Pour Valls, la confiance mais pas de majorité absolue

Le vote de confiance gagné, mais la majorité perdue : ce n’est pas le meilleur départ pour le gouvernement Valls II.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls (Crédits : Fondapol, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour Valls, la confiance mais pas de majorité absolue

Publié le 18 septembre 2014
- A +

Un article d’Open Europe.

Manuel Valls (Crédits : Fondapol, licence creative commons)

Le nouveau gouvernement français, mené par le Premier ministre Manuel Valls, a gagné mardi son premier vote de confiance à l’Assemblée nationale. C’était prévisible, mais la nouvelle est que Valls et son gouvernement ne sont pas arrivés, de peu, à réunir une majorité absolue.

269 députés ont voté pour, 244 contre et 53 se sont abstenus. La majorité absolue est de 289 voix.

Plus important, les votes révèlent que 31 députés du Parti Socialiste se sont abstenus. En avril, quand Valls était venu chercher le vote de confiance pour son premier gouvernement, il avait récolté 306 voix. Ainsi, c’est un important pas en arrière qui a eu lieu avant-hier.

valls confiance rené le honzecL’issue du vote de confiance semble confirmer que l’aile gauche du Parti Socialiste reste opposée à la politique économique menée par Valls, qui, en substance, revient à rester critique de l’approche défendue par la Commission européenne, l’Allemagne et les pays du nord de l’Eurozone.

Incidemment, ces divergences avaient nécessité un remaniement fin août, qui vit l’expulsion des trois ministres les plus à gauche, notamment le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg.

L’histoire française montre qu’il est possible de gouverner sans majorité absolue à l’Assemblée. Un autre Premier ministre socialiste, Michel Rocard (fréquemment vu comme le mentor politique de Valls), l’a fait entre 1988 et 1991.

Cependant, il reste à voir quelles seront les marges de manœuvre de Valls, pour arriver aux réformes profondes et aux coupes budgétaires matérielles demandées par l’UE s’il ne parvient pas à regagner la confiance pleine et entière de son propre parti. À défaut, il pourrait être tenté de conclure un accord avec les centristes de l’Assemblée, peu nombreux, mais le succès d’une telle initiative reste hypothétique.

En outre, ce n’est pas un scoop : il est essentiel pour la France de mettre en place rapidement les mesures nécessaires face à une situation économique peu prometteuse.

La route vers le redressement français vient de s’allonger, et de nouvelles embûches sont apparues.


Sur le web. Traduction Contrepoints.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • J’ai adoré son annonce concernant la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu.

    Lorsque vous regardez de plus près, il semblerait que ceci se traduise par une augmentation plus que sensible de l’impôt sur le revenus pour les contribuables atteignant la future deuxième tranche, autrement dit pour toute personne percevant plus de 26 000 euros et des brouettes de revenus nets imposables annuels, tout ceci pour éviter que la fameuse baisse (qui n’en est pas une, sauf pour la clientèle socialiste), ne coûte rien (en théorie) aux caisses de l’État.

    Mais là où le Caudillo est vraiment crétin (en même temps, on ne lui demande pas d’être intelligent, mais seulement d’être un bon socialiste pétri d’ideologie), c’est que ceci continuera de freiner davantage les investissements des ménages moyens et supérieurs.

    Bref, encore un truc qui va casser davantage la croissance.

  • Ce qui me révolte le plus, c’est de les entendre, (comme encore Vallini, qui n’est pas le pire, ce matin) dire qu’ils ont engagé des réformes « comme jamais la France n’en a eu ». Qu’ils en soient convaincus ou pas, c’est grave… Et maintenant que va faire notre premier ministre de la non-réforme? (réformer, ce n’est pas…)

  • Ils n’ont pas le courage de dire qu’ils ne font pas les réformes nécessaires car celles-ci impactent un életorat qui leur est acquis et qu’ils continuent de protéger contre vents et marées

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles