Grèce : Alexis Tsipras s’allie avec les populistes de droite des Grecs indépendants

Le leader de Syriza a conclu un accord ce lundi matin avec Panos Kammenos, le président des Grecs indépendants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alexis Tsipras - Credit Die Linke (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grèce : Alexis Tsipras s’allie avec les populistes de droite des Grecs indépendants

Publié le 26 janvier 2015
- A +

Alexis Tsipras - Credit Die Linke (Creative Commons)

À la suite d’un thriller qui aura duré jusqu’aux petites heures du matin, le score de Syriza s’établit finalement à 149 députés sur 300, soit deux de moins que la majorité absolue. Ce qui n’a pas empêché les partisans du parti de descendre dans les rues dans toutes les grandes villes pour fêter la victoire « contre l’austérité ». Cette victoire historique pour le parti fondé en 2004, et qui avant la crise avait un score de 5%, lui assure une hégémonie incontestable dans le monde politique grec, et lui a donné la possibilité de créer un gouvernement rapidement.

L’alliance avec la formation de droite des Grecs indépendants

En Grèce, les gouvernements doivent se former très rapidement après les élections, car les ministères sont à ce point politisés qu’ils ne peuvent pas appliquer une gestion d’affaires courantes. Afin d’obtenir le nombre de députés lui manquant pour son gouvernement, Alexis Tsipras a conclu un accord ce lundi matin avec Panos Kammenos, le président des Grecs indépendants.

Le leader de Syriza a été nommé Premier ministre par le président dans l’après-midi et le nouveau gouvernement entrera en fonction mardi. À noter une petite révolution dans un pays ou l’Église garde une grande place dans la sphère politique : Tsipras a annoncé qu’il ne prêtait pas serment sur la bible – un pas vers la taxation des biens du clergé ?

Dans les prochains jours, Syriza déclare qu’il prendra les mesures qu’il avait annoncées pour la semaine de sa prise de pouvoir : suppressions de la taxe foncière, augmentation des retraites, gratuité de l’électricité pour les plus pauvres etc.

Les choses sérieuses commenceront ensuite, lorsque Tsipras fera le tour des chancelleries européennes pour évaluer ses marges de manœuvres, et qu’il viendra négocier un assouplissement des mesures en vue de recevoir la prochaine dose de prêts, le pays étant moins que jamais disposé à aller emprunter sur les marchés.

Bilan des élections

Rappelons que le parti de droite Nouvelle Démocratie maintient son score, avec 28%, et qu’il devient la seule vraie force d’opposition, les autres partis ayant tous moins de 7%. À force de ménager la chèvre et le chou dans son précédent gouvernement, de couper les ressources dans les retraites, les allocations, mais de ne pas assez remettre en cause les privilèges corporatistes, le parti n’a pas séduit les réformistes et a dû se contenter d’un repli sur sa base électorale classique.

Aube Dorée arrive troisième avec 6,5%. Si symboliquement, voir le parti néonazi arriver troisième est navrant, sa dynamique est brisée depuis que la moitié de ses députés est en prison. Le parti d’extrême-droite a perdu des voix par rapport aux élections européennes. D’une milice voulant assurer l’ordre dans les quartiers peuplés d’immigrés, le parti tente de se transformer en simple parti d’extrême-droite radical mais au moins non-violent.

Viennent ensuite les centristes du nouveau parti Potami, qui perdent leur pari de devenir la troisième force politique et une troisième voie pour la Grèce. Le parti communiste (KKE) se maintient à 5% grâce à son électorat traditionnel.

Bon dernier, le parti socialiste Pasok entre finalement au parlement, désavoué par ses électeurs. Il avait obtenu 12% en 2012 et 44% (!) en 2009. Toute sa base électorale et une bonne partie de ses cadres ont migré en masse chez Syriza qui fait office de trou noir à gauche, avalant toutes les autres formations. Il a également été affaibli par la liste dissidente de l’ancien premier ministre, To Kinima, qui elle reste hors du Parlement.


Lire aussi : Grèce : Victoire historique pour Syriza et troubles à venir en Europe

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • MLP avait raison devant nos merdias de gauche qui se moquaient de son soutien à Syria.. pour nos élites : la gauche de la gauche et la droite populiste,=pas possible : pas en Grèce !
    Ce sont ces grands savants de la politique qu’elle est obligée de se gaufrer à chaque débats… Bravo les experts en politique ..
    MLP 100 = Experts Bobos de merdias de gauche = O
    >>En Economie leurs équivalents lui donnent des leçons d’économie, alors qu’ils n’ont même pas vu la crise de la presse dans leur propre Journal… sacrés experts visionnaires…!!

  • La preuve éclatante que les fascistes de gauche et de droite sont en réalité les mêmes : seule la couleur de leur drapeau change, mais leurs âmes sont indistinctement étreintes par le même mal.

    Ni rouge, ni brun : voilà qui est plus que jamais d’actualité pour les êtres humains civilisés.

  • Le fascisme est une idéologie née du communisme, ce brun a toujours été rouge…

    • Le fascisme est un socialisme qui refuse la lutte des classes et pratique le capitalisme de connivence comme dans la sociale-démocratie.

  • Rien de neuf sous le soleil. Depuis les travaux pionniers de Louis Dupeux sur le national bolchevisme, on sait que les rouges et les bruns finissent toujours par copuler ensemble. Les gauchos sont toujours d’excellents fachos.

    • « Ce n’est pas l’Allemagne qui va devenir bolchevique mais le bolchevisme qui se transformera en une sorte de national-socialisme. En plus il y a plus de liens qui nous unissent au bolchevisme que d’éléments qui nous en séparent. Il y a par-dessus tout, un vrai sentiment révolutionnaire, qui est vivant partout en Russie sauf là où il y a des Juifs marxistes. J’ai toujours fait la part des choses, et toujours enjoint que les anciens communistes soient admis dans le parti sans délai. Le petit-bourgeois socialiste et le chef syndical ne feront jamais un national-socialiste, mais le militant communiste, oui. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thérèse Rebière.

 

À l’occasion des élections américaines de mi-mandat du 8 novembre 2022, une partie importante du Congrès américain va être renouvelée : la totalité des 435 sièges de la Chambre des représentants (actuellement à majorité démocrate), ainsi que 35 des 100 sièges du Sénat (actuellement répartis à 50-50 entre Républicains et Démocrates et départagés par la voix de la vice-présidente Kamala Harris).

Dès le début du mandat de Joe Biden les projections étaient plutôt pessimistes quant à la capacité du ... Poursuivre la lecture

Durant une campagne électorale, un politicien et son parti crieront leurs réussites sur tous les toits. À défaut d’accomplissements, ils utiliseront l’énergie du désespoir pour détourner l’attention. Les démocrates, aux prises avec une inflation galopante, une augmentation vertigineuse de la criminalité et de l’immigration irrégulière, ont choisi la seconde voie.

Le tout commence au sommet avec Joe Biden. Ayant malheureusement tenu sa promesse de détruire l’industrie de l’énergie, il cherche maintenant à diminuer les prix de l’essence ... Poursuivre la lecture

légslatives 2022
2
Sauvegarder cet article

À l'occasion de chaque élection législative qui voit se conforter la dynamique présidentielle ressurgit le débat sur la réforme du mode de scrutin.

Un mode de scrutin établit la méthode utilisée pour désigner les candidats ou les listes de candidats qui emportent une élection. On distingue principalement trois types de scrutin :

majoritaire, proportionnel, mixte.

 

Le scrutin majoritaire permet l'élection de celui ou de ceux qui ont obtenu le plus de voix. Quand il s'agit d’attribuer un siège, on dit que le scrutin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles