Cancer de la prostate : la sexualité des hommes en question

Les habitudes sexuelles des hommes sont intimement liées à l’apparition de cancers de la prostate.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prostate credits Raphael Chan (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cancer de la prostate : la sexualité des hommes en question

Publié le 27 novembre 2014
- A +

Par Jacques Henry.

Prostate credits Raphael Chan (licence creative commons)

Entre 2005 et 2009, dans le cadre d’une étude relative à l’apparition de cancers de la prostate en liaison avec l’environnement réalisée à l’Université de Montréal, 3 208 hommes ont été sollicités pour répondre à un questionnaire détaillé comportant entre autres sujets une description aussi fidèle et objective que possible de leur activité sexuelle. L’étude s’est limitée géographiquement à la métropole de Montréal, la deuxième plus grande ville francophone du monde après Paris. Durant cette période, 1 590 d’entre eux furent diagnostiqués avec un cancer de la prostate. Il est important de préciser que les tranches d’âge se répartissaient ainsi : quarantaine 2%, cinquantaine 24%, soixantaine 50%, et plus de 70 ans 23% avec des pourcentages sensiblement identiques dans le groupe témoin non affecté par ce cancer. Il faut rappeler ici que la fréquence d’apparition du cancer de la prostate se trouve être vers la soixantaine. Tous les paramètres socio-économiques ou ethniques et les habitudes de chacun ont été statistiquement pris en compte, comme la cigarette ou l’alcool, ainsi que les maladies sexuellement transmissibles (MST) dont avaient souffert tant les individus contrôles (sans cancer de la prostate) que les autres.

Il est apparu tout de suite que les hommes ayant déclaré n’avoir que très rarement ou n’ayant eu aucune activité sexuelle avaient deux fois plus de chances de souffrir d’un cancer de la prostate. On le suspectait déjà, mais cette dernière étude le confirme. Il pourrait s’agir d’une accumulation de substances toxiques dans le fluide prostatique stagnant dans la glande mais ce point précis ne constituait pas l’objet de l’étude. Aucune corrélation n’a pu être établie sur l’incidence de cancer et les MSTs, quelles qu’elles soient, ayant pu être contractées durant l’activité sexuelle, 12% des hommes interrogés ayant déclaré avoir eu une ou plusieurs MSTs.

Par contre cette étude a révélé des faits pour le moins surprenants. Les hommes hétérosexuels, mariés ou non, ayant déclaré avoir eu plus de 20 partenaires sexuelles (au féminin) différentes étaient significativement moins exposés au cancer de la prostate, 30% de moins, ce qui est considéré comme significatif, par rapport aux lots contrôles fidèles à une seule partenaire, en général, selon l’étude, à leur épouse. Qui plus est, ce même lot (disons les hommes volages) étudié a montré que ceux-ci souffraient de formes moins agressives du cancer, au moins pour 20% d’entre eux. Il apparaît d’ailleurs que cette étude a arithmétiquement montré que beaucoup d’hommes mariés étaient infidèles mais ce n’était pas son objet et il n’en a pas été fait mention dans les conclusions de l’étude…

L’étude a aussi englobé des homosexuels : les résultats sont surprenants. Plus les homosexuels avaient eu de partenaires durant leur vie sexuellement active plus ils étaient exposés à un cancer de la prostate de forme peu agressive, certes, mais dans une proportion alarmante puisque le risque était accru de 500%. Par opposition, les homosexuels fidèles au même partenaire n’avaient pas plus de risque de souffrir d’un cancer qu’un hétérosexuel n’ayant qu’une seule partenaire, comme un homme marié fidèle à son épouse. Ce résultat a conduit les auteurs de cette étude à spéculer sur les causes éventuelles d’un tel résultat. L’hypothèse la plus vraisemblable serait que la prostate subit des traumatismes répétés lors des pénétrations anales.

Que faut-il en conclure ? Puisque les trois quarts des hommes hétérosexuels interrogés et ayant participé à cette étude étaient mariés, faut-il encourager une infidélité conjugale débridée pour prévenir, au moins partiellement, l’apparition de cancers de la prostate ? A contrario, faut-il encourager les homosexuels à être fidèles à un seul partenaire ? Faut-il enfin que les médecins conseillent une masturbation au moins hebdomadaire voire quotidienne aux solitaires ne manifestant aucun intérêt pour la « chose »1 féminine ? La masturbation, qui peut être considérée comme une pratique sexuelle en soi, n’a curieusement pas été abordée dans cette étude. On peut douter que le corps médical prenne le risque de prodiguer de tels conseils, tant aux hétérosexuels qu’aux homosexuels et aux partisans de l’onanisme. Il ressort tout de même que les habitudes sexuelles des hommes sont très intimement, sans jeu de mot, liées à l’apparition de cancers de la prostate.

Source : article paru dans le journal Cancer Epidemiology aimablement communiqué par le principal auteur de l’étude, le Docteur Marie-Élise Parent, vivement remerciée ici, article que l’auteur tient à la disposition de mes lecteurs.

Sur le web.

  1. Il n’y a aucune malice de ma part au sujet du terme « chose » utilisé ici, il ne s’agit que d’une figure de style.
Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • comme disait Gainsbourg:
    « Après l’amour, toujours pisser sa gué »

    Il va falloir taxer la masturbation car elle ne conduit pas à la reproduction:
    Qui va payer la dette ?!

    Et puis suicider des millards d’individus (certes incomplets) c’est cruel quand même.

    Une fois au zoo, j’ai vu un chimpanzé pratiquer la chose. Je dois dire que ça m’a décomplexé. Il faisait la chose en me regardant en plus. Heureusement qu’il était dans une cage !

  • surprenant.

    quoique…

  • Enfin une bonne nouvelle 😀

  • Ni un sujet libéral, ni un sujet traité sous un angle libéral… Je me demande bien ce que cet article vient faire sur Contrepoints.

    • Tout à fait, je suis déçu 🙁
      De plus cet article sent le manque de distinction entre corrélation et causalité. Je ne vois pas en quoi la question de la fidélité peut jouer sur la probabilité d’apparition d’un cancer. C’est juste que, je suppose, les personnes avec de nombreux partenaires sexuelles ont plus de relations sexuelles, ce qui rejoint l’autre constatation. Enfin, ce n’est plus à prouver que les relations homosexuelles mâles dégradent la santé (les relations anales en générale, d’ailleurs), rien de nouveau.

    • En même temps dans la rubrique science et technologie sous santé, il est assez naturel de trouver ce genre d’article. que ce soit sur un site libéral ou non….

    • Traiter du cancer de la prostate sous un angle libéral doit être un drôle d’exercice. Et puis on ne peut pas parler toujours de l’école autrichienne. D’ailleurs personne n’a pensé à demander à Mises s’il souffrait de cette affection ?

  • J’ai 66 ans. Je suis une femme. Je me souviens avoir entendu dire à ma mère, dans ma jeunesse, il y a donc fort longtemps, que le cancer de la prostate, c’était le cancer des curés, et qu’on se demandait si cela n’ était pas dû à l’absence de vie sexuelle. Sagesse populaire? Basée sur l’observation ? A l’époque, il y avait un curé dans chaque paroisse, si petite fût-elle. Maintenant, il serait difficile de faire des statistiques, mais ce qui est dit dans cet article corrobore dans une partie des cas, le lien avec l’activité sexuelle.

  • Pas d’influence des MST sur le prostatique cancer. On s’en foutait, d’attraper le vérole ? Eh ben, on a bien fait.

  • Urgent, rouvrir des maisons closes financées par la sécu.

    @ Synge : la liberté d’investir dans les bordels, regardez l’aspect libéral de la chose et je renie le financement par l’état.

  • Ah, enfin une bonne excuse pour faire l’amour tous les jours.

    Et entre un mal de tête et un cancer le choix est vite fait.

  • L’auteur :
     » Il pourrait s’agir d’une accumulation de substances toxiques dans le fluide prostatique stagnant dans la glande mais ce point précis ne constituait pas l’objet de l’étude. »
    Un peu dommage, non ?
    Pour la France, le taux le plus élevé (et de loin) de cancers de la prostate se rencontre aux Antilles. Est-ce du à une activité sexuelle réduite ? Il ne semble pas, alors ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En 2020, les gouvernements du monde entier ont pris des mesures draconiennes dans l'espoir de ralentir la propagation du Covid-19. Dans de nombreux cas, ils ont bloqué les économies et confiné les gens chez eux pendant des mois. Le fait que les  restrictions ont effectivement contribué à contenir la pandémie de Covid-19 est très douteux. Mais le nombre de décès provoqués involontairement par les mesures de confinement ne cesse d'augmenter.

Le paludisme et les co... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Word of Honor c'est-à-dire en bon français Parole d'Honneur illustre les contradictions de la Chine actuelle. Dans la lignée de The Untamed (L'indompté), voici une série qui a connu un succès aussi inattendu qu'éclatant. Ce titre Word of Honor s'est imposé après plusieurs titres provisoires dont Tale of the Wanderers. Bien que diffusée par Youku, qui est le parent pauvre du streaming chinois, la série a occupé le neuvième rang en termes de diffusion dans la première moitié de l'année 2021.

Un Boy's Love ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borillo.

C’est au sein des sociétés démocratiques de type libéral que l’attirance érotique pour les personnes du même sexe a cessé progressivement de constituer une entrave à la jouissance des droits fondamentaux. Pendant longtemps, ce trait de la personnalité fut l’objet des condamnations les plus sévères trouvant leur origine dans l’Ancien Testament.

Si la philosophie stoïcienne avait déjà beaucoup influencé la morale sexuelle romaine par la valorisation du contrôle des pulsions et l’encouragement du sexe orienté ex... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles