Vers l’abolition de la femme ?

L’idéologie haineuse du genre n’est pas un féminisme ; elle n’a jamais été qu’une subversion du féminisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Photo de Juan Marin sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Vers l’abolition de la femme ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 janvier 2023
- A +

La récente controverse relative à la mention du sexe masculin/féminin sur les cartes d’identité, en Belgique après d’autres pays européens, paraît dérisoire.

En réalité, cette tentative avortée par le ministre fédéral David Clarinval (MR, centre-droit), constitue l’énième manifestation de la radicalisation de la gauche (socialiste) et de l’extrême gauche (écologiste) occidentales sur le thème de l’idéologie du genre.

 

Qu’est-ce que l’idéologie du genre ?

Selon l’idéologie du genre (Judith Butler), la réalité biologique du sexe ne compte pas.

Seule importe la décision de la personne concernée sur son genre : homme, femme, et mille variations « non binaires ». Cela vous paraît absurde ? Aujourd’hui, le droit belge permet de changer de sexe sans le moindre réquisit biologique — par simple déclaration de volonté, comme on change de domicile. De sexe, et non seulement de genre. L’idéologie du genre est d’abord une idéologie du sexe, plus exactement de négation du sexe dans sa réalité biologique.

En offre une illustration l’accès de personnes nées biologiquement hommes aux compétitions sportives pour femmes. Depuis 2015, nombre de fédérations sportives américaines ont autorisé des personnes nées biologiquement hommes à participer au sport féminin.

Certes, des limites sont consenties. De sorte qu’il ne suffit pas de se proclamer femme pour pulvériser des athlètes femmes en compétition de Mixed Martial Arts (MMA) ou de boxe. Toutefois, ces critères sont suffisamment souples pour permettre à des athlètes dotées d’un pénis — songeons au cas emblématique de l’Américaine Lis Thomas, en natation — de participer à des compétitions féminines. Encore ces critères, plutôt larges on le constate, sont-ils contestés parce que « restrictifs ».

Dans un article publié en 2017 par une revue médicale (sic), il fut ainsi allégué :

« Actuellement, il n’existe aucune recherche directe ou cohérente suggérant que les personnes transgenres de sexe féminin (ou masculin) ont un avantage athlétique à n’importe quel stade de leur transition (par exemple, hormones transsexuelles, chirurgie de confirmation du genre) et par conséquent les politiques de sport de compétition qui imposent des restrictions aux personnes transgenres doivent être examinées et potentiellement révisées. » (Bethany Alice Jones, Jon Arcelus, Walter Pierre Bouman et Emma Haycraft, « Sport and Transgender People: A Systematic Review of the Literature Relating to Sport Participation and Competitive Sport Policies », Sports Med. 2017; 47(4): 701–716)

Fait intéressant, aucune de ces publications pseudo-savantes n’aborde jamais clairement la question de savoir s’il existe un seul critère — anatomique, chromosomique, hormonal — qui limiterait d’une quelconque façon l’accès de personnes nées hommes aux compétitions féminines.

D’où il suit logiquement et de façon cohérente avec la doctrine du genre, que la décision souveraine de la personne concernée — « Je suis une femme ! » — lui ouvre l’accès aux compétitions féminines. Triomphe de l’idéologie du genre et négation de la réalité biologique des femmes.

Une femme par décision devient le strict équivalent d’une femme de naissance, non sous le signe de la similarité mais de l’identité. En réalité, du point de vue de l’idéologie du genre, le concept même de « femme de naissance » est dénué de sens. Il n’est de femme que par décision et toute femme ne l’est exclusivement que par décision.

 

Impasse logique et linguistique

Car reconnaître la réalité biologique du concept de femme implique ipso facto que les femmes légales mais biologiquement hommes (en tout ou partie) ne sont pas aussi complètement femmes que les femmes qui le sont biologiquement et culturellement. De ce point de vue, qui est correct, c’est la catégorie de femme biologique qui doit être défaite, supprimée, abrogée, renommée. Est femme celui ou celle qui le décide et toute autre considération doit disparaître.

Les expressions « personnes avec menstruations » — au lieu de femmes — ou « personnes avec des ovaires » — au lieu de femmes — qui empoisonnent le débat public européen, après l’américain, ne naissent pas du caprice ou de la fantaisie. Elles sont la conséquence logique, implacable, inéluctable de l’abrogation du concept de femme biologique. Le signe de son expulsion de l’univers des références admises, permises, acceptables : dicibles.

Ce qui mène bien naturellement à des impasses logiques et linguistiques. Si l’on n’est jamais femme que par décision, sans aucun critère ni standard extérieur à cette décision, le mot « femme » devient dénué de sens. Il est vide. Car reconnaître au mot femme la moindre réalité universelle — une continuité qui transcenderait, du fait même, les décisions individuelles — ruinerait la conception genriste de la femme. L’idéologie du genre est un négationnisme de la vérité biologique de la femme.

De cette absolutisation de la « femme culturelle », éradiquant la femme biologique, de ce geste démiurgique qui vise à récrire l’ontologie de l’humanité, contre et en dépit de son universalité biologique, le changement de sexe par simple déclaration, la masculinisation du sport féminin et l’aberrant débat sur la « désexualisation » de l’identité ne sont que des symptômes.

Le symptôme de l’abolition des femmes, dans leur spécificité biologique, par l’idéologie délirante et fausse du genre. L’idéologie haineuse du genre n’est pas un féminisme ; elle n’a jamais été qu’une subversion du féminisme (Sylviane Agacinski), aux dépens de ces femmes que nous aimons et auxquelles, tous, nous devons la vie.

 

La violence de genre, deuxième édition, vient de paraître

 

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Dans l’autre sens, il faut rappeler « l’homme est une femme comme les autres » qui n’était pas mal non plus

  • Une façon d’en finir avec les disputes stériles ?
    En résumé, faire la distinction entre la dimension biologique du sexe et la dimension sociale du genre :
    https://www.lexpress.fr/sciences-sante/sciences/combien-y-a-t-il-de-sexes-pour-en-finir-avec-les-disputes-steriles-24I3OLSLMVGOXNCWJLHXUE65MY/

  • Je crois de plus en plus à la dystopie du meilleur des mondes de Aldous Huxley.

  • Quid de l’inverse, pour la pratique sportive, d’une femme qui se revendique homme ?
    Y a-t-il des exemples connus ?
    Pour avoir personnellement pratiqué le foot « masculin » (à mon niveau amateur…), pendant une trentaine d’année, j’avoue que je n’ai jamais rencontré ce cas de figure ! 😆

  • Volonté de toute puissance ayant fait sauter les bornes. « Je veux, qu’il en soit ainsi » Chacun se veut monarque absolu et surtout, reconnu comme tel universellement : le graal . Alors ça donne aussi la notion de mère/père 𝑑’𝑖𝑛𝑡𝑒𝑛𝑡𝑖𝑜𝑛 . Volonté rime avec réalité. Je propose d’aller encore plus loin : la richesse d’intention , mon banquier n’aura qu’à rajouter quelques zéros, le diplôme d’intention , la nationalité d’intention . L’idéologie du genre n’est qu’un cas particulier de ces « je veux » débridés d enfants rois narcissiques. La terre devenue un immense plateau de jeu de rôles dans lequel chacun bâtit son propre personnage à volonté .

  • En fin de compte, supprimons la différence homme-femme. Et le problème sera réglé. Plus de vestiaire séparé, plus de WC séparé. 😂😂😂😂

  • Avatar
    alline.francois@gmail.com
    10 janvier 2023 at 9 h 56 min

    L’article se termine par  » ces femmes que nous aimons et auxquelles, tous, nous devons la vie ». Ouais… Sans spermato, il n’y aurait pas de vie….

    • Sûr que si les spermatozoïdes étaient aussi visibles qu’un cordon ombilical, les points de vue changeraient un peu.

  • Une femme est une homme avec un sexe caché, passif et pénétré, et un homme est une femme avec un sexe visible, actif et pénétrant:C’est tout

  • Je m’identifie en tant que femme qui s’identifie en tant qu’homme.
    Je suis hypertrans !!! 😀

  • Peut-être le Metaverse mettra tout le monde d’accord permettant à chacun de se choisir un alias du sexe ou pardon du genre souhaité

  • le machin truc du genre est un détail le peuple doit apprendre à obéir à’ l’autorité intellectuelle autoproclamée..

  • Le film « Et Dieu créa la femme » serait toujours aussi censuré mais pour d’autres raisons : il ne veulent pas de dieu (ça on le savait) mais en plus ils ne veulent plus de femmes . Ils s’y entendent vraiment à emm…. les français .

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans le cadre du mois de la petite enfance organisé par la mairie écologiste de Bordeaux jusqu’au 11 février prochain, la bibliothèque municipale Mériadeck offre un grand nombre d’animations sur le thème de l’égalité filles-garçons. Parmi elles, un atelier maquillage destiné aux enfants à partir de 18 mois provoque la polémique : il est animé par Serge, un drag queen, autrement dit un homme ostensiblement travesti en femme. Tous les parents ne voient pas d’un bon œil le fait que leurs très jeunes enfants soient exposés à une sexualité aussi a... Poursuivre la lecture

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

Par Corey Iacono.

Chaque jour ou presque, des reportages et des commentateurs politiques répètent des erreurs économiques qui auraient dû être enterrées depuis longtemps.

Malheureusement, ces idées fausses sont souvent prises pour argent comptant par le public, généralement parce que leur répétition fréquente leur a donné un sentiment de légitimité injustifié. En fait, il n'est que trop fréquent que les affirmations sur la nature de l'économie soient utilisées pour promouvoir des politiques et des récits politiques spécifiques, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles