IRFM : la réforme dont les parlementaires ne veulent pas

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hémicycle de l'Assemblée Nationale (Crédits Richard Ying et Tangui Morlier licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

IRFM : la réforme dont les parlementaires ne veulent pas

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 février 2015
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Hémicycle de l'Assemblée Nationale (Crédits Richard Ying et Tangui Morlier licence Creative Commons)
Hémicycle de l’Assemblée Nationale (Crédits Richard Ying et Tangui Morlier licence Creative Commons)

Un certain nombre d’associations de contribuables, d’électeurs, dénoncent depuis des années cette scandaleuse Indemnité Représentative de Frais de Mandat. S’élevant à 5770€ par mois, elle n’est soumise à aucune fiscalité et à aucun contrôle, même de la part des pairs. Une tentative avait été faite il y a quelques années d’instaurer une comptabilité obligatoire de l’usage de cette indemnité, remise ensuite à la questure de l’Assemblée afin de vérification que l’usage fait des fonds publics soit conforme à leur objet. C’est à la quasi unanimité que les députés se sont élevés contre cette mesure.

Un usage dévoyé de l’IRFM

Certaines pratiques se sont imposées avec le temps. Ainsi, cette indemnité qui doit en théorie permettre au député de régler certaines dépenses liées à l’exercice de son mandat, a ouvertement et officiellement servi à financer des associations ou des activités « amies » du député sur sa circonscription ou des micro-partis politiques… qui retournent ensuite ces sommes par le biais du financement de la campagne électorale dudit député.

Ces pratiques clientélistes ou relevant du pur abus de bien public ayant, c’est le « double effet kisskool de la république » , comme avantage de générer des reçus fiscaux associatifs qui ouvrent droit à une réduction d’impôt sur les revenus… dans laquelle l’IRFM n’est pas prise en compte ! Comme dirait un certain feuilleton, « Elle est pas belle, la vie ? »

Une autre pratique courante, à laquelle, pour ma part, je trouve moins à redire, consiste pour notre député, à utiliser ces 5000€ mensuels (4 fois le smic, tout de même !) à acheter un local lui servant de permanence (sur sa circonscription) ou de pied-à-terre à Paris pendant les cessions parlementaires. Les associations de contribuables considèrent que le député, conservant son bien payé par son IRFM à la fin de son mandat, a accru son patrimoine avec de l’argent public destiné à autre chose.

Je suis moins sévère avec ce genre de pratiques qu’avec les précédentes car il me semble que ces dépenses auraient de toute manière eu lieu. Que le député dépense son IRFM à payer un loyer ou des traites à la banque, cela ne revient pas plus cher à la République, et sert effectivement à l’exercice de son mandat. L’enrichissement n’est pas l’objectif, mais un effet collatéral. Bon, il y a de vrais fraudeurs, mais ce n’est pas la règle.

Une réforme de l’IRFM ?

Une réforme de cette fameuse Indemnité Représentative de Frais de Mandat des députés doit être décidée mercredi par le bureau de l’Assemblée nationale. Cette réforme devrait comprendre, tenez-vous bien, l’interdiction d’acheter tout bien immobilier et de virer des fonds en provenance de l’IRFM sur un compte personnel (sic) ! Quelle avancée ! Quelle moralité, quelle probité !

Dans le rapport qui sera soumis à la plus haute autorité collégiale de l’Assemblée et qui est en voie de finalisation, les trois questeurs, chargés de sa gestion, rappellent que l’Indemnité Représentative de Frais de Mandat (IRFM) est un élément du statut de député, permettant de couvrir les frais professionnels, a tenu à préciser le premier questeur, Bernard Roman (PS).

Les trois questeurs, M. Roman, Marie-Françoise Clergeau (PS) et Philippe Briand (UMP),  proposent une liste d’interdiction de l’usage de l’IRFM, avec entrée en vigueur immédiate : financement de campagne électorale, obtention d’avantages fiscaux (par des dons à un parti par exemple), mais aussi interdiction d’acheter un bien immobilier tels une permanence parlementaire ou un studio à Paris. Les usages autorisés de l’IRFM devraient être notamment les frais de permanence (loyer, ménage etc), de transport pour les députés et leurs collaborateurs, de communication, de représentation et de formation.

Enfin, les questeurs proposent que les députés fassent chaque année une déclaration sur l’honneur, adressée au bureau de l’Assemblée, certifiant d’un usage de l’IRFM conforme à ce qui est autorisé.

Le problème, c’est que cette réforme ne réforme rien, comme il se doit et ne fait qu’essayer de mettre un méchant petit écran de fumée devant des pratiques qui perdureront.

  • Interdiction d’acheter une permanence mais autorisation de payer un loyer = création de SCI « amicales »
  • Autorisation de frais de transports = billets d’avions, achat de véhicules (toujours pas de contrôle)
  • Frais de communication, de représentation et de formation = voyages de formation aux Antilles (cf les laboratoires pharmaceutiques), surfacturation d’agences de communication en vue de créer un pactole pour les élections
  • etc.

Bien évidemment, aucun contrôle n’est prévu. Oui, vous avez bien lu, AUCUN contrôle de l’usage de l’argent public n’est prévu de la part des élus.

Nouveauté, une « déclaration sur l’honneur » !

Une déclaration « sur l’honneur » de la part de gens à qui on est obligé d’interdire par écrit de verser sur leur compte personnel des sommes publiques mises à leur disposition pour une mission de service public ? Vous y croyez, vous ? Bah tiens, moi, maintenant, je ne tiens plus de comptabilité, je ferai une déclaration sur l’honneur au percepteur que j’ai tout dépensé en frais professionnels, on va voir comment il va accepter la blague !

Non mais vous imaginez le scandale de cette pseudo réforme quand n’importe quel chef d’entreprise qui a créé sa boîte avec son propre argent peut être convaincu d’abus de biens sociaux pour moins que cela !

Mais rassurez vous, la réforme prévoit désormais… l’obligation de restituer à l’Assemblée les fonds restant en fin de mandat ! Eh oui, comme ce n’était pas obligatoire, l’immense majorité ne le faisait pas… Déclaration sur « l’honneur », vous disiez ?

Que mettre en place pour éviter de tels abus ?

Facile, hyper facile. Il suffit d’attribuer une somme forfaitaire aux députés qu’ils doivent gérer de la même façon qu’une profession libérale. Tenir une comptabilité, soumise aux mêmes règles que les professions libérales, leur permettant de déduire les frais professionnels sur présentation de justificatifs et considérant comme revenu personnel ce qui aura été utilisé à des fins personnelles ou non prévues par le code général des impôts. Bien évidemment, ils seraient alors contraints de faire deux déclarations de revenus, une « professionnelle » et une familiale, la part « revenu personnel » reportée sur la 2045 étant publiée sur le site de l’AN, les contribuables et les électeurs ayant le droit de savoir ce que chaque député prend à son usage personnel sur les sommes publiques que la république lui alloue.

Là, nous serions en face de la VRAIE fin des privilèges, nos élus seraient soumis à la règle « normale » des citoyens français, imposés de la même manière, mais disposant néanmoins des moyens nécessaires à la bonne exécution de leur mandat. Un contrôle fiscal par mandat avec épluchage des comptes compléterait agréablement le tableau afin de nous assurer du strict respect de l’usage légal de l’argent public.

À mon avis, cela aurait plus de chances de fonctionner que la « déclaration sur l’honneur » sans contrôle, non, qu’en pensez-vous ?

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • une déclaration sur l’honneur de la part de gens qui n’ont ni honneur ni morale….yek yek yek ….la bonne blague…je me marre….

  • En fait il y a une réforme a faire. Vraiment utile: supprimer le sénat et ne laisser qu’un seul député pour l’assemblé nationale , député qui représente le parti ayant gagné les dernières élections. Le gouvernement propose des lois et le député du même parti vote les lois. Comme ça se fait actuellement. Et le 49-3 fait , qu’en fait on a besoin de 0 (zéro) député. Tout « l’agencement » actuel ne sert qu’a servir les plats de l’énarchie au pouvoir.

  • Il n’y a pas de problème, il suffit d’étendre la mesure à tous : chaque citoyen doit être exonéré de tout impôt ou contrôle sur les premiers 5770 euros qu’il peut gagner chaque mois.

  • C’est pourtant simple…
    Dans une entreprise il y a des procédures réglementaires.
    Les frais autorités sont remboursés sur présentation d’un justificatif.
    Appliquons cette règle aux parlementaires.

  • Ces gens décident eux-mêmes des avantages dont ils bénéficient. Cherchez l’erreur!

  • Oui, la transparence est indispensable. Cela fonctionne très bien dans les pays nordiques et en Allemagne.

    Gross Problem : wir sind im Frankreich ❗

  • L’Indemnité doit compenser un préjudice, comme écrit ci dessus par présentation de justificatif càd que les frais sont remboursés APRES non avant , ici c’ est une avance forfaitaire remboursée au bon vouloir des bénéficiaires
    On peut faire un raisonnement proche pour les maires en effet si ces élus touchent leurs traitements sans exercer leur mandat pour – cause de maladie , accident – on ne peut alors appeler ce traitement indemnité
    Toujours et encore la confusion des mots (comme glorieux et prospères

  • C’est avec ce genre de produit made in assemblée que l’on comprend pleinement qu’un député n’est pas un remède à la situation actuelle de la France : il est le mal.

  • AlainCo (@alain_co)
    5 mai 2015 at 8 h 48 min

    et pourquoi pas un simple salaire…
    et ils en font ce qu’ils veulent, et s’ils gaspillent c’est leur salaire qu’ils gaspillent.

    c’est un job, et au pire s’ils le font mal on arrête de les payer.

    qu’on arrête avec l’hypocrisie, c’est a ne pas vouloir payer les gens pour un travail de management, de juriste, de négociateur qu’on obtient des parasites qui se servent sur la bête, qui gaspillent tout ce qui est « gratuit » puisqu’ils ne peuvent pas en faire autre chose que de le consommer.

    en plus s’ils payen des impots ils seront motivés à les baisser.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

En cinq ans, Emmanuel Macron aura réussi à anéantir la gauche, à enterrer la droite, à ridiculiser l’Assemblée nationale et à faire disparaître le Sénat. La France n’est plus une République reposant sur des institutions, mais le terrain de jeu d’une administration toute-puissante qui s’amuse avec des petits avatars virtuels qui ont été autrefois des individus et des citoyens.

Instinctivement, l’immense majorité des Français sent bien que quelque chose ne va pas, que quelque chose ne tourne pas rond.

Ce qui aurait dû être la repr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Après trois jours de débats tumultueux, alimentés par des propos controversés d'Emmanuel Macron, prêt à « emmerder » les non-vaccinés, l'Assemblée nationale a adopté jeudi 6 janvier au petit matin en première lecture le projet de loi transformant le passe sanitaire en passe vaccinal.

« Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. C'est ça, la stratégie », avait clamé le chef de l'État dans un entretien au Parisien mardi. « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je devi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles