La fiscalité nutritionnelle relève d’un dangereux paternalisme

Le tabac et l’alcool étant déjà fortement taxés en France, il reste une nouvelle tentation pour le gouvernement : la fiscalité nutritionnelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Obésité Fiscalité nutritionnelle CC Flickr Clapagaré

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fiscalité nutritionnelle relève d’un dangereux paternalisme

Publié le 19 octobre 2014
- A +

Par Frédéric Sautet.
Un article de l’Institut économique Molinari

Obésité Fiscalité nutritionnelle CC Flickr  Clapagaré

Le but des taxes sur les vices est de générer davantage de recettes fiscales pour un État surendetté. Une fiscalité nutritionnelle augmenterait les contraintes qui pèsent sur l’économie française sans pour autant générer les effets attendus en termes de santé publique.

Pierre Moscovici a récemment déclaré que le déficit du gouvernement français – revu à 4,4% pour 2014 – était un « problème sérieux ». Un aveu important de la part de l’ancien ministre des Finances, mais qui embarrasse sans doute son successeur qui ne sait comment redresser les comptes publics.

Dans un tel contexte, toutes les sources de recettes sont bonnes à prendre, surtout si elles offrent un bénéfice social. Ce serait le cas des taxes pesant sur les « vices » de comportement des consommateurs. Le tabac et l’alcool (mis à part le vin) sont déjà fortement taxés en France, mais il reste une nouvelle tentation, si l’on peut dire, pour le gouvernement : la fiscalité nutritionnelle.

Cette fiscalité est en croissance dans le monde. La Finlande, la Hongrie et le Mexique, pour ne citer que quelques exemples, taxent les boissons sucrées. La France pour sa part impose un prélèvement de 7,45 €/hl sur les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants ainsi qu’une taxe de 1 €/l sur les boissons énergisantes. Mais d’autres aliments, particulièrement ceux contenant du gras, du sel ou de la caféine, pourraient aussi faire l’objet d’un prélèvement.

C’est en tout cas ce que prônent deux rapports publiés par les sénateurs Daudigny et Deroche et par le professeur Hercberg. Ils mettent en avant les problèmes de santé publique liés à l’accroissement du tour de taille. Le phénomène est mondial, et la France n’est pas épargnée. Les adultes considérés comme obèses y représentent 15% de la population alors qu’ils n’étaient que 8,5% en 1997. La consommation d’aliments jugés de mauvaise qualité nutritionnelle est tenue principalement pour responsable. La solution fiscale aurait le double avantage d’améliorer la santé publique et de générer, de façon inavouée, des recettes fiscales.

Bien qu’attractive, une telle politique serait peu efficace.

Tout d’abord, les causes de l’obésité sont complexes et pas uniquement liées à la pauvreté nutritionnelle des aliments. La hausse du poids est en partie causée par l’accroissement de la valeur du temps, la diminution des travaux pénibles et la baisse du prix de la nourriture depuis les années 1950. De plus, il est faux de penser que les personnes obèses représenteraient un surcoût pour la société. Lorsque les coûts de l’obésité sont mesurés sur la durée de vie entière, les personnes obèses généreraient en fait 12% de coûts en moins que celles de poids normal.

Mais le problème majeur de la fiscalité nutritionnelle est l’estimation faite de son impact sur les comportements. Ainsi, une taxe pourrait générer une forte réponse de la part de ceux qui consomment modérément des graisses saturées sans pour autant réduire la consommation de ceux qui en abusent. En outre, la répercussion des taxes sur les prix de vente est loin d’être assurée. Les producteurs peuvent réduire leur marge, voire modifier les caractéristiques de leurs produits pour réduire le poids des taxes.

De surcroît, les consommateurs cherchent souvent à fuir l’impôt. Lorsque la « fat tax » était en place au Danemark, jusqu’à 48% des Danois allaient faire leurs courses en Allemagne et en Suède. Mais une fiscalité en hausse contribuerait surtout à développer un marché noir, comme c’est maintenant le cas pour le tabac et l’alcool.

Tout aussi problématique pour le législateur sont les réactions de substitution aux prélèvements fiscaux. Les consommateurs pourraient remplacer les aliments taxés par des marques moins chères mais tout aussi pauvres d’un point de vue nutritionnel.

Dans tous les cas, les ménages les plus impécunieux seraient plus affectés par le fardeau fiscal que les ménages plus aisés, car les denrées alimentaires représentent une plus grande proportion de leur budget. Cela semble incohérent au vu des baisses d’impôts et de charges de 3,5 milliards d’euros annoncées dans le pacte de responsabilité et de solidarité !

C’est qu’il faut comprendre que la fiscalité nutritionnelle relève avant tout d’un paternalisme bienveillant qui, pourtant, présente bien des dangers. Ainsi, l’État ignore les solutions qui émergent naturellement, telles que le développement du « food conscious eating » aux États-Unis.

Plus important encore, le législateur fait preuve d’une présomption confondante quant aux effets des aliments dits nutritionnellement pauvres. Il n’est pas certain que les acides gras saturés aient les effets négatifs tant décriés. Un nombre croissant d’études rejette le lien entre ces graisses et les maladies cardio-vasculaires.

Mais ne nous cachons pas la face, le but des taxes sur les vices est de générer plus de recettes fiscales pour un État surendetté. Une fiscalité nutritionnelle – avec des taux minimum de 20%, selon le rapport Hercberg – augmenterait les contraintes qui pèsent sur l’économie française sans pour autant générer les effets attendus en termes de santé publique.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il est évident que l’Etat ne sait plus quoi inventer pour trouver de nouvelles recettes. La cigarette et l’alcool, parlons-en ! Ce sont deux « vices » qui diminuent l’espérance de vie : l’Etat devrait s’en réjouir. Maintenant pour ce qui concerne la malbouffe, un des sujets favoris de mon blog dont certains billets sont publiés par Contrepoints, il serait intéressant de savoir si ces bouffons du genre Hercberg envisagent de taxer les hamburgers et tous les plats précuits industriels genre lasagnes et autres boeuf-miroton servis dans les restaurants parisiens, les barres chocolatées et le Nutella. Pourquoi ne pas taxer aussi les bananes et les pommes de terre : tout le monde sait que ces deux produits contiennent des sucres et favorisent l’augmentation de l’indice pondéral corporel.
    C’est vraiment du grand n’importe quoi !
    Comme le dit si bien H16, ce pays est foutu …
    Dernier billet sur la malbouffe :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/10/10/et-si-on-reparlait-encore-de-malbouffe/

  • De toute façon, quelles que soient les raisons « utilitaristes » qui amélioreraient la santé des hommes, le fait est que ce n’est pas le rôle de l’état de surveiller notre alimentation et de nous punir (ici à travers des taxes) comme si nous étions des enfants irresponsables. Peu importe que nous soyons gros ou maigres, c’est le principe même de l’état qui veut nous éduquer qui est à rejeter.

  • C’est pour notre bien !!!! Toujours l’économie dirigée type soviétique avec ses dérives !!!En plus des recettes
    fiscales on peut orienter la consommation et tout doucement on glisse vers le totalitarisme !!!
    Qui sont ceux qui prétendent tout décider à notre place ???? Quelles sont leurs compétences pour nous imposer dans tous les sens du terme tel type de consommation plutôt qu’un autre ?????
    Quand on voit ce qu’ils font ce ne sont pourtant pas des surhommes !!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

En règle générale, on peut connaitre l’idée globale d’une loi aux États-Unis à son titre.

Dans la (quasi) totalité des cas, il indique ce que la loi ne fera pas. Le Patriot Act, par exemple, était tout sauf patriotique, il a augmenté la main de fer de Big Brother comme jamais auparavant et a normalisé le harcèlement sexuel (et le voyeurisme) pour prendre l’avion.

Idem avec la loi récemment adoptée pour « combattre » l’inflation. Votre main à couper qu’elle fera tout sauf ça – même ses défenseurs sont incapables de défendre ce po... Poursuivre la lecture

La redistribution des ressources ou des revenus est généralement considérée comme l’une des activités essentielles de l’État et on prétend même souvent que l’existence d’un État est justifiée précisément par sa capacité à établir une égalisation des ressources ou des revenus entre les individus ou entre les familles. Très récemment, il a été suggéré que l’État français intervienne pour que les revenus de certaines personnes deviennent égaux à ceux d’autrui.

 

Si l’égalité entre les personnes (ou les familles, ou les membres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles