Les marchands de l’apocalypse climatique sont de retour

Attention, selon les experts de la clique du GIEC, un vrai festival de terreur-fiction surréaliste nous attend.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
réchauffement climatique (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les marchands de l’apocalypse climatique sont de retour

Publié le 14 décembre 2014
- A +

Par István E. Markó

réchauffement climatique rené le honzecCette fois, c’est parti. Le rouleau compresseur de la désinformation climatique s’est mis en branle et, dans les jours, les semaines et les mois qui vont suivre, va nous laminer sous le poids de ses annonces climato-cataclysmiques. Un vrai festival de terreur-fiction surréaliste nous attend.

Et pourtant, la période estivale avait été paisible : pas un zélote du brûlot mondial à l’horizon. Il faut dire que le temps, assez peu avenant, n’était guère propice aux élucubrations sur un hypothétique réchauffement climatique. Hélas, comme les hirondelles sont annonciatrices du printemps, la fin de l’été nous a apporté le retour des prédicateurs de l’apocalypse climatique.

Le coup de semonce a été donné fin août à Montréal. Initié par l’Organisation météorologique mondiale qui, contrairement à son nom, n’est pas une organisation scientifique mais bien une branche politique de l’ONU impliquée notamment dans la création du GIEC, s’est tenu un congrès dont les conclusions sont tout simplement cataclysmiques.

Selon ces experts en divinations assistées par ordinateurs, des vagues de 20 à 40 mètres viendront balloter les bateaux, le niveau des océans montera de 6 mètres à cause de la fonte du Groenland, les turbulences aériennes vont au moins doubler, la température moyenne de la Terre va augmenter d’environ 2 degrés d’ici 2050 (certains disent même 5,6 degrés), les événements extrêmes vont augmenter et s’accentuer : il y aura davantage de pluies plus fortes, de périodes de grands froids, de vagues de chaleur et de sècheresse intenses. Al Gore, grand spécialiste de l’hystérie climatique médiatique n’aurait pas fait mieux.

La phase 2 a commencé par une déclaration de Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU (tiens, tiens), qui a convié les dirigeants politiques, d’entreprises, financiers et de la société civile, à participer à New York, au siège des Nations Unies, à un sommet sur le réchauffement climatique. Le but était simple : préparer le terrain pour réussir à obtenir un nouvel accord contraignant de type Kyoto lors des négociations qui se tiendront à Paris en 2015. Il s’agit de politique, de pouvoir, de gouvernance mondiale et d’argent. De beaucoup d’argent. La science du climat n’a rien à voir là-dedans, si ce n’est qu’elle est déformée, dénaturée et corrompue afin d’être utilisée comme instrument politique de pression et de persuasion.

Et Ban Ki-Moon, autoproclamé explorateur et climatologue d’ajouter, la larme à l’œil qu’il a « constaté de visu les effets du réchauffement climatique dû à l’Homme aux quatre coins de la Terre, de l’Arctique à l’Antarctique, des îlots menacés par la montée des eaux jusqu’à la fonte des glaciers du Groenland, en passant par l’avancée du désert en Mongolie et au Sahel ».

Comme d’habitude, pour stopper cette horreur, il faut réduire les gaz à effet de serre, renforcer les mesures préventives déjà en place et qui n’ont servi à rien, en créer de nouvelles (surtout des taxes) et enfin, se mobiliser pour lutter contre les sceptiques et les groupes de pression. Peut-être devrait-on réinstaurer la guillotine et le bûcher ? J’en connais plusieurs qui craqueraient volontiers l’allumette.

Dans la grande panoplie des événements pour lobotomisés climatiques, n’oublions pas la Marche Mondiale pour le Climat, qui a eu lieu deux jours avant le sommet de New York organisé par Ban Ki-Moon et qui a fait exploser la quantité de CO2 émise ce jour-là dans le monde entier. En effet, comme tout un chacun le sait pertinemment bien, c’est lorsque l’on dort que l’on produit le moins de CO2. Toute activité physique, même cérébrale, entraîne une augmentation du rejet de ce gaz, injustement affublé de tous les maux de la Terre.

Heureusement, ces éructations cataclysmiques ne se produisent que dans les mondes virtuels créés par les climatologues modélisateurs. Lorsque l’on sait que ces modèles climatiques sont faux à plus de 98%, et qu’aucune de leurs prédictions – je dis bien aucune – ne s’est avérée, on peut douter de la sanité de ceux qui nous inondent de cette propagande éhontée et de ceux de nos dirigeants qui semblent y croire dur comme fer.

Sur Terre, la température moyenne n’a pas augmenté depuis près de 18 ans (19 années, selon une récente étude) et elle serait même en légère baisse. Ces observations gênent au plus haut point les thuriféraires du réchauffement climatique anthropique et plus de 40 théories censées expliquer ce « plateau de températures » ont été proposées à ce jour. Toutes ont rapidement été invalidées. Malgré toutes leurs contorsions linguistiques et statistiques, et bien qu’ils minimisent la signification de cet événement, les climatologues du GIEC ont été obligés de reconnaître cet arrêt dans la montée des températures. Les courbes mesurées s’écartent complétement des modèles informatiques censés nous effrayer au plus haut point. Elles contredisent également toutes les prédictions sur la progression future des températures du globe, qui relèvent désormais davantage de l’astrologie informatique que de la science.

img contrepoints113 climatPire. Durant cette « pause », comme disent les « réchauffistes » persuadés que les températures vont rapidement repartir à la hausse, des quantités considérables de CO2 ont été émises dans l’atmosphère. La concentration de ce gaz à effet de serre – le Vilain de l’histoire dont il faut diminuer la production et qu’il faut taxer un maximum – n’a cessé de croître et ce, sans effet aucun sur les températures, démontrant, s’il le fallait encore, qu’il n’est pas responsable d’un hypothétique réchauffement climatique anthropique.

Le niveau des océans, quant à lui, n’a pas bougé de manière statistiquement significative depuis les 50 dernières années, comme le montrent les travaux de l’éminent physicien et géologue Suédois Nils-Axel Mörner. Les glaciers terrestres ont des cycles de vie variables, grandissant puis diminuant au fil des fluctuations climatiques. C’est aussi vrai pour les glaciers du Groenland qui subissent, en ce moment, une phase de fonte. Ce retrait des glaciers a ainsi permis la découverte de restes archéologiques datant des vikings, démontrant que la température était plus élevée à cette époque qu’aujourd’hui. Selon des études récentes, les glaciers alpins n’existaient quasiment pas à l’époque d’Hannibal et le recul du Mendelhall Glacier, en Alaska, a laissé derrière lui les restes d’anciennes forêts, vieilles de 1200 à 2350 ans, qui avaient poussé à des périodes bien plus chaudes qu’aujourd’hui. Décidément, l’étude des glaciers ne concorde pas avec la doxa climato-réchauffiste.

La banquise arctique, qui selon certains aurait dû disparaître totalement en 2008, 2013 ou 2014 est toujours là. Elle se porte de mieux en mieux, pour la seconde année consécutive, et sa fonte est bien moins importante que prévue. Rappelons que la fonte actuelle a débuté en 1850-1860, à la sortie du Petit Âge Glaciaire. Au contraire des observations de l’explorateur Ban Ki-Moon, la quantité de glace en Antarctique ne cesse d’augmenter depuis plus de 30 ans, les études satellitaires montrent que le désert du Sahel recule et que la quantité de verdure sur notre planète augmente depuis plus de 20 ans. Eh oui, tout l’inverse du discours officiel.

Toutes les mesures scientifiques effectuées à ce jour s’opposent totalement à la logorrhée catastrophiste des marchands d’apocalypse de tous poils. Hélas, elles n’empêcheront pas la fausse propagande cataclysmique de se répandre insidieusement, grâce à la puissante machine médiatique onusienne aidée par les nombreuses ONG qui en dépendent financièrement. Espérons qu’un jour, cette escroquerie à l’échelle mondiale sera enfin dévoilée et que la vraie science du climat – celle qui n’est pas dévoyée par et pour le politique – pourra s’exercer en toute sérénité, loin des pressions médiatiques, financières et politiques qui lui font tant de tort.


Sur le web. Une première version de cet article a été publiée dans L’Écho belge.

Voir les commentaires (119)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (119)
  • vous lire le matin est un vrai bonheur.Rares sont les articles* honorant *le Giec avec une telle souplesse verbale.Finalement qu’est-ce qui motive ces catastrophistes ? leur jalousie ,leur manque d’audace à quitter ce qui doit ressembler à une prison mentale ,la peur de décevoir papa,maman .Si c’est le cas on leur souhaite très vite à tous Giec, sectes et autres de couper très vite leur cordon ombilical et de regarder les choses en face non plus celles décrites dans des livres religieux ou autres grimoires qui ont tous été utilisés pour faire peur aux enfants et surtout les infantiliser à vie
    Tous ces catastrophistes manient les peurs aussi stupidement que des gourous qui lancent des sorts ,à la longue cela ne marche plus
    C’est comme un enfant à qui on rabâche sans cesse les mêmes phrases ce qui au bout du compte lui fera dire oui amen en pensant à tout sauf à ce qui lui est demandé
    On est tenté de dire à ces gens qui voient la vie en noir ou toujours ses plus mauvais côtés faut grandir Messieurs et cessez d’ intoxiquer vous-même votre cerveau et votre vision du monde qui est le même depuis la fin de la guerre, excepté les technologies inventées par vous pour ne plus voir qu’un trou noir rempli uniquement de vos propres désespérances qui ne seront jamais à réparer par les citoyens du monde

  • Excellent résumé de la situation 🙂

  • Citer l' »éminent » Mörner pour ses travaux sur le niveau des océans, c’est brillant. Pour rappel, voilà le graphe que Mörner produit pour prétendre que le niveau des océans n’augmente plus : http://www.publications.parliament.uk/pa/ld200506/ldselect/ldeconaf/12/12we22.gif
    Mais la crédibilité n’est plus depuis longtemps la préoccupation principale de I. Marko (ou de Contrepoints, d’ailleurs).

    • Et qu’est ce qui vous gène dans ce graphe, à part le fait qu’il montre que le niveau des océans augmente peu.

      Quant à Mörner, la seule affirmation de sa part que j’ai trouvée (sur http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-10-01-06h50/2015—debut-du-refroidissement-climatique—26226.php) est :

      Allez donc faire un tour à l’article sur le raisonnement par syllogisme qui explique ce qu’est un sophisme.

      • L’affirmation de Mörner reprise pas « lachainemeteo.com » est :

        Le géologue et physicien suédois Nils-Axel Mörner affirme même « qu’il n’y a pas eu de réelle augmentation depuis 50 ans », et que « s’il y a une élévation au cours de ce siècle, elle restera proche de 10 cm ».

      • Ce qui me gêne dans ce graphe ? Vous voulez rire sans doute ? Imaginons un instant que le ministère de l’intérieur produise un graphe comme ceci (http://i.imgur.com/OJ5X63L.png) pour prétendre qu’il n’y a pas de problème de chômage en France. Tout le monde, vous le premier, crierait au scandale. Mörner, repris par Marko, utilise la même arnaque pour prétendre que le niveau des océans n’augmente pas. Et là, bizarrement, ça ne vous gêne pas. En fait, tant qu’on vous dit ce que vous avez envie d’entendre, vous êtes prêt à avaler n’importe quelle couleuvre. Pour rappel, les données sur le niveau des océans ressemblent plutôt à ceci : http://i.imgur.com/QwZKt3i.gif

        • Si je comprends bien, ce qui vous gène est :

          – une raideur de la nuque qui vous empêche d’incliner la tête
          – que les taux d’augmentation du niveau des océans sont différents suivant les études

          Pour la raideur de la nuque, allez voir votre médecin ! Le fait d’incliner le graphe n’apporte rien il est vrai, mais on peut difficilement dire que c’est discret et fait pour leurrer le lecteur.

          Pour les taux, Mörner extrait un taux de 2 cm sur 20 ans de données satellitaires, soit 1 mm par an sur des données récentes. Le PSML (Permanent Service for Mean Sea Level) britanique voit un taux de 1,8 mm par an sur plus d’un siècle à partir de marégraphes, sans accélération notable au court du temps.

          Vos graphes donnent un taux de 3,2 mm / an, ce qui est le chiffre du GIEC, mais présentent une accélération à partir de bases de données différentes. En revanche on ne sait pas s’il s’agit de marégraphes où de données satellitaires.

          Toujours est-il que la mesure de niveau des océans est très difficile à cause des oscillations de hauteur des océans dues au pressions (en plus des marées) pour toutes les méthodes de mesures et des mouvements tectoniques pour les marégraphes en particulier.

          Cependant, à 3,2 mm/an on est à 32 cm pour le siècle – pas de quoi submerger la France – et vous avez 100 ans pour relever vos digues de 32 cm ! Quant aux crosses de hockey, la mode a passé avec la pause et la reformation des glaces du pole Nord ces dernières années. Les prédictions sont fausses et la précision et l’antériorité des mesures insuffisantes pour affirmer ou mesurer des accélérations.

          Maintenant, traiter Mörner d’escroc parce qu’il trouve une valeur inférieure par des mesures satellitaires à celles fournies par les marégraphes tient surtout de la chasse aux sorcières. Je suppose que Marcel Leroux n’est pas non plus votre ami. Outre le fait de nous embarquer dans des voies incertaines, les inquisiteurs sont en train de détruire la recherche et la science en lui dictant ce qu’elle est supposée trouver.

          • « Vos graphes donnent un taux de 3,2 mm / an, ce qui est le chiffre du GIEC, mais présentent une accélération à partir de bases de données différentes. En revanche on ne sait pas s’il s’agit de marégraphes où de données satellitaires. »

            Les références sont indiquées sur le graphique. Le trait bleu, ce sont justement les données du PSMSL que vous mentionnez, le trait rouge les relevés des satellites Topex et Jason 1 et 2. Vous remarquerez que sur la période de chevauchement, les données marégraphiques et satellitaires sont en bonne correspondance. Church et White ont d’ailleurs refait l’analyse en 2011 avec des données plus récentes (http://i.imgur.com/8CSBK91.png)

            • Ça montre surtout qu’en 1860 avec des rejets CO2 insignifiant la mer montait déjà, fin du mythe du RCA, merci d’être passé.

            • Sur l’article de la chaineméteo, vous pourriez lire ceci :

              les relevés altimétriques par satellite (projet Topex-Poséïdon) révèlent que l’élévation globale fut quasi nulle au cours du XXème siècle, et serait proche de 13 millièmes de millimètre par an depuis 2001.

              Donc même pas 1 mm de puis 10 ans. C’est quand même un sacré foutoir tous ces satellites qui se contredisent :mrgreen:

              • Alors, si chainemeteo le dit, ça doit forcément être vrai. Surtout, n’allez pas vérifier les données originales, ce serait faire preuve d’une attitude sceptique, préjudiciable à vos certitudes. Si vous voulez prendre le risque, elles sont ici : http://sealevel.colorado.edu/. On constate que les satellites ne se contredisent pas, par contre il semble bien que chainemeteo manque pour le moins de rigueur dans ses affirmations.

                • Il est très difficile de savoir si des données sont originales et encore plus de les utiliser. Elles sont toujours triturées dans tous les sens pour diverses raisons :

                  – varaition des points de mesure et des équipements –> corrections pour recalibrage
                  – compensations d’alittude de pression (le niveau de la mer dépend de la pression atmosphérique)
                  – maillage insuffisant –> créations de points par extrapolation
                  – mesures aberrantes –> corrections sauvages
                  – dérive des capteurs –> compensations temporelles

                  On ne croit pas plus lachainemeteo que les écolos, les ONG ou le GIEC. Ce qui importe, c’est que les études proviennent à l’origine de gens sérieux, quelles soient confirmées par d’autres études, que l’on ne puisse mettre en évidence des biais, et que les données soient cohérentes et explicables.

                • C’est forcément vous qui détenez la vérité :mrgreen: Les autres ne sont que des abrutis :mrgreen:

                  L’erreur est énaaauuurme ❗

                  Et pourquoi les marégraphes ne donnent pas la même augmentation ❓ Il sont bidons ❓

        • Pourtant, le gouvernement nous produit exactement ce graphe pour affirmer qu’il n’y a pas d’augmentation de la dépense publique en France. Là, tout le monde trouve que oui, c’est clair, et que le gouvernement a parfaitement raison de tourner le système d’axes, simplement parce qu’il a envie d’y croire.

          La conclusion est évidente : le graphe ne veut rien dire, ni dans un sens ni dans l’autre, si on n’a pas les explications sur la manière dont les axes ont été orientés. Il y a aussi une deuxième conclusion : celui qui vous présente le graphe sans donner ces explications cherche à vous tromper.

    • Vous savez vous moquer de ce que vous ne comprenez pas, mais pouvez-vous prouver que le niveau des océans augmente de manière statistiquement significativement différente des variations géologiques normales ?

      • « (…) prouver que (…) » : ah non, il ne peut pas. D’ailleurs, sur un autre fil de discussion, il lui a fallu faire appel à la courbure de l’espace-temps pour dire qu’il ne donnera pas la preuve que le CO2 est, selon lui, à l’origine d’un réchauffement climatique. Et à vrai dire, c’est chaque fois pareil avec lui ou un de ses coreligionnaires : il pinaille sur des détails, fait appel à n’importe quoi pour ne pas répondre et finalement, de toute la morgue dont il sait faire preuve, vous dit que vous ne pouvez pas comprendre parce que vous n’êtes pas un scientifique d’exception comme lui.

        • « vous dit que vous ne pouvez pas comprendre parce que vous n’êtes pas un scientifique d’exception comme lui »
          Comment peut-il prétendre ça ? Dois-je renoncer à mon pseudo pour lui faire plaisir ? 🙂

        • « […] finalement, de toute la morgue dont il sait faire preuve, vous dit que vous ne pouvez pas comprendre parce que vous n’êtes pas un scientifique d’exception comme lui. »

          Quand vous m’attribuez des commentaires désobligeants, n’hésitez pas à donner une référence, qu’on puisse juger si j’ai vraiment écrit ça, ou si c’est un pur produit de votre imagination.

          • Ah bin, sans rechercher trop loin, vos interventions sur ce fil-ci montrent clairement au lecteur que, question morgue, vous n’en manquez pas, hein ?

            • Je répète donc ma question plus précisément : pouvez-vous citer où j’ai dit, comme vous l’écrivez « que vous ne pouvez pas comprendre parce que vous n’êtes pas un scientifique d’exception comme lui. » ?

              Et si pour vous donner des références, c’est faire preuve de morgue, on ne doit pas avoir le même dictionnaire.

    • Ciel, vous avez raison : on va mourir noyés. Quelle horreur :mrgreen:

    • Et si vous remettiez ce graphique dans son contexte ?

  • Bonjour
    De toute façon les climato-alarmistes n’iront jamais avouer leurs erreurs. A chaque fois qu’une de leur lubie tombe à plat, ils en inventent une nouvelle.
    Je vois poindre l’acidification des océans. LOL

    • +1000

      Les fachauds feront tout pour imposer leur communisme recyclé à toute la planète.

    • « l’acidification des océans. »

      C’est sur que les océans qui contiennent 38000 Giga tonnes de Carbone doivent être vachement affectés par les 3 Gt que l’on y injecte chaque année en brûlant du pétrole ou du gaz !

  • Quelle réponse libérale à ce problème :
    http://www.lepoint.fr/environnement/inondations-tempetes-le-casse-tete-de-la-gestion-des-dechets-12-12-2014-1889069_1927.php

    Les catastrophes naturelles de type inondation génèrent un afflux considérable de déchets. Dont certains toxiques (médicaments, produits chimiques divers…)

    Peu importe de savoir si le climat change ou non, à qui la faute ou si les catastrophes sont plus ou moins nombreuses qu’avant. La principale raison du problème est surtout l’urbanisation et l’augmentation de la quantité de biens élaborés stockés par la population. Une inondation disperse tout brutalement. Le nettoyage est une tâche énorme.

    Une réponse libérale pure n’est pas crédible. On ne va pas demander à chacun d’aller rechercher son stock de produits ménagers perdu à dix kilomètres en aval.

    Qui doit payer ? Comment gérer préventivement le problème ?

    Ceci n’est pas un troll. Proposer une société de grande liberté ne dispense pas d’une vraie interrogation sérieuse sur des sujets qui (nous) fâchent.

    • Bonjour youkaidi
      Cela me parait simple, les propriétaires ont une assurance inondation et les assureurs, au prorata de leur part d’assuré, payent les dégats.
      Le marché c’est plus fort que toi 🙂

    • Qui doit payer ? Comment gérer préventivement le problème ?

      Ne pas construire en zone inondable. Des vergers plutôt que des masures. Là se limite le rôle de l’état.

      • Même pas
        On construit où on veut.
        Au propriétaire de se renseigner, A l’assureur d’envoyer des signaux ad hoc (surprime).
        Et puis si j’aime les bains de pieds quand il pleut, cela me regarde 😉

        • Surprime ❓ Même pas : non assurable => inhabitable ou trop dangereux = pas de contrat ❗

          • Si l’assureur ne veut pas signer un contrat il ne signe pas.
            Cela ne regarde que toi… et l’assureur.
            Ce n’est pas une entité extérieure de décider ce qui est inhabitable.
            Si qq’un veut vivre dans un bateau. il est libre, pourtant en cas de tempête il est en première ligne.

            • Exactement : et pourtant, pour qu’un appartement soit branchée au réseau EDF, le consuel doit donner son accord. Sinon, pas le droit d’habiter.

            • Certes, si tu refuses de t’assurer pour TES biens, c’est ton problème le jour où tu as les pieds dans l’eau.

              Le hic c’est que ton stock perso de désherbant va se retrouver étalé sur le potager d’un gars en aval, qui ne t’avait rien demandé et voit son travail détruit.

              A moins que tu ailles spontanément rechercher où est partie ta @&*# de boite de Roundup XXL, trouver ta « victime », t’excuser et l’indemniser avec ton pognon…

              Donc soi on t’interdit de construire là épicétou, soit on t’oblige à prendre une vraie assurance.

              • Tandis que mon assurance va alors indemniser le mec alors que je n’ai jamais eu de Round-up dans mon garage (ni de rats, je ne m’appelle pas Séralini)… Si je sais que je peux être responsable, je prends une assurance, et mon assureur qui tient à ma clientèle veillera à proportionner la prime aux risques que je fais courir à autrui. Si je n’ai pas d’assurance, je casque sur mes éconocroques. Qu’est-ce qui vous gêne là-dedans ?

              • @youkaidi

                On avance..

                Personnellement tout le monde que je connais a une RC sans contrainte (des dommages peuvent monter vite).
                Le mec qui n’est pas assuré:
                -ses dommages seront pris en charge par ton assurance (par exemple) et
                -va avoir des gros ennuis.

                C’est le pb avec les planistes, le système libéral n’est pas parfait, donc mettons a la place un système inefficace et liberticide, sans apporter la moindre preuve que leurs élucubrations constructivistes améliorent les choses.

              • Et qui va prouver que tu avais du désherbant ❓ C’est peu-être le voisin d’en-haut ❓ Mais lequel ❓ Et le jardin en aval est dans un tel état de dommage total qu’un poil de désherbant en plus ne va pas gêner. :mrgreen:
                De toutes façons, ce sera bientôt que du « bio ».

            • Effectivement, la construction en zone (fréquemment) inondable n’est franchement pas raisonnable, au moins sans artifice (pilotis à flanc de coteaux). Mais j’ai bien entendu récemment, que, dans certaines zones, je présume, il y avait 30% d’habitations en zone à risque, plus ou moins fréquent, je présume: sans travaux sérieux d’aménagement, ça parait irresponsable! De même, des conditions de construction comme prévoir une sortie par le toit en cas de sauvetage nécessaire, me semblent déjà un indice suffisant pour ne pas autoriser la construction! Pourra-t-on vraiment dire, dans l’avenir, que ces habitants sont éventuellement « victimes de catastrophe naturelle »? Ça n’a pas de sens!

  • oui il y a des changements dans le climat mais qui peut dire d’ou cela vient exactement ? personne ;

    • Je pense comme vous: il y a bien un changement ou une évolution du climat mais cela a toujours été le cas et j’ai bien lu quelque part que vers la fin du règne de Louis XIV, il s’agissait d’une période particulièrement froide: je crois qu’on ne possède pas encore la clé permettant de comprendre tous les facteurs influençant le climat et de bien comprendre la différence entre causes et effets pour dessiner une suite « mécanique » de conséquences, certaines (feed-back) devant accélérer et d’autres, ralentir cette suite!

      Par contre, je crois bon, quelle que soit la situation, de se conduire plus écologiquement, même et surtout dans les petites choses: l’abandon de l’usage de pesticide dans votre jardin ne peut que faire du bien à votre famille (le Rondup est une crasse à toxicité prouvée, par exemple). Économiser l’énergie et l’eau, chez vous, en utilisant l’eau de pluie pour arroser le jardin ou laver la voiture ou un changement d’ampoules pour des ampoules LED (quand les vieilles ampoules seront foutues, pas forcément avant, sauf si elles consomment vraiment trop): tout cela ne nuit ni à votre portefeuille ni à votre santé! Jeter moins, recycler, réparer plutôt que jeter et racheter, aussi! Manger plus sain, éventuellement votre propre production: bon pour la santé, amusant, bon pour le portefeuille; idem pour une bonne isolation de la maison avec moins de chauffage nécessaire. Il y a donc une écologie qui est un progrès dans votre qualité de vie, alors vraiment, pourquoi pas? Car pour le climat ou les décisions de l’ONU, vous ne pouvez sans doute rien, comme moi!

      • Louis XVI a été abattu par le climat avant même que de l’être par la révolution francaise.

      • il faut pas tant regarder les docu fictions de la BBC, le climat de la france avant la révolution française n’a rien eu d’extrordinaire, et ce n’est pas le laki qui en est la cause :

        l’hiver 1709 a été plus froid que celui de 1789, entrainant des centaines de milliers de victime dans une période ou la france était préssurée d’impots pour cause de guerre de succession d’espagne, et les français ne se sont pas révolté …

        la période se caractérise par un grand nombre d’été chaud ( entrainant une crise viticole et d’abondante moisson synonyme de prix du pain très modéré ) et d’hiver froid , donc un climat assez continental, comme celui que nos parents connurent dans les années 40 et que nous même avons enduré entre 2003 et 2011 …
        pas de quoi manger les pissenlits par la racine !

        l’orage du 13 juillet 1788 est extraordinaire, mais la crise est déja bien avancé à cette époque.

  • Excellent article qui va nous aider à passer l’annus horribilis qui nous attend avec les délires climatiques.

    • Oui ça va être costaud.

      Le passé nous a enseigné ce qu’il était possible de mettre en place en terme de délire collectif.
      Le présent nous le confirme; un nouvel objet d’étude.

  • Je suis un climatoseptique invétéré et de vous lire est un régal …
    De toute façon marier sciences et politique revient à tenter de mélanger l’huile dans de l’eau ….

  • Ce retrait des glaciers a ainsi permis la découverte de restes archéologiques datant des vikings, démontrant que la température était plus élevée à cette époque qu’aujourd’hui. Selon des études récentes, les glaciers alpins n’existaient quasiment pas à l’époque d’Hannibal et le recul du Mendelhall Glacier, en Alaska, a laissé derrière lui les restes d’anciennes forêts, vieilles de 1200 à 2350 ans, qui avaient poussé à des périodes bien plus chaudes qu’aujourd’hui. Décidément, l’étude des glaciers ne concorde pas avec la doxa climato-réchauffiste.

    C’est sur qu’on ne va pas les entendre sur ce point. Il y a quelques mois, j’avais posté à ce sujet. MiniTax aussi. On a reçu une avalnche de commentaires comme quoi on était des rigolos. Les preuves sont là que nous ne racontions pas n’importe quoi.

  • MERCI, Monsieur Marko! J’aime votre bon sens scientifique. Malheureusement, vous n’avez pas – nous n’avons pas – les moyens des lobbies catastrophistes. Ces lobbies ont les moyens d’ impressionner le citoyen par voie de presse et « Soixante-deux mille quatre cents répétitions font une vérité » (Aldous HUXLEY dans « Le meilleur des mondes »).. Et la question reste: QUI bénéficie de cette « vérité » catastrophiste?

    • Tiens, Pr. Marko, vous êtes encore vivant ?
      Je vous croyais condamné pour hérésie climatique et brûlé en place de Grève.

      Sincèrement, vous me voyez heureux de constater votre bonne santé, mais pour combien de temps encore ?

      Mais vous rendez-vous compte de la monstruosité de ce que vous rapportez ?
      Vous voilà coupable d’immoralité, de mauvaises pratiques scientifiques ; vos propos téméraires sur les Saintes Ecritures du GIEC vous valent déjà une mise à l’index pour ne pas dire un emprisonnement.
      Persévérer ainsi est jouer avec le feu…

      Quelqu’un vous cache ? Vous avez besoin d’aide pour votre cavale ? Une planque ? de l’argent ?
      Nous sommes peu nombreux de votre côté mais déterminé à vous aider quoiqu’il en coûte.
      Même si vous disparaissez, le combat continuera en votre mémoire…

  • Il y a quelques points qui méritent éclaircissements:
    -« le temps, assez peu avenant » : de quoi parle l’auteur, d’un été pour une fois normal en France?
    -« elle serait même en légère baisse » elle l’est ou elle l’est pas. Le conditionnel n’a rien de très sérieux. D’ailleurs, l’année 2014 devrait être la plus chaude, chacun le sait maintenant, alors serait-ce la fin du plateau? A voir.
    – « Elle se porte de mieux en mieux » c’est faux. En 2012, l’étendue de la banquise a été la plus basse jamais relevée, en 2013, le déficit était important mais loin du record, en 2014 le déficit a été plus élevé qu’en 2013, alors je ne vois pas le « mieux en mieux ». Et je vous rappelle que on constate une tendance… reparlons dans 5 ans..
    -« la quantité de verdure augmente » ça veut dire quoi au juste? Avec la déforestation, ça m’étonne beaucoup si on raisonne en tonnes de biomasse, si on raisonne en surface de pelouse de terrain de golf, oui pourquoi pas..

    • D’ailleurs, l’année 2014 devrait être la plus chaude

      On s’en tape 🙂 :):) : ce qui compte, c’est une moyenne sur une longue durée, ce que vos collègues nous rappellent sans la moindre pitié dès qu’on dit qu’il a fait plus froid, ne serait-ce qu’une femtoseconde.

      • Effectivement et à juste titre mais je faisais référence à « c’est peut être même en baisse » qui me parait un peu farfelu. Dans ce cas, il ne faut pas triompher au moindre petit coup de froid ou si la banquise est moins rétractée que l’année passée comme c’est le cas trop souvent..

        • Ce qui importe, c’est de savoir si les tendances sont exponentielles : les fameuses crosses de hockey. On sait que les températures ont monté depuis plus d’un siècle – (et c’est une bonne chose, car l’homme est peu adapté au froid et la production agricole dont nous avons besoin pour survivre est favorisée par des températures plus élevées)

          Une augmentation exponentielle de la température (ou de tout autre paramètre) serait un problème dans la mesure où cela ne nous donnerait pas le temps de bien comprendre le problème et de réagir.

          La production de CO2 a été croissante et exponentielle sur le siècle, mais ce rythme ne pourra de toute façon pas être soutenu très longtemps. Malgré la corrélation affirmée haut et fort entre température et émissions de CO2, le caractère exponentiel de la montée des températures est de moins en moins évident, de même que la corrélation avec la concentration en CO2.

          Donc l’alarmisme n’est plus justifié aujourd’hui autrement que par des « modèles » dont on sait très bien qu’ils sont faux. Il serait donc grand temps de réexaminer calmement ce que l’on sait et ne sait pas et de réévaluer l’importance relative du réchauffement par rapport à tous les autres problèmes du monde actuel.

        • « si la banquise est moins rétractée que l’année passée comme c’est le cas trop souvent. »

          oui c’est le cas trop souvent, c’est bien ce qui embete le GIEC…

          • Supposons que les glaces de l’Arctique sont en diminution, ce qui est relativement peu contesté.

            Il apparait bien que dans toute cette région, il existe une industrialisation rapidement croissante avec développement rapide de voies de navigation et ces faits sont, d’un point de vue historique, relativement très récents (voir à ce propos, l’émission de Jean-Christophe Victor, « le dessous des cartes » du 13/12/2014 sur Arte).
            Il n’y a pas de doute que cette activité avec les transferts humains qui l’accompagnent, soit énergivore et dégage de la chaleur et du CO2. Quelle est la part de ce facteur dans la fonte des glaces, bien malin qui pourrait déjà le dire.

            Et en même temps, on voit que les glaces de l’Antarctique (qui est resté un « sanctuaire »), elles, s’étendent!!!

            La bonne question à se poser c’est: comment concilier les deux phénomènes dans une seule équation d’évolution climatique globale?

            Dire qu’une activité humaine intense concentrée génère de la chaleur, est de constatation banale: on sait que dans une grande ville, la température s’élève légèrement par rapport à la campagne environnante!

            Dès lors, on pourrait affirmer que la croissance démographique mondiale est susceptible de produire globalement de la chaleur.

            De là à dire que c’est suffisant pour changer de façon significative, le climat mondial (qui a toujours connu des variations lentes), c’est une audace que je trouve encore prématurée et non prouvée.

            Conscient de mes limites, j’attendrai pour y croire qu’il y ait un véritable consensus scientifique (sans influence politique) avec des constatations univoques prouvant la validité des modèles mathématiques, vérifiés par les faits, forcément sur plusieurs générations: c’est le seul critère du qualificatif « scientifique »: sans vérification dans des faits constatables, par n’importe quel observateur compétent indépendant, on en reste au stade d’hypothèses!).

            En attendant, il me semble sage (et rentable) d’adopter de nouveaux comportements ou de m’équiper moi-même ou mon domicile de solutions plus modernes, plus « durables » ou nécessitant moins d’énergie, sans sauter pour autant sur toute nouvelle technologie, et donc après l’effet de mode et une expérimentation pratique confirmée et accessible: on n’est pas obligé « d’essuyer les plâtres ».

            • « Il n’y a pas de doute que cette activité avec les transferts humains qui l’accompagnent, soit énergivore et dégage de la chaleur … »

              Oh un grand scientifique qui va nous faire fondre le Groenland avec une bougie. Pour les 22 millions de kilomètres-cubes de l’Antarctique, je vous conseille quand-même l’usage d’un chalumeau.

          • C’est faux. C’est meme l’inverse!

    • sur l’année la plus chaude …deux choses la majeure partie des sceptique pense que ça peut monter, donc en tant que tel ça ne serait pas une surprise, su point de vue de la logique combien de sources donnent l’années 2014 la plus chaude?

      si on ajoute ..

      Quelle est l’incertitude de mesure? quelle est la probabilité que une année mesurée comme la plus chaude avec une valeur dT soit en fait moins chaude compte tenu de la marge d’erreur?

      en fait il faudrait dire la mesure de température la plus élevée et non la température qui n’est connue qu’avec la marge d’erreur près..

      et d’ailleurs qu’est ce qui est le plus chaud? la base troposphère ou le système climatique dans on ensemble?

      mais bon c’est vendeur donc ne vous gênez pas.. mais ne mentez pas…
      nul ne peut affirmer que l’année 2014 est la plus chaude ..désolé…
      et ça serait vrai…que ce ne serait pas important.

      • Il y a une limite au doute. Attention à ne pas glisser vers la mauvaise foi. Vous semblez poser le doute pour ne pas voir ce qui ne vous arrange pas. A ce petit jeu on peut aller très loin. Comment voyez vous qu’il y a un plateau dans ce cas? Si vous réfutez les mesures, je ne vois pas en quoi vous pouvez discuter de « l’apocalypse climatique ». Et à chacune de vos questions il y a une réponse.
        Et il ne s’agissait que d’une remarque mineure parmi d’autres de ma part et qui n’est qu’une question ouverte, je n’ai rien affirmé, défendu ou justifié.

        • Ducobu00: « Si vous réfutez les mesures »

          Le record de quelques dixièmes d’une année sur une moyenne de plusieurs décennies est premièrement une escroquerie, on peut démontrer l’inverse en choisissant bien, ensuite les audits des stations américaines démontrent que 91.1% des stations ont une précision de mesure plus grande que 1C°.

          Ça c’est une station USHCN qui répond aux normes avec sa courbe de température:
          http://www.surfacestations.org/images/OrlandCA_USHCN_Site_small.jpg

          Et celle-là, une des fameuses stations qui montre sans équivoque l’augmentation de la température…au niveau du nouveau parking qui l’entoure.
          http://www.surfacestations.org/images/MarysvilleCA_USHCN_Site_small.jpg

          Sur cette carte les stations en vert et bleu ont une précision plus petite que 1C°, celles en orange, jaune et rouge plus de 2C°:
          http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2009/07/ushcn-surveyed-7-14-09.jpg

          Le réchauffement que les thermomètres mesurent depuis un siècle, c’est surtout le fameux RLP « Réchauffement Local des Parkings » :mrgreen:

        • « Il y a une limite au doute »

          Il y a surtout une limite à la pertinence des données et aux conclusions qu’on en tire. Vous savez très bien que l’on ne voit absolument rien sur les courbes de températures sans faire une moyenne mobile sur 5 ans. Parler de « records » dans les échantillons de ce qui ressemble à un bruit blanc est de la foutaise journalistique. Le fait que des supposés scientifiques laisse dire ce genre de chose sans réagir en dit long sur l’état de pourrissement avancé de la communauté scientifique travaillant sur le climat.

          • Si l’on a bien écouté l’information, en fait, on a donné cette information par rapport aux relevés pratiqués depuis qu’il y a un réseau de mesures (dont certaines mesurées par des bénévoles souvent compétents et consciencieux) – donc depuis la fin du XIXième,et je crois avoir bien entendu.

            Mais cela reste bien sûr anecdotique: pourquoi une année? Il est clair que d’une année sur l’autre, on obtiendra une courbe oscillant entre un maximum et un minimum.

            Si sur cette courbe, chaque année consécutive crève le plafond (ou le plancher) de la précédente, il faudra en déduire un changement (sans explication), si ce n’est pas régulier sur 5 ans, il faudra attendre plus, avant de se prononcer: si l’évolution se poursuit sur 5, 10, 15 ou 20 ans, on pourra conclure qu’il se passe quelque chose, si, du moins, on n’a pas découvert qu’on mesurait mal ou différemment, dans les années antérieures:

            il est difficile de croire que les conditions et les instruments de mesures ne changeront pas en 20 ans. (Un pluviomètre banal actuel, sur 24 heures devrait être corrigé autant de la rosée, de la condensation et de l’évaporation!).

            Reconnaissons donc que, malgré la difficulté de la tache, les prévisionnistes météo semblent bien avoir fait de grands progrès en 40, 50 ans (grâce aux satellites, entre autres). Mais ils restent peu fiables au-delà de 5 ou 6 jours, ce qu’ils ont, maintenant, l’élégance de nous informer par un coefficient de probabilité: chapeau!

            De là, à prévoir un climat pour le monde après 20 ou 50 ans, je crois que l’indice de confiance se rapproche de 0, ce qui ne doit pas les empêcher de suivre des courbes au niveau international!

        • non ça n’a rien à voir avec la mauvaise foi, ça a à voir à arrêter de tenir un discours fondamentalement antiscientifique.

          l’emploi du conditionnel, la subversion de concepts statistiques pourtant clairs, l’escamotage systématique des hypothèses permet tout.

          Le cas de la marge d’erreur est assez exemplaire… bien souvent on les omet…
          alors regardez ça
           »
          D’ailleurs, l’année 2014 devrait être la plus chaude, chacun le sait maintenant, alors serait-ce la fin du plateau? A voir. »

          dans le cas de la température du globe, on a une température qui n’est pas une température…il faut donc supposer que ce signal caractérise bien l’augmentation de la température de la basse troposphère ( montrez le moi je vous en prie).. vous avez le conditionnel, et vous avez chacun le sait… et sur le fond, je le répète
          il faut êtes d’une inculture scientifique élémentaire pour affirmer que une mesure ne doit pas être appréciée sans sa marge d’erreur..

          • et je ne réfute pas les mesures…mauvaise foi pourquoi pas , mais il est sain que la mauvaise foi questionne la foi.

            justement, on a pas grand chose de certain dans ce foutoir, les mesures globales ont à peine 50 ans..et pour se fier aux mesures tirés des stations au sol, il faut une part de foi… comment éliminer la part environnementale dans les stations en ne se servant que des données des stations?

            Il y a une série d’éléments qui donnent à penser que de l’énergie s’accumule dans le système climatique terrestre, certes, mais la question est quantitative non qualitative.

            • lemiere jacques: « et je ne réfute pas les mesures… »

              Elles sont pourtant hautement réfutable. Une balise argos précise à 0.01C° c’est très bien, mais quand elle mesure l’equivalent de 20’000 millions de piscine Olympique ça vire au grand n’importe quoi, même une simple piscine n’est pas homogène.

              Les stations au sol sont aussi hautement réfutable, 91.1% des stations ont une précision de mesure plus grande que 1C°, on mesure surtout l’extension des parkings autour des stations depuis un siècle.
              http://www.surfacestations.org

              Hors états-unis et europe le maillage, déjà bien lâche, vire a la farce complète.

              L’étude complète de l’audit de 20% des 6000 stations est accessible ici:
              http://scienceandpublicpolicy.org/images/stories/papers/originals/surface_temp.pdf

              Il ressort que:
              -Sur les 6000 stations répertoriées dans les bases de données, jusqu’à la fin des années 80, moins de 1500 sont aujourd’hui actives. Dans le monde, le nombre de stations a été divisé par plus de 2 (de ~ 12000 à moins de 6000), conduisant à un maillage notoirement insuffisant.

              -Sur les stations auditées, seules 2% sont classées en catégorie 1 (respectant au mieux les impératifs de qualité et de précision) et 10% seulement ont une précision inférieure au degré, ce qui est pourtant nécessaire pour diagnostiquer un réchauffement global inférieur à 0,8°C… Plus de 60% des stations sont en classe 4 avec des incertitudes de mesures déplorables (+/- 2°C !)

              -Un grand nombre de stations sont désormais implantées en pleines zones urbaines : leurs mesures sont totalement biaisées. Quant aux « corrections », elles vont toutes dans le même sens, personne n’a oublié les tripotages de Mann.

  • Cela fait donc le vingtième COP qui ne décide rien (ouf !), et qui accouche d’une nouvelle feuille de route pour le COP suivant, à savoir le COP21 à PARIS en 2015, lequel fera de même pour le COP22, n’en déplaise à notre grand expert en climatologie Laurent Fabius. Rien n’a été décidé, et c’est tant mieux, mais le prix de ces grand’messes aussi onéreuses qu’inutiles est à la charge des citoyens, qui n’en peuvent mais et sont rouges de colère à la vue de ces Verts idéologues rétrogrades.

    Quand le scandale de ce soi-disant RCA éclatera au grand jour, j’espère que ceux qui en sont à l’origine et qui en font une propagande éhontée (ONU, OMM, UNEP, UE, escrologistes, ONG, médias, politiques,…) payeront très cher le prix de leur infâmie…

    • « L’augmentation depuis 1958 des teneurs de l’air en dioxyde de carbone est donc pour l’essentiel (66 ppm sur 85 ppm, « .
      Je trouve la conclusion du copain un peu rapide. Il y a une faute de raisonnement.
      Même si télécom et climat n’ont rien à voir, un « X » ne devrait pas se tromper à ce point !

      • Vous savez faire une addition, une division, donc vous êtes qualifié pour critiquer le travail d’un ingénieur ❓
        Vos multiplications, vous savez aussi les faire en base 16 comme les additions ❓

    • Merci !!!!!!!!!!!

      Enfin quelqu’un qui se penche sur l’équilibre du CO2 air/océan. Depuis le temps que je cherche ça ! Je vais imprimer et lire tout ça car il y a vraiment un gros détail qui m’échappe, avec l’immense réservoir de l’océan qui est physiquement censé pomper le CO2 de l’atmosphère quelle que soit la quantité qu’on y injecte (à température constante). Sachant que le CO2 est moins soluble et l’océan dégaze si l’eau s’échauffe, le système serait instable à cause de l’effet de serre, et on finirait tous grillé même en arrêtant de respirer.

      • Euh … vous avez vu les quantités gigantesques de Carbone fixé par les océans dans le passé sous forme de calcaire ? On est bien loin des délires PPM esques du GIEC.

        Bizarrement, ils tournent toujours sur une théorie ‘acide’ de la fixation du CO2, alors que la fixation organique est basique… que la fixation basique augmente avec la température, inversement de la solubilité du CO2 dans l’eau qui diminue…

        De là à ce que l’on ait transformé tout le sel des océans …

  • « Pour le patron de Vinci Autoroutes, « il n’y a pas de magot des sociétés d’autoroutes » »

    Bien sur il a gros cul, et il est assis dessus.

  • grand site réchauffiste à lire absolument !
    http://sciences.blogs.liberation.fr/

  • Ne vous fâchez pas pour les blagues.
    Il faut bien contrer les blagues du GIEC avec des contre-blagues, mais ça reste des blagues ;-).

  • Le « réchauffement climatique » est une immense fabrique de subsides, de colloques luxueux, de taxes, de créations de comités bidules et d’alibis qui permettent aux politiques de sembler d’être concernés, actifs et utiles.

  • Je trouve ça dommage pour un scientifique de renommée mondiale :
    – de mélanger les registres : diffamation, science et idéologie : « lobotomisés climatiques », « éructation cataclysmique », « astrologie climatique » « en créer de nouvelles [en parlant de mesures préventives ] (surtout les taxes) » « propagande cataclysmique » « logorrhée catastrophiste des marchands d’apocalypse de tout poil ».
    – de ne pas fournir de source.

    • Certes, on peut comprendre que vous soyiez choquée par l’utilisation de mots justes.

      Et pour les sources demandées, à vrai dire, on ne voit pas : doit-il écrire à nouveau et paraphraser ce que d’autres auraient écrit avant lui pour être satisfaite ? Curieux.

      • Cela me contraint à croire une personne qui n’a jamais publié un article scientifique (revu par les pairs etc) sur le sujet, sur parole ?

        • Bonsoir Hermione
          Vous fatiguez pas, le climato-catastrophique c’est plié.
          Faut trouver autre chose maintenant.

        • Même les réchauffistes sont obligés de parler de « pause ».

          Arrêtez de demander des articles revues par les paires. Vous avez l’air d’un abruti en exigeant ça.

          • Je ne suis pas « climato-catastrophiste », je me contente de douter de l’authenticité de ce qu’écrit quelqu’un qui ne justifie pas son propos par des sources fiables.
            « Vous avez l’air d’un abruti en exigeant cela » => laissez tomber les insultes, vous n’en serez que plus crédible.

            • Les 73 modèles du GIEC vs la réalité mesurée… C’est du fiable ça, vous pouvez vérifier:
              http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

              • Bonjour, J’ai regardé partiellement (j’ai beaucoup de mal à souffrir la vulgarité de L. Ruquier et la prétention d’A. Caron) « on n’est pas couché », hier soir (20/12).
                J’ai donc entendu le projet « révolutionnaire » du style de vie de N. Hulot: je me trompe peut-être mais dans la cohorte de non scientifiques qui volent au secours du GIEC (avec Al gore, Arhus-Bertrand et tant d’autres), hors de tout véritable « complot », il y a peut-être une grande manipulation qui pourrait favoriser une règlementation mondiale, sous l’égide de l’O.N.U., très collaborante, jusqu’ici, avec participation politique « souillant » le contenu scientifique du GIEC « consensus scientifique homogène (?) » (entre autres, la mesure du CO2 comme indicateur de mesure de pollution, alors qu’il s’agit d’un gaz très naturel et non toxique que nous aussi, nous « produisons » à chaque instant en respirant).
                De ma vie, je ne croirai rien venant de N. Hulot, qui chaque semaine, pour les besoins de son émission, a utilisé spectaculairement (et très égocentriquement, en se mettant personnellement en scène) tous les moyens de déplacement polluants possibles! Sa prétention actuelle de politique ne me parait pas plus justifiée. Pas crédible! Bon communicant, je lui laisse!
                Mais est-on obligé de croire les beaux parleurs? Dans mon pays, en tout cas, certainement pas! Les mots y ont bien moins de valeur qu’en France!

              • Et vous voulez prouver quoi avec ce fouillis de courbes?

  • ALERTE PROCHAINS DÉFERLEMENT DE CONNERIES
    ————————————————————————

    La théorie du CO2/RCA n’a pas marché et est en plein effondrement, on assiste probablement au baroud d’honneur. (Sauf pas de bol avec un petit pic de chaud au lieu d’un plateau)

    C’est pour cela qu’une partie de nos joyeux catastrophiste se dirige maintenant vers le protoxyde d’azote (N20) émis par les cultures et surtout…par l’élevage.
    http://www.atlantico.fr/decryptage/dereglement-climatique-pourquoi-tenez-evelyne-dheliat-au-bout-votre-fourchette-bruno-parmentier-1909435.html

    Putain, après avoir renchéri notre énergie et pourris nos paysage avec leur moulins à vent ils vont nous interdire de bouffer des steaks « pour sauver la planète » :facepalm:

    • Ils ont surtout peur qu’on ne se mette à ricaner en permanence : ils ne sauraient que faire.
      Une nouvelle forme de gabelle ❗

    • D’après les climatologues : 73% de l’effet de serre serait du à la vapeur d’eau, bien qu’ils admettent qu’ils ne sont pas sur de ces chiffres… donc il reste 27% de ‘on ne sait pas trop d’où ca vient’ qu’ils vont essayer de remplir avec toutes les élucubrations possibles et imaginables : la boite à fantasmes idéale.

      Espérons qu’un jour ils réalisent que le système s’autogère autour d’un point d’équilibre (comme le PH dans un milieu tamponné), ce qui est la seule explication logique qui puisse expliquer pourquoi la terre a gardé une atmosphère depuis des milliards d’années, malgré les variations gigantesques de CO2, CH4, NO2 etc… dues aux éruptions, commettes, forêts tertiaires etc… qui ont eu lieu.

      Il suffit de voir la quantité astronomique de carbone qui a été fixée dans le calcaire et de la mettre en relation avec la quantité de carbone fixée sous forme d’hydrocarbure et de charbon pour comprendre.

      C’est vraiment typique des esprits rationalistes : dès qu’ils ne savent pas expliquer quelque chose, ils partent en vrille au lieu de se fier aux constatations.

      • Vous rendez-vous compte qu’en disant que 73% de l’effet de serre est dû à la vapeur d’eau, vous incriminez directement les centrales nucléaires, grosses productrices d’eau chaude et de vapeur, injustement (c’est clair!) considérées comme sources écologiquement propres d’énergie, en France dans son pari stupide (pour l’avenir) du tout nucléaire, comme on lit trop souvent. À terme (25 ou 30 ans), cette source d’énergie sera condamnée et interdite en Europe où contrairement à l’épisode de Tchernobyl, les nuages ne risquent pas d’être « bloqués » aux frontières, comme dit (scandaleusement) et cru (invraisemblable!), à l’époque!
        Le nucléaire semble avoir un avenir dans le thorium (restant très discutable) ou la fusion dont des ingénieurs me parlent depuis plus de 30 ans!
        Pendant ce temps-là, la France prend un retard dans le renouvelable à l’exception paradoxale de Total et EDF-GDF qui n’investissent pas pour la « Science », croyez-le bien!

        • vous incriminez directement les centrales nucléaires, grosses productrices d’eau chaude et de vapeur

          Quel délire. C’est parfaitement négligeable.
          Pour le reste, le nombre de réacteurs aura sans doute fortement diminué en Europe dans 30 ans, mais pas ailleurs.

        • Les nuages seraient dus aux centrales nucléaires … je vient d’apprendre un truc. Ils devaient mourir de soif avant les années 60.

    • « Pourris nos paysages »
      Vous êtes les premiers à balayer cette notion lorsqu’il s’agit de disposer librement de ses terres… le nombre d’articles et de commentaires qui le démontre est considérable. Déforestation? très bien si le bois vaut quelque chose! étalement urbain? très bien aussi etc.. il faut arrêter la course à la mauvaise foi (de circonstance).

      • Arrêtez de dire n’importe quoi. Les éoliennes sont exactement comme la déforestation et l’étalement urbain sauvage : des conséquences directe d’intervention de l’état dans le domaine économique et de défaillance de l’état dans le respect de la liberté et de la propriété.

        • En quoi j’ai dit n’importe quoi? Vous répondez complètement en hors sujet !
          Oui les éoliennes consistent en la même chose mais en une bien moindre mesure. Mais et alors? Ce n’est pas ce que je faisais remarquer. Vous confirmez ce que je dis quelque part.

          • Vous dites n’importe quoi dans le sens où vous prétendez que la déforestation et l’étalement urbain sont des revendications libérales ou des conséquences du libéralisme, ce qui n’est absolument pas le cas.

            • Ce n’est pas ce que je dis à proprement parler. Je fait référence à un refrain que j’ai lu maintes fois, vous ne pouvez pas le nier. De nombreux articles ont été postés en ce sens. Mais j’approuve votre désaccord.

    • Ma position n’est pas claire: je profite des bonnes idées pour diminuer ma pollution (recyclage, remplacements des ampoules par de l’économique ou du LED, économies d’eau et d’énergie: ce qui est rentable. Stop pesticides au jardin, consommation raisonnée et emballages rationnels). Je ne crois pas trop à la pollution par le CO2, gaz recyclé par les végétaux -les arbres français sont plus nombreux, ce jour, qu’il y a un ou deux siècles – donc c’est la déforestation qui est nuisible (Amazonie et sud-est asiatique). Des mesures démographiques sont à étudier mais il faut que des retraites remplacent les enfants dans bien des cultures pour la survie des parents (d’où l’absolue nécessité de préserver le système européen exclusif de sécurité sociale envers et contre tout ultra-libéralisme, à réguler, au moins, par les autorités). Pour le reste, hors tout intérêt (géo-)politique ou marchand, les scientifiques peuvent-ils prouver le réchauffement? L’arctique fond mais l’antarctique se développe! Par réchauffement? Et est-on capable de changer une variation qui peut être cyclique? Je crois qu’on n’en sait pas tout! Des prévisions à 50 ans me paraissent hasardeuses!

      • sauf que l’intérêt du recyclage se discute…
        idem pour les ampoule eco
        idem pour les pesticides…

        mais bon , c’est quoi un geste écologique?
        consommation d’énergie? d’energie « sale »? plus ou moins sale? sale comment?
        mieux vaut émettre du co2 ou des particules? geste éthique? consommation de matière première?

        à partir du moment où il y a plusieurs paramètres à prendre en jeu quelle est la formule magique qui vous donne la réponse?

        malheureusement la seule réponse qui vient à l’esprit est de ne pas consommer du tout…
        les gestes écologiques sont la mort ( si possible nourrisson ) et la misère la plus noire. Et le pire, ce n’est m^me pas une exagération quand on se place du point de vue « écologique ».

        Alors le constat étant fait ..les gens essayent d’atterrir en douceur en invoquant le bon sens , la mesure nle raisonnable , le évitons le gaspillage tout ça… sauf que je vous en prie, c’est comment et combien une vie raisonnable mesurée ou écofriendly? et quoi qu’y s’passe quand votre voisin n’a pas la même définition que vous?

      • Des mesures démographiques sont à étudier mais il faut que des retraites remplacent les enfants dans bien des cultures pour la survie des parents (d’où l’absolue nécessité de préserver le système européen exclusif de sécurité sociale envers et contre tout ultra-libéralisme, à réguler, au moins, par les autorités).

        Pour les mesures démographiques, je vous répondrais : après vous, je vous en prie … ❗ ❗ ❗
        De toutes façons, Carsat, avec ses complices du gouvermaman, y pourvoit avec une grande efficacité, les écologistes devraient dire . chapeau :mrgreen: ❗ ❗ ❗

        Concernant l’ultra-libéralisme, je ne crains que l’Ultra Méga Giga Turbo Néo Bobo libéralisme, surtout si l’on considère la réussite du modèle européen, les français étant de fer de lance (COCORICOUAC) avec Carsat, le RSI et d’autres qui vont suivre :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  • Tel Allègre, Marko est un brillant scientifique dans son domaine. Il s’est improvisé climatologue sans expertise aucune sur le sujet et s’est lancé dans une bataille dont il ne maîtrise pas les concepts.

    Je m’étonne toujours qu’un scientifique connaissant la méthode de publication scientifique en détail, le monde des colloques, les règles du débat scientifiques, ne reconnaisse pas ce qui tient de l’idéologie de blog et ce qui tient du débat scientifique rigoureux avec les pairs

    • Alors, pourquoi considérez-vous que Rajendra Pachauri est un climatologue éminent, tout comme JeanJouzel, alors que le premier est ingénieur en chemins de fer et le second chimiste?

      Donc, quand cela vous arrange, vous n’êtes pas regardant sur le cursus, et quand cela vous dérange, vous êtes d’une intolérance totale…

      J’appelle cela du parti-pris idéologique.

      • Du dog (ouah ouah) mastime de la part de pros de l’esbroufe :mrgreen:

      • Les AR sont un travail collégial.

        Faut vous renseignez un peu JP

        • Le travail collégial du SPM, résumé pour les décideurs, est fait par les représentants des gouvernements, donc des diplomates et des fonctionnaires. Ce SPM n’a aucune valeur scientifique. En outre, le résumé de l’AR5 est obligé de s’aligner sur le SPM, et donc n’a, lui aussi, aucune valeurs scientifique.

          Il faudrait vous renseigner un peu, ô Tim.

          Quant à Pachauri, le nombre de mensonges qu’il peut proférer dans les médias est hallucinant. Chirac, Supermenteur, est un enfant de coeur en comparaison. Idem pour Jouzel.

          Les médias ne parlent jamais des scientifiques qui critiquent vertement (si j’ose dire…) les thèses du GIEC, ni des observations dérangeantes (par exemple le plateau de température depuis 18 ans). La propagande en faveur du dogme du RCA est une redoutable machine de guerre qui lessive le cerveau des citoyens, sauf celui de petits Gaulois têtus, teigneux, qui ont su garder le bon sens et leur sens critique par Toutatis et Bélénos!…

          • Je vous parle des AR, antécédents aux résumés, donc en aucun cas ne pouvant « s’aligner ».

            Je vous parle d’un chimiste qui n’a aucune expertise en ce domaine.

            Faudrait vous renseigner, et pas qu’un peu JP.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk.

 

Nous devons écouter la science. Nous devons sauver l'environnement. Nous devons protéger le climat.

 

Des slogans accrocheurs utilisés à des fins politiques, mais que signifient les termes : LA science, L'environnement, LE climat ?

Sommes-nous conscients de la façon dont l'ajout subtil de l'article défini modifie notre perception et notre compréhension d'importantes questions d'environnement et de santé ?

En anglais, l'article défini a été utilisé de manière abusive par de... Poursuivre la lecture

soupçon
2
Sauvegarder cet article

La politique du soupçon

Le gouvernant a toujours été présomptueux, par nécessité. Il faut toujours présumer de ses forces si l’on a pour ambition de réaliser l’impossible : le bien vivre ensemble. Présomptueux, mais pas impétueux, le gouvernant n’avancera que s’il est fourbi de certitudes. Son allant sera donc conditionné à la conviction qu’il administre la bonne politique, ce que l’on peut aussi appeler la tentation du bien.

 

Le fantasme du risque maitrisable

Mais le gouvernant n’est pas complètement débile non plus.

Il suffit de quelques... Poursuivre la lecture

En cette fin d’été boréal particulièrement chaud et sec, la Chine, comme le rapporte CNN, a « employé les grands moyens », en ensemençant des nuages au-dessus du Hubei avec de l’iodure d’argent pour amorcer la pluie. Cela pose la question du danger éventuel de cette molécule chimique et bien sûr de la nécessité d’intervenir sur l’environnement, mais aussi de la possibilité que nous avons de le faire précisément sur le climat.

Pour traiter le premier point il faut d’abord dire que cette pratique de forçage de la pluie est effectivement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles