Les Français exilés dans le monde

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 346 terre d'exil

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français exilés dans le monde

Publié le 29 décembre 2014
- A +

Par Francis Richard

« J’accepte l’âpre exil, n’eût-il ni fin ni terme,
Sans chercher à savoir et sans considérer
Si quelqu’un a plié qu’on aurait cru plus ferme
Et si plusieurs s’en vont qui devraient demeurer. 
»
— Victor Hugo

imgscan contrepoints 346 terre d'exilCe n’est pas la première fois que dans l’histoire de France des hommes et des femmes prennent le chemin de l’exil. Deux grandes migrations se sont ainsi produites dans les temps modernes, celle des réformés qui sont partis après la Révocation de l’Édit de Nantes, prononcée le 18 octobre 1685, et celle des émigrés de la Révolution française qui a commencé dès le lendemain du 14 juillet 1789.

Dans le cas de la Révocation de l’Édit de Nantes, les exilés français entendaient pouvoir pratiquer librement leur religion ; dans celui de la Révolution française, ils voulaient, tout du moins au début, s’opposer au nouveau régime et, plus tard, la Révolution sombrant dans la Terreur, tout simplement sauver leur vie.

Les exilés français de notre époque ne sont en principe ni menacés dans leur pratique religieuse, ni dans leur existence, encore que l’insécurité grandissante en France puisse être pour d’aucuns une raison, parmi d’autres, de partir pour des cieux plus cléments.

Avant de tenter de comprendre pourquoi des Français veulent quitter la France, qui reste le pays le plus visité au monde et où il ferait donc a priori bon vivre, peut-être faut-il se demander s’il s’agit d’un phénomène d’importance, c’est-à-dire digne d’intérêt de par son volume par exemple, ou s’il est négligeable.

Les faits

Si l’on s’en tient au nombre de Français enregistrés par les consulats dans le monde, force est de constater qu’il est passé de 1 099 813 à 1 611 054 de 2002 à 2012, ce qui correspond à une augmentation de près de 47 %, soit une variation annuelle moyenne de 3,9 %, alors que de 1991 à 2002 ce nombre avait déjà augmenté d’environ 34 %, soit une variation annuelle moyenne de 2,7%.

Seulement le nombre des Français enregistrés dans les consulats n’est qu’une indication du nombre réel de Français résidant à l’étranger. Il n’est en effet pas obligatoire pour un Français de s’enregistrer auprès de son consulat quand il s’installe. Les estimations, selon les sources, varient d’un total effectif de 2 500 000 à 3 000 000 de personnes en 2012…

Pour apprécier la tendance, une comparaison peut toutefois être tentée. La population française de 2002 à 2012 est passée de 61,385 millions à 65,252 millions, soit une augmentation de 6,3 %, ce qui veut dire que, même en ne tenant compte que du nombre de Français enregistrés, l’augmentation de l’exil est considérable par rapport à celle de la population totale et, ce, depuis au moins deux décennies.

Il convient donc de dire que l’exil des Français est un véritable sujet, d’autant qu’il est vraisemblable que ce nombre ait dû augmenter significativement en 2013, les mêmes causes aggravées de départ produisant les mêmes effets aggravés à l’arrivée.

Les causes

Quelles sont ces causes de départ en exil ? La réponse peut être trouvée aussi bien dans une enquête du Figaro Magazine, parue en avril 2013, que dans les livres d’Éric Brunet, Sauve qui peut !, de Jean-Philippe Delsol, Pourquoi je vais quitter la France, ou d’André Bercoff, Je suis venu te dire que je m’en vais, tous publiés en 2013.

  • La fiscalité étouffante : en 2013, les prélèvements obligatoires sont estimés à 46,3 % du PIB et les dépenses publiques à 57,1 %, ce qui place la France parmi les pays les plus imposés et les États les plus dépensiers du monde. Cependant il n’apparaît pas que l’exil fiscal soit le principal motif d’exil. Il serait surtout celui de gros contribuables, quelques centaines de foyers par an, tout au plus.
  • Le climat égalitariste : la réussite est vue d’un sale œil en France, gagner de l’argent est une honte et, justement, un bon patron est celui qui n’en gagne pas… En d’autres termes, tous les revenus devraient – selon la vulgate – tendre à l’égalité. D’ailleurs une forte proportion de jeunes rêvent d’être un jour fonctionnaires.
  • L’incertitude juridique : le nombre de projets de lois et celui de propositions de lois déposés lors d’une session parlementaire constituent un bon indicateur de l’hypertrophie législative et de l’incertitude que celle-ci génère. Il y en a eu respectivement 120 et 517 lors de la session parlementaire 2012-2013…

La fondation Heritage publie chaque année un classement des pays à partir de 10 critères sur leur liberté économique : le respect des droits de propriété, la corruption, les dépenses publiques, la fiscalité, la liberté des affaires, la liberté du travail, la liberté monétaire, le libre-échange, la liberté d’investir et la liberté financière. La France se situe au 70ème rang mondial et au 33ème rang européen. Les critères où la France est la plus mal notée sont les dépenses publiques, la fiscalité et la liberté du travail…

Vers quels pays les exilés français se dirigent-ils ?

Si l’on se réfère au nombre de Français enregistrés en 2012 dans les consulats, les dix premières destinations des Français sont la Suisse (158 862), le Royaume-Uni (126 049), les États-Unis (125 171), la Belgique (113 563), l’Allemagne (110 881), l’Espagne (95 052), le Canada (78 647), Israël (54 886), l’Italie (46 987) et le Maroc (45 269). Or la Suisse se situe au 4ème rang mondial du classement de la fondation Heritage, le Royaume-Uni au 14ème, les États-Unis au 12ème, la Belgique au 35ème, l’Allemagne au 18ème, l’Espagne au 49ème, le Canada au 6ème , Israël au 44ème,  l’Italie au 86ème et le Maroc au 103ème. Hormis l’Italie et le Maroc, qui se trouvent en queue de peloton, tous les pays où résident un grand nombre de Français sont mieux classés que la France.

Certes, la liberté économique n’est pas le seul critère de choix pour un exilé – il y a également, par exemple, des critères culturels et de proximité géographique – mais on voit tout de même que sur dix destinations, la moitié se trouve dans le top 20 et 2 dans le top 6… Ce ne peut être un pur hasard.


Sur le web. Texte paru dans Libres!! et édité par le Collectif La Main Invisible.

Voir les commentaires (125)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (125)
  • Une des causes de l’exil des Français est la difficulté (voire l’impossibilité) de trouver du travail. C’est même la cause principale. Mais elle dérive certainement de la sclérose du marché du travail imposée par ces fameux décrets et lois que l’état obèse pond à longueur de temps pour « encadrer » et « réguler » les Français.

    • En france il n’y a pas de travail et les francais sont cons les uns avec les autres, en plus d’une insecurite delirante.
      On la quitte pour s’apercevoir en revenant qu’on a eu de la chance de devoir partir, rien que pour le fait de ne plus avoir a vivre avec des francais raleurs et moqueurs.

  • Personnellement, j’ai émigré de France à cause du plafond de verre que l’on ressent assez rapidement, i.e. cette sensation lancinante et toujours présente que quoique l’on fasse on ne peut plus évoluer …

  • Qu’il fasse bon vivre en France, pas de doute, mais le manque d’opportunités et la peur de l’avenir du pays conduisent automatiquement à l’exil.
    D’un autre côté ça ouvre les jeunes français au monde et ça c’est positif surtout à une époque où nos concitoyens se renferment et s’isolent comme en témoigne le vote FN. L’avenir est à l’ouverture et au changement (forcé) qu’on se le dise !

  • Les statistiques montrant la Suisse ou la Belgique comme destination suggèrent une cause fiscale. J’aurai pourtant pensé que l’exode touchait plutôt en volume les jeunes pour questions de travail et de perspectives d’avenir, et les retraités pour des questions de pouvoir d’achat. (Donc plutôt Canada, EU ou Thaïlande, Portugal …)

    Bizarre ! Il n’y a quand même pas tant de gens victimes de l’ISF et dont l’activité est compatible avec une résidence à l’étranger ?

    • Les ambassades n’enregistrent pas tous les français à l’étranger, seulement ceux qui ont décidé de s’enregistrer, le nombre de français aux USA atteindrait 250 000 par exemple, 2 fois le nombre d’inscrits en ambassade.

      • Mais c’est exactement ce que dit l’article et vivant en Amérique depuis 25 ans je confirme que l’estimation du double des expats recensés est réaliste et je témoigne de l’augmentation exponentielle de ces expatriations depuis vingt ans/

        « 1.611.054 en 2012. (…).Le nombre des Français enregistrés dans les consulats n’est qu’une indication du nombre réel de Français résidant à l’étranger. (…) Les estimations, selon les sources, varient d’un total effectif de 2.500.000 à 3.000.000 de personnes en 2012…

        Un fait capital a joué sur la difficulté de recensement, c’est la suppression du service militaire. Avant 1996, il y avait une obligation de s’inscrire au consulat pour avoir son sursis à jour et pour ceux qui avaient fait leur service pour actualiser leur livret militaire.

        Un autre élément dans les motifs de départ, c’est le délabrement du système éducatif. Je ne connais pas la proportion de ceux qui restent à l’étranger une fois qu’ils y ont fait leur études, mais elle est significative, ce qui rejoint « le plafond de verre » mentionné plus bas (David Jeames)

        Exilé et émigré ont des connotations différentes de celle d’expatrié et c’est pourquoi que je le préfère car il englobe les deux autres mais lui seul évoque la subsistance d’ un lien affectif avec la patrie d’origine.

    • En ce qui concerne la Suisse (peut-être aussi la Belgique, mais je ne suis pas Belge), le forfait fiscal n’est possible que si l’on est étranger, et capable de mener grand train de vie (plusieurs centaines de milliers de francs de dépenses par an) sans activité lucrative en Suisse. Toutes nationalités confondues, il y a environ 6000 bénéficiaires de ce forfait en Suisse.

      Les raisons pour lesquelles de nombreux Français résident en Suisse, ou y travaille comme frontalier, sont bien différentes : taux de chômage de 3,3%, salaire brut médian supérieur à 6000 CHF.

    • Les jeunes ne s’enregistrent que très rarement auprès des ambassades.
      A londres, le nombre de français est estimé à plus de 300.000 pour seulement 126.000 inscrits dans tout le pays.
      Les seuls qui s’inscrivent sont les familles avec enfants qui souhaitent conserver leur passeport.

  • Dans un mois je quitte l’Europe définitivement pour m’installer au Japon. À 69 ans, il faut encore se remettre en question. Pourquoi le Japon, parce que c’est le pays le plus civilisé du monde. J’ai séjourné une petite quinzaine de jours dans les Osagarawa Islands et je suis impatient d’y retourner pour y vivre la fin de mes jours. « Il n’y a pas de crime ici » m’a dit la patronne de la petite pension où je me trouvais, en me proposant la clé de ma chambre. Les rues sont propres, les passants vous disent bonjour, les habitants sont respectueux des autres et de la nature. Quel est le classement du Japon par la Fondation Heritage ? Certainement parmi les dix premiers pays …

    • Le Japon est un très bel endroit et je vous comprend, mais non le Japon n’est pas dans le top 10, ça reste un des pays développés les plus fermés et qui a du mal a changé même s’ils essayent en ce moment.

      • Nous souhaitons surtout qu’il ne change pas et qu’il reste bien fermé, bien japonais, sans ce multiculturalisme ravageur et dissolvant. Yamato damashi !

        • Ils changeront, ils n’ont pas le choix et leur gouvernement et PDGs l’ont bien compris, l’isolation leur a fait du mal et ils ont compris que ce n’était plus viable. Désolé mais ça va arriver.
          ça ne veut pas dire qu’ils ouvriront massivement les portes mais l’immigration quasiment à zéro ça va pas durer c’est certain, pas avec une démographie meurtrière comme la leur (bien plus meurtrière que le multiculturalisme d’ailleurs).

      • Chacun son délire, personnellement je trouve leur société effrayante et pour rien au monde je ne partirait y vivre mais je comprend ce que certains y trouvent.

        • Je trouve votre point de vue intéressant, et j’aimerais savoir ce qui est effrayant pour vous là-bas. Pouvez-vous développer ?
          C’est pas un pays où je vivrais, mais le visiter ou y faire un stage à l’étranger serait plaisant, j’adore leurs animes et leur culture en général, et puis ça reste un pays allié des Etats-Unis et donc un pays ami 🙂

          • J’ai rien contre les japonais c’est des gens biens et je respecte ce qu’ils ont accomplis. Je comprends tout à fait pourquoi des gens aiment leur culture. Mais personnellement le coté très hiérarchique et autoritaire de leur société me fait peur, ainsi que cette forme d’autocensure qui empêche par exemple de dire clairement « non » ou quoique ce soit qui puisse être offensant à quelqu’un.

            J’aime les sociétés plus horizontales et ou on peut parler franchement quand on a quelque-chose à dire sans passez les trois quarts de nos phrases à ajouter des trucs pompeux pour être sur de ne blesser personne.

            • Je comprends très bien, je vous rejoins d’ailleurs à ce niveau, la liberté d’opinion et de parole est importante. Après c’est dans leur culture, c’est pas quelque chose qui changera facilement je pense.

            • Il y a beaucoup de choses qui me dépassent, voire m’exaspèrent, dans les traditions japonaises. Je ne pense toutefois pas qu’il y ait à en avoir peur, et je trouve même agréables le respect d’autrui, des savants et des anciens. C’est bien différent d’ici… Le plus énervant est pour moi la culture du consensus et de l’équilibre, qui ressemble d’ailleurs pas mal à celle de la synthèse d’un ex-secrétaire du PS. En temps de crise, c’est catastrophique.

              • « peur » n’était peut être pas le mot à utiliser, je pourrais très bien fréquenter des japonnais sans problèmes et je suis pour que l’on continue à avoir de bonnes relation avec le Japon qui est un pays ami. Je veux juste dire que je me sentirait très mal lâché dans cette société.

    • Le Japon est 25 ème au classement, mais ce n’est pas pour autant un pays libéral, il n’est pas connu pour son ouverture au monde, il serait même plus proche d’une russie à la Poutine que d’une ouverture à l’australienne.

      Ce qui manque dans les chiffres de l’article c’est la comparaison avec l’émigration dans des pays comme l’Angleterre, les pays bas, l’Italie, l’Allemagne etc

      Les ptits Frenchies se font très vite une place à l’étranger malgré la barrière de la langue, ça fait toujours plaisir à voir.
      Je connais pas mal de jeunes qui sont partis et bizarrement aucun n’est resté en Europe.

      C’est toujours un enrichissement pour eux et pas forcément financier et c’est surtout un espoir pour la France de demain.

      D’ailleurs, dans l’article utiliser le mot exilés plutôt que émigrés induit un jugement qui décridibilise une réflexion pertinente.

      • En disant qu’il s’agit d’un espoir pour la France de demain vous supposez qu’ils vont revenir, et je n’y crois pas vraiment.

        Concernant l’ouverture du Japon vous avez raison, il y a de nombreux obstacles à l’investissement du coup le pays a reçu bien moins d’IDE que le reste du monde développé, ce qui a posé problème d’ailleurs.
        Cependant cela pourrait fortement changer si le Traité Trans-Pacifique (entre 12 pays dont le Japon, les Etats-Unis, le Canada, l’Australie…) est signé car il mettrait fin au protectionisme en éliminant les barrières tarifaires et régulatoires sur tous les produits importés et il en irait des produits japonais exportés dans ces pays, sans oublier que l’IDE croîtrait fortement car les régulations seraient harmonisées dans tous les domaines. Bref le Japon pourrait entrer dans une nouvelle grâce au TPP, cela devrait être conclu début 2015.

        • La France a une particularité avec son chômage, elle ne propose des emplois qu’à ceux qui sont au top de la productivité, et ce sera le cas dans quelques années pour tout ces jeunes diplômés (ou non) qui sont aux quatre coins de la planète qui du coup auront la possibilité de revenir.
          D’autre part, avoir des compatriotes partout ne peut que aider les entreprises françaises exportatrices à se constituer des réseaux.

          • Ouais, revenir pour payer une quantité effroyable d’impôts ? Nan, on constate un phénomène croissant avec des gens qui ont de moins en moins l’intention de revenir.

            • OK mais l’état providence (santé, éducation…) peut être intéressant pour une famille, la démographie française le démontre en plus de la qualité de vie intrinsèque de la France et de l’attirance pour un retour chez soi.

              • Ces gens ne seraient alors pas partis, ils seraient restés, et les enfants parlent souvent la langue locale.
                Et la qualité de vie dans les autres pays n’est pas mauvaise du tout. En dehors de la France, les gens ne sont des sauvages, ils sont tout au moins civilisés.

              • Comme le dit MichelC ces gens intéressés par cela ne seraient jamais partis en premier lieu.
                Ceux qui partent ne recherchent pas ces choses là où peuvent les trouver dans d’autres pays développés. Surtout que bon l’éducation vu la forte baisse du niveau de la France y a aucune raison de revenir pour ça.
                Etant un étudiant voulant émigrer après ses études je peux vous le dire, c’est pas ça qui fera revenir.Enfin si vous voulez croire que ces jeunes reviendront faites donc mais seule une minorité le fera

              • L’éducation (nationale) va tellement mal que je ne suis pas sur que ce soit une bonne idée de revenir – sauf si les enfants peuvent faire des études supérieures au frais de l’état. Pour la santé, si on collectivise le système de soin au point de devoir prendre rendez-vous 3 mois à l’avance pour voir un médecin (ce qui arrivera forcément s’ils travaillent 35 heures), il vaudra mieux se faire soigner ailleurs.

                Si les jeunes partent, c’est qu’ils pensent à tort ou à raison que la France est sur cette trajectoire et qu’il n’y a pas d’avenir pour eux. Et s’ils partent en nombre, cette prédiction se réalisera.

                • Désolé mais je suis entouré de jeunes qui ont fait de brillantes études à 100% dans le public

                  • On a l’occasion d’en rencontrer regulierement, de ces fonctionnaires ayant fait des « brillantes etudes », dans les bureaux des administrations, derriere leurs murs de verre. Et leur apport intellectuel applique dans le cadre de leur profession se limite en general au respect total de la reglementation qu’ils sont payes pour operer.

                    Rien de plus rien de moins.

                    Des petits conformistes de genie.

                    • Vous êtes dans un préjugé total, aucun des jeunes en question sont dans la fonction publique, la meilleure preuve c’est qu’ils vont justement à l’étranger de façon opportuniste pour vendre leurs compétences avec réussite malgré leur manque d’expérience.

                    • c’est qu’ils vont justement à l’étranger de façon opportuniste

                      Citoyen qu’en savez-vous de leur opportunisme ❓

                    • Si vous tenez à tout savoir MichelC, l’opportunité est facilité par le fait qu’ils ont l’obligation, dans leur cursus, de faire un stage à l’étranger.

                    • Merci pour l’info.

    • « Pourquoi le Japon, parce que c’est le pays le plus civilisé du monde. »
      Le Japon est un pays holiste, conformisme et formalisme sont les deux mamelles auxquelles les nippons sont obligés de téter dès leur plus jeune âge, rien à voir avec un pays d’esprit libéral.

      • Bonjour citoyen,

        Je vous aurai mal compris.

        Votre commentaire precedent,

        « OK mais l’etat providence (sante, education) peut etre interessant pour une famille, la demographie Francaise le demontre en plus de la qualite de vie intrinseque de la France et de l’attirance pour un retour chez soi. »

        Avec la performance, rarement egalee sur ce site, de quatre belles propositions, non demontrees, en une seule phrase.

        et celui plus haut encore.

        « La France a une particularite avec son chomage, c’est qu’elle ne propose des emplois qu’a ceux qui sont au top de leur productivite. »

        Tout cela donnait a votre derniere declaration – denuee de tout autre contexte – un sens (pour etre genereux) que j’aurai probablement mal interprete.

        Il faudra sans doute que je songe a apprendre le Francais…

  • « Les exilés français de notre époque ne sont en principe ni menacés dans leur pratique religieuse »

    Pourquoi autant de juifs quittent désormais la France ?

    • Menacés par les musulmans, mais c’est un cas à part en termes d’émigration. Cependant la crise économique est un facteur aussi important pour les juifs qui émigrent car Israël a une économie plus dynamique.

    • Parce què'(ils sont racialistes et veulent se retrouver entre eux, qu’ils haïssent les autres, peut-être ?

      • Euh non.
        Les juifs sont des gens admirables et très travailleurs, tout ce qu’ils veulent c’est vivre en paix et une économie qui offre des opportunités.

        Ce commentaire est juste atroce et mensonger.

      • Qu’en savez-vous ❓

      • Cette remarque a des relents anti-sémites. Les juifs qui s’exilent en Israël où la guerre rend la situation bien plus dangereuse, ne le font pas pour des raisons économiques!!

    • Touché! Les juifs français qui s’exilent en Israël sont facile à dénombrer mais ils partent aussi ailleurs et ne sont alors plus identifiables. Et si l’on rapporte ce chiffre à celui des juifs de France, il est évident qu’on assiste à un nouveau phénomène d’ émigration religieuse. Le Français n’est pas subitement devenu anti-sémite, c’est l’inflation de l’antisémitisme musulman qui est la cause de cet « exodus ».

      Il faut de souvenir que la Révocation de l’édit de Nantes était déjà un témoignage de la reprise en main de la France par les forces obscurantistes d’une religion absolutiste. Elles avaient poussé à l’exil une population instruite, une élite, et l’incapacité actuelle de la France à contenir le retour de l’obscurantisme dans sa version islamiste a dès lors un fort (dé)goût de déjà vu.

  • Il me semble que le consulat ( je vis en Australie) met maintenant plus la pression pour l’enregistrement, difficile de faire la moindre demarche sans.Cela pourrait compter pour une part de l’augmentation.

    • Il est sur que nombre de jeunes Francais bien formes partent a l’aventure ( et sont malheureusement remplace par une immigration tres tres bas de gamme), la plupart contraint par le manque d’opportunite ( IMO en grande partie due a la debilite de l’Euro/franc fort attache au DM, les jeunes devenant la variable d’ajustement).

      Vivement que la France retrouve sa liberte, son mojo et son franc (monnaie flottante).

      • Si la France comme vous le suggérez quitte l’UE elle n’aura pas de liberté, ce sera juste une incitation pour le gouvernement à contrôler encore plus l’économie et donc à diminuer la liberté économique.

        Le retour au franc pour le FN n’a qu’un but : dévaluer la monnaie pour éviter les réformes économiques inévitables en rendant les produits français artificiellement plus compétitifs à l’export, le hic est que ça ne marchera pas forcément (le Japon en atteste malgré la forte baisse du yen les exportations n’ont que peu augmenté, idem au R-U) et qu’en plus cela peut provoquer une jolie inflation qui diminuera le pouvoir d’achat de tous et fera baisser la consommation dans un pays où la consommation représente 70% du PIB. Bref c’est dangereux et quand ça marche ce n’est que temporaire et souvent les effets secondaires font mal. Rien ne vaut de bonnes réformes structurelles qui ont le mérite de durer très longtemps et d’être bien moins aléatoires.

        Quand au mojo elle le récupèrera quand elle s’ouvrira enfin au monde et à la modernité, quand elle acceptera enfin la mondialisation et d’en tirer le meilleur plutôt que de la craindre : une France courageuse, entreprenante et innovante.

        Incroyable que des gens comprennent si mal l’économie, j’en tombe à la renverse, faut se réveiller là !

        • De tels schémas scolaires circulent encore. Vieux discours classique sur le Japon, cela fait 20 ans que la gauche nous explique que le Japon est mort… On en reparle chaque année, et chaque année la France est plus bas, le Japon toujours dans le top 3. Illusions, douces illusions. Que faut-il comprendre en réalité ?
          Le Japon tient parfaitement la route et les fluctuations des marchés n’ont guère d’importance. Vous ignorez que les entreprises japonaises n’ont jamais accepté le jeu des actions et des marchés, elles refusent la spéculation, elles ne sont pas entrées dedans, elles fonctionnent en parts croisées et ne risquent donc pas grand chose. Il faut, pour comprendre le Japon ou la Chine avant de lancer un avis sur tout sans rien savoir vraiment, autrement dit avant de parler, il faut savoir et pour ce faire, il faut avoir vécu sur place. Le seul risque que court un pays dont la force réside dans le travail et l’éducation, c’est la catastrophe naturelle.
          Quant à quitter l’UE, c’est la liberté. Une idée reçue consiste à croire qu’elle donne de la liberté aux Etats. C’est, dans les faits, le contraire. L’UE est une bureaucratie contrôlée par les sectes.
          Le retour au franc est inéluctable et très bien décrit par les meilleurs économistes. On agite volontairement des tas de chiffons rouges. De même, on a promis plein emploi et prospérité avec l’euro. Bobards que croient volontiers les plus jeunes ou les gens sans instruction. Les faits sont là: l’euro ne tient pas la route, comme je l’annonçais déjà en 1998, et l’Europe est avant tout un travail des sectes (via le secrétariat d’Etat US).

          • Le Japon ne fait pas partie de ces pays qui comme l’Argentine ou la Russie s’effondrent violemment mais plutôt de ces pays qui comme la France sont sclérosés et vont s’enfoncer lentement à cause de la stagflation.

            ça fait 20 ans aussi que certains libéraux disent que la France est morte et que l’effondrement est proche, mais cet effondrement n’arrivera pas. Par rapport au monde développé la France et le Japon son sclérosés mais par rapport au reste du monde ils restent des pays compétitifs.

            Sinon, à part pour les pays les plus libéraux de l’UE celle ci empêche bien les gouvernements de faire n’importe quoi dans le sens chavezien du terme. Évidemment elle produit des normes qui sont néfastes à l’économie mais rien de comparable à ce que des socialiste ou de frontiste hors de tout contrôle pourraient produire.

            Le retour au franc n’apportera rien si ce n’est plus de complexité pour les entreprises et une baisse des salaires réels. La seule chose qui serait meilleure que l’euro c’est la concurrence monétaire.

            Sinon pour vos ad hominem et vos allégations honteuse j’ai rien à dire…

            • La seule chose qui serait meilleure que l’euro c’est la concurrence monétaire.

              Vous entendez par la, double monnaie ?

              • Non concurrence intégrale, des euros, des francs, des dollars, des yens, de l’or, de l’argent, des bitcoins et ses concurrents, des monnaies privé backée (je vois pas trop quoi mettre en français pour remplacer « backed » en anglais) sur un portefeuille d’actif, des monnaies inflationnistes, des monnaies déflationnistes… Bref ce que le gens souhaitent utiliser et ce que le génie humain peut inventer.

                Après je suis conscient que l’état ne peut pas accepter tout les bidulecoin utilisés par une dizaine de personnes, je ne prétend pas avoir un système parfait pour savoir quelle monnaie on accepte et quelle monnaie on accepte pas.

                Toutefois pour qu’une monnaie ai de l’intérêt il faut qu’elle soit massivement utilisée donc il y a fort à parier que l’état n’aura qu’a accepter une poignée de monnaies qui prennent presque toute les parts de marché. Un marché libre de la monnaie restera un marché ou il sera très dure pour les concurrents de percer car il faut atteindre une certaine masse critique.

        • « Incroyable que des gens comprennent si mal l’économie, j’en tombe à la renverse, »

          Citez donc UN economiste qui soutient l’euro en l’etat ? UN SEUL

          l’euro est une horreur, une calamite.des qu’il y a echange commerciaux entre pays, il y a ajustment, avant cela se faisait par le cours de change, maintenant ( depuis le franc fort/Euro) par le chomage de masse, la desindustrialisation !!

          La fin de l’euro ( qui est ineductable et tres tres proche) ne va pas provoquer une forte devaluation du franc avec le USD (parite) mais par une tres forte reevaluation du DM (due a leur demographie/balance commerciale).

          Il est totallement delirant qu’un pays comme la France, grand, a la demographie encore dynamique utilise la meme monnaie que l’allemagne, petit pays, sans besoin d’investissement/d’infrastructure, sans depense de defense, a la demographie en berne (donc pas de chomage des jeunes).

          Le France ne peut s’en sortir qu’en retrouvant une monnaie flottante et donc APRES pouvoir faire des reformes.

          • Vous saisissez que les monnaie nationales flottantes ça ne fait rien d’autre qu’ajuster les salaires en ajustant le capital ?

            Si vous voulez éviter toute réforme il serait plus intelligent de permettre l’ajustement des salaires à la baisse (suppression du SMIC) sans pour cela massacrer le capital (ce qui empêche l’investissement et la consommation).

            C’est quoi l’intérêt d’une dévaluation si les salaires réels restent les mêmes ?

            • oui, entre autre, mais le gros interet est un ajustement automatique a l’activite economique, balance commerciale, productivite et donc eviter la desindustrialisation (production passant en ce moment a zone hors-euros (Renault/Airbus(Alabama)), baisser le chomage (donc les deficites).

              Il y a peu de devaluation a attendre face au USD mais une grosse face au DM (1DM=2Franc=2USD + reevaluation face a la lire).C’est la clef.

              Aucune reformes n’est possible sans ce prealable de la monnaie flottante, elles n’auraient aucun impact positif mesurable (que des souffrances inutiles).

              • Prétendre que la dévaluation compétitive serait un préalable nécessaire aux réformes, c’est refuser de les faire. C’est aussi prôner le retour à la période du franc faible, comme si à l’époque on n’avait pas utilisé cette politique justement pour repousser à plus tard les réformes.Un grand nombre de réformes, pour ne pas dire toutes, n’ont aucun besoin d’une politique monétaire plus accommodante que celle offerte par la BCE. L’euro est une mauvaise chose parce qu’il a permis aux gouvernements laxistes de s’abstenir de réformes tout en bénéficiant des mêmes avantages que s’ils les avaient faites (et pour d’autres raisons, mais qui n’ont rien à voir avec les réformes). Il est très simple de supprimer 95% des réglementations, d’instaurer une flat tax, de donner la liberté de choix pour son école, son assurance maladie et son système de retraite, d’élargir le système des auto-entrepreneurs, d’instaurer une véritable subsidiarité dans ce qui resterait des administrations, de supprimer l’ENA et le Cerfa. Ca ne sera pas plus simple, bien au contraire, si la France sort de l’euro avant d’en avoir la force.

              • Tout d’abord vous ne savez rien de l’évolution des cours en cas de retour au franc, ou alors vous avez déjà fait fortune au Forex grâce à votre acuité à prévoir le futur des changes.

                Sinon je suppose que vous défendez un retour au franc forcé (change des euros à taux fixé par l’état et contrôle des capitaux), ce qui sera des mesures dirigistes qui feront perdre beaucoup à notre économie en elle même.

                De plus une dévaluation même de 5% c’est une baisse de 5% des salaires et une destruction de 5% du capital des français, c’est déjà énorme.

                Pour finir je ne vous pas pourquoi aucune réforme n’est possible sans retour aux monnaies nationales. Comment des états américains peuvent ils se réformer sans avoir leur propres monnaie ? Comment a on fait toute ces années dans le passé ou tout le monde utilisait l’or ? Comment on fait les états européens qui s’en sortent bien ?

                Sinon pourquoi pas un « retour » au franc volontaire ? Ceux qui veulent des francs achètent et son payés en francs et les autres gardent les euros ? Pour plus de concurrence on pourrait même ajouter le dollar et le bitcoin.

                • Pas « fortune » mais honorable, maintenant je suis exportateur de services dans un pays a monnaie flottante, ce qui m’a bien fait comprendre la debilite de l’euro (tres similaire a l’etalon Or, juste pire) .

                  « De plus une dévaluation même de 5% c’est une baisse de 5% des salaires et une destruction de 5% du capital des français, c’est déjà énorme. »

                  L’euro a perdu plus de 10% cette annee, est ce une catastrophe ? avec la chute du petrole cela va surement sauver les fesses de certains en 2015 ( mais pas apres car l’euro est tres sous evaluee, la balance commerciale etant ( grace a l’allemagne) tres positive, la France va donc patire encore de la balance allemande qui ne nous concerne en rien.)

                  « réforme n’est possible sans retour aux monnaies nationales » car les reformes sont peanuts en comparaisons des taux de change (cf le 10% de baisse de l’euro de cette annee, et le +60% des 12 dernieres annees ).

                  Pour faire des reformes il faut une economie qui puisse en profiter, la France a une monnaie qui est deconnecte et depend entierement de l’economie allemande.

                  • La perte de 10% de l’euro ne nous fait pas perdre du pouvoir d’achat ? Sinon c’est quoi ces histoires de balance commerciale ? Vous pensez quoi de la balance commerciale entre le Nouveau Mexique et le Montana ?

                    Sinon j’aimerais bien que vous m’expliquez ce qu’est la connexion entre une monnaie et son économie…

                    Je reposte ceci:

                    Sinon je suppose que vous défendez un retour au franc forcé (change des euros à taux fixé par l’état et contrôle des capitaux), ce qui sera des mesures dirigistes qui feront perdre beaucoup à notre économie en elle même.

                    Pour finir je ne vous pas pourquoi aucune réforme n’est possible sans retour aux monnaies nationales. Comment des états américains peuvent ils se réformer sans avoir leur propres monnaie ? Comment a on fait toute ces années dans le passé ou tout le monde utilisait l’or ? Comment on fait les états européens qui s’en sortent bien ?

                    Sinon pourquoi pas un « retour » au franc volontaire ? Ceux qui veulent des francs achètent et son payés en francs et les autres gardent les euros ? Pour plus de concurrence on pourrait même ajouter le dollar et le bitcoin.

                    • « Sinon c’est quoi ces histoires de balance commerciale «  »Sinon j’aimerais bien que vous m’expliquez ce qu’est la connexion entre une monnaie et son économie »

                      Serieusement ?

                      Je vous laisse deviner ce qui se passe lorsque la chine achete des Euros (indirectement car personne n’utilise d’euro a l’international, all USD) pour payer des machines-outils allemandes 😉

                      « perdre beaucoup à notre économie en elle même »
                      Mais les jeunes y gagnerons enormement, rien n’est facile mais utiliser la monnaie allemande est economiquement totalement malsains et perverse.

                    • Oui sérieusement, vous semblez défendre une sorte de mercantélisme light dont j’ai du mal à comprendre les fondements. Sinon chacun est assez intelligent pour choisir sa ou ces monnaies non ? Pourquoi pas laisser le choix aux gens ?

                    • Vous pouvez bien avoir un compte en yen si cela vous chante mais l’etat n’accepte vos impots que dans la monnaie de son choix (qui n’a pas a etre l’euro d’ailleur, cela pourrait etre des certificats de credit d’impot, le traite de Lisbone interdit juste d’imprimer des euros 😉 (contrairement a Maastrich qui interdit d’imprimer de la monnaie)).Tout est une affaire de contrepartie.

                    • Pour pouvoir réellement utiliser une monnaie il faut qu’on puisse travailler pour cet monnaie (si votre employeur est d’accord), que les commerçants l’acceptent (si ils le veulent) et que l’état l’accepte pour les impôts (sauf que la ça ne relève pas de la liberté d’agent privé, donc l’état doit accepter un grand panier de monnaies pour laisser la liberté aux gens).

  • parmi les causes, il y a aussi tout simplement le chomage… Et si les francais ont une bonne reputation a l’ etranger, c’est en partie grace a nous (? on espere!) … Comme dans les etats en faillite, il faudrait que le prochain gouvernement en grance se compose de francais de l’Etranger sous l’egide de l’ONU!

    • « Et si les francais ont une bonne reputation a l’ etranger, c’est en partie grace a nous  »

      pas si sur
      Dans le magasins Australiens il y a souvent une affiche « ne volez pas, video » en Francais 🙁

      • Un peu léger pour juger de la réputation des français à l’étranger.
        A part dans des lieux comme la Suisse ils sont généralement appréciés c’est un fait.

        • C’est ce dont je suis temoins.Rien de plus.

          L’idee que les Francais ont une bonne reputation a l’etrange est tres surfaite IMO.

          • Oui, c’est ce qu’on appelle en Australie le « French Shopping » et un consul français sur place a même adressé une lettre à nos expat sur place pour leur demander de calmer nos compatriotes en visite là bas.

            Les français ont une excellente réputation professionnelle et sont très recherchés. Mais en général, les français ne sont pas appréciés. Je veux dire qu’ils font partie de ceux qui traînent une image typique et hautaine.

        • Il ne faut pas gènèraliser et seulement dire qu’ètre français n’est pas un problème du moment que l’on s’intègre et on èvite d’ètre arrogant. Moi j’èvite de parler de la France quand mème c’est un sujet de discussion. Ayant aucune fierté particulière , je me limite aux faits Il y a bien longtemps que pour moi la France se limite à un document d’identité. Je regettre qu e3 mes enfants ont èté scolarisé par abus de pouvoir en France, car lils sont maintenant lobotomisés et ne pensent qu’aux alloc pour s’en sortir. J’en ai sauvé un qui est en quatrième annéee de mèdecine parle 3 langues et ne veut surtout pas exercer en France. Vivre à l’Etranger c’est donner des atouts à ses enfants pour apprendre que la vie ce n’est pas subir mais affronter.

        • Je confirme ce qu’a dit Q. En Suisse, les français sont connus pour prendre leur congés maladie le vendredi ou le lundi. Au Japon, les réceptionnistes des hôtels retiennent les français lors du check-out pour faire vérifier que rien n’a été volé.
          Je comprends que ceux qui vivent en France pensent que les français ont une superbe image de marque. Mais ce n’est le résultat que de l’information franco-française qu’ils subissent.

    • Faut-il vouloir retourner en France. l’Union peut agir dans le cas extrème. Tout dépassement de plus de 3% de déficit ou 60% de dette donnera lieu à intervention de la Commission, sous forme de « programme de partenariat économique et budgétaire », c’est à dire une tutelle stricte exercée par la Commission en vue de la mise en oeuvre par l’Etat membre d’un plan de réformes structurelles obligatoires

  • Il est sur que nombre de jeunes Francais bien formes partent a l’aventure ( et sont malheureusement remplace par une immigration tres tres bas de gamme), la plupart contraint par le manque d’opportunite ( IMO en grande partie due a la debilite de l’Euro/franc fort attache au DM, les jeunes devenant la variable d’ajustement).

    Vivement que la France retrouve sa liberte, son mojo et son franc (monnaie flottante).

    • Papier fleurant bon le « circulez ya rien à voir », très approximatif et minimisant le phénomène en ne voulant considérer que les diplômés. Alors qu’un diplôme n’est pas forcément équivalent d’un pays à l’autre. Sans parler des personnes qui en sont titulaires.

      Et en final le morceau de bravoure suivant : « Enfin, l’immatériel est peut-être l’essentiel : quand ils sont à l’étranger nos concitoyens contribuent à ce qui est difficilement mesurable : le rayonnement de la France. »

      Moi c’est bien l’immateriel qui m’a fait partir. Le manque total de probité et d’exemplarité des dirigeants.

    • Ce rapport est une imposture, tout comme l’étude des sociologues post-68tards qui prétendent que « Le niveau monte » à l’école!!

  • Le plus triste est que la reaction tant du gouvernement precedent que du gouvernement actuel n’ est pas de se demander pourquoi tant de gens partent et d’essayer de modifier les choses pour qu’ils soient tentes de rester.
    C’est au contraire d’essayer de rendre les murs encore plus hauts( exit tax du Zebulon à talonnettes) et pour ceux qui malgré tout s’échappent et éventuellement réussissent ailleurs , d’essayer d’instaurer un taxation mondiale a la nationalite (promesse de campagne du même Sarkozy, et projet en cours d’élaboration par le scootériste libidineux)
    En somme, les deux considèrent les Francais comme des serfs, eternellent lies et redevables a leur pays d’origine.

  • Domage de résumer l’exil de francais a l’étranger que par la peur de…. ou de l’herbe plus verte ailleurs.
    100% des gens que je connais qui ont quitter la France, dont moi (et qui y sont revenu ou non) ne l’ont fait pour aucune raison cités. Quand on est jeune de 25 ans, on part après l’école, dans un pays inconnu qui nous interesse pour découvrir des cultures différentes, pour voir si le rêve théorique est réellement le reve, pour vivre quelque chose de différent, pour agrémenter son cv de belles lignes étrangères, pour vivre une expérience,…

    Meme si pour les plus de 35 ans, les raisons cités peuvent-etre vrai, mais ne sont pas les seules, a 25 ans, un étudiant qui quitte la France ne le fait pas en fonction de la fiscalité (il n’en a pas le début d’un commencement d’idée), l’incertitude juridique ne l’intéresse pas et encore une fois son expérience dans la vie active est trop courte pour qu’il puisse se faire une opinion sur le sujet.

    Les +60 cherchent a vivre autre chose après avoir vécu 40 ans de leur vie, dans un moule. Et ce n’est pas la fiscalité (ils étaient au courant de ce qui se passait depuis 40 ans et donc attendre la fin pour changer est ridicule), l’égalitarisme (ils sont retraités donc l’égalitarisme ne vaut plus) et la lourdeur des lois ils s’en foutent royalement, ils vont profiter d’une nouvelle vie avec beaucoup moins de contraintes. Donc ils cherchent une vie ailleurs pour fuir leur quotidien de 40 ans d’activités.

    Bref arretez de tout politiser, un éxilé ne cherche pas forcément le paradis fiscal, il cherche la différence, il cherche a s’enrichir culturellement, a changer, à vivre autre chose. Il y en a, mais c’est une minorité. Après c’est comme tout sondage, beaucoup vous réponde pour « avoir l’air de », car il est plus valorisant de dire qu’on quitte la France car on veut progresser car la France nous freine, plutot que de dire qu’on veut vadrouiller et découvrir autre chose… entre un super travailleur et un bohème, on préfère l’image du travailleur. Et tout cela va tellement loin que je connais quelqu’un qui est parti en Belgique pour payer moins d’impot…. le mec touche 1,2x le smic…. ca vous laisse songeur sur les enormes économies d’impots qu’il réalise. La réalité c’est que l’homme libre aime le changement.

    • l’herbe est vraiment plus verte ailleurs.

    • Tout a fait d’accord ( mais ils ne partiraient pas si ils avaient un poste a la sortie de l’ecole/Uni), le chomage (et les assedics) les rend plus libre d’apprendre l’anglais/chinois 😉 )

      En plus les impots francais sur le revenus ne sont vraiment pas tres lourds, je paye 49.5% d’impot en Australie ( mal au cul), et je dois economiser pour ma retraite moi meme (donc en theorie il faudrait que je mette de cote pres de la moite de mes revenus apres impot, j’en suis loin 😉 ).

      • Il n’y a pas seulement que l’impot sur le revenu a considerer.

        Commencez a vous constituer un capital. Ouvrez votre propre societe. Commencez vraiment a gagner de l’argent, plutot que de simplement gagner votre vie. Et puis essayez de revenir sur le territoire Francais pour faire tout ca.

        Bon courage.

        • Je ne suis pas trop sur de vous suivre, mais j’ai ma boite ( en faite 2), des employes sur 3 continents et offre une ferrari tous les ans au fisc local 😉

          Je ne reviendrai pas en France ( meme si cela serait facile et fiscalement interessant), je suis aussie, comme mes enfants.

          Si la France redevient un pays libre, fier creatif, plutot qu’un simple Lander en decheance, la question pourrait se poser ( mes parents prennant de l’age malheureusement, et la distance ne rend pas les choses facile)

          • Ma dernière année en France, j’ai payé pas loin de 65% d’impôt (IS, IR, TVA, charges sociales, …). Je ne sais pas ce que représentent vos 49.5%, mais si c’est votre pression fiscale, alors c’est inférieur à la moyenne en France.

            • aux 49.5% (47.5% +2% cette annee de solidarite budgetaire), il faut ajouter 1.5% de medicare + 10% de TVA + les mutuelles d’assurance + la retraite a se faire soit meme.

              La derniere fois que j’avais regarde dans un calculateur, les impots auraient ete bien moins lourd en France, par contre plus lourd sur mes boites/dividend. et moins de d’artifices ( j’ai un trust familial).

              • Venez en NZ. Ici, vous payerez moins de taxes. Et puis, les AB sont quand mieux que les wallabies. 🙂

                • 😉

                  Je sais, Je sais, j’ai regarde car j’ai de la belle famille a Auckland (ville que je n’aime pas) , mais je suis bien trop Queenslander maintenant ;-), mes gamins passent leur temps a la plage/ou piscine.

                  • Je pense aux ingénieurs protestants nantais, forcés à l’exil par Louis XIV. Frédéric a fait leur fortune et ils ont fait celle de la Prusse, ils ont asséché les marais pour construire Berlin. Leurs héritiers ont pris leur revanche à Sedan. Il me semble que nous n’aurons pas à attendre deux siècles. Hollande est l’instrument de la vengeance du serpent à plumes.

    • Effectivement, l’homme libre aime le changement, c’est vrai, a 24 ans je suis parti pour l’aventure. Aujourd’hui pourtant – 54 ans – je ne reviendrais travailler en France pour rien au monde, l’homme libre
      insistant surtout a conserver le produit de son travail et l’integralite de ses biens.

      Et ca c’est un choix politique

      Catch me once and you are the fool – catch me twice and I am the fool.

      • Et on peut ajouter : disposer de ses biens à sa guise au lieu d’être contraint par des dispositions législatives léonines.

      • Je suis de votre avis. Avoir gouter la LIBERTE c’est vous èloigner de retourner de vivre en France. Pas de stage pour moi à 26 ans en quitant la france en 90, mais bien l’envie de savoir si je pouvais sortir du moule, affronter mes doutes, me fier à mon instinct, resister à la facilité ayant un emploi à vie au moment de partir et je n’allais pas à l’ètranger pour une boite française. J’ai acquis de la sèrinité, de l’assurance au delà de l’intelligence et la connaissance. Tant d’atouts que le le système educatif français a choisi d’èviter afin de faire des français de vrais moutons avec la peur du gendarme en permanence. La France ne vaut pas une messe!

  • L’exile vers les paradis fiscaux, la plage, le lagon, les cocotiers. Le sable fin sentait bon l’ambre solaire. Les ananas, les litchis, le poisson frais et de plus du personnel à votre service.
    Ne rien faire et devenir le plus grand fainéant de la planète….

  • Je suis candidat à l’exil mais les raisons ont changés au fil des années (oui la décision ne s’impose pas encore…)
    Au début c’etait pour l’experience, la curiosité d’une autre culture et surtout la difficulté de trouver un travail ici.
    Maintenant après été assez loin dans l’expérience profesionnelle: salariat, portage, gerant de tpe c’est plus 2 choses qui me pousse:
    – le commentaire de David Jeames
    – l’oppression fiscale et sociale

    Ce ne sont pas des raisons ‘positives’ malheureusement, je partirai par contraintes mais l’idée maintenant n’est plus d’aller tenter sa chance ailleurs mais d’aller s’intégrer ailleurs pour un avenir meilleur.

  • Je vis et travaille en Allemagne.

    Ici vous pouvez oublier votre portefeuille plein de billets sur un banc, on vous appellera et on vous le rendra sans un centime manquant. Ici les femmes peuvent courir jusqu’à très tard en mini short moulant sans craindre d’être agressée. Ici les fiches de salaires sont claires : impôts sur le revenu, cotisations chômages, cotisations retraites, cotisations maladies = net, fini, plus rien d’autres. Ici les caisses publiques sont en concurrence et on est au tiers payant. Ici la police se déplacera pour un simple petit tapage nocturne. Ici, quand tu fais des heures sup, on te blâme non pcq ils sont faignant mais pcq tu es considéré comme improductif (donc toujours dans une logique libérale).

    Pour rien au monde à l’heure actuelle, je reviendrai en France.

    Bon à noter que la bouffe est bien dégueulasse tout de même 🙂

  • Est ce que les transfrontaliers sont inclus dans les chiffres issus des consulats ?
    Il est évident qu’avec la mondialisation de l’économie des entreprises s’installent dans d’autres pays.
    Les entreprises du BTP participent à cette mondialisation. Je dirai même que les guerres y participent aussi

  • juste une remarque :
    ce ne sont pas les français qui s’exilent.
    mais la France.

  • une partie des exilés français n’est – elle pas constitué par les retraités, qui profitent de leur rente assez considérable ( mais parfois encore trop faible vu le cout de la vie dans l’hexagone … ) pour aller se mettre les doigts de pieds en éventaille au maroc ?
    il est évident qu’il y a assez peu de retraité marocain qui font l’inverse …

    • C’est « grace » au CIR. Si Google, Microsoft et autres ont implantés de gros centres de recherche en France, c’est que « grace » au CIR, les salaires deviennent compétitifs.
      Un ingénieur qui vaut 100 sur le marché mondial est payé 100 par la société et reçoit 60 brut en France.
      Dans un pays sans taxe cachée (comme les charges patronales), l ingénieur reçoit 100 brut.
      Ces charges patronales font tirer les salaires vers le bas et si on les enlève avec le CIR, les sociétés bénéficient d’ingenieurs moins cher (à 60) que le marché.
      Il y a pénurie d’ingénieurs et les écoles françaises en forment beaucoup d’excellents.
      Si demain, la pénurie est moins prononcée, bye bye les sociétés et leur ingés.

  • J’au quitté la France pour les USA et je gagne désormais 3 fois plus qu’auparavant, idem pour un ami qui est parti en Irlande. Inutile de chercher bien loin les explications à l’exode des Français, les salaires sont trop bas, je suis bac + 2 comme ça c’est dit, sauf pour les énarques et autres planqués de ce genre.

    • En France tant que l’on est un jeune salarié sans responsabilité familliale, on travaille aussi financièrement pour aider les malades a ne pas à payer 3 fois le montant comme aux USA. Il travaille aussi à la prise en charge des Etudes des enfants des autres.
      En revanche aux USA la santé est un choix personnel meme si obamacare a fait des rèvoltés. Quand aux ètudes mieux vaut ètre doué si ses parents sont modestes.
      La Liberté qui existe au USA entraine aussi des choix de sociètès qui font que les USA sont très riches, mais aussi très inègalitaire. 400 amèricains detiennent autant que les 160 millions des americains les plus modestes! Etre en bonne santé et bien formé sera en partie du fait de la France.
      Vous n’avez pas donc à vous en prendre à la France ni croire que l’exode des français c’est aussi que pour l’argent.

      • Premier point, ma santé ne me coûte pas plus cher aux USA qu’en France. Vu tout ce qu’on me ponctionnait, ce serait plutôt le contraire.
        Deuxième point, au vu de la différence de niveau entre les universités américaines et françaises (prenez n’importe lequel des classements internationaux, il validera mes dires), je préfère franchement ne pas financer les études supérieures des enfants des autres mais qu’ils le fassent eux-mêmes, ce sera mieux pour eux comme pour moi.
        Troisième point, je n’en ai strictement rien à faire que les 400 plus riches Américains détiennent autant que les 160 millions les plus pauvres (au passage, source de cette stat SVP) du moment que MOI, je vis bien. Désolé, je ne jalouse pas autrui.
        Quatrième point, je ne m’en prends pas à la « France » mais à l’Etat français (et pas ce gouvernement en particulier puisque je suis parti sous Sarko) qui mène ce pays droit dans le mur.

        • La santé est un point qui ressort souvent dans les argument des français pour dire qu’aux USA c’est pas si avantageux mais en effet la différence de taxation est telle que ça reste avantageux quand même.
          Concernant les riches américains c’est la bonne attitude, je trouve ça merveilleux qu’autant de gens puissent devenir millionnaires ou milliardaires aux USA, la réussite ça s’admire, ça ne se critique pas car la jalousie ne mène nulle part, sauf si vous l’utilisez pour devenir riche aussi ^^

          • Point de désaccord important avec cette phrase facile employé a tout va a longueur de journée  » je trouve ça merveilleux qu’autant de gens puissent devenir millionnaires ou milliardaires aux USA, la réussite ça s’admire, ça ne se critique pas car la jalousie ne mène nulle part »
            – Déjà la réussite c’est quoi ? Gagner beaucoup ou faire ce que l’on veut ? Ensuite le « çà », ben désolé j’admire personne, mais je ne jalouse personne, je m’en fou tout simplement. A la limite si j’admire quelqu’un ce sont des gens comme Bill Gates qui participe grandement avec sa fortune a réduire les inégalités en terme de santé à travers le monde. J’admire beaucoup Warren Buffet qui a préferer donner 95% de sa fortune à la fondation BillGates. Chacun est libre de faire ce qu’il veut de son argent tant qu’il a été gagné honnetement, mais j’admire ceux qui en font quelque chose, plutot que des mégalos qui le dépensent en pute, drogue, et voitures de sport…. Bien sur que j’admire les dirigeants de Google pour ce qu’ils ont fait de Google, mais pas du tout sur leur fortune, ceci n’est qu’une conséquence assez logique de ce qui est admirable chez eux, mais ce n’est pas le fait qu’ils soient milliardaires qui est admirable, mais ce qu’ils ont construit. Je trouve tout aussi admirable la réussite de l’abbé Pierre ou bien de ceux qui passent toutes leurs retraites a aider les plus démunis dans des associations.
            Par exemple je n’admire pas du tout la Bettencourt pourtant elle est milliardaire, je ne la jalouse pas pour autant, je ne l’admire pas car elle ne mérite pas du tout ce qu’elle a gagné, et n’en fait rien d’intéressant (elle finance par le biais d’une fondation, l’art, et quand sait ce qu’est l’art, on se dit qu’elle finance juste son avenir et celui de ses proches.

            Ne voyez pas dans la critique, sans arret, de la jalousie, ou sinon il y a un paquet de libéraux jaloux des fonctionnaires… et je ne le pense pas. La critique, meme de la richesse amassé et sur le comment elle a été amassé est interessante. La question que certains se pose de savoir comment des gens peuvent gagner 100.000€ par mois en France par exemple en ayant rien créé, juste en ayant eu les bons potes dans la bonne école (ENA,…), est pour ma part problématique. Je ne suis pas jaloux de leurs situations, mais je pense qu’il y a de quoi se poser des questions sur le comment. Par exemple le comment des marchés publics, sur le comment de la politique au service du privé,….. Tout le monde pense différemment, c’est ca la force de l’humain, donc ne reduisez pas la pensée à de l’admiration ou de la jalousie, la critique c’est remettre en question l’acquis, c’est comprendre l’étrange et le différent,….

        • Robert Reich dans son film » Inequality for All ». Une bonne introduction pour saisir « the american dream ». J’ai reçu mon inscription pour la Green Card. Et si mon rève est de devenir un citoyen amèricain, c’est pour sa Constituion, son peuple, et participer à la rèussite de son èconomie. Je n’ai aucun lien avec l’Etat français sinon l’obtention des documents d’identités. J’ai aidé la France bien au delà de ce que l’on peut demander à tout civil français. J’ai participé activement au projet européen Donc aucun sentiment d’abandon pour moi.
          Mes enfants sont adultes et ètant libre, j’ai le besoin de poursuivre mon destin.
          Quand je dis la France, c’est parceque nos èlus s’exprime en son nom mème si 88% de ses citoyens ne sont pas d’accord!

    • Heureux de voir que vous avez réussi cher François, j’espère bien m’en sortir une fois aux USA également 🙂

  • l herbe est toujours plus verte ailleurs ,j ai vecu 20 ans en suisse et j ai ete tres content de revenir en france en suisse la vie est chere et pas de protection sociale ( ou tres chere, caisse maladie privee avec franchise ) ,enfrance il faut eviter les grandes villes ,mais en peut vivre tres bien en province avec une petite retraite ,surtout si on est proprietaire se son appart .si a 65 ans vois n avez pas d appart là c est dur !!

    • à la campagne, en france, on peut vivre pour 400 euro par mois , c’est à dire pour moins cher qu’en chine dans une grande ville … par contre, à la campagne en chine, vous pouvez vivre pour 200 euro par mois , même moins …

      c’est la raison pour laquelle tout le monde veut aller vivre en ville : c’est pas l’océan qui est sans limite, mais la connerie.

    • Pensez-vous que cela va durer ?
      Dans un pays ou l’état s’étale à près de 61 % du PIB, votre petit paradis va fondre comme neige au soleil.
      Pour la Suisse, il fallait prendre la franchise maximum jusqu’à 70 ans.

  • Moi j’ai plein de potes ou des cousins dans la famille qui se barrent ou veulent se barrer. Ça se discute, déjà faut bien maitriser l’anglais. En même temps, beaucoup de jeunes d’autres pays ou continents viennent, ça contribue à fluidifier la société et par conséquent ça aide à la libéralisation. Ça fait un brassage et c’est très bien comme ça. Notre culture s’enrichit, on arrête un peu avec Léo Ferré et on passe a plus péchu mdr !

    • What more could we possibly say…

      Sauf que d’une maniere etrange, ce commentaire, sans queue ni tete, d’une confusion totale, ethere, me rappelle parfaitement tout ce que j’ai decide de laisser derriere moi. Cette nouvelle France, decrite en parabolle dans le fim « jardins en automne » d’Otar Losseliani.

      J’ai trouve en Irlande, depuis bientot 27ans, une autre culture, rurale, liberale, Catholique et profondement Europeenne, qui aujourd’hui me rappelle plus qui je suis et d’ou je viens que la France ou je suis ne

      C’est tragique, mais c’est la verite.

  • il ne fait pas bon vivre en France. Les relations humaines se sont dégradées. Les contrôles tous azimuts se multiplient.
    Beaucoup trop de conflits individuels.
    La fuite vers des pays plus calmes et plus sereins se comprend pour les retraités.
    La fuite vers des pays où le coût de la vie est inférieur au coût français. Les mentalités françaises sont très retressies.

  • Le terme « exil » ne semble pas adapté au sujet, car il induit une connotation négative, de départ forcé.
    Il serait plus correct de parler d’émigration.

    • Je vous invite a relire mon dernier commentaire dans lequel je parle d’un exil culturel.

      D’autres, plus haut, parlent d’un exil taxatoire. Ce qui est egalement mon experience.

      Vous pouvez choisir de comprendre, ou d’esquiver.

      • La France est une fabrique de pauvres. Alors fuyons

        • Diego semble ne pas comprendre et c’est pourtant fort simple.

          Le sentiment d’exil etant du domaine affectif est donc necessairement subjectif. Vous etes en exil lorsque vous laissez derriere vous des choses qui vous sont cheres et que dans le meme temps certaines pressions vous obligent a partir loin de ce qui vous aimiez.

          • Les exilés de Sangatte ont quitté leur pays pour fuite la corruption, la violence, la pauvreté. L’exile est du domaine de la protection de soi.

            • L’exil peut-etre volontaire ou le resultat d’une expulsion.

              Il suffit a la fin que votre pays d’origine vous manque pour en etre exile.

              Le rapport a l’exil est surtout personnel. Il peut aussi evolue au fil des annees, Jeune je ne me sentais pas en exil en Irlande, le sentiment d’exil peut venir beaucoup plus tard. Apres la decouverte. La poesie nostalgique d’un Jean Amrouche, poete Algerien Francais, Chretien, ne en Kabylie et mort a Paris le 16 Avril 1962, grand poete, journaliste, et ami personnel du General de Gaulle, nous renseigne superbement sur cet aspect des choses. Et sur le poids a porter d’une culture diverse. Dans son recueil de Poemes intitule « Cendres » dans lequel il nous parle « de ces tombes ancestrales qui ne m’abriteront pas… »

              Dans deux cimetieres voisins de la partie de l’Irlande ou j’habite, deux amies Francaises sont deja enterrees ici. L’une est decedee en 2002, l’autre il y a a peine cinq ans. C’est a cela sans doute qu’on commence a mesurer le poids de l’exil. Avec celles et ceux qui ne reviendront pas.

          • Émigré au Canada depuis une quinzaine d’année, je me sens totalement en phase avec votre belle définition de l’exil:

            Il est bien certain que j’aurais préféré pouvoir rester en France, mais c’était accepter une dégradation continue des conditions de vie de ma famille au profit de la nomenklatura (fonctionnaires, syndicats, notables, et j’en passe) sans espoirs d’améliorations notables de mon vivant, vivant professionnel pour le moins. La faillite prochaine de ma caisse de retraite ARCO/ARGIC en est un parfait exemple.

            Mais il y a toujour un certain prix à payer pour être un homme libre, et non un sujet, y compris pour ce qui est de l’impôt sur le revenu (pas de quotient famillial ici).

            Aucun regrets donc, juste parfois un peu de nostalgie d’une France qui n’existe probablement plus.

            J’avoue que voir la France dépasser le Danemark en 2014 pour ce qui est du niveau de vie par tête en parité de pouvoir d’achat n’aurait pas exactement validé mon analyse de la situation effectuée il y a plus de quinze ans, mais les imbéciles qui gouvernent la France et ceux qui vont leur succéder ont fait ce qu’il fallait pour que le doute du bien fondé de ma décision ne m’ait jamais éfleuré. Je les en remercie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Le sujet de l’immigration est revenu au cœur de l’actualité française et de la campagne présidentielle. Néanmoins, l’émigration mérite une attention particulière car une partie croissante de la population française quitte le pays, principalement pour des raisons professionnelles.

Si la pandémie a impacté ces migrations, elle ne les arrêtera pas et risque juste de les transformer.

Une attractivité faible de la France comparée à ses voisins

Selon le Migration Data Portail, un outil financé par plusieu... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Vincent Geloso, professeur à l'université George Mason aux États-Unis. Il vient de publier un papier universitaire sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics dont le contenu à été résumé dans une publication de l'IEDM dont il est chercheur associé.

Vincent Geloso est titulaire d’un doctorat en histoire économique de la London School of Economics and Political Science et d’une maîtrise en histoire économique du même établissement.

 

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles