public, et contre la guerre en Ukraine, pour laquelle il préparait un documentaire dénonçant la présence de soldats russes auprès des séparatistes du Donbass.

Si la crise de 1998 n’avait pas jeté un tel discrédit sur les libéraux russes, la privatisation, le libre marché et le recul de l’État, si Vladimir Poutine n’avait pas été nommé par Elstine directeur du FSB puis président du gouvernement, et n’avait pas bénéficié de la mobilisation opportune du peuple russe derrière son gouvernement après les attentats, attribués très rapidement aux Tchétchènes, qui lui permirent de passer de 3% des intentions de vote en 1999 à une élection triomphale en 2000, dès le premier tour, la face de la Russie en eût peut-être été changée : Nemtsov, président, aurait pu engager des mesures de libéralisation et de lutte contre la corruption semblables à celles qui furent menées par Saakachvili en Géorgie. L’économie russe, aujourd’hui, serait vraisemblablement plus diversifiée et plus prospère, et la Russie moins corrompue, et plus libre.

L’assassinat de Boris Nemtsov est la manifestation d’un échec retentissant du libéralisme en Russie. Faut-il en déduire que Nemtsov représente le destin contrarié de la Russie, un avenir de grande démocratie parlementaire qu’elle ne connaîtra jamais ?

Non : ce que représentait Boris Nemtsov est le vrai destin de la Russie.

Poutine est une boucle, une récurrence historique, un retour en arrière provisoire qui aurait déjà pu avoir lieu si Ianaiev avait réussi son coup d’État en 1991. Poutine répète, en un hoquet, la Russie de Brejnev comme chez nous Napoléon III fut une répétition inutile et néfaste de Napoléon Ier, récurrence qui aurait pu se répéter encore dans les années 1880 si le général Boulanger avait réussi son propre coup d’État ; son échec fut le triomphe de la IIIe République, la période la plus libérale de l’Histoire de France.

Je ne sais si, lorsqu’il a été touché par les balles de ses tueurs, Boris Nemtsov a crié. Mais je sais que sa mort est un cri, un cri adressé à tous les libéraux d’Europe, et spécialement à ceux de France. Les libéraux, en Russie, sont dans l’opposition. C’est à eux que doit aller notre sympathie, eux que l’on emprisonne, eux que l’on tue.

Il était le négatif de Vladimir Poutine, son alternative historique, hélas manquée, mais toujours possible. Boris Nemtsov a été assassiné dans la nuit du 27 au 28 février dernier, sur le Grand pont de Pierre, à Moscou.

Voir les commentaires (135)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (135)
  • C’est vraiment tragique, la Russie avait un bel avenir économique avec des ressources énergétiques certes mais aussi une grande histoire et territoire lui donnant un énorme potentiel touristique sans oublier une population relativement bien éduquée dans l’ensemble et tout à construire en termes d’infrastructures et d’entreprises non énergétiques. Bref un état prospère, moderne et vivant en paix avec ses voisins qui se débarrasserait assez vite de son image soviétique avec une intégration progressive avec l’Europe et des relations apaisées avec les USA.

    Au final l’économie du pays s’écroule à vitesse lente mais croissante, la population voit à nouveau son niveau de vie baisser, l’image du pays est profondément écornée, des centaines de milliards de $ d’investissements et de richesse sont perdus, le PIB du pays est retombé au même niveau que l’Espagne sous l’effet de la chute du rouble malgré une population 3 fois supérieure, le pays a stoppé sa marche vers la diversification et le pays s’étatise et devient un Etat mafieux avec l’appui des religieux et des militaires. Avant même le conflit ukrainien l’économie russe commençait à stagner et l’avenir à long terme allait vers une croissance modérée qui menaçait son statut de pays émergent mais là c’est considérablement pire.

    La Russie est en grave déclin, une fois encore.

    • Vous faites beaucoup de crédit politique à cet homme. Plus qu’il n’en mérite si on en croit tous les sondages.
      Par ailleurs, vous semblez tirer des conclusions elles mêmes établies à partir de données parcellaires et de faits tronqués.
      Comment voulez-vous comprendre alors les enjeux?
      Quel est le dessein poursuivi par les militants géostratégiques tels que Soros? Comment inscrivez-vous la politique US vis à vis de l’UE et de la Russie dans cette équation?
      Rappelez-nous les frasques de la clique des experts économiques d’Harvard lors de la chute de l’ex-URSS qu’ils étaient supposés conseiller? A cette aune, quelle confiance peut faire un pays en voie de normalisation (que je hais cette expression totalitaire et froide) à ceux qui prétendant les aider les pillent?
      La liste est très longue. Aussi longue que la litanie de faux procès, de procès d’intentions et de manipulations grossières dont une partie de l’Occident s’est rendu coupable. Il n’y a là aucune intention de comprendre, uniquement de manipuler l’opinion et de faire sortir Poutine de ses gonds. Car c’est le seul enjeu. Il s’agit de faire plier la Russie d’une manière ou d’une autre et pour ce faire de provoquer l’erreur de Poutine qui le rendrait infréquentable (où avons nous déjà vu se jouer ce scenario? hum…) et le remplacer par des gens « raisonnables ». Comme des oligarques. Comme des oligarques ukrainiens par exemple?

      Vous parlez démocratie, mais rien dans ce qui sous-tend les actions occidentales tant vis à vis de la Russie que des peuples européens n’a rien de démocratique. Et ce de la bouche même de ses dirigeants.

      • Blablabla vous êtes LOURD ! Je vous parle de REALITE ECONOMIQUE, de CHIFFRES, bref le réel.
        Vous vous gesticulez sur des suppositions et l’idéologie.

        Ne déviez pas du sujet, l’économie russe est dans la nasse complète et ça c’est uniquement dû aux erreurs du mafioso Poutine, économiques comme géopolitiques.
        Bref, gestionnaire lamentable = résultats lamentables.

        C’est la seule réalité qui prévaut car documentée.

  • Amusante cette vision qu’a l’occident de la Russie……

    (cette meme Europe qui soutient le gouvernement illegal ukrainien et ses milices neo-nazies,….. oups ! il ne fallait pas en parler !).

    Et quel est le constat que l’on pourrait dresser objectivement sur la France ou l’Europe occidentale : economique, politique, societal…. ?

    Donc, un peu de recul ! Rien n’est parfait, et gardons-nous de donner des lecons !

    • Oui comme votre vision amusante d’y voir sans cesse que des néonazis chez les ukrainiens pro-occidentaux tout comme votre amusante vision d’un gouvernement illégal ukrainien dont je vous rappel fut élu démocratiquement en 2014 et dont le parti néonazi n’a que récolté que quelques pourcents tant au législatives qu’à la présidentielle.

      Hé oui ça continue les extrémistes sur Contrepoint reviennent en force soutenir ou trouver des excuses pour l’ami Poutine.

      D.J

      • Ces individus font d’ailleurs très peur.
        Nous parler de nazis ukrainiens alors que Poutine finance et soutiens l’extrême droite partout en Europe, partis ayant tous la particularité d’être pro-russes, anti-immigrés, anti-juifs, anti-américains, anti-gays, anti-Europe…Le danger nazi c’est en Russie qu’il se trouve, le reste c’est dans leur cerveau tordu ^^

    • Vous devriez faire comédien, j’ai crû que vous étiez sérieux mais ça n’est décidément pas possible de balancer des âneries pareilles sans s’étouffer de rire alors je vous dis bravo, vous avez failli m’avoir 😀

    • Un « gouvernement illegal », ça n’existe PAS.

  • Petite leçon de choses pour ceux qui n’avaient pas bien saisi la véritable nature de l’Obèse russe. En France particulièrement, quelques piqûres de rappel semblent nécessaires.

    Evidemment, cela n’exonère pas, par effet de contraste, l’Obèse franchouillard de ses propres turpitudes. En effet, voler les honnêtes citoyens ou leur mentir comme on respire, n’est pas mieux que les tuer. Ces crimes sont exactement de même nature.

    Toutes les institutions immorales, en France ou en Russie, finiront par s’effondrer.

    • En effet cela ne dispense pas de faire son autocritique (sinon on ne vaudrait pas mieux que des poutinistes) mais je pense qu’il y a une différence de nature entre l’absurdité des sociales démocraties et le totalitarisme russe.

      • Je vous accorde une différence de degré, pas de nature. Quoique… Voler, mentir ou tuer pour satisfaire l’obsession du pouvoir à tout prix consiste dans tous les cas à déshumaniser l’autre. La nature de ces divers pouvoirs illégitimes et de leurs abus est identique, intrinsèquement immorale.

        • Je suis d’accord sur la caractère intrinsèquement immoral mais j’y voit une différence de nature dans le sens ou ce sont des profils de dirigeants complètements différents.

          Le dirigeant social-démocrate est globalement inculte, pas fondamentalement mauvais, il pense que la démocratie a pour but de choisir a qui on prend de l’argent et à qui on va le donner. Il prend d’abord des décisions en fonction de ses visés électorales, mais il peut aussi lui arriver d’écouter un lobby économique qui lui donnera 300 pages de règlementations toutes neuve ou idéologique qui lui fera passer une loi qu’il ne comprend même pas. De temps en tant quand il s’aperçoit que c’est vraiment la merde il demandera sont avis à un conseiller qui sera plus ou moins un imposteur selon les cas. La seule chose qui peut sauvé une social-démocratie c’est que réformer paye électoralement.

          L’autocrate est en général plus intelligent et meilleur stratège, il a été plus dur pour lui d’arriver au pouvoir car gravir les échelons est risqué dans ce genre de régime. Il dirige avant tout pour lui et son clan mais il a des « grands projets » pour le pays. Sa mégalomanie l’empêchera de voir qu’il va droit dans le mur et il mettra cela sur le dos des étrangers et de son opposition. Le régime deviendra donc de plus en plus dur si par malchance il ne revient pas à la raison. La seule issue est une révolution, en espérant qu’elle ne ramène pas un nouvel autocrate.

    • c’est sur que dans l’histoire, on sera tous mort …

  • Incroyable littérature que ce texte. Une suite de propos partisans, des contrevérités consternantes.mais tellement necessaires à la dialectique d’une Europe sur le déclin. J’espère au moins que l’auteur est rémunéré pour un tel travail. Comme dirait Valls, merde quand même!

    • C’est la Russie qui est en déclin, avec un PIB passé de 2100 milliards de $ en 2013 à 1200 milliards de $ en 2014, Poutine a vraiment foutu son pays en l’air, un gestionnaire bien pitoyable, même mon chien saurait mieux gérer l’économie russe c’est pour dire !

      • Certes pour le pib russe mais dans les 2100 milliards d’€ du pib français , on a la production / consommation de 6000000 de fonctionnaires et agents de l’état , d’un million d’emplois d’assoc souvent subventionnés , de la production d’entreprises publiques sous perfusion type SNCF ainsi que de la production de millions de retraités …
        Finalement , débarrassé des agrégats spécifiques qui précèdent , quel est le pib réel , sur base produit réel français ?

        • La Russie aussi a une énorme part de dépenses publiques et fonctionnaires dans son PIB donc bon son PIB marchand serait diminué d’autant, sinon plus.

      • Eh bien documentez: les chiffres de l’économie russe depuis 2000 (arrivée de Poutine au pouvoir) sont très bons, comme ceux de la démographie, qui était catastrophique et se redresse .

        En parité de pouvoir d’achat et en USD constants, malgré la crise pétrolière et les sanctions américaines, ça donne ça :

        http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=RUS&codeStat=NY.GDP.MKTP.PP.KD&codeStat2=x

        C’est encore meilleur si on prend le PIB par habitant, la pop russe ayant cessé de décliner seulement il y a 5 ans (ce dont Obama ne semblait pas être informé ds un récent discours..) .

        Je ne suis pas Poutinolâtre. Je déteste juste la mauvaise foi systématique et l’aveuglement idéologique.

    • @ Armouf,

      ça vous pose un problème que l’on soutient des libéraux sur un site libéral?

      D.J

      • On a en effet de plus en plus de bas du front identitiares qui énervés par le montant de leurs impots se sont cru libéraux.

        • Et ça devient agaçant, ça ressemble à une propagande massive, ils sont partout.
          Ces gens là n’ont pas de vie et consacre tout leur temps à polluer le web francophone ou quoi ? Ou ils sont payés avec de l’argent russe pour le faire ?

          • C’est même extrêmement inquiétant, alors que l’on n’est pas en Russie on ne peut même plus critiquer le régime russe sans que la police politique arrive, difficile de faire plus Orwellien.

            • Et c’est pour ça qu’il faut critiquer haut et fort, c’est tout ce qu’ils détestent, ils cherchent à étouffer la vérité par le nombre. En tout cas moi je ne me gêne pas pour parler de l’état lamentable de l’économie russe, rien de tel que de bons chiffres économiques pour saper ces gens là 😉

              • C’est ce que je disais dans un article précédent, la 5ème colonne est sur le web, occupée à pourrir et troller en permanence tous les fils de commentaires dès que Poutine, la Russie ou l’Ukraine font l’objet d’un commentaire défavorable. On les voit alors tous sortir, les commentateurs d’un jour.

                • On se demande si vous répétez pour un spectacle ou si vous êtes sincères.
                  C’est si faussement outré que cela en est pathétique.
                  Bref, cela me rappelle la fameuse radicalisation proposée par Bush: « vous êtes soit avec nous soit contre nous »…
                  Lamentable en tout cas de vous lire ainsi. Pas un poncif ne nous sera épargné. Et vous avez le culot de parler de 5ème colonne? Commencez par avancer une argumentation digne de ce nom et on en reparlera.
                  « On a en effet de plus en plus de bas du front identitiares qui énervés par le montant de leurs impots se sont cru libéraux. » « Propagande massive »… « on ne peut même plus critiquer le régime russe sans que la police politique arrive ». Vous rendez-vous simplement compte de la teneur de vos jérémiades? Et vous vous prétendez libéraux? Glaçant.
                  Je ne lis dans vos propos que radicalisation, approximations et emphases. Et vous prétendez juger d’autres bas du front?

                • De toute façon ils ne changeront rien au fait que Poutine et la Russie sont impopulaires en Europe et que leur image s’est sérieusement dégradé. Si je me souviens bien l’année dernière un sondage disait que seuls 13% des Français avaient une bonne opinion de Poutine. Encore heureux ^^ »

            • Donc la police politique, ce sont ceux qui ont un avis différent de vous sur les velléités d’envahissement de l’Europe par Poutine, ou qui pensent que l’éclatement de l’URSS a un peu changé les choses (contrairement à vous), et qui vous le font savoir de manière argumentée?

              Trolol 😉

              • C’est ceux qui ramènent éternellement les mêmes arguments et qui ne répondent jamais à ce qu’on leur dit, voir qui changent de pseudo pour nous obliger à tout recommencer au cas ou c’est vraiment quelqu’un d’autre. Technique de trolling industriel connue…

                Par exemple pendant des mois j’ai posté cet article:
                http://claysbeach.blogspot.fr/2014/07/us-recordings-on-pro-russian-downing-of.html

                Personne ne m’a jamais répondu et à chaque nouvel article on revient me parler du « faux enregistrement ». Alors oui au bout d’un certain moment je doute de la bonne foie de mes contradicteurs. D’ailleurs vous ne m’avez toujours pas expliqué la différence fondamentale entre l’eurasisme et le soviétisme d’un point de vue géopolitique.

            • Il est intéressant que vous qualifiiez d’orwellien le libre débat entre citoyens libres.

              C’est le problème avec les libéraux: ils ne sont pas libéraux; ou seulement quand ça leur profite.

  • Reprenons.
    – L’époque à laquelle la carrière politique de Nemtsov a été bâtie correspond peu ou prou aux années Eltsine, ou des tas d’oligarques, anciens dignitaires communistes, ont fait main basse sur l’ensemble des actifs de l’économie, pendant que l’ensemble population crevait dans la misère. On appelle cette période « libérale ».
    Rien n’est plus anti-libéral que ce capitalisme de connivence, dont Nemtsov est l’incarnation, et les russes rejettent massivement tout ce qui rappelle cette époque là.
    – Eclipsé par d’autres figures de l’opposition (Navalny, Ziouganov, Prokhorov, Mironov), Nemtsov n’était qu’un acteur de second plan dans une opposition relativement marginalisée.
    – En effet, Poutine, avec un taux de popularité record, n’était pas spécialement menacé par une opposition peu audible et par un Nemtsov dont le parti n’a même pas atteint 1% aux dernières élections
    – En outre, Poutine, sous pression occidentale, aurait pris de gros risques en souhaitant mettre un terme à la vie d’un opposant marginalisé, au risque de renforcer les suspicions et la réprobation qui pèse sur son régime
    – Par ailleurs, l’assassinat en pleine rue, à deux pas du Kremlin, devant les caméras de surveillance, n’est pas franchement la marque de fabrique des services secrets russes, qui agissent justement un peu plus en secret…
    – Enfin, à la lumière de tout cela, à qui profite le crime ? Sans doute pas à Poutine.

    • le pire dans tout cela, c’est que l’agression occidentale contre le monde russe ( … ) renforce poutine, et marginalise ses opposants, voire les envoie à la mort, comme la déclaration de guerre en 14 a envoyé jaurés au trépas, comme le manifeste de brunswick a fini par couper la tête à louis 16.

      quel gâchis !

      • En Angleterre Charles Ier a été décapité sans qu’il n’y ait jamais de manifeste de Brunswick. Tout le travail de l’historien est de bien voir où sont les causes déterminantes et où sont les épiphénomènes.

      • Le seul agresseur ici c’est la Russie, ne réécrivez pas l’Histoire pauvre fou.
        Poutine n’a pas été renforcé du tout, attendez de voir les russes regarder leur portefeuille et voir qu’il n’est pas aussi rempli qu’avant, attendez de voir l’effet des pertes d’emplois, on va rire 😀
        Oh il va rester au pouvoir, vous en faites pas pour ça, mais sa légitimité elle va en prendre un coup 😀

        Poutine sera vu par l’Histoire comme celui qui aura détruit l’économie russe et lui aura fait perdre des centaines de milliards de $, et tout ça pour quoi ? Une partie pauvre du territoire ukrainien et à l’industrie vieillissante tout ça à cause de la peur de voir une révolution Maïdan en Russie.
        La Russie aura aussi perdu son pouvoir énergétique sur l’Europe vu que les pays diversifient désormais leur approvisionnement, et l’image du pays a été sérieusement écornée dans le monde : le pays donne l’image d’un pays coincé au siècle dernier, militariste, improductif, hostile.

        Mon Dieu, une gestion aussi lamentable pourrait figurer dans le Guiness Book tant c’est incroyable de nullité.

        C’est ça l’idole des extrémistes et néonazi ? Un loser qui a mis l’économie de son pays au tapis et bousillé l’image de son pays ? Eh ben, on a vraiment pas les mêmes valeurs. Que les losers restent entre eux, car au final ils vont ENCORE perdre comme la Russie est en train de perdre. La crise du Rouble en Décembre m’a d’ailleurs fait saliver, c’était la première salve de la défaite russe et poutinienne 😉

        •  » le seul agresseur ici, c’est la russie …  »

          oui ! oui ! on a bien compris que vous etes un specialiste impartial …

        • Poutine, c’est un Chavez de droite =p

        • Je sors d’une conférence du patron du Novotel de St Petersbourg. L’afflux de touristes prévu cet été est supérieur à celui de l’an passé et le groupe Accord va ouvrir une quizaine de nouveaux hotels à court terme.
          Russie isolée, Russie honnie, Russie ruinée youkaïdi youkaïda

        • @Scoobi
          « L’agression occidentale contre le monde russe… »
          Rien que cela, l’Occident contre le monde RRRusse ?
          Les français s’en tamponnent de la Russie, les italiens aussi, les espagnols, les portugais, les canadiens, les australiens … Enfin bref, cela fait du monde qui s’en tape de votre Russie.
          Maintenant, si sanctions eco il y a, ah bien, pas de veine, fallait pas mettre la main dans le pot de confiture comme un gros lourdeau du XXe siècle.

          • Exactement !
            D’ailleurs fait intéressant : on s’attend à une baisse de 8% de la production russe de pétrole sur 2016/2017 car les sanctions occidentales empêchent les investissements dans de nouveaux gisements, surtout dans le schiste sibérien.
            Si les Russes veulent la prospérité ils devront en effet arrêter de se croire en 1914.

          • « les français s’en tamponne de la russie  »

            si vous le dites ! sauf que sur le terrain, les contre sanctions de poutines ont déclenché une crise agricole trés grave alors que les effets de la dernière ( 2009 ) n’étaient pas encore guéris … un des effet de cette crise va etre que le monde rural va voter encore plus fortement que prévu pour le FN aux prochaines élections.

            personne ne connais l’avenir, mais pour moi, l’opération  » transformation de l’ukraine en parte avion US  » va finir comme celle de la baie des cochons, comme le mensonges du golfe du tonkin, comme le mensonge des armes de destruction massive, par des milliers de morts pour rien et par un retour de boomerang dans la gueule de ceux qui l’on lancé …

            faire faire de la géopolitique à un cow boy, c’est à peut prés aussi efficace que de faire gèrer les digues du yang tsé à une compagnie de ragondins …

            • Mais qu’est ce qui vous dit que le peuple ukrainien ne souhaite pas devenir ami de l’occident ? Ce que lui interdit la Russie. C’est ce qu’on fait la plupart des pays d’ex-URSS et ils s’en sortent très bien, il serait temps d’arrêter d’ignorer cette réalité…

              • et pourquoi vous voulez vous arrêter à l’ukraine ? les russes aussi veulent faire partie de l’europe ! à pas depuis hier …

            • @scoobi
              « transformation de l’ukraine en parte avion US » dans vos délires…
              Vérifiez sur Bellingcat d’où viennent la grande majorité des armes.

              Bref, pour l’instant, c’est plutôt la transformation en base lance-missile russe (ooops merde l’avion).

        • « Mon Dieu, une gestion aussi lamentable pourrait figurer dans le Guiness Book tant c’est incroyable de nullité. »

          Vous pourriez nous développer un peu la politique économique, budgétaire et fiscale russe au cours des 10 dernières années par exemple (ou sur un plus long terme par exemple), qu’on comprenne d’où elle partait, et pourquoi Poutine s’est planté sur toute la ligne?

          Vous dites des mots rigolos et enchaînez les poncifs, mais en terme d’argumentation, c’est un peu léger pour l’instant, et soyez certain que les néonazis et les extrémistes seront ravis de vos lumières 🙂

      • « l’agression occidentale contre le monde russe »

        A part la Russie et la Biélorussie le « monde russe », si tant est que cela existe, est de notre coté. Encore raté.

        • Et puis il suffit de regarder les pays de l’ex-URSS aujourd’hui pour voir quel modèle écrase l’autre : la Biélorussie est dans un état lamentable et l’Ukraine d’avant guerre et pro-russe était en récession depuis des années et dans un état calamiteux, alors que les pays Baltes et surtout la Pologne, pays libéraux et pro-occident, ont fait des progrès remarquables et sont quasiment au stade de pays riches maintenant.
          Être allié des russes ou suivre la politique poutinienne c’est l’assurance d’être pauvre et politiquement dominé par la dictature du Kremlin.

          D’ailleurs fait très amusant : La Lituanie, qui achetait 100% de son gaz à la Russie avant 2014, a fait en sorte que la Norvège fournisse désormais 50% de ses besoins en gaz et la compagnie nationale du gaz a passé un contrat avec une entreprise américaine pour acheter du gaz de schiste US grâce à un terminal en cours de construction. Donc la Russie a perdu plus de lam oitié de ses parts de marché en Lituanie grâce à sa politique atroce, et d’autres pays cherchent à faire de même, notamment la Pologne tandis que le Royaume-Uni, qui n’achète pas de gaz russe mais aurait été tenté avant 2014 de commencer à en acheter, fait tout pour bloquer les tentatives d’importations de ce gaz. La Russie s’est vraiment tiré un boulet de canon dans le pied à long terme !

        • A part la Russie et la Biélorussie le « monde russe », si tant est que cela existe, est de notre coté. Encore raté.

          C’est beau , la propaganda qui consiste à faire croire que  » notre côté » , soit la Grande Europe ( de Brest à Brest Litovsk…) , les usa fonctionnent ensemble et que leurs populations les suivent !!!!mdr!!!

          • Le monde libre a gagné la guerre froide avec une cinquième colonne communiste qui gangrénait une énorme partie de la société, la situation actuelle est moins alarmante.

    • bravo , tout est dit .

    • Venez pas polluer la propagande atlantiste avec votre bon sens et vos faits.

    • Ecellent commentaire, qui résume parfaitement le débat. Si Nemstov était libéral, au diable le libéralisme!

  • le règne de napoléon 3 c’est quand même déroulé sous des hospices trés favorable à l’économie et la seconde partie est considéré comme plutot libérale d’un point de vue politique. quand au général boulanger, ce ne fut guère qu’un pétard mouillé …

    • Il y a eu de bons résultats économiques malgré Napoléon III, pas grâce à lui.

      • l’empire libéral ( 2 éme partie du règne ) s’est faite sur impulsion personnelle de Napoléon 3….

        • Oh, au secours, je suis démasqué, je suis un historien nul qui ne sait pas de quoi il parle quand il évoque le Second Empire…

          • Je ne suis pas historien comme Mr Fabry mais j’ai eu des cours d’histoire et je me renseigne ( Internet ) et la bio de Napoléon 3 par Philippe Seguin ( Napoléon le Grand) !!!

            Je sais que l’empire de Napoléon 3 a eu deux phases ( une première , autoritaire de 1852 à 1860) et une seconde libérale de 1860 à 1870 ( Ah ce coquin de Bismarck et la dépêche d’Ems !!!)

            La phase libérale , commencée en 1860 a vu , à son début l’arrêt du protectionnisme par traité avec la Grande Bretagne , une sèrie de mesures de libéralisations politiques ( presse ) et économiques ( état ferroviaire!!!) et a culminé avec le sénatus consulte de 1870 , qui validait la politique libérale de Napoléon 3.

            Mais nous n’avons pas eu de chance , nous sommes tombé sur Bismarck , Moltke , le canon Krupp qui se chargeait par la culasse !!!
            Mais vous avez raison , ce libéral de Napoléon 3 était un autoritaire qui avançait masqué !!!! lol …

            • Bien sûr que Napoléon III était autoritaire. Il a été contraint à une évolution libérale par la force des choses. Mais la prospérité du temps, on la doit aux libéraux qui se sont battus pour l’ouverture libérale du régime et aux grands entrepreneurs du temps comme les frères Pereire. Si Napoléon III n’avait pas pourri dès le début la IIe République, on aurait pas perdu 15 ans.

              • Il ne vous est pas venu à l’idée que Napoléon 3 pouvait réfléchir par lui même , comparer des pays entre eux ( il avait longtemps vécu hors de France ( GB , Suisse ) et savait peut -être de quoi il parlait quand il a poussé à la mise en place d’un système économico politique plus libéral…
                un indice , c’est quand même lui qui avait commis un bouquin intitulé  » extinction du paupérisme « …
                Alors , détester Napoléon 3 avec Victor Hugo ( il lui avait refusé le ministère de l’enseignement en tant que Prince Président ) mais réfléchir aussi !!!

    •  » le règne de napoléon 3 c’est quand même déroulé sous des hospices trés favorable à l’économie et la seconde partie est considéré comme plutot libérale d’un point de vue politique  »

      Sous Napoléon III Il y avait le délit de coalition faite aux ouvriers qui interdisaient à ces derniers de se réunir pour défendre leurs intérêts. Délit de coalition que Napoléon III abolit. Mais ce fut grâce au libéral Emil Ollivier qui a sut convaincre l’empereur d’abolir ce délit de coalition faite aux ouvriers.

      D.J

  • Même si les résultats du régime Poutine sont mauvais sur tous les points, après 70 années de communisme, le peuple russe est habitué à la galère. S’ils veulent le dégager, qu’ils le fassent. Mais sa popularité reste étonnement forte, malgré les dégâts liés à sa politique et aux sanctions atlantistes. Je suis sidéré de voir encore et toujours cette saleté de mentalité « hawks » en provenance des US nous pourrir le débat concernant la Russie.
    Oui le régime russe est idolâtré par bon nombre de partis d’extrême droite européens. Et Pravy Sektor, Svoboda, c’est du nougat??? L’Europe joue exactement au même jeu en Ukraine, et pourtant personne ne tique quand Fabius serre la poigne du président de Svoboda.
    Quand au pauvre Nemtsov, je suis étonné de voir tout le ramdam médiatique autour de sa mort. Un type qui était connu par à peine 50% de la population (les plus vieux, qui ont connu la période Eltsine), dont le parti faisait autant de voix que Cheminade, érigé en opposant du régime??? Ce serait un peu comme assassiner Robert Hue…

    •  » Mais sa popularité reste étonnement forte, malgré les dégâts liés à sa politique  »

      Popularité en trompe l’œil; Beaucoup de journalistes en Russie sont arrêtés comme certains opposants politiques sur des prétextes de violation de la loi. Pareil pour les sites internets. Le pouvoir du Kremlin les bloquent quand cela est nécessaire pour préserver son image de marque. En Russie généralement les grands médias reçoivent des aides publiques et de ce fait sont très influencé par le pouvoir et sa propagande. L’état russe finance également des journaux gratuits à sa solde faisant une forte concurrence au médias quelque peu  » libres « . Le pouvoir Russe peut ainsi inonder le pays de sa propagande en sa faveur dans les divers médias qui dominent le pays donnant ainsi l’illusion aux russes que le pouvoir en place mène une politique en sa faveurs et que les problèmes économiques en Russie ne viennent pas de Poutine et de sa politique mais d’occident et des Etats-Unis.

      D.J

      • Ben voyons. les russes sont des sous-hommes, mi moutons, mi dindons, qui obéissent tous à ce que leurs merdias subventionnés ordonnent… Pour une partie de la population, je veux bien le croire… Mais 87% d’approbation, c’est ou complètement mitonné, ou bel et bien un aveux d’aversion totale aux injonctions occidentales, partiellement conditionné par les medias aux ordres du Kremlin, mais aussi partagés par le reste de la population. Que ça nous plaise ou non.

        • « Ben voyons. les russes sont des sous-hommes, mi moutons, mi dindons, qui obéissent tous à ce que leurs merdias subventionnés ordonnent… »

          La même population qui a mit en place l’horreur soviétique (dont Poutine ne revendique d’ailleurs…), non, impossible…
          Le problème d’une majorité du peuple russe c’est qu’ils refusent de faire leur autocritique, quand ils réaliseront que l’URSS était une des pires horreur de l’histoire de l’humanité la Russie ira beaucoup mieux.

          • Ne vous en déplaise, l’URSS avait quelques belles réussites, notamment dans le niveau d’éducation de la population.

            • Ah ben voilà, on les reconnaît les poutinistes qui volent de site d’actualité en site d’actualité pour répandre leur propagande : sur les sites libéraux, ce sont les seuls à arriver à dire du bien de l’URSS.

              • Et il faut le faire vu le désastre que c’était.
                ça me rappelle ceux félicitant le régime nazi en disant qu’au moins Hitler a su donner du travail à son peuple, ce qui est effrayant. A croire que certains personnes aiment tellement les perdants qu’ils se refusent à voir les échecs de ces modèles. C’est ce qui les différencie des vainqueurs qui eux préfèrent voir ce qui marche.

            •  » Ne vous en déplaise, l’URSS avait quelques belles réussites, notamment dans le niveau d’éducation de la population.  »

              C’est clair que les camps de rééducation c’est pas ce qui manquait en URSS.

              D.J

            • Oui LaMouette, les Russes étaient tellement éduqués qu’ils devaient lire en cachette les journaux et livres interdits s’ils voulaient lire autre chose que de la littérature de merde propagandiste et de commande. La belle réussite, c’était dans le niveau de propagande.

            • Et LaM, je vous recommande de lire ou j’espère relire « le maître et Marguerite » pour une bonne tranche de rire sur le niveau d’éducation de la population russe, et aussi se grande culture soviétique.

          • Votre vision de l’Histoire est stupéfiante…

            Qui est donc cette « population » qui a mis en place l’horreur soviétique?

            • Malheureusement petit Poney, c’est une collaboration massive à l’appareil d’état répressif qui a donné sa force à l’horreur totalitaire soviétique. Aujourd’hui encore, il subsiste une large frange de la population nostalgique des années totalitaires et du petit père.

              Lisez les témoignages recueillis dans « La fin de l’Homme Rouge » http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-etrangere/la-fin-de-lhomme-rouge, prix Médicis essais 2013. Vous y verrez cette « population », dans sa diversité et ses contradictions, victime d’un passé avec lequel il n’a toujours pas été fait un vrai travail de mémoire.

            • L’URSS date de 1922, le livre que vous citez se situe (au vu de ce que je lis du résumé) après les années 60. Question « mise en place », ça laisse ouvertes nombre de questions.

              Au moment des révolutions russes, et même en 1922, les bolcheviks n’étaient pas majoritaires, mais très bien organisés, étaient moins écoutés que les mencheviks notamment dans les campagnes (sociaux démocrates modérés), ont pris le pouvoir par un coup d’état (révolution d’octobre)… ce n’est pas pour rien qu’il y a eu une guerre civile qui a duré plusieurs années. On est loin de l’adhésion de masse que votre commentaire laisse supposer.

              • Vous avez certes raison, les témoins encore vivants de cette expérience de folie furieuse collective n’ont pas fait la mise en place à proprement parler…. mais ils l’ont fait vivre en masse, dans ses dimensions industrielles et administratives et ont activement pour un grand nombre d’entre eux adopté et épousé le système et son esprit jusque dans ses dimensions les plus abjectes parfois…

                L’avantage des témoins encore vivant au moment du recueil de leur témoignage, c’est justement qu’ils témoignent avec leur mots simples et de tous les jours, de ce que fut leur aliénation collective. Quant à ceux qui ont mis le système en place,… mystère, évaporés, 3 pelés et 1 tondus ? Malheureusement, je pencherai plutôt pour une bonne complicité de masse. Mais là, plus de témoins pour dire l’indicible.

                Ne lisez pas que le résumé, achetez le ou empruntez le… dépaysement garanti.

          • Si vous aimez tant charger les russes des péchés de leurs aïeux, je vous sigale que votre héros Nemtsov était par sa mère l’arrière petit neveu de Sverdlov, l’un des bouchers bolcheviks les plus cruels, co-organisateur du massacre abominable de la famille impériale. Tellement apprécié et efficace qu’Ekatarinenbourg, la ville où eut lieu ce crime, fut rebaptisée Sverdlovk en son honneur.

        •  » Ben voyons. les russes sont des sous-hommes, mi moutons, mi dindons, qui obéissent tous à ce que leurs merdias subventionnés ordonnent  »

          J’aurai pu aussi prendre l’exemple du Venezuela et la popularité de Chavez et vous m’auriez probablement répondu la même chose.

          D.J

          • Exact, les deux pays et leurs populations réagissent parfaitement de la même manière: un anti-américanisme farouche sur lequel il suffit de souffler pour être populaire. Alors ne pas s’étonner que leurs tyrans gagnent en popularité lorsque l’on se pointe avec le manuel des castors juniors de la démocratie occidentale made in Washington.

            • C’est comme quand les islamistes gagnent en popularité après que l’on entre en guerre contre eux, la population qui a un penchant islamiste n’est pas celle à qui notre diplomatie doit être faite pour plaire. Si notre diplomatie dérange des islamistes, des socialistes ou des eurasistes c’est que c’est une bonne diplomatie.

              • « diplomatie doit être faite pour plaire. Si notre diplomatie dérange des islamistes, des socialistes ou des eurasistes c’est que c’est une bonne diplomatie. »

                On ne doit absolument pas du tout avoir la même notion de la diplomatie alors. Tant pis, impossible d’éviter le manichéisme dans un débat sur la russie sur Contrepoint, c’est retenu.

                • Votre stratégie c’est de soutenir la partie d’une population qui haie notre civilisation plutôt que celle qui nous aime bien ? Vous avez pas un peu l’impression que cela n’a pas de sens ?

      • Cette popularité est en effet trompeuse, Poutine n’a pas de concurrence politique car il l’a éliminé.
        Dans un système démocratique avec liberté d’expression et multiples partis et visions il n’aurait pas cette popularité car il serait critiqué de toute part pour cette crise économique ou les sommes colossales dépensées pour les JO de Sochi..D’ailleurs les infrastructures de Sochi pourissent déjà, 50 milliards de $ pour 2 semaines de jeux ça fait peur..

    • « Mais sa popularité reste étonnement forte »

      Un grand nombre d’autocrates sont ou étaient populaires. Les gens aiment les conteurs de belles histoires ou on leur explique qu’ils sont des victimes mais que tout va bien car l’on arrive pour les protéger et rétablir la justice… Vous devriez au contraire vous inquiéter qu’il n’y ai aucune opposition politique dans ce pays, c’est très mauvais signe.

  • Quel jeu de pouvoir manipulateur !

  • Petite question aux personnes qui alimentent ce fil. Vous vivez en Russie, vous connaissez des Russes ?
    Vous avez rencontré Poutine ou ses opposants ?
    Vos arguments qui frisent parfois l’hystérie, ne sont qu’un copié-collé de ce que l’on trouve sur le Net entre les pro et les anti-Poutine.
    Si les Russes veulent le balancer, c’est eux seuls que cela regarde et ils n’ont que faire de vos commentaires.
    Quant à se gausser d’une presse aux ordres du Kremlin c’est à mourir de rire quand on sait que la nôtre est libre de subventions et ne recevant aucun ordre du gouvernement.

    • « Petite question aux personnes qui alimentent ce fil. Vous vivez en Russie, vous connaissez des Russes ?
      Vous avez rencontré Poutine ou ses opposants ? »

      Argument d’autorité, c’est un sophisme.

      « Si les Russes veulent le balancer, c’est eux seuls que cela regarde et ils n’ont que faire de vos commentaires. »

      La Russie étant menaçante ça nous regarde aussi.

      « Quant à se gausser d’une presse aux ordres du Kremlin c’est à mourir de rire quand on sait que la nôtre est libre de subventions et ne recevant aucun ordre du gouvernement. »

      whataboutism + paille et poutre.

    • @ Josephine,

      Ce n’est pas à vous non plus à nous dire sur qui ou quoi devons nous débattre. La liberté de penser vous en faites quoi? Je doute que vous ne lisez jamais rien de ce qui se passe ailleurs sans vous faire une opinion. Soutenir les libéraux du monde entier dans des pays autoritaires ou totalitaire est un devoir moral des libéraux du monde libre. Faire le contraire ou de les ignorer volontairement c’est de cautionner la tyrannie.

       » Quant à se gausser d’une presse aux ordres du Kremlin c’est à mourir de rire quand on sait que la nôtre est libre de subventions et ne recevant aucun ordre du gouvernement  »

      A le seule différence est qu’en France il y a toujours des grands journaux nationaux comme Valeurs actuelles, le Point ou le Canard enchaîné qui critiquent sans cesse et librement le gouvernement Hollande sans être victimes de censures politiques ou de voir ses journalistes arrêtés et cela malgré qu’ils touchent des subventions de l’état.

      D.J

      • « Soutenir les libéraux du monde entier dans des pays autoritaires ou totalitaire est un devoir moral des libéraux du monde libre. Faire le contraire ou de les ignorer volontairement c’est de cautionner la tyrannie. »

        Donc le capitalisme Crowny et le clientélisme, c’est mal, mais quand c’est un Russe, c’est okay (Nemtsov, le gars qui « libéralisé » l’économie Russe sous Eltsine, oh la glorieuse époque). – et – ça fait +, sans doute (Russe+Crowny)
        Tout en précisant toujours que son assassinat reste un acte ignoble, la mort de ce type me rend indifférente. C’est un fait divers.

        • Mettre sur le dos des gars comme Nemtsov la corruption des années 1990, c’est le monde à l’envers. Les grands corrompus des années 1990, ils sont au pouvoir aujourd’hui autour de Poutine et ses 200 milliards.

          Nemtsov, dans l’oblast sur lequel il avait du pouvoir, puisqu’il le gouvernait, a eu de très bons résultats économiques. Le problème, c’est qu’il y a eu trop peu de Nemtsov.

          • Qui a dit toute la corruption???? Le manichéisme est dur à éviter sur le web décidément… Nemtsov était tout aussi pourri que la clique actuelle. Il est juste tombé de la table de jeu.

            • D’autant plus qu’il a été vice ministre de l’économie, précisément en charge du marché de l’énergie. Pauvre bonhomme, il savait pas, il est blanc comme neige hein…

              • Le fait qu’il ne soit resté en poste qu’un an devrait vous mettre la puce à l’oreille.

              • Unknown, c’est insinuations et amalgames à tous les étages.
                Allez troller ailleurs, ici c’est pas le café du commerce.

            • Et qu’est-ce qui vous fait dire cela ? Vous avez une source ? Vladimir Fédorovski, qui n’est pas un ignare de la situation en Russie, le désigne comme l’un des rares hommes politiques russes à ne pas avoir été corrompus, précisément.

          • Vous qui êtes historien et donc rigoureux, un commencement de preuve, un quelconque élément factuel sur les « 200 milliards » ..?

            Sinon c’est du niveau propagandiste de la NED, sauf votre respect.

            Et avez vous un tout petit peu investigué les relations d’affaires entre Nemstov l’ange de pureté et Abramovitch ? Ou pas?

    • Quant à se gausser d’une presse aux ordres du Kremlin c’est à mourir de rire quand on sait que la nôtre est libre de subventions et ne recevant aucun ordre du gouvernement.

      Joséphyne pratique l’art de la litote pour notre très chère ( à tous les étages ) presse française , très libre et qui pourrait parfaitement , ttle monde le sait , vivre et prospèrer sans les subventions diverses et variées tirées des contribuables …

      • volna: « Quant à se gausser d’une presse aux ordres du Kremlin c’est à mourir de rire quand on sait que la nôtre est libre de subventions et ne recevant aucun ordre du gouvernement. »

        Parce que vous avez la grippe, la peste du voisin est moins grave ou plus souhaitable ?
        Drôle de raisonnement.

  • Boris Nemtsov , était vraiment un opposant à Vladimir Poutine ? ce monsieur, paix à son âme, n’était autre q’un apparatchik, un opportuniste, valet de l’occident. ce valeureux monsieur, selon l’auteur, était ministre sous Eltsine, au cas, ou vous seriez atteint par l’amnésie, qu’est ce qu’ il avait fait, pour soulager tant soi peu la souffrance du peuple russe ? Poutine pour les Russes, est un véritable patriote, ce qui n’était pas le cas de ce monsieur. Nemtsov , travaillait contre les intérêts des peuples russes. Je vous conjure de lire le blog de Bolieu sur Mediapart concernant cette marionnette politique US. Décidément les occidentaux ne comprennent rien à la réalité russe.

    • Elstine a fait les réformes nécessaires au redressement de la Russie, Poutine n’a fait que surfer sur ses résultats ainsi que sur la hausse des matières premières et remplacer tout homme d’affaire qui avait une opinion politique par un de ses amis. Poutine n’est qu’un imposteur.

      • Vous êtes un Ovni de passage sur notre planete terre où quoi? Eltsine le soûlographe aurait été un réformateur? Il faut être un martien pour oser écrire cette baliverne. Mais avec vous, on doit s’attendre à tout.

        • Il a fait des réformes drastiques avec Gaidar, et beaucoup lui reprochent généralement l’application de la thérapie de choc à la polonaise, qui aurait déclenché la crise massive après.

          Vous sortez d’où ?

          • Les polonais avaient bien plus de courage et de volonté que les russes pour changer de siècle, malheureusement.

    • @Unglaublich

      Vous utilisez les éléments de langages de l’ancien petit livre rouge. Cela se voit, vous devriez être plus fin plutôt que de venir avec vos gros sabots pleins de prêt à penser: « marionnette politique US » ….. « valet de l’occident »

      En résumé vous n’avez aucun argument.

      Et arrêtez de nous traiter d’occidentaux qui ne comprennent rien.
      Est-ce que moi je viens vous dire que les africains n’ont pas deux sous de jugeotte et profitent du niveau de vie de l’occident permis par son libéralisme, tout en se vautrant avec délectation dans la complaisance pour la tyrannie et le dirigisme d’un pays tel que la Russie alors qu’ils n’y ont jamais mis les pieds ?

      • Le-Grand-Méchant
        « Arrêtez de nous traiter d’occident qui ne comprennent rien….., est ce que moi je viens vous vous dire que les africains n’ont pas deux sous (jugeotte) et profitent du niveau de vie de l’occident permis par son libéralisme… » Vous confondez tout, que viennent faire les africains dans leur ensemble là- dedans ? Etes vous xénophobe ? répondez à ma question les internautes ont le droit de le savoir. Entre l’ occident qui serait le vôtre et l’Afrique, qui profite sur l’autre ? Bien évidemment, vous adorez énormément cet occident esclavagiste, colonial et emberlificoteur. Quand vous parlez de niveau de vie, en France, dans Paris et dans sa région, vous voyez de l’opulence, quand de millier des gens dorment sous les ponts, dans des taudis le longs de chemins de fer, ou quémandent l’obole dans chaque coin de rue? Le niveau de vie, quand 12% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté ? Vous êtes français je suppose, vous savez ce que votre pays a fait et continue de faire en Afrique ? Que font vos militaires et leurs bases au Cameroun, en Cote-d’ivoire, au Gabon, au Mali, au Niger, au Sénégal et au Tchad? ce n’est pas pour apporter la paix, mais pour créer des éléments d’instabilités qui leur permettraient de piller ces pays,avec la bénédiction de leur potentats locaux. vous trouverez aucune base britannique en Afrique, et justement leurs anciennes colonies se portent mieux. Et cette langue que personne au monde parle, disparaîtrait sans l’apport significatif de cette Afrique que vous vilipendiez. Un peu de modestie, Monsieur l’ érudit du salon. Sachez qu’ il y a une grande diaspora africaine en Russie. Vous êtes le tenant de double discours, vous critiquez Poutine, mais vos gouvernements font la même chose en Afrique loin de leur frontières sous des prétextes fallacieux.

        • « Bien évidemment, vous adorez énormément cet occident esclavagiste, colonial »

          trololol

          qui colonise qui?
          qui met qui en esclavage?

        • La colonisation a couté énormément à la France et pas sur que ça lui ai rapporté tant que ça, elle a permit à chaque pays d’Afrique de commencer son développement et d’avoir un embryon d’état de droit. Quand au pillage des ressources naturelles je ne vois toujours pas de quoi vous parlez, vous voulez qu’ils en fassent quoi à part les vendre ? C’est le principe du commerce. Peut être êtes vous un libéral qui supporte la cartellisation des pays dans des structures telles que l’OPEP ?

        • Je cite votre commentaire d’un post précédent en février: « je connais peut être mieux cet occident que vous. Pour votre gouverne, je suis citoyen Allemand, qui ai vécu au UK, qui connais les Usa et le canada, qui vis actuellement en France et, qui ai une origine africaine. »

          Le xénophobe, c’est vous qui prenez tous les occidentaux universellement pour des cons.
          Je souligne qu’après être venu (vous ou vos ascendants) en « Occident » profiter de ce qu’offrent le relatif libéralisme économique et la liberté politique qui s’y trouvent, je vous trouve assez inconséquent -pour ne pas dire ingrat et condescendant dans votre critique de l’occident et hagiographie poutinesque systématique.

          Je vous engage vivement à émigrer en Russie pour profitez de leur exceptionnel environnement politique, social, humanitaire et économique.

          Le reste est un condensé de feu d’artifice trollesque. En tout cas, j’aime beaucoup votre « répondez à ma question les internautes ont le droit de le savoir » ha ha ha ha… vous vous croyez dans un film ou sur un plateau ?

          Et aussi la subtilité de la glissade vers « vous adorez énormément cet occident esclavagiste ». ahhh joli le point Godwin / pardon Taubira !

          Quant à la présence française militaire en Afrique, ce n’est pas sur CP que vous allez trouver beaucoup de supporters… Vous n’avez visiblement pas tout compris 🙂

          Enfin, ce n’est pas l’Afrique que je villipende, mais vous et votre réductionisme imbécile et raciste.
          Du reste, pour ma part, j’y ai travaillé et vécu, moi, en Afrique.

          • vous n’avez heureusement, pas le monopole de l’occident.
            Moi, je n’ai jamais utilisé les mot occidentaux que je sache, mais vous, vous avez sciemment parlez des africains, comme si tous les africains ou européens pensent de la même façon. Vous me traitez d’imbécile, je l’accepte volontiers, autant que vous argumentiez comme un énergumène. Votre réaction pavlovienne vous décrédibilise. je vis ou je vais, n’en déplaise a votre coeur remplit de haine. Je comprends illico, pourquoi vous défendez mordicus les neo-nazis d’Ukraine, parce que, vous partagez les mêmes antivaleurs. Achslo.

    • « ce monsieur, paix à son âme, n’était autre q’un apparatchik, un opportuniste, valet de l’occident »

      Ah oui, et qu’est-ce qu’il a fait pour l’occident?

      • Il a privatiser des entreprises et en plus il les a vendues à des étrangers, trahison suprême pour le frontiste moyen.

    • Unglaublich: « Boris Nemtsov , était vraiment un opposant à Vladimir Poutine ? ce monsieur, paix à son âme, n’était autre q’un apparatchik, un opportuniste, valet de l’occident »

      Un traitre social a la botte de l’impérialisme capitaliste, c’est clair.

      Comme Louchenkov, Klebnikov, Magnitski , Berezovski , Markelov, Babourova, Politkovskaïa….

  • Un tel article ne relève pas le niveau… des médias français dont la nullité et la lâcheté de ses prébendés est sans concurrence.
    Bien que je ne sois pas un fan du site de Berruyer, je dois dire que le démontage qui y est fait de l’affaire Nemtsov et de la vision franchouillarde qu’ont les presstitués et leurs lecteurs jobards de la Russie est bien exacte, à des années lumière de la réalité russe: http://www.les-crises.fr/un-exemple-ou-on-essaie-dimposer-une-theorie-du-complot-lassassinat-de-boris-nemtsov/

    • Oui excellente référence, le blog d’amateur de Berruyer « les-crises.fr », je cite: « des images pour comprendre » une  »création Olivier Berruyer »…. le blog pour mononeuronaux qui va vous révélez des secrets.

      Berruyer anime un blog à sens unique, en utilisant la rhétorique classique de l’est contre l’ouest et du double standard: on y dissèque tout ce qui est occidental et pro-occidental avec la plus extrême suspicion pour trouver les plus petites pailles, et on oublie commodémment de se livrer à la même analyse pour ce qui vient de l’est. La paille et la poutre: cela fait 70 ans que cela dure.

      • A part vos arguments à la limite de l’ad hominem, vous avez autre chose à nous dire ?
        Vous avez bonne mine avec vos parallèles déséquilibrés, mais pas dans le sens dont vous rêvez.

        • On va pas se fatiguer à démonter la diarrhée de Berruyer.
          Le mieux est effectivement d’y aller pour apprécier soi-même…

          Sinon, Berruyer se fait rhabiller pour l’hiver ici par un de ses anciens contributeurs qui démonte ses méthodes opportunistes et à sens unique: « http://criseusa.blog.lemonde.fr/2014/07/31/pourquoi-je-ne-publie-plus-sur-le-site-les-crises-fr-de-o-berruyer/ »

          • « On va pas se fatiguer à démonter la diarrhée de Berruyer. »
            Le problème avec les gens comme vous, c’est que vous ne prenez pas la peine de lire, du moment que vous avez -ou que vous croyez avoir- catalogué un site ou un auteur d’articles. C’est tout à fait le « d’où parlez vous? » qui a cours dans certains milieux syndicaux, de l’enseignement public notamment.
            L’article que je citais avait été reproduit sur un autre site avant que j’aille sur celui de Berruyer dont j’ai pourtant précisé que je n’étais pas un fan.
            Ce que vous ne comprenez pas, ou ne voulez pas comprendre comme la plupart de vos pareils, c’est que ce qui importe c’est la véracité, la pertinence, la possibilité de vérifier, etc. , et que dans la guerre d’information généralisé que nous connaissons il importe de « faire son marché » afin de se faire sa propre opinion. Vous, vous repoussez des évidences qui s’imposent à tout esprit honnête.

            • Non c’est pas cela qu’il veut dire, c’est que le démontage a déjà été fait un nombre incalculable de fois et à chaque fois les contradicteurs disparaissent et de nouveaux apparaissent… De la à pensez que ce sont des trolls professionnels….

              Par exemple personne, jamais personne n’a répondu à cela:
              http://claysbeach.blogspot.fr/2014/07/us-recordings-on-pro-russian-downing-of.html

            • Si si j’ai bien lu justement. Berruyer, c’est à sens unique dès que les mots Ukraine, Russie et Poutine figurent dans l’article. Faire preuve d’esprit critique, ce n’est pas la même chose que faire son marché pour trouver ce qu’on a envie de croire.

              Je vous laisse à vos emplettes relativistes à la sauce nougat.

            • scaletrans: « Vous, vous repoussez des évidences qui s’imposent à tout esprit honnête. »

              Justement, si vous lisez l’article plus haut l’accusation est grave: Berruyer fait état de déclarations qui n’ont jamais été prononcées et ceci est vérifiable:
              http://criseusa.blog.lemonde.fr/2014/07/31/pourquoi-je-ne-publie-plus-sur-le-site-les-crises-fr-de-o-berruyer/

              • Des déclarations qui n’ont jamais été prononcées et autres enfumages, la presse en est remplie. J’ai déjà pourtant dit que Berruyer n’était pas ma tasse de thé. Mais à quoi bon? Je parle à des autistes.

                • Comme la fameuse pseudo-citation « ça y est j’ai les sous » de Tapie diffusé par Je suis partout aka Le journal de référence aka L’Immonde.

                • tu quoque + ad hominem et insultes ?

                  Franchement, Berruyer -qui n’est pas votre tasse de thé, je sais lire- ne mérite pas que des Contrepointistes se querellent à son sujet ! 🙂 …

                • scaletrans: « Des déclarations qui n’ont jamais été prononcées et autres enfumages, la presse en est remplie. »

                  ???
                  Tu parles « d’évidences qui s’imposent à tout esprit honnête » et quand ton argumentaire s’avère justement être basé sur un mensonge ta seule réponse c’est « il y a pleins de mensonges partout » suivit d’une insulte ?

                  Je peine à discerner le concept « d’honnêteté » dans cette démarche ?

                  • Dire que je parle à des autistes n’est pas une insulte, mais la constatation que vous faites une fixette sur Berruyer, alors que ce n’est pas le sujet.
                    Point final pour moi.

                    • Tout premier message de ce fil:

                      scaletrans: « Bien que je ne sois pas un fan du site de Berruyer, je dois dire que le démontage qui y est fait de l’affaire Nemtsov« 

                      1-Démontage il n’y a donc pas puisqu’il est basé sur une fausse déclaration.
                      2-C’est précisément tout le sujet de ce fil.

                      Il n’est jamais agréable d’être pris la main dans le pot de confitures, mais de la à insulter les gens… La première démarche de tout « esprit honnête », c’est justement de reconnaitre ses erreurs.
                      Au pire si tu n’as pas envie de l’admettre publiquement, tu la ferme sans en rajouter.

                    • QUELLE fausse déclaration s’il vous plait?

  • http://historionomie.canalblog.com/archives/2015/03/03/31637632.html#c65263925 au fait, pourquoi contrepoints a modifié l’article original (qui était mieux) ??

    • Pour laisser place au doute. Beaucoup de libéraux ont fait le pari du Ron-paulisme et Contrepoints souhaite surement ménager ce lectorat…

      Le problème du Ron-paulisme c’est que comme je l’ai expliqué ses positions sur la politique étrangère ne sont pas le fait d’une réflexion ayant pour but de trouver la vérité mais sont basés sur des objectifs électoralistes. Les états ou il y a le plus de libertariens et donc ou le parti libertarien à le plus de chances de s’implanter sont aussi ceux ou le parti républicain est le plus libéral économiquement.

      Le parti libertarien était alors prit entre deux problèmes, la gauche accusait les libertariens de n’être que des « républicains qui veulent fumer de la weed » et rien n’empêchait le parti républicain de devenir économiquement aussi libéral que le parti libertarien si ce dernier montait trop (plus de libéralisme économique c’est d’ailleurs ce que demande la majorité l’électorat républicain).

      Il fallait donc inventer quelque-chose de distinctif que le parti républicain (enfin toute personne doué de raison) ne pouvait pas défendre. Le non-interventionnisme intégral en matière de politique étrangère a donc été trouvé. Sauf que voilà il est dure d’expliquer que le programme c’est de laisser le monde sombrer dans le chaos du moment que les USA sont en sécurité (toute personne ayant des connaissances hors de France, voir mieux dans un pays qui coure actuellement un risque me comprendra). Il fallait donc bien trouver comment expliquer qu’une non-intervention de l’état américain aboutirait toujours au meilleurs résultats possible.

      Sauf que voilà, pour que ceci soit possible il ne faut pas que d’autres puissances profitent du vide laissé par les USA pour nuire aux petits pays à présent sans défense. Pour que ceci soit possible il faut que plusieurs hypothèse se vérifie:
      -tout chef d’état est rationnel
      -tout chef d’état œuvre pour la paix
      -tout chef d’état est intelligent

      Hors il est évident que cela est faux, d’ailleurs compter sur le fait que les hommes politiques soient parfaits pour assurer un résultat est une insulte au libéralisme, pensée qui a justement pour principe de rechercher comment arriver au meilleurs résultat dans un monde imparfait.

      Les faits ayant rapidement invalidé la thèse Ron-Pauliste, beaucoup de libéraux ont sombré dans le suicide intellectuel intégral et les théories du complot plus fumeuse les une que les autres, se radicalisant et justifiant de plus en plus l’injustifiable.

      Beaucoup de parti libéraux ont existé dans l’histoire et en général ils deviennent plus libéraux par la compromission progressive par les idées de centre droit et de centre gauche, le parti libertarien américain sera le premier à se compromettre avec les idées de l’extrême droite russe…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives 2022
3
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

services secrets russes
1
Sauvegarder cet article

Par Gaston Erlom. Un article de Conflits

Encore un livre sur l’espionnage par les sbires du Kremlin ? Oui, mais un très bon livre. Cet ouvrage doit être recommandé aux néophytes qui souhaitent acquérir d’emblée une vue synthétique des activités et des méthodes des services russes et soviétiques d’hier et d’aujourd’hui. Andreï Kozovoï nous offre en effet un panorama des principales actions et affaires connues, replacées avec soin dans leur contexte géopolitique, ainsi qu’une analyse fine des mécanismes de l’espionnage « russoviétique » ... Poursuivre la lecture

poutine inflation
2
Sauvegarder cet article

La publication de l'indice des prix à la consommation (IPC) de mai 2022 a été pire que ce que prévoyaient pratiquement toutes les prévisions. L'IPC d'une année sur l'autre s'est établi à 8,6 %, ce qui est non seulement plus élevé que prévu, mais constitue un nouveau record depuis quatre décennies. L'IPC d'un mois sur l'autre (avril à mai) a également été plus élevé que prévu : 1 % contre 0,7 % prévu. La publication de lundi montre clairement que la Fed est à la traîne en termes d'utilisation de mesures politiques pour freiner la hausse des pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles