Immigration, l’attaque des cargos fantômes

La ligne de UKIP selon laquelle les « immigrants illégaux » devraient être renvoyés d’où ils viennent, n’est ni tenable ni légale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Immigration, l’attaque des cargos fantômes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 janvier 2015
- A +

Par Richard North, depuis le Royaume-Uni.

Cargo Geert K. (Crédits Bernhard Fuchs, licence Creative Commons)Je travaille toujours sur « Flexcit », un dossier en cours d’élaboration traitant de la manière dont le Royaume-Uni doit s’y prendre pour quitter l’Union Européenne, et dont la dernière version en date compte 370 pages ; j’y effectue une forte restructuration, tout en ajoutant un nouveau chapitre à part, sur les demandeurs d’asile.

Écrire un chapitre cohérent sur ce qu’on appelle les « immigrants irréguliers » tend à concentrer l’esprit d’une façon qu’on ne peut atteindre avec une écriture légère ou une discussion, puisqu’on tente de produire un travail global qui explique le problème dans son entièreté, d’identifier des solutions pratiques et des recommandations.

Ceci vient à un moment où nous assistons aux cas de, non pas un, mais bien deux cargos voyous pointés sur l’Italie, bourrés de demandeurs d’asile, dans ce qui se révèle être une escalade effrontée de la part de trafiquants criminels d’êtres humains, qui se font des millions à cause de la misère humaine.

Le dernier des deux en date, le MV Ezadeen, serait, dit-on, rempli de 400 migrants, et a été remorqué, direction l’Italie, après être resté toute la nuit à 58 miles nautiques de la côte, au large de la ville de Crotone, dans la mer Ionienne.

Les commentateurs abordent désormais ouvertement des questions plus larges, comme par exemple une représentante de Frontex, l’agence de l’UE pour les frontières, Ewa Moncure, précisant que ceci est l’œuvre de trafiquants d’êtres humains. Ils semblent avoir eu recours à la même méthode d’utilisation de cargos largement décommissionnés, qui ont été « ramenés d’entre les morts ».

C’est une activité qui rapporte des millions de dollars pour ceux qui opèrent ces bateaux, a dit Mme Moncure. Elle estime que chaque passager a payé 3 000$ pour le voyage sur le MV Ezadeen. Plus tôt, il y a eu des estimations selon lesquelles les passagers avaient payé jusqu’à 6 000$ pour une place sur le Blue Sky M, ayant potentiellement rapporté cinq millions de dollars aux trafiquants, pour ce seul voyage.

Cependant, en examinant cette question dans sa globalité, on voit que ces derniers événements sont simplement la pointe d’un énorme iceberg, qui représente la séquence des échecs des politiques de l’Union Européenne et de ses États-membres, mais qui trouve racine dans des accords internationaux remontant à 1951, avant même la naissance de la CEE.

En nous attaquant spécifiquement à l’Union Européenne, nous, les eurosceptiques, sommes particulièrement prolixes sur les échecs de politiques telles que la Politique Commune sur la Pêche et la Politique Agricole Commune ; mais celles-ci sont des exemples de vertu, comparé à l’échec presque total de l’Union Européenne à traiter de façon adéquate la question des demandeurs d’asile.

C’est là où nous-mêmes avons raté une opportunité majeure, d’une part d’identifier pleinement l’ampleur du désastre des politiques de l’Union Européenne, et d’autre part, d’élaborer notre propre politique rationnelle (et humaine), avec des marqueurs indiquant où sont les changements à opérer dans l’ordre international, de façon à ce qu’ils puissent être adoptés.

Dans ce contexte, la ligne de UKIP (NdT : parti politique eurosceptique britannique) selon laquelle les « immigrants illégaux » devraient être renvoyés d’où ils viennent, n’est ni tenable ni légale. C’est de la politique de petites phrases sans aucun lien avec la réalité.

Un point qui doit être souligné ici est que le Royaume-Uni, aligné avec les autres pays civilisés et développés, ne peut pas juste « s’asseoir » sur ses accords internationaux. Il est donc inconcevable que nous, en tant que nation, n’ayons pas de politique sur les demandeurs d’asiles, et que celle-ci ne respecte pas la loi internationale et nos obligations en découlant.

Cela fait plusieurs semaines déjà que je travaille spécifiquement sur de tels problèmes et, dans les jours qui viennent, je publierai une série de textes qui explorent des idées, à partir de nos erreurs d’orientation, sur ce que nous devons faire pour ramener de l’ordre dans ce qui est, sans l’ombre d’un doute, l’un des échecs politiques de l’UE les plus énormes de tous les temps.


Sur le web. Traduction Contrepoints.

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • Je suis resté sur ma faim: une longue introduction pour finalement se contenter de répéter le sous-titre, sans nous dire pourquoi, exactement, cette ligne n’est pas tenable.

  • il parait qu’en allemagne , ils ont besoin d’immigrants face au vieillisement de la population ; pourquoi ne pas diriger ces pauvres gens vers les pays qui ont besoin de mains d’oeuvre ? je suis sure que l’allemagne serai ravie…..

    • Il paraît qu’en France, on a besoin de jeunes qui renversent le système. Pourquoi ne pas aller les chercher en Syrie ?

    • non les Allemands prennent des immigrés qualifiés en fonction de leur besoin , nous, nous récupérons ceux qui ne savent rien faire …De plus nous entrons dans une révolution de la robotique qui rendra bien moins nécessaire la main d’oeuvre surtout celle non qualifiée . Quant à la consommation que cette population apporte , si l’on considère l’appauvrissement des ressources de la planète et l’écologie , il faudrait que l’homme arrête de se reproduire autant … Au risque de choquer , j’assume !

  • « La ligne de UKIP selon laquelle les « immigrants illégaux » devraient être renvoyés d’où ils viennent, n’est ni tenable ni légale. »
    Trop gros ça passera pas 🙂

  • Ce qui est sur, c’est que les cargos de migrants ne vont pas jusqu’en Angleterre. On verre ce que dr North en pensera qu’en cela arrivera.

  • Bien sûr qu’une politique de retour est tenable et légale. Il suffit de voter la loi qui va bien et de l’appliquer. En mettant les moyens qui vont avec.

    Ce genre de discours pro-immigration relève de la propagande la plus grossière.

    Raccompagner ces gens dans leur pays d’origine avec fermeté et humanité est la seule solution a terme. Et cette solution n’est pas contraire aux idées libérales. Quand bien même elle serait discutée, tout principe admet des exceptions.

    • Tout comme pour la réduction des inégalités, la fraude fiscale, l’injustice sociale… Il suffit juste de voter les lois, d’avoir une volonté politique…
      Il suffit de le vouloir.

      Allez, je suis devant un ravin, je veux voler, je saute… Hop ! C’est ainsi que fonctionnent les idéologies…

      « Et cette solution n’est pas contraire aux idées libérales. »

      La déportation n’est pas contraire aux idées libérales ? Vraiment ?
      Ah oui, c’est vrai, ce sont des étrangers, pas des humains…

      • Quel choix de mots! La déportation… M’enfin…
        Il y a plus de 6 milliards d’êtres humains plus pauvres que les européens. On ne peut pas accueillir toute la misère du monde.
        Donc oui, il faut mettre une limite, et la faire respecter.

        Pour reprendre votre image, fermer les yeux en marchant tranquillement vers le ravin n’est au plus intelligent que d’y sauter joyeusement en espérant voler.

        • « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde », comme disait Rocard, ce grand libéral !

          On ne peut pas laisser se creuser les inégalités, ma bonne dame. Donc oui, il faut mettre une limite à la cupidité et la faire respecter.

          On ne peut pas laisser les fleurons de l’industrie nationale sans recours face à la concurrence déloyale des entreprises étrangères, ma bonne dame. Donc oui, il faut mettre une limite à l’ultramondialisme et la faire respecter.

          Etc.

          Ah, la bonne vieille ficelle des « limites » pour promouvoir des idées liberticides !…

        • La déportation est l’action pour un pouvoir politique d’obliger une catégorie ou un groupe de personnes, à quitter son habitat (territoire ou pays), soit pour l’obliger à s’installer ailleurs (déplacement forcé, regroupement forcé ou « purification ethnique »), soit pour le retenir dans des camps (travail forcé).

          Je comprends bien qu’on ne peut pas accueillir tout le monde et je fais aussi dans la provocation, cependant, il faut appeler les choses par leur nom et la condition d’être humain ne s’arrête pas à un papier d’identité…

          « Pour reprendre votre image, fermer les yeux en marchant tranquillement vers le ravin n’est au plus intelligent que d’y sauter joyeusement en espérant voler. »

          Comment savez-vous qu’on se dirige vers le ravin ? Les analyses seront toujours biaisées. Comment êtes vous certain des causes ?
          Y-a-t-il réellement un problème ? Et s’il y a problème, y-a-t-il solution ? S’il n’y en a pas, il faut faire n’importe quoi ?

          • Il me semble qu’on a 6 millions de chômeurs au bas mot, vous aller en faire quoi de touts ces illégaux ? les aider avec quoi, l’argent tombe pas du ciel, ceux qui payent des impôts ont on ras-le bol.

            • Merci de souligner un problème de socialisme.

              • Pas que socialiste.

                Chez les libéraux, il y aurais 0 impôts ?

                Qui va embaucher un clandestin qui ne connait pas un mot de français.
                Ou allez vous les loger, il y a pas assez de logement les français.

                La conclusion est simple: quelqu’un qui ne trouve pas de travail et qui doit manger doit faire un mauvais coup: agression, vol …. (vivre d’amour et d’eau fraiche fonctionne pas, ainsi que faire des prières ça marche pas).

          • En même temps, si quelqu’un vient s’installer chez moi contre mon avis (ma loi locale), mon droit totalement libéral me permet de le déporter hors de chez moi, y compris en usant de toute la violence qu’il me plaira d’user.

            Le problème est que l’idée même de « pays » ou de « nation » est à moitié artificielle. Mais à partir du moment où on la reconnait pour d’autres problèmes, et ou on admet que les gens vivant en un lieu donné sont fondés à se regrouper et à reconnaitre une loi pour cet endroit, et acceptent la mise en place d’une organisation sensée les représenter, nommée État, alors cet État est porteur du droit de propriété conjoint des gens qui l’ont fondé/accepté. Quiconque vient sur le territoire (où l’État a donc le monopole de la violence légale) sans le consentement formellement ou informellement exprimé de cet État en tant que représentant des gens vivant dans le lieu en question se trouve dans la situation énoncée auparavant.

            Et donc que l’État, muni du consentement de la majorité de ses administrés, foute dehors ou même fouette avec des orties avant de peindre au bleu de méthylène voire « déporte » les gens qui se pointent sur son territoire sans son autorisation n’est 1° pas du tout illégal ou illégitime, 2° pas spécialement illibéral (l’Etat agit dans les limites du régalien, en plus). Du moins s’il y a un État. S’il n’y en a pas c’est encore plus simple, les locaux dans leurs grande majorité sortent la pétoire et règlent le problème… ou accueillent les « migrants impromptus », au choix et librement.

            La liberté des migrants se heurtant à celle des primo-habitants. Ces derniers ayant crée la valeur du terrain qu’ils occupent, selon le principe lockéen bien connu, ont priorité.

  • Pourquoi cette position ne serait pas tenable, ´là oû il y a une volonté , il y a un chemin’ la souveraineté nationale devra nous amener à renégocier ces fameux accords et ainsi protéger nos territoires.

  • Le prochain stade de ces bateaux de migrants ressemblera- t’ il au « camp des saints de Raspail  » ?
    Auquel cas ce ne sera pas L’UE qui décidera de ce qu’il faut faire ou non…

  • Pour transformer les immigrants illégaux en personnes socialement et culturellement adaptés, qui sont productives et capables d’adopter les idées libérales, il faut combien de siècles déjà ?

  • Il me semble que l’Australie a montré la voie : sa marine de guerre est utilisée pour intercepter les bateaux de clandestins qui sont renvoyés dans leurs pays d’origine.

    Pourquoi l’Angleterre ne pourrait-elle pas faire de même ? Pour une fois la Royal Navy serait utilisée pour autre chose que pour des guerres extérieures inutiles et néfastes.

    L’essentiel est d’arrêter l’immigration en provenance du tiers-monde qui menace la stabilité et la prospérité des pays occidentaux.

    • Heureusement que nous autres Australiens somment plus fermes car avec 25 million d habitants sur un pays immense nous ne tiendrions pas longtemps.
      Il est dommage de voir l Europe se suicider par faute de courage et de fermete.
      Au final les plus pauvres Europeans vont en prendre plein la tête pendant que vos elites enverront leurs enfants aux US ou ici….

  •  » Ni tenable , ni légale  » il ne reste donc plus qu’à subir le fait accompli et à considérer cette forme d’invasion légale !!!! Bravo pour l’analyse ; l’auteur ne se fatigue pas trop !!!!! N’importe qui sans aucune formation ni compétence peut dire la même chose !!! Monsieur Fenouillard l’avait dit avant lui : » Ce que l’on ne peut pas éviter il faut bien le subir  » voila donc la nouvelle légalité européenne !!!!! Dans ce cas il est grand temps de se sortir de se guêpier et de reprendre la direction de nos affaires sans la déléguer à des technocrates apatrides !!!

  • A PH11
    Je ne comprends pas très bien en quoi le fait de maintenir des populations sur leurs territoires d’origine pourrait s’assimiler à de la déportation que vous définissez fort bien par ailleurs !!!!Les garder à produire chez nous pendant 20 ou 30 ans puis les renvoyer pourrait être compris comme une forme de déportation mais le retour immédiat de gens non désirés dans leurs pays d’origine me parait souhaitable même si l’auteur prétend que ce n’est ni tenable ni légal (?????????????? )

  • Souhaitons à nombre de brillants commentateurs ici de ne jamais avoir à demander asile et admirons leur dimension humaine.

    • Contrairement à certains, nous n’avons pas de patrie de rechange si les choses tourne mal chez à cause de la libanisation importée par la politique d’immigration massive.

    • Bonjour Nick
      Ca c’est un vrai argument, LE vrai argument.
      Le reste c’est du pignolage de bobo.
      La liberté c’est pour les autres et d’abord pour soit.
      Ne pas être prisonnier des frontières, sinon que vaut la liberté de sortir si on ne peut rentrer ailleurs.

    • Et si tous les opprimés du monde venaient en France, ce serait la solution.

      • Il y a une solution qui mettrait tout le monde d’accord. Ceux qui veulent les accueillir et ceux qui ne veulent pas.

        Ceux qui veulent les accueillir peuvent le faire, sous leur propre toit, à leurs frais, jusqu’à l’assimilation complète de la famille en question, ce qui peut prendre pas mal d’années. Ils paieront le logement, la santé, l’éducation, la nourriture, les déplacements et les loisirs de la famille immigrée.

        Pour ce faire, il voudront bien consigner à la Caisse des dépôts et consignations la somme de 250 K€ qui sera utilisée au fur et à mesure pour mettre en application leur générosité tout à a fait louable.

        Il n’y a qu’à voter une loi pour mettre en application cette mesure.

        Alors, des amateurs?

  • les migrants sont chasses de leurs pays pour torture, exaction, une dictature infligée par des hommes-animaux. Ils veulent protéger ce qu’ils sont. Ils ont payé le prix fort à des passeurs. Ils sont prêts à faire n’importe quel travail pour vivre en PAIX.

  • Entre vendredi et samedi, les primes sont passées de 1000 à 6000$. Encore quelques jours et on parlera de 10000$/tête. Une surenchère au chiffre.
    Par contre, personne ne dit quoi faire pour éviter qu’ils viennent malheureusement grossir le nombre de SDF dans les rues européennes.

  • Moi, je pensais que ce qui est intenable et illégal, c’est l’immigration clandestine par paquebots entiers. Maintenant que me voilà remis dans le Droit chemin, je vais proposer à Nick de Cusa de m’accueillir chez lui comme Breton clandestin chassé par l’oppression socialiste français(avec quelques autres compatriotes du même tonneau).

    • Cher René, avec plaisir, mais c’est un peu tricher puisque je suis un fan.

      Plus sérieusement, la these de R. North est que les accords internationaux en place ne marchent pas pour la question des demandeurs d’asiles. Ce qui est donc triste, sur ces questions, c’est qu’on voit tant de commentateurs si crispés dès qu’ils voient « immigration », qu’ils ne comprennent pas ce point pourtant simplissime, avec lequel -s’ils prenait une seconde de temps de réflexion- ils sont d’accord.

  • Le problème ne réside pas dans l’émigration en soit mais plutôt dans la nature de l’état français. De nature quasiment despotique il est bien trop facile pour une majorité spoliation de s’approprier les biens des « nantis » par la force de l’état. Tant que cette situation perdurera les libéraux seront parfaitement en droit de refuser toute immigration. Lorsque les droits des individus primerons sur la volonté collectiviste la France n’est pas en capacité de recevoir des populations supplémentaires.

  • la solution est tres simple ,il suffit de demander auxresponsable ,d autoriser lesattaches a la reception des demandeurs daller demander au gouvernemant de detacher une commission qui trancheras sur la responsabilité poir envisager de prendre une decision qui permettras aux mis en cause de declarer une motion positive a la negation des responsabilites des contrvenants .

  • Ce billet de M. North me laisse sur ma faim. Il dit que le Royaume-Uni ne peut pas « juste « s’asseoir » sur ses accords internationaux » et donc qu’il est inconcevable d’avoir une politique sur l’asile « qui ne respecte pas la loi internationale et nos obligations en découlant » mais il ne cite pas lesdits accords internationaux, ni les principes selon lesquels ces accords seraient permanents, définitifs et irrémédiables.

    Les accords internationaux sont des contrats comme les autres. Ils peuvent s’interpréter, s’amender, et le cas échéant, se résilier.

    Je ne comprendrai jamais cette propension à se prosterner devant des accords internationaux tels l’incarnation d’un nouveau Veau d’Or. Mais elle ressemble plus souvent qu’à son tour à un moyen détourné de laisser dériver une situation tout en se préservant une indignation de façade et une excuse pour ne rien faire.

    • Vous lisez EU Referendum ? Déjà, pour le moins, le titre du site ? De là, qu’est-ce qui vous laisse à penser que son attitude est de se prosterner ?

      Ce sujet a décidémment l’art de faire réagir des gens de façon irréfléchie et avec trop d’emportement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vous avez probablement suivi le dossier Orpéa suite la parution du livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet et le fracas médiatique qui se poursuit avec la récente mise en cause de son concurrent Korian, leader en France des EHPAD privés[1. Maltraitance dans les Ehpad : l’avocate Sarah Saldmann va lancer une action collective en avril contre le groupe Korian (France Info, 7 février 2022)]. La maltraitance des personnes âgées en établissement est un sujet connu de beaucoup de Français pour des raisons familiales, mais bizarrement peu débattu ju... Poursuivre la lecture

restrictions covid france XXIème
1
Sauvegarder cet article

Qu'est-ce que la France au XXIe siècle ?

Voilà une question lancinante, capable d'hystériser le débat public. En témoigne la violence avec laquelle Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon se sont opposés lors d'une récente émission télévisée. S’invectivant sans cesse l’un l’autre, les deux candidats à la magistrature suprême y sont apparus en total désaccord sur les contours à donner à l'identité nationale, et donc à la définition de la France. Le constat de leur absolue division est tout sauf une surprise. Pour guider les Français dans leu... Poursuivre la lecture

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles