Journée historique pour le Franc Suisse

franc suisse credits hublera (licence creative commons)

Jusqu’où le franc suisse poursuivra-t-il sa hausse ? Dans quelle mesure cette bouffée est-elle « spéculative » ?

Par Stéphane Montabert.

franc suisse credits hublera (licence creative commons)

Jeudi, après des années de manipulations inavouables, le franc suisse a recouvré sa liberté dans le fracas et le chaos.

Annoncé par un simple communiqué de presse, l’événement – d’une amplitude quasi-cosmique dans le domaine financier – a propulsé la monnaie de plus de 20% par rapport à l’euro, dépassant la parité. Il fallait 1,20 CHF pour 1 euro hier, aujourd’hui il faut débourser moins d’un franc !

Les Suisses peuvent se réjouir, ils se retrouvent ce soir 20% plus riches qu’hier à la même heure, une bonne nouvelle dont les frontaliers seront les premiers à profiter. Mais la joie risque de ne pas durer. L’incertitude est immense sur l’attractivité économique, le commerce, l’immobilier, les placements.

Parmi les perdants dans la nouvelle donne il y a par exemple le tourisme local, ou les industries exclusivement tournées vers l’exportation et qui ne peuvent ni rogner sur les marges généreuses du luxe ni profiter d’une baisse de prix notable de l’importation de leurs matériaux. Pensons en particulier à Swatch dont le président Nick Hayek décrit ce qui vient de se passer ce matin comme un « tsunami » pour lequel « il n’a pas de mots ».

Il y a trois ans et demi, lorsque le peg (le taux de change minimal entre CHF et EUR) fut instauré, j’écrivais que cette limite artificielle ne saurait durer et que cela finirait mal :

« L’histoire nous donne de nombreux exemples de pays tentant arbitrairement de lier entre elles deux monnaies flottantes à travers une parité fixe. Ces manœuvres ont invariablement débouché sur des catastrophes. »

La mise en gras est d’origine…

Nous ne sommes qu’au début d’une crise majeure entièrement due à une coterie de banquiers et de politiciens attachés à la stabilité à n’importe quel prix, ce qui n’est pas la moindre des ironies.
Poursuivant sur leur lancée, les médias – et plus tard les politiques – travailleront d’arrache-pied en orientant l’information du grand public pour expliquer que la fluctuation retrouvée du franc suisse est une mauvaise chose. Par exemple, aujourd’hui, l’heure est à la panique boursière : le SMI chute de plus de 8%. C’est énorme. Sauf si on comprend que les valeurs suisses, cotées en franc suisse, sont soudainement surévaluées de 20% par le truchement des monnaies ! Si vous aviez une action de la société Cor Des Alpes à 120 CHF, cette part valait 100 € hier ; aujourd’hui, après une chute de 8% elle ne vaut plus que 110.4 CHF mais cela représente désormais 106 € – l’investisseur étranger est donc largement gagnant. La chute boursière actuelle est donc le résultat d’une prise massive de bénéfice sur des cours libellés dans une monnaie soudainement plus précieuse.

Jusqu’où le franc suisse poursuivra-t-il sa hausse ? Dans quelle mesure cette bouffée est-elle « spéculative », mot honni de notre époque ? Il est difficile de le savoir puisque la monnaie a trois ans de servitude à rattraper. La fin du peg ayant été décidée unilatéralement par la BNS, il est pour une fois hors de propos d’accuser les odieux hedge funds et autres vautours de la finance. Ils souffrent beaucoup d’une nouvelle que leurs vaillants algorithmes n’auront pas vu venir !

Le plus important n’est pas là, mais dans le pourquoi de cette modification soudaine. Le moins qu’on puisse dire est que la communication de la BNS laissera le curieux sur sa faim :

« L’introduction du cours plancher a eu lieu dans une période d’extrême surévaluation du franc et de très forte incertitude sur les marchés financiers. Cette mesure exceptionnelle et temporaire a préservé l’économie suisse de graves dommages. Le franc demeure certes à un niveau élevé, mais depuis l’introduction du cours plancher, sa surévaluation s’est dans l’ensemble atténuée. L’économie a pu profiter de cette phase pour s’adapter à la nouvelle situation.
(…) Dans ce contexte, la Banque nationale est parvenue à la conclusion qu’il n’est plus justifié de maintenir le cours plancher. »

Bref, rien dans ces explications ne justifie que la BNS renonce au peg par un petit matin d’hiver. Il y a donc d’autres raisons.

Comparons avec un autre communiqué de presse, daté cette fois-ci du 6 septembre 2011, dans lequel la BNS introduisait le plancher au taux de change :

« La Banque nationale suisse (BNS) vise par conséquent un affaiblissement substantiel et durable du franc. Dès ce jour, elle ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes. La Banque nationale fera prévaloir ce cours plancher avec toute la détermination requise et est prête à acheter des devises en quantité illimitée.

Même à 1,20 franc pour un euro, la monnaie helvétique reste à un niveau élevé. Elle devrait continuer à s’affaiblir sur la durée. Si les perspectives économiques et les risques de déflation l’exigent, la Banque nationale prendra des mesures supplémentaires. »

Le volontarisme affiché à l’époque, maintenu contre vents et marée pendant trois ans, contraste avec la fin soudaine et sans gloire de l’opération.

Au vu de la tempête économique, financière et politique conséquente au changement d’orientation de la BNS, des voix s’élèveront – crieront, même – contre la banque centrale. Mais ce faisant, elles critiqueront leurs propres alliés : des banquiers centraux perclus de keynésianisme, volontaristes en diable avec la monnaie, acquis à l’idée européenne et mis en place par des autorités politiques tout aussi désireuses qu’eux d’une adhésion de la Suisse à la zone euro.

À ce stade il n’y a donc que deux explications possibles : soit la BNS a renoncé parce qu’elle ne pouvait plus continuer, soit parce qu’elle ne voulait plus continuer.

La première hypothèse est difficilement plausible alors que le bilan de la BNS a littéralement explosé ces dernières années tant elle a imprimé du franc suisse pour acheter de l’euro, des actions et de la dette publique européenne, au point d’atteindre 70% du PIB du pays. Bien entendu, on pourra dire (et je serai le premier à le clamer) que la stratégie de la BNS était une impasse ; mais il est difficile pour des technocrates de faire volte-face sans événement particulier alors qu’ils persistent dans la même erreur depuis plusieurs années. Il n’y a, en tout cas, absolument aucune raison pour que les limites soient atteintes au milieu de nulle part, un 15 janvier au matin, au point de jeter l’éponge.

La seconde hypothèse semble incompatible avec l’idée de banquiers centraux acquis à la cause européenne mais rappelons-nous que nous ne savons pas tout. Il pourrait y avoir eu des décisions en coulisses, par exemple au niveau de la BCE, qui auraient précipité un revirement radical de la position de la BNS par rapport à l’euro et la zone euro en général.

Pensons, par exemple, aux élections législatives anticipées prévues en Grèce le 25 janvier et aux positions économiques prônées par le parti de gauche Syriza, en tête dans les sondages.
Pensons, par exemple, à la décision récente de la justice européenne d’autoriser la BCE de Mario Draghi à créer de la monnaie pour racheter de la dette publique, ouvrant la voie à un Quantitative Easing noyant la dette sous des tombereaux de billets fraîchement imprimés.

Il n’est pas interdit de penser qu’il se prépare dans la zone euro certaines opérations tellement contradictoires avec le zeste d’orthodoxie encore présent dans le cerveau des directeurs de la BNS que ceux-ci, malgré toute la sympathie qu’ils éprouvent pour la zone euro, n’ont pas eu d’autre choix que de couper les ponts avec elle.

Nous en saurons peut-être davantage les prochains jours car si un tel secret existe, il est probablement impossible à garder. En attendant, ce choc énorme pour la Suisse se révèle aussi une très mauvaise nouvelle pour la zone euro. Quelle confiance avoir dans le futur d’une monnaie unique dont les Suisses choisissent tout d’un coup de s’éloigner ?

La fin du taux plancher entre le franc suisse et l’euro aujourd’hui s’apparente plus à des amarres qui lâchent en pleine tempête qu’à une séparation à l’amiable entre deux associés doués de raison.


Sur le web