« La baraque des prêtres » de Guillaume Zeller

Guillaume Zeller a recueilli de nombreux témoignages et une abondante documentation pour retracer l’histoire des prêtres déportés à Dachau.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La baraque des prêtres » de Guillaume Zeller

Publié le 6 février 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

baraque des prêtres (TDR)

Le nazisme est une idéologie fondamentalement païenne, pour laquelle le christianisme est un ennemi à abattre. Les prêtres ont été violemment persécutés par ce régime, et la persécution s’est étendue aux pays occupés. La diplomatie du Saint-Siège a œuvré pour limiter les souffrances des prêtres, et notamment pour leur permettre de disposer d’un oratoire pour célébrer la messe. C’est ainsi que furent ouverts des blocks spécifiques à Dachau, où la quasi-totalité des prêtres arrêtés a été internée. C’est la baraque des prêtres, où se sont retrouvés 2 720 religieux, prêtres et séminaristes, et où 1 034 d’entre eux sont morts.

Guillaume Zeller a recueilli de nombreux témoignages et une abondante documentation pour retracer l’histoire de cette cabane. On y découvre la perversion des directeurs de camps, et plus encore des autres prisonniers chargés de surveiller les prêtres. Leur cruauté atteint des sommets de sadisme : l’homme déshumanisé se montre d’une violence extrême à l’égard de ses confrères prisonniers. Au milieu d’un camp où la civilisation semble avoir disparu demeurent toutefois des lumières d’humanité, comme ce 17 décembre 1944 où un séminariste allemand est ordonné prêtre par l’évêque de Clermont-Ferrand.

L’auteur décrit les tortures avec une grande pudeur, de façon suffisamment explicite pour que le lecteur se rende compte de la cruauté nazie, mais sans entrer dans les détails sordides. Dans les camps où l’homme disparaît et où la civilisation s’efface dans une barbarie totale, c’est quand même l’espérance qui gagne sur la terreur. Le livre se conclut par un procès tenu à Munich en 1975. Le Père Majdanski, devenu évêque, vient témoigner des tortures qu’il a subies, et notamment des expériences médicales exercées sur lui et ses camarades de camp. Il raconte les souffrances et les agonies, les maladies et les attaques. Puis, la déposition faite, il se tourne vers son bourreau, le SS Heinrich Schütz et, lui prenant la main, lui accorde son pardon. Ce pardon n’exclut par la justice, mais il signe la défaite de la mort et des tentatives de déshumanisation : la force de l’homme a vaincu les complots diaboliques, et même les bourreaux se révèlent avoir une âme. La barbarie nazie a pu tuer des corps et des âmes, mais elle n’a pas réussi à tuer toutes les âmes, et notamment pas celle de ces prêtres. Même à Dachau, la lumière a pu continuer à briller dans un foyer spirituel.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexander Hammond.

Voici le trente-quatrième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre héros de la semaine est Alan Turing, un mathématicien, informaticien et cryptologue anglais célèbre pour ses contributions au domaine de l’informatique et pour avoir développé une machine qui a cassé le code Enigma des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

La machine Enig... Poursuivre la lecture

Par Drieu Godefridi.

J’avais le fantasme de décharger un revolver dans la tête de n’importe quel Blanc qui se mettait en travers de mon chemin, d’enterrer son corps et d’essuyer mes mains ensanglantées tout en m’éloignant sans culpabilité excessive, le pas léger. Comme si j’avais fait une putain de faveur au monde. Dr Aruna Khilanani. [1. "I had fantasies of unloading a revolver into the head of any white person that got in my way, burying their body and wiping my bloody hands as I walked away relatively guiltless with a bounce in my s... Poursuivre la lecture

Par Jean-Yves Naudet.

La récente polémique sur le secret de la confession et l’affirmation de la classe politique suivant laquelle il n’y a rien au-dessus des lois de la République méritent une réflexion sur ce grave sujet, d’autant plus que le problème a été soulevé à propos des crimes de pédophilie dénoncés par la commission Sauvé.

Il convient de distinguer le débat général (n’y a-t-il rien au-dessus des lois de la République) du cas particulier du secret de la confession.

Antigone face à Créon

Dire qu’il n’y a rien au-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles