EDF construira les centrales nucléaires britanniques

Cocorico ou vraies interrogations ? Pourquoi le choix énergétique du Royaume Uni s’est-il décidé à Bruxelles ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Centrale nucléaire (Crédits Alpha du centaure, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

EDF construira les centrales nucléaires britanniques

Publié le 13 octobre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Centrale nucléaire (Crédits Alpha du centaure, licence Creative Commons)

Mercredi dernier, le collège des commissaires européens a donné son feu vert au projet de construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point (sud-ouest) en Angleterre. Après une « enquête approfondie » concernant les aides d’État, la Commission a estimé que les concessions consenties par Londres et EDF, maître d’oeuvre du projet, rendaient le projet compatible avec les règles européennes.

Quelles sont les conditions d’octroi de concession à EDF ?

Les concessions d’exploitation des EPR reposent sur un mécanisme de partage des gains : les éventuelles économies sur le coût de construction seront partagées à parité entre Londres et le consortium jusqu’à 1 milliard de livres et à 75%-25% au-delà. Passé un taux de rentabilité interne du projet de 11,4%, les gains seront aussi partagés à 70% pour le consortium et à 30% pour Londres, puis à 40-60 au-delà d’une rentabilité de 13,5%, et ce sur les soixante ans de durée d’exploitation prévus.

Le cœur du montage reste inchangé : il consiste à garantir à EDF un prix de rachat de l’électricité produite (7% de la consommation britannique à terme) de 92,5 £/ mégawatt, indexé sur l’inflation. Il s’agit d’un niveau de prix deux fois plus élevé que les prix de marché actuels, et ce pendant les 35 premières années d’exploitation du réacteur. Le coût du projet, qui bénéficie aussi de la garantie du Trésor britannique, est évalué par EDF et Londres à 16 milliards de livres (soit 19 milliards d’euros). Bruxelles l’évalue de son côté à 24,5 milliards de livres en tenant compte des coûts d’emprunt, voire à 34 milliards de livres en prenant les hypothèses de refinancement les plus coûteuses. « Les chiffres n’ont pas bougé d’un iota », a assuré hier EDF, soucieux de ne pas alimenter une polémique sur les coûts du « nouveau » nucléaire. La formule est donc assez innovante, sinon dans sa forme, du moins dans son usage. L’État britannique ne sort pas un ct, a priori, pour l’investissement, garantit néanmoins celui-ci pour permettre au consortium de se refinancer, et paie sur une durée déterminée l’achat du megowatt à un prix surévalué pour tenir compte de l’amortissement. C’est le même montage que lorsque vous achetez votre smartphone chez un opérateur qui vous le fait à 1€ avec un contrat surévalué sur 24 mois…

Ce genre de solution de financement peut être une voie de relance de l’investissement énergétique et l’accord de Bruxelles pour ne pas considérer l’achat surévalué comme subvention est une bonne nouvelle.

Cette décision est-elle dénuée d’arrière pensées politiciennes ?

Cette décision, prise par des commissaires en fin de mandat, c’est-à-dire n’ayant pas à assumer les conséquences de leur décision n’est pas, et de loin, dénuée d’arrière-pensées politiciennes. Bruxelles n’aimerait pas voir la Grande Bretagne quitter l’Union Européenne. Or, chacun sait que l’opinion britannique est de moins en moins favorable à cette Union Européenne plus vécue comme un pouvoir impérial s’imposant aux sujets britanniques que comme une association entre Nations de l’Europe. L’entrée au Parlement d’un député UKIP cette semaine est là pour rappeler, s’il le fallait, cette affirmation de l’opinion. Cameron et les défenseurs de l’Union n’auraient assurément pas eu la tâche facile lors du prochain référendum sur le sujet si Bruxelles avait bloqué un projet de construction de centrales nucléaires décidé en toute démocratie par les élus du peuple britannique. Cela eut été indiscutablement vécu comme une ingérence.

Ces arrière-pensées politiciennes sont la raison pour laquelle le feu vert bruxellois n’a pas levé les oppositions au projet. L’Autriche, hostile au nucléaire, a confirmé hier qu’elle allait déposer une plainte devant la Cour européenne de justice. Et la fédération allemande des énergies renouvelables appelle ses membres à faire de même, Bruxelles mettant actuellement fin au système de tarif garanti pour l’éolien et le solaire. « L’accord est très bon pour EDF et ses partenaires, pas pour le Royaume-Uni. Les consommateurs britanniques vont lourdement subventionner de grandes entreprises françaises et chinoises », critique aussi Will Straw, spécialiste de l’énergie pour le think tank londonien Institute for Public Policy Research. L’américain Westinghouse s’est en revanche félicité de la décision : sa maison-mère Toshiba est engagée avec GDF Suez pour construire ses premiers réacteurs AP1000 en Grande-Bretagne. L’Europe de l’est, où plusieurs projets sont à l’étude, regarde aussi avec intérêt le montage financier qui pourrait rendre possible et viable plusieurs équipements.

Que viennent faire les Chinois là dedans ?

EDF poursuit maintenant ses discussions pour trouver un dernier partenaire, en complément des deux groupes chinois CGN et CNNC (30 à 40%) et d’Areva (10%). EDF prendra 45% du projet, de manière à ne pas le consolider dans ses comptes. La finalisation du tour de table pourrait être annoncée au moment de la décision d’investissement, « autour de la fin de l’année », a indiqué EDF.

Le secteur du nucléaire sera aussi attentif au rôle joué par les Chinois, qui multiplient les initiatives hors de leurs frontières. « Les partenaires chinois auront une participation aux décisions en fonction de leur présence. Ils auront des droits de minoritaires industriels », indique Henri Proglio. Une précision qui vise à couper court aux rumeurs de « transfert de technologie » de l’EPR vers des partenaires dont la déontologie technologique n’est pas la qualité première. Une précision qui ne rassure personne, en réalité. La vérité est triviale, l’Europe n’a plus les moyens d’une grande politique énergétique et les zones de progrès se sont déplacées, vers l’Inde, vers la Chine, vers le Brésil. Faire entrer les Chinois dans le projet d’EPR britanniques est un moyen pour EDF d’espérer capter une part significative du marché chinois de l’énergie nucléaire. Un jeu que M. Proglio estime valoir la chandelle de l’espionnage industriel.

La mise en service du premier EPR britannique est attendue pour 2023.


Sur le web.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Je maintiens mon analyse, CES RÉACTEURS NE VERRONT JAMAIS LE JOUR, et tant mieux.
    Cet article expose d’ailleurs assez bien les raisons politiciennes qui expliquent l’aval insensé de la Commission européenne à ce projet absurde.

    En effet, il s’agit d’un incroyable DUMPING consistant à rendre « rentable » avec des milliards littéralement volés aux contribuables, un projet gravement déficitaire. Cette affaire a au moins le mérite de démontrer, pour ceux qui faisaient encore semblant de croire le contraire, que le nucléaire est une énergie ruineuse.

    De fait, ce montage grossier n’avait théoriquement aucune chance de passer le filtre de Bruxelles, et la décision prise par les Commissaires sortants (qui méritent le goudron et les plumes pour leur départ !) est assurément liée aux prochaines élections britanniques (mai 2015).

    Heureusement, un projet aussi lourd ne démarre pas en quelques mois (le montage financier n’est même pas bouclé) et la plainte de l’Autriche (et probablement d’autres pays et d’entreprises concurrentes) fera son effet après ces élections : tout sera annulé.

    Pour mémoire, la part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17% en 2001 à 9% à ce jour, un véritable effondrement commencé bien avant Fukushima, et qui va continuer au rythme des fermetures de vieux réacteurs (plus de la moitié des 400 réacteurs sur Terre a dépassé 30 ans) .

    Et ce n’est pas ce montage grossier de Londres et EDF qui va y changer quelque chose…

    • L’éolien, c’est pas mieux.

    • lol
      qu’est que tu paries ?

    • Vous pensez que la Grande Bretagne va se laisser dicter sa politique énergétique par des bouffons européistes?

    • Moi je trouve ce deal loin d’être stupide …. Projet d’investissement financé par un tiers privé alors que la dette des états est déjà abyssale, ça évite d’alourdir l’ardoise encore plus. L’énergie nucléaire étant la moins chère et ne rejetant que très peu de CO2 cela me semble au contraire une solution très bonne aux défis du moment.

      C’est vrai que les consommateurs payeront théoriquement un peu plus que si le projet avait été financer par le gouvernement directement mais en tout cas ça sera moins cher que ce que nous payons pour les subsides des panneaux solaires et autres éoliennes qui eux ne règleront pas les problèmes énergétiques (ni climatique d’ailleurs ) et ca c’est une certitude.

      Une bonne centrale nucléaire ça dure longtemps, ca ne rejette pas de CO2 et ca produit 24/24h une énergie peu onéreuse et finalement assez clean … Si on veut soutenir l’économie il est grand temps d’arrêter le dogmatisme vis-à-vis du nucléaire. C’est de loin la meilleure source de production dont nous disposons pour l’instant.

      Il faut continuer à chercher pour trouver encore mieux car il reste le problème des déchets qui est un vrai problème mais un problème à beaucoup plus long terme que celui du réchauffement climatique qui lui est un défi immédiat, point que je partage totalement avec les écolos … On est juste pas du tout d’accord sur les solutions.

    • Prions pour que ces réacteurs ne pètent pas en France.
      Tôt ou tard d’autres péteront, car les hommes ne sont pas infaillibles à perpétuité, comme l’exige le nucléaire, capable de vider en un jour toute une région devenue radioactive, sans retour, pour des siècles,

      • Ce qui est top je trouve avec les remèdes écolos c’est que tout est toujours une question de peurs et de désespérance par rapport à l’homme … Les hommes ne sont pas infaillibles certes mais si on s’arrête à ce constat on fait quoi ? Plus rien ?

        On nous vend en même temps le cataclysme de l’augmentation des températures globales mais à la seule solution raisonnable du moment ( le nucléaire ) on nous oppose quoi ? Ben la même chose : la peur … du nucléaire. Que faut-il faire ?

        Je pense que plus que prier, il faut simplement peser le pour et le contre, et être rationnel dans nos décisions.
        Le nucléaire représente un danger infime pour des gains immenses. Le danger n’est pas le même partout donc la solution du nucléaire n’est pas une réponse parfaite partout ( Fukushima l’a bien démontré ) mais la France contrairement au Japon ne présente pas les mêmes niveaux de risques. Les bénéfices du nucléaires sont eux impressionnants ( Electricité bon marché, pas de rejet de CO2 ou très très peu si on prend le cycle complet, … ).

  • Le pb en France est que comme d’hab, ce qui est gérée par l’Etat est géré de façon catastrophique.
    EDF s’engraisse depuis des décennies sur les centrales (le prix de l’électricité en France est bien au-dessus du coût marginal du nucléaire) et engraisse l’Etat avec un dividende très généreux.

    Si la rente du nucléaire était utilisée pour provisionner les démantèlements et les investissements à venir, plutôt qu’aller au CE d’EDF et autres avantages énormes qu’ont les salariés, payés par les contribuables, on dégagerait des marges pour entretenir le parc nucléaire français.

  • Mouais, attention quand meme, le projet n’est pas celui de EDF directement, mais de EDF UK et de NNB.
    Je travaille (ainsi qu’une grosse équipe) sur des équipements de ce réacteur depuis près de 2 ans, c’est étonnant que la presse se réveille seulement maintenant.

    Ce que je peux en dire en interne, c’est que le projet est géré par la même caste oligarchique que l’EPR français. Un imbroglio d’incompétence organisationnelle. management par la terreur, non maitrise (au sens connaissance/compétence) des sujets importants, incapacité à spécifier…

    C’est dommage car le projet en question est très intéressant, et le travail de EDF sur le sujet reste irréprochable de mon point de vue.

    • Cet avis interne « la même caste oligarchique que l’EPR français. Un imbroglio d’incompétence organisationnelle. management par la terreur, non maitrise (au sens connaissance/compétence) des sujets importants, incapacité à spécifier… » fait peur car il augmente la probabilité qu’un réacteur pète en France ou en Angleterre, pour les mêmes raisons qu’au Japon.
      Tôt ou tard d’autres réacteurs péteront, car les hommes ne sont pas infaillibles à perpétuité, comme l’exige le nucléaire, capable de vider en un jour toute une région devenue radioactive, sans retour, pour des siècles.

  • Je m’étonne d’ailleurs qu’un site web qui se prétend libéral fasse la promotion d’un montage financier décrit comme SOVIÉTIQUE tant il s’agit de prendre de l’argent public (massivement) pour imposer un projet tellement déficitaire que le marché s’en est totalement détourné…

    • Et avec les éoliennes, c’est quoi donc, si ce n’est encore plus pervers ❓

      • Aucune éolienne ne pétera au point de de vider en un jour toute une région devenue radioactive, sans retour, pour des siècles, comme en est capable le nucléaire.

        De plus si bien conçue, sa durée de vie peut être de plus de 60ans, fournissant de l’électricité sur un siècle gratuite après amortissement, ce qui va donner un immense avantage économique futur à l’Allemagne, alors que nos enfants continueront à se battre avec les cadavres de nos centrales mortes en bout de vie, sans parler de la centrale nucléaire qui pétera tôt ou tard inévitablement car nous hommes ne pouvons pas être infaillibles à perpétuité, même si nous nous croyons plus intelligents que les Japonais !!

        Enfin contrairement à certains je ne suis pas payé par un lobby pour écrire sans cesse des messages trompeurs et manipulateurs, comme mis en évidence ce soir sur envoyé spécial A2 à revoir !!

        De plus pour se chauffer on n’a pas besoin d’électricité pour pompe à chaleur, il suffit de garder en été la chaleur solaire perdue sur nos toit pour se chauffer avec en hiver comme cela fonctionne depuis 2007 à http://www.dlsc.ca
        et expliqué sur
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
        qu’il vaudrait mieux simplifier et développer en France, car gratuit et perpétuel une fois installé, sans aucune pollution, sans aucun CO2, sans radioactivité, sans aucune pompe à chaleur fragile, sans éolienne, un système de chauffage capable de réduire le réchauffement climatique bien réel.

        • Vous êtes visiblement bourré de certitudes et de préjugés.

          La filière CANDU, à eau lourde non pressurisée, vous connaissez ? Non.
          Pour le reste, remplacer une quarantaine de tranche par une trentaine d’EPR ne serait pas idiot.

          Mais que voulez-vous, on élit des idiots.

          Quant à Don Quichotte et ses moulins à vents, le rêve deviendra réalité quand le stockage, pas encore sorti des limbes, deviendra réalité. :mrgreen:

          Et surtout pas de ces moulins à vents à moins de 1500 m d’une habitation SVP ❗

          • Ah ceux payés par les lobbys pour quelques fifrelins, comme montrè hier soir à envoyé spécial sur l’A2 !!
            « le rêve deviendra réalité quand le stockage, pas encore sorti des limbes, deviendra réalité.  » malheureusement la réalité de centrales pétées ( 3 au Japon ) dramatiquement pire que Don Quichotte et ses moulins à vents, avec toute une région radioactivée vidée en un jour de tous ses habitants pour des siècles, :mrgreen: tôt ou tard inévitable en France car nous ne sommes pas infaillibles à perpétuité comme l’exige le nucléaire, en étant pas plus intelligents que les japonais, comme notre technologie cherche à nous faire croire !! !!
            Notre économie sera coulée plombée avec plusieurs milliers de milliards d’€, car notre nucléaire tourne sans aucune assurance, comme un conducteur sans assurance croyant à son infaillibilité pour n’avoir jamais d’accident.
            Tôt ou tard, en France, le nucléaire pétera inévitablement et le tarif explosera, avec plus d’électricité du tout !! Et les Allemands nous regarderons en rigolant de notre absurdité !!
            Le lobby nucléaire est un vrai Don Quichotte fou et ses moulins à vents nucléaires qui péteront tôt ou tard !!
            Mais que voulez-vous, ce lobby manipulateur a fait élire des idiots par les Français abusés.

            « pas encore sorti des limbes » est totalement faux car cela marche depuis 2007 à Drale Landing Solar Community http://www.dlsc.ca , et similaire en d’autres endroits dans le monde, gratuit à perpétuité une foIs installé, sans pollution, ni CO2, sans surprises, comme les 9 milliards pour le prix triplé de l’EPR , et sans aucun risque de centrale pétée vidant toute une région pour des siècles !!
            Une aquifère est idéale pour stocker la chaleur en immobilisant une portion par injection périphérique, comme on sait bien faire pour les travaux de ponts ou de gratte ciel, sans multiplier le prix par trois comme pour les EPR, véritables moulins à vents radioactifs de Don Quichotte vendus aux Français trompés par ce lobby nucléaire fou, qui empêche les vraies solutions simples, gratuites à perpétuité, sans aucun danger, ni pollution.
            A Fukushima ils aimeraient bien immobiliser leur aquifère qui fait couler son eau à 100000Becquerels par litre dans la mer, mais la chaleur sous les réacteurs pétés chauffe cette eau de trop et empêche l’immobilisation nécessaire !!!
            Les centrales nucléaires pétées sont de véritables tonneaux de Danaïdes à remplir d’eau sans cesse pour des siècles, pour éviter qu’elles ne re-pètent pas si on ne les refroidit plus !!
            Sous toute la région parisienne, il y a une aquifère de stockage chaude en profondeur, utilisable pour chauffer et même pour faire de l’électricité, qui doit être rechargée avec la chaleur solaire de l’été sur nos maisons et parkings, pour éviter l’épuisement de la chaleur de l’aquifère refroidie en 10ans à 30 ans, comme cela s’est déjà produit en oubliant de recharger en chaleur !! Pareil ailleurs comme l’Alsace, l’Auvergne avec ses volcans pas morts.
            La géothermie avec recharge solaire à concentration est une vraie solution à la place du nucléaire.
            Mais le lobby nucléaire manipulateur empêche toute solution de ce type perpétuelle, gratuite, ne consommant rien du tout, sans pollution !!
            MichelC est un Don Quichotte attaquant les moulins à vents, trompé par le lobby nucléaire !!

            • Bien entendu, mais vous oubliez les besoins concernant le domestique, plaques électriques, lave-linge, même à 20 C cela consomme, lave-vaisselle, ascenseurs, douches, recharge des véhicules électriques. La avec votre éolien vous serez mal. Et comment feront les gens situés sur des nappes phréatiques ?

            • Je crois que vous vivez un peu dans la théorie du complot …

              A vous écouter toutes ces solutions existent et sont gratuites avec de retour sur investissement infini. Je comprends vraiment pas pourquoi on les a pas encore installées partout. Je serai le premier à le faire ! Dès qu’on rase gratis … De plus je doute que le lobby du nucléaire puisse empêcher ceci.

              Quand des technologies simple d’accès résoudrons tous nos problèmes énergétiques ( sans créer des problèmes économiques majeurs ) je ne vois pas ce qui empêchera leur adoptions massives !

              J’ai directement installer les panneaux solaires sur le toit de mon entreprise, je peux confirmer que c’est très rentable et ça donne bonne conscience mais économiquement c’est quand même toute la société qui paye ce n’est pas du tout rentable en soit et c’est pas près de l’être en Belgique vu notre bel ensoleillement 🙂

            • Dites, quelle est la radioactivité dans la région vidée de ses habitants?

              Est-elle dangereuse, sans effet, ou bénéfique?

        • De plus pour se chauffer on n’a pas besoin d’électricité pour pompe à chaleur, il suffit de garder en été la chaleur solaire perdue sur nos toit pour se chauffer avec en hiver comme cela fonctionne depuis 2007

          Ceux qui sont assis sur une nappe phréatique repasseront, et il y en a un paquet près des rivières et fleuves.
          Pour les autres, pourquoi pas, il faut juste trouver un terrain pour le transformer en gruyère.

          •  » trouver un terrain pour le transformer en gruyère » est facile sous tous nos parkings et jardins qui ne seront pas un gruyère avec un perçage fin pour tuyau de 2cm de diamètre tous les 2m environ, à 15m de profondeur environ, comme font tous les géologues à chaque étude de sol avant de construire une maison, pour éviter des fissures plus tard.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Nous avons montré dans un précédent article que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le président de la République relance insuffisamment le nucléaire, et que décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (60 à 65 % du mix électrique).

EDF est en grande difficulté financière, à cause de la sous-évaluation du prix de vente de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique), fixé à 42 euro... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles