En finir avec le monopole de la sécu

Laisser à la sécu le monopole de la couverture santé présente trois inconvénients majeurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013900 sécurité sociale

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En finir avec le monopole de la sécu

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 janvier 2015
- A +

Par Aurélien Véron

imgscan contrepoints 2013900 sécurité socialeL’association Liberté Sociale a fait grand bruit ces dernières semaines. Sa contestation, motivée par des décisions européennes, du monopole de la Sécurité Sociale, a fait sur-réagir le parlement. Un amendement prévoyant de lourdes sanctions pour la seule incitation à quitter la sécu a été ajouté au PLFSS 2015, nouvelle atteinte à la liberté d’expression. Se désaffilier du système français d’assurance-maladie coûtera dorénavant jusqu’à 15 000 euros d’amende et un an de prison. Cette association est clairement dans le viseur de l’État. Sa mission consiste justement à accompagner les Français qui veulent s’affranchir de la sécu pour se couvrir auprès d’assureurs aux cotisations jusqu’à 20 fois moins coûteuses, souvent pour de meilleurs remboursements.

Le débat peut paraitre technique, il est pourtant au cœur du déclin de notre système de santé que seule une véritable refondation de l’assurance santé pourra inverser. Le système actuel d’« assurance maladie » porte mal son nom. Une assurance repose sur un mécanisme de solidarité au travers de primes individuelles. Dans ce cadre, rien n’interdit à l’État d’aider ceux qui ne peuvent pas payer cette prime par une aide (solidarité nationale) afin qu’ils bénéficient eux aussi de cette couverture que nous sommes nombreux à vouloir maintenir universelle. Le système actuel s’apparente davantage à un mécanisme par répartition, comme le système français de retraites. Schématiquement, les actifs cotisent pour financer les dépenses de santé des retraités qui, eux, ne cotisent plus. C’est non seulement financièrement, mais aussi moralement intenable.

Laisser à la sécu le monopole de la couverture santé présente trois inconvénients :

  • L’assuré n’est absolument pas responsabilisé, alors que la santé dépend avant tout de nos comportements : alimentation, activité physique, hygiène de vie… Le fait de ne pas choisir son assurance limite la prise de conscience de l’assuré que les excès ne sont pas anodins. Qui reprocherait aux assurances habitation et auto d’être concurrentielles et d’ajouter parfois des clauses au contrat pour renforcer la protection des biens ?
  • L’assuré n’est par ailleurs pas sensibilisé au fait que si la santé n’a pas de prix, elle a un coût. La généralisation des tickets modérateurs et la gratuité de nombreux soins renforcent cet aveuglement collectif sur le poids de cette industrie qui pèse 12% du PIB et emploie 2,5 millions de personnes au bas mot. Choisir son format d’assurance et la prime associée aide à comprendre que les soins exigent du personnel qualifié nécessitant une rémunération correcte, que les nouvelles technologies exigent des investissements lourds et qu’une bonne articulation des acteurs de santé découle d’un pilotage que seule l’émulation d’assurances concurrentielles peut améliorer.
  • Enfin, un monopole ne favorise pas une répartition performante des ressources, la diffusion des innovations et la mise en œuvre des meilleures pratiques issues de l’émulation. Le secteur de la santé en France figure parmi les plus onéreux d’Europe. De nombreux hôpitaux traversent pourtant de graves difficultés, leurs personnels médicaux y sont mal rémunérés, les déserts médicaux s’étendent et le recours aux médecins étrangers illustre bien les limites du numérus clausus des facultés de médecine. Le déficit annuel vient grossir la dette sociale qui atteint déjà 200 milliards d’euros, 10% de la dette publique.

La question de la gouvernance des hôpitaux publics, du remboursement équitable des soins et de la recherche constante d’amélioration de l’offre de soins passe réellement par une mise en concurrence des assurances et mutuelles santé au premier euro. Que Liberté Sociale ait raison ou non dans son application des décisions européennes ne change rien au fond du débat. Cette association a raison de faire tomber un totem français et de mettre fin à l’un des derniers monopoles publics, 70 ans après sa création.

Un grand nombre de Français n’ont pas peur de s’assurer ailleurs. Pendant de longues années, les 170.000 frontaliers avec la Suisse ont bénéficié d’une exemption légale, et 90% d’entre eux ont choisi de s’assurer auprès d’une assurance privée. Marisol Touraine a mis fin à leur situation avantageuse au 1er juin 2014, soulevant l’indignation des dizaines de milliers d’assurés concernés. Malgré de nombreuses manifestations, la ministre n’est pas revenue sur ce retour au monopole ruineux et délité. Les Français méritent l’ouverture de ce débat, l’avenir de leur santé est en jeu.


Publié également par le Huffington Post.

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • la secu a toujours coûté cher a tous. Au lendemain de la dernière guerre, le plan Monnet a été pour nombre de gens de payer toujours plus cher. Quant à la santé personne n’a trouvé une alternative. La concurrence sur le commerce de détail des médicaments est mal contrôlé car c’est au pharmacien de statuer. Le médecin prescrit des drogues à partir de la souffrance du patient. Le médecin devrait avoir dans sa machine un dossier genre carnets de santé. Ce carnet de santé qui dans le passé a coûté cher n’a servi à rien.

  • « Pendant de longues années, les 170.000 frontaliers avec la Suisse ont bénéficié d’une exemption légale, et 90% d’entre eux ont choisi de s’assurer auprès d’une assurance privée. Marisol Touraine a mis fin à leur situation avantageuse »

    Il est important de noter que les frontaliers Français travaillant en Suisse ne dépendent aucunement du système de santé Français mais bien du système Suisse ( Accord signé entre les deux pays)

    A ce titre le décret de Madame Touraine a l’effet pervers de déplacer les contrats de santé privés souscrits dans des organismes Français vers leurs équivalent Européens ( Angleterre et Luxembourg ) afin de ne plus tomber sous la législation Francaise.

    De très nombreux frontalier ont fait ce choix !

    C’est dommage, c’est encore une fuite de capitaux hors de France.

  • il est possible de réformer la gestion de la sécu, de responsabiliser les ayants-droit, de faire de la santé un bien collectif bien géré sans pour autant le faire gérer par des assurances privées qui prélèveront des dividendes sur les cotisations ……
    Maintenant il faut aussi de couilles pour dire non aux abus, aux profiteurs, …
    Mais pour cela il faut sortir du sentimentalisme idiot de la France gauchisante… nous ne pouvons ni ne pourrons prendre en charge toute la misère du monde, et toutes les irresponsabilités politiques.

    • Avez vous lu l’article ? une assurance privé peut coûter jusqu’à 20 fois moins et si ces 20 fois moins rémunère un actionnaire dont les dividendes serviront à investir dans un autre domaine alors je m’en contrefous. je préfère rémunérer un actionnaire qu’un puits sans fond.

      • 20 fois moins cher pour les gens riches car il n’y a pas de limite haute à la cotisation santé comme pour la retraite mais il est évident qu’une santé privée serait plus chère pour beaucoup de gens en bas.

        Pour rappel le coût moyen de la santé aux US pour une famille de 4 est aujourd’hui de 22k$/an soit presque 2k$/mois.
        http://www.forbes.com/sites/danmunro/2013/05/22/annual-healthcare-costs-surpasses-22000/

        Ma belle famille est américaine et j’y ai vécu 5 ans et je peux vous dire que des exemples d’assurances privées qui essaient de ne pas rembourser j’en ai vu un paquet. De toute évidence la sécu a besoin de sérieuses réformes et des franchises doivent être mises en place pour calmer les français hypocondriaques mais je ne suis pas sûr que la solution passe par des assurances privées. C’est sûr que pour la plupart des gens sur ce forum ça serait bénéfique mais c’est parce que la plupart des gens ici se situent en haut du panier

        • 2k$/mois me parait très excessif et en dehors de la réalité du coût de la santé de tout un chacun. Les assurances privés sont peut-être de connivences pour un tel coût.

          • Bonjour,

            mon frère qui travaille aux USA et qui s’occupe justement des assurances de santé arrive au même chiffre de $2000 par mois pour une famille.

        • Le secteur de l’assurance santé aux USA manque cruellement de liberté, malheureusement.

        • Pour mémoire, car je l’ai déjà écrit…
          1968 je prends la suite à la direction de l’entreprise artisanale familiale. Comme je suis prévoyant je souscrit à une assurance privée (sous formule mutuelle). Pour 150000F de l’époque, par an, je suis assuré (même taux et même règles de remboursement) comme la sécu des « travailleurs »… non des ouvriers, car moi aussi je suis travailleur, et même beaucoup… et j’ai même emprunté pour dynamiser l’entreprise (aucun salarié de l’époque n’a voulu se joindre à moi !!!). La caisse est excédentaire !!!
          Quelques années plus tard « on » nous pond une loi nous obligeant à nous affilier à une caisse « agréée ». On ne peut pas y échapper et rester à la mutuelle pré-citée. Les cotisations passent à 145000F par trimestre… Les taux de remboursement tombent à 50%, pas de retraite comprise ni d’indemnité en cas d’arrêt maladie… et on ne peut pas choisir sa caisse… La caisse est déficitaire quelques temps plus tard.
          Donc 4 fois plus de cotisations, pour un service TRES inférieur, non démocratique et très opaque… C’est le tribu a payer pour la collectivisation ?… ou pour le passage à une gestion « fonctionarielle » ?
          Donnons le salaire « réel » à tous et prélevons les mêmes cotisations à tous… Le peuple saura enfin combien coûte sa gabegie du « meilleur système de santé au monde » que personne n’a copié.
          Bonne année à tous et vivement un nouvel age social Français… Libre, Egalitaire tout en restant Fraternel.

          • Très bel exemple mais alors en cotisant 4 fois plus et en étant 2 fois moins remboursé cet organisme trouve le moyen d’être déficitaire, j’y vois une marque d’escroquerie flagrante, l’argent ne peut pas disparaitre, il laisse toujours des traces, pourquoi personne (justice ? ) à cette époque n’a fouillé dans les comptes de cet organisme ?
            Tous ces déficits actuels sont volontaires, comment peut il en être autrement ?!

          • Tchayapluk,
            Enfin la part des personnes âgées dans la population en 1968 comparée à aujourd’hui a bien changé et donc les coûts de santé avec (on est passé de 16% de la population âgée de plus de 65 ans à 24% entre 1960 et aujourd’hui et de 4.3 à 9% pour celles de plus de 75 ans).

            Le système d’assurance qu’il soit public ou privé dépend du nombre de personnes qui cotisent par rapport au nombre de personnes qui bénéficient des soins. Avec les projections de vieillissement de la population il ne fait aucun doute que les cotisations vont augmenter

            Nick,
            oui effectivement depuis Obamacare les assurances privées américaines ne peuvent plus refuser les patients qui ont des preexisting conditions pour ne garder que les gens en bonne santé. C’est ça que vous appelez manque de liberté?

            • Fred… Tout à fait d’accord avec vous… Toutefois je précisais bien que le passage à un régime obligé avait eu lieu « quelques années après », vers 72/74 de mémoire et non après plus de 4 décénies. Donc aujourd’hui les cotisations devraient être augmentées au maximum « d’après vos chiffres » que de (et là je fais « exprès » une abomination mathématique…irréelle) 24 + 9 (j’ai honte) soit 33 %. Donc aujourd’hui nous devrions avoir des cotisations de 145000 + 33% environ 151000 Francs par an… A la louche en valeur constante 5000€/an maximum. Comparez avec les cotisations actuelles… et au vu des déficits du régime !
              OUPS (j’ai vraiment honte) j’ai pris le pourcentage total et non la différence !!! (24-16=8…9-4.3=4.7) soit 13% de hausse et non 33% (mon ancien prof de math doit se retourner dans sa tombe), soit (encore à l’estime) 2000€ par an… à peine la valeur des cotisations sur un salaire de 400€ par mois !!!!
              Mes calculs sont faut et légèrement fantaisistes « quoi que » mais le sont-ils bien plus que ceux qu’on nous assène tous les jours ? Allez ne prenez pas une attaque (une merveilleuse année vous attend) et refaites les calculs en valeur constante, je ne devrais pas être si loin que ça. :-0
              Pardonnez les quelques neurones restants qui essaient de fonctionner, et vivement la crémation des vieux parasites qui n’ont jamais participé « eux » aux finances de la France… d’où la venue de la lute des générations…
              Merci pour ce merveilleux monument de santé et d’égalité sociale unique (sont pas fous) au monde.

              • Le calcul doit être un peu plus complexe, car il faut prendre la part du nombre d’actif à cotiser en compte. Sinon pour passer de 16 à 24 ça fait 50% d’augmentation et de 4.3 à 9 il faut 100% MAIS les plus de 65 ans sont certainement en meilleur forme que ceux des années 60 donc je ne pense pas qu’il faille calculer comme ça. Il faudrait prendre la part des remboursements des plus de 60 ou 65 dans les années 60 et la part aujourd’hui en monnaie constante et ensuite faire le rapport avec le nombre de cotisants et leur revenus (là aussi les revenus d’hier sont bien différents de ceux d’aujourd’hui). Nous n’avons pas toutes ses informations.

                Mais plutôt que de comparer aux années 60 je pense qu’il serait plus pertinent de comparer à seulement 20 ans en arrière, la population et les salaires n’y étaient pas si différents d’aujourd’hui et pourtant les couts des administrations ont explosés

        • Ca tombe bien, la Sécu est une entreprise privée qui fait tout sauf de l’assurance maladie. Au cours de sa vie professionnelle, un smicard aura versé un demi-million d’euros à l’ogre pour une couverture maladie et et une retraite toutes pourries.

  • Ce dont souffre la sécurité sociale c’est surtout de n’avoir pas été adaptée à l’évolution de la société, de l’économie réelle et des emplois. L’actuelle « gestion » est toujours et encore liée aux décrets de 1945 et rien n’a évolué depuis.
    Il en va de la responsabilité des politiques de droite comme de gauche pour lesquels ne rien faire et passer la patate chaude aux successeurs est le maitre mot. Et que dire de ce qu’il est convenu d’appeler « gestion paritaire » avec des syndicats entièrement sclérosés avec des « représentants permanents » aussi au fait de la vie des mandants que le politique est au fait de la vie quotidienne des citoyens lambda

    Nous ne pouvons qu’en constater les résultats …..

    Les évolutions sont possibles mais il faut avoir un système politique … intelligent … voir Danemark, Suède, Norvège qui ont mis plus de 10 ans à repenser leur système de protection sociale avec succès et de manière pérenne …… rien à voir avec nos « réformettes » présentées comme hypergéniales, incontournables et appliquées à la hussarde.

  • Il n’y a que moi pour voir le délire disproportionné des peines encourues par les volontaires aux assurances privées? Un an de prison, rien que ça! Quel mal cela fait-il aux autres de s’assurer ailleurs qu’à la sécu?

    Bien sûr l’état veut protéger de toutes ses forces le monopole de la sécu menacé par une évolution de l’opinion à son sujet, mais pourquoi avec une telle raideur? Quel intérêt protège t’il? Si on ajoute à ça l’acharnement du RSI sur les auto-entrepreneurs, on se demande qu’est ce qui rend l’état à ce point fou! Qu’est-ce que cela cache?
    Je trouve cela extrêmement louche.

    • La peur du gouvene-ment c’est la fuite à l’étranger des assurés qui doivent rester captifs auprès des sociétés Françaises, afin d’avoir toujours la main sur les « variables des cotisations »… Et la TVA, les impôts sociétés …. Et avouer une escroquerie de 70 ans c’est pas facile.
      L’ URSSAF de Lyon est née par Arrêté S.G.A.R.n° 09-090 du 9 mars 2009 …. le lien que j’ai conservé de puis des années n’est plus valide sur google et plus rien avec les mots clefs ????? Mais je possède ce document et peut etre demandé à la Préfecture du Rhone

  • rein de louche : tout est très clair … découper le sécu en petit bout pour la donner aux assureurs privés.
    pour pouvoir le faire il faut la défaire .
    tout est fait pour nous faire croire que ce n’est pas réformable, que nous ne pouvons rien faire d’autre que de céder aux capitalistes et à la finance le dernier marché ou nous pouvons être solidaire: la santé!

    • Donc c’est pour excuser un futur démantèlement, les plus gros morceaux seront vendus aux copains? Oui, ça se tient, tout à fait dans la logique habituelle.

      • il suffit de regarder sur qui la com anti sécu s’acharne : les dentistes, les audio-prothésistes, les opticiens …
        Ils seront les premiers sur la liste des cadeaux de nos politiques aux grands groupes d’assurance.
        Cela à bien failli se faire il y a de ça six mois.
        Ce n ‘est que partie remise, car tout est en place : il n’y a plus d’embauche de dentiste conseil à la sécu par exemple. Mais il y a pléthore de dentistes conseils embauchés chez les assurances (les gros groupes)

        Le plus ignoble : la perte de la possibilité d’exercer le métier de mutuelle complémentaire santé ». Tout doit être régit comme une société d’assurance privée avec capitaux et dividendes(obligation européenne). Il est clair que les fusions, les rachats de toutes les petites structures existantes qui se passent en ce moment en est la preuve la plus évidente.
        Sur votre cotisation la part allouée aux dividendes augmentera inexorablement .

        • Il n’y a pas de cotisation à la Sécu. En revanche, vous rémunérez très grassement les camarades syndicalistes et vous entretenez leurs CE.

    • Il va bien falloir trouver une issue. Ces lois d’exonération de charges sont bien pondues par le gouvernement. Donc c’est ce dernier qui est responsable de la situation.

  • « La médecine Française il y a 20 ans déclarée la meilleure du Monde par l’OMS est aujourd’hui déclassée et en pleine décomposition, comme tout le reste. »
    Que s’est il passé concrètement en 20 ans ? Par quel levier est on descendu si bas ? le nombre de malades ? la gestion hospitalière ou administrative ? détournements financiers ?

  • Comme toujours en France, il y a des incohérences qui ne peuvent s’expliquer que par une faille physico-spatio-temporelle. On réussit toujours à faire ce que aucune opération mathématique ne pourrait expliquer.

    Nous avons des hôpitaux:
    – dont la qualité des soins baissent
    – dont le personnel est mal rémunéré pour ce qu’il fait
    – dont le personnel fait des heures et heures sup plus que n’importe qui en France

    et pourtant ces hôpitaux sont les plus coûteux du monde occidental.

    • Le personnel administratif y est en surnombre, c’est la complexité administrative qui plombe la santé et ce pays en général.

    • oui. Tout à fait. Lorsque je vois ces hôpitaux aux normes sans personnel ou très peu. Ça ne va pas.

      • un système sans sécu,on peut toujours dire:c’est pas juste,pas beau,vilain,etc…mais ça marche,un système avec sécu et sans médecins…c’est l’avenir de la fRance.

  • Je vis et travaille en Allemagne.

    Ici la majorité des caisses maladies sont publiques, elles sont en concurrence, sont excedentaires et on est au tiers payant. Tout le monde est couvert, c’est obligatoire.

    Mais non, en France, on continue à croire à un seul système (apparemment le meilleur du monde mais que personne ne veut) déficitaire liée à une administration inréformable et démesurée.

    • « une administration minimale »
      Je crois que c’est là le problème, le poids de l’administration française coûte très très cher au français.

    • Ça fait peur les réponses : Ben oui salarions tous les médecins, elle est belle la liberté…De toute façon c’est ce qui se profile avec un gros mélange de capitalisme de connivence avec des mutuelles ( dont l’état est actionnaire bien sur ) J’en viens à croire qu’on est un pays incapable de se réformer seul et de « penser » de lui même…il est loin le temps du siècle des lumières ou la France était un modèle. En tous cas merci pour cet article et merci à Nick de remettre les choses au point pour le système US. De toute façon on a habitué les gens à recevoir la becquée

  • Une erreur :
    le numerus clausus a été officiellement introduit dans les études médicales en 1971 et s’est appliqué pour la première fois lors des examens de fin de première années de médecine en 1972. Je le sais j’en était.
    C’était le fruit des réflexions et de la collusion de technocrates qui pensaient que la réduction de l’offre de soins mettrait fin au déficit de la sécu et des vieillards du conseil de l’ordre des médecins qui pensaient protéger leur clientèle…
    Que les gouvernements successifs, de gauche comme de droite aient ensuite, par frénésie dirigiste, toujours réduit le numerus clausus est tout aussi vrai; ma fille fille en a été victime… Dieu merci elle exerce maintenant l’optométrie au Canada où elle a son avenir, loin du lobby des ophtalmos, des connards du conseil de l’ordre et des énarques….

  • Juste pour rectifier une erreur de l’auteur : a été pénalisé plus lourdement l’incitation à ne pas s’affilier à UN régime de sécurité sociale. Il n’est marqué nulle part qu’il doit être étatique.
    Liberté Sociale n’est absolument pas menacée légalement.

  • la méritocratie ou la promotion sur canapé a fait mettre par terre le système d’emploi de la fonction publique

  • Le MLPS met en garde le public contre les agissements de M. Christian Couturier
    Le secrétaire général de l’association « Liberté Sociale » tente de s’approprier le nom du MLPS

    http://www.claudereichman.com/articles/communique_mlps_18_decembre_2014.pdf

  • Revenons au code civil bâti à partir de la bible qui responsabilise les citoyens vis à vis de leur famille :
    « L’enfant, à tout âge, doit honneur et respect à ses père et mère. » (art. 371)
    « Les enfants doivent les aliments à leur père et mère et autres ascendants qui sont dans le besoin. » » (art. 205)
     » Les gendres et belles-filles doivent également, et dans les mêmes circonstances, des aliments à leur beau-père et belle-mère, mais cette obligation cesse lorsque celui des époux qui produisait l’affinité et les enfants issus de son union avec l’autre époux sont décédés. » (art. 206)

     » Tu honoreras ton père et ta mère  »
     » Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle. » (1ère épître à Timothée ch.5-v.8)
     » Si une veuve a des enfants ou des petits enfants, qu’ils apprennent avant tout à exercer la piété envers leur propre famille, et à rendre à leurs parents ce qu’ils ont reçu d’eux; car cela est agréable à Dieu. » (1ère épître à Timothée ch.5 v.4)

    Autrement, la Constitution ne prévoit pas de ticket modérateur :
     » Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence. » (préambule de la Constitution de 1946 alinéa 11 encore en vigueur).
     » Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. » (art.13. droits de l’homme 1789)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jacques Clouteau

[caption id="attachment_217468" align="aligncenter" width="640"] zoetnet-heroes-(CC BY 2.0)[/caption]

Voici quelques années je suis allé visiter la Valachie du Nord.

Quelle idée, me direz-vous, d'aller visiter la Valachie du Nord, un des derniers paradis communistes de la planète, pratiquement le seul qui a su arrêter le nuage de poussière quand le mur de Berlin est tombé en 1989... C'est une vieille histoire de famille qui remonte aux années 1930. Ma grand-mère, qui était valaque, est tombée amoureus... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles