Aujourd’hui, ils sont tous Charlie ! Vraiment ?

Je suis Charlie

Faut-il se contenter d’afficher sur Facebook l’image « Je suis Charlie » ou va-t-on essayer d’aller au-delà de l’émotion ?

Par Le Parisien Libéral.

Je suis Charlie

Le journal satirique Charlie Hebdo a été la cible d’un attentat. Deux personnes lourdement armées ont fait irruption mercredi matin au siège de Charlie Hebdo, dans le XIe arrondissement de Paris. Le bilan, très lourd, fait état d’au moins 12 victimes. Peut-on se contenter d’afficher sur Facebook l’image suivante « Je suis Charlie », ou va-t-on essayer d’aller au-delà de l’émotion, légitime, qui nous caractérise tous ?

Première remarque : la liberté d’expression à géométrie variable, ça ne marche pas

Souvenez-vous de l’affaire des caricatures du prophète Mahomet, en septembre 2012. À l’époque, alors que Ayrault (et Valls, et les autres) n’avait rien dit quand Charlie Hebdo avait caricaturé le Christ, le même Ayrault avait « désapprouvé » la caricature de Mahomet, au nom de l’idée selon laquelle on peut pratiquer la christianophobie, mais par contre il ne faut surtout pas se moquer des symboles de l’islam. Les terroristes d’avant-hier pensent apparemment la même chose : il ne faut pas se moquer des symboles de l’islam.

La conclusion pratique que les autorités françaises devraient tirer est que la liberté d’expression ne peut pas être à géométrie variable. En France, il ne faut pas soumettre les lois sur la liberté d’expression aux contingences de telle ou telle repentance. Et les imams de France, partisans d’un islam modéré, laïcisé, restreint à la sphère privée, doivent affirmer que caricaturer le prophète, ce n’est pas un blasphème mais une pratique conforme à la manière dont les Français vivent et pensent.

Deuxième remarque : les guerres de Hollande « contre le terrorisme » ne servent à rien

Rappelez-vous ! Nous n’en avons pas forcément conscience au quotidien, mais la France de Hollande est en guerre, sur de multiples théâtres d’opérations, principalement pour lutter contre le terrorisme. Le Président de la République, qui s’était donc opposé pour des raisons bassement politiciennes et tactiques contre la présence française en Afghanistan, au sein de la coalition de l’OTAN et aux cotés de nos alliés anglais et américains, est cette même personne qui a envoyé l’armée française en Irak et au Mali pour aller lutter contre le terrorisme. Passons sur le manque de cohérence, force est de constater que ces guerres, qui nous coûtent des centaines de milliers d’euros par journ ne contribuent pas à améliorer la sécurité, ici, en France. Il semble même qu’elles alimentent la propagande anti-occidentale.

Question : quand le Parlement va-t-il demander au gouvernement de s’expliquer sur ses objectifs diplomatiques et militaires et les moyens utilisés pour les atteindre ?

La vidéosurveillance de la capitale ne sert pas à lutter contre le terrorisme

Deux hommes armés de kalachnikov se rendent, en pleine journée, dans une rue d’un quartier animé du 11ème arrondissement, en plein centre de la capitale, tuent, reprennent leur voiture, prennent des rues à sens unique, parcourent plusieurs kilomètres et passent le périph’. Oui, vraiment, le réseau de vidéosurveillance qui quadrille la capitale aura servi à épargner la vie de 12 de nos concitoyens !

Et l’interdiction de port d’armes ne concerne que les honnêtes citoyens, pas les terroristes ou les braqueurs. Quand deux terroristes armés de kalachnikov se pointent quelque part, la seule option semble de composer le 17 (police secours) et d’attendre que l’on donne suite à l’appel.

Quand comprendra-t-on que, dans l’urgence, la réponse armée aurait pu être une autre option ?
En France, il est interdit de se promener ne serait-ce qu’avec un simple couteau suisse. En cas de contrôle de police, le risque pour le casier judiciaire du citoyen est beaucoup plus élevé que celui que Le Guen, Ayrault, Balkany, Andrieux, Thévenoud et autres courent effectivement. Quand comprendra-t-on que les restrictions à la liberté du port d’armes ne profitent pas au citoyen ?

Traiter les terroristes de déséquilibrés ne semble pas vraiment marcher

Le vidéo blogueur Aldo Stérone aborde le sujet du profil des terroristes.

Il n’est pas le seul à aborder la question du danger de l’abdication de nos principes face au terrorisme (au sens très large). Il est vraiment temps que nous écoutions les amoureux des libertés que l’Occident accorde, malgré tout, surtout quand ils connaissent l’envers du décor.

Si des connaisseurs de l’islam nous affirment, preuve à l’appui, que le djihad n’est pas une déviance, peut-être que nous pourrions au moins ouvrir le débat ?

Bref, la solidarité avec les journalistes de Charlie Hebdo était le service minimum que l’on pouvait attendre de tous ces politiciens que leurs contradictions n’étouffent pas. De plus, attendons-nous à voir, ces prochains jours, un renforcement des lois anti terroristes, c’est-à-dire une nouvelle victoire des terroristes. N’oublions jamais que les terroristes se battent contre notre mode de vie. Comme le rappelle le Parti Libéral Démocrate. Céder sur nos libertés constituerait la plus grande victoire du fanatisme.


Sur le web