Reprise économique : Selon Obama, les USA surclassent l’Europe

Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

« L’Amérique est mieux placée que toute autre nation sur terre pour dominer le 21e siècle », a déclaré Obama.

Dans un discours prononcé jeudi dernier, Obama a vanté les performances économiques des États-Unis. « L’Amérique est mieux placée que toute autre nation sur terre pour dominer le 21e siècle », a-t-il déclaré.

Par Daniel J. Mitchell, depuis les États-Unis.

Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

Je ne suis pas un grand fan de la politique économique d’Obama. Je n’aime pas l’esprit de lutte des classes du Président en matière d’impôts. Je vois d’un mauvais œil ses relances keynésiennes. Et je n’aime pas ses politiques d’étatisation coûteuses telles que l’Obamacare. C’est pourquoi je me moque souvent de son étatisme compulsif.

Ceci étant, je partage totalement son point de vue – quoiqu’avec quelques réserves – selon lequel les États-Unis font globalement bien mieux que les autres pays.

Voici quelques extraits d’un article de Bloomberg portant sur les récentes déclarations du Président, lors d’un discours à l’université Northwestern à Evanston, Illinois, le 2 octobre :

« Un mois avant les élections législatives, le président Barack Obama lance un appel à la fierté nationale à l’égard de sa politique économique, en faisant valoir que la reprise est plus rapide aux États-Unis que dans d’autres pays. (…) « Les États-Unis ont remis plus de gens au travail que l’Europe, le Japon, et toutes les autres économies avancées réunies », a déclaré Obama. (…) Les économies de l’Europe et du Japon sont à la traine. La reprise de la zone euro – notamment en France et en Italie – est au point mort, avec un Produit Intérieur Brut inchangé entre le premier et le deuxième trimestre, selon Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne. (…) Jason Furman, le président du Conseil économique de la Maison-Blanche, considère que l’accent mis par Obama sur la force relative de l’économie américaine est une « mise en perspective utile au regard d’autres pays, confrontés à des défis similaires ». »

Je ne sais pas si tous les faits rapportés par la Maison-Blanche sont justes, mais il est clair que les États-Unis surclassent l’Europe. Voici des graphiques qui le montrent. Comparons pour commencer les performances en matière de PIB. Ce ne sont pas des chiffres actualisés, mais ils suffisent pour montrer combien nos cousins d’outre-Atlantique sont à la traîne.

PIB-us-vs-europe-
Évolution du PIB (base 100 crise de 2008) : USA (rouge) versus Zone Euro (bleu)

 

Et voici un autre graphique qui montre que l’Europe est aussi à la traîne sur l’emploi.

Taux de chômage US vs Europe
Évolution du taux de chômage : USA (bleu foncé) versus Zone Euro (bleu clair)

 

Et je peux également confirmer, sur la base de mes voyages à l’occasion de diverses conférences, que les Européens regardent l’économie américaine avec envie. Eh, ils s’enthousiasment même pour 1% de croissance, c’est dire !

Cela devrait vous donner une idée de la gravité des perspectives en Europe. Après tout, les États-Unis connaissent l’expansion économique la plus faible depuis la Grande Dépression. Pourtant, par rapport à des pays européens comme la France ou l’Italie, nous sommes une centrale électrique.

obama hollande rené le honzecMais il n’y a rien de nouveau, finalement. Après la Seconde Guerre mondiale, les économies européennes convergeaient vers celle des États-Unis. En d’autres termes, leur croissance était de plus en plus rapide, confirmant les prévisions de l’orthodoxie économique. Mais par la suite, avec le tournant de l’Europe vers davantage d’étatisme à partir des années 1960, tandis que l’Amérique choisissait la voie de la liberté dans les années 1980, la convergence s’est arrêtée et l’Amérique a commencé à bénéficier de meilleures performances économiques. Les données de ces dernières années ne font que confirmer ces choix de trajectoires différentes.

Mais revenons au propos central de notre billet. Comme je l’ai dit plus haut, Obama voit juste quand il déclare que l’Amérique fait actuellement bien mieux que la plupart des autres pays. Seulement, il y a un hic. Le président souhaite que l’Amérique imite les politiques qui ont causé la stagnation économique en Europe !

  • Souhaite-t-il des taux d’imposition plus élevés ? Oui.
  • Souhaite-t-il une hausse des dépenses ? Tu m’étonnes.
  • Souhaite-t-il un développement des réglementations ? Eh oui.
  • Souhaite-t-il un renforcement de l’interventionnisme ? Bien entendu.
  • Souhaite-t-il une extension des programmes sociaux ? Naturellement.

En d’autres termes, la lecture de l’article de Bloomberg a été une expérience surréaliste pour moi. Le Président est-il à côté de la plaque ? Ou s’imagine-t-il que nous sommes à côté de la plaque ? Comment peut-il se vanter que l’Amérique obtient de meilleurs résultats que l’Europe sans se rendre compte que cela revient à critiquer ses choix de politiques économiques ?


Sur le web. Traduction de Raphaël Marfaux pour Contrepoints.