Ces branquignoles qui nous gouvernent

Branquignoles : d’après le Larousse, il s’agit d’individus peu sérieux, sur lequel on ne peut pas compter…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
guignol credits le guignol à roulettes (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces branquignoles qui nous gouvernent

Publié le 15 février 2015
- A +

L’actualité est tellement fournie actuellement qu’il devient difficile de faire un choix dans la tornade de sujets qui se présentent, tous plus truculents les uns des autres. Cependant, à la franche rigolade se succèdent la consternation et parfois un ferme agacement en voyant entrer en collision des faits divers qui, malheureusement, pointent tous dans une même direction.

Et cette direction ne laisse aucun doute : les élites auto-proclamées qui nous gouvernent sont pathétiquement incompétentes. Jusqu’à présent, certains pouvaient émerger du lot par la grâce de connivences politiques et d’une communication bien rodée, mais, à mesure que le niveau général s’est mis à sombrer, les connivences sont devenues un peu trop visibles, et la communication s’est elle aussi faite plus médiocre.

Prenez le cas du pauvre Manuel Valls, le pénible et peu crédible Premier ministre dont Hollande nous a affublés pour s’en débarrasser. Déboulant à Marseille avec la ferme intention de parler de chiffres de la délinquance, dont on sait pourtant qu’ils ne sont pas bons, le politicien s’est retrouvé à pérorer sur les performances de la police et de la justice alors qu’à quelques centaines de mètres de là, la faune locale d’une cité pudiquement dite « sensible » se trémoussait au son des kalachnikovs. Le patron de la sécurité publique, Pierre-Marie Bourniquel, s’est même retrouvé sous les rafales alors qu’il se rendait sur place. Pour rappel, Marseille est officiellement toujours en France, et normalement devrait y régner les mêmes lois républicaines qu’ailleurs.

no-wayC’est, bien évidemment, parfaitement grotesque. Mais le plus grotesque est que, devant ce fiasco communicationnel évident, le Premier ministre n’ait pas adapté ni son discours, ni son comportement au changement dramatique de contexte dans lequel il évoluait. Paralysé par cette violence inattendue, il a continué comme si de rien n’était. On frémit à l’idée que cette personne et son équipe puissent envoyer des militaires hors de notre sol sur des opérations délicates. Oh… wait….

Dans la même semaine et pour faire bonne mesure, on apprend que l’UMP doit débarquer la personne chargée de la présidence des jeunes du parti, un certain Stéphane Tiki, Camerounais de son état, dont il apparaît qu’il travaille en France alors que ses papiers ne sont pas en règle, ou plus exactement, qu’il n’a plus de titre de séjour du tout. Certes, on ne peut pas reprocher à l’UMP de faire preuve d’un humanisme et d’une mansuétude assez large pour positionner un sans-papier à la présidence de « leurs » Jeunes, mais on peut clairement se demander où est sa cohérence alors que ce parti a largement démontré, dans d’autres circonstances, vouloir lutter contre la distribution de titres de séjour aux clandestins. Bref, cette assez grosse bévue de gestion de ressources humaines est un nouvel embarras qu’on doit ajouter aux nombreux autres pour ce parti, qui prouve amplement qu’on peut très bien être un gros parti politique en France et être géré absolument n’importe comment. Ici, pour faire bonne mesure, je pourrais parler des dissensions internes du PS et de ses « affaires » multiples, qui n’ont rien à envier non plus à celles de l’UMP, histoire de mettre tout le monde à l’aise, mais point trop n’en faut, je pense que vous saisissez l’idée générale.

Et dans ce contexte, les remarques d’un Gérard Longuet éclairent fort bien la nature réelle de cette gestion calamiteuse :

« Quand vous devenez chef de parti, vous êtes obligé de vous battre avec des gens qui inventent tous les matins quelque chose pour exister eux-mêmes et en général en crachant dans la soupe qu’on devrait manger en commun. »

a little crazyC’est, en réalité, un excellent résumé non seulement de la façon dont fonctionne un parti politique, mais, à plus forte raison, dont fonctionne un gouvernement et, plus généralement, l’État français actuellement : tant dans les administrations qu’aux différents niveaux de pouvoir, tout est fait pour que les uns tirent joyeusement dans les pattes des autres, ce qui au passage coûte des fortunes aux Français obligés de supporter ce genre de comédies. Les petits jeux de pouvoir qui agitent le microcosme d’un parti sont fidèlement reproduits dans les couloirs de l’Assemblée, du Sénat et de chacun des ministères, avec en surcroît la démultiplication des frictions et des gabegies qu’entraîne l’accès aux ressources quasi-inépuisables des caisses publiques.

Si, comme le pleurniche Longuet, diriger un parti est un travail de chien parce que tout le monde crache dans la soupe commune, alors diriger la machine républicaine française ne peut pas être autre chose non plus pour exactement les mêmes raisons. Et c’est d’autant plus vrai qu’aucun des politiciens parvenus récemment à un poste important n’a montré de réelle capacité de leadership au-delà de quelques aficionados épars qu’une communication trop bien calibrée fait toujours passer pour une foule nombreuse et colorée. Au manque de charisme maintenant évident des amibes hideuses qui nous gouvernent, il faut aussi ajouter leur décontraction complète vis-à-vis des problèmes réels des Français, ce qui n’aide évidemment pas à leur donner, même de loin, une stature d’homme de rassemblement, de leader ou que sais-je encore…

À cette aune, les gesticulations pathétiques de Valls en pleine fusillade ou les approximations de gestion de l’UMP dans ses ressources humaines apparaissent pour ce qu’elles sont : non pas des boulettes, des imprévus, des petits trous dans une chaussée normalement droite et bien lisse, mais bien une caractéristique essentielle, l’illustration d’un mode de fonctionnement par défaut(s). Pour Valls, son absence dramatique de réaction appropriée – changer son discours, par exemple, n’aurait pas été inutile – est la démonstration que la non-réaction est un comportement normal, toute déviation hors des rails fixés par les communicants risquant de faire chavirer le train-train ministériel. Pour le débarquement gêné de Tiki à l’UMP, l’absence de tout contrôle des personnes en responsabilité n’est pas un oubli passager mais, là encore, le comportement normal des dirigeants qui n’ont en réalité que faire de l’image du parti qu’ils incarnent, la leur étant bien plus importante.

cat-train-like-I-give-a-fuck

Encore une fois, ces petites péripéties (car ce ne sont que ça : des petites péripéties sans intérêt, finalement) illustrent de façon claire la décadence généralisée dans laquelle se vautrent avec un plaisir certain (ou, à tout le moins, une absence chronique de toute réflexion) les cadres dirigeants de partis, les ténors de la classe politique et, par extension, leurs vassaux qui s’empressent, par mimétisme, de reproduire ce qu’ils ont vu réussir si bien. petit thevenoud droiteEt ces éléments rejoignent, encore une fois, les réflexions que je me faisais dans un précédent billet ou je notais à la suite de l’affaire Thévenoud, ce pauvre député atteint de phobie administrative, que plusieurs dizaines de parlementaires étaient aussi en délicatesse avec le fisc et que cela ne semblait inquiéter personne.

En fait, avec ces exemples récents, on se doit d’ajouter l’incompétence et l’absence calculée de réaction à la sociopathie de plus en plus évidente dont il faut affubler la plupart de nos représentants, choisis, on le rappelle, non pour leur compétence mais parce qu’ils sont les gagnants d’un jeu macabre et grotesque où il faut être le plus veule, agressif, roublard et le plus machiavélique.

Une question continue donc de s’imposer, toujours plus forte : sérieusement, vous n’en avez pas assez de voter pour ces guignols ?

—-
Sur le web

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • Le système électoral étant ce qu’il est, les alternatives restent : voter avec ses pieds, donc quitter le pays, ou ne plus financer ces clowns et leurs larbins, donc ne plus contribuer par nos impôts. Deux solutions difficiles à mettre en oeuvre…

    • A l’ère de la mondialisation il n’est pas très difficile de quitter le pays…Ne plus contribuer aux impôts est plus délicat.

      • « Ne plus contribuer aux impôts est plus délicat ». Vous faites erreur. Le 1er objectif est de ne plus contribuer aux impôts FRANÇAIS, mais aux impôts d’un autre pays oui bien sûr, impôts qui seront obligatoirement inférieurs aux impôts français et surtout mieux utilisés ou si vous préférez moins gaspillés pour engraisser une caste de parasites qu’il est inutile de nommer…

    • Après courte réflexion, mes alternatives pacifiques reviennent au même : ne plus financer ces clowns et leurs larbins…

      • Ne plus payer ses impôts en France. Mouais. Étrangement, cet acte de désobéissance civile, moyen si encouragé par la gauche, est mal perçu…

  • Ges-(te)sticulles….

    Conformément au livre Rose que je trouve fort sympa, notre éducation, notre ré-éducation, notre endoctrinement, servent la grande cause des testicules des ministres.

    Notre moissonnage humain au travers de la taxe et de la loi, notre servitude sans limite, notre programmation cérébrale, toute cette réalité n’a qu’un seul et unique but:

    Le pouvoir et le sexe qui en découle (pour eux) !

    Notre argent n’est pas la finalité, cela est juste à la « rigueur » un moyen.

    Notre bonheur programmé (d’ailleurs qui pousse tant de monde au suicide) n’est qu’un leurre qui vise à nous domestiquer, pour mieux nous exploiter.

    Effaçons les races, les couleurs, les religions, les tares génétiques, les sexes….remplaçons le tout par un bon message « clair » Étatique.

    Nous sommes votre réalité, nous sommes votre salut, nous sommes votre seul choix !
    Vous ne le savez pas, mais chaque gesticulation dans un sens, pour ou contre, vous rapproche de notre emprise.

    Personne n’y échappe. Laissez vous aller, oubliez….là, c’est presque bon…..

  • Dans quelques semaines auront lieu les élections départementales; mais vous voyez déjà fleurir sur les murs, les affichettes de propagande de tous ces parasites qui sollicitent vos suffrages, pour prétendent-ils, être au service du département ou être à votre service.
    Ils attendent, tout simplement, que vous leur offriez une place bien au chaud, où pendant plusieurs années, ils n’auront pas à aller pointer à Pôle Emploi.
    Retirez leur toute légitimité !
    Submergez les d’un tsunami d’abstentionnisme !

    • Ils ont raison, ça marche !! On tape sur les politiques, mais qui élit depuis 40 ans les mêmes têtes (Fabius, Hollande, Juppé, DSK, etc …) ?? Ce sont les pigeons que ces affiches visent. Parfois, même très souvent, j’en viens malheureusement à la conclusion que les femmes et hommes politique ont totalement raison de profiter de la débilité de plusieurs dizaines de millions de Françaises et Français, ça marche, c’est un concept juteux !

      • Encore une fois, c’est le système électoral pourri qui veut ça. François Hollande n’a obtenu que 22% des inscrits au premier tour. Il a donc été élu alors que 78% des inscrits ne l’ont pas choisi. Et même en cumulant les votes pour Hollande et Sarkozy (toujours au 1er tour, le seul où on peut – un peu – s’exprimer), la majorité des inscrits n’est pas atteinte (43%). Ça fait 40 ans qu’on est gouverné par les représentants de diverses minorités.

  • Oui, c’est lamentaaable.

  • Quand dans un pays, on s’imagine qu’une école comme l’ENA qui produit des incompétents en série depuis plus de 70 ans a le niveau des Universités les plus prestigieuses du monde, alors c’est qu’on a tout foiré depuis 70 ans.

  • Le FN n’est pas à 30 pour cent. Il est à quarante.

  • Avec une différence notable: les Branquignols, eux, au moins, étaient drôles… W

  • A la question de H16, je réponds : oui, et depuis longtemps, ce qui m’évite de me déplacer inutilement les dimanches de vote et donc de donner ma voix à des branquignols suffisants et stupides.

    • Moi je me déplace et je vote FN. Au moins ça les pousse au cul les branquignoles.

      • C’est clair, voter pour des branquignoles contre d’autres branquignoles, c’est claire que ça doit les pousser au cul. Ils sont probablement terrorisés, atterrés par le machiavélisme de votre plan qui mettra la classe politique de France hors combat…

      • Même pas ! Au lieu de prendre ça comme une menace, ils considèrent ça comme une opportunité de manoeuvres électoralistes. Et ils présument beaucoup de la volonté et de la capacité des français à faire front commun pour s’y opposer. Ils pratiquent la fuite en avant sans imaginer un instant que les électeurs pourraient faire de même.

      • Et ben bravo : la principale raison (sinon la seule) pour laquelle nous avons droit à une telle bande de branquignoles au pouvoir est le FN : cette mafia familiale mobilise tellement le débat que plus rien ne peut se produire dans ce pays.

        De quoi on parle pour 2017 ? du chômage, du commerce extérieur, de l’insécurité, de la monnaie, de la culture, de l’éducation, de … non : d’une seule chose : de fifille et de ses déclarations imbéciles.

        Votez FN, c’est comparer des branquignoles avec de super branquignoles : le nivellement par le sous sol.

  • Cher H16,

    Le dernier sujet à la mode chez nos crânes d’oeuf ENArchisés est un système de type américain de « spoil system » par lequel la haute fonction publique s’autoriserait à s’affilier ouvertement aux partis politiques (comprendre UMP ou PS).

    Tout cela bien sûr, sans remettre en cause le si confortable statut de la fonction publique.
    Imaginez un peu qu’il nous faudrait un jeu complet de pions ENArchsés « de gauche » et son équivalent « de droite » alternant suivant les humeurs de ce grand corps malade qu’on prétend encore électoral.

    Qu’en ferait-on lorsqu’ils ne sont pas aux commandes?

    Pour ce qui se passerait en matière de middle et lower management, se référer aux récentes pratiques de Madame Taubira au sein de l’appareil judiciaire, c’est très éclairant, bien que sous le radar très étroit de nos analystes politiques.

    Foutage de gueule absolu, ce pays est foutu!

    • @Waldburg
      Certes, mais les énarques ont des salaires dérisoires dans l’administration eu égard à leur niveau de formation.

      • Dérisoires ? Comment se fait-il alors que plusieurs centaines de haut fonctionnaires gagnent plus que le chef de l’Etat ? Comment se fait-il que les 1200 fonctionnaires du parlement soient payés EN MOYENNE plus de 6000€ par mois ?

      • Votre appréciation de la valeur d’un ENArque au seul vu de son diplôme me sidère.

        Si ces messieurs-dames le valent, leur fortune est faite sur le marché de l’emploi privé, où on est prié de ne pas oublier que la Roche Tarpéienne voisine le Capitole.

        J’en ai rencontré de très talentueux, mais ce qui me frappe le plus chez de trop nombreux énarques que je croise dans mon travail, c’est le total détachement de toute responsabilité personnelle vis-a-vis de la collectivité qu’ils sont censés servir.
        Seule compte leur carrière, au sein de la Fonction Publique et pas ailleurs.
        Yawn!

  • Premier parti de France : les abstentionnistes

    Deuxième parti de France : le FN

    Un nouveau parti surgit qui se présente aux départementales 2015 et qui va (peut-être-sûrement) devenir le troisième parti de France : l’UDMF – l’Union des démocrates musulmans de France (lire l’article paru dans « Le Point » du 12 février 2015)

    La faute à qui ? aux ultra-giga-mega-libéraux pardi ! oui H16, vous avez raison, ce pays est foutu…

  • Le concours de Branquignoles a commencé en 1981, avec la fausse candidature de Coluche, et s’est affirmé en 1988 avec les 14% du FN qui sortaient de nulle part (d’une élection où il avait fait moins de 1% et d’une autre où il n’avait pas réussit à se présenter).

    Depuis, le débat est monopolisé par deux choses qui obsèdent tous les politiques : ne pas se prendre une claque aux guignols et ne pas faire monter le FN.

    Nos branquignoles ne pensent qu’à ça … et les Français ne pensent qu’à ça également : accroc à la plus petite miette de bêtise, la plus petite phrase sortie de son contexte et complétement ridicule qui va d’un seul coup devenir plus importante que la vie de milliers de chômeurs … accroc également au feuilleton de la saga familiale des affreux auto-proclamés, attendant haletant le prochain dérapage verbal ou se faisant peur en fantasmant le retour de l’apocalypse brun-rouge et de ses cheminées.

    La France s’ennuie. Les Français, perclus d’arrogance, bien assis au fond de leur canapé, sont persuadés d’avoir trouvé le graal ultime, l’équation quantique universelle, la pierre philosophale : les politiciens sont des branquignols !

    Et pendant ce temps là …

  • Il est évident que je ne voterai pas pour ces guignols, mais a qui donc accorder nôtre confiance ??? En ce qui me concerne je n’en vois qu’un; Nous Citoyens…

  • C’est pas mieux aux US. J’ai vécu 10 ans là-bas (3 états différents) et le tirage de pattes et crachage de soupe y sont également effrénés — sans parler de la polarisation extrême et la paralysie endémique du Congrès (grâce au gerrymandering) et maintenant le pouvoir immense des corporations de faire pencher la balance à coup de subventions par $100M et d’attack ads (United Citizens). Alors si le pays le plus libéral au monde, et qui s’est inventé lui-même, nous accouche d’une classe politique aussi inepte et dysfonctionnelle, on se demande ce qu’il reste comme options pour un nouveau système de gouvernance (même minimale)…

  • J’ai finalement trouvé un endroit vraiment idyllique pour finir mes jours : Ogasawara Village.
    Je paierai mes impôts ici et je souscrirai à une assurance maladie. Tant que je recevrai ma retraite de France tout ira bien. Le jour où je ne recevrai plus rien au cas où l’Etat Français se retrouve en faillite je trouverai toujours un moyen de survivre …

  • Perso je voterai blanc, en mémoire de ceux qui sont morts pour notre démocratie.

  • ENA = Ecole Ntionale des Anes.

    Tout ne serait pas à jeter en France si le monde politique n’avait pas été squatté par la Fonction Publique.
    Rendez-vous compte, nous avons un gouvernement constitué des élèves de la promotion Voltaire de l’Ena ! Inconcevable réunion de copains-coquins incompétents, n’ayant jamais connu le monde du travail de leur vie. Hollande s’en était même glorifié.
    Tout notre corps politique est accaparé par ces privilégiés intouchables de la république, qui changent de siège au gré des élections mais jamais de statut et recupérant toujours leur fauteuil avec rattrapage des arriérés, garantis de se retrouver à chaque fois dans des postes exécutifs ou honorifiques à haut rendement financier personnel.
    Le vent politique peut tourner, aucune importance, ce sont les mêmes personnages qui vont et viennent au gré des marées.
    Comment la République Française a-t-elle pu accepter une telle perversion?
    Et de la découlent aussi tous les maux de la terre, une pléthore de fonctionnaires dont on ne sait que faire mais qui continue à grossir par pur clientélisme, des syndicats qui ne représentent qu’eux-mêmes et sont les nouveaux intouchables, réussissant l’exploit de faire disparaitre tous les ans 32 milliards d’euros destinés à la formation professionnelle et qui ne forment qu’eux-mêmes.
    Et depuis 2012, les dirigeants de ces syndicats arrivant au terme de leurs mandats, sont recyclés par le pouvoir socialiste dans des organismes d’Etat, IGAS ou autres, il n’en manque pas, parmi leurs petits copains à plus de 10 000 euros/mois.
    Dites-moi, vous qui n’êtes pas sortis de l’ENA, comment pouvez-vous m’expliquer qu’en mettant 1 000 euros dans votre portefeuille, vous arriviez à en dépense 2 000?

  • Ils se font élire avant tout pour bénéficier d’une immunité et de tous les avantages qui en découlent. C’est à Dire à des fins personnelles et non pas dans l’intérêt de la république
    Ils sont aidé par une presse de gôche totalement aux ordres.
    Essayez de passer un post critique dans des journaux de centre gauche comme le Figaro ou le Point. Notre liberté de penser ou d’exprimer a été anéantie peu à peu

  • Branquignoles…. c’est vraiment le mot adapté ….

  • Pauvre France ?les gens qui la gouverne sont eux mêmes incapable de se gouverner . Arrivé a 77 ans pour voir se qui se passe je trouve cela tres décevant rien a été fait avec se président et se ministre ils n’ont fait que de nuire aux francais et mettre la sicanie entre les gens vivement 2o17 pour voir une France qui j’espère reprandra vie avec un nouveau gouvernement plus a l’écoute et plus fort????

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

soupçon
2
Sauvegarder cet article

La politique du soupçon

Le gouvernant a toujours été présomptueux, par nécessité. Il faut toujours présumer de ses forces si l’on a pour ambition de réaliser l’impossible : le bien vivre ensemble. Présomptueux, mais pas impétueux, le gouvernant n’avancera que s’il est fourbi de certitudes. Son allant sera donc conditionné à la conviction qu’il administre la bonne politique, ce que l’on peut aussi appeler la tentation du bien.

 

Le fantasme du risque maitrisable

Mais le gouvernant n’est pas complètement débile non plus.

Il suffit de quelques... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles