Cette noblesse d’État qui tient les rênes du pays

La démocratie est morte, vive l’oligarchie !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tampons administration bureaucratie credits frederic bisson (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette noblesse d’État qui tient les rênes du pays

Publié le 31 octobre 2014
- A +

Par Geneviève Frixon.

tampons administration bureaucratie credits frederic bisson (licence creative commons)

Nous ne pouvons ignorer l’état catastrophique dans lequel se trouve notre pays avec une dette publique qui culmine à 2 023,7 milliards d’euros (95% du PIB) et un déficit public pour 2015 à 4,3% du PIB : la France continue inexorablement sa fuite en avant, faisant fi des recommandations, des propositions et du courroux de ses partenaires européens. La Commission européenne a validé le projet français de la loi de finances, à la bonne heure ! Nos « enfants gâtés de l’État » peuvent continuer à vivre tranquillement sur le dos des contribuables, coupés des réalités, tels des courtisans à la Cour de Louis XVI.

Les dernières Enquêtes du contribuable nous apprennent qu’une noblesse d’État tient les rênes du pays, mais nous nous en doutions déjà ! Bien payés, indéboulonnables et jaloux de leurs privilèges. Michel Maffesoli, l’atypique sociologue, nous parle du « jacobinisme de la haute fonction publique », la comparant également à une « tribu » qui détient le pouvoir de dire et le pouvoir de faire tout en s’isolant d’une population dont elle ne comprend plus les besoins et les attentes.

On recense en France environ 15.000 hauts fonctionnaires pour la plupart formés par l’ENA, Polytechnique ou l’école normale supérieure. Au sein de cette caste domine une aristocratie de 400 à 500 personnes que l’on trouve à l’Élysée, à Matignon, dans les grands ministères et à la tête des principales entreprises publiques.

noblesse d'Etat rené le honzecVoici quelques mois, le député socialiste Sébastien Denaja a proposé de baisser les salaires de ces grands commis de l’État pour réduire la dépense publique. Il pointait du doigt notamment le salaire de Nicolas Dufourcq, énarque et ancien inspecteur des finances, aujourd’hui directeur de la Banque Publique d’Investissement (BPI), banque créée fin 2012, visant à soutenir le financement des PME. Pour l’instant elle soutient… le plus gros salaire de la fonction publique qui s’envole à 37.500 euros bruts par mois ! Jackpot également pour Stéphane Lissner qui vient de prendre la direction de l’Opéra national de Paris et percevrait selon Médiapart 30.000 euros par mois (hors primes). Gérard Larcher ancien président du Sénat a lui aussi essayé de s’attaquer aux avantages de cette noblesse d’État, entraînant les foudres de ses pairs.

Nous sommes bien loin des promesses de Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique qui annonçait, en avril dernier, que les fonctionnaires encaissant plus de 9.940 euros bruts par mois, « manifesteraient un geste de solidarité vis-à-vis de la population » !

Source : Les enquêtes du contribuables n°7 octobre/novembre 2014


Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • quand on ne peut pas faire entendre raison à une poignée d’individus qui refusent de faire le moindre éffort sur leur salaires et et leurs avantages , il ne faudra pas s’étonner quand la colère justifiée des citoyens se manifestera par la violence ; ça leur pend au nez aux autres la haut , et ils ont bien tord de se croire à l’abris ;

    • Les Français ne feront pas ça, on est devenus mous, sauf quand il s’agit du mariage gay…

    • Ce qui protege ces ponctionnaires et assimilés, c’est leur relatif anonymat.
      Un trombinoscope de ces gens sur le net avec diplômes, activité et coût pour le contribuable serait intéressant .,…

      • Je partage votre façon de voir, même si les visages des usurpateurs du pouvoir nous sont bien connus depuis au moins trente ans.
        Une fois que des visages pourront être mis sur des noms, que fera ce bon peuple courageux et réfléchi ?
        C’est le régime qu’il faut renverser. Mais comment faire ? Comment nous unir et quels leviers actionner pour en finir avec cette racaille liberticide ? Par quel régime remplacer la Vème République ? Qui mettre à la place ? Que faisons nous ?
        En ce qui me concerne, je suis prête à tout arrêter sur le champ pour faire ce qu’il faut. Mais que vais-je faire si je suis seule ? Suis-je seulement seule ? Parfois je le crois et je pleure de voir tous ces gens hypnotisés par leurs téléphones et la télévision pathétique qui les endort. Comment réveiller un peuple entier ? Comment ?!

  • Ces salaires sont choquant mais est il possible pour autant de les baisser légalement parlant ? la hiérarchie peut elle le faire ?
    Il est évident que ces salaires monstrueux pour une création de richesse proche du néant sont un scandale absolu et un crachat en pleine face du contribuable qui les paye …

  • Cet article incomplet relève de la désinformation. Pour une poignée de dirigeants publics bien payés – quoique sensiblement moins que dans la grande entreprise privée – la plupart perçoivent des salaires relativement bas eu égard a leurs responsabilités. Savez-vous que, dans l’administration, l’écart de salaire hors primes entre la femme de ménage et le directeur est au maximum de un a cinq? Dans la fonction publique les employés sont trop payés et les cadres pas assez. Contrepoints se déconsidère a publier des articles aussi fallacieux. La jalousie de leurs auteurs qui n’ont pas le niveau pour occuper de tels postes est sans doute a l’origine de leur diatribe.

    • Longue vie aux concours de la Fonction Publique à la française , Monsieur !!!

    • la différence est que ces fonctionnaires vivent de l’argent du contribuable alors que le privé vit des recettes de son travail

      • «  »la différence est que ces fonctionnaires vivent de l’argent du contribuable… » » , argument inaudible pour un fonctionnaire !!!

    • La différence est que dans le privé, la responsabilité se mesure aux désagréments qui ne manquent pas quand ça se passe mal, tandis que dans la fonction publique elle est exclusivement définie par le nombre de sous-fifres et le montant du budget qu’on peut engager.

    •  » quoique sensiblement moins que dans la grande entreprise privée  »

      dans le secteur marchand, tout cadre supérieur et à plus forte raison les dirigeants, sont sur des sièges éjectables !
      car, dans le privé, Monsieur nous avons des objectifs, des obligations de résultats et des comptes à rendre !

      si les résultats ne sont pas au rendez vous, vous êtes virés !…………

      • Je partage cette analyse. La vraie question de fond n’est pas la rémunération des dirigeants public. C’est le contrôle de leur action, et, au-delà, le pouvoir grandissant de la technocratie face au politique censé représenter le peuple.

    • « …la plupart perçoivent des salaires relativement bas eu égard a leurs responsabilités. »

      Avantages et privilèges en nature compris ??

    • Quelle responsabilité ? Un fonctionnaire responsable ? devant qui ? Devant nos futures petits enfants pas encore nés ?
      C’est quoi exactement le « salaire » dans la fonction publique.. Cette institution a très bien compris la notion de ce qui se voit et de ce qui ne se voit pas … Ça représente combien en avantage en nature le droit d’être absent pour tout un tas de raisons sans perte de salaire….les fonctionnaires vont ils cotiser à la nouvelle contribution pour les syndicats ? Ben non, ça passera avec les charges patronales (donc que dans le privé, le plus syndiqué comme chacun le sait). Y en a marre de prendre les gens pour des cons. S’il n’y avait pas quelques avantages non imposés a être fonctionnaire, il n’y en aurait pas tant !!
      Et arrêtez de vous comparer aux grandes entreprises, elles sont rentables , elles. Les petites vont disparaître, sous les coups de ceux qu’elles entretiennent par leurs impôts et autres charges.
      Pour ce qui est de la jalousie, je fais partie de ceux qui paient beaucoup, alors jaloux de mes parasites …bof…

  • Le népotisme de l’ultra-socialisme n’avait jamais atteint ce niveau! S devise: « sert-toi toi-même »

  • Cet article ne relève pas de la désinformation. Il y est question d’une  » noblesse d’État » et non des cadres « ordinaires » de la fonction publique.
    Ces hauts fonctionnaires cumulent un traitement avantageux, assorti de nombreuses primes souvent injustifiées mais faisant partie des avantages acquis, et souvent, d’avantages en nature, à peine fiscalisés quand ils le sont.
    Le tout sans aucune commune mesure avec le service rendu au pays.

  • Vous pensez bien qu’avec une rémunération en hausse de plus de 7% alors que le point d’indice des fonctionnaires de bas étage est gelé les oligarchies régnantes vont changer ou même un peu tousser. Il est illusoire de croire que la morale si bien répartie à gauche ne concerne que ces troublions n’oublions pas ceux de droite qui se gavent aussi sur le dos des français qui eux n’ont pas eu 7% en plus mais 20 % …………sur les impôts.

  • entièrement d’accord avec vous

  • Trop drole, madame la Ministre de l’Education Nationale vous repond: et bien puisque c’est comme ca hop! Monmari qui est au chomdu depuis les conneries d’Arnaud, hop! Je le recase a l’Elysee! Comme conseiller du president!

    Oui parce qu’au gouvernement, c’est comme a la SNCF, on vient en famille rejoindre le Klan…

    •  » Nous fumes les guepards, les lions, ceux qui viendront apres nous serons les chacals et les hyenes. »

      Il gattopardo – Giuseppe Tomasi di lempedusa…

  • bonjour ,belle lurette que tout un chacun sait que nous sommes dans une oligarchie de fait , partant et rien qu’aux dernières législatives + de 35% de citoyens ne sont pas représentés (abstentions+ blancs+ nuls ) ajoutez les petits partis sans députés et enfin l’opposition : Restent environ 30/35 % de réels décisionnaires ! Vous avez dit Démocratie ?
    ceci dit ,et par relations personnelles , j’ai assez souvent accès à la bibliothèque d’un authentique  » Nobliau  » de province ;ses archives révèlent qu’en France ne subsistent que 3000 familles de véritables nobles ,le reste se dit « d’Empire  » autrement dit « d’occasion » ,le reliquat ,soit dans les 40/50000 serait usurpés ou achetés .Donc la soi disant Noblesse d’état se situerait encore en-dessous ,c’est assez dire la petitesse et la prétention !
    Attention ! Votre serviteur lui n’est rien , ne prétend à rien ,ses lointains ancêtres étaient justement les serviteurs de cette noblesse de province ; valets d’écurie – piqueux -maitres/chiens -femmes de chambre -cuisinières – régisseurs-garde chasse -ouvriers forestiers -forgerons etc…

  • Il faut rappeler que N Dufourcq fut pdg de wanadoo Appréciez ceci :
    rappel historique : juillet 2000 opv en bourse : entre 17 et 20€
    mars 2004 opr à 8,86 € le pdg avait changé Olivier Sichel et voilà joli coup de bourse

    Pour le reste de l’ article G Fixon confirme ce que je pense : Aristocratix je préfère comme ça à la gauloise au moins ça me fait sourire
    J’ acheterais cette enquete s’ il y en a en maison de presse

  • Certains méritent ces salaires, d’autres non; ces salaires sont majoritairement payés par la taxation (non volontaire) et non par les bénéfices d’échanges volontaires qui profitent aux deux parties

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron Macron lettre dette
5
Sauvegarder cet article

À force d’avoir bâti toute sa stratégie électorale en psalmodiant le mantra « moi ou le chaos », Emmanuel Macron risque bien de laisser la France le soir du 24 avril prochain devant un sombre avenir : en effet, il y a de fortes chances que ce soit, soit « le chaos sans Macron », soit « le chaos avec Macron ».

À quelques jours du résultat final, le président sortant semble désorienté. Le meeting du 2 avril a sonné faux, les sondages sont illisibles, entre chiffres et dynamique, la campagne numérique est un flop et le parti présidentiel ... Poursuivre la lecture

Par Adélaïde Motte. Un article de l'Iref-Europe

Depuis plus d’un an, le gouvernement se caractérise par ses difficultés à maîtriser chaque aspect de la crise, qu’il s’agisse des masques, des tests, des vaccins, et bientôt des autotests. Pareil constat semble moins surprenant lorsqu’on connait le nombre d’organismes qui prétendent à régler les problèmes. Et ceux qui les dirigent.

Centre opérationnel de réception et de régulation des urgences sanitaires et sociales (ou CORRUSS), conseil restreint de défense... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Il y a du bon dans le projet d’Emmanuel Macron de fermer l’École Nationale d’Administration et de la remplacer par une école plus ouverte en matière de variété de profils et d’expériences. Quelle que soit l’appellation, ENA ou ISP, le principe de la filière unique contient néanmoins deux poisons auxquels le Président se garde bien de mettre fin :

la mainmise étatique sur un canal unique et officiel de sélection ; les affaires du pays sont la chasse gardée des hauts fonctionnaires.

Il ne s’agit pas de critiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles