Prix Nobel de la Paix : le combat de Malala pour l’enseignement libre

Pourquoi les médias cachent-ils le fait que Malala Yousafzai est en faveur du libre choix en matière d’instruction ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
malala prix nobel credits United nations (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prix Nobel de la Paix : le combat de Malala pour l’enseignement libre

Publié le 10 octobre 2014
- A +

Pourquoi les médias cachent-ils le fait que Malala Yousafzai est en faveur du libre choix en matière d’instruction, comme tant de personnes dans les pays en développement ?

Par Alex Korbel.

malala prix nobel credits United nations (licence creative commons)

Souvenez-vous.

Elle fut victime d’une tentative d’assassinat parce qu’elle militait pour le droit des filles à l’éducation. Elle reçut une balle tirée à bout portant dans la tête alors qu’elle s’installait dans un bus avec ses amies pour rentrer de l’école. Cette Pakistanaise du nom de Malala Yousafzai est devenue, à 15 ans, une icône. En 2008, les Talibans ont incendié plus de 150 écoles dans sa région de la vallée de Swat, et interdit en 2009, par décret religieux, aux jeunes filles d’aller à l’école.

Elle est désormais la plus jeune personne à avoir remporté le prix Nobel de la paix, après avoir obtenu de nombreux prix, dont le Prix Sakharov, récompensant sa campagne pour « le droit à l’éducation ». Mais un élément essentiel de son combat est systématiquement omis lorsque sa vie et sa mission sont décrites par les relais d’opinion. On n’en voit aucune trace dans Le Monde, Le Figaro, Libération, Le SoirWikipedia en français ou en anglais.

Pire, son message est souvent récupéré par des intérêts organisés, et en premier lieu, les corporations d’enseignants d’État. Ainsi, le lobby international des enseignants d’État met en scène le combat de Malala en en faisant un outil de leur campagne pour une « éducation publique de qualité », c’est-à-dire une instruction organisée… par l’État, bien entendu.

Mais Malala et sa famille ne se sont jamais fait les avocats de l’instruction d’État. Bien au contraire, dans son autobiographie, Malala pourfend l’instruction publique, lieu de « l’apprentissage par cœur », où « les élèves ne contestent pas les enseignants », où ceux-ci s’absentent et sont violents envers les élèves.

Le (vrai) combat de Malala

Alors, quel est le combat de Malala ? L’enseignement libre et privé. L’école qu’elle fréquentait lorsqu’elle a été abattue par les Talibans était en fait une école privée à bas prix créée par son père. En exil, l’école qu’elle fréquente actuellement à Birmingham est aussi une école privée (Edgbaston, un lycée pour jeunes filles).

Son père, Ziauddin Yousafzai, est un entrepreneur de l’éducation. Impossible de le savoir si vous ne lisez que la presse grand public, qui ne parle de lui que rarement et en ne soulignant que le fait qu’il a été nommé conseiller spécial de l’ONU pour l’éducation. C’est en 1994 qu’il crée une école privée à Mingora, y investissant toutes ses économies (1 500 euros environ). En 1997, les frais de scolarité de cette école privée étaient d’environ 1,50 euros par mois, rendant l’établissement accessible aux familles les plus pauvres.

Il est rapidement devenu vice-président de l’Association des écoles privées de Swat et a résisté aux représentants du gouvernement qui lui demandaient des pots de vin. Comme on le lit dans le livre de sa fille, il a encouragé les autres propriétaires d’écoles à lutter contre cette corruption : « Gérer une école n’est pas un crime. Pourquoi devriez-vous payer des pots de vin ? Vous ne dirigez pas une maison close, vous éduquez des enfants. » Bientôt président de l’association, celle-ci a rapidement comptée 400 propriétaires d’écoles.

Malgré l’oppression des Talibans et des autorités pakistanaises, des milliers de Pakistanais se battent pour faire fonctionner des écoles privées abordables dans cette région éloignée du monde parce que les familles pauvres ne veulent précisément pas de la médiocrité et des abus des écoles publiques locales. Ce qui se passe dans la vallée de Swat d’où est originaire Malala se passe partout dans le monde en développement, en Inde, en Afrique, même en Chine. Pour découvrir ces écoles privées que choisissent les plus pauvres des plus pauvres, je vous invite à lire The Beautiful Tree, de James Tooley, ainsi que les deux articles de ce même auteur publiés par Contrepoints (ici et ici).

Tout le monde a le droit de choisir l’école où ses enfants seront instruits. Vous avez ce droit.


Sur le web

Lire aussi :

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ravie que le Nobel de la Paix lui soit octroyé ! son combat et celui de son père, ainsi que de ceux qui se battent pour l’école libre, surtout dans des endroits comme la vallée de Swat, est plus que courageux.

  • Formidable information !
    Même les Nobels ne peuvent se tromper à tous les coups.

    À relayer, notamment pour faire connaître les écoles privées à bas coût, dont les socialistes veulent effectivement cacher l’existence.
    Évidemment les reproches faits à l’école publique sont trop particuliers au contexte pakistanais, il faudrait qu’elle prenne du recul: Selon le pays, l’irresponsabilité et le autoritarisme de l’école publique se traduiront différemment.
    Ici, c’est par l’endoctrinement antilibéral.
    Mais la gabegie et la déchéance sont communes.

  • Pour tous ceux intéressés par l’enseignement privé aux plus pauvres dans les pays en voie de développement, je recommande vivement le livre « The Beautiful Tree » de James Tooley. Une lecture salvatrice pour tous ceux qui osent rêver de jours meilleurs en matière d’éducation!

  • Je ne vois pas le rapport l’Enseignement Libre et un Prix Nobel pour la Paix… De plus, ledit Prix a perdu de son éclat le jour où Barack Obama l’a reçu.

  • Merci pour cet éclaircissement, j’étais réticent envers son apparition dans le médias à cause de la répétition de l’expression « droit à l’éducation » qu’ils voulaient qu’elle incarne et qui est utilisé par les états du tiers monde pour crédibiliser leur pouvoir.
    Comme par hasard les talibans et les barbus de l’Algérie, au Pakistan en passant par la Syrie, sont toujours aux services des Étatistes

  • Lu sur la Tribune de Genève :

    « Le Nobel de la paix a été attribué vendredi à l’adolescente pakistanaise, rescapée des balles des talibans, et à l’Indien Kailash Satyarthi, un prix que les deux lauréats disent vouloir utiliser pour désamorcer les tensions entre leurs États respectifs, puissances nucléaires rivales qui ont échangé des tirs meurtriers cette semaine dans la région disputée du Cachemire.

    «J’ai demandé à l’honorable Premier ministre Narendra Modi et à l’honorable Premier ministre Nawaz Sharif de se joindre à nous» lors de la cérémonie de remise du prix à Oslo le 10 décembre, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse à Birmingham. »

    Fantastique que le Nobel de la Paix soit remis conjointement à une pakistanaise et à un indien !

  • Vive l’éducation libre et vive l’école à la maison, porte de sortie du système. http://l-ecole-a-la-maison.com/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bien avant que TF1 n'en parle, nous avions publié cet article.

J’aimerais vous parler de La Cordée. Cette école privée hors contrat de Roubaix a ouvert ses grilles en septembre 2015 avec sept élèves. À la fin de cette première année scolaire, ils étaient déjà vingt, et en septembre dernier, ce sont quatre-vingts élèves répartis en huit classes allant de la grande section de maternelle à la 5ème qui y faisaient leur rentrée.

Le projet est donc encore tout frais, mais il témoigne déjà de deux choses : d’une part que l’échec scolai... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Mohit Anand. Un article de Conflits.

Vingt années de guerre, 2000 milliards de dollars dépensés et près de 2400 soldats morts, pour une sorte de retour à la case départ. Le retour des talibans en Afghanistan touche l’ensemble de l’Asie du sud-est. En réorganisant les relations avec le Pakistan et la Chine, ce retour oblige aussi l’Inde à se repositionner.

Vingt années d’intervention, 2000 milliards de dollars dépensés et environ 2352 soldats américains morts plus tard, la bataille d’Afghanistan est perdue pour les États-Unis... Poursuivre la lecture

Par Julien Théron. Un article de The Conversation.

Le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan a été célébré par les djihadistes du monde entier. Le Middle East Institute, un groupe de réflexion de Washington, estime que leur succès représente une « victoire majeure » pour les groupes djihadistes comme Al-Qaïda ou l’État islamique (EI).

Moscou, Pékin, New Delhi et même Islamabad sont profondément préoccupés par la situation sécuritaire en Afghanistan. Et pour cause : les liens des talibans avec Al-Qaïda n’ont jamais été rom... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles