Cyber-médecine : c’est pour demain !

À n’en pas douter, les smartphones vont révolutionner notre rapport avec la santé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
texting smartphones credits adam fagen (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cyber-médecine : c’est pour demain !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 octobre 2014
- A +

Par Jacques Henry.

texting smartphones credits adam fagen (licence creative commons)

Puisqu’il faut des mois pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmologue, en France comme en Espagne et ailleurs, la parade a été trouvée… Plus besoin d’attendre un rendez-vous qui ne viendra pas, il suffit d’adapter à un iPhone un appareil qui peut faire le cliché d’un fond d’œil sans utiliser d’atropine et de l’envoyer par mail à son ophtalmologue qui répondra par mail, s’il a le temps naturellement, et pourra prescrire, également par mail, quelles dispositions à prendre… Aussi simple que cela. Ce produit commercialisé par la société Welch Allyn comprend également un logiciel d’analyse qui peut diagnostiquer une pathologie sérieuse en quelques secondes, que ce soit une rétinopathie ou par exemple une hypertension due à un diabète insoupçonné.

Il y a beaucoup à parier que dans peu de mois, on ira dans n’importe quelle pharmacie louer pour quelques euros l’accessoire en question et procéder soi-même à un examen rétinien en quelques secondes, comme on paie un euro pour prendre sa tension ou deux euros pour évaluer son indice pondéral corporel. Mais ce genre de service se trouvera dans quelques années dans n’importe quel supermarché parce que les pharmacies auront disparu…

henry

Il s’agit du début de l’utilisation des smartphones dans le domaine de la santé et les applications sont multiples. Sous peu, on mettra dans la poche gauche de sa chemise une carte du même type qu’une carte de crédit, qui procédera à un électrocardiogramme détaillé envoyé par wi-fi à un smartphone, lequel analysera le résultat et donnera la marche à suivre : aller d’urgence consulter un cardiologue, préparer son testament ou rester calme et continuer à vivre normalement.

Durant la décennie qui vient, notre corps sera connecté au même titre que notre maison, notre voiture et toutes sortes d’instruments domestiques et professionnels. Il suffira d’avaler une gélule spéciale (récupérable) qui traversera la totalité de notre tube digestif pour fournir en temps réel notre état de santé. Une puce insérée sous l’épiderme permettra de réaliser des analyses complexes d’une centaine de paramètres également en temps réel et n’importe quel smartphone déclenchera une alarme au cas où il y ait un problème grave. Comme notre génome complet sera disponible pour quelques centaines d’euros sur un site « cloud », une application disponible sur n’importe quel smartphone aura accès à cette donnée personnalisée et après une brève analyse, payante naturellement, le verdict sera lisible sur l’écran préconisant la marche à suivre indépendamment de n’importe quel diagnostic réalisé par un praticien.

Ce sera la cyber-médecine pour le prix d’une simple communication téléphonique avec quelques extras s’il faut procéder à des analyses complexes. On peut imaginer que le même smartphone se connectera à une borne de distribution des médicaments requis pour soigner une pathologie particulière. Il n’y aura même plus besoin de pharmacien, devenu totalement obsolète en quelques années. Le ciblage du médicament le mieux adapté sera effectué en quelques secondes avec un smartphone en tenant compte de plusieurs centaines de paramètres ainsi que du statut génétique de l’utilisateur. En chirurgie, seules les interventions complexes seront encore réalisées manuellement car toutes les opérations bénignes seront largement robotisées, de l’ablation de l’appendice à la cataracte, d’une hystérectomie à la pose d’une prothèse de hanche.

À n’en pas douter, les smartphones vont révolutionner notre rapport avec la santé et le devenir du corps médical, pour qui il serait urgent d’envisager une adaptation à toutes les nouvelles technologies qui ne vont que se multiplier exponentiellement. La santé représente en effet un fardeau insoutenable pour la société et tous les moyens seront rapidement acceptés et mis en place afin d’en réduire le poids économique et financier et le smartphone en est un outil promis à un immense avenir. En conclusion, et pour ne citer qu’un exemple parmi beaucoup d’autres, on peut imaginer un analyseur d’haleine permettant de situer instantanément les états de santé aux niveaux digestif, hépatique, buccal et dentaire… que de surprises en perspective ! Restez connecté.


Billet de libre inspiration après connexion au site ci-après : http://www.welchallyn.com/en/microsites/iexaminer.html

Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • C’est pour demain mais pour nous se sera plus longs en france et en europe. La loi sur les dispositifs médicaux, les contraintes sur les données de santés (loi informatique et liberté) et plus généralement le code de la santé publique mettent de telles barrière à l’innovation que ça en est pitoyable.

    • Pour ceux que ça intéresse il y a un livre du Dr Laurent Alexandre qui est vraiment une pépite pour expliquer simplement et clairement les tenants aboutissants il appel cela NBIC ( Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) , les enjeux et comment nos politiques n’auront pas le choix et pour répondre à Adèle il y explique bien pourquoi peu importe CNIL et autre conservateur cette nouvelle médecine se met en place. Il s’agit du livre « La mort de la mort » il date de 2011 et est toujours d’actualité.

  • C’est pas pour demain, c’est, au moins partiellement, pour aujourd’hui.

    Je ne ‘vois’ plus d’opticien, je fais tout par internet, avec prix inférieur, délais identiques et performances égales. ☺

    L’abondance de renseignements disponibles sur le net permet, sans risques, de faire face à de petits bobo et d’éviter ainsi la salle d’attente

  • C’est vraiment ce genre d’article que j’admire le plus, car il force le respect envers tous ces entrepreneurs, ces inventeurs, certains génies, tous motivés par la satisfaction de nos besoin.

    Encore merci pour cette bouffée de bonne humeur et d’optimisme.

  • Ce n’est rien à coté de tout ce qui est possible aujourd’hui mais les gouvernements empêchent ces initiatives.

    Je ferais bien de me dépêcher d’apprendre à programmer, ce sera bientôt le seul métier… et encore, je suis sûr qu’un jour les IA coderont tout.

    Que vont devenir tous ces gens qui n’ont pas un QI > 120 ?
    Stérilisation ? Goulag ?

    Va t-il y a voir 2 humanités ? Transhumains qui s’adaptent au progrès et Communistes qui vivent en utopie ?

    • les ceusses qui ont un QI inférieur à 120 pourront faire de la politique….quand on voit à quelle hauteur se situe l’intélligence de nos zélés zélus , je doute fort que leur QI se situ au dessus de 120 ;

    • Je ne suis pas sûr de l’obligation d’avoir un QI élevé pour réussir dans la vie.
      Le tout est d’être enthousiaste, optimiste, bosseur et ouvert d’esprit.

      Dans un système libérale, le transhumanisme ne pourra survivre que s’il y a satisfaction des besoins ainsi qu’une libre concurrence. Il y aura toujours des inégalités, le tout est de savoir si les gouvernements bloqueront l’ascenseur social ou pas. J’espère que non.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Martin, Université de Bordeaux et Christophe Gauld, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

 

« Bonjour Monsieur. Je vous en prie, installez-vous. Alors… comment allez-vous depuis la dernière fois ? »

Et si, dans quelques années, cette phrase anodine n’était plus prononcée par un psychiatre en chair et en os mais par une IA, une Intelligence artificielle ? Avec la résurgence récente de la psychiatrie dans le débat public, notamment en raison de la crise sanitaire, l’idée de proposer des systèmes de suivi d... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

médecin libéral
0
Sauvegarder cet article

Deux ans après le début de la crise sanitaire, les Français ont une perception encore positive du système de santé : 68 % considèrent en effet que sa situation est assez bonne. C’est un trompe-l’œil. Le même pourcentage considère que celle de l’hôpital est mauvaise. Ils ont raison car il s’écroule et de plus en plus de Français sont excédés par les files d'attentes aux urgences.

L’extension des déserts et la crise hospitalière les préoccupent mais ils n’en ont pas saisi l’ampleur. La guerre en Ukraine va entraîner une crise économique ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles