Triste sortie de route de Kader Arif

Kader Arif - Parti Socialiste (creative commons)

Le secrétaire d’État aux Anciens combattants, Kader Arif, a présenté hier sa démission au chef de l’État qui l’a acceptée.

Par le Parisien libéral

Kader Arif - Parti Socialiste (creative commons)

Kader qui ? Kader Arif. Personne, en dehors du Parti socialiste Midi-Pyrénées, ne le connaissait, c’est normal. Kader Arif était, jusqu’à ce vendredi 21 novembre 2014, l’inutile alibi (en qualité de fils de harki) au sein d’un secrétariat d’État tout aussi inutile : les anciens combattants.

Il a présenté sa démission ce vendredi, au lendemain des révélations de Mediapart. Une perquisition l’avait visé le 6 novembre, dans une enquête sur des marchés passés par le conseil régional de Midi-Pyrénées à une société dont les associés sont le frère, la belle-sœur ou les neveux du secrétaire d’État aux anciens combattants.

Voila donc un authentique apparatchik local, fils de prolo immigré, qui passe à la trappe, certes pour des erreurs condamnables par la justice, mais qu’il faut relativiser au vu du montant en jeu. Les deux sociétés des frères et cousins de Kader Arif, spécialisées dans la sonorisation et l’éclairage d’événements publics, ont empoché deux millions d’euros (de chiffre d’affaires, pas de bénéfices !) pour leurs prestations. Quel idiot, ce Kader Arif ! Il n’aura pas eu le bon goût, lui et sa famille, de faire perdre des dizaines de millions d’euros au contribuable forcé d’investir dans une banque publique, puis d’être promu pour cela.

La culpabilité de Kader Arif ne fait pas de doutes si ces marchés ont été attribués sans appel d’offres. On espère simplement que dans la lutte anti corruption, Mediapart et la justice seront aussi promptes à juger messieurs Fabius ou Huchon – eh bien non en fait, ce dernier a été condamné et est toujours en poste.

Enfin, ministres ou pas, l’existence d’un casier judiciaire bien fourni semble être un must have dans le club privé de la Hollandie !

Cerise sur le gâteau, le gouvernement Valls, que l’on sait pourtant extrêmement rigoureux sur le plan budgétaire, n’a pas jugé bon supprimer ce sous-secrétariat au vide, et a nommé un successeur à Kader Arif.


Sur le web.