Banques centrales : quelle logique à l’œuvre ?

René Magritte, L'assassin menacé, 1927.

Quelle est la cohérence de toutes les mesures prises par les banques centrales ?

Par Vladimir Vodarevski.

René Magritte, L'assassin menacé, 1927.
René Magritte, L’assassin menacé, 1927.

 

Où va la politique monétaire ? Quelle est sa logique ? Quel est le raisonnement de ceux qui la mènent ? La question se pose, tant elle apparaît déconnectée de la réalité, et incohérente.

Déconnexion de la réalité

Ainsi, tout le monde se félicite du nouveau programme de quantitative easing, c’est-à-dire d’injection de monnaie dans l’économie, décidé dernièrement par la BCE. Ce programme de création monétaire est censé relancer l’économie européenne. Cependant, au même moment, le bilan de la même politique, menée au Japon, s’avère être un échec. Curieusement, personne ne tient compte de cet échec. Alors même que le Japon est l’exemple contemporain de multiples politiques de dépenses publiques, de déficits, et de création monétaire, qui n’ont mené à rien. Mais cela ne fait pas la une de l’actualité.

Pour justifier la politique de création monétaire, les politiques de la Fed, la banque centrale des États-Unis d’Amérique, et de la Bank of England, sont mises en avant pour expliquer la reprise économique dans ces pays. Mais on oublie que la politique de la BCE est elle aussi très accommodante. Il y a peu de différences entre la BCE et la Fed et la Bank of England. La BCE avait d’ailleurs déjà lancé un grand programme de crédit aux banques européennes, comme elle veut le refaire aujourd’hui. Par contre, les économies qui connaissent une reprise sont celles qualifiées de plus flexibles. Elles se restructurent après une crise. De plus, c’est justement ce qui manque au Japon, la fameuse troisième flèche des abenomics : des réformes structurelles. Les faits montrent donc que la politique de création monétaire ne relance pas l’économie. Mais personne n’en tire les conclusions qui s’imposent.

Incohérences

La politique monétaire fait aussi preuve d’une grande incohérence. Officiellement, il s’agit d’encourager le crédit aux entreprises. Sauf que, d’un autre côté, la réglementation monétaire fait tout pour rendre désavantageux pour les banques le crédit aux entreprises.

En effet, depuis 1988, les banques doivent se conformer aux critères de Bâle. Ces critères décrètent ce qui est risqué ou pas pour les banques. Celles-ci ne sont donc pas libres dans leur activité. Si elles mènent une activité considérée comme risquée par les critères de Bâle, elles doivent respecter plus de contraintes, elles sont désavantagées. Les critères de Bâle favorisent l’investissement et le prêt aux entités publiques, et à l’immobilier. Et défavorisent l’investissement et le crédit aux entreprises ! L’instauration de ces critères a fait chuter la part du crédit aux entreprises (voir le graphique sur Contrepoints). Et ces critères viennent d’être durcis, pénalisant d’autant plus le crédit aux entreprises. D’un côté les autorités veulent donc encourager le crédit aux entreprises, de l’autre, elles le considèrent comme trop risqué !
Il n’y a ainsi aucune logique à la politique monétaire. Elle ne tient pas compte des retours d’expérience, et elle est incohérente.


Sur le web