Daesh, éruption provisoire ou État organisé ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Daesh, éruption provisoire ou État organisé ?

Publié le 15 février 2015
- A +

Par Yves Montenay

Etat islamique - Yves Montenay (extrait carte CIA)

Voici d’abord une carte de la CIA étant précisé que l’Émirat islamique n’est pas la Syrie, mais seulement sa partie orientale, à laquelle s’ajoute la partie nord non-kurde de l’Irak, et de plus en plus de « provinces » dans différents pays dont le Sinaï égyptien et certains quartiers de villes libyennes.

Lorsque l’Émirat islamique (en transcription française de l’arabe : DAËCH, en copié-collé de l’anglais : Daesh) est apparu, avec un « calife » (successeur de Mahomet) autoproclamé à sa tête, les spécialistes se sont divisés en deux camps. Je dis tout de suite que je ne choisis pas entre chaque camp, non seulement du fait d’une information imparfaite, mais aussi parce que chaque spécialiste essaye de briller en avançant des arguments « faisant vendre », même lorsqu’ils ne sont pas solides.

Le premier groupe de spécialistes a évoqué une éruption de violence provisoire, une organisation anachronique sans avenir, du fait du rejet par des populations effrayées par son comportement brutal et parce qu’une organisation se référant à des notions moyenâgeuses ne peut pas durer. Dans un deuxième temps il a attribué sa consolidation aux immenses erreurs du précédent gouvernement irakien, qui a placé les populations sunnites sous la botte des chiites, puis a laissé son armée fuir les territoires sunnites en abandonnant tout le matériel militaire américain et des sommes importantes dans les banques, sommes s’ajoutant à la vente du pétrole des zones occupées en Syrie et permettant de payer les volontaires.

Un deuxième groupe de spécialistes, que l’on entend davantage actuellement, insiste au contraire sur le fait que l’Émirat islamique est un État organisé de manière durable :

  • Il s’est arrangé pour continuer à bénéficier de l’administration syrienne (Bachar el-Assad a longtemps continué à payer les fonctionnaires travaillant dans la zone du « califat » ; aujourd’hui je ne sais pas), idem probablement aussi de l’administration locale irakienne ;
  • L’opposition des sunnites (encadrés en Irak par les cadres de l’armée de Saddam) aux chiites en Irak et aux alaouites en Syrie, est profonde et nourrie par des massacres récurrents ;
  • Les populations qui ont fui sont plutôt kurdes, chrétiennes ou yezidies qu’arabes sunnites (la vérification est difficile : il y a des millions de réfugiés en Turquie au nord, au Kurdistan irakien au nord-est, dans ce qui reste de l’Irak au sud, en Jordanie au sud-ouest, au Liban à l’ouest…) ;
  • Quelle que soit la politique des États de la région, leur territoire est mal contrôlé, et le trafic de pétrole, d’armes, de rançons, de droit de passage réunit les djihadistes et de nombreux acteurs des États voisins, donnant à l’EI le moyen de payer des mercenaires (ou de motiver des volontaires, comme on voudra) et d’administrer la zone qu’il contrôle ;
  • L’EI ferait régner l’ordre public, même si ce dernier est religieusement très sévère, distribuerait de la nourriture, aurait rétabli l’électricité, comme un véritable État ;
  • Ce qui paraît moyenâgeux aux yeux des Occidentaux paraît au contraire légitime à beaucoup de sunnites pour qui le califat est non seulement religieusement normal, mais en plus évoque les grandes heures de l’empire arabe (dénomination discutable, mais c’est ce qui est enseigné à l’école arabe) avant que ce dernier ne disparaisse sous les coups notamment des Turcs et des Mongols, sans parler, plus tard, des Européens. La propagande de l’EI ne manque pas de rappeler vouloir rendre aux sunnites « la dignité, la puissance, les droits et leur prééminence passée ». Par ailleurs leur stratégie de communication n’a rien de moyenâgeux, et est au contraire extrêmement moderne, ce qui montre qu’il y a dans leurs rangs des spécialistes d’Internet et des réseaux sociaux.

C’est illustré par le succès de son recrutement à l’étranger : 20 000 combattants étrangers en provenance de 90 pays sont actuellement partis rejoindre les rangs djihadistes en Syrie, affirme l’administration américaine. Parmi eux, 3 400 sont des Occidentaux (voir carte plus haut). La propagande en ligne de l’EI a produit 250 émissions depuis le 1er janvier. Il y a celles des meurtres d’otages, mais aussi des images bucoliques, familiales, de la vie sous son autorité et des références à la culture occidentale, comme des jeux vidéo. Il a lancé « YODO (you die only once : on ne meurt qu’une fois), pourquoi ne pas choisir le martyre ? ».


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Se demander si cet Etat Islamique durera est une perte de temps car dans quelques mois, lorsque l’armée irakienne entraînée par les Américains sera prête une grande offensive aura lieu pour récupérer les territoires perdus, aidés par l’aviation américaine (ce qui a beaucoup aidé les Kurdes) mais aussi par les Kurdes, tribus sunnites et milices chiites soutenues par l’Iran, l’EI n’a aucune chance face à cela, ils seront bientôt éjectés du territoire irakien et se battront pour conserver leur territoire en Syrie, et face aux défaites en Irak et la perte de l’argent du pétrole et de l’extortion il est probable que le flux de combattants étrangers se tarisse.

    • Ok les choses vont changer… Mais une question : la Syrie nous gave depuis de longues années, le père et maintenant le fils tyrannise leur pays, on a jamais programmé d’offensive prétextant que leur armée était puissante bien organisée et que leurs appuis internationaux pourraient compromettre le calme… Or aujourd’hui la Syrie n’a plus d’unité, plus de propagande, plus de résistance et le pays de l’est est abandonné… Quels sont les ambitions géo politiques de Assad ? Qu’attend il pour livrer une bataille utile contre Satan ? Son armée est elle vraiment présente et capable, qu’attend il pour agir ? Je ne comprends pas…

      • L’Armée d’Assad est très affaiblie et n’a pu tenir que grâce à l’aide du Hezbollah libanais et soldats iraniens, son but actuel est de garder son territoire actuel, ce qu’elle fait avec difficulté.
        La reconquête ne pourrait se faire qu’avec une autre armée attaquant l’EI à l’Ouest pendant qu’Assad attaque à l’Est. Mais qui ferait cela ? L’armée irakienne n’ira pas au-delà de la récupération de son territoire d’origine et donc n’ira pas en Syrie, les Kurdes irakiens ne veulent que les territoires kurdes et pouvoir former un Kurdistan autonome, un Israël kurde donc, et ne veulent pas de territoires arabo-sunnites.
        Les Etats-Unis sont sans doute les seuls à pouvoir faire cela, mais leur réticence à envoyer des soldats en Syrie et leur refus d’aider Assad font que je ne vois pas cela arriver. Il est donc probable que l’EI pourra garder une partie de la Syrie mais en étant très affaiblie et constamment attaquée tout en étant isolée internationalement, ne pouvant donc pas la gérer.

  • Très bon résumé de ce que l’on trouve dans la presse officielle… Maintenant quand vous avez une bande de criminels dans une ville, vous avez deux alternatives:
    L’alternative socialiste qui consiste à trouver une explication sociologique vaseuses pour justifier l’arrosage massif en pognon, ou en d’autre termes faire dans sa culotte et payer en vue de tenter d’acheter le calme…
    Le travail de police, qui consiste à identifier patiemment les réseaux d’approvisionnement, les mécanismes de financement et de blanchiment pour remonter à la tête pensante et la couper… Mais bon avec cette option, vous risquez très certainement de tomber sur des questions qui dérangent et là il faut un minimum de courage…

  • la question est risible. il ne fait plus aucun doute que les jours de l’état islamique sont comptés, l’EI n’a aucun avenir. il est vrai que l’état islamique a une excellente communication mais cela ne change rien au fait qu’ils sont trop extrémistes ce qui se retournent contre eux. l’assassinat du pilote jordanien a fait perdre à l’état islamique une grande partie de sa popularité dans le monde musulman. ce qui va causé la perte de l’état islamique c’est leur extrémisme. le pire est que les principaux bénéficaires de cette histoire se sont les chiites particulièrement l’iran. les pays du golfe ont été vraiment stupides de financer et de favoriser les éléments les plus radicaux en syrie, ils sont rentrés dans le jeu du régime d’assad qui a toujours prétendu combattre le terrorisme. non seulement ces éléments radicaux (état islamique) s’en prennent désormais aux monarchies du golfe mais en plus, la montée en puissance de ces éléments radicaux favorisent l’iran.

    • Même la diplomatie US semble aller vers un rapprochement avec l’Iran, l’Arabie Saoudite et le Qatar se sont tirés une balle dans le pied.
      Cependant l’Arabie Saoudite reste maître de la région et a les moyens de le faire là où l’Iran est financièrement limité.

  • « Daesh, éruption provisoire ou État organisé ? » : c’est un État, et ceux qui vont se battre pour cet État en reçoivent la nationalité car ils sont considérés par Daesh comme leurs ressortissants. Même si cet État n’est pas encore reconnu internationalement, cela ne saurait tarder. De toute façon, un État, c’est un territoire, et l’effectivité du pouvoir sur ce territoire. Seuls, les juristes, croyant encore aux concepts qu’ils ont inventés, n’y verront pas un Etat. Mais somme toute, la reconnaissance internationale d’un Etat ne vient qu’après, bien après que cet Etat ait montré toute son effectivité sur son territoire. Il n’y a dès lors aucune objection à retirer la nationalité française (ou belge, ou allemande, ou…) à ceux qui, par leur option pour Daesh, ont acquis la nationalité de ce nouvel État.

    • Il ne sera jamais reconnu car ce territoire va disparaître, le Califat n’en a plus pour bien longtemps, faudrait être bien naïf pour croire le contraire.

      • Quel est le problème si ce califat disparaît ? Un État doit-il exister de toute éternité pour être qualifié d’Etat ?

        • L’effectivité du pouvoir vient aussi d’un consensus entre les gouvernants et les gouvernés. Je ne suis pas certains que les populations assujetties sont en accord avec votre conception de l’Etat « Daesh »

          De plus le territoire doit être déterminé et non remis en cause par un quelconque voisin.

          Non, vraiment, on est bien loin d’un « Etat » au sens moderne du terme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l'autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c'est en tout cas ainsi qu'elle est présentée par le ministère de l'Édu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles