Réforme territoriale : après le redécoupage, la bataille des capitales

Après les cafouillages de la réforme territoriale, la bataille pour les capitales de région a commencé !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bataille credits A Davey (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme territoriale : après le redécoupage, la bataille des capitales

Publié le 4 décembre 2014
- A +

Par Marine Caron.

bataille credits A Davey (licence creative commons)

Après le vote du Sénat, c’est l’Assemblée nationale qui a adopté à son tour en seconde lecture la nouvelle carte de France des régions, mardi 25 novembre. Malgré l’approbation par une majorité de députés, le texte est passé de justesse (277 pour et 253 contre). C’est donc désormais avec 13 régions que la France devra compter, au lieu de 24 auparavant. Et encore, l’histoire de ce redécoupage territorial n’a pas encore touché à sa fin. Le texte de l’Assemblée n’ayant pas été intégralement adopté comme celui du Sénat, la prochaine étape sera la réunion d’une Commission mixte paritaire.

Pour autant, la réforme est loin d’avoir convaincu la classe politique : jugée pour certains trop administrative et politicienne, ou loin des véritables intérêts territoriaux. Martine Aubry, maire de Lille, s’était déjà insurgée de la situation en juillet dernier : « On n’est pas en train de faire du Monopoly, ni de jouer à SimCity. On touche aux identités ».

De fait, la bataille parlementaire à peine terminée, un nouveau front s’est ouvert. Les tractations politiques ont déjà commencé concernant le choix des futures capitales régionales. Si les élus locaux s’insurgent de se voir imposer une réforme par le haut sans y avoir le moindre mot à dire, qu’en sera-t-il concernant le choix du chef-lieu définitif des nouvelles régions, qui doit être décidé par décret avant le 1er juillet 2016 selon le projet de loi, mais après avis des conseils régionaux ?

À ce jour, plus d’une vingtaine de villes sont en « compétition » pour décrocher le titre très convoité de capitale régionale. Un choix très important en termes de dynamisme, d’emplois, de géographie mais également en termes de notoriété et de reconnaissance nationale comme internationale.
Pour la nouvelle région « Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine » la question a été tranchée par un amendement socialiste. Déjà capitale européenne, Strasbourg sera capitale de région. Une décision imposée qui est loin de faire l’unanimité. Châlons-en-Champagne et Metz sont en effet les deux perdantes du lobbying alsacien exercé par Roland Ries, maire PS de la nouvelle capitale de l’Est. Une chose est sure, les élus des autres régions ne se laisseront pas faire. On entend déjà parler de saisine du Conseil constitutionnel pour « amendement inique et anticonstitutionnel », comme d’inquiétudes pour l’avenir de ces capitales délaissées. La fronde gronde dans les territoires.

Concernant les autres régions métropolitaines, le suspens semble plutôt limité. Lille, Lyon, Toulouse et Bordeaux l’emporteraient ainsi respectivement sur Amiens, Clermont-Ferrand, Montpellier, Limoges et Poitiers. Des points sensibles demeurent pour la grande Normandie réunissant la « Haute » et la « Basse » partagée entre Rouen, Caen et Le Havre. Une situation complexe à laquelle Hervé Morin, député UDI de l’Eure, propose comme solution « un partage administratif » entre les villes concernés. Quant à l’entité « Bourgogne/Franche-Comté », Besançon et Dijon sont au coude à coude.

Seules sont à l’abri de toutes velléités les six régions qui n’ont fusionné avec aucune autre : Bretagne, Centre, Corse, Ile-de-France, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Bien que l’on en parle moins, il ne faut pas pourtant délaisser une autre question importante : quid des noms de ces nouvelles régions métropolitaines ? Excepté pour la Normandie, le nom provisoire consistera en une juxtaposition de celui des anciennes régions, à l’exemple de « Aquitaine/Limousin/Poitou-Charente ». Des noms à rallonge qu’il faudra bien évidemment changer et adapter… Mais là encore, une nouvelle bataille risque d’avoir lieu !


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Concernant Strasbourg, soyons clairs : L’Alsace ne VEUT pas de la Lorraine et de la Champagne. La volonté du peuple d’Alsace a été violée par un parlement totalitaire se comportant de manière violente et insupportable. Valls (Ramirez, police française !) a beau déformer les propos des députés alsaciens, il reste un petit roquet incapable de respecter la constitution et les votes populaires.

    Ceci étant posé, vous aurez compris que l’Alsace, seule et unique région française à ne pas être dirigée par des socialistes, est un enjeu de taille pour la racaille collectiviste. Il fallait absolument la diluer dans un ensemble assez vaste pour diminuer et son autonomie. La question de la capitale ? Bien entendu, aussi longtemps que ce découpage inique existera, et je ne lui promets pas un avenir radieux, Strasbourg défendra ses intérêts: C’est clairement le meilleur endroit pour y installer un siège. Pour qui a deja mis les pieds à Reims, Metz ou Nancy, c’est une évidence. Mais le problème n’est pas la : I’urgence est a défaire cette saleté de reforme, qui ne fait qu’ajouter une couche administrative supplémentaire, en supprimant des droits aux populations, tout en augmentant les coûts et l’inefficacité. Voila pourquoi les élus alsaciens ne se laisseront pas acheter par la lie de l’assemblée qui leur promet toujours plus de pouvoir : Ils continueront la lutte contre ces jacobins immondes.

    ELSASS FREI !!!

    • Cette réforme territoriale est une excellente chose pour dynamiser l’autonomisme alsacien. Les Rot un Wiss commencent à fleurir, Alsaciens d’origine et Alsaciens d’adoptions se retrouvent dans la rue, sur les réseaux sociaux, laissant de côté certains clivages.

      Sur la forme cette réforme territoriale est une honte, sur le fond elle est pathétique. On rigolera quand on verra les économies astronomiques qu’elle aura généré…..

    • Alors attention, les lorrains ne veulent pas non plus des alsaciens. Vous savez tous comme on ne s’aime pas entre voisins de l’Est.
      Les seuls motivés sont les politiciens qui veulent une base fiscale plus grande.

  • bonjour ,Bof ….depuis quasiment toujours écartelé entre Vénètes & Bituriges ,autrement dit du Morbihan à l’Indre , même sans retouches territoriales sorties de la cervelle embrumée d’un quiconque énarque ,au cours des époques nos dirigeants ont fait de nous des français ,surtout quand ça les arrangeaient bien .
    Remarquez , je dis cela fort à l’aise ,étant tantôt dans l’une ,tantôt dans l’autre de ces régions .
    En revanche , il me semble comprendre les Alsaciens *, je crois savoir qu’ils en ont payé le prix .
    * Curieusement il y beaucoup d’Alsaciens dans la Marine de Guerre ;ils nous racontaient l’histoire de leur beau pays , la souffrance de leurs ancêtres .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Lainée[1. Vice-président de Nous-Citoyens France Membre de l’Assemblée générale de Contribuables Associés].

Et voici venu le temps… De la présidentielle ! Cet évènement majeur de notre vie politique, celui que les médias attendent pendant 5 ans, qui donne l’occasion d’organiser des plateaux magnifiques avec les aspirants au trône, de mettre en vedette des outsiders qui font vibrer les foules, de produire des sondages dont on ne vérifie guère les éventuels biais, et surtout d’oublier le désastre démocratique que révèle, él... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Depuis peu, le chroniqueur politique et sociologue québécois Mathieu Bock-Côté (MBC) est rendu à l’antenne de CNews pour l’émission Il faut en parler. Son impressionnante bibliographie montre qu’il n’a pas la langue dans sa poche et qu’il est capable d'aborder plusieurs sujets.

Mais pour quelqu’un qui se targue de fouiller derrière « le brouillard des controverses artificielles » il ne se gêne pas pour en créer de toutes pièces lui-même. Car derrière ses airs intellectuels se cache un être dangereusement opp... Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Le sondage IFOP commandité par Régions de France et la Fondation Jean-Jaurès et publié le 29 septembre 2021, montre qu’une majorité de 74 % des Français interrogés font davantage confiance aux régions qu’à l’État, sous-entendu central. Ces Français ne sont décidément plus trop jacobins, s’ils ne l’ont jamais été, mais, bien formatés, ils restent néanmoins étatistes.

À leur décharge, ils ne peuvent comparer l’État aux régions qu’à l’aune des quelques pouvoirs concédés à ces dernières en matière de développeme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles