Permis de conduire pour tous !

La seule vraie réforme du permis de conduire serait de briser le monopole des auto-écoles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rené le honzec permis pour tous

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Permis de conduire pour tous !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 octobre 2014
- A +

La seule vraie réforme du permis de conduire serait de briser le monopole des auto-écoles et de permettre à tout moniteur de délivrer lui-même l’intégralité de la formation. Le service s’améliorerait tandis que les prix baisseraient mécaniquement.

Par Delphine Granier.
Un article de GenerationLibre.

Voiture sans permis Licence Creative Commons, Crédits : Luc

1,5 million de personnes passent le permis de conduire chaque année, tandis que 4 millions attendent toujours une place d’examen1, et que le nombre de conducteurs sans permis est, selon les évaluations, compris entre 800 000 et 2,5 millions2. Le problème du permis de conduire est bien, au-delà de l’anecdote, une véritable question de société, qui handicape de nombreux jeunes (et moins jeunes) dans leur recherche d’emploi, faute de pouvoir indiquer « permis B » sur leur CV. C’est d’ailleurs ce qu’a récemment déclaré le Ministre de l’économie, Emmanuel Macron, à propos des employées de l’abattoir Gad : « Aller travailler à 50 ou 60 km ? Ces gens-là n’ont pas de permis de conduire, on va leur dire quoi ? Il faut payer 1 500 euros et attendre un an ? »3.

Le système actuel repose sur le monopole des auto-écoles qui rend la clientèle captive. La seule vraie réforme serait de permettre à tout moniteur assermenté de délivrer lui-même l’intégralité de la formation, hors du cadre de l’auto-école. Par le libre jeu de la concurrence et l’élimination des intermédiaires, le service s’améliorerait tandis que les prix baisseraient mécaniquement.

Le New York Times a récemment publié un article de Une sur l’absurdité du système français d’apprentissage de la conduite, reflet d’une société emmurée par ses réglementations4. Il est temps de s’attaquer à nos archaïsmes.

Une situation anormalement complexe et bloquée

  • Un coût exorbitant : passer son permis revient en moyenne à 1 600 euros5 (avec un écart net entre Paris et certaines villes de province). Pour la majorité, le passage du permis s’avère in fine plus coûteux que prévu en raison des heures supplémentaires liées au délai d’obtention de date d’examen. L’heure de conduite coûte entre 35 et 60 euros environ en France6 quand elle revient en moyenne à 24 livres au Royaume-Uni, soit 30 euros.
  • Des délais anormaux : obtenir une place d’examen requiert 95 jours d’attente en moyenne. Plus de la moitié des candidats recalés doivent attendre 3 mois ou plus afin de repasser l’examen7. L’attente moyenne entre la première et la seconde présentation à l’examen pratique est de 108 jours dans le Rhône, 120 jours en Seine-Saint-Denis et 124 jours dans les Hauts-de-Seine8. Bien que les candidats disposent de la possibilité de passer le permis en candidat libre, les délais sont nettement plus longs.
  • Une formation imparfaite : le taux d’échec à l’examen du permis, de 41%, est supérieur à la moyenne européenne.
  • Un système bureaucratique : les places d’examen sont attribuées aux auto-écoles par la préfecture selon une méthode de « quotas » absconse : le calcul du nombre de places d’examen est basé sur une moyenne annuelle de premières présentations de l’année passée, auquel est ajouté un coefficient multiplicateur de 1,66.

L’échec des tentatives de réforme

Les tentatives de réforme du permis de conduire sont nombreuses, preuve que le problème est largement reconnu. Plusieurs dispositifs ont tenté de s’attaquer au coût du permis de conduire : en 2005, apparaît le permis à 1€ par jour (le coût total de la formation ne change pas mais des établissements prêteurs avancent les frais et l’État paie les intérêts) ; en 2007, la « bourse au permis » (les jeunes ne disposant pas de ressources suffisantes bénéficient de financements des municipalités en réalisant en échange des activités d’intérêt collectif) ; en 2011, Jeannette Bougrab propose d’inciter les établissements pré-universitaires et universitaires à conclure des partenariats avec les auto-écoles et la sécurité routière pour réaliser des économies d’échelle… Aucune de ces mesures n’a pourtant été décisive. Le rapport récent de Florence Gilbert, remis par la Commission du permis de conduire à Bernard Cazeneuve en avril 2014, s’attaque de nouveau au problème et préconise d’augmenter le nombre d’inspecteurs et d’introduire plus de flexibilité dans la formation pratique. Il n’apporte néanmoins aucune nouveauté pour répondre aux deux problèmes principaux que sont les délais d’attente et les coûts excessifs. Méfiants à l’égard des « opérations escargots » dont les auto-écoles sont familières, les pouvoirs publics font le dos rond et n’osent pas aborder le seul vrai sujet : la libéralisation.

L’agrément, principale barrière à l’ouverture à la concurrence

rené le honzec permis pour tousL’ouverture d’une auto-école est soumise à l’obtention d’un agrément : « L’enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur ne peut être organisé que dans le cadre d’un établissement dont l’exploitation est subordonnée à un agrément délivré par l’autorité administrative, après avis d’une commission » (article L213-1 du Code de la route).

Considérant l’essor du numérique et d’internet dans le mode de fonctionnement de notre société actuelle, les conditions requises afin d’obtenir l’agrément manquent de pertinence. L’arrêté préfectoral du 8 janvier 2001 impose, entre autres, aux auto-écoles : de « disposer de moyens matériels nécessaires à la formation » afin que les élèves s’entraînent au code ; de « disposer d’une superficie totale minimale (accueil et enseignement) fixée à 25 mètres carrés » et de « comprendre au minimum une salle affectée à l’inscription des élèves et une autre à l’enseignement » afin de « procéder aux inscriptions individuelles des élèves uniquement dans ce local, à l’exclusion de tout autre lieu »9. Ces obligations matérielles posées par l’agrément engendrent naturellement une augmentation, superflue, des coûts fixes au détriment des candidats.

L’agrément porte préjudice à la libre concurrence et la liberté de choix du consommateur. Les conditions qu’il requiert restreignent drastiquement la possibilité de voir des auto-écoles concurrentes, basées sur un modèle en ligne, émerger. En témoigne le parcours de la start-up Ornikar, première auto-école en ligne, dont le combat pour obtenir l’agrément dure toujours (et qui, avant même d’être opérationnelle, a dû affronter de nombreux procès intentés par les syndicats d’auto-école).

Ornikar a en effet inventé un nouveau modèle visant à rendre plus accessible la formation du permis de conduire en proposant : des moniteurs agréés disponibles partout en France pour un apprentissage mobile, un entraînement au code de la route en ligne, et des tarifs réduits. Première auto-école dématérialisée, Ornikar permet à chacun de passer son permis simplement, sans changer d’auto-école en cas de déménagement, de composer sa formation sur mesure, et de suivre une formation à des tarifs raisonnables10. Plutôt que d’avoir sa propre flotte, avec locaux et voitures à son nom, elle met en relation moniteurs et clients. Inacceptable pour les corporations d’auto-écoles traditionnelles, protégées par l’État…

Notre proposition de réforme : l’abolition du monopole des auto-écoles

Afin de répondre aux exigences du consommateur en termes de service, et de permettre l’émergence d’entrepreneurs innovants et concurrentiels, nous préconisons :

  • L’abolition de l’article L213-1 du Code de la route portant définition de l’agrément à l’origine du monopole des auto-écoles. Une telle réforme favoriserait l‘apparition de nouvelles auto-écoles en ligne permettant une baisse des coûts et une nette amélioration des délais. Elle permettrait surtout l’émergence de moniteurs indépendants. Tout moniteur détenteur du BEPECASER (Brevet pour l’Exercice de la profession d’enseignant de la Conduite Automobile et de la Sécurité Routière), et équipé d’un véhicule à doubles pédales dûment assuré, pourrait prendre en charge l’ensemble de la formation, construisant ainsi une relation personnelle avec ses clients, et adaptant ses tarifs à cette pratique plus légère et plus concurrentielle.
  • Dans son rapport sur les professions réglementées, l’Inspection des Finances propose bien de revoir le cadre juridique pour les moniteurs indépendants mais laisse inchangée « l’exigence d’offre intégrée, via les écoles de conduite, de l’apprentissage du code et du perfectionnement pratique à la conduite ». Or, pour que les moniteurs indépendants puissent véritablement s’imposer face aux auto-écoles traditionnelles, il faut leur permettre de proposer une formation complète, et de ne pas priver leurs clients de places d’examen. À cette fin, il suffit d’ouvrir l’inscription aux examens (théoriques et pratiques) sur un site public, à l’image de ce qui se pratique au Royaume-Uni. L’apprentissage à domicile, en ligne, offrira une formation plus flexible à tous les candidats. L’inscription individuelle mettra fin au système de quotas obscurs et aux difficultés de gestion rencontrées par les Préfectures (notamment dans le cas des candidats libres). Enfin, tous les candidats seront véritablement égaux devant l’attribution des places.
  • S’agissant de la question (distincte) des examens de conduite, engorgés et dysfonctionnels, on pourrait imaginer la privatisation de ce service via une délégation de service public, sans affecter les exigences de qualité et d’impartialité.

Déjà en vigueur dans de nombreux pays à l’étranger – USA, Belgique, Royaume-Uni entre autres – un nouveau modèle d’apprentissage « low cost » se heurte en France à la résistance de la profession. L’émergence d’entrepreneurs utilisant de manière disruptive les nouvelles technologies doit conduire les pouvoirs publics à s’emparer du problème, au profit des candidats et des moniteurs.


Sur le web.

  1. Étude menée par l’UNIC
  2. Cf Airy Routier, La France sans permis, Albin Michel, 2007
  3. Europe 1, 19/09/2014
  4. « A driving school in France hits a wall of regulations », 23/08/2014
  5. Dossier de presse sur la réforme du permis de conduire 2014, Ministère de l’Intérieur
  6. Enquête « Tarifs et pratiques des auto-écoles », association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), août 2013
  7. Ibid
  8. Rapport de l’IGF, « Professions réglementées : une réforme dans la transparence », mars 2013
  9. Arrêté du 8 janvier 2001 relatif à l’exploitation des établissements d’enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière
  10. Un arrêté du 19 Juin 1987 interdit à Ornikar d’afficher les tarifs qu’elle pratique pour l’enseignement de la conduite tant qu’elle n’aura pas reçu l’agrément.
Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Le vrai problème de la pensée dogmatique, quelle soit libérale, corporatiste ou socialiste, reste qu’elle est dogmatique. Le vrai problème n’est PAS le « monopole » des auto écoles (qui est instauré par des contraintes débiles encore une fois au nom de notre sécurité) mais le nombre de places d’examen. Enlevez le « monople » autant que vous voudrez, si le nombre de places (tant pour le code que la pratique) reste aussi faible, vous aurez, comme nos politiciens, brassé du vent.
    Privatiser les centres d’examen, essayer de dégager du temps de la gendarmerie (dont la prévention routière est une mission), vérifier le temps de travail effectif des examinateurs actuels, oui. Le reste, pourquoi pas, mais ce n’est pas la priorité.

  • Moi aussi je voudrais bien passer le permis dans une auto-école sans « disposer de moyens matériels nécessaires à la formation » sans « disposer d’une superficie totale minimale (accueil et enseignement) fixée à 25 mètres carrés ». Rappelez vous que c’ est libéral de penser que ce qui n’ est pas interdit par la lois, reste autorisé.

  • Et vous auriez pu évoquer l’injuste répression routière qui ajoute un nombre considérable de permis invalidés et qui augmente celui des candidats devant repasser l’examen.

    A lire gratuitement: « Radars et justes sanctions »
    http://www.monbestseller.com/manuscrit/radars-et-justes-sanctions-texte-integral#.VCvJ-BaGMQr

  • Une vraie réforme serait de faire tomber l’obligation de permis de conduire. L’obtention de ce permis serait alors probablement exigé par les assurances qui peut-être pourraient les financer à la place du conducteur.

    • Il faudrait savoir si le liberalisme est un vrai mouvement politique avec des idées ou juste un réservoir destiné à rassembler tous les ringards, les ratés ,les aigris, ceux qui ont échoués à des examens et des concours .
      Effectivement vuqu’ils sont très nombreux, le liberalisme pourrait compter sur des effectifs nombreux

      • Je croyais que les ultra-néo-giga libéraux dominaient le monde, ce qui démontrerait qu’ils ne sont pas aussi ratés que cela. Il faudrait savoir.
        Aigris je ne sais pas j’ai plutôt l’impression que l’aigri ici c’est vous, l’agressivité de votre message le démontre.
        Ringard? si ne pas être ringard c’est être fan de lady gaga ou Justin Bieber OK ouais je suis ringard.

  • Et pour l’usage de simulateurs, on en est où?

    Pour comparaison, certains pilotes de ligne ne sont formés que sur simulateur.

  • Ça fait 2 ans que j’essaye de passer ce permis…
    6 mois pour déplacer mon dossier d’une ville à une autre, 3 mois d’attente pour le passer une première fois, 6 mois d’attente pour le repasser, …
    Sans parler de toutes les insultes que j’ai subit de la part des moniteurs /inspecteurs mais auxquelles je n’ai jamais réagit ayant peur de me faire recaler 8 mois…

  • J’ai passé mon permis en 1965 sans auto école. Je crois que la candidature libre est encore possible à certaines conditions notamment sur le véhicule. A moins que l’administration ait changé le programme…

    • Non c’est impossible. J’ai essayé. La mairie refuse le dossier et même en forçant, ils font exprès de te faire attendre plus de 10 mois.
      De plus, impossible de trouver des voitures aménagés pour faire ses heures.

      • La candidature libre est tout fait possible pour le permis. Mais les conditions ne sont pas tres accessibles :
        – 20h minimum sur voiture double commande (à louer, mais il n’y en a pas partout en France)
        – l’accompagnateur doit avoir fait une formation de 4h pour utilisation des doubles commandes (et 4h, c’est peu car pas naturel même pour un conducteur chevronné)
        – inscription auprès de la préfecture (et pas auprès de la mairie)
        – l’attente pour une place est longue (parfois 9 mois)
        – taux de réussite inférieur a 5% (ne s’improvise pas moniteur qui veut)

        Ensuite, il n’y a pas plus de monopole pour les auto-écoles que pour les bouchers et les plombiers. Chaque auto-école est libre de ses prix et en totale concurrence avec les autres.
        Ce prix comprend :
        – La TVA (les AE sont considérés comme des commerces, et pas comme des centres de formation, donc assujéties a la tva)
        – Le carburant (qui varie tres souvent)
        – la location ou l’amortissement de la voiture
        – l’entretien de la voiture (les véhicules s’abiment assez rapidement)
        – l’assurance (tres cher, incomparable avec une assurance classique)
        – le loyer de l’AE, electricité, et autres charges de fonctionnement….
        – les salaires (secrétaire, moniteurs). Pour info, la convention collective fixe un salaire minimum pour le moniteur de 9€60 brut (quasi le smic). Généralement autour de 10€ sauf a Paris.
        – 1 ou 2 € de bénéfices pour le patron. Les AE sont classées dans les entreprises les moins rentables en France par les comptables et les banques.

        Et franchement, arretez de comparer les prix entre les pays. Les taxes, impots, salaires minimum, … ne sont pas les memes.

  • Ils avaient abolit le cours de conduite obligatoire au Quebec, ceux qui avait le cours de conduite avait plus d’accident que ceux qui passait leur permis en conduite accompagnée pendant 1 ans (une personne ayant son permis depuis plus de 3 ans si je me souviens bien).

    C’était simple et efficace, conduire une voiture ça reste simple et a la portée de n’importe qui. Ensuite ils ont remis l’école obligatoire + permis accompagné.
    Une grosse perte de temps et d’argent, une solution à un problème qui n’existe pas.

    • Normal, les canadiens se comportent bien mieux que nous!
      Pour arriver à leur niveau et leur mentalité on pourrait penser à adopter leur système dans une centaine d’années!

      • En fait c’est different d’une province a l’autre, les immatriculations sont delivrées par la province et les lois en vigueur different beaucoup.

  • In fine ce sont les assureurs qui paient, non ? Que l’Etat refile donc le bébé aux assureurs.

  • A quand un permis pour avoir le droit d’être élu? Il faudrait pouvoir démontrer les connaissances de base en économie, géopolitique, gestion budgétaire, priorisation, etc…..Cela limiterait peut être le nombre d’incompétents ?

  • Je suis enseignante de la conduite, et j’aimerais beaucoup que l’on m’explique en quoi les auto écoles détiennent un monopole ? Tout individu qui le souhaite peut passer les diplômes nécessaire et ouvrir la sienne !
    Ce qui vous étonnes c’est que votre boulanger n’a pas le droit de nous apprendre à conduire ?
    Les coiffeurs ont ils le monopole de la coiffure ?
    Il faut quand même savoir que chaque auto école est une entreprise, nous ne sommes pas une grande et même société !!

    OUI nous avons refusé l’implantation d’Ornicar car si nous avons des obligations de moyens pourquoi eux échapperaient ils à la règle ? Et sans vouloir polémiquer, les patrons d’ornicar pensaient juste se faire du frics, le milieu auto école n’est un milieu où l’argent coule à flot !!

    J’ai lu des commentaires de personnes qui ont passé leur examen il y a des années, n’oubliez pas que nous sommes passés de plus de 17 000 morts dans les années 1970 à 3 000 ajd, avec un nombre de véhicules et d’usagers qui a considérablement augmenté

    Oui le permis est une formation qui n’est pas donnée, mais combien dépensez vous chaque année dans votre ou vos véhicule (s) ?
    Combien vous coutera une heure de main d’œuvre chez votre garagiste ?

    Dernier point que j’aimerais abordé, dans les articles liés aux auto écoles, on tape sur les auto écoles, les enseignants ou les inspecteurs mais il y a un troisième protagoniste dans la formation, à savoir , L’ÉLÈVE !!
    Une phrase que j’entends souvent en leçon  » oh c’est compliqué  » … bah oui, conduire nécessite de réfléchir et de s’investir, ça ne vient pas tout seul comme ça sans rien faire, nos jeunes ont perdu le gout de l’effort et comme c’est papa maman qui paient, on se foule pas de trop… c’est l’enseignant qui prendra alors bon …

    • En gros, si j’ai bien compris: vous preferez la contrainte pour tous que pour personne, et c’est bien fait pour le client qui est feignant et qui vous fatigue.

      Je pense que vous demontrez la justesse du propos de l’auteur.

    • A la lecture de votre commentaire, j’ai eu la même réflexion d’ @hartman…

      Moi, je milite pour la responsabilisation des auto école, et la suppression de l’examen.
      Vous êtes bien placé pour savoir si votre élève est apte à conduire tout seul.
      Et il est très facile et peu couteux pour l’administration de mettre en ligne, pour chaque autoecole, le nombre de points restants aux apprentis conducteurs ,tous les ans et jusque 5 ans après l’attribution du permis de circulation provisoire.

      Prétendre que vous êtes pour quelque chose dans la diminution de la mortalité me parait bien abusif…

  • Sinon pas de permis, c’est encore mieux.

  • Mais pourquoi donc ne pas aller jusqu’au bout de la réflexion?

    C’est le principe même de l’examen qui est débile.

    – il ne protège pas la société des conducteurs irresponsables
    – il cannibalise la formation, orientée examen, plutôt qu intelligence situationnelle.
    – il deresponsabilise le formateur. Et le conducteur qui croit savoir conduire une fois le précieux sésame enpoche.

  • L auteur de cette article ne connais
    Rien au système formation évaluation
    Du permis de conduire elle devrait passer une semaine dans une école de conduite avant de dire des conneries pareil le modèle ultra liberaliste d oŕnikar et vouait a l échec
    Mais pour le conprendre il être dans la profession à part se faire du fric sur le dos des élèves la formation au code part internet toute les auto écoles sa fait des Années qu’il l utilise pourtant les salles de code sont toujours aussi pleine !!!bizarre non?!!!ornikar se débarrasse de l axamen. Que les élèves se débrouille !!!! Plus salarier plus de suivie de leur résultat a l éxamen et de la qualités de la formation !!!que des auto entrepreneurs qui s enfoutron pas mal que les élèves on le permis ou pas !! Oŕnikar enpochera 25% du montant de la formation sans rien faire a part mettre en relation l élève et l auto entrepreneur …les résultat au permis beseront de moitier et sa finira part coûter plus chers

  • Pour les nouveaux conducteurs il faudrait avoir les statistiques d’accident ( avec responsabilité engagée) selon l’auto école qui a enseigné : cela donnerait une indication pour améliorer le système d’enseignement. Pour ma part ( j’ai fait environ 2 millions de km ) je considère que la formation actuelle est beaucoup trop scolaire et très incomplète ( on n’apprend pas les freinages d’urgence, le rôle de pneus usés irrégulièrement,à évaluer les risques et s’y adapter etc…). l’objectif devrait être d’éviter tout accident plutôt que d’appendre par cœur des leçons. L’enseignement est à améliorer et il faudrait une saine émulation entre autos écoles.Les centres auto qui font des stages de plus ou moins longues durées devraient être impliquées davantage dans le cursus.

    • Vous avais raison visor mais la formation coûtèrer encore plus cher il faudrait plus de temps donc plus d argent il faut minimum 30 heures de conduite pour arriver au nivaux du permis de conduire

  • Ça serait mentir de dire que mes élèves ne m’énervent jamais, mais la plupart reviennent me voir après l’obtention du permis, pour me montrer comme ils sont fiers de leur voiture ou m’offrir des chocolats en remerciement !
    M’enfin … à la vue des nombreux arguments, je comprends tellement de choses …

    Personnellement, il m’arrive d’inclure le freinage d’urgence dans la formation, surtout pour les élèves qui ont peur du frein
    La finalité de mon métier est d’améliorer la sécurité, et ça ne passe pas par un apprentissage de « petit singe  » comme j’appelle ça, mais plutôt par la compréhension des dangers à agir de telle ou telle façon en voiture, et de comprendre les situations qui pourraient les emmener en situations d’accidents ou de presqu’ accident.
    Comprendre les dangers, les influences de notre entourage et les pressions de la société !

  • Alors je suis stupéfaite de vos commentaires et de cet article qui n’amène et n’annonce rien de nouveau. Les auto-école ci, les auto-école ça mais saviez vous qu’il n’est pas obligatoire de s’inscrire dans un établissement de la conduite pour passer son permis?
    Et oui, vous équipez votre véhicule perso des doubles commandes (pédales, rétros et pavé électrique) qui doit avoir moins de 6 ans vous allez en préfecture pour déposer votre dossier avec une demande de place d’examen de code en candidat libre dès l’obtention de votre examen de code hop re préf pour la conduite et vous vous présentez avec une attestation d’assurance spéciale pour le jour de votre examen de conduite et voilà vous avez votre permis sans contrainte, sans argent dépensé dans une auto-école. Ah oui, j’oubliais en candidat libre il faut entre 12 et 18 mois pour avoir une place de code et presque autant pour la conduite. Si vous obtenez vos examens du premier coup impec pas de souci mais si vous échouez alors là c une histoire de « démerdez tout seul » et surtout ayez beaucoup de patience. Voilà alors on a toujours le choix et surtout de bien choisir son auto-école qui ne sont pas toutes des ramasseurs de fric il y en a qui se défoncent pour leurs élèves et surtout qui instaurent un climat de confiance pour la réussite de ces derniers. Je suis enseignante depuis près de 20 ans patronne depuis 10 ans et si les élèves sont plus « empotés » les moniteurs le sont aussi. Je reste motivée et disponible pour mes employés et élèves pour les aider en toutes circonstances.

  • Bonjour,
    Permettez moi de me poser nombre de questions quant à cet article.

    Tout d’abord, vous qui faites l’éloge d’une start-up comme celle décrite dans votre article, avez-vous des liens particuliers avec celle-ci? Vous ne parlez que d’elle alors qu’il en existe déjà d’autre. Peut-être votre intérêt est moindre pour les autres…

    Vous nous ventez, dans chacune de vos interventions, le modèle anglais… Est-il vraiment meilleur? Je me permets d’ailleurs de préciser que l’examen du code de la route est payant et celui de la conduite aussi ET que ce dernier est effectuer par un moniteur, et non un inspecteur. Et je ne critique pas pour autant le travail des inspecteurs du permis de conduire. (Je préfère préciser…)

    Dans le nord le délai d’attente entre deux passage est très loin de ce que vous décrivez comme étant monnaie courante; il est de 1 mois et demi.
    Vous nous parlez ENCORE une fois de monopole des auto-écoles alors qu’il n’y en a pas! Il y a aussi la filière libre.
    Comme je vous l’ai indiqué lors de notre entretien téléphonique, un moniteur indépendant ne pourra pas vivre correctement de son activité pour des raisons simples de charges, de coût de la vie, de coût de véhicule et de son entretien, etc…
    De plus, l’émergence de moniteurs « indépendants », si toute fois c’était vraiment le cas, entraînera une dérive logique, pour pouvoir vivre correctement, à savoir les heures au « black ».

    Vous nous parlez de formation imparfaite… En quoi est-elle imparfaite? Puisque vous lancez cette accusation, il faudrait peut-être l’étayer d’exemple, ou mieux, de démonstration. Le taux d’échec de 41%? Je ne peux que vous conseiller de contacter Mr Hoareau qui saura très bien vous expliquer la raison de celui-ci qui n’a pas changé depuis plus de 30 ans. Donc tous les moniteurs sur le marché depuis ce temps là sont médiocre, incompétents ou « imparfait »? Je me permet donc de vous relancer l’invitation de monter dans une voiture auto-école avec un moniteur pendant plusieurs jours pour voir s’il est vraiment incompétent.

    Je ne connais rien en journalisme donc je ne me permettrai pas de critiquer votre travail au grand public, malgré ce que je peux penser. Par conséquent JAMAIS je ne me permettrai de proposer des réformes sur votre profession.

    Je suis le premier à dire qu’il faut effectivement réformer la profession mais il faut le faire avec conscience, professionnalisme, objectivité et connaissance des vrais problèmes.
    Retirer l’agrément, valeur sûre pour le consommateur, ne changera rien aux nombre de places d’examen, et rien non plus au coût du permis de conduire. Sans compter que les démarches administratives pour l’inscription au permis de conduire ne sont pas des plus simples (couleur de l’encre, écriture, papiers à fournir, format de photo…)

    Sur ce, je vous souhaite une bonne route, de la part d’un enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière.

  • * le cout exorbitant est dû aux charges patronale et salariale ainsi qu’a la tva qu’on nous applique en tout et pour tous l’état se sert à presque 45 % sur le prix du forfait le reste des 55 % reste nos charges fixes comme le loyer du local, le leasing de la voiture , le cout du carburant, de l’achat de matériel pédagogique les salaire du moniteur secrétaire et patron reste en bénéfice nette par heure de conduite facturé 40 euros ( oui chez moi c’est 40 ) 2 euros !!!! (sachant qu’encore une fois je paye des impots dessus !!!

    *le nombre de place d’examen ne dépends plus de l’auto école des reformes ont été mises en place pour changer cela cet été . maintenant il faut poser la question à votre auto ecole lors de votre inscription comme le délai en interne entre deux passages en cas d’échec et dès que vous obtenez le code demander votre place de permis et prenez les heures de conduite en fonction de cette date.

    *formation imparfaite ? encore une fois faites le bon choix lors de votre inscription et faites votre enquete de satisfaction !! une auto école c’est comme un bon docteur !!! on n’y va pas en regardant l’annuaire mais en écoutant sa réputation bah les auto école sont pareil !! je procure une formation entre 20 et 25 h de conduite et mon taux de réussite est de 65 %
    maintenant qu’on a défendu mes collègues qui bosse => arretez de toujours nous mettre le dos vos échecs !! si vous ne travaillez pas en lecon n’écoutez pas et n’obéissez pas aux instructions de vos moniteurs n’imaginez pas que l’inspecteurs soit compatissant !! je vous rappels que si vous avez le permis vous serez au volant d’un véhicule d’au moins 1 tonnes et ca fait des dégâts s’il est mal utilisé !!!!!!!!!!!
    *concernant les coef nous aussi on rale depuis des années !!! ca s’améliore on y travaille mais encore une fois c’est pas de la fautes des auto école mais du gouvernement qui ne fait rien il suffirait d’embaucher et de former 250 inspecteurs a travers la france pour combler les délais !!! mais tirons sur les auto écoles c’est mieux !!!!!!!

    maintenant le vrai probleme c’est que vous attendez trop tard pour préparer votre permis !! forcement vous ne possédez pas 1600 euros ( je m’aligne sur paris parce que en province ca peut aller jusqu’à 999 euros). oui d’accord mais votre enfants ou vous même : êtes vous née hier ? n’avez vous pas pu mettre de l’argent de coté ? alors oui vous ne pourrez pas vous offrir pendant un an tous les derniers jeux à la mode ou le dernier iphone !! mais le permis c’est utile et ne se passe qu’une fois !!votre i phone vous le changerez de nouveau dans deux ans pour un prix encore plus exhorbitant !!!!!!
    il existait des aides de pole emploi mais la tricherie et le détournement des bénéficaires ont fait que pole emploi a fermé les robinets !! la fautes aux auto écoles ? non aux bénéficiaires qui ont gaché de l’argent et entravé vos futurs subventions !! et pareil pour le conseil régionale de vos région qui ont subit les méme fraudes!!!

    si vous possédez une complémentaires santé elle doit avoir une aide financière ( pour la plus part ) et sous conditions de ressources elle finances une parties de vos permis !!! nous vous procurons le permis à 1 euro par jour , des facilité de paiement allant parfois jusqu’à 10 x sans frais parce que malgré tout ca nous continuons a faire tout notre possible pour vous aider à acquérir votre autonomie !!

    je suis gérante d’une auto école qui mets en avant la formation et l élèves plutôt que l’argent et le rendement je ne mettez pas dans la même case que les auto école usines…
    nous nous livrons déjà une très forte concurrence entre nous car il n’y a pas monopole car pour dire monopole il faut qu’il n’y est qu’une seule entreprise qui a le droit d’exercer or nous sommes des milliers a travers la france !!! des petites auto école de un ou deux employé qui travaillons 40-42 heures par semaines pour à peine plus que le smic.

    pourquoi nous taper dessus encore et toujours alors que nous travaillons pour votre sécurité sur les routes .
    pourquoi dire encore que nous sommes trop cher a lors que la formation en coute que 2 euros par an sur toute une vie .
    pourquoi nous taper dessus et venir pleurer après avec votre nouvel iphone à la main vos fringues de marque et en nous racontant combien vous avez dépensé en soirée la veille au soir pour aller faire 1/4 de karting ou entrer en boite de nuit et payer 150 euros une bouteille de whisky qui en fait coute 45 !!!

  • Rendre libre l’inscription aux examen! En voila une idée qu’elle est bonne!!! En se renseignant un tout petit peu, Mme Delphine Granier aurait surement pu préciser que l’inscription en candidat libre est déjà possible. Pour ce qui est du prix moyen de la formation, oui 1600€ c’est une somme. MAIS il faut aussi voir l’honnêteté de rajouter que c’est, du moins pour ceux qui font attention, A VIE.Combien va dépenser un ado en téléphones derniers cris?? Surement plus que 1600€. Sa voiture qui va coûter, bien plus cher aussi, ne lui fera pas une éternité non plus. Personne ne trouve rien a redire sur les tarifs des plombiers, entre 40 et 80€ de l’heure, mais payer 50€ en moyenne pour apprendre a conduire est excessif!!!! Il faut arrêter la démagogie et regarder les choses du bon côté. Ce n’est pas le « monopole » des auto-écoles qui fait qu’il n’y a pas assez de places d’examen que je saches. Les auto-écoles, quoi qu’en pense Mme Delphine Granier, ne demandent pas mieux que de pouvoir présenter leurs élèves dès qu’ils sont prêts. Au lieu de crier au scandale du monopole, informez vous un peu mieux sur la réalité de ce qu’il se passe dans les auto-écoles Mme Delphine Granier, et vous verrez que le gain a tout prix n’est pas du tout l’objectif poursuivi par la majorité des gérants. Au lieu de dénigrer une une profession que vous n’avez, de toute évidence, même pas ris la peine de connaitre, attaquez vous au fond du problème: le manque d’inspecteur du permis de conduire et de la SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Car, oui, la réalité des agréments est aussi la sécurité routière: s’assurer que la conduite sera enseignée dans des établissements disposant du minimum nécessaire a un enseignement de qualité. Que penseriez-vous de supprimer le monopole de l’éducation nationale et de permettre a toute personne détentrice du capes de pouvoir enseigner comme bon lui semble, sans respect du programme national? Car la libéralisation sans contrôle mènera inévitablement a des abus qui ne pourront plus être contrôlés puisque plus d’agrément. Un peu de sérieux Mme Delphine Granier, la sécurité sur nos route mérite bien plus que l’ersatz d’article que vous nous avez pondu!!!!!

  • Bonjour,

    J’enseigne la conduite depuis une dizaine d’années et je suis indépendant. Je suis un Libéral convaincu mais certainement pas un idéologue. Normal, j’ai le nez dans le cambouis.
    J’entend et je lis des commentaires tous aussi inexacts les uns autant que les autres.
    Quant aux analyses …. que dire …. les commentateurs savent-ils de quoi ils parlent vraiment ? J’en doute.
    J’aimerai préciser certaines choses :
    1/ Quand vous apprenez à conduire, vous n’achetez pas une cuisine équipée ni même une voiture, bref un bien matériel, mais un savoir et un savoir faire. Comparez cela plutôt à une formation professionnelle. Vous étudiez à l’école hôtelière pour être cuisinier, à la fin vous aurez acquis un savoir et un savoir faire. Pour la vie. Achetez une voiture, il m’étonnerai fort que vous la gardiez toute votre vie. La capacité à conduire si.

    2/ Maintenant divisez le prix de votre voiture par sa durée de vie. Divisez ensuite le coût de votre permis de conduire par rapport à la durée de votre capacité à conduire. Dites moi maintenant si le permis de conduire est cher. Autre argument sur la valeur du permis de conduire. Imaginez qu’il vous soit retiré, vous n’avez plus le droit de conduire. Combien seriez vous prêt à mettre sur la table pour le récupérer immédiatement ? Là est la vraie valeur que vous accorderez à votre permis de conduire.

    3/ J’entend et je lis des informations sur le coût du permis de conduire. 1200, là vous dites 1600€ en moyenne selon les régions. Je rappelle que l’on parle d’enseignement. Et vous devriez savoir que nous ne sommes pas égaux devant l’enseignement. Tout le monde n’a pas eu 18 et maths et 18 en français au BAC. Certains n’ont même pas eu le BAC. Certains n’ont même pas pu accéder au lycée et parmi ceux qui ont eu leur BAC tous n’auront pas la capacité à intégrer les études supérieures. Il en est de même pour le permis de conduire. Certains élèves auront besoin de 30h d’autres 40h, 50h et plus ! J’ai eu un élève récemment à qui il a fallut une 30aine d’heures pour effectuer un démarrage à peu près correct. Mon apprentissage est pourtant le même pour tous !. Les sommes annoncées par les commentateurs savants sont donc inexactes. Seul E.Lechypre sur BFM à tenté un 2000€. Il est le plus proche de la réalité. Certains élèves ont franchi les 3000, 4000, voir plus.

    4/ Vous parlez d’une formation imparfaite : Qu’en savez vous réellement ?Le problème avec les penseurs des think tank et autres théoriciens de la macro économie du genre OFCE est à mon sens la méconnaissance profonde de ce qu’il se passe « en bas ». Vous raisonnez sur des chiffres madame Granier. Sur des chiffres seuls sans prendre des informations auprès des principaux intéressés ne peut pas vous procurer une analyse juste. Le taux de réussite au permis de conduire est faible, la formation est donc imparfaite. Tu parles d’une conclusion à 2 balles. Quelques questions pour améliorer votre analyse madame Granier :
    a) Il y a t-il plus de candidats au permis de conduire à Paris, Lyon, Marseille ou moins par rapport à St Flour, Sélestat, ou Vannes ?
    b) D’après vous est-il plus facile de se confronter à la circulation ? P L M ? ou St Flour, Sélestat ou Vannes?
    c) Est-il plus facile d’aborder la conduite à 16 ou 18 ans ou à 25 28 ans ? Parce que en grande agglomération les élèves passent leur permis plus tard, ils disposent de transports en commun facilement.
    Je me contenterai de ces 3 questions. Une fois que vous y aurez répondu, je suis sur que vous analyserez différemment.
    Dernier point sur le taux de réussite. Pour avoir un taux de réussite plus important au permis, ce n’est pas compliqué. Baissez le niveau de l’examen. Comme au BAC, vous vous rappelez ? 80% de taux de réussite? Voyez le résultat. Le niveau d’exigence au permis a déjà baissé. Mais…. conduire 30mn sans faire de faute éliminatoire… sauriez vous le faire vous-même Mme Granier ? Je prend le pari que non.

    5/ Enfin, et je m’arrêterai à ce 5ème point. La mise en concurrence pour faire baisser les prix. Je rigole. Je le répète, je suis un libéral convaincu, mais pas un idéologue. L’idée d’un site internet, s’inscrire, réserver les heures, choisir son enseignant, payer en ligne etc… cette idée je l’ai eu en 2008. Rien de neuf sous le soleil. Mesdames et Messieurs les penseurs vous devez savoir que vous serez toujours en retard d’un métro sur le peuple. Nous sommes 5 auto-écoles à moins de 5 mn en voiture. Un élève peu choisir son type de structure d’apprentissage, ses horaires disponibles, avoir 1 enseignant ou plusieurs s’il le souhaite, choisir le moins cher ou le plus cher. La concurrence est réelle dans le monde de l’auto-école. De plus avec la crise les associations bizarres pour « les sans dents » travaillent, et à l’occasion demandez aux inspecteurs du permis la qualité proposées par ces associations.
    Enfin, connaissez vous le RSI ? 47% de mon bénéfice part chez le RSI. Me croyez vous crésus ? vous voulez que je gagne encore moins ? Je ne sais pas si mon auto école survivra à 2015. je devrai peut-être licencier ma secrétaire. Je vais adhérer au MLPS pour sauver cette année 2015.
    Le nivellement par le haut, c’est ça la vérité.
    Vous souhaitez niveler par le bas madame Granier.
    Le libéralisme, ce n’est pas ça…. désolé
    Pascal

  • La seule vraie réforme serait-elle aussi de briser le monopole des soit disant Grandes -Zécoles (fait exprès …au cas ou…) et de permettre à tous les citoyens de faire mieux que ces maîtres à penser actuels qui sortent de ces établissement stéréotypés.
    Le service public s’améliorerait tandis que les prix de nos impôts baisseraient mécaniquement aussi.
    livré à la réflexion des tous ????
    Merci de publier courageusement ….
    JM Oviste

  • Bonjour à tous, je pense qu’il faut réfléchir et ne pas dire que tout est à jeter.
    Les écoles de conduite sont des prestataires de services, il y en a des bonnes et d’autres moins bonnes comme chez les médecins, avocats , comptables ect …à vous de choisir, non pas la moins chère mais celle qui offre le plus de garanties et de sérieux, celles qui font par exemple l’effort de prendre une garantie financière ce qui signifie que l’élève est garanti quoi qu’il arrive à l’entreprise.
    Le prix, tout le monde en parle mais personne ne détaille quoi que ce soit :
    Alors oui c’est une entreprise comme une autre et il n’est pas honteux que l’entreprise tire des profits de toute l’organisation qu’elle propose et le confort qu’elle offre de toute la structure qu’elle gère.
    Il faut savoir que sur un permis à 1600€ l’entreprise doit enlever 312€ environ de TVA hé oui l’état ponctionne cette somme exorbitante sur vous !
    Puis le formateur avec ses charges sociales + salaire + charges patronales représente toujours sur le permis de base 500€ à cela il faut ajouter l’assurance + le carburant + plus l’entretien du véhicule + plus les frais de carrosserie.
    Donc on voit bien que 500€ + 312€ (formateur + TVA) ça fait 812€, il reste 800€ ! Pour payer : l’assurance + le carburant + l’entretien du véhicule + les frais de carrosserie et :
    « Est ce trop pour l’accueil sans limite qu’il vous est réservé, les conseils, l’accompagnement, la salle de code ouverte six jours sur sept et 12 mois sur 12 ! les séries de code toujours renouvelées, le matériel de pointe pour la projection ,la mise à disposition d’un formateur encadrant les élèves pendant un minimum de 20h par mois, toutes ces prestations valables un an quand même !
    Il est à noter que les véhicules sont changés tous les ans de sorte à avoir un matériel agréable et en très bon état.
    Je vous laisse vous faire une idée si une fois que l’exploitant de l’école de conduite a payé en plus du décompte ci-dessus ses charges de fonctionnement des locaux pour vous accueillir, son EDF, le téléphone, son loyer, la ou les secrétaires toujours disponibles pour votre écoute , si on peut dire que l’exploitant est un  » voleur » ! .
    Merci pour votre attention.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
SNCF
0
Sauvegarder cet article

Par Simone Wapler.

Le confort de la rente du service public délivré en situation de monopole et de la garantie de l’emploi à vie ne pousse pas à la créativité.

Le contribuable connaît le gouffre SNCF et les dizaines de milliards d’euros de déficits cumulés. Le fabuleux TGV s’exporte aussi mal que notre merveilleux système d’assurance santé et pour les mêmes raisons : à chaque fois, les prospects fuient épouvantés par les coûts. L’usager (terme consacré pour le client captif) subit les méga-pannes (réseau ouest et gare Montparnas... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

Ce lundi 23 novembre, j’ai eu l’occasion de lire l’article de Philippe Lacoude, « Les vaccins de Trump contre le Covid-19. » Je ne reviendrai pas sur les détails techniques, ayant une connaissance limitée du sujet, et n’étant ni financé par les laboratoires, ni par les créateurs du documentaire Hold-Up.

Au cas où l’humour de certains ne se serait pas développé durant leur croissance, ceci est bien évidemment une boutade.

Je souhaiterai cependant aborder un point très intéressant : le fait qu’u... Poursuivre la lecture

par h16

La République est véritablement en Marche et comme ce sont bientôt les élections municipales, elle a décidé de trottiner vers les campagnes et la ruralité où deux problèmes sont véritablement prégnants et où deux ministres se sont donc lancés dans la bataille.

Les deux problèmes ruraux sont de taille. D'un côté, on le sait : à la campagne, les cafés ferment. De l'autre, on le sait aussi : il est devenu impossible de se passer de la voiture, et le permis de conduire y est vu comme le sésame pour une liberté de mouvement e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles