Un périple autour du monde : L’arrogance administrative française s’exporte bien

Les joies de l’administration à l’ambassade française de Nouvelle-Zélande.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tampons administration bureaucratie credits frederic bisson (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un périple autour du monde : L’arrogance administrative française s’exporte bien

Publié le 17 septembre 2014
- A +

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, l’ambassade française de Wellington, Nouvelle-Zélande.

Par Greg.

tampons administration bureaucratie credits frederic bisson (licence creative commons)

Présents à 10h15 pour notre rendez-vous de 10h30, nous n’avons pas été surpris d’être reçus à plus de 11h. C’est même un moindre mal pour une administration. La demande de renouvellement de notre passeport ne sera qu’une simple formalité administrative. Du moment que l’on suit bien toutes les consignes des Cerfa, tout se passe généralement bien. Généralement.

C’est aussi ce qu’a dû penser un ressortissant indien qui avait fait le voyage de Christchurch à Wellington, 600km, 200$ minimum d’avion aller-retour, avec son amie (400$ donc) spécialement pour sa demande de visa (car il faut se rendre sur place…). Ses vacances étaient planifiées, son tour booké, il avait préalablement téléphoné pour confirmer que tout était en règle avec ses documents. Ne lui manquait plus que le précieux sésame qui lui sera délivré rapidement par un personnel dévoué à offrir un service impeccable à ses clients usagers.

Couac

bureaucratie rené le honzecNous ne prêtons d’abord pas attention au dialogue mais le niveau d’anglais catastrophique du préposé aux visas nous fait rapidement tendre l’oreille. Derrière son guichet, l’agent tente de communiquer avec un Indien à l’anglais fluent. Les mots sortent difficilement, et entrent très peu. « Do you understand ? » « No »

N’étant pas doué pour les langues, je ne peux pas trop me vanter mais je ne travaille pas dans une ambassade à l’étranger et mes clients australiens avaient toujours le choix de ne pas me payer si mon travail ne leur convenait pas. Je pensais naïvement qu’un bon niveau d’anglais était requis pour ce genre de poste.

Revenons à l’objet d’une discussion animée. Tous les documents avaient été réunis, le passeport était valide, deux pages vierges étaient bien présentes, pas de casier judiciaire. Tout roule. Mais, notre préposé refuse de prendre en charge le dossier, la responsabilité fut trop grande à supporter : les deux pages vierges du passeport n’étaient pas face à face (c’est le couac susmentionné).

Stupeur de notre Indien ! « J’ai appelé vos services, j’ai lu votre site internet, rien n’indique que les deux pages doivent figurer face à face ». Le dossier passe d’un côté à l’autre de la vitre plusieurs fois, rien à faire, pour le personnel de l’ambassade « les règles sont claires ». Oui, mais où ?

À l’heure où j’écris ces lignes, les versions anglaises ne sont pas disponibles en ligne. En cache en revanche, on les retrouve très bien : visa1visa2

« In order to print the visa, your passport must have a minimum of two blank page.s »
« The passport must hold, in order to print the visa, a minimum of 1 blank page for short stay applications and 2 blank pages for long stay applications. »

C’est clair non ?

Le ton s’éternise et s’envenime logiquement, chacun campe sur ses positions, mais l’usager reste très calme. C’est admirable de rester si calme face à la bêtise. D’une part, ils ont fait la boulette et mettent dans l’embarras un individu qui n’y est pour rien, d’autre part les voyageurs savent bien que les tampons des douanes se posent et se superposent à foison un peu n’importe où et qu’avec un minimum de bonne volonté, tout était réglé dans la minute. Ils admettent bien à demi-mots qu’effectivement ce n’est indiqué nulle part mais bon, hein, quoi, flûte alors, il est pénible. Juste avant le déjeuner, ça coupe l’appétit.

« Who is responsible for that ? Who talk to me at the phone? Is that you ? I want to see the ambassador. »

L’administration passe la seconde

Le pauvre agent ne pouvant se dépêtrer d’un dossier si épineux, un renfort de poids arrive pour régler la situation : madame le consul en personne. La tension monte encore d’un cran. On l’invite à demander un nouveau passeport pour être en règle mais son voyage est prévu dans trois semaines. Il aurait éventuellement pu si on l’avait prévenu par téléphone, à temps. Désespéré par ce mur, il ré-explique en vain sa situation, se plaint que ce n’est pas juste. Réaction immédiate de notre consule : « It’s not fair ? ! But you have to grow up a bit ! »

Oui oui, en plus de ça, ils se permettent de se payer sa tronche. C’est marrant non ? Je crois que mes nerfs auraient définitivement lâché à cette occasion. Lui a haussé la voix, a demandé le nom du consul qui n’a jamais voulu lui donner et a réclamé l’ambassadeur de plus belle. Mais on ne dérange pas son excellence pour des broutilles. Filez, vilains !

J’ai eu honte d’être Français

imgscan contrepoints 2013-2539 bureaucratie étatDeux semaines ne suffiront pas pour refaire un beau passeport en règle et tous le savent. Le préposé tente d’empapaouter l’intrus : « vous pouvez demander un laisser-passer en urgence ». Sauf qu’on ne peut pas poser de visa sur un laisser-passer et l’agent finit par admettre qu’il le sait bien. Tentative échouée. C’eut été bien plus commode de le renvoyer chez lui et lui annoncer par téléphone la mauvaise nouvelle.

L’intrus n’étant pas décidé à partir, nos courageux travailleurs de l’ombre ont fait appel au service de sécurité. Un chauve est arrivé tambour battant pour éliminer le danger. Cela dit, je crois que c’était le plus poli de la bande même s’il a rapidement adopté les arguments de son parti et conduit le récalcitrant dans le couloir. À son crédit, il a repoussé une piteuse tentative de ses collègues qui sont sortis sur le tard avec un papier où était inscrit l’histoire des « deux pages face à face ». « Mais c’était sur le site internet ça ? Non. Donc on ne peut pas lui montrer ça maintenant. »

11h00, je rentre dans le bureau pour me faire scanner les pattes avant. La bonne humeur et la drôlerie m’entourent.

Un des comiques lance : « Il ne lâche pas l’affaire, il ne part pas » (il avait décidé d’un sit-in dans le couloir en attendant l’ambassadeur).

La secrétaire qui s’occupait alors de moi s’envole dans l’humour : « C’est comme les chiens ». J’explique poliment que je comprends la détresse du garçon, qu’il a traversé le pays et qu’à la base, ce n’est quand même pas de sa faute. On fait mine de ne pas avoir entendu.

Notre rendez-vous se termine, nous passons dans le couloir à côté du malheureux et lui proposons notre aide, en pensant qu’un mail à l’ambassadeur de la part de deux Français pourrait peut-être débloquer la situation mais il refuse, ne veut surtout pas quitter les lieux. Le dénouement de l’intrigue, nous ne l’avons pas, mais une trame se dessine : il repartira avec son amie à Christchurch avec une amertume toute particulière envers les Français pendant que vos représentants à Wellington ont repris deux fois des pâtes au déjeuner


Sur le web 

Lire les autres épisodes de la série :

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • Et encore, vous n’avez pas mentionné (ou n’avez pas eu l’occasion de goûter à) l’orthographe – française – déplorable de Mme « c’est comme les chiens ». Une à deux fautes par ligne, de quoi faire saigner les yeux. Il y a 3 ans on s’est demandé si c’était une stagiaire, mais non, apparemment, elle est toujours là.

    Et il semble que le niveau d’anglais des employés n’a pas grand chose à envier au niveau d’orthographe. Vive la Représentation De La France A l’Etranger.

    Merci pour vos articles en tous cas. Personne ne vous a rien dit sur le port du casque à vélo en NZ au fait?

    • mais qu’est ce qu’on s’en tape de votre orthographe des points virgules sérieux! Faut vraiment etre un abruti de première pour ne se rappeler que de ça en lisant ce texte. Lisez le Bescherelle au lieu de contrepoints, c’est ce genre de roman qui est fait pour vous.

      • Je pense que vous devriez prendre le temps de lire les commentaires avant d’insulter leurs auteurs.

        Je parlais de l’orthographe de la secrétaire du consulat de France à Wellington (qui est si mauvaise qu’en effet, on ne se rappelle que de ça, sans être un intégriste), pas de l’orthographe de cet article.

      • personnellement, je ne m’en tape pas : cela me gave de devoir déchiffrer des écrits mal ponctués, sans compter les conséquences juridiques d’une mauvaise orthographe et/ou ponctuation.

      • En tout cas vous, votre problème c’est surtout la compréhension écrite, apprenez à lire les posts avant de délirer dessus.

  • Merci de cet article qui ne fait apporter de l’eau a mon moulin, je pourrais vous raconter plein d’anecdotes comme ca. J’ai personnellement été affecté par leur stupidité et ils m’ont pourri mon mariage en janvier dernier. C’est inadmissible et cela fait des années que cela dure!

  • Bonjour, je suis fonctionnaire, je travaille dans le service social d’une mairie, et je me sens très peu concerné par la rigidité cadavérique du fonctionnement de l’ambassade française de Wellington…

    Merci de ne pas faire de généralités sur « l’administration ».

    • C’est vrai il ne faut pas généraliser et pour conforter votre post SFAD, c’est d’ailleurs ma mairie de Sisteron qui m’a sorti d’affaire pour mon mariage avec ma femme néo zélandaise car Wellington faisait tout pour m’emmerder

    • Oui, ici on fait la distinction entre les individus, et on ne les juge pas a priori en raison de leur appartenance à la même nation que ces mufles. Mais ailleurs, on ne peut pas empêcher que le comportement des uns ne ternissent l’image des autres, et ces autres doivent se sentir concernés et tout faire pour virer les brebis galeuses plutôt que de se rassurer avec leurs bonnes excuses personnelles.

      Par ailleurs, on ne dit pas « madame le consul », mais d’après le site de l’ambassade, « la consule ». A la prononciation, la première syllabe est accentuée.

    • Ah mais attendez, des histoires similaires dans les mairies on peut vous en fournir. Soyez pas jalouse!

    •  » je me sens très peu concerné »
      y’a t’il quelque chose pour lesquels un fonctionnaire se sent concerné ?*

      plus sérieusement, il n’y a pas beaucoup de ville ou le ratio employé/ service rendu soit formidable, ni beaucoup de ville qui ne soit pas surendetté et/ou fonctionne a perte… si vous avez la chance de travailler pour l’une d’elle, c’est formidable.

      Dans le cas contraire, ceci explique cela…

  • Ah les Vandales, et leurs chefs les Connards. S’ils ne peuvent pas vous pourrir l’existence, alors leur travail n’est pas accompli.

  • Une amie a travaillée pendant 2 ans sur le site des affaires étrangères de st herblain en tant que contractuelle.
    Sur l’annuaire, certaines familles cumulées 3 générations de formidables et étonnant fonctionnaires.
    Autre anecdote, lors de la numérisation des documents de naissance réalisés depuis des siècles dans les représentations diplomatiques, le travail demandé a occasionné des hospitalisations avec SAMU et pompiers à l’entrée du complexe administratif.
    Que dire de certains postes qui consistent uniquement à faire des photocopies à longueur de journée, ou de ces consuls et vice consuls, nommés par « gentillesse », et/ou « récompense » pour des agents administratifs niveau 3 et ne parlant bien sûr aucun mots d’anglais.
    Les salaires des expatriés sont impressionnants et de plus bénéficient d’un statut de paradis fiscal, certains venant travailler en jaguar, de retour en France. Et je pourrai en raconter bien d’autres …

  • Et après, mes collègues kiwis me demandent pourquoi je ne recherche pas particulièrement le contact de compatriotes français …

  • et encore vous ne connaissez ou avez oublié le magnifique l’extraordinaire
    THERE IS NOT OF WHAT
    prononcé par un excellent diplomate en Afrique du Sud traduction littérale de
    IL N Y A PAS DE QUOI i

  • Eh bé ! Le niveau ne semble pas s’améliorer….
    J’ai « oeuvré » pendant 28 ans dans cette grande institution et presque toujours à l’étranger. Je me souviens de ma stupéfaction lorsque, faisant un remplacement au service des passeports dans un consulat (fermé depuis) un résidant Français venant faire renouveler son passeport m’a regardée comme si je venais de la planete Mars quand je lui ai dit de revenir le chercher le lendemain. La personne que je remplaçais demandait 2 semaines de délai. A son retour je lui posais la question de savoir pourquoi imposer 2 semaines quand 24 heures suffisaient s’il n’y avait aucun problème. J’ai failli tomber à la renverse quand elle m’a dit « il faut donner l’impression que nous sommes débordés » !
    Il m’est parfois arrivé de délivrer des visas avant d’avoir obtenu l’accord de Paris afin que la personne puisse partir à temps.
    Quant à l’instruction : 1 page pour un visa court séjour et 2 pages pour un visa long séjour » je trouve ça un peu tiré par les cheveux car à moins que les choses aient changé : transit = 3 jours, court séjour = 3 mois long séjour plus de 3 mois. Donc si ce Monsieur partait en vacances il n’allait sans doute pas rester plus de 3 mois chez nous sachant qu’en général, ces « tours » se font sur plusieurs pays.
    Mais bon, ça c’était avant.
    P.S. j’ai fait l’effort d’apprendre 4 langues étrangères et de les parler et écrire couramment c’est là la moindre des courtoisies.

    • +1 Secotine

      Je vais au consulat pour renouveler mon passeport (je suis déjà inscrit), on me dit il faut 3 semaines pour un rendez vous, en plus il me manque un papier.

      Je fais le papier manquant, et j’y retourne le lendemain pour prendre rendez vous dans 3 semaines, la personne qui était la, n’étais pas la même qu’hier, et me dis, non pas la peine d’attendre 3 semaines, vous attendez, on va vous prendre. Et le pire, c’est que le papier que j’ai fait, on me la même pas demande !

      Je suis content de savoir, qu’il reste des fonctionnaires au service des gens !

  • Ça rejoint l’histoire de mes beaaux-parents, pour qui en tant que bon gendre putatif j’avais pris une assurance « Shenghen » auprès d’un grand assureur français, qui envoyait des justificatifs en PDF uniquement. Las, après 8h de train aller pour déposer leur demande ils se sont entendus dire qu’il faut fournir un original et que ce document ci était visiblement imprimé… Résultat : un autre aller retour (16h de train, donc) avec le papier qui va bien. Fourni par un assureur local.
    D’un autre côté, j’ai aussi entendu parler de certaines personnes qui, après avoir demandé un visa « court séjour » se sont vus délivrer des titres de résidents (=carte de séjour de 10 ans). Peut-être que dans cette belle administration il se trouve quelques personnes pour saboter le consciencieux travail de sape de l’image de la France à l’étranger qu’on entrepris certains fonctionnaires.

  • Ah la mafia des ambassades et consulats, ces gens inutiles!
    Je pourrais en raconter des histoires quasi-similaires. Et après les identitaires nous racontent que les frontières sont grande ouvertes.

  • Il y a une solution: s’adresser à une agence de voyage.
    Leur représentant vient à l’ambassade avec une pile de passeports sans visas, et repart avec la même pile de passeports munis de visas.
    Bien sûr, le service est payant.
    Y a-t-il une relation de cause à effet? Je ne sais pas.
    Peut être que le personnel des ambassades ne veut pas être dérangé par des individus et préfère traiter en bloc avec un représentant connu.

    • Oui, pareil, les agences sont payantes mais vous épargnent du temps perdu.

      Et ne jamais faire des papiers le lundi, le fonctionnaire il est souvent de mauvaise humeur le lundi, reprendre le boulot c’est dur, j’ai constate des refus de visa le lundi, alors que moi j’y vais le mardi, jamais de refus.

  • Proverbe Shadokéen :

    On n’est jamais aussi bien battu que par soi même.

    Cela devrait être la devise de la France. :mrgreen:

  • J’ai refait mon passeport juste avant de venir a Wellington, precisement pour ne pas etre oblige d’aller voir ces clowns avant au moins 10 ans.
    D’ici la, si je suis toujours en NZ, j’aurai un passeport kiwi. L’incomptence et le dedain de l’administration francaise seront alors beaucoup moins problematiques.

  • Ca aurait pu être pire, au moins il n’y avait pas de Khmer Rouges à l’extérieur de l’ambassade qui les attendaient pour les massacrer (pour rappel, la France a refusé d’accorder l’asile politique aux Cambodgiens présents dans son ambassade, au Cambodge, alors que le bâtiment était encerclé par les Khmer. On sait ce qui est arrivé aux malheureux qui ont étés forcés vers la sortie…).
    Le malheureux et sa copine sont sortis de l’ambassade et ont retrouvé un pays accueillant, avec des kiwis agréables et plein d’humour.

  • Interessant

    J’ai posté hier un commentaire qui félicitait l’auteur de citer nommément les fonctionnaires remarquables qui avaient par leur réactions compréhensives et coopératives donne une si belle image de la France.
    Je trouve aujourd’hui que le commentaire a été supprimé, soit, mais aussi que tout l’article a été réécrit pour effacer le nom de ces glorieux citoyens.
    Je ne sais pas ce qui a poussé la rédaction de Contrepoints à ce faire, mais du point de vue de l’administration, c’est se tirer une balle dans le pied. Si il est impossible de distinguer les fonctionnaires individuels au comportement aussi lamentable d’autres qui ont des comportements d’êtres humains, il ne reste plus qu’à mépriser les fonctionnaires en bloc.

    • Ce qui est amusant, c’est que les noms de ces citoyens de combat qui sont normalement l’élite de la France, on peut toujours rêver, sont accessibles sur le site de l’ambassade en NZ, section consulaire. ce n’est pas secret, quoique cela pourrait le devenir s’ils débranchent la page. C’est public, uniquement pour nous faire croire que c’est une démocratie.

      C’est une histoire shadokéenne :mrgreen:

    • Vous avez raison et aussi il y avait un commentaire d’un certain Kiwiguy qui menaçait de poursuivre en diffamation. Surement quelqu’un de l’ambassade (alors qu’il aurait mieux fait de nous donner des explications sur ce comportement) et mon propre commentaire en réponse a lui aussi était effacé…Et tout ca est intervenu comme par hasard après que j’ai envoyé un email a cette ambassade (et nos représentants élus) avec le lien sur ce post pour les féliciter de leur dévouement et efficacité…

      Bah cela ne change pas grand chose sur le fond et cela prouve que ce post dérange, en tout cas le buzz est bien parti sur les groupes Facebook en NZ.

      Il en ressort toujours quelque chose de positif de ces histoires car par exemple, pour les difficultés que j’avais rencontrées pour mon mariage avec une kiwi, j’ai tellement fait du tapage avec cette administration que la Consule honoraire de Christchurch (personne bénévole, dévouée et efficace) s’est vue enfin dotée de pouvoirs de signature plus importants…Ce qui va rendre les formalités plus faciles pour les gens demeurant sur l’Ile du Sud.

  • Quelle histoire ! Autant de betise fait toujours peur. Ceci dit, je ne pense pas que ce soit l’administration francaise en particulier… Je suis Francaise expatriee aux Etats-Unis et mes amis et moi avons eu autant de problemes avec l’ambassade de France a Washington qu’avec celle des USA a Paris.

    Des deux cotes, ca traine la patte, il y a seulement un responsable qui est en vacances la moitie de l’annee, des qu’un cas a traiter sort de la norme plus personne n’est capable de s’en occuper, et certaines des regles se contredisent les unes les autres, d’ou problemes pour les usagers, mais que personne ne veut resoudre… Par exemple, l’un de mes collegues francais est a present coince en France pour une duree indeterminee car l’ambassade des Etats-Unis a perdu son passeport, envoye suivant leurs recommandations pour renouveler son visa.

  • De quoi se plaint cet usager ? Il est tombé un jour où il y avait quelqu’un !!!

    Moi, j’ai vu une Ambassade sans personne le jeudi (courses d’avant e week-end), le vendredi (congé musulman), les samedi et dimanches (congés français), mais aussi le lundi matin, où chacun refait des courses …

    Tout cela pour aider un français qui avait été capturé, et s’était échappé pieds nus et sans papiers …

    Ce sont des commerçants arabes qui, sans rien lui demander, l’ont logé, nourri, vêtu, et filé leur téléphone …

  • Hello,
    Petit message pour vous raconter mon expérience avec l’ambassade.

    On m’a volé téléphone, portefeuille (avec permis de conduire FR) à Auckland, donc j’appelle l’ambassade pour connaitre les démarches. La gentille dame au téléphone me répond qu’ils peuvent rien faire pour le permis, le plus simple c’est de rentrer en France…et m’a expédié en moins de 20 secondes. Bref je reste dans la merde !!
    Je suis avec un PVT, venu pu voyager avec mon van, et ça tourne au cauchemar sans permis !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre en sont restés abasourdis : au sommet de l’État, la crise sanitaire comme la politique vaccinale ont été pratiquement co-gérées par des cabinets de conseil privés, notamment McKinsey. Dans leur essai Les infiltrés, les deux journalistes rendent compte de pratiques généralisées, opaques et acceptées à tous les niveaux depuis au moins Nicolas Sarkozy et cela dans toutes les activités de l’État.

? Cabinets de conseil : « Macron dit une chose qui n’est pas vraie : la hausse n’es... Poursuivre la lecture

Il faut se pincer pour le croire. Dans une interview récente, Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, indiquait vouloir créer un « grand ministère de l’Industrie et de l’Innovation ». La situation est en effet préoccupante : notre pays n’a créé aucun acteur mondial dans les nouvelles industries et le fiasco du vaccin covid français reste dans toutes les têtes.

Le retard de nos PME, notamment en matière de digital, est évident. S’il veut rester une grande puissance, notre pays doit réagir. La solution est-elle pour auta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles