Le mirage italien

Plus que son mérite propre, réel, c’est la disparition des autres forces politiques qui permet de placer Renzi en pleine lumière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Matteo Renzi (Crédits : Palazzo Chigi, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mirage italien

Publié le 15 novembre 2014
- A +

Par Jean Sénié
Un article de Trop Libre

Matteo Renzi (Crédits : Palazzo Chigi, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.
Matteo Renzi (Crédits : Palazzo Chigi, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Le pèlerinage romain est devenu une nouvelle passion française, non pas que la « fille aînée de l’Église » ait décidé de revenir sur son héritage laïque mais parce qu’est apparu un nouveau veau d’or en la personne de l’énergique Premier ministre Mattéo Renzi. Il n’est pas de jour où n’est dressé le parallèle entre le président de la République française et le Premier ministre italien, forcément au détriment du premier.

Pourtant, même si le Florentin et son gouvernement apparaissent volontaires et entendent sortir l’Italie de sa situation économique et sociale précaire, il n’en demeure pas moins que l’idéalisation de la situation italienne confine au mirage. Sans entrer dans une bataille de chiffres, il n’est pas inutile de rappeler que l’Italie va connaître en 2014 sa troisième année de récession – la plus longue depuis la Deuxième Guerre mondiale – avec une contraction de son économie de 0,3% de son Produit Intérieur Brut (PIB). Ainsi, ni la drogue ni la prostitution n’ont permis à l’Italie de sortir de la récession1. Par ailleurs, l’Istat n’annonce qu’une faible croissance pour l’année 2015, de 0,5%. Ce simple fait doit inviter plus avant à regarder les raisons de la « Renzimania ».

Une situation précaire

Contrairement à ce que l’on peut lire ou entendre, Matteo Renzi n’a rien du démiurge. La dette publique atteint 135% du PIB et continue d’augmenter2. L’ensemble des impôts sur les entreprises continue d’augmenter. Le chômage des jeunes atteint les 42%3. Par ailleurs, la réforme de l’administration publique a été, en partie, enterrée. Enfin, les efforts qui sont consentis font l’objet d’une vive contestation. À Rome, le 25 octobre, des centaines de milliers de manifestants défilaient contre le projet de réforme du marché du travail4. Même si le Premier ministre a affirmé qu’il ne se laisserait pas dicter sa conduite par des mouvements de rue, on voit mal comment il pourrait se sortir de cette situation où les gens qui défilent constituent une part non négligeable de son électorat5. Par ailleurs, il n’est encore question que de projet et il faudra encore du temps avant que le texte ne fasse loi6.

Renzi, en revanche, affiche son soutien à François Hollande lorsque ce dernier revendique le droit de ne pas faire passer le déficit sous la barre des 3%. Le système bureaucratique italien reste toujours aussi kafkaïen, notamment pour les patrons de petites entreprises.  Ainsi, un entrepreneur italien dépense tous les ans 269 heures pour calculer ses impôts contre 218 en Allemagne, 167 en Espagne, 137 en France et 110 en Angleterre7. Selon la Banque mondiale, l’Italie est le pays de l’Union européenne où l’investissement est le plus déconseillé.

Pourtant, malgré ses prises de positions peu libérales, le politologue Michele Salvati voit en lui le représentant et l’héritier du libéralisme de gauche italien, c’est-à-dire du social-libéralisme. Au-delà du caractère éminemment critiquable de cette notion – qui renvoie toutefois à une tradition réelle en Italie8 –,  on voit comment Renzi parvient à promouvoir sa politique par une attitude et un discours volontaristes de gauche qui lui permettent d’occuper le centre de la vie politique italienne actuelle.

Il rotamattore9

La carrière de Matteo Renzi, sa jeunesse (39 ans), son allant peuvent fasciner les dirigeants étrangers tout comme ils lui ont servi, et continuent de lui servir, auprès des Italiens. Il est indéniable qu’il fait preuve d’audace dans ses réformes, notamment les plus symboliques comme le plafonnement des revenus des hauts fonctionnaires et des membres du gouvernement à 240 000 euros annuels. Son effort d’affichage des réformes, afin de permettre une meilleure lisibilité de son action, est aussi louable10.

contrepoints 910 ItalieToutefois cette dernière initiative nous introduit dans ce qui constitue l’ambiguïté de l’action de Renzi. Celui-ci manie excellemment les codes de la communication. Cet atout, combiné à son pragmatisme, en fait un brillant communiquant capable de mettre en valeur la moindre de ses phrases, de ses actions11. L’action de Renzi est ainsi prise dans une sorte de tourbillon où il devient difficile de discerner entre louable souci de la transparence et affichage politique. D’aucuns objecteront qu’il est vain de vouloir dissocier les deux. Il n’en demeure pas moins que cette conception de la pratique politique aboutit à des situations problématiques.

L’Europe offre un point d’observation adéquat de cette réalité. Les attaques de Matteo Renzi ont récemment fait l’actualité. Davantage que l’écume de la politique quotidienne, ce qui est pour le moins étonnant c’est que Renzi reprenne un discours accusateur vis-à-vis de l’Europe. Il peut tout à fait défendre une position souverainiste dans le débat public italien et européen. Il est en revanche plus difficile de maintenir comme il entend le faire une position intermédiaire qui loue l’Europe lorsqu’elle investit mais la vitupère quand elle demande au gouvernement de maintenir son effort dans la diminution des déficits.

La politique de Renzi est ainsi surtout encensée pour sa capacité à occuper le centre de la vie politique, pour sa capacité à dicter l’agenda. Plus que son mérite propre, réel, c’est la disparition des autres forces politiques qui permet de placer Renzi en pleine lumière.

La droite italienne, entre le coma et le suicide

Sans parler de Beppe Grillo et de son mouvement Cinque Stelle qui prend de plus en plus une posture populiste classique12, la droite italienne est au plus mal. Berlusconi, contraint et forcé de quitter le pouvoir en 2011 – après plus de 20 années passées sur le devant de la scène – a laissé derrière lui un champ de ruines. Par ailleurs, ses affaires judiciaires – il n’est qu’à constater les débats actuels autour de la loi Severino et plus précisément sur l’un de ses aspects les plus controversés, sa rétroactivé – et leurs métastases continuent de handicaper l’opposition italienne. C’est justement la faiblesse de Forza Italia qui permet à Matteo Renzi d’occuper aussi pleinement le devant de la scène13. C’est d’abord sur le plan des idées que doivent être trouvées de nouvelles solutions, notamment dans l’application d’un vrai libéralisme qui jusqu’ici, en dépit de certains, n’a jamais été revendiqué.


Sur le web

  1. Eliott Hannon, « L’Italie sort de la récession… mais en partie grâce aux revenus de la prostitution et de la drogue », Slate, 16/10/2014.
  2. Il s’agit du troisième plus important déficit mondial après celui du Japon et celui de la Grèce.
  3. Ce chiffre ne prend pas en compte la part de travail réalisé au noir. Cette réalité explique que le gouvernement veuille inclure dans le calcul du PIB les chiffres du trafic de drogue et de la prostitution.
  4. Les ouvriers métallurgistes de la Fiom, quant à eux, ont déclaré qu’ils feraient grève en novembre.
  5. Nicholas Farrell, « Italy’s in terminal decline, and no one has the guts to stop it. Everything that’s wrong with France is worse here », The Spectator, 25/10/2014.
  6. Mario Sechi, « Un Pd, due Pd, nessuna speranza a sinistra e centomila vaccate camussiane », Il Foglio, 02/10/2014.
  7. Flaminio Spinetti, « Altro che Europa: il nemico delle imprese italiane è la burocrazia », Il giornale, 31/10/2014.
  8. Erwan le Noan, « Le social-libéralisme, qu’est-ce que c’est ? », FigaroVox, 29/08/2014.
  9. Littéralement « celui qui détruit, celui qui réduit à l’état de débris ». Pour une explication voir ici.
  10. Le site Passo dopo passo, c’est-à-dire « pas à pas », illustre de manière positive cette volonté (passodopopasso.italia.it) d’afficher les réformes dans le cadre des « mille jours » que s’est fixé Matteo Renzi.
  11. Giovanni F. Accolla, « Una sinistra che cambia », Notapolitica.it, 03/11/2014.
  12. Dominique Reynié, Les nouveaux populismes, Paris, Fayard, 2013 (nouv. éd. revue et augmentée).
  13. Michele Arnese, « Il suicidio di Forza Italia », Formiche, 03/11/2014.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Berlusconi est toujours le premier homme politique pour les italiens. Entre un socialiste qui a depensé 20 milliards d’Euro pour son electora payé par le reste des citoyens par les taxes locales , les taxes sur l’energie, il n’y a pas de doute pour un peuple qui pour la troisieme fois n apu choisir son Prèsident. Parler de dèmocratie en Italie est devenu un sujet qui fache. Pour les Italiens il y a un vrai problème sur la lègitimité de Renzi. Toujours est il Berlusconi reste le dernier President èlu par le peuple. Concernant ses affaires avec la Justice, il faut comprendre comment fonctionne la magistrature en Italie. Les perdants sont les Italiens . Si les 5 stelle propose le retour de la monnaie nationale, son patron vit en Suisse. En gros c’est l’hypocrisie totale. En tant que franc macon M. Renzi est arrivé en place, et je doute qu’il faudra 1000 jours pour renverser la situation. Meme les tomates provienent de la Chine. Un comble

    • Berlusconi a été une horreur pour l’Italie, aucune réforme d’ampleur et corruption à tous les étages. Il n’y a pas de bons politiciens italiens, tout comme il n’y en a pas en France.
      France et Italie sont similaires en bien des façons, serait-ce leur côté latin qui les amène à faire les mêmes bêtise?

  • Eh oui, en Italie comme en France ou ailleurs en Europe et dans le monde, les créateurs de richesses n’acceptent plus de se faire piller par les divers Obèses. Soit ils contournent leurs lois illégitimes, soit ils cessent d’être productifs, mais partout l’exil est devenu la norme. Les dernières clientèles électorales des pouvoirs corrompus peuvent bien défiler, gémir, menacer ou saccager pour ne pas travailler, la messe est dite, tout simplement parce que les parasites ne créent aucune richesse quand l’argent des productifs vient à manquer.

    Cette crise n’aura pas de fin tant que perdurera le socialisme qui étreint les économies à divers degrés. Le modèle social français ne fait pas exception : il est juste la caricature de cette réalité universelle. La fin du socialisme immoral, c’est le réveil de la civilisation, le sursaut de l’humanisme, pour entrer enfin dans le XXIe siècle, libre.

    En termes de perspectives économiques précises, cela signifie que partout, le taux de dépenses publiques au sens large, en cumulant les dépenses de l’Etat régalien, le socle de subventions sociales limité au strict nécessaire et le remboursement de la dette passée, principal et intérêts, doit redescendre sous les 20% du PIB et y rester définitivement. Tout ce qui dépasse de ce seuil doit être laissé à ses légitimes propriétaires, sans hésitation ni remords.

  • « Mirage », le mot est trop faible. L’Italie c’est plutôt la « combinazzione » poussée à outrance.

    Il est nécessaire de se souvenir de l’histoire récente :

    -Berlusconi a été déposé par un coup d’état institutionnel (après sa menace de quitter l’Euro), ordonné par les bruxellois avec Merckel et Sarkozy en pointe, en pleine crise européenne.

    -ensuite on nous a fait le coup du maestro… Mario Monti. « El dotore ». Genre docteur chez Molière.
    Gouvernement « technocrate ». Finie la corruption. L’ex banquier de Goldman Sach allait « tout réformer », casser la baraque.
    Bilan ? Du vent.

    -ensuite, enfin des élections. Le système totalement verrouillé, rend impuissant Beppe Grillo malgré ses 25 %. La coalition « UMPS » locale, sur ordre des bruxellois, envoie Letta comme premier ministre.

    -jeune… Il allait une fois de plus « tout déchirer ».
    Bilan ? Rien.

    -entre temps, autre coup d’état : le communiste Napolitano, malgré ses 88 ans (!!) reprend un second mandat de président (sous la pression des bruxellois et de leurs complices locaux). Alors même qu’aucun président italien depuis 1948 n’a jamais fait deux mandats !

    -La baudruche Letta se dégonfle à vitesse grand V.

    -alors on envoie Renzi. Jeune, beau, volontaire, dents blanches, genre Valls. Sans le pantalon moulant de torrero (quoi que).

    Une fois de plus, la machine médiatique, la propagande s’emballe : Renzi allait tout déchirer, tout réformer en 3 mois. La crise était terminée. L’Italie redeviendrait un pays de miel et d’eau de rose.
    Bilan ? Rien.

    Renzi est aussi creux que Valls. C’est dire.

    Des belles paroles… et au final une seule obsession : maintenir le système « whatever it takes », maintenir le status quo, et surtout en évitant des élections.

    Et pendant ce temps, l’économie italienne est une catastrophe : la dette atteint (31/07/14) la somme stupéfiante de 2170 milliards d’euros, 133 % du PIB !
    Record du monde derrière le Japon, Grèce et genre le Liban.

    Et la récession « officielle » est revenue.

    Pour finir il est absolument faux de dire que les forces politiques ont « disparu ». Renzi a été poussé par un énième coup d’état institutionnel (c’est à dire l’alliance des bruxellois, de « gauche » et de « droite »).

    Berlusconi est toujours fort. Avec Beppe Grillo. Si le système était moins verrouillé, alors la coalition des bruxellois imploserait.

    L’Italie c’est un énième déni de démocratie qui danse au-dessus d’un volcan économique.

    Exactement comme la Grèce ou l’Espagne, et bien entendu la France.

    • Ben voyons, l’économie italienne va mal à cause de l’Europe, de Bruxelles…C’est vrai que Berlusconi a été très efficace….Non, l’Italie va mal à cause de son économie archaïque et arriéré et un niveau d’éducation de la population digne d’un pays en développement.
      Les Italiens feraient d’écouter Merkel et mettre en place les réformes structurelles tant attendues, comme la France, c’est la seule recette gagnante.

      • Le débat n’est pas là. Et je n’ai jamais dit que l’économie italienne allait mal à cause des bruxellois. Ni que Berusconi était « efficace ».

        Je décris le fil des événements.

    • Il reste à ajouter qu’au niveau du citoyen les suicides ont augmenté, les pensions pour une dizaine de millions d’Italiens c’est 600 Euro/mois et les prix des medicaments pour leur soins c’est une honte. Une montagne de documents pour faire une viste chez le spècialiste. Et au final c’est un fonctionnaire qui dècide sans voir le malade. Non les Italiens n’ont aucune espèrance venant de Rome. Berlusconi reste l’unique vrai homme politique qui a été ligitimenent au pouvoir. La corruption en Italie est connue parceque la presse est libre. En France elle est controlée. Finalement des juges sont mis en prison en Italie, malgré les affaires qui ne se terminent jamais. Faut-il imposer une rèforme de l’administration. Il y a un projet que les provinces ( grand canton pour la France), font la gestion des communes afin de rèduire la fraude des èlus locaux ( c’est dejà le cas en France, mais la Fraternité veille au silence). Monti avait fait un très bon travail de nettoyage à ce niveau. Monti a aussi fait des abus comme piquer dans les caisses des pensions. L’Italie est de loin le pays qui verse des  » salaires aus èlus » le plus en Europe. 12 fois le salaire moyen en Italie! Comme en France les Italiens payent les dèpenses des èlus, à un niveau que Berlusconi qui se payait tout lui mème, extra inclus, peut ètre considèrer comme honnète avec l’argent du peuple. Pour info l’Italie est le premier pays en Europe selon la Commission qpour la lutte contre la Corruption. Certains pays ont dèjà applique la mèthode italienne avec succés. Ce n’est pas le cas en France, le dernier pays pour dènoncer la Fraude selon la Commission! Sachant qu ‘il est prouvé un lien directe entre le taux du deficit public et le degre de corruption, la France devrait ètre plus bavarde… La Fraternité, les castes, les intouchables veillent à garder le silence… Les Français devraient regarder de plus pret leurs èlus car , ils semblent vraiment tous lobotomisés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les autorités monétaires en Europe ont abandonné le plafond des 2 % d’inflation en novembre de l’année dernière, juste avant la plus forte envolée de l’inflation en 25 ans.

Elle atteint aujourd'hui 10,6 % pour la zone euro.

 

La force du dollar fait partie du problème

L’euro perd pied face au dollar comme le yen ou la livre sterling.

L’euro baisse de 8 % contre le dollar (un rebond en cours depuis octobre limite la perte). Depuis le 1er janvier 2021, il perd 15 % par rapport au dollar.

L’euro remonte un... Poursuivre la lecture

Ce n'est pas certes pas déplaisant de penser que nous avons une des meilleures armées d’Europe, mais c’est loin d’être suffisant. Et constater que les autres armées sont dans un pire état ne doit pas nous satisfaire.

Le professeur d’économie et conférencier Philippe Dessertine a affirmé qu'un pays ne peut pas être une puissance économique pérenne sans puissance militaire.

 

Quelques  exemples

Les États-Unis, première puissance économique mondiale, sont de loin la première puissance militaire avec un budget dépassant ... Poursuivre la lecture

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles