Ecotaxe, le phénix du périphérique parisien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Embouteillage voitures (Crédits epSos.de, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ecotaxe, le phénix du périphérique parisien

Publié le 24 septembre 2014
- A +

Au cours de l’été, on apprenait qu’Anne Hidalgo, la nouvelle maire de Paris, cherchait 400 millions d’euros pour boucler le budget 2015 de la capitale française, trou qu’elle avouait avoir découvert à sa prise de fonction, alors que s’agitait encore le petit mouchoir blanc de Delanoë, parti avec un grand salut à la noce qui fêtait l’arrivée d’une femme à la grande mairie parisienne… Bonne nouvelle : un début de renflouement est déjà sur les rails. Et s’il ne s’appellera pas « écotaxe », c’est seulement pour des raisons marketing.

Eh oui, tel un phénix ragaillardi par une saine période de détournement d’attention, l’écotaxe semble repointer le bout de son nez.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’actualité l’année dernière, l’écotaxe est ce concentré de punition écologique taxante tout droit sorti de l’alambic maléfique du capitalisme de connivence dont on pourra retrouver l’illustration ici, et qui aura permis d’entériner un transfert de fonds de 800 millions d’euros de la poche des contribuables vers celle de la société Ecomouv et de l’État, jamais perdant au petit jeu de la ponction des moutontribuables.

ecomouv

Et voilà donc Anne Hidalgo qui ressort le projet de ses cartons moisis où le gouvernement l’avait sagement enfermée en attendant que la pression redescende. De façon fort peu commode, la récente mise à feu du centre des impôts de Morlaix, provoquée par une crise de panique soudaine suite à une lourde phobie administrative de maraîchers locaux, aura rappelé aux Français les aventures des Bonnets Rouges bretons qui démontrèrent il y a presque un an que le consentement à l’impôt ne va pas forcément de soi, même si celui-ci se camoufle en taxe, et même s’il se pare d’un plumage écolo. Mais après tout, si ça ne se passe pas bien en Bretagne, peut-être qu’à Paris, cela pourra se mettre en place sans problème ?

C’est, en tout cas, à cette expérience que vont goûter prochainement les Parisiens et ceux qui auront le malheur de transiter par la capitale, puisque le Conseil de Paris s’apprête à voter, fin septembre, la mise en place d’un péage de transit poids lourds sur le boulevard périphérique. Histoire de faire gentiment passer le suppositoire à ailettes, le coûteux dispositif sera d’abord expérimenté « à blanc » dès le 1er octobre prochain, jusqu’à la fin de l’année, c’est-à-dire que les factures ne seront pas envoyées aux vilains impétrants qui, toute honte bue, continueront de pratiquer des déplacements polluants sur le périphérique parisien. Dès le 1er janvier 2015 en revanche, bim, les routiers, qui sont sympas et suffisamment dodus pour payer, seront mis à contribution.

oh yes

Pour donner un ordre de grandeur, Christophe Najdovski, taxateur en chef et adjoint EELV chargé des bouchons transports à la mairie de Paris, explique que la taxe, qui ne touchera que les camions de plus de 3.5 tonnes (i.e. : tous), s’élèvera en moyenne à 0.13€ du km et devrait rapporter 5 millions d’euros par an à la Mairie de Paris. Vous voyez, 0.13€/km, c’est vraiment une petite misère de rien, ce serait dommage de s’en priver. Et puis, cinq millions, c’est vraiment modeste, on frise le symbolique (rien de punitif là-dedans, mes petits amis), à tel point que ces sommes seront utilisées pour développer des moyens de transports alternatifs (au camion) comme le ferroutage (bon certes, il y a du travail entre les grèves, les soucis de ponctualité et l’infrastructure très vieillissante), le fluvial (pas du tout encombré, tout à fait compétitif et permettant vraiment d’aller où on veut) et le vélo ahem bon bref vous avez compris. Et puis, excuse ultime, le but n’est pas (évidemment) de récolter de l’argent, mais seulement de « s’attaquer au transit international du boulevard périphérique, source de beaucoup de nuisances pour les riverains », selon Cricri le taxeur-écolo.

hidalgo lama

Autrement dit, pour lutter contre une nuisance, nos vaillants élus écolos ont trouvé une superbe parade : une autre nuisance, taxatoire celle-là. Voilà qui est malin comme tout. Et voilà qui n’aura bien sûr aucun effet adverse, c’est garanti sur facture. D’une part, comme le montant est faible, les livraisons parisiennes ne subiront aucune hausse de prix. C’est dit. D’autre part, les camions qui transitent ne choisiront pas de modifier leur trajet, venant ainsi s’agglutiner sur d’autres portions de routes, moins prévues pour leur gabarit ou leur nombre. Là encore, c’est dit, il n’y aura pas de modification comportementale. Et enfin, tout ceci va positivement réjouir les Parisiens et les autres, en camion ou pas, parce qu’ils savent pertinemment que le système ne les concernera jamais : il semble évident que les portiques écotaxe ne s’occuperont jamais des voitures particulières, parce que ce serait trop méchant, bien sûr.

Et puis bon, il faut bien trouver un moyen de lutter contre la pollution, mes petits amis. Paris vient de sortir, une nouvelle fois, d’une terrible semaine de nuées pestilentielles et cette taxe va, à n’en pas douter, s’ajouter à la lutte contre les méchantes activités polluantes de l’Humanité contre lesquelles, justement (ça tombe bien !) Anne Hidalgo et (accessoirement) François Hollande ont consacré quelques heures en allant faire les marioles représenter la France à New-York au Sommet pour le Climat, après avoir cramé quelques milliers de litres de kérosène pour ça, en toute cohérence.

Ici, on évitera de se pencher sur le paradoxe évident qui consiste à concilier l’envie de voir un comportement changer avec une taxe (pour forcer les camions à moins polluer dans le cas qui nous occupe) et, en même temps, à tout faire pour conserver le même comportement et les camions sur les routes qui leur sont adaptées (mais taxées), afin de gagner des thunes.

wtf dogs

Enfin, ne critiquons pas. Après tout, la mairie de Paris ne fait qu’appliquer les décisions du gouvernement puisque, comme le justifie (piteusement) Cricri le taxeur-écolo, ce dispositif « n’est que la déclinaison parisienne de décisions prises cet été au niveau du gouvernement » et que le boulevard périphérique fait simplement partie des 4000 kilomètres touchés par ce péage dans l’Hexagone. En clair, ce n’est pas complètement de la faute à Hidalgo, c’est aussi pas mal la fotogouvernement qui avait simplement « mis en pause » la petite vexation fiscale écolo-fumiste.

Finalement, qu’il doit être facile d’être politicien dans ce pays ! Lorsqu’un problème se pointe, une taxe semble l’alpha et l’oméga des solutions pratiques pour le résoudre. La pollution parisienne, notamment liée à l’abaissement constant des seuils de déclenchement des alertes et à l’augmentation assez consternante des bouchons par une politique de tabassage systématique des voitures, disparaîtra, d’après Hidalgo, sa clique parisienne et plus généralement, nos fiers députés, grâce à l’introduction d’une taxe tartinée d’écologie. Ben voyons.

Le non-politicien, individu benêt et un peu fruste, se serait niaisement attelé à redonner à la voiture une place pour circuler, à aménager des voies plus praticables, à rendre le passage de Paris aussi simple que possible tant pour les banlieusards en transit que pour les camions en voyage. Sans dogmatisme, il aurait vite compris que non, la voiture n’est pas remplaçable partout, en tous lieux et en tous temps, par de mignons petits vélos d’une tonne chaque avec de jolis calicots « Vélib », que les impératifs modernes imposent une réduction des prix des taxis (par exemple grâce à une saine concurrence, déjà introduite par des moyens judicieux comme Über ou Allocab), et que griller 50L/100 dans des bus à moitié vides la majeure partie du temps n’est pas vraiment une option écologique, responsable, citoyenne et durable.

Mais voilà. Le non-politicien n’est pas élu, n’a pas le pouvoir de décider à la place des autres ni de lancer un Ta Gueule C’est Magique™ lorsque la réalité contredit les espérances collectivistes. Alors les Parisiens, comme bientôt le reste des Français, auront l’immense plaisir de découvrir, bientôt, l’écotaxe. Aujourd’hui, les camions. Demain, tout les autres.

Réjouissez-vous, vous allez encore payer.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Merci pour cet article.

    L’Eco taxe va peser lourd pour tous les foyers fiscaux de France et de Navarre.
    Cette taxe devrait servir pour financer les infrastructures ferroviaires. La Lgv et d’autres ?La concurrence entre l’avion et le rail
    Les pouvoirs de Mme le maire de la capitale sont ils les mêmes que les 36000 autre s communes de France

  • Je trouve cet article tout à fait pertinent.
    En plus d’être juste il est clairvoyant.
    Car, bien sûr, c’est tout ce qui roule qui sera concerné très bientôt.
    Une bonne façon de mettre de la plus-value sur ce qui nous coûte déjà un œil.
    Et qu’importe la pollution du moment que ça rentre du fric.
    Ces gens, ces soit disant gouvernants, sont tout simplement exécrables, voire écoeurants !
    Absolument rien n’est fait pour l’écologie, la vraie, mais tout est fait au contraire pour nous pourrir la vie.
    Autrement dit polluer notre société.
    A quand le grand nettoyage ?

    • Le marché des radars n’est pas de l’écologie. La réduction de la vitesse n’ont plus. Mais alors pourquoi parler d’écologie ?. Il est paradoxale de réduire la vitesse en zones urbaine et rurale d’augmenter la vitesse des
      TGV pour réduire le temps de transport entre capital régional et Paris.

  • Le ferroutage dans Paris : je n’y avais pas pensé !

  • Si j’ai bien compris, c’est donc une taxe gratuite qui ne coûte rien à personne mais qui rapporte quand même… Ils sont trop forts ces socialos. Allez je m’autorise un petit calembour, c’est du ferroutage de gueule !

  • Bien entendu la deuxième phase va être : taxe pour tout le monde.
    Ce que j’espère de la part des automobiliste est d’éviter le periph; oui de prendre les autres voies
    (je suis conscient que cela implique des pertes de temps) mais ce qui importe maintenant c’est
    de leur dire : ça suffit et autrement qu’avec des mots. (effet Laffer appliqué autrement).

  • Excellente nouvelle. 🙂
    Clap clap clap.
    Chaque nouvelle taxe enfonce un poil plus ce pays merdique dans le caca.

    Je demande d’urgence un package spécial fin d’année pour les caisses trouées de l’Etat.
    Plus de radars, plus de lois, plus de taxes, plus de ministres, plus d’incapables, d’irresponsables, de démagogues. Bref, alléluia, ce pays est bientôt une histoire ancienne.

    • ouaip, les soces sont (comme) des grosses mouches à merde qui se cognent sans cesse sur la même fenêtre fermée

    • Je suis toujours ému par l’optimisme de ceux qui pensent naïvement mais sincèrement que ce qui se construira sur les cendres de notre société sera plus libéral. La tendance de l’humain est d’aller vers plus de socialisme, tout autour de nous le montre. Ce n’est pas parce que les gens protestent enfin qu’ils veulent mettre quelque chose de mieux à la place. Le collectivisme est probablement inscrit dans nos gênes, et les libéraux sont sans doute d’étranges et rares mutants.

  • Et vous pensez peut être, dans votre grande naïveté, que les portiques de l’écotaxe ne surveillent QUE les poids lourds !!!!!!!

    Allons donc !!!!

    Vous aussi vos plaques d’immatriculation sont surveillées, enregistrées, et il suffira d’un tout petit décret voté en douce un 31 décembre ou un 13 juillet par ceux qui sont censés nous « représenter » pour instaurer une taxe sur tout véhicule qui passera dessous.

    Et le tour est joué.

    L’écologie a bon dos et n’avez vous pas remarqué que les pics de pollution sur l’Ile de France ont TOUJOURS lieu quand le vent vient de l’est, jamais par vent d’ouest ou du sud ou du nord, ce qui veut signifier que cette pollution est importée des pays de l’est en grande partie avec ses centrales à charbon.
    Bien évidemment la circulation parisienne y participe pour une grande part mais il n’y a pas que ça.

  • les routiers paieront la taxe et la répercuteront sur la vente des produits transportés ; au final c’est le consommateur qui paiera la note ;

    • Bonjour, aux dernière nouvelles, les hypers, les centrales d’achats, ne veulent pas entendre parler de la répercussion de la taxe sur les produits c’est le problème des transporteurs disent-ils, en gros à eux d’assumer, c’est la conséquence de la grogne des transporteurs aujourd’hui (beaucoup d’entreprises devront fermées faute de trésorerie suffisante pour payer cette taxe qui s’ajoute en plus de nombreuses autres déjà en place) donc plus de transporteurs pour acheminer les produit aux hypers….dilemme….nous sommes dans une impasse….

    • Comme tous les impôts qui frappent les entreprises… Il n’y a que les socialistes pour croire que l’impôt sur les sociétés est payé par « les sociétés ». La seule personne physique qui ramasse toutes ces déjections taxatoires, c’est toujours le consommateur.

  • Ne pourrait-on pas taxer la connerie de nos élus , énarques et Cie en fonction de son amplitude.
    Bien sûr il faudrait créer une échelle.
    La Stasi de Bercy pourrait s’en charger.
    2 avantages:
    -Cela rapporterait gros
    -ils en feraient moins, car touchés au portefeuille.
    L’autre solution serait de créer un permis à points de la connerie.
    Lorsque la réserve de points a disparu, ils disparaissent eux aussi (sans retraites diverses).
    Où?
    A la Santé, par exemple, puisqu’elle est vide pour le moment.

    • non, chez eux la connerie n’est pas une option. C’est standard.
      De plus comment fixer l’étalon de la performance et du résultat dans une Ripoublique démagogique.
      Non. C’est pas possible, vraiment.

      On pourrait essayer l’encouragement pavlovien avec eux, mais encore une fois, l’animal est bien repu, le ventre rond. Il ne bouge plus pour une petite croquette….

      Alors, il s’agace, l’Etat, il nous traite de sans dents, d’illettrés, de gueux pouilleux. Le léviathan tremble. Il a peur dans sa chaumière. Il doute, fait des grands gestes. Bref, il devient méchant, montre les dents.

      Un chien qui a peur, est un chien qui mord. Le chien ne mord pas ceux qui font face, ceux qui mettent des coups dans le nez. Combien d’entre nous sont ils capables de faire face ?

      Sinon, fuyez !

    • Alors là…. taxer la connerie de nos élus? Mais ce sera Byzance en un rien de temps! Fini les petites taxounettes, ce sera le grand jeu! Fortune assurée….

  • Dans ce pays où chaque édile est semble-t’il pourvu du privilège de lever des taxes, je voudrais faire remarquer un petit problème qui me chiffonne : si vous gagnez 100 euros et qu’on vous en prend 20 en impôt, il vous reste les 8 dixièmes pour vivre. Si vous gagnez toujours 100 euros, qu’on vous en prend déjà 60 et qu’on vous rajoute un impôt de 20 euros, on vous prend la moitié. Et à la prochaine taxe de 20 euros, on vous prendra la totalité.

    Même si cela ne conduit pas nos élus à considérer prochainement la situation du haut de piques, ils devraient se poser quelques questions sur la viabilité de leur système de rapines.

    • Bof… Ils se poseront bien une ou deux questions mais la réponse est connue : c’est pas nous.
      Et même s’ils en venaient à conclure qu’ils ont merdé, ils diraient : mais notre système est quand même le meilleur du monde, il ne faut rien changer.

  • je ne sais pas si ça se produit dans toute la france : les radars automatiques au bord des routes sont en train d’être modifiés. avant, ils étaient au sol, faciles à recouvrir d’un carton pour les rendre aveugles, ou faciles à brûler. et de fait, un certains nombre avait eu l’occasion de se faire brûler…
    maintenant, ils sont remplacés par des dispositifs perchés en haut de mats. c’est bien sûr plus difficile à brûler. je vais aller voir ça de plus prêt (diamètre du mat, hauteur du mat épaisseur du tube du mat), histoire de voir si leur fragilité ne sera pas maintenant de les faire se coucher par terre au moyen d’une corde en tirant au dessus du mat, ce dernier étant simplement entaillé avec une scie à métaux à sa base pour réduire le module de résistance…

    • Je vous conseille d’éviter ce genre d’allusions sur internet !
      Ce n’est pas prudent…pour vous.
      Très cordialement et solidairement vôtre…

      • oui, c’est vrai. maintenant, peut on me faire des ennuis sur le simple motif que peut être je passerai à l’acte ?
        il ne faut pas attendre que le crime ou le délit soit commis ?

    • radar tronçon peut être ?

    • « …radars….des dispositifs perchés en haut de mats. »

      P’tête qu’ils ont poussé à force d’être arrosé… de taxes ».

      L’essence Monsieur le Juge, c’était juste pour voir s’ils pousseraient plus vite… et puis après j’ai eu une idée… comme qui dirait une étincelle…

  • Ahhhh ce matin sur BFM business il disait que cette année les impôts locaux n’augmenteraient quasi pas, H16 explique la suite, très drôle, enfin après on pleure 😉

  • la reine Hidalgo et sa cour des miracles fiscaux est étonnante ,encore un effort et on rejouera les misérables a Paris et les parisiens mangeront du rat faute de livraisons a cause d’une gréve générale des camionneurs et autres agents économiques de l’ile de France .

  • Mon Dieu mais quand donc tout ceci prendra t-il fin?
    Quand ce pays va t-il se casser définitivement la gueule?
    Que c’est long!

  • Oscar n vous vous gaspilleriez a prendre ce risque de bousiller ce genre de truc..vous risquez une grosse amende si vous vous faite prendre et de toute maniere le radar est repare en quelques semaines tout au plus,seule votre conscience juste vous remercierait de votre acte,pas meme un autre usager..

    • je ferais ça de la manière dont on me l’a appris aux eor : marche d’approche à la tombée de la nuit de 5 à 10 km, commencer le travail à la nuit noire, connaître un ou plusieurs itinéraires de fuite à travers la forêt dans la montagne, les véhicules ne peuvent nous suivre, et j’imagine mal les gendarmes se mettre à courir derrière mois.
      mais sans doute que je resterai devant ma télé et que je ne ferai rien du tout.
      sauf peut être calculer et mettre un mode d’emploi en ligne.

  • De toutes façons, avec Hidalgo, on marche sur la tête depuis 12 ans et ça va durer encore pas mal de temps… On voit bien qu’elle ne prend pas souvent le périph…

  • Et en prime, vous aurez au 1er janvier la taxe carbone sur tous les carburants. C’est la nouvelle méthode (comme pour l’écotaxe): on vote en catimini et sans protestations une taxe qui prendra effet quelques mois plus tard… Comme c’est de la fiscalité verte, il sera de très mauvais goût de râler

  • Mme Hidalgo, ancienne premier-adjoint à la mairie, découvre… dites, vous croyez vraiment qu’elle nous prend pour des c***?
    Moi j’en suis persuadé, quand je vois que la France entière a mis au pouvoir cette bande d’incapables socialistes et verts, des parasites qui ne raisonnent que par impôts et taxes, fonctionnaires et subventions, sans jamais se poser la question de savoir qui paye.
    Mais soyons honnêtes, la lâcheté de la droite ne vaut guère mieux.
    Petit bémol pour Bruno Le Maire, si jamais il tient parole : suppression du cumul du statut de fonctionnaire et du statut d’élu, on n’aurait plus un gouvernement fait à 100% d’énarques incapables. Et instauration du référendum systématique.
    On peut rêver…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles