L’écotaxe et le hold-up de 800 millions d’euros

Publié Par h16, le dans Édito

Hollande, notre immense président pédalo-flambyste, avait prévenu : son cap était clair et c’était Le Changement. Pas étonnant dès lors qu’avec une telle non-prise de direction, comme prévu (notamment ici), le gouvernement se retrouve dans l’obligation de faire, une nouvelle fois, marche arrière. L’écotaxe est donc suspendue. Immédiatement, de longs mugissements écolo-socialistes sont montés de toutes parts pour pleurer une si grande perte…

Et au premier rang des vagissants, on trouve les habituels Dupont et Dupond de l’écologie morigénatrice qui, apprenant la piteuse reculade du Ayrault en rase campagne, n’ont pu s’empêcher de bondir à l’assaut de l’un ou l’autre micro mou qu’on leur aura complaisamment propulsé sous le pif. José Bové et Noël Mamère nous auront donc servi leurs profondes pensées sur le sujet.

Le premier, qui avait pourtant eu l’excellente idée de devenir incolore, inodore et sans humeur depuis quelques années, est sorti de son agréable léthargie pour déclarer, la moustache frémissante :

« Et donc en décidant cette suspension sur tout le territoire, le Premier Ministre accepte le verdict de la pression par ceux qui ont détruit l’environnement en Bretagne, ceux qui sont responsables des algues vertes. »

Ben voyons. L’abandon de l’écotaxe, c’est la reculade devant les Sarrazins, c’est une nouvelle ligne Maginot franchie en sautillant, c’est une désertion en pleine guerre écologique pour rendre enfin la planète habitable et tout le tralala. Et bien sûr, le fait qu’un soi-disant paysan montre directement du doigt d’autres paysans et les accuse, rien moins, de bousiller leur environnement de travail, ne fait bondir personne. C’est José, c’est du balourd, c’est du comique. Le fait que ce même José soit actuellement député européen (mais si) et touche de très confortables indemnités pendant que ceux qu’il croit dénoncer ont du mal à boucler leurs fins de mois est une insulte supplémentaire faite tant aux agriculteurs qui triment qu’aux politiciens un tantinet moins populistes qui tentent, eux, de faire croire à leur utilité.

Quant à Mamère, on est dans la routine de l’ouvrage compulsif de boîte à tautologies puisque, la moustache tout aussi frémissante que celle de l’autre andouille, il déclare, aussi consterné que consternant :

« On a réussi cette performance qu’un gouvernement dans lequel siègent deux ministres écologistes puisse transformer l’écologie en une punition collective. »

Noel MamereParce que tu n’avais pas encore constaté, mon brave Nono, que l’écologie était passée depuis un bon moment en phase punitive avec des précipités de taxes, de malus et de bastons fiscales un peu partout dans le paysage économique, notamment français ? Mais il te faut quoi, exactement, pour comprendre que les Français commencent à en avoir ras la casquette des lubies décroissantistes, des châtiments fiscaux éco-conscientisants et des vexations climato-réchauffistes ?

Mais le tableau des pleureurs subventionnés n’aurait pas été complet sans les beuglements pathétiques du sénateur écologiste joufflu. Dans une presse décidément commode pour relayer ses états d’âmes taxophiles, Jean-Vincent (dé)Placé déclare ainsi :

« Je comprends l’exaspération en Bretagne et je trouve tout à fait normal de manifester, mais pas de cette façon-là. L’écotaxe va coûter 42 millions d’euros à la Bretagne mais va lui en rapporter 135 en matière de transport routier, qualité des routes… »

Ah, bien sûr. L’écotaxe coûte beaucoup, mais elle rapporte tellement plus ! Vraiment, c’est formidable une taxe pareille ! Le seul souci, on le comprendra, est qu’on ne pourra pas sortir cette explication bidon à chaque région qui fera la gueule.

jean vincent placé

Cependant, au milieu du concert de pleurnichements écolos, certains commentaires se sont immédiatement fait entendre pour dire que, attention, l’annulation de cette taxe allait provoquer force trous dans les finances. Eh oui : l’État se serait engagé auprès d’une société Ecomouv’, à hauteur de 800 millions d’euros et annuler l’écotaxe reviendrait pour cette entreprise à s’assoir sur un tel montant…

Oh.

Zut alors.

Ce gouvernement — qui n’a pas eu de mal à faire abroger quelques lois passées du temps de Sarkozy — se retrouve fort embarrassé avec cette écotaxe, apparemment… Il faut dire qu’une ardoise de 800 millions d’euros, par les temps qui courent, c’est difficile à pousser sous le tapis.

Cependant, à l’analyse, on ne pourra s’empêcher de tiquer. En effet, quand bien même les actionnaires d’Ecomouv ont les reins financiers solides, difficile d’imaginer qu’ils ont englouti 800 millions d’un coup pour leur infrastructure. Ou plutôt, on comprend surtout que cette entreprise est à tel point certaine d’avoir son marché captif qu’elle n’a pas hésité à la dépense, puisque, quoi qu’il arrive, le contribuable paiera.

Sauf que ce qu’une loi a fait, une autre loi peut le défaire : magie de l’insécurité fiscale et taxatoire qui peut donc toucher tout le monde dans les deux sens. Pour une fois, ce serait dans celui de la disparition, ce qui est rare. Et pour une fois, une brochette d’entreprises régulièrement acoquinées à l’État se prendrait un vent, ce qui permettrait de leur rappeler qu’on ne doit jamais compter sur la validité d’un contrat signé avec ce genre d’institutions peu recommandables.

CorporatismeEn effet, on est ici dans un cas typique de capitalisme de connivence, qui ne mérite aucune pitié ; les actionnaires sont, comme par hasard, la même fine équipe que d’habitude ; ne vous faites pas avoir par les gémissements qu’ils pousseront : on nous a refait le coup, ici, des éthylotests, des gilets jaunes et des radars automatiques, qui ont tous profité à quelques individus bien placés et seulement ceux-là. Sauf que cette fois-ci, ça s’est vu. Eh oui : tant pis pour vous, les gars, vous avez joué, vous avez perdu, mais là, l’argent vient à manquer, le moutontribuable n’accepte plus aussi docilement de se faire tondre. Peut-être va-t-il vous falloir gagner votre argent honnêtement pour une fois ?

On comprend que pour des boîtes comme la SNCF ou Thalès, cela représente un vrai changement culturel.

Et puis, si cela ne rapportera pas tant de millions à ces entreprises (ce qu’on voit), ce qu’on ne voit pas, c’est que ça va surtout laisser ces millions dans les poches des Français, millions qui iront se déverser dans l’économie normale et concurrentielle. Peut-être une partie de ces millions iront-ils irriguer quelque entreprise profitable (désolé, SNCF, pas toi), quelque production locale ou quelque génial inventeur du terroir français. Peut-être cet argent évitera la faillite de l’une ou l’autre entreprise (là encore, désolé, SNCF). Nul ne sait. Mais une chose est absolument certaine : ces millions n’iront pas engraisser des actionnaires dont le track record est particulièrement rocailleux (ces actionnaires qui nous font régulièrement préférer l’avion ou l’expatriation, merci)…

Et puis, il faut aussi admettre que supprimer l’écotaxe, c’est s’assurer qu’un gros paquet de millions dodus n’ira pas non plus abonder à ces myriades d’institutions publiques ou parapubliques qui se font un plaisir de les claquer en rapports ridicules, comptes-rendus sans intérêts et autres missions publiques visant à vigoureusement nous « purifier » l’air ou réorganiser autoritairement nos frigos de manière scientifique, écologique et envahissante.

Est-ce, vraiment un mal ? Est-ce vraiment si terrible de savoir qu’un monceau d’argent ne sera pas prélevé dans la poche de ceux qui bossent (puisqu’en l’occurrence, ce ne sont pas les ministres qui risquaient de la payer, cette écotaxe) et n’ira donc pas faire vivre toute une ribambelle d’oisifs plus ou moins risibles qui s’égayent dans les milliers de comités Théodule dédiés à cet environnement que certains devraient retourner voir bien vite au lieu d’encombrer le nôtre ?

Mais surtout, cette promesse fut faite par un précédent gouvernement ; elle illustre donc très bien cette capacité des politiciens d’un bord à engager le pays bien au-delà des mandats qu’on leur a confiés et mettre ainsi, volontairement ou non, dans une merde noire le gouvernement qui lui succèdera. Si politiquement c’est habile, c’est économiquement parfaitement scandaleux.

Et cela illustre à merveille le pourquoi de l’état général du pays : gouvernés par une tripotée d’irresponsables parfaitement heureux de signer tout et n’importe quoi tant que le profit à court terme est au rendez-vous, les élus se seront ainsi engagés, d’année en année, à creuser la dette, à mettre en péril l’économie du pays d’un mandat à un autre, d’une législature à une autre. Si les engagements signés par la fine équipe de Fillon avait engagé celle-ci à titre personnel dans l’histoire d’Ecomouv, il est certain que les accords auraient été fort différents, voire n’auraient jamais eu lieu. De la même façon que les prêts faussement toxiques furent signés par des inconséquents malheureusement toujours en liberté, l’ensemble de l’affaire Ecomouv a été verrouillée par une tripotée d’inconscients dans le but manifeste de mettre en difficulté l’actuelle brochette d’incompétents.

Les Français sont maintenant les témoins atterrés d’un combat de handicapés mentaux, dont la hontectomie trop radicale aura largement aggravé la condition pathologique initiale.

Peut-être cette affaire lamentable servira-t-elle à démontrer l’indigence catastrophique de ceux qui nous gouvernent et le problème profond qu’il peut y avoir pour un élu à constamment s’engager bien au-delà de son mandat et de ses prérogatives.

Mais rassurez-vous : dans cette histoire, le moutontribuable en sera pour sa poche, quoi qu’il arrive.

capitalisme de connivence
—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Qualifier en permanence ces taxes d’ »écologiques », n’est certainement pas la meilleure manière de communiquer l’étendue et urgence du problème … :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique
    (c’est à dire le fait que même si l’on préfère la valse des étiquettes financières, la crise est surtout un monstrueux choc pétrolier qui ne fait hélas que commencer).

    Car la situation c’est ça :
    http://iiscn.files.wordpress.com/2013/05/jlliquidsworld.jpg
    Il serait vraiment temps d’être au courant …

    Et puis cette ecotaxe ça sent aussi quand même beaucoup la sur-complexité :
    « Comme si tout cela ne suffisait pas, il faut enfin installer les équipements qui permettront de collecter l’écotaxe. Une architecture là encore extrêmement complexe, puisqu’il s’agit de hisser 176 portiques de contrôle aux points stratégiques du réseau (coût : entre 0,5 et 1 million d’euros pièce), de poser un demi-million de boîtiers dans les camions (caution à verser égale à deux mois d’écotaxe) et de mettre en place une puissante infrastructure informatique et de télécommunications. Après appel d’offres gagné par l’italien Autostrade – puis annulé par le tribunal administratif avant d’être validé en juillet 2011 par le Conseil d’Etat –, sa filiale nouvellement créée, Ecomouv’, signe enfin avec l’Etat, en octobre 2011, un contrat de quelque… 5.000 pages ! »
    (article les echos)
    Je ne connais pas les détails, mais ai du mal à comprendre les avantages de tout ce système par rapport à une augmentation des taxes au volume pour les carburants poids lourds, et interdiction éventuelle de transit sur certains tronçons routiers …

    1. Ces courbes (en forme de courbes de Gauss) sont aussi crédibles que les graphiques de l’IPCC à propos du soi-disant réchauffement climatique. Les USA sont devenu depuis peu les premiers producteurs mondiaux d’hydrocarbures (méthane compris) avant la Russie. Les réserves officielles de la plupart des pays producteurs ne sont pas connues, ces graphiques ne veulent donc rien dire ! Pour information, l’Arabie saoudite, supposée détenir les premières réserves mondiales de pétrole, commence à pomper de l’eau de mer dans les gisements pour faire « remonter » le pétrole et ainsi assurer une production plus économique qui est à plus de 50 % consommée sur place pour produire de l’eau douce et faire tourner les conditionneurs d’air. Si ce pays n’était pas certain de pouvoir agir ainsi durablement en raison d’une raréfaction supposée de ses réserves alors les dites réserves seraient officiellement connues. Ces courbes n’ont donc aucune valeur sur des temps aussi longs. La Russie n’a aucune idée du potentiel de l’Arctique en hydrocarbures. Le Japon va bientôt extraire industriellement les hydrates de méthane des profondeurs marines, et les biotechnologies seront bientôt à même d’assurer la production d’hydrocarbures à partir de bactéries ou de levures. Conclusion, on peut raconter n’importe quoi avec de belles illustrations mais pour ma part, je suis très loin d’être convaincu !

    2. « la crise est surtout un monstrueux choc pétrolier » : divertissante théorie, énième reformulation du peak-oil, constamment prédit pour dans 10 ans depuis plus d’un siècle ! Elle nous ferait bien rire si ce n’était pas le dernier prétexte constructiviste à la mode destiné à nous voler encore plus.

      La situation, c’est ça, et il est vraiment temps d’être au courant (pour bien investir) : le prix du baril va chuter à moins de 30 dollars au cours des prochaines années sous l’effet conjoint, de la démultiplication sans précédent des réserves prouvées d’une part , de la diversification des sources d’énergies qui rendront l’usage du pétrole progressivement marginal d’autre part.

      1. Franchement si j’avais de l’argent je me demande bien dans quoi je le placerais, et surtout où.
        Je crois que les métaux précieux restent une bonne valeur, l’immobilier (bof), les sciences et la recherche médicale, les nouvelles technologies quantiques et nano. L’énergie propre, gratuite et illimitée (capteur solaire sur la lune). Reste que…..j’ai pas d’argent pour investir. J’ai donc rien à perdre ou à gagner. C’est triste, mais en même temps rien de tel pour se libérer le cœur et l’âme.

        1. Pragmatiquement, il faut placer son argent contre son coeur, c’est-à-dire dans le lobbying et la magouille qui continuent à croître bien plus vite que tout le reste. Mais je ne le ferai pas et je ne serai jamais riche.

    3. Il faut être triplement gonflé, ou inconscient, pour prétendre que toutes les courbes qui montent vont soudain descendre, que nous devons à tout prix faire quelque chose pour en éviter les supposées conséquences dans 20 ans, et que ce quelque chose est « évidemment » une taxe. Et il faudrait être une quadruple buse pour écouter ces types triplement gonflés.

  2. Oui, bon, c’est pas tout, mais c’est l’heure d’un petit café !
    On va pas non plus tomber malade et déprimer à cause de ces clowns. Luttons avec la méthode coué….positivons, proposons, avançons. Visiblement depuis 40 ans, on n’a pas grand chose à espérer de nouveau. Il faut donc créer un monde qui correspond aux valeurs qui sont les nôtres. Et virer l’Etat, ou le laisser pour les autres qui veulent encore y croire ou négocier.
    Faut pas rêver, il n’y a aucune place pour la liberté en France. Sauf si bien sur on crée un système qui ne reconnaît pas la légitimité de l’Etat. Comme le bitcoin…..en marge, et pourtant, bien réel.

    1. « Comme le Bitcoin… » surtout qu’avec un investissement de 27BtCoins en 2009 un jeune Norvégien vient de se payer un appartement grand luxe à Oslo. Vu dans le Guardian aujourd’hui!

  3. Comme yt75, on se demande ( ou plutôt non il y a longtemps qu’on a la réponse!) à qui profite le crime cuisiné dans cette usine à gaz! En effet, tout ce qui roule dans ce pays pourri paye déjà une écotaxe ( sauf les vélos) à travers la taxation des carburants. De plus quand on prend l’autoroute ( où l’écotaxe ne s’appliquera pas ( en théorie, pour la pratique il faudra voir !)) on paye en plus le carburant plus cher!!!! Alors mise à part l’explication par le capitalisme de connivence et la question du bon sens populaire qui demande pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, on peut logiquement conclure que la France est désormais gouvernée par une maffia beaucoup plus nocive que l’italienne dans ses meilleures années! Ce pays est irrémédiablement et définitivement FOUTU!

  4. J’aime bien l’image de PLACE mais comme il y a encore de la place à côté je vais coller celles de Flamby et Zéro avec des nez rouges! J’ai un peu de temps vu que mes clients se font rares n’ayant plus une thune à dépenser! Et comme ça ne va pas s’arranger dans l’avenir, il faudra bien s’occuper.

  5. Jean-Vincent Placé qui critique les méthodes des manifestants Bretons, alors que lui-même était favorable à une loi d’amnistie profitant aux exactions des syndicats …

  6. M’étant peu intéressé à l’écotaxe avant ces événements, j’ai été très surpris d’apprendre son fonctionnement quand j’ai réalisé qu’il suffisait d’augmenter la TIPP ou la TVA sur les carburants pour un résultat tout à fait similaire, faire payer plus ceux qui circulent plus.
    On peut objecter que la taxation par portique routier est plus fine, permet des exemptions, ne touche pas les véhicules particulier, etc. Mais trouver des ajustements dans l’assiette de la TIPP ou de la TVA pour exonérer les uns ou faire payer plus les autres (genre usine à gaz fiscale) nos fonctionnaires savent faire.
    Dire qu’ils n’y ont même pas pensé ! Et hop on signe l’appel d’offre avec 200 millions d’euros de frais de fonctionnement par an ! Pauvres cons.

    1. riffraff « que la taxation par portique routier est plus fine, [...] ne touche pas les véhicules particulier »
      .
      Dans le magasin c’est ce qui est marqué sur l’emballage, « rase gratis, promis ».
      A la sortie c’est une autre paire de manches, à coup de petits centimes « provisoire » les véhicules particuliers vont y passer comme les autres.
      .
      De toute manière c’est déjà un taxe indirecte sur les particuliers via le renchérissement des produits transportés. (Parce que je pense qu’il vont nous sodomiser de toute manière avec leurs portiques, il vont juste y aller plus doucement avec moult articles lubrifiant de leurs amis et quelques « heures sombre » à l’intention des opposants.)

    2. bien sûr qu’il y ont pensé ; c’est même la première option qui a été proposée par les fonctionnaires de Bercy, qui restent des gros radins et des gauchistes qui préfèrent avoir directement la main sur le pognon plutôt que de sous-traiter à grands frais à des sociétés Kapitalisses (a fortiori majoritairement étrangères).
      Mais là c’est pas les fonctionnaires qui décident, ce sont les politiciens, et pour eux les portiques big brother étaient tellement plus jouissifs…

      1. Ces « portiques »… plus la société créée pour l’occasion, contrôlée à 70 par les italiens (et la SNCF, bras politique de l’état mafieux)… tout cela évoque furieusement… les fermiers généraux !

        En plus « Ecomouv' », un nom bien crétin, bien dans l’air du temps, comme la radio éponyme.

        « Ecomouv' » se léchait les babines, et prévoyait une tirelire-rente fabuleuse : elle « estime ses propres recettes à près de 2,8 milliards d’euros sur les onze années et demie de la durée d’exploitation et de maintenance du dispositif, et les investissements à 650 millions d’euros.  »

        Vous avez bien lu.

        Ces crapules de fermiers généraux pensaient se faire des c….. en or massif.

        Mais pas de bol, une nouvelle fonction a été trouvée à ces portiques : des potences !

        Etonnant « écho » historique, vous ne trouvez pas ? ;-)

    3. Oui c’est ca, il suffisait d’augmenter les taxes sur les carburants!

      Mais ça passe mal pour les prochaines élections vous comprenez. Et puis, ça ne permet pas de caser des potes, c’est trop simple. Et ça ne fait pas écolo-coco, ça fait trop taxe en fait.

      Mieux vaut une bonne éco-taxe bien enrobée, bien présentée, appétissante, que pour les vilains camions (les voitures suivront) qui polluent et qui n’osent plus passer par les autoroutes, qui osent donc se soustraire à la rafle fiscale péagère (elle même gérée par des potes). Et puis, une nouvelle taxe légère, c’est plus facile de l’augmenter après, ça passe mieux (CSG…).

      Il faut bien entendu gérer le tout par une bonne grosse société privé-publique (on pourra y caser plein de potes) qui se sucre violent au passage (pour aider d’autres potes). Double gain, l’état n’a même pas à emprunter un peu plus, c’est la société écran qui finance :)

      Bref, de l’UMPS à l’état pur:)

      Ils sont faibles, mais ils entubent bien. Jusqu’à quand?

  7. J’ai un problème supplémentaire avec cette écotaxe. Outre le fait que, grâce à ecomouv et à l’usine à gaz qui va avec, l’état toucherait à peu près 50% de la taxe. Bon passons!.
    Faisons l’hypothèse que cela fonctionne, donc mise en place du ferroutage. A quel prix ? Ce ne sera pas gratuit de mettre son camion sur un wagon, donc encore un peu de ponction supplémentaire de la part d’entreprises qui en auront le monopole.
    Comme les camionneurs feront la gueule, il risquent de laisser les trains vides, donc le gouvernement dans sa grande sagesse augmentera le montant de la taxe (cqfd) pour obliger les dits camionneurs à profiter des bienfaits du ferroutage. Ce qui augmentera d’autant le prix des marchandises.
    Tout cela pour dire que les sommes actuellement avancées sont faibles par rapport au coût final qui en résultera si ce système est mis en place. Ca nous coûtera moins cher de l’abandoner.
    D’autre part, pour conduire les trains il faut des chauffeurs. Une grande partie des marchandises qui fait vivre notre économie derrière eux. Mais quel pouvoir on leur donne! on voit bien ce qu’ils font de cette capacité de nuisance actuellement à la SNCF, pourquoi voulez-vous que cela change.
    Enfin ce ferroutage sera en concurrence avec quoi, qui régulera les prix, dans quel marché car celui du transport sera moribond.
    Maintenant si x ou y veulent monter leur société de ferroutage et qu’ils arrivent à démontrer que c’est plus économique que la route, qu’ils y aillent. Au boulot MM les écolos, montrez nous que cela est viable avec vos économies, pas avec l’argent des autres, ça changera un peu.

  8. le jour où ils se rappelleront le pourquoi de cette taxe elle sera appliquée .
    bien sur elle n’a rien d’écologique , elle fut sensée faire payer les infrastructures routières aux véhicules de transit étrangers ce qui n’est que justice. donc moins de taxe pour les locaux , plus pour les internationaux …mais , horreur , pas de signe moins de dispo a bercy ;-)

  9. ouh là là ce cet article qui attaque les personnes jusque dans leurs moustaches ou leur visage jouflu…
    peu de choses à en tirer; mais en s’efforçant de réfléchir calmement: une écotaxe? pourquoi pas si elle sert à développer les énergies alternatives; a-t-elle disparu ou est-elle différée pour une application différente? donc ces 800 millions ne sont pas encore perdus… beaucoup de bla bla polémique pour finalement ne rien dire de concret…

  10. l’écotaxe est une vraie c… on ne va pas demain transporter les oeufs les porcs les choux fleurs etc en train avec la SNCF on est sûr de ne manger que des produits avariés. le transport routier est irremplaçable, fallait être bourré (Borloo ..) pour accepter cette c…

  11. Il va falloir construire des tas d’aéroport en France pour passer au dessus des barrières douanières de l’écotaxe. Une parfaite démonstration du fondement vert pour faire passer le consommateur à la caisse par des taxes indirectes. Une nouvelle politique de transport serait bien plus importante que cette nouvelle taxation du seul moyen de transport qui fonctionne.

  12. Il faut rappeler une évidence qui dérange : plus il y aura d’habitants , plus il y aura de besoins d » énergieS diverses ET plus il y aura de pollutionS diverses c’est donc D’ ABORD une réflexion sur la démograhie de la planète Terre ….
    Ni Bové , ni Mamere , ni les socialos de tribord et babord , ni Marine enfin personne ne le sait évidemment ou ils n’ osent pas le savoir ?
    Les Cies privés peuvent rouler des marchandises sur le réseau ferré.

    1. Et si on essayait d’arreter à vouloir faire chier les gens qui veulent travailler et gagner de l’argent. En effet, vu la monté du chômage, des dettes de l’etat, de l’acceleration du délabrement des services sociaux: sécu, retraite…., il serait de bon ton de penser plutôt à comment sortir de la merde.
      L’Etat joue avec des chiffres, des grandes masses: j’ajoute un peu de poudre ici, j’enleve là. Je donne à ceux ci, je fais crever ceux là. Ah, et puis non, finalement je vais sauver l’entreprise de la culotte et des voitures. C’est symbolique. Les millions de PME (petites qui resteront petites avant de fermer les portes), essayent chaque jour d’apporter de l’eau au moulin. Pour payer les charges, les taxes, les employés. Ces gens sont des pollueurs, c’est sur…..pauvre France avec une idéologie d’atardé mental.

      1. Vous faites erreur Golum je viens de faire un achat 1900 € en faisant le choix d’une PME alors qu »en grande surf j’aurai payé moins cher
        mon post du 30 est parfaitement exact pas d’atardé mental donc.