Des révisions du prix du baril… une fois qu’il a baissé

Faut-il apporter de l’importance à ces révisions ? N’est-ce pas plutôt la reconnaissance par les marchés que l’Arabie Saoudite est prête à tout faire pour maintenir ses parts de marchés ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Baril pétrole rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des révisions du prix du baril… une fois qu’il a baissé

Publié le 31 octobre 2014
- A +

Que n’a-t-on pas parlé de la forte révision à la baisse des prévisions sur les cours du brut de Goldman Sachs lundi 27 octobre… suivie mardi 28 par la deuxième révision par Barclays en moins d’un mois… Faut-il apporter de l’importance à ces révisions ? N’est-ce pas plutôt la reconnaissance par les marchés que l’Arabie Saoudite est prête à tout faire pour maintenir ses parts de marchés ?

Par Aymeric de Villaret.

arabie saoudite credits tribes of the world (licence creative commons)

C’est vrai que le fait que Goldman Sachs, connu pour son caractère plutôt « bullish », devienne plus réservé interpelle. Personne, non seulement Goldman Sachs, mais aussi les consultants et même le gouvernement américain n’avaient anticipé une telle chute des cours du baril depuis juin.
Et la révision de Goldman Sachs lundi 27 n’est intervenue qu’après celles de nombreux analystes ou consultants. Barclays d’ailleurs dès le mardi 28 les a revus – plus un ajustement – pour la deuxième fois en un mois ! Comme nous le voyons, dans le tableau ci-après du Wall Street Journal, les différentes banques coupent pour les prochains trimestres leurs prévisions, prenant acte de la chute :

Tab1

Et ce tableau publié en début de semaine ne tient pas compte de la seconde révision de mardi 28 de Barclays…

Barclays – 9 octobre puis de nouveau le 28 octobre – moins 14 $ sur 2015

Le 28 octobre, après avoir baissé le 9 ses prévisions de 107 $ à 96$ pour le Brent en 2015, Barclays les a réduites à 93$ ; soit une baisse sur l’année de 14$, mais un cours supérieur au cours actuel (87$). Prenant acte de la baisse récente, la banque croit à un fort rebond du baril au second semestre 2015… au-dessus des 100$ du fait des conséquences que poseraient aux investissements coûteux le maintien d’un baril aux niveaux actuels.

Goldman Sachs – 27 octobre – moins 15 $ sur 2015

Pour Goldman les cours du WTI devraient pour 2015 être en moyenne à 73,75$/b. Après un T2 2015 encore plus faible que le T1, le pétrole rebondirait au second semestre. Par rapport à ses estimations antérieures, les révisions sont (pour le WTI comme pour le Brent) en recul de 15$.

Société Générale – 15 octobre – moins 12$ sur 2015

De la même manière la Société Générale avait le 15 octobre coupé ses prévisions 2015 de 12$/b à respectivement 91$ pour le Brent et 83 $ pour le WTI.

Du timing des révisions des cours du pétrole par les analystes…

Octobre 2014 – suite à la baisse depuis juin 2014

villaret2

Les graphes ci-dessus montrent bien comment les révisions de ce mois d’octobre dont les journaux se sont fait échos sont plus le constat d’une situation qu’une prévision. Les différents analystes « constatant » la baisse récente du baril, ses causes, le « fait » que l’Arabie Saoudite semble laisser s’installer une guerre des prix… « ajustent » leurs prévisions.

Conclusion

Baril pétrole rené le honzecMaintenant la question qui se pose à la lumière de ce que vient de faire Barclays mardi 28 octobre est : va-t-on assister à d’autres ajustements au sujet des estimations sur les cours du brut, fin novembre – début décembre, après la réunion de l’OPEP du 27 novembre ? Fonction des décisions ou des non-décisions prises par l’Arabie Saoudite ?

Poser la question est déjà un élément de la réponse car il est bien difficile de savoir ce qui va se passer, la réponse étant éminemment politique. 2005 et le rappel du passé jusqu’au pic de 2008 – où à l’inverse les analystes ne cessaient de revoir à la hausse les prévisions. En mai 2008, alors que le brut a dépassé les 100$, Arjun N.Murti de Goldman Sachs n’hésite pas à prédire 200$ – prêche pour la modestie des prévisions.

Comme le disait en plaisantant la semaine dernière, Adam Sieminski, administrateur de l’EIA (Energy Information Administration) américaine et ancien analyste reconnu de la Deutsche Bank, ses prévisions de prix étaient correctes seulement 60% du temps. Les marchés, en l’état actuel des choses, s’attendent à un maintien des quotas de productions lors de la réunion du 27 novembre. Les commentaires le 29 octobre du secrétaire général de l’OPEP Abdalla Salem el-Badri estimant que l’OPEP devrait maintenir ses quotas sont un élément de plus allant dans cette direction.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Pasquier[1. Olivier Pasquier est salarié d’Électricité de France S.A. « EDF ». La présentation des documents dans cet article n’implique pas l’expression d’une quelconque opinion de la part d’EDF. La responsabilité des opinions exprimées par Olivier dans ses articles, études et autres contributions lui appartiennent exclusivement, et la publication ne constitue pas un endossement par EDF des opinions qui y sont exprimées. Faits et opinions dans les articles présentés par Olivier ne sont que des déclarations personnelles. Olivier e... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

De nombreux articles mentionnent que l'Arabie Saoudite pourrait utiliser le yuan, la monnaie nationale chinoise, pour ses exportations de pétrole.

Combien l'Arabie Saoudite exporte-t-elle vers la Chine ?

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, les principales exportations du royaume sont destinées à la Chine (45,8 milliards de dollars), à l'Inde (25,1 milliards de dollars), au Japon (24,5 milliards de dollars), à la Corée du Sud (19,5 milliards de dollars) et aux États-Unis... Poursuivre la lecture

formule 1 arabie
0
Sauvegarder cet article

Par Jean Degert.

La saison de Formule 1 s’achève cette année encore dans le Golfe persique, cette fois-ci dans trois pays différents, dont deux nouveaux au calendrier, le Qatar il y a deux semaines et l’Arabie saoudite le week-end dernier.

Le royaume dont le Prince Mohammed ben Salmane est devenu la figure à l’international, est le dernier à ouvrir ses portes aux compétitions sportives mondiales. Cette première épreuve s’est déroulée sur un circuit jugé très dangereux et dont la construction s’est achevée quasiment au dernier mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles