La dette mondiale continue à exploser

Nous avons, pour régler des problèmes d’endettement, créé encore plus de nouvelles dettes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dette mondiale continue à exploser

Publié le 23 février 2015
- A +

Par Charles Sannat.

Voici une illustration de l’endettement mondial officiel. Officiel, car il y a également tout ce qui n’est pas comptabilisé ou mis « hors bilan ».

Dette mondiale

Comme vous le savez, puisque c’est le message repris en boucle depuis le début de la crise en 2007, tout va bien.

Tout va bien et c’est même la reprise.

Tout va bien, et si pour l’Europe la situation n’est pas facile, le monde, lui, est un océan de croissance et de prospérité, raison pour laquelle la France en particulier devrait faire des réformes. Tout va bien et d’ailleurs regardez aux USA, c’est le plein emploi, ou presque, avec moins de 6 % de chômeurs… Pas grave si plus le chômage diminue et plus la misère augmente ! On vous le dit et redit tout va bien, et ceux qui pensent le contraire parce qu’ils voient l’inverse sont des affreux et horribles « pessimistes » !

Pourtant rien n’a changé, tout a empiré, tout le monde le sait, personne ne veut le voir !

Rien n’a changé mes chers amis, j’aurais bien aimé moi aussi mais tel n’est pas le cas. Nous avons, pour régler des problèmes d’endettement, créé encore plus de nouvelles dettes, ce qui déjà pose comme un problème majeur au niveau même de l’énoncé.

Ainsi, depuis 2007, la dette globale mondiale a augmenté de 57 000 milliards de dollars et il n’y a pas d’erreur dans le chiffre que je viens d’écrire, je répète : cinquante-sept mille milliards de dollars…

Cette étude a été réalisée par le très sérieux cabinet McKinsey, un cabinet américain. Vous trouverez ici le lien pour aller télécharger l’ensemble de l’étude consacrée à la dette mondiale.

Mais vous pouvez gagner du temps en ne retenant que l’essentiel, à savoir que jamais, jamais la Grèce, la France, les USA ou même l’Italie ne pourront rembourser ces dettes devenues monstrueuses.

Nous jouons tous au jeu de « tout le monde est solvable »…

dette explose rené le honzec…mais en réalité personne ne croit plus en cette fable. L’unique question c’est comment réussir à annuler l’ensemble de ces dettes dans une forme de consensus international et sans que l’ensemble du système économique mondial ne s’effondre, entraînant avec lui dans le chaos des sociétés entières.

Trouvez la réponse à cette question et vous aurez de grandes chances de pouvoir vous préparer au mieux à la dévastation que ne manquera pas de provoquer la mère de toutes les bulles financières, la bulle obligataire, autrement dit la bulle de l’endettement, de la dette !

Il est déjà trop tard, préparez-vous.


Sur le web.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • une dette monstueuse qui ne sera jamais remboursée……..alors pourquoi on continu à nous emmerder avec ça ?

    • @marie , pour maintenir l’illusion . Nous vivons tels L Di Caprio et Marion Cotillard dans Inception , dans leur monde fictif ; notre drogue est la monnaie , tel le monde d’inception , il craque sous nos yeux mais nous ne voulons pas en sortir …

    • Parce que la réalité va se rappeler à nous quand nous aurons fini de manger notre blé en herbe.
      Parce que les dindons de la farce ne le savent pas encore et qu’ils seront très fâchés.
      Que les politiciens ont intérêt à reporter le moment de vérité au mandat de leur successeur.

      Parce que ce désastre est celui du socialisme et que la seule issue est la rupture avec lui – le retour au pur capitalisme. Les socialistes feront couler des flots de sang plutôt que de l’accepter.
      Les Juifs et les banquiers ont intérêt à préparer leur fuite.

  • Mais si tout le monde est tellement endetté…il y a bien des gens qui s’enrichissent…qui sont ces super créditeurs ?

      • Il faut vite apprendre le français… »créditeurs » s’oppose à »débiteurs »…à moins que vous pensiez que les socialistes prêtent de l’argent au monde entier !

        • C’est eux qui s’en foutent plein les pognes pardi :mrgreen:
          C’est juste du vol 🙁 🙁 🙁
          PS : pour le français, moi cç a va. Et vous, hum ❓

    • J’ai le sentiment que nous ne sommes pas assez Curieux dans l’ensemble mon cher Haddock.
      Peut-être par manque de temps plus que par volonté de ne pas regarder la situation telle qu’elle est.

      Pour répondre à votre question, je crois que la Fed et la Bce prêtent de l’argent, ils en créent même, (le FMI aussi prête de l’argent mais je connais moins les rouages de ce dernier).

      Pour ce qui est de la Fed et de son synonyme européen la Bce, il devient difficile de penser que ces Banques servent les intérêts publiques, puisqu’il parait que ces banques prêtent aux banques privées.

      On ne va pas refaire l’histoire mais il est quand même assez étonnant de voir que quelques présidents américains ont été assassinés, je pense à Lincoln qui a dit à peu près cela :

      «J’ai deux grands ennemis: l’armée du Sud en face et les banquiers en arrière. Et des deux, ce sont les banquiers qui sont mes pires ennemis.»

      Mais bon sans doute encore un bon à rien complètement parano 😉

      • pas étonnant que lincoln ait dit cela, il devait mener une guerre totale contre le sud : quand votre choix est d’etre endetté et de survivre ou d’etre peut-etre un peu moins endetté, mais de disparaître, il y a de forte chance pour que vous finissiez ( très ) endetté …
        les jacobins de l’an 2 ont eu à peu prés les mêmes problèmes, les alliés en 1918 et encore en 1945 aussi …
        le problème de notre époque, c’est qu’on va mourrir ruiné, sans qu’il y ai eu de guerre à mener.

        • J’ai cité Lincoln mais la liste est longue.

          « le problème de notre époque, c’est qu’on va mourrir ruiné, sans qu’il y ai eu de guerre à mener. »

          Je suis bien d’accord avec vous, ceci la guerre est déjà là mais pas chez nous. On va se faire dépouiller par manque de Curiosité. On peut dire ce que l’on veut mais les gens de la Finance sont d’une intelligence redoutable.
          A nous aussi de ne pas nous laisser dépouiller, nous sommes tout autant coupable par notre passivité, enfin je crois 😉

    • Non.
      C’est une illusion.
      Le socialisme n’enrichit personne.
      Les créditeurs vont perdre leur épargne – ils vont prendre conscience qu’elle n’existe pas parce que les États-providence ont tout dépensé depuis longtemps.

  • bah , si il y a des dettes on peut supposer qu’il y a aussi un certain nombre de préteurs , alors , où est le problème ?

    • Le problème est que le passif est supérieure à l’actif et que le seul moyen avec lequel nous y remédions depuis plus de 30 ans et avec encore plus de passif.

      • les dettes sont celles de l’état , son actif est nos actifs ..tout peut continuer ainsi pendant très longtemps et les créanciers le savent et ils le savent tellement qu’ils continuent a prêter et puis , il y a l’impalpable , le pouvoir et il n’a pas de prix pour nos créanciers !

      • Le passif et l’actif de qui ?

    • @reactitude , c’est un jeu de chaises musicales , sauf qu’ il y a de plus en plus de gens et de moins en moins de chaises ,pour l’instant tout le monde tourne gentiment en chantant des comptines, le problème aura lieu quand le coup de sifflet de fin de partie aura lieu .

      • ce n’est pas une partie de foot et personne n’a de sifflet car il n’y aura pas de perdants a part les spectateurs dans les tribunes

        • @reactitude Mais tout le monde joue, même vous , même contre votre gré (l’etat , les assureurs , les banques , les entreprises ) et la fin de la récré , certains la verront arriver et sauveront leurs meubles , d’ autres pas .

    • La question est : Qui ? Lorsque le préteur est une banque centrale qui crée de la monnaie à partir de rien, la bulle enfle rapidement. Voilà où réside le problème.

    • Ceux qui croient posséder ces créances tomberont de haut.
      L’économie fonctionne en tenant compte d’une énorme épargne fictive qui permet aux États de prétendre y puiser alors qu’ils consument les vraies ressources.
      À la fin il faudra revenir aux réalités et épargner pendant des années pour reconstituer le capital.
      En attendant les pauvres seront ruinés car les revenus du travail augmentent avec le capital (et plus vite que lui selon Bastiat). Autrement dit la destruction du capital augmente sa rareté donc sa valeur au détriment du travail.
      Concrètement l’inflation va accélérer et les pauvres se trouver étranglés par les prix.
      Ils se révolteront sous la conduite des socialistes … qui les ont mis dans cette situation.
      Les boucs émissaires habituels feraient bien de prévoir leur fuite.

  • Moi j’ai lu quelque part une « solution » !!
    Je n’ai pas de réponse conceptuelle négative. Mais je prends toutes les réfutations argumentées.

    La solution:
    Les banques centrales rachètent les dettes de tous les états (en fait c’est déjà fait pour la plupart de l’OCDE).
    Annule ces « actifs ».
    Le seul inconvénient est que la contrepartie monnaie reste dans le système ; donc en principe inflation, sans une loi générale qui interdit aux états l’émission de nouvelles « bons du trésor ».
    Alors !!

    • Que la dette soit annulée ou pas. Le problème est que rien de productif n’a été créé.

    • Rembourseront-elles ?
      Non => défaut
      Oui en créant de la monnaie => inflation
      Oui aux États => Les États remboursent leur dette

      C’est une cautère sur une jambe de bois.
      Il faut sortir de la dépense publique et revenir au capitalisme.

  • correction a ce que j’ai écris précédemment :
    les milliardaires qui ont volé leurs milliards par des manipulations financières , restent avec leur milliards.

    • oui mais de milliards en papier 🙂
      à moins qu’ils n’en profitent pour racheter tout ce qui traine avec ce papier.

    • correction : milliardaires … socialistes :mrgreen:

    • C’est l’État qui vole l’argent des contribuables.
      Les banquiers sont enrôlés de gré ou de force.
      Leurs éventuels scrupules ne changent rien.

      « Quand des soldats heureux réduisaient les vaincus en esclavage, ils étaient barbares, mais ils n’étaient pas absurdes. Leur but, comme le nôtre, était de vivre aux dépens d’autrui; mais, comme nous, ils ne le manquaient pas. Que devons-nous penser d’un peuple où l’on ne paraît pas se douter que le pillage réciproque n’en est pas moins pillage parce qu’il est réciproque; qu’il n’en est pas moins criminel parce qu’il s’exécute légalement et avec ordre; qu’il n’ajoute rien au bien-être public; qu’il le diminue au contraire de tout ce que coûte cet intermédiaire dispendieux que nous nommons l’État? »
      http://bastiat.org/fr/l_Etat.html

  • Dans un système de monnaie fiduciaire à réserve fractionnaire, il n’y a pas d’autres alternatives ! Si le stock de dette se réduit, alors le système s’écroule.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Anne Hidalgo avait promis de ne pas augmenter les impôts à Paris. C’était pour rire.

Elle a décidé de taper les Parisiens au portefeuille par surprise au moment qui fait le plus mal. L’inflation galopante a déjà commencé à rogner leur pouvoir d’achat et leur épargne. Une récession dure pointe le bout de son nez. Joli contexte pour accroître brutalement la pression fiscale de 570 millions supplémentaires. Au groupe Changer Paris, nous avions prévenu les Parisiens qu’Anne Hidalgo entrainait la mairie sur une trajectoire financièrement in... Poursuivre la lecture

Liz Truss
3
Sauvegarder cet article

Le mois de Liz Truss en tant que Premier ministre britannique a été plutôt mouvementé, c'est le moins que l'on puisse dire. Après l'annonce par son gouvernement d'une série de réductions d'impôts et de plans de dépenses assez farfelus pour faire face à la crise énergétique, financés en grande partie par un endettement supplémentaire, la panique s'est emparée des marchés, les taux d'intérêt sur les obligations d'État britanniques à long terme ont fortement augmenté et même les fonds de pension ont été mis en danger et contraints de vendre des ... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles