Voyage au pays de la décroissance

Les théoriciens de la décroissance ont du monde une vision assez grossière et matérialiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
décroissance rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voyage au pays de la décroissance

Publié le 13 octobre 2014
- A +

Par Nafy-Nathalie D.

décroissance CC Flickr Colectivo Desazkundea (Decrecimiento)Il y a quelques jours le rapport du WWF est sorti et a été relayé sur tous les supports possibles avec une note alarmiste qui m’a fait froid dans le dos.

Je me suis rappelée les dernières prévisions alarmistes non concrétisées de cet organisme il y a quelques années et je me suis demandée pourquoi cette fois-ci ils pourraient avoir raison. Je me suis donc penchée sur leur site et j’ai trouvé le fameux rapport. Je l’ai décortiqué de même que les précédents avec attention, ne me contentant pas du résumé généreusement mis à disposition sur leur site pour les paresseux. Et j’ai trouvé étrange qu’autant de bruits soit fait autour de la variation d’un indice qui ne peut pas être juste puisque la base de calcul n’a pas cessé de se modifier. C’est comme calculer l’augmentation du prix des légumes en prenant le prix de départ des carottes il y a 40 ans et celui des carottes et radis aujourd’hui. Cela n’aurait aucun sens. Par ailleurs, et de leur propre aveu, cet indice manquait de fiabilité il y a deux ans. Que dire de l’indice d’il y a 40 ans alors ?

Mais ce qui importait, davantage que ce problème de crédibilité, était que la fin de l’humanité serait pour bientôt et que nous en serions responsables. Il était temps d’ouvrir les yeux et de changer de comportement. Et l’information était diffusée dans tous les médias. Pleine de culpabilité, j’ai donc décidé de ranger mon optimisme légendaire dans un tiroir fermé à clef et de partir quelques jours visiter le Pays de la décroissance, histoire de comprendre ce qu’il s’y passait. J’aurais aimé dire que le voyage a été heureux mais cela n’a pas été le cas. Au contraire, il a été dangereux et noir. Ce que j’ai lu m’a chamboulée drôlement, me faisant perdre pas mal de mes repères pendant un moment, un moment seulement.

 

L’idée généralement reprise partout est assez simple finalement : le libéralisme est le pire de tous les maux. Il amène à vouloir une croissance infinie dans un monde fini. Il semble évident que si nous continuons comme ça, nous détruirons la planète et nous crèverons tous en nous entredéchirant du fait du manque de ressources.

Deux tendances se dégagent ensuite de tout cela.

La plus pessimiste est qu’il est trop tard pour faire quoi que ce soit. Les adeptes de ce genre sont d’un pessimisme joyeux. Ils ne cherchent pas à convaincre parce qu’ils sont persuadés que rien ne peut être changé. Ils veulent juste examiner l’évolution du déclin et étudier comment survivre le mieux possible dans un univers proche de Mad Max en apprenant à faire du feu, à cultiver, à se soigner par les plantes…

La plus optimiste consiste à dire que l’on peut encore se sauver en partie. Pour cela, il convient de pratiquer une politique de la décroissance. Mais le problème de cette politique est qu’elle n’est pas facilement praticable, l’Homme étant trop stupide et concentré sur son propre profit ne pourra pas la comprendre.

La solution est donc de mettre en place au niveau mondial un fascisme écologique qui saura faire plier les résistances.

N’importe qui de censé en lisant cela partirait dans un grand éclat de rire. Mad Max, une dictature mondiale… cela a un relent de science fiction assez drôle. Mais en fait, on ne rit pas vraiment. On peut repenser à Tchernobyl ou la mer d’Aral par exemple et se dire que ces bien-pensants n’ont tiré aucune leçon de l’histoire et du danger que représente pour l’environnement une contrainte fasciste. Cela a un côté effrayant. Puis cela peut faire le lit de mouvements sectaires qui embrigadent les personnes terrifiées.

On ne rit pas, aussi parce qu’à l’appui de leurs théories, les amoureux de la fin du monde nous sortent des statistiques, des études scientifiques et des savants avec des pédigrees plus longs que le bras qui en arrivent à parfois comparer l’Homme à un cancer qu’il faut éradiquer tout en nous expliquant à quel point nous sommes criminels au quotidien et comme le progrès est la source de tous les maux.

Ils nous expliquent cela à l’aide de belles théories qui, si elles sont belles, ont toutefois la propriété de n’être que cela justement : des théories non testées scientifiquement dans la réalité ne se vérifiant quasiment jamais de surcroît. Et on se laisse convaincre en un instant si on ne prend pas la peine de vérifier tout ce qui est dit. Et même après vérification, le trouble persiste car l’on se trouve prisonnier de certaines choses vraies mais de conclusions que l’on pressent pourtant inexactes, la plupart d’entre nous manquant de connaissances pour les réfuter.

En fait, ces théoriciens prospèrent à partir d’un problème de mise en perspective assez simple si on met le doigt dessus.

Je prends un exemple :

  • les lapins ne portent pas de lunettes.
  • les lapins mangent des carottes.

J’en déduis que les carottes sont bonnes pour la vue, ce qui n’a pas de sens. Les deux constatations sont vraies mais la mise en perspective de ces deux vérités est fausse.

Ainsi, les théoriciens de la décroissance ont du monde une vision assez grossière et matérialiste qui part de réalités mais aboutit à des conclusions fausses. Hormis le fait que la décroissance aurait pour victimes d’abord les plus pauvres, elle est fondée sur des postulats douteux.

décroissance rené le honzecEn effet, la croissance n’est pas toujours porteuse de la hausse de la consommation. Un service, par exemple, peut créer de la croissance sans pourtant entraîner une consommation d’énergie. De même au quotidien, une innovation efficace peut également créer de la croissance en diminuant la quantité d’énergie consommée. L’économie du recyclage par exemple n’est pas parfaite mais elle est perfectible. Elle se développe, s’améliore constamment, crée de la croissance en consommant moins.

Des pays en ont fait la base de leur économie. Ainsi la Suède par exemple, à force de recycler, se retrouve à importer ses déchets. Et nous, au quotidien, nous en bénéficions en permanence. Il suffit de prendre l’exemple de la fibre polaire. Je prendrai également deux autres exemples qui seront peut-être plus frappants. Il y a celui de l’automobile et celui du lave-linge. Avec le progrès, nous avons réussi à conserver le même service en le payant moins cher, en polluant moins et en consommant de moins en moins d’énergie tout en créant de l’emploi et donc de la croissance.

 

Dans les groupes facebook où j’ai circulé, j’ai exposé ce point de vue à mes amis « écofascistes » avec des chiffres et de solides arguments à l’appui. Ils m’ont rétorqué la bouche en cœur que j’avais raison mais que cela ne comptait pas. Le vrai problème n’est pas de diminuer la pollution ou de consommer moins. L’objectif est de changer radicalement la société et dans ce but de modifier radicalement le comportement des hommes, ces nuisibles soucieux de leur bien-être, les reprogrammer autrement, y compris par la force, en les faisant revenir à un âge qui ressemble à s’y méprendre à l’âge de pierre. Bon, effectivement dans ce cas, la réalité des choses est sans intérêt.

Quant à la nature qu’il faut sauvegarder à tout prix dans l’état où elle se trouvait, c’est une drôle d’idée contraire à toutes les réalités. Jamais la nature n’a jamais été quelque chose qui devait rester stable. Elle est en perpétuel mouvement. Tout n’est pas blanc ou noir. Si l’homme peut avoir un impact parfois négatif sur l’environnement, il peut être aussi garant de sa biodiversité et de sa sauvegarde.

Par ailleurs, comment peut-on décider de placer les droits les plus élémentaires de l’Homme après ceux de l’animal ? Pourquoi protéger une nature au nom de la sauvegarde d’une humanité que l’on ne respecte pas ? Régulièrement la question revient sur le tapis ne serait-ce qu’en France quand on décide de réintroduire des ours ou des loups au milieu de territoires occupés par les hommes en méprisant les dégâts que ces derniers peuvent leur faire subir.

Mais parfois les conséquences peuvent être plus dramatiques. Ainsi je repense notamment à la chasse aux phoques au Canada. Les phoques sont essentiels pour l’économie inuit, que ce soit pour leur viande, leur fourrure ou les produits dérivés. Les produits de cette chasse alimentent l’économie de nombreuses petites villes canadiennes côtières et isolées. Suite à la barbarie des images de cette chasse, l’OMC décide en 2013 de maintenir l’embargo datant de 2010 de l’Union européenne sur les produits dérivés du phoque. Je ne remets pas en cause la cruauté de certaines techniques de chasse inacceptables, et le gouvernement canadien en en prenant conscience a durci sa législation afin de les éliminer. Ainsi en 2005, 98,5 % des phoques abattus l’ont été conformément au règlement sur les mammifères marins. Mais alors même que ceci représente plus de 60 % des parts de marché, sanctionner ainsi la chasse commerciale, respectueuse de la législation, c’est aussi bouleverser totalement les régions qui en vivent en amenant des taux de chômage équivalant à 60 % dans des zones isolées et dépourvues d’autres activités. Et comment expliquer à ces populations, qu’installées bien au chaud dans des fauteuils confortables en Europe, des personnes, qui ont l’arrogance d’admettre que l’on puisse élever des animaux en masse dans des batteries industrielles et construire des usines pour les abattre, supprimer leur moyen d’existence, les empêcher de nourrir leurs familles, éduquer leurs enfants convenablement, de se soigner ?

 

Enfin, contrairement à l’idée répandue partout, le libéralisme n’est pas opposé à l’écologie. Il préconise une économie et une utilisation judicieuse des ressources. Et de ce fait, au contraire, il est très soucieux de la protection de l’environnement dont il considère que les problèmes proviennent en partie de l’État qui déresponsabilise le citoyen par des lois ne protégeant pas le droit de propriété et permettant l’immunité aux pollueurs. On évoque la liberté en oubliant que pour être réelle elle doit aller de concert avec la responsabilité. De ce fait, on essaie de régler les problèmes à coups de lois qui s’entrechoquent et paralysent les victimes tout en permettant aux autres tous les abus.

Ainsi, par exemple, si les recours (associations de consommateurs, malades…) contre les responsables de la pollution aboutissaient et que l’on pouvait les faire condamner lourdement, il est fort à parier qu’ils se sentiraient enfin responsables et que les choses seraient différentes.

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • Ils ont trouvé un modèle : la Grance…

  • J’aime bien votre image des « amis Facebook ecofascistes ». J’avoue que c’est une réussite magnifique, ç’est jubilatoire: pour une fois on n’aura pas besoin de fusils, de prison et de répression pour faire accepter aux gens qu’ils vont vivre moins bien, sans espoir d’amélioration et dans une précarité de plus en plus importante !!! Par contre votre laïus sur les animaux on peu continuer à les exploiter sans remords car l’humanité le fait depuis des millénaires est aussi absurde que leurs théories ridicules sur la décroissance et le retour à la nature.

  • Nafy-Nathalie Diop
    13 octobre 2014 at 10 h 03 min

    @Caroline : il faut me lire c’est chouette mais me comprendre c’est mieux !
    Je n’ai jamais dit que l’on pouvait continuer à les exploiter sans remords.
    J’ai juste dit que l’on ne pouvait pas considérer que la vie animale était supérieure à la vie humaine.

    • Voila donc votre fausse interprétation, votre excuse divine, vous prétendez défendre l’homme. Mais encore une fois c’est un sentiment de persécution, voyez la société d’aujourd’hui, l’homme est loin de se considérer tel que vous pensez qu’il l’est.

      • Nafy-Nathalie Diop
        14 octobre 2014 at 11 h 58 min

        Vous savez souvent tout est dans le regard de celui qui regarde.
        On peut faire le choix de voir le verre à moitié vide (les pessimistes) ou à moitié plein (les optimistes) ou encore totalement plein d’air et d’eau (les Nafyistes … 😉 ).

  • On en reparle après la prochaine crise du capitalisme.

  • je pige pas les écologistes. le parti eelv (comme le reste des partis écologistes d’europe) est économiquement très keynésien. ils sont illogiques car l’ incitation à consommer à tout prix est keynésienne et social-démocrate . les keynésiens si ils sont logiques avec leur théorie devrait être les premiers à se réjouir de l’obsolescence programmée. donc les écologistes, s’ils étaient logique avec eux même ils devraient être favorable à l’obsolescence programmée et la surconsommation. pour rappel, la surconsommation est clairement un pur produit de la social démocratie, cela s’est développé avec le modèle social démocrate. http://www.contrepoints.org/2012/11/29/106085-revenir-a-la-sobriete-originelle-du-liberalisme

  • voila un exemple de la propagande de ces écolos-fascistes : https://www.youtube.com/watch?v=a0J2gj80EVI

    C’est un ramassis de n’importe quoi, comme l’a admirablement démontré l’auteure de cet article. merci à vous!

  • Je ne trouve pas cet article très construit, voir simpliste… Je m’explique:
    1. L’auteur s’appuie sur une expérience facebook, c’est un peu comme avoir une information complète dans un JT de Jean Pierre Pernod.
    2. Parler de personnes en utilisant le mot fasciste, y’a pas plus simple pour décrédibiliser des personnes sans avoir à apporter de vrais arguments.
    3. Confondre les théories d’Eelv ou encore celles des survivalistes avec celles du mouvement décroissant, c’est un peu comme confondre communisme et capitalisme.
    4. Dire que l’humain n’est pas au centre de ce mouvement, alors qu’il prône une augmentation des liens entre les Hommes (la décroissance n’est pas le mouvement Vegan)
    Je n’ai soulevé que quatre points, mais ils suffisent à souligner UN élément essentiel pour tout auteur d’article, il faut creuser son sujet et vérifier ses sources pour paraitre crédible.

    • Nafy-Nathalie Diop
      14 octobre 2014 at 8 h 16 min

      1- J’ai aussi été voir dans les associations comment cela se passait, rencontré les gens de visu et discuté avec eux sur place.
      Et sans doute vous ne le savez pas mais toute entreprise, groupe, association, parti … a maintenant un relai sur FB dans lequel les membres ou sympatisants peuvent échanger gaiement.
      2- C’est votre opinion.
      J’ai mis toutefois un lien pour appuyer mon argument mais c’est vrai que je n’en ai mis qu’un seul.
      Cet article n’étant pas dans une revue scientifique, je n’ai pas vu l’utilité de dérouler la liste des livres et blogs des papes auxquels tous ces groupes font référence.
      Quand on m’explique que pour sauver l’humanité, il convient de mettre en place un gouvernement mondial unique pour imposer à tous une gestion de l’environnement selon ce que l’on a décidé en revendiquant de supprimer les libertés individuelles. Je trouve que c’est fasciste, totalitariste et j’en passe.
      3- Ah vous retrouvez dans les extrêmes dont je parle les théories d’Eelv alors que je n’y ai même pas fait allusion une seule fois ? Intéressant ça !!! Passionnant même ! Sourire.
      4- La quête de pouvoir est au centre de ces mouvements extrêmes plus que l’humain.
      Attention, je ne parle pas des pessimistes joyeux qui eux n’ont pas envie de pouvoir pour le moment tout au moins. Ils constatent que la fin du monde est inéluctable.
      Je pense à ceux qui croient à la fin du monde et pensent que l’on peut changer les choses. Ceux-là veulent le pouvoir à tous prix, le confisquer, supprimer les libertés individuelles pour amener tout le monde et à coup de pied dans le cul s’il le faut vers leur voix, LA voix.
      L’humain est un prétexte à cette quête.

      Que rajouter ?
      Bonne journée à vous aussi.
      Merci du sourire que vous me procurez de si bon matin !

  • Je crois que vous avez bien mal lu et écouter les démarches des « objecteurs de croissance ». Discuter avec une ou deux personnes adepte de la décroissance ne vous permet pas d’en faire des généralités.
    Les principaux mouvements de la décroissance ne souhaitent pas la mise en place d’un gouvernement mondial ecofasciste. C’est plutôt si le virage vers une économie de décroissance n’est pas pris volontairement, la décroissance sera de fait subit et pourra dégénérer vers des dictatures.

    Approfondissez un peu plus vos lectures sur le sujet et vous éviterez de sortir les idées reçus que l’on lit partout dans les grands médias à propos de ce mouvement pour le dénigrer alors qu’il pose de bonnes questions et propose des idées originales même si effectivement il n’a pas forcement toutes les réponses.

    Par ailleurs, concernant la possibilité de découplage de la consommation de biens et de services et tout simplement de la croissance économique par rapport à la consommation d’énergie, il s’agit tout simplement d’une fable. Toute croissance économique entraine une croissance de la consommation d’énergie. Certes cette croissance de la consommation d’énergie crois moins vite grâce à l’amélioration de l’efficacité énergétique des processus de production.
    Mais Par exemple, l’amélioration d’efficacité énergétique d’une automobile est avéré et pourtant l’ensemble de la consommation des véhicules n’a fait qu’augmenter… (effet rebond).
    Ce texte est donc tout sauf objectif sur les sujets abordés et particulièrement sur ce que penserais les soit disant décroissants.

    • Nafy-Nathalie Diop
      14 octobre 2014 at 11 h 28 min

      Encore une fois, je ne parle que des extrêmes. Je ne généralise pas.
      C’est vraiment sympa de me lire et de commenter mais c’est bien aussi de me comprendre et d’arrêter de projeter dans mon article des opinions qui n’y sont pas.

      J’apprécie au passage, l’argument de poids … vous n’êtes pas d’accord donc vous n’avez pas lu correctement.
      Ca ressemble à s’y méprendre à ce que l’on a pas cessé de me sortir durant ces quelques semaines où j’ai fréquenté ces groupes.
      Je venais en visiteuse pour comprendre sans à priori.
      J’ai lu tout ce que l’on m’a donné à lire, fouillé le net et appris.
      Cela ne m’a pas empêché de n’être pas d’accord et de le dire.
      On m’a expliqué pourtant, tout le temps, que j’allais finir par adhérer à la Cause parce que « j’étais intelligente et que j’avais une grande ouverture d’esprit », … ce qui, hormis l’arrogance du propos, est juste une manque de tolérance et de respect de la liberté de penser des autres couplé d’une tentative de manipulation grossière et simpliste.
      Ceux qui pensent différemment sont, avant tout, des personnes qui ne sont pas d’accord.
      Elles ne sont pas forcément des personnes manquant d’intelligence ou d’ouverture d’esprit.

      Pour la fable, je veux bien entendre ce que vous dites.
      On pourrait parler de services d’aide à la personne (aide à domicile, …) mais je vais prendre un exemple personnel.
      J’ai le bonheur d’avoir deux bergers adorables à la maison.
      Parfois, je les confie à une entreprise de dog sitter comme cela se développe de plus en plus.
      Expliquez moi comment ce service par exemple, qui amène de la croissance, serait également productif de consommation d’énergie.
      On pourrait aussi parler des activités de service informatique (maintenance), sécurité (bâtiments), tout ce qui touche à l’éducation/formation …
      Si vous y arrivez on approfondira avec grand plaisir, sinon, merci de votre commentaire.

      • C’est bien de parler des extrêmes des décroissants, comme vous dites mais cela desserte une démarche d’objection de croissance qui ne mérite pas une telle caricature. D’où ma remarque tout à fait justifié !
        Vous gagnerais à brosser un panel plus large et représentatif qui vous éviterez de vous épancher si facilement sur ces démarches, comme je le répète, le fond de manière grossière les grands médias qui on l’art de faire passer des vessies pour des lanternes.

        Sur le fait que vous puissiez penser autrement sans forcement être idiote, je l’espère car sinon on serait vraiment cernés vu que les objecteurs de croissance malgré des questionnements légitimes restent minoritaires.

        Enfin sur le service. Ils se trouvent mais j’avoue qu’on en a pas toujours conscience qu’un service qui peut sembler immatériel et donc sans conso d’energie, s’appuie en réalité sur un cadre matériel bien présent. (locaux, déplacement, matériels, etc…).
        C’est un peu comme l’avènement de la dématérialisation qui devrait faire réduire les consommations de papiers et qui en fait n’a entrainé jusqu’ici qu’une croissance de sa consommation…

        • Nafy-Nathalie Diop
          14 octobre 2014 at 17 h 36 min

          Excellent !!! Sourire.
          Tiens je ne voyais pas la consommation d’énergie sur ce plan-là.

          Mais en vous y suivant, vous avez raison, et je dirais même plus que toute activité humaine est nuisible puisque consommatrice d’énergie, ne serait-ce que taper sur un ordinateur (dont la production et l’utilisation consomment aussi de l’énergie).
          C’est sans doute cela que soulignaient mes amis éco fascistes amateurs de la décroissance, mes adorables théoriciens d’un nouvel ordre mondial écologique, quand ils m’expliquaient qu’il fallait faire revenir l’homme à l’âge de pierre !!! 😉

          • Encore une vision caricatural.
            Bien sur que toute activité humaine génère des nuisances, des pollutions, à différents degrés bien sur !
            Le reconnaitre cela ne veux pas dire revenir à l’age de pierre.
            Au contraire, le reconnaitre, permet ensuite de faire de la politique au premier sens du terme, c’est à dire faire des choix en fonction d’objectifs que l’on se fixe.
            Le vélo en ville génère moins de nuisances, de pollution et est plus économique que la voiture en ville etc.. Pour autant le vélo n’est pas non plus neutre vis à vis de l’environnement mais diablement moins nuisible que la voiture. Il est donc évident (si l’on souhaite réduire les pollutions et les nuisances en ville pour un mieux vivre ensemble) qu’il faut favoriser l’essor du vélo en ville et contraindre l’usage de la voiture.
            Voici un exemple parmi tant d’autres.

            • Nafy-Nathalie Diop
              27 octobre 2014 at 11 h 24 min

              Vous allez être surpris mais je suis pour une écologie libérale.
              A savoir une meilleure utilisation/gestion des ressources dont on dispose et l’arrêt du gaspillage, …
              J’ai changé mon mode de vie, consomme différemment, … afin de mettre en pratique ce à quoi je crois et je suis persuadée que si on expliquait les choses aux gens, ils le feraient LIBREMENT.
              Je crois aussi que de plus en plus de gens le font, au moins dans mon entourage.
              On gagne moins d’argent, on consomme autrement, recycle, … on développe le covoiturage, la colocation, on cultive ses légumes, on construit en bois, …

              Je ne parlais vraiment que des extrémistes et pour les extrémistes, ne vous en déplaisent, c’est un retour à l’âge de pierre qui est préconisé et un retour par la violence (manipulation, culpabilisation, lois, négation de la liberté des autres de penser …), ce qui est inadmissible.

            • C’est sure et donc par extension contraindre la façon de s’habiller puisque les escarpins, les robes et les jupes sont tout à fait indiqués pour faire du vélo!!!!

  • Wahou. Une enquête faite sur Facebook, sans rencontre ni interview ni même citation des théoriciens de la décroissance, ça au moins c’est crédible et loin de tirer des conclusions hâtives à partir d’un raisonnement biaisé…

    • D’u autre côté, il n’est jamais besoin de faire de longues études pour savoir que ce qui est imposé par la force , n’est jamais pour le bénéfice de celui qui se trouve du mauvais côté du canon…

      • Sauf qu’il s’agit ici d’une caricature fausse du mouvement de la décroissance et qu’en aucun cas la grande majorité de ceux que se réclame de l’objection de croissance ne prône une dictature mondiale écofaciste. Loin s’en faut !
        Cet article véhicule des idées fausses sur ce mouvement et c’est fort dommage !

    • lisez les commentaires de l’auteur. « J’ai aussi été voir dans les associations comment cela se passait, rencontré les gens de visu et discuté avec eux sur place.
      Et sans doute vous ne le savez pas mais toute entreprise, groupe, association, parti … a maintenant un relai sur FB dans lequel les membres ou sympatisants peuvent échanger gaiement. »

    • « Ca ressemble à s’y méprendre à ce que l’on a pas cessé de me sortir durant ces quelques semaines où j’ai fréquenté ces groupes.
      Je venais en visiteuse pour comprendre sans à priori.
      J’ai lu tout ce que l’on m’a donné à lire, fouillé le net et appris.
      Cela ne m’a pas empêché de n’être pas d’accord et de le dire. »

  • jean marie harribey soutient le front de gauche. il critique le néolibéralisme (qui n’existe que dans la tête des antilibéraux). il est proche de la mouvance altermondialiste. il veut notamment taxer les transactions financières (malgré les effets désastrueux que cette taxe amène)

  • dois je vous rappeler que tous les économistes sérieux sont d’accord pour dire que le programme économique du fn est ridicule. or le programme économique du fn est extrêmment semblable à celui du front de gauche. cela montre à quel point le programme économique du fdg est ridicule. regardez un peu le vénézuela. car c’est vers cela que se dirige la france si on appliquait le programme du front de gauche

  • Il ne s’agit pas de décroître systématiquement, mais de sortir de l’idéologie de la croissance.

    • Nafy-Nathalie Diop
      15 octobre 2014 at 13 h 18 min

      Encore une fois, je ne parle dans l’article que des extrémistes qui ont pour but une décroissance à tous prix.
      Et bien sûr, je ne suis pas d’accord avec l’idée de sortir de l’idéologie de la croissance mais je suis pour une idéologie différente de la croissance, à savoir une éco-logique (libérale). Sourire.

  • Cher tous vous devriez jeter un coup d’oeuil sur le livre et l’article suivant, tous deux sources sur des échanges précédents de ce site: l’éthique de la redistribution de Bertrand de Jouvenel et un passage http://www.asso-iceg.fr\Site\les_retraites. Les deux mettent en perspective la réalité face aux dogmes des «des bien pensants». Je ne dis pas qu »il faille prendre ces analyses au pied de la lettre mais elles introduisent deux facteurs importants le coup de l’interventionnisme étatique et le facteur démographique. Travaillant moi même dans le domaine de la réglementation je sais combien il est délicat de mettre en place des règles qui a priori semblent nécessaires et justes mais dont les effets peuvent se révéler désastreux. La décroissance est certes une théorie interressante basée principalement sur le postulat des effets néfastes de l’activité humaine sur la nature et d’un âge d’or supposant que l’être humain serait plus heureux s’il vivait plus proche de ses besoins primaires un peu comme « le bon sauvage » de Rousseau que la société aurait perverti. Ce postulat oublie simplement de factoriser la croissance démographique. Gérer une population mondiale de plus de 7 milliards d’individus ne peut se faire sur le même modèle que celui applicable à 1 milliards. Supposons que nous retournions tous à un modèle agraire, on fait comment? Y a t’il assez de surface pour que chaque communauté puisses produire ce qui est nécessaire à sa survie? Comment intégrer les ressources nécessaires pour la recherche médicale par exemple? Il ne faut pas se voiler la face, tous les partisans de la décroissance veulent bien changer leur mode de vie mais jusqu’à un certain point seulement: il n’est pas question de renoncer à la médecine gratuite quand il leurs arrive une grosse tuile! L’accès aux scanners, IRM ou simplement aux vaccins et autres médicaments contre le diabète, les antibiotiques ou antiviraux ……
    C’Est juste une autre forme d’hypocrisie qui donne bonne conscience. C’reste les mêmes qui sont contre les voitures en ville car ça polue, et qui sont toujours contre même quand elles ne polluent plus: ça s’appelle du faschisme

    • Enfin un commentaire sérieux, la solution est dans le dialogue, la mise en place de solution technologiques innovantes efficaces très réfléchies dans leurs conséquences très perverses souvent cachées derrière les bonnes intentions, sans retour au passé, mais en n’ignorant pas les contraintes dues à ce passé.

      Par exemple sur nos toits de maisons et parking on reçoit du soleil en été et on gaspille 1KW de puissance par m2 ce qui donne en chaleur utilisable par an en région parisienne tenant compte des nuages et nuits, environ 500KWhpar m2 an et le double en région PACA (capteur thermique à 40% de rendement surtout en été à 40°C voire 60°C ) et cette chaleur gratuite, perpétuelle, sans pollution, peut être stockée sous terre facilement pour se chauffer en hiver gratuitement à perpétuité, sans pompe à chaleur, sans pollution, comme FONCTIONNEL depuis 2007 à w ww.dlsc.ca
      lire
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landin

      Sur le toit de ma maison ancienne cela donne 30000KWh par an gratuits pour la chauffer sans la reconstruire totalement pour l’isoler à mort BBC en véritable bouteille thermos étanche, suivant les normes actuelles (5000kWh par an max, chauffage pas gratuit du tout vu les entretiens élevées nécessaires en BBC ).

      Personne ne propose cette solution en France et sans cesse les pseudo libertaires méprisent et dénigrent de façon absurde cette possibilité technologique à perfectionner pour la rendre accessible à tous pour le prix d’une simple rénovation.

      Avec le solaire thermique à concentration en été, chaleur à 150°C et plus, stockée en géothermie plus ou moins profonde, on peut produire de l’électricité nuit et jour toute l’année sans CO2 à perpétuité !!
      Le problème du stockage est résolu alors qu’il est quasiment impossible avec le photovoltaïque !!

      Personne ne l’envisage car alors on ne consomme plus rien pour cette énergie très peu chère une fois installée.

      On préfère payer 3 fois plus à 9milliards d€ chaque EPR nucléaire, qui ont une sécurité illusoire, en nous faisant croire à leur infaillibilité perpétuelle !!

      A ceux qui me demande de faire tout seul ce système, qui marche déjà à w ww.dlsc.ca je réponds qu’on a foncé dans le nucléaire, sans l’avoir fait avant en faisant payer les contribuables 9 milliards pour l’EPR et 30 fois plus avec les recherches militaires nucléaires indispensables au nucléaire civil !!

  • Certes le solaire, la géothermie, l’éolien….doivent être développé mais pas n’importe comment et à n’importe quel prix. Aujourd’hui de très nombreux projets sont justes finances par le contribuable à fond perdus car jamais ils ne produiront assez d’énergie pour être rentables: cf l’éolien. Ne vous y trompez pas c’est très rentable pour certains!
    En attendant l’énergie nucléaire nous a permise d’être indépendants et même exportateur électricité alors j’ aimerait sue tous les pseudo bien pensants écolos arrêtent de toujours cracher dessus. L’Allemagne a choisi d’arrêter le nucléaire pour quel résultat? La reprise de l’exploitation du charbon qui produit 10 fois plus de gaz à effet de serre : BRAVO. Et en plus ça detruit complètement l’environnement immédiat des mines.
    Le mythe de l’âge d’or Woody Allen en a fait un très beau film: Midnight in Paris.
    Mesdames et Messieurs les utopistes merci de revenir à la réalité et d’arrêter de vous indigner de façon sélective. Je ne vous ai pas beaucoup entendu quand le gouvernement a supprimé les péages poids lourds, je ne vous entends pas beaucoup non plus sur l’inexistante de plan long terme pour développer reelement les véhicules électriques et sortir du tt pétrole qui pollue mille fois plus que le nucléaire votre indignation est bien sélective et se concentre exclusivement sur les « signes » extérieurs de richesse et les modes de vie contemporains me semble. C’est le quatre quatre que vous souhaitez éradiquer pas parce qu »il pollue mais pour sa symbolique: vous voulez voir tout le monde à vélo c’est plus facile à contrôler! Ça a déjà été tenté en 17 en Russie et quelques années plus tard en Chine. Ça a échoué !!!!!!
    Alors si vous voulez avoir de la crédibilité et que l’on vous écoute essayez d’être honnêtes. Les gens aspirent à faire des efforts et à sortir au moins partiellement du modèle tout pétrole: proposez des solutions concrètes et atteignables. Pas un changement de société. A la fin du 19eme siècle on a cru que Paris serait submergé par le crottin de cheval, ce n’est pas arrivé et non parce qu »on a abattu tout les chevaux et interdit les carioles !!

    • la solution gratuite, inusable à perpétuité,
      http: //fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
      n’est  » pas » du tout à  » n’importe comment et à n’importe quel prix  » car elle fonctionne depuis 2007, sans être du type :  » projets sont justes financés par le contribuable à fond perdus car jamais ils ne produiront assez d’énergie  » contrairement au nucléaire, Fukushima, les EPR à prix multiplié par 3 de 9 milliards chacun aux frais du contribuable et de nos enfants se battant pendant des siècles contre des centrales nucléaires pétées, au milieu de régions radioactives inhabitables vidées de leurs habitants, et des déchets radioactifs instockable sur plus de 10000ans, véritables moulins à vent inertes laissés par nos Don Quichotte du nucléaire !!
      C’est inévitable avec le nucléaire car nous humains Français ne sommes pas infaillibles à perpétuité comme l’exige le nucléaire !!

      Les Allemands alors nous rigolerons au nez en nous vendant cher leur électricité solaire, sous toutes ses formes, gratuite pour eux, une fois installée !!
      Ceci, s’ils ne nous demandent pas en plus des dommages et intérêts gigantesques pour les nuages radioactifs ayant vidé toute une portion de leur pays pour des siècles, comme Fessenheim (Suisse et Allemagne ), ou Catenon (tout le Luxembourg )

      Cette solution w ww.dlsc.ca simplifiée, peut être réalisée chez moi sans dépenses imprévues, pour le prix d’une rénovation, vue sa simplicité, une fois rendue accessible et non interdite ou coulée par des doctrinaires du nucléaire !!

  • Bien-sûr et comment vous faites fonctionner l’industrie ? Avec des panneaux solaires ?

    • Rien des possibilités technologiques actuelles ne l’empêche, que la prise de conscience que c’est absolument nécessaire et possible, si on ne veut pas laisser à nos enfants des centrales nucléaires pétées, véritables tonneaux de Danaïdes percés, des régions radioactives vidées de leur habitants pour des siècles, et leur faire regarder avec horreur la remontée des mers inexorable impossible à stopper, identique continuation de celle qui s’est produite durant les 180000 dernières années et fortement accentuée par notre CO2 et autres gaz qui absorbent mieux l’énergie solaire !!

      Si vous doutez que le CO2 chauffe, regardez la planète Vénus bourrée de CO2 et à 465°C!!

      Selon vous, Vénus, si l’effet du CO2 mensonge n’existe pas, devrait n’être qu’à 20°C, plus proche du soleil, car avec ces nuages soufrés qui réfléchissent la lumière solaire,  » la puissance solaire parvenant au sol sur Vénus représente moins de 45 % de celle reçue au sol sur Terre  » !!

      Vu que l’effet de serre par son CO2 n’existe pas selon vous, les négationistes libertaires, vénus devrait être plus froide que la terre selon vous !!

       » Compte tenu de sa composition et de sa structure, cette atmosphère génère un très puissant effet de serre à l’origine des températures les plus élevées mesurées à la surface d’une planète du Système solaire : près de 740 K (environ 465 °C) en moyenne à la surface — supérieures à celles de Mercure, pourtant plus proche encore du Soleil, où les températures culminent à 700 K (environ 425 °C) — et ceci bien que l’atmosphère ne laisse passer que le quart de l’énergie solaire incidente.
      Vénus est souvent décrite comme une « sœur jumelle » de la Terre en raison de ses caractéristiques globales très proches «  »

      http ://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9nus_%28plan%C3%A8te%29

      et douter du CO2 qui chauffe est équivalent à refuser cette réalité que Vénus est hyperchauffée par son CO2 avec effet de serre gigantesque !! Pas besoin de calculs du tout !!

      Cessez d’être des dogmatiques négationistes refusant la réalité prouvée qui vous dérange !!!

  • Si vous me relisez vous verrez que je n’ai jamais nié les conséquences du réchauffement climatique. Mais je penses que votre obsession du nucléaire est maladive et hypocrite. Si vous vous indigniez autant sur l’utilisation du pétrole la vous seriez peut-être crédible. Quand a ceux qui soutiennent l’utilisation du bois comme moyen de chauffage c’est encore pire car toutes les études montrent que la combustion du bois à le taux le plus élevé de rejet de CO2 !! Je maintiens que la majorité de cette mouvence ecologico-bien pensante à des motifs autres que simplement la réduction des gazs à effet de serre. Ils souhaitent un changement de société style retour à la nature: comme mentionné précédemment ca a déjà été tenté dans le larzac durant les années hypies et par les états communistes pour la société collectiviste.
    Non merci.
    Par contre des gens avec des vrais projets, techniquement réalisables respecteux de la liberté individuelle et du développement harmonieux de nos sociétés je n’en ai pas entendu beaucoup !!!! L’indignation est bien sélective

    • Nafy-Nathalie Diop
      27 octobre 2014 at 11 h 26 min

      Moi le réchauffement climatique, je ne suis pas certaine qu’il soit du à l’activité humaine.
      Je vous poste un lien qui vaut ce qu’il vaut.
      A vous de le découvrir et de décider.
      http://www.pensee-unique.fr/theses.html

      • ce site où  » tout est problématique  »
        http://www.pensee-unique.fr/theses.html

        est payé par qui parmi l’armada de sites qui nous manipulent pour conserver aux lobbys leur domination CRIMINELLE de l’horreur qu’ils vont laisser à nos enfants dans le futur ?

        la réalité future dramatiquement plus violente, que nos enfants subirons inexorablement, sans pouvoir rien faire du tout pour la stopper :

        1) radioactivité de régions vides à quasi perpétuité, indécontaminables, dues à des centrales nucléaires pétées, inévitable tôt ou tard, car nous ne sommes pas infaillibles à perpétuité, ni plus intelligents que les Japonais.

        2) mers qui montent sans cesse pendant plus d’un millénaire, inexorable sans pouvoir rien faire comme c’était entre -16000 ans et -5000 ans, sans CO2, vu que le climat de la terre est devenu de plus en plus instable sur le dernier million d’années !!

    • « des gens avec des vrais projets, techniquement réalisables respecteux de la liberté individuelle et du développement harmonieux de nos sociétés je n’en ai pas entendu » , normal vu les lobbys manipulaeurs qui nous étouffent sur plein de sites et qui dénigrent toute solution qui marche réellement :

      vrais projets qui fonctionnent sans CO2 ni dangers :

      pour serres, gratuit à perpétuité une fois installé, à utiliser et à adapter, par toutes les serres à chauffer l’hiver :
      https ://intraweb.stockton.edu/eyos/energy_studies/content/docs/FINAL_PAPERS/4A-2.pdf

      chauffage urbain gratuit aussi une fois installé :
      w ww.dlsc.ca

      http ://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9nus_%28plan%C3%A8te%29

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Nous y sommes ! Après une campagne pleine de rebondissements et d’un suspense encore jamais vu sous la Cinquième République, notre cher président a - enfin ! - été réélu face à l’ignoble menace fasciste !

Si vous avez lu cette première phrase au premier degré, désolé pour vous. Il était temps que cela prenne fin. Après une campagne d’un ennui sublimé par l’insipide débat de mercredi, Emmanuel Macron a été réélu à près de 58 % des voix face à une candidate piteuse qui a encore une fois été incapable de rassurer sur sa stature présidenti... Poursuivre la lecture

Alors que le printemps et les élections présidentielles arrivent à grands pas, les propositions les plus navrantes fleurissent à une fréquence telle qu’il est difficile de savoir quel candidat affichera le programme le plus liberticide pour 2022.

Le pass climatique de la WWF

Et comme si ce brouhaha n’était pas déjà suffisamment pénible, voilà maintenant que les ONG s’ajoutent à la cacophonie et s’imaginent pour des raisons obscures avoir un droit de regard sur la vie des Fra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles