Kader Arif, réformé des Combattants socialistes de l’Élysée

contrepoints 925 Kader Arif

Le regard de René Le Honzec.

contrepoints 925 Kader Arif

Hollande utilise volontiers un vocabulaire guerrier pour motiver ses ex-électeurs et mener la guerre vers la croissance. Mais, pas de bol, il vient encore de lourder l’un de ses ministres (c’est vrai qu’il en a beaucoup), Kader Arif, des Anciens Combattants, pour des histoires d’intérêts embrouillés dans sa famille, qui tient une charmante petite affaire genre Bigmalion, en plus petit.

Cela avait commencé avec Cahuzac, qui avait oublié de déclarer je-ne-sais-plus-quoi avec tous ces oublis qui semble l’apanage des combattants socialistes de haut niveau ? Certainement le stress post-traumatique, avec toutes ces batailles politico-économiques perdues qui doivent affecter le moral des troupes.

Pour cela, Hollande Ier a décidé de faire passer le conseil de révision à ses fidèles compagnons, pour vérifier qu’ils sont encore aptes au glorieux destin de chefs socialistes affectés à l’état-major de l’Élysée. Arif a été réformé comme soutien de famille, Thévenoud pour myopie aggravée, incapable de lire les courriers administratifs, Aquilino pour pieds plats nécessitant des soins spécifiques (en particulier brossage de pompes). Jouyet a son dossier en suspension, car on ne sait pas encore si sa mémoire est compatible avec le port d’écouteurs pour le renseignement ou s’il a viré gâteux, genre Alzheimer.

Hollande envisage donc face aux problèmes de recrutement posés par l’incompétence de ses troupes, de rétablir le service civique, vivier dans lequel il pourrait trouver des crétins plus honnêtes que ses sbires actuels. Mais, à l’impossible, le socialiste n’est pas tenu. Au possible non plus, d’ailleurs.