Regards sur la liberté, le meilleur de Contrepoints

Contrepoints a le plaisir de vous présenter pour la troisième fois une sélection sur papier de ses meilleurs textes parus en ligne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
regards sur la liberté - banner article

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Regards sur la liberté, le meilleur de Contrepoints

Publié le 19 octobre 2014
- A +

Contrepoints a le plaisir de vous présenter pour la troisième fois une sélection sur papier de ses meilleurs textes parus en ligne.

regards sur la liberté - banner article

Ce nouvel opus, baptisé « regards sur la liberté », tente de rendre la variété de ton (du billet d’humeur, à l’argumentaire dense et rigoureux en passant par l’humour), la diversité de courants (de l’anarcho-capitalisme au libéralisme classique, du libéral de gauche au libéral conservateur) et l’étendue des domaines d’analyse qui font, chers lecteurs, que vous appréciez quotidiennement votre journal en ligne.

Pour être plus descriptif, « regards sur la liberté » vous permettra de découvrir pour 16,90 euros (tous frais compris) sur 254 pages 35 articles (il s’agit bien du nombre de pages exclusivement consacrées aux articles) répartis en 7 rubriques que l’on peut regrouper comme suit, en trois grands ensembles :

Les trois premières rubriques « regards sur le monde » (actualité internationale), « regards sur les politiques publiques » (actualité politique française), mais aussi la rubrique « hommages », dont on aurait préféré qu’elle ne fût pas nécessaire, sont celles dont le lien avec l’actualité de l’année est le plus fort. Les textes qui les composent n’auraient pu être écrits à un autre moment tant ils sont liés à l’événement qu’ils relatent. Ce sont eux dont le lecteur, s’il ouvrait « regards sur la liberté » après de longues années pourrait se dire « c’est de cela que l’on parlait en 2014 ? ».

Les deux rubriques suivantes (économie d’un côté, science et technologie de l’autre) traitent de problématiques moins immédiatement contemporaines, de tendances plus que d’événements. Aussi avons-nous souhaité leur conférer une certaine unité thématique : la rubrique économie traite des divers aspects de la crise qui a commencé par frapper le système bancaire et financier américain en 2007-2008 avant de se muer en une crise budgétaire européenne loin d’être achevée, tandis que la question des choix énergétiques domine la rubrique « science et technologie ».

Les dernières rubriques sont les plus distanciées. Du haut de leur promontoire, l’écume des événements n’en atteint pas les auteurs, capables de jeter un œil sur le passé pour parler du présent, d’observer le monde pour parler de la France, de considérer les choses sous l’angle de la longue durée pour réfléchir à notre avenir. Ce sont les rubriques « culture », où l’histoire le dispute à la science ou à la philosophie politique et la rubrique « regards sur notre temps » qu’il sera plus aisé de vous laisser découvrir que de décrire, mais qui recèle néanmoins, croyons-nous, une vraie unité thématique.

Regards sur la libertéNous pensons avoir ainsi respecté l’identité de Contrepoints et illustré le talent de ses auteurs. L’essentiel est ailleurs cependant. L’essentiel est que si vous lisez ces lignes, « regards sur la liberté » est fait pour vous.

« Regards sur la liberté » est fait pour vous car si vous êtes, en même temps qu’un lecteur fidèle un grand sentimental, « regards sur la liberté » vous permettra de témoigner par une preuve matérielle et tangible de l’attachement que vous avez pour Contrepoints quand une page web disparait aussi vite qu’un clic de souris.

Mais si vous êtes un de ces soldats acharnés de la liberté qui ne manque jamais une occasion de lutter contre l’hydre socialiste dans des discussions âpres et enflammées initiées à chaque fois qu’une parole, prononcée peut-être sans intention polémique, traduit chez son auteur l’adhésion à l’étatisme abhorré, si vous êtes de ceux qui rêvent (sans succès pour le moment : vous n’aviez pas les bons outils !) à la conversion de la brebis égarée, « regards sur la liberté » est toujours fait pour vous ! Il vous fournira à maints endroits, en un format accessible, les arguments imparables qui vous permettront de confondre l’incompétence et de réduire au mutisme voire au ridicule (il l’a mérité et c’est pour son bien !) l’ignoble complice du Leviathan auquel vous ne manquerez pas d’être opposé lors d’un dîner en ville ou d’une réunion de famille.

Si au contraire, vous êtes de ces esprits rigoureux qui récusent comme incompatible avec l’indépendance d’esprit qui leur est chère, toute forme d’attachement à un journal quel qu’il soit, si, refusant d’être l’esclave d’aucune idéologie, vous souhaitez examiner chaque vérité pour elle-même, « regards sur la liberté » est encore fait pour vous. Vous y trouverez des analyses d’une grande densité qui ne pourront que selon le stade de développement où elles se trouvent faire naitre ou compléter votre réflexion sur un grand nombre de sujets (nous n’avons pas la prétention de l’achever).

Si vous êtes socialiste, « regards sur la liberté » est plus que jamais fait pour vous car vous pourrez prouver à vos amis qui en doutent encore que les ultraturbonéolibéraux sont réellement bien pires qu’on ne le pense ou…d’en priver un libéral !

Si la philosophie politique vous rebute, si vous n’entendez rien aux questions qu’elle pose et aux réponses qu’elle donne, si le monde peut s’écrouler tant qu’il vous permet de mener votre petite vie tranquille, « regards sur la liberté » est décidément fait pour vous : il vous permettra de briller en ville et -peut-être ?- d’impressionner les personnes du sexe opposé…

Par avance, bonne lecture !

Commander l’ouvrage :


Pays de livraison



Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Belle initiative. En ebook se serait bien .. aussi ….

  • L’ouvrage est sûrement très intéressant, mais si l’image illustrant l’article est correcte, vous devriez vous faire aider par quelqu’un avec des notions de mise en page et de typographie pour la couverture, celle là fait assez « cheap » malgré un joli tableau.

    Je suis graphiste de profession et je suis prêt à me porter volontaire si besoin.

    Je sais bien qu’on ne juge pas un livre à sa couverture, mais l’Homme est faillible…

  • de qui est la couv ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Salon de l’agriculture s'est ouvert à Paris le 24 février. Nous sommes dans l’attente des réponses que le gouvernement va donner aux agriculteurs, suite à la révolte qui a éclaté dans ce secteur en janvier dernier. Pour la déclencher, il a suffi d’une simple augmentation du prix du GNR, le gas-oil utilisé pour leurs exploitations, et elle a embrasé subitement toute la France.

Tous les syndicats agricoles se sont entendus pour mobiliser leurs troupes, et des quatre coins du pays, des milliers de tracteurs ont afflué vers Paris pour t... Poursuivre la lecture

Aurélien Duchêne est consultant géopolitique et défense et chroniqueur pour la chaîne LCI, et chargé d'études pour Euro Créative. Auteur de Russie : la prochaine surprise stratégique ? (2021, rééd. Librinova, 2022), il a précocement développé l’hypothèse d’une prochaine invasion de l’Ukraine par la Russie, à une période où ce risque n’était pas encore pris au sérieux dans le débat public. Grand entretien pour Contrepoints par Loup Viallet, rédacteur en chef.

 

Que représentent les pays baltes pour la Russie de Poutine ?

Aur... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale, Gabriel Attal a annoncé deux milliards d’euros de baisses d’impôts pour les classes moyennes, financées par la solidarité nationale.

En langage courant, cela signifie payé par les riches. Les classes moyennes ne devraient pas se réjouir trop tôt : François Hollande avait déjà opéré ce type de transfert fiscal au début de son quinquennat et pour lui, être riche commençait à 4000 euros par mois. Le jeune Gabriel Attal était à cette époque membre du cabinet de Marisol Touraine. Le fruit ne tombe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles