Transition énergétique : bon sang, mais c’est bien sûr !

Est-il raisonnable de fonder des décisions politiques sur des hypothèses de forte croissance des énergies renouvelables qui risquent de s’avérer utopiques ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
oh mon dieu ! omg credits Daniel Orth (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : bon sang, mais c’est bien sûr !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 octobre 2014
- A +

Par Michel Gay.

oh mon dieu ! omg credits Daniel Orth (licence creative commons)

La réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment le CO2, devait être l’un des objectifs essentiels du projet de « transition énergétique ». Or, le CO2 est le résultat de la combustion du carbone composant les combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz).

Pour réduire la production de CO2, il n’y a donc nul besoin de conférences internationales, ni de réunions des chefs d’État, ni de discours savants : il suffit simplement de décider de réduire drastiquement l’usage des combustibles fossiles. Et le moyen le plus efficace est de convertir le plus possible les usages énergétiques du fossile vers l’électricité, à condition bien sûr de ne pas produire l’électricité à partir des combustibles fossiles et que le prix d’achat reste supportable… Il reste donc les énergies du vent, du soleil, de l’eau (énergies renouvelables) et du nucléaire (énergie durable : quelques milliers d’années). Or, aujourd’hui, et pour certainement longtemps, seul le nucléaire est capable de produire la quantité d’électricité adaptée aux besoins d’un grand pays comme la France.

La production d’électricité au moyen des énergies renouvelables (EnR) représente actuellement 16% de la production totale de la France. L’éolien n’y compte que pour 3% et le photovoltaïque que pour 1%. La plus grande partie (12%) vient de notre parc hydraulique qui n’est plus guère extensible. Nos montagnes et nos fleuves sont déjà bien valorisés. Les meilleurs sites sont utilisés et les habitants des vallées restantes rechignent à déménager…

La production hydraulique étant plafonnée par la nature, vouloir tripler la production des EnR pour la porter à près de 50% de la production nationale ne consiste donc pas simplement en une multiplication par trois… mais par huit (!) de la production éolienne et photovoltaïque. Ce qui va poser de gros problèmes.

hollande transition énergétique rené le honzecCes deux dernières sources d’énergie sont intermittentes et disponibles seulement 30 à 40% du temps. Pire encore, leur « facteur de charge1 » n’est que de 23% pour l’éolien et de 13% pour le photovoltaïque. Si elles devaient jouer un rôle significatif dans l’alimentation du réseau électrique, il faudrait prévoir des compléments… en veillant à ce que ce ne soit pas du charbon ou du gaz, comme chez nos voisins allemands.

Il y a certes des économies d’énergie à faire via l’amélioration de l’isolation de l’habitat, mais il faudra du temps car l’évolution dans ce domaine prend des dizaines d’années. Et il y a une forte probabilité que les économies d’énergies réalisées ne compensent jamais le niveau des investissements financiers. D’un point de vue planétaire, elles seront largement absorbées par l’évolution démographique et la consommation de milliards d’individus qui aspirent à un meilleur niveau de vie.

Pour respecter une promesse électorale faite à un groupe politique dont la fidélité à la majorité actuelle n’est même plus acquise, est-il raisonnable de fonder des décisions politiques qui engagent l’avenir de notre pays sur des hypothèses de forte croissance des énergies renouvelables et de baisse de consommation d’énergie qui risquent fort, toutes les deux, de s’avérer utopiques ?

Pourquoi ce qui relève du simple bon sens est-il aussi hermétique à nos gouvernants ? C’est à croire qu’ils ne veulent surtout pas voir afin de se focaliser sur leur unique préoccupation : obtenir un autre mandat électoral. Un jour ils s’apercevront (trop tard ?) que la transition énergétique se fera par le transfert de la consommation de pétrole et de gaz vers l’électricité dont la production massive sera assurée par des centrales nucléaires. Alors, ils se taperont sur le front en s’écriant : « Bon sang, mais c’est bien sûr !2 »

  1. Facteur de charge = le temps équivalent de fonctionnement à pleine puissance sur une année (8760 heures). Il est de 2000 heures pour les éoliennes (23%), et de 1100 heures pour le photovoltaïque (13%).
  2. Expression favorite du commissaire Bourrel lorsque la solution de l’énigme lui apparaissait soudainement après une longue enquête…
Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • §

    L’hypotèse crimatique (sic) du GIEC est l’équivalent de celle que Trofim Denissovitch Lyssenko a installé dans l’esprit des dirigeants de l’URSS.

  • Sur le facteur de charge des éoliennes, vous êtes généreux.

    L’une des références est l’Allemagne qui a le plus d’éoliennes et depuis longtemps et chez eux c’est seulement DIX-HUIT % et non 23%.

    Différence de 5% qui change la donne… et montre encore davantage le stupidité de ces ENR.

    Ces chiffres viennent de Wikipedia et qui d’habitude va plutôt dans le sens des écolos….

    « De ces données, on peut tirer le taux d’utilisation moyen de la puissance installée (facteur de charge) des éoliennes (en Allemagne) : environ 18 %. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_Allemagne

  • A quoi sert l’énergie dans le Monde? A chauffer.

    -49,2% de l’énergie est utilisée pour produire de la chaleur.
    -19,2% est utilisée sous forme d’électricité.
    -31,6% est utilisée par les transports.

    Pour l’année 2010, 45 073 TWh ont été utilisés dans le monde pour produire de la chaleur soit 18 fois la production mondiale des centrales nucléaires (2500 TWh par an).

    Pour chauffer, on peut choisir, comme le propose Michel Gay, de multiplier par 18 le nombre de centrales nucléaires dans le monde afin de transférer « la consommation de pétrole et de gaz vers l’électricité ».

    On peut aussi utiliser l’isolation, la géothermie, le chauffage solaire et la biomasse pour remplacer ou d’économiser la totalité de l’énergie utilisée pour produire de la chaleur, ceci jusqu’à la fin des temps.

    Ce serait beaucoup plus simple.

    Source
    Global final energy use by type of energy (left) and final energy use for heat by sector
    http://img4.hostingpics.net/pics/223659Worldheatmarket.png

    • ET REFROIDIR avec toutes les climatisations.
      Il est vrai que le climatiseur pompe les calories d’un coté pour évacuer la chaleur de l’autre.

    • « Ce serait beaucoup plus simple. »

      Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu …

    • luc remarque :
      « A quoi sert l’énergie dans le Monde? A chauffer.

      -49,2% de l’énergie est utilisée pour produire de la chaleur.
      -19,2% est utilisée sous forme d’électricité.
      -31,6% est utilisée par les transports. »*

      donc presque 50% pourrait être économiser en utilisant la chaleur solaire en été gaspillée sur nos toits et parking, pour se chauffer gratuitement et à perpétuité en hiver comme cela fonctionne :chauffage gratuit aussi une fois installé depuis 2007 :
      w ww.dlsc.ca

      http ://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9nus_%28plan%C3%A8te%29

      pour serres zéro énergie, gratuit à perpétuité une fois installé, à utiliser et à adapter, par toutes les serres à chauffer l’hiver :
      https ://intraweb.stockton.edu/eyos/energy_studies/content/docs/FINAL_PAPERS/4A-2.pdf

      installable partout même sur ma maison et mon jardin et le parking devant avec 30000kWh thermiques récupérables par an sur le toit de ma maison (tenant compte des mois pleins de nuages et du rendement de capteurs thermiques solaires simples utilisables sans améliorer mon isolation thermique du tout ) et stockable sous le parking à moins de 12m de profondeur pour le prix d’une simple rénovation de toit avec chaudière à PAC ( véritable arnaque où je me suis fait avoir ).

      Mais le nucléaire étouffe tout cela jusqu’à des centrales pétées, qui videront toute une région radioactive pour des siècles, inévitable tôt ou tard, car nous ne sommes pas infaillibles à perpétuité, ni plus intelligents que les Japonais.
      !!!

      sérieux, pas du tout écolo, notre organisme de sécurité IRSN qui regarde mieux la réalité en France, suite à une catastrophe similaire à Fukushima et Tchernobyl :
      prix
      « de l’ordre de 2000 milliards d’euros » soit l’équivalent de 200 centrales nucléaires à payer, 4 fois celles en France, si pas de chance, et donc une VRAIE FOLIE .
      http ://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-accidents-nucleaires/cout-economique-accident/Pages/2-cout-economique-pour-2-scenarios.aspx?dId=b5e6d248-170f-4f79-a514-8fb9cb86a6d5&dwId=0dd84144-5e15-4e92-b9ef-be117439b36b#.VE-WT1fIdqo

      « Avez vous une simple idée de la surface » de toits dans toutes nos villes qui suffisent amplement pour nous chauffer, sans isoler mieux, avec la chaleur solaire de l’été conservée pour l’hiver !!

      c’est un solaire renouvelable continu pas du tout intermittent, gratuit, inusable, perpétuel, sans aucune pollution, une fois installé et très simple, qui marche déjà sans explosion de prix comme l’EPR, ni explosions de centrales nucléaires .

      Enfin en sens inverse on peut refroidir gratuitement avec le froid de l’hiver conservé pour l’été aussi bien !!
      C’est bien plus facile et réalisé pour les serres à chauffage gratuit et perpétuel.

  • La transition énergétique, la France l’a faite dans les années 70/80 à la suite du choc pétrolier de 1973 en développant son parc nucléaire.
    Ce que l’assemblée a voté l’autre jour, c’est une volonté de faire une transitude énergétique. Ce n’est pas la même chose. Une transitude énergétique, c’est un truc ni fait, ni à faire, mais qu’on a décidé de faire. Il ne reste plus qu’à espérer qu’on échouera. Heureusement, on a déjà démontré à de nombreuses reprises nos grandes capacités à échouer.

  • J’aimerais avoir des explications car je ne suis pas les génies à la science infuse de E.N.A.
    – Comment expliquer que nous allons améliorer notre bilan carbone en remplaçant les trains par des bus ?
    – Comment avec une population en croissance allons nous dans 16 ans diminuer de 40% la consommation d’énergie.
    Au sujet du GIEC:
    – Le propre d’un scientifique c’est le DOUTE qui permet de se poser des questions et de faire évoluer les concepts donc avancer dans les découvertes.
    – Le GIEC lui est pétri de certitudes puisqu’il nous affirme qu’il n’y a aucune alternative … il en a bien de la chance. Afin de pouvoir manipuler les cervelles le GIEC recrute des « Experts » …. qui n’ont que de lointains rapports avec un comportement de scientifique digne de ce nom puisqu’ils possèdent la science infuse.

    • « Comment expliquer que nous allons améliorer notre bilan carbone en remplaçant les trains par des bus ? »

      En arrêtant de déplacer des centaines de tonnes pour transporter 20 personnes. Et un bus qui ne transporte que 4 ou 5 personnes émettra lui-même plus que les deux ou trois voitures nécessaires à leur transport.

      Au même titre que la décroissance promue par certains mènerait à une augmentation des surfaces cultivées et à la déforestation, l’égalité d’accès au transport public est un gouffre en terme d’émission carbone.
      Ergo bon nombre d’écolos sont tout simplement stupides. CQFD

    • Marc, payé par le nucléaire, lui est pétri de certitudes que le GIEC a tout faux, que l’effet de forcing radiatif (improprement appelé effet de serre ) n’existe pas, alors que il est évident sans aucun calculs qu’il est réel, qu’il est gigantesque sur la planète Vénus qui sans cet effet devrait être plus froide que la terre, avec ses nuages épais qui renvoient énormément la lumière solaire, alors que sa surface est à 465°C avec  » la puissance solaire parvenant au sol sur Vénus qui représente moins de 45 % de celle reçue au sol sur Terre  » !!

      Sans effet de serre, Vénus devrait être plus froide que la terre !!
      http ://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9nus_%28plan%C3%A8te%29
      Il n’est pas possible que l’effet de serre n’existe pas sur terre tout en existant sur Vénus !!

      C’est fou le nombre de fous payés par le lobby nucléaire qui veulent des centrales nucléaires explosées , qui viderons toute une région radioactive pour des siècles, inévitable tôt ou tard, car nous ne sommes pas infaillibles à perpétuité, ni plus intelligents que les Japonais

  • Monsieur Gay,

    Vous oubliez le bois comme source d’énergie. 1ère énergie renouvelable en France !

    Quand « bon sens » rime avec « ignorance »…

    • Et pratiquement source unique d’énergie de l’ère pré-industrielle !

      Pourquoi ne pas remonter plus loin jusqu’à la préhistoire avant la découverte du feu ? Voila qui fera plaisir à Gaïa !

    • Peut-on sérieusement envisager une « forte croissance » du bois?

      • Non. Et puis les écolos s’occuperaient bien vite d’empêcher les exploitations d’être rentables.

      • L’un des plus gros parc sidérurgique du monde à Minas Gerais au Brésil tourne avec du bois… Vous voulez qu’ils fassent quoi ? Qu’ils ramènent du charbon de l’autre bout du monde en pirogue juste pour le plaisir d’augmenter leurs couts de production ?

    • Il faudra choisir entre bois de construction et bois de chauffage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles