Reprise économique : Selon Obama, les USA surclassent l’Europe

« L’Amérique est mieux placée que toute autre nation sur terre pour dominer le 21e siècle », a déclaré Obama.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reprise économique : Selon Obama, les USA surclassent l’Europe

Publié le 6 octobre 2014
- A +

Dans un discours prononcé jeudi dernier, Obama a vanté les performances économiques des États-Unis. « L’Amérique est mieux placée que toute autre nation sur terre pour dominer le 21e siècle », a-t-il déclaré.

Par Daniel J. Mitchell, depuis les États-Unis.

Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

Je ne suis pas un grand fan de la politique économique d’Obama. Je n’aime pas l’esprit de lutte des classes du Président en matière d’impôts. Je vois d’un mauvais œil ses relances keynésiennes. Et je n’aime pas ses politiques d’étatisation coûteuses telles que l’Obamacare. C’est pourquoi je me moque souvent de son étatisme compulsif.

Ceci étant, je partage totalement son point de vue – quoiqu’avec quelques réserves – selon lequel les États-Unis font globalement bien mieux que les autres pays.

Voici quelques extraits d’un article de Bloomberg portant sur les récentes déclarations du Président, lors d’un discours à l’université Northwestern à Evanston, Illinois, le 2 octobre :

« Un mois avant les élections législatives, le président Barack Obama lance un appel à la fierté nationale à l’égard de sa politique économique, en faisant valoir que la reprise est plus rapide aux États-Unis que dans d’autres pays. (…) « Les États-Unis ont remis plus de gens au travail que l’Europe, le Japon, et toutes les autres économies avancées réunies », a déclaré Obama. (…) Les économies de l’Europe et du Japon sont à la traine. La reprise de la zone euro – notamment en France et en Italie – est au point mort, avec un Produit Intérieur Brut inchangé entre le premier et le deuxième trimestre, selon Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne. (…) Jason Furman, le président du Conseil économique de la Maison-Blanche, considère que l’accent mis par Obama sur la force relative de l’économie américaine est une « mise en perspective utile au regard d’autres pays, confrontés à des défis similaires ». »

Je ne sais pas si tous les faits rapportés par la Maison-Blanche sont justes, mais il est clair que les États-Unis surclassent l’Europe. Voici des graphiques qui le montrent. Comparons pour commencer les performances en matière de PIB. Ce ne sont pas des chiffres actualisés, mais ils suffisent pour montrer combien nos cousins d’outre-Atlantique sont à la traîne.

PIB-us-vs-europe-
Évolution du PIB (base 100 crise de 2008) : USA (rouge) versus Zone Euro (bleu)

 

Et voici un autre graphique qui montre que l’Europe est aussi à la traîne sur l’emploi.

Taux de chômage US vs Europe
Évolution du taux de chômage : USA (bleu foncé) versus Zone Euro (bleu clair)

 

Et je peux également confirmer, sur la base de mes voyages à l’occasion de diverses conférences, que les Européens regardent l’économie américaine avec envie. Eh, ils s’enthousiasment même pour 1% de croissance, c’est dire !

Cela devrait vous donner une idée de la gravité des perspectives en Europe. Après tout, les États-Unis connaissent l’expansion économique la plus faible depuis la Grande Dépression. Pourtant, par rapport à des pays européens comme la France ou l’Italie, nous sommes une centrale électrique.

obama hollande rené le honzecMais il n’y a rien de nouveau, finalement. Après la Seconde Guerre mondiale, les économies européennes convergeaient vers celle des États-Unis. En d’autres termes, leur croissance était de plus en plus rapide, confirmant les prévisions de l’orthodoxie économique. Mais par la suite, avec le tournant de l’Europe vers davantage d’étatisme à partir des années 1960, tandis que l’Amérique choisissait la voie de la liberté dans les années 1980, la convergence s’est arrêtée et l’Amérique a commencé à bénéficier de meilleures performances économiques. Les données de ces dernières années ne font que confirmer ces choix de trajectoires différentes.

Mais revenons au propos central de notre billet. Comme je l’ai dit plus haut, Obama voit juste quand il déclare que l’Amérique fait actuellement bien mieux que la plupart des autres pays. Seulement, il y a un hic. Le président souhaite que l’Amérique imite les politiques qui ont causé la stagnation économique en Europe !

  • Souhaite-t-il des taux d’imposition plus élevés ? Oui.
  • Souhaite-t-il une hausse des dépenses ? Tu m’étonnes.
  • Souhaite-t-il un développement des réglementations ? Eh oui.
  • Souhaite-t-il un renforcement de l’interventionnisme ? Bien entendu.
  • Souhaite-t-il une extension des programmes sociaux ? Naturellement.

En d’autres termes, la lecture de l’article de Bloomberg a été une expérience surréaliste pour moi. Le Président est-il à côté de la plaque ? Ou s’imagine-t-il que nous sommes à côté de la plaque ? Comment peut-il se vanter que l’Amérique obtient de meilleurs résultats que l’Europe sans se rendre compte que cela revient à critiquer ses choix de politiques économiques ?


Sur le web. Traduction de Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • je le trouve bien prétentieux le monsieur qui a reçu le prix nobel de la paix et qui ne préparent que des guerres pour assoir son pouvoir sur le monde ;

    • En même temps, ce n’est que le prix Nobel de la paix, on connait sa valeur.

      Je ne trouve pas qu’Obama détonne aux côtés d’Henry Kissinger.

    • Ce n’est pas de la prétention, c’est la réalité 😀
      Il n’y a que les faibles qui ont peur de célébrer la réalité par peur de paraître orgueilleux. 😉

  • Avec 17 % de chômeurs (en comptabilisant tous ceux qui ne s’inscrivent plus parce que découragés de ne pas trouver d’emploi) et 50 millions de personnes inscrites à la soupe populaire, où est le dynamisme des USA ?

    • Soyez pas degs 😀
      L’économie américaine est tellement dynamique qu’elle écrase le reste du monde sur son passage, créant l’envie face à l’échec des autres pays développés et même du Brésil et de la Russie qui pleurent leur gloire économique passée ^^

    • Les USA sont tout de même moins avancés en socialisme que l’UE et ont toujours une plus grande culture de l’entreprise.

      • Certes, mais avec leur politique du dollar c’est un gros avantage.
        L’UE se relève plus péniblement mais les bases me paraissent plus solides. Enfin exception faite de la France…

  • Totalement d’accord avec l’article.

  • Obama souhaite certes imiter les politiques européennes mais il a relativement échoué, les Républicains au Congrès et l’émergence du Tea Party l’ont empêché de faire tout ce qu’il voulait, très loin de là, c’est là la force de l’Amérique : elle a des gardiens engagés de la liberté économique et surtout les Etats ont plus d’importance économiquement que l’Etat fédéral, Obama globalement n’a que peu à voir avec cette croissance très forte (oui -> 4,6% de croissance en rythme annuel au 2nd trimestre c’est énorme) mais les politiques des Etats, la capacité d’innovation du secteur privé et le boom du gaz et pétrole de schiste ont permis aux US de redevenir cette locomotive économique.

    En effet, les USA vont être un mastodonte du 21ème siècle grâce à la liberté, leur envie d’entreprendre et leurs ressources énergétiques, le pays est sans égal.

    Et là la comparaison n’a été faite qu’avec les pays développés mais entre la Russie et le Brésil en stagnation (Russie) ou récession (Brésil), en fort ralentissement (Chine, Inde) il est clair que les USA est tout simplement sans égal, les BRICS commençant à entrer dans le vrai monde où ils n’ont plus d’avantages conjoncturels et doivent faire ce que les pays développés ont fait : réformer.

    Vive les Etats-Unis d’Amérique 😀

    • vous devriez aller faire un tour sur le site le contrarien matin ou on parle de l’amérique et de son chomage officiel mais non officieux ; ça laisse songeur…..

    • Nous en reparlerons le jour où le dollar yankee deviendra de la monnaie de singe (il a déjà perdu 95% de sa valeur par rapport aux accords de Bretton Woods….).

  • Obama est le président qui a le plus taillé dans les emplois de fonctionnaires. Comment l’expliquer au vu de l’article ci-dessus ?

    http://www.businessinsider.com/public-sector-jobs-2014-4

    • il ne faut pas oublié qu’il ne dispose pas d’une majorité au congrès. il est obligé de fare des compromis avec les républicains

  • Je veux bien qu’on parle du chômage « réel » aux USA mais il conviendrait d’en faire de même avec la France pour ne pas la nommer. Sachant que Pôle Emploi est le dernier endroit où il faut se rendre pour trouver du taf, quand on en cherche un, il est inutile d’aller s’y inscrire si on est pas ou plus éligible à des indemnités.

    Bref, comme chacun truque les chiffres comme ça l’arrange, la seule solution pour comparer est de s’en remettre à un organisme international qui standardise les critères, c’est ce que fait l’OCDE qui prend comme définition du chômeur celle du BIT. Comme dirait l’autre, il n’y a pas photo entre les USA et l’UE ou la Hollandie.
    http://stats.oecd.org/index.aspx?queryid=36324&lang=fr

    La question est plutôt de savoir si Obama aurait pu mieux faire. Même si je ne l’aime pas et que je pense que la réponse est oui, nous ne le saurons jamais. En revanche, tout ce qu’il dit et qui est rapporté ci-dessus est indiscutable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles