Travailler plus pour gagner moins – Ou pourquoi les pauvres restent pauvres

Si on vous disait que notre système d’assistance publique au lieu d’aider les pauvres, les enfonçait davantage ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pauvreté SDF (Crédits : Franco Folini, licence CC-BY-SA), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Travailler plus pour gagner moins – Ou pourquoi les pauvres restent pauvres

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 janvier 2015
- A +

Une vidéo traduite par l’Institut Coppet

Dans cette petite vidéo pédagogique traduite par l’Institut Coppet, le professeur S. Mulholland décrit de manière simple et efficace en quoi l’aide sociale, paradoxalement, pénalise les pauvres qui travaillent et les empêche de sortir de la trappe à pauvreté. Le mécanisme de désincitation est pourtant très simple : plus l’individu travaille, plus se réduit la part d’aide auquel il peut prétendre, et le fossé entre les deux étapes le décourage très rapidement. Après tout, pourquoi travailler plus pour gagner moins ?

Attention : Pour activer les sous-titres, cliquez sur le petit rectangle en bas à droite de la
vidéo – vous ne pouvez pas le manquer, il affiche sous-titres quand vous le survolez !

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ce qui serait excellent c’est une étude, euro par euro pour la France qui démontre cette trappe.
    Rien ne vaut des faits pratique pour démontrer une chose à ce ceux qui ne veulent pas voir la réalité.

  • Exemple belge pour les personnes handicapees qui travaillent:
    Au dela du salaire minimum, 100 euros imposables gagnes, c’est 50 euros d’allocation pour cause de handicap en moins. Il reste donc 50 – impots. Or on est deja dans la tranche a 45% + impots locaux, donc 50-49 environ = 1 euros en poche. MAIS, a cause de ce revenu imposable en plus (que la personne ne touche pas, l’impot est preleve a la source), plein d’autre petites aides peuvent disparaitre, comme certains tarifs preferentiels, remboursement de soins…
    Et apres on se pose la question pourquoi les personnes handicapees ne travaillent pas souvent ou a temps partiel….

    Certains politiciens on meme trouver un nom pour cette situation: « le prix du travail ».
    Mais bien sur, rien n’a ete fait…

  • Le monde est divisé en deux catégories..
    Ceux qui bossent 10 heures / jour pour une compagnie, dixième maillon du groupe financier Jean Tube.
    Puis il y a ceux qui bossent 10h / jour pour Jean Tube et ramassent du blé a leurs risques personnels…
    Évidement, comme il est difficile de trouver un job qui ne soit pas déjà chez Jean, il reste le fonctionnariat,
    mais la aussi, le monde est divisé en deux catégories…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’on devait résumer l’École autrichienne d’économie à un point, ce serait que les agents économiques réagissent face aux incitatifs qui leur sont présentés. Décourager un comportement aboutira à sa diminution et, espère-t-on, à de meilleurs résultats.

C’est exactement ce qui est arrivé avec la réforme, controversée à l’époque, du système d’aide sociale aux États-Unis sous Bill Clinton en 1996. De 28 % (19,4 millions d’enfants), le taux de pauvreté a chuté à 11 % (8,4 millions d’enfants) en 2019.

Et selon les plus récentes sta... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin. Un article de l'Iref-Europe

Les difficultés économiques actuelles suscitent évidemment des suggestions pour essayer de surmonter ces difficultés. Mais elles sont aussi l’occasion pour certains de profiter de cette situation pour essayer de faire admettre des propositions de politique économique auxquelles ils tenaient bien avant la crise économique actuelle.

Tel est le cas de ceux qui se déclarent en faveur de la création d’un revenu universel, c’est-à-dire un montant de ressources auquel tous les citoyens aura... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

 

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends », Nelson Mandela

Notre pays consacre désormais plus du tiers de son PIB au social : retraite, sécurité sociale, allocations, guichets et aides diverses pullulent, se télescopent et parfois s’annulent.

Nous avons conquis en 50 ans le titre peu enviable de champion du monde du social mais nos tombereaux d’aides, de formulaires, d’allocations et de paperasserie divers et variés sont-ils efficaces, utiles et offrent-ils à nos compatriotes la possibilité de jouer leu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles