Les racistes ont déjà perdu

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chiens credits emery way (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les racistes ont déjà perdu

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 septembre 2014
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

chiens credits emery way (licence creative commons)« Mike Wallace : So how do we get rid of racism ?
Morgan Freeman : Stop talking about it. »1

En théorie et même si la chose présentera sans doute quelques difficultés d’ordre technique, il est possible de croiser un Mastiff et un Chihuahua et d’obtenir à la clé des chiots hybrides qui seront non seulement viables mais capables de se reproduire entre eux. Évidemment, c’est un cas extrême ; en général, on prend soin d’hybrider des races de chiens dont les gabarits sont à peu près compatibles – c’est le cas, par exemple, du Husky d’Alaska et du Pointer anglais qui permettent d’obtenir des Eurohounds. Si ces petits bricolages sont possibles, c’est tout simplement que tous les chiens au même titre que les loups et les dingos appartiennent à la même espèce, ce sont tous des Canis lupus. En gros, le chien est un loup domestiqué par l’homme – oui, même les Yorkshires – et le dingo est un chien retourné à l’état sauvage.

C’est la définition la plus largement acceptée de la notion d’espèce, celle d’Ernst Mayr (1942) : on considère que deux individus appartiennent à la même espèce s’ils sont capables de se reproduire entre eux et si leur descendance est à son tour féconde. Typiquement, on considère que les chevaux et les ânes forment deux espèces différentes parce que les mulets ne sont que très rarement féconds. Or voilà, les enfants d’un papa papou et d’une maman inuit n’auront aucune difficulté à se reproduire avec ceux d’un père danois et d’une mère masaï. Il se trouve qu’Homo Sapiens est une espèce relativement jeune (environ 200 000 ans) et donc génétiquement très homogène.

Un contre-exemple intéressant, déjà évoqué ici, c’est la rencontre d’Homo Sapiens et de Neandertal. S’il est désormais à peu près certain qu’il y a bien eu un flux de gènes entre ces deux groupes, on est aussi à peu près sûrs que les enfants nés de ces unions préhistoriques ont été, au moins en très grande partie, infertiles2. Il a fallu un demi-million d’années d’évolutions séparées pour que l’existence d’une barrière reproductive justifie qu’on considère Neandertal comme une espèce distincte – quoique très proche – de la nôtre. Un demi-million d’années !

Donc, ce que les racistes comme les antiracistes appellent une race humaine, c’est une sous-espèce, comme chez Canis lupus. Il y a probablement une bonne centaine de milliers d’années, nos lointains ancêtres ont quitté le berceau originel de notre espèce – sans doute l’Afrique de l’est – pour coloniser progressivement le reste du monde : l’Asie, l’Europe, les deux continents américains et même l’Australie. Chemin faisant, ils se sont adaptés à ces différents milieux et ont développé les caractéristiques physiques que nous connaissons aujourd’hui sachant, rappelons-le, qu’une centaine de millénaires, à l’échelle de l’évolution biologique, c’est ridicule.

Schématiquement, on peut appeler cette première grande étape de notre histoire la « grande divergence ». En se séparant géographiquement pour coloniser jusqu’au moindre recoin de la planète, nos ancêtres se sont physiquement différenciés. Bien sûr, c’est une vision très grossière : depuis le départ, il est plus que probable que des groupes différents se soient croisés et aient brassé leurs gènes. Reste que, jusqu’à une période très récente, les familles de papa papou et de maman inuit ne s’étaient sans doute plus croisées depuis quelques dizaines de milliers d’années.

Sauf que voilà, avec la chute vertigineuse des temps et des coûts de transport, et avec les progrès non moins vertigineux de nos moyens de communication, nous vivons à l’âge de la grande convergence. Très concrètement et que ça vous plaise ou non, il est absolument inévitable que le processus de différenciation s’inverse ; à plus ou moins brève échéance et même si ça doit prendre plusieurs milliers d’années, l’humanité va se métisser.

Naturellement, pour les racistes de toutes origines, cette idée est insupportable. Ils peuvent rêver d’une gestion autoritaire de la reproduction de nos descendants pour ralentir le processus mais, de toute évidence et à supposer qu’une telle horreur soit un jour mis en place à l’échelle planétaire, elle a peu de chance de durer. Leur combat est perdu d’avance : le grand brassage aura lieu ; ce n’est plus qu’une question de temps.

Alors évidemment, j’imagine que cela signifie que les blonds aux yeux bleus – dont je suis – finiront par disparaître. Je ne peux pas dire que j’accueille cette perspective avec enthousiasme ni qu’elle suscite chez moi une inquiétude particulière : de toute manière, ça finira par arriver. Finalement, nous n’aurons été, le temps de quelques millénaires, qu’un accident génétique intéressant que nos lointains descendants considèreront sans doute avec la plus grande curiosité.

Je m’adresse donc ici à celles et ceux d’entre nous qui se réclament de la lutte antiraciste et qui, à des degrés divers, voudraient jouer les ingénieurs sociaux en sanctionnant les propos racistes, en promouvant la diversité ou que sais-je encore. Ça ne sert à rien. Les racistes ont déjà perdu et toutes leurs gesticulations n’y pourront absolument rien. Ils sont comme ces enfants qu’on voit le long des plages construire des châteaux de sable en espérant arrêter la marée : l’expérience, sinon un minimum d’intelligence, finira par leur apprendre que l’océan gagnera toujours.

Par ailleurs, il faudra bien un jour que vous compreniez que vos gesticulations, vos grands discours et vos lois produisent exactement l’effet inverse de celui que vous poursuivez. Ça ne marche pas ! Voilà bien 200 000 ans que nous nous passons d’ingénieurs sociaux, que nos sociétés évoluent d’elles-mêmes et à chaque fois que quelqu’un s’est piqué d’organiser une société par le haut, ça s’est terminé en catastrophe. Alors laissez faire, nom de Dieu ! Laissez faire ! Est-ce si difficile ? Ces choses-là prennent du temps, beaucoup de temps, parce que le temps est nécessaire et, accessoirement, je vous rappelle qu’il joue dans votre camp.

Morgan Freeman a raison, mille fois raison : arrêtons d’en parler !


Sur le web

  1.  Dans 60 Minutes, sur CBS, le 15 décembre 2005.
  2. Ewen Callaway, « Modern human genomes reveal our inner Neanderthal », Nature, 29 janvier 2014.
Voir les commentaires (297)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (297)
  • Dans mon jardin, il y a des fourmis rouges et des fourmis noires.

    Les fourmis rouges attaques toujours les fourmis noires. (ça doit être des fourmis communistes), jamais vu de coopération entre fourmis rouges et fourmis noires.

  • en génétique, je pense qu’il est plus pertinent de compter en générations plutôt qu’en années :
    l’homme met quelques dizaines d’années pour se reproduire, la souris quelques semaines…

  • « … à plus ou moins brève échéance et même si ça doit prendre plusieurs milliers d’années, l’humanité va se métisser. »
    Oui, évidemment, sauf catastrophe majeure du type supervolcan ou rencontre avec un astéroïde qui laisserait l’humanité dans un état que nous pouvons difficilement imaginer.
    L’évolution est permanente, y compris chez les humains, mais elle nécessite une assimilation qui prend du temps.
    Un « brassage » qui se fait sur moins d’une génération ne peut avoir lieu sans remous.

    Puisqu’on en est aux prédictions, reste à savoir comment se comportera l’homo métissé dans quelques milliers d’années s’il se trouve confronté à d’autres formes de vie humanoïde… les donneurs de leçons d’aujourd’hui pensent sans doute que ce sera  » embrassons nous Folleville » rien n’est moins sûr, car ce qui a été qualifié de racisme est en fait l’expression d’une réaction instinctive de méfiance face à l’étranger qui menace l’organisation d’une communauté et sa survie.
    Face aux aliens, les terriens métissés seront peut-être racistes au sens premier du terme.

  • Bonjour
    « Très concrètement et que ça vous plaise ou non, il est absolument inévitable que le processus de différenciation s’inverse ; à plus ou moins brève échéance et même si ça doit prendre plusieurs milliers d’années, l’humanité va se métisser. »
    Cela me rappelle les cocos qui disait que la chute du capitalisme était inévitable, qu’il allait s’effondrer sous ses propres contradictions, qui disaient.

    • Cependant, Guillaume ne prône pas la dictature du prolétariat comme solution, ni le grand swar.
      Ce n’est pas parce qu’on fait une prédiction qui, en réalité, engage son auteur que cela est comparable au communisme.

      • Bonjour ph11
        On en sait rien si le métissage va s’amplifier, c’est un pur désir.
        La futur puissance mondiale sera la chine et je ne pense pas que le métissage soit bienvenue en chine. C’est bien un discours franco-français de la bien-pensance.
        Je ne sait pas quel sera l’évolution de l’espèce humaine sur plusieurs milliers d’années. Des espèces sont très stable, d’autres divergent rapidement.
        Qu’importe le libéralisme est un humanisme qui déclare que tous les hommes sont libres.

        • Je ne crois pas que ce soit un réel « désir » de la part de Guillaume, mais passons.

          Je crois bien que Guillaume a raison, pourtant: il est inévitable car il suffit que très peu de personnes qui se métissent pour que le métissage se propage au fil de génération. Il est probable que ce soit en fait déjà le cas, et que nous soyons tous plus ou moins métisses, à faible « dose ».

          D’ailleurs, nous occidentaux avons carrément du Néandertal dans nos gènes.

          • et que nous soyons tous plus ou moins métisses, à faible « dose ».

            Oui, c’est évident, partout ou je regarde dans ma famille.

        • La Chine ne sera pas la puissance mondiale mais une puissance mondiale parmi d’autres car il y a des puissances établies qui subsisteront mais d’autres qui naîtront telles que l’Inde ou le Brésil (ah tiens un pays métissé).

          Et d’ailleurs cela ne changerait rien aux tendances ayant cours en Amérique,Europe et Océanie, même l’Asie n’y échappe pas comme Singapour ou la Malaisie le prouvent.

          Ce n’est pas une pensée française ou autre, c’est la réalité de ce qui se passe dans le monde et s’accélère.

  • Nous sommes déjà beaucoup plus métissés que nous l’imaginons. C’est l’un des faits, mesurable et vérifiable, qui ressort par exemple de la généralisation du séquençage génétique tentée par 23andMe, qui rapporte régulièrement ces « surprises » comme ici: http://blog.23andme.com/ancestry/our-hidden-african-ancestry/

    La « pureté raciale » n’a jamais existé. Les « races » mêmes n’ont jamais existé, ceux qui ont inventé le terme pour l’appliquer aux humains se sont fourvoyés, focalisés qu’ils étaient sur des détails phénotypiques qui tiennent finalement plus de la ressemblance familiale que de quoi que ce soit d’autre. Pour bien comprendre: il suffirait de passer 5000 ans près du cercle arctique aux descendants les plus « purs » d’africains à la peau la plus foncée qu’il soit, finissent aussi clairs que des Espagnols voire des Irlandais. Et inversement. Comme quoi il y a déjà tout ce qu’il faut pour exprimer ces caractères soit-disant « raciaux » même chez les individus qui ne sont pas de cette « race ».

    • Bonjour Jesrad
      « il suffirait de passer 5000 ans »
      C’est beau ce genre d’affirmation, ni vous ni moi seront encore là pour le constater.
      Ce genre d’article fleure bon le PC. Les racistes c’est méchants, d’ailleurs les races n’existent pas.
      Les gens sont libres de penser ce qu’ils veulent, dans la mesure où il respectent la liberté des autres.

      • « C’est beau ce genre d’affirmation »

        C’est une valeur estimée sur laquelle les scientifiques sont généralement d’accord, d’après ce que l’on sait de l’évolution phénotypique et génétique de plusieurs populations (notamment Inuit).

        Sinon, vous avez quelque chose d’intelligent à apporter au débat ?

        • « Sinon, vous avez quelque chose d’intelligent à apporter au débat ? »
          Mais c’est qu’il est fâché 🙂
          La prospective est un art difficile surtout quand il s’agit de l’avenir 😉
          Cordialement quand même.

        • Vous avez des sources pour cette étude ? Formulé comme ça c’est assez finaliste, et les inuits ne sont pas des fromages blancs.

          • Pas de mémoire, à la demande, comme ça… Ma synthèse sur le sujet, c’est qu’on constate que la distance génétique n’a que peu à voir avec la couleur de la peau, qui a tout à voir avec l’ensoleillement et son impact sur les taux de vitamine D, notamment pendant la grossesse. Il n’y a pas que les Inuits, il y a aussi les amérindiens, les aborigènes australiens, les islandais et certaines populations nord-africaines qui servent de référence.

      • On a le droit de penser que la terre est plate et que les illuminati dominent le monde en effet. Ça ne fait que renforcer le mien, a affirmer preuves à l’appui que c’est des grosses conneries.

    • « Pour bien comprendre: il suffirait de passer 5000 ans près du cercle arctique aux descendants les plus « purs » d’africains à la peau la plus foncée qu’il soit, finissent aussi clairs que des Espagnols voire des Irlandais »

      théorie complétement bullshit contredite par les faits : ça fait plus de 5000 ans que les inuit et les scandinaves vivent au delà du 70° parallèle : les uns sont petits, trapu, le teint cuivré, les yeux et les cheveux noirs ; les autres sont grands blonds aux yeux bleus la peau pâle : cherchez l’erreur.
      Si une population africaine vivait dans ces conditions, il faudrait bien plus de 5000 ans, et même plus de 100 000 ans (c’est pourquoi je pense que la théorie exposée dans l’article ne tient pas la route) pour qu’ils changent complétement de couleur.
      Et pourquoi les africains de l’Afrique du sud, qui vivent dans une région tempérée, n’ont pas le teint davantage semblable à ceux des caucasiens ou des asiatiques ?

  • La race, je m’en moque. Par contre, la religion non. C’est le fléau actuel. Sans certaines religions, je pense que les gens auraient moins peur. De facto, éradiquons les religions et on pourra vivre en paix.

    • Vous avez parfaitement raison, je pense que les gens ne sont pas racistes au terme strict du mot, mais a la difference de vivre, notamment la religion.

      • Je suis d’accord avec ça. Généralement, ce qu’on appelle racisme n’est juste qu’une méfiance envers l’autre ainsi que des préjugés raciaux et non du racisme, qui est une idéologie racialiste.

      • Oui, et en ce sens, les anti-racistes se trompent de combat, ils se battent contre des moulins à vent, des fantômes qui n’existent pas (ou quasiment).

        Mais bon, la dénaturation du sens des mots et une spécialité des gauchos, dont les anti-racistes en sont de illustres représentants.

    • Au moins là on est d’accord. Sans l’Islam les Arabes seraient sans doute acceptés sans soucis.
      Il suffit de regarder la grande migration des Libanais aux US : ils étaient chrétiens et ça s’est bien passé et ils se sont mélangés à la population blanche sans remous, d’ailleurs Steve Jobs a des origines syriennes.

    • On commence par la religion socialiste ?

      Toute société a une base religieuse.
      Prétendre qu’on rejette toutes les religions n’est qu’une forme radicale d’intolérance religieuse, dans laquelle on prend la sienne pour naturelle et les autres pour inventées.
      C’est ainsi que les Révolutions français et russe ont commis, au nom de religion soi-disant au-delà de la religion, des atrocités sans précédent.

      Le fléau actuel est le totalitarisme.
      Pour s’en prémunir il nous faut une religion qui limite l’État en lui soustrayant l’autorité sur la vision de l’homme.

  • Le racisme au sens strict et biologique est une absurdité, c’est entendu par tous.

    Le racisme au sens courant cela signifie simplement ne pas aimer les « pas comme nous », et ça, ce n’est pas près de disparaître.

  • Je n’aime pas trop les Anglais, mais il parait que c’est normal. Je ne sais pas si je suis raciste ou non !

  • Stéphane Montabert
    16 septembre 2014 at 10 h 39 min

    « on considère que deux individus appartiennent à la même espèce s’ils sont capables de se reproduire entre eux et si leur descendance est à son tour féconde. »

    Ce serait vrai si cette définition appliquée aux animaux gardait le même sens pour les êtres humains, mais ce n’est pas le cas.

    Lorsqu’un policier américain décrit des suspects comme « de race noire » il ne fait aucune supposition sur la capacité de reproduction de l’individu et la possible fécondité de sa descendance, croyez-moi.

    En ramenant le débat à une définition biologique en décalage avec l’usage usuel du concept au sein de la société, vous ne faites finalement guère avancer le débat.

    • La culture et le comportement ont probablement un rôle dans le métissage : aux USA (un des rares pays à donner des stats alors autant en profiter) il est certes intéressant de constater que les couples noirs/blancs gagnent en nombre mais les unions blancs/asiatiques sont encore plus courantes car ces 2 types d’humains sont similaires en termes de vision familiale, de valorisation du travail et l’aspiration à la tranquilité (faible taux de criminalité) sans oublier l’aspect financier : étant donné leur degré élevé de réussite les asiatiques ont plus de chance de côtoyer des blancs au travail ou dans leur quartier. Les études montrent aussi qu’un couple noir/blanc reste le plus improbable (mais pas inexistant : Tiger Woods le prouve) justement pour ces raisons culturelles et financières.
      A cela il faut ajouter qu’une majorité des Hispaniques aux USA (53 millions de personnes quand même, et en forte croissance) sont déjà métissés à la base (principalement des mélanges blancs/amérindiens mais pas seulement) donc dans ce pays-là une grosse majorité du chemin a déjà été faite.

    • « Lorsqu’un policier américain décrit des suspects comme « de race noire » il ne fait aucune supposition sur la capacité de reproduction de l’individu et la possible fécondité de sa descendance, croyez-moi. »

      Non, il démontre simplement le côté profondément raciste et stupide de la société américaine en parlant de race. Au lieu de dire « couleur foncé, très foncé, moyenne », il classe les individus en blanc/pas blanc. De façon totalement arbitraire quand il inclut des métis ou des indiens (d’Asie) dans les noirs. De façon risible quand il emploi le terme « African américan ».

      • La société américaine est moins raciste que la française, c’est juste qu’eux ont pas mis de limites à la liberté d’expression donc on lit tout et entend tout 😉

      • en effet, d’ailleurs, je ne parle pas de mon chat, je parle de « mon animal de compagnie d’espèce felidae felinae ». je ne voudrais pas être trop précis il ne faudrait pas que les panthères et les pumas se sentent concernés, ils pourraient se sentir blessés par mes propos.
        même parler de « couleur foncée ou très foncée » est inconvenant au lieu des puristes tartuffe. bientôt, avec votre complicité et votre aveuglement, on ne pourra que dire dans un commissariat de police : « je me suis fait agresser par une chance pour la france » si l’on ne veut pas tomber sous le coup d’une loi anti raciste.

        • Traiter votre chat de félin est équivalent à traiter votre voisin d’hominidé (qui inclus les bonobos, les chimpanzés, les gorilles …)

          Vous pouvez décrire votre agresseur comme « un noir » ou moi-même comme un blanc, un toubabou ou une face de craie. C’est basiquement descriptif, pragmatique et les terminologies politiquement correctes ou pas ne changent rien à l’affaire sinon en classer l’utilisateur comme bobo ou réac.

          En revanche le terme race implique quelque part la notion d’eugénisme.

    • Ah, parce que l’être humain n’est pas un animal? Il est apparu comme ça pouf par l’opération du St Esprit (quoiqu’il y en ait qui le croient…)?

    • Ramener le débat à la notion biologique comme le fait l’article n’est pas inutile.

      Cela permet de montrer que le racisme ne repose sur rien d’autre que des critères entièrement subjectifs.
      Au niveau génétique, les différences de couleurs de peau sont des différences mineures qui ne permettent pas d’établir des groupes d’individus vraiment différents les uns des autres.

      Les critères qui permettent de classer les individus dans une race ou une autre deviennent de moins en moins clair au fur et à mesure que le métissage et les mélanges culturels se développent.

    • Autant je suis d’accord avec l’intention générale de l’article, autant je crois, comme vous, que l’auteur fait l’impasse sur la réalité un peu plus complexe du rapport entre les peuples.

      Ok, l’idée de différence raciale, d’un point de vue génétique, est une idiotie, et des asiatiques peuvent très bien se métisser avec des boshimans. Super. Mais c’est oublier un peu trop vite que les humains sont des êtres culturels, ce qui ne permet pas de comparer leur situation avec celle des chiens.

      Et c’est oublier aussi que l’évolution de l’humanité n’est pas seulement soumise à un brassage de population due aux migrations, mais à une autre variable infiniment aléatoire: l’Histoire. Nul ne peut prédire le futur, et toutes les théories, aussi savantes soient-elles, ne peuvent prétendre le faire.

    • Vous prenez la définition concernant l’espèce et ensuite, vous étonnez que cela rend difficilement justice ou concept de race chez l’homme…. Prenez au moins le temps de lire avant de plaquez les réponses écrites par votre directeur de communication sur le monde entier

  • Cet article est du pur bon sens, et l’antiracisme a tendance à provoquer une réaction inverse donc autant arrêter d’en parler c’est bénéfique à tous.
    D’ailleurs le plus puissant des hommes actuellement, Barack Obama, est lui-même un métisse donc on voit déjà bien qu’une étape a été franchie.

    • C’est pas franchement une bonne pub pour le métissage…

      • Qu’on apprécie pas l’homme je le conçois car il m’a déçu, mais en quoi l’exemple ne serait il pas une bonne pub ?
        Il a obtenu le poste suprême en dépit de ses origines et représente l’exemple ultime d’une minorité raciale/ethnique pouvant gagner du jalon par l’effort et la volonté.

        • « en dépit de ses origines »

          ça reste à prouver

          • je vais utiliser la classification raciale blanc noire et dire…
            il y a des blancs qui ont voté pour lui car il est noir
            il y a des blancs qui ont voté contre lui car il est noir
            il y a des noirs qui ont voté pour lui car il est noir
            il y a des noirs qui ont voté contre lui car il est noir
            il y a des gens qui ont voté pour lui car il pense qu’il ferait un bon président
            il y a des gens qui ont voté pour lui car il est cool
            il y a des gens qui ont voté pour lui car il est bel homme
            il y a des gens qui ont voté contre lui car il est bel homme
            il y a des gens qui ont voté pour lui car il est moche
            il y a des gens qui ont voté contre lui car il est moche

            il y a des gens qui ont voté pour lui car il se sont trompés de bulletin

            en dépit ou à cause de la « race » aucune importance les raisons à la con sont aussi valables que les autres! il est élu.

            et pas métis, il est métis pour les gens qui pense qu’il existe une race noire et une autre

  • Nier l’évidence ne mène à rien. Attention à bien utiliser les mots qu’il faut, attention à leur définition, race et espèce ont des définitions précises que confondent exprès ceux qui cherchent à tromper.

    Les races existent chez les chiens comme chez les humains, avec les mêmes effets. Le seul débat intelligent, c’est que faire et comment gérer les situations parfois délicates qui résultent des différences culturelles, historiquement liées aux races.

    Bien sûr que le métissage a toujours existé, partout ou les peuples se côtoient, quelque soient les rapports entre eux. Des viols en temps de guerre aux alliances soudées par mariages en passant par l’attrait de l’exotisme, la vente d’esclaves et les histoires d’amour.

    Je vous choque ? hé bien insultez moi et retournez à vos dogmes aveugles et sourds.

    • En Afrique, il y a une « race » différente tous les 50 kms. On parle bien sur d’ethnies mais les caractéristiques raciales sont clairement reconnaissables et reconnues par les intéressés. Le racisme ne se limite pas à la couleur de la peau ou a de grandes différences culturelles.

      Si on définit le racisme par le fait de juger par rapport aux apparences ou la culture, il est universellement répandu. J’irai même jusqu’à dire qu’on peut difficilement reprocher à quiconque de se faire une opinion à première vue tant cela fait partie de la nature humaine et d’une certaine nécessité.

      En revanche en faire un principe ou prôner l’eugénisme est un peu « daté ». Il ne s’agit pas de dogme : la société évolue toute seule. Le métissage ne peut se ramener à des viols ou des mariages forcés et la multiplication des échanges à l’échelle mondiale oblige à relativiser ses préjugés ou à s’isoler.

    • C’est quoi une race humaine ? Comment on la définit ?

      • le parlement français me semble avoir récemment voté une loi disant que les races n’existaient pas …mais le racisme me semble toujours continuer à exister en droit positif …je ne comprends pas tout !!!

    • Soit vous ne savez pas ce que recouvre le mot « race », soit vous faites allusion à une découverte scientifique MAJEURE dont je n’ai jamais entendu parler…

  • Qu’est-ce que c’est que cette foutaise ? A quelle association ( prétendument ) anti-raciste subventionnée AVEC MON ARGENT appartenez-vous ?

    • Lol, un frontiste qui débarque sans rien connaître et qui se plante lamentablement… ^^
      Si vous connaissiez les opinions de Guillaume Nicoulaud, vous auriez envie de vous cacher et de supprimer discrètement votre commentaire…

  • « Je m’adresse donc ici à celles et ceux d’entre nous qui se réclament de la lutte antiraciste et qui, à des degrés divers, voudraient jouer les ingénieurs sociaux en sanctionnant les propos racistes, en promouvant la diversité ou que sais-je encore. Ça ne sert à rien. »

    Si. Ca sert. Ma femme n’est pas blanche, mes enfants non plus, et nous avons été très régulièrement enquiquinés sous différentes latitudes.

    On a parfois laissé passer, et on a parfois frappé, fort, en utilisant le droit, en envoyant des lettres d’avocat, une fois en portant plainte formellement, et en obtenant à chaque fois gain de cause, et un changement de comportement notable de ceux qui nous posaient problème.

    La force du droit antiraciste est énorme quand on a l’énergie de l’utiliser.

    Je suis un POUR des sanctions ULTRA DURES pour tout propos raciste public. Il est bon d’apprendre à faire attention à ce qu’on dit, ne serait-ce que par pure décence par rapport à ceux qu’on vise. C’est la politesse la plus élémentaire vis à vis de nos semblables.

    Je suis pour la poursuite en justice de toute discrimination à l’embauche dès qu’on peu la prouver, à l’entrée de lieux recevant du public, au logement. Je suis en particulier POUR un testing ULTRA CULPABILISANT, piégeux, vicieux, de tous ceux qui oseraient bafouer nos droits.

    (Je partage par contre votre avis négatif sur la discrimination positive : aucun bénéfice à en attendre en France. Aux US, c’est une autre affaire).

    Avec les ans, j’ai noté un lent infléchissement des comportements des employeurs, des bailleurs, ou des propriétaires de restaurants, ou autres (je dis bien les comportements, car changer les mentalités, je m’en fiche). Globalement, nous rencontrons moins de problèmes en France qu’il y a 20 ou 30 ans.

    Vous dites qu’il faut du temps, beaucoup de temps ?

    Je n’ai pas ce temps : je vis aujourd’hui, ici et maintenant. Sans les lois antiracistes, ma vie aurait été plus pénible.

    • Les antifascistes seront les fascistes de demain, disait Churchill…

      • Tant que vous tenez votre langue en public, vous ne risquez rien de moi, ph11. Vous avez entièrement le droit d’être raciste, si c’est votre cas.

        Mais tout comportement raciste de votre part qui me gènerait ou importunerait ma famille, je m’empresserai de le faire cesser par force de droit à chaque fois que je le peux.

        Dites vous bien ça à chaque fois que vous parlez en public…

        • Donc on a le droit d’être raciste, mais si on l’est vous portez plainte et/ou vous utilisez la force envers le dit raciste?
          Vous confirmez les propos de ph11 et Churchill: vous êtes un fasciste.

          • Vous avez tout à fait le droit de considérer les gens de telle apparence ou couleur comme des sous hommes.

            Mais si jamais vous traitez quiconque de ma famille comme un sous homme, que ce soit verbalement, ou en actes, je vous pourirai la vie comme jamais.

            • Vous changez de propos (ou alors vous jouez sur l’ambiguïté du verbe « traiter »).

              Vous avez clairement dit que vous souhaitiez des sanctions LOURDES (par l’intermédiaire de l’État) contre des PROPOS. C’est du fascisme. Point.

              Vous avez clairement dit que vous souhaitez que la « discrimination » soit sanctionnée. C’est du fascisme. Point. Car discriminer, c’est-à-dire ne pas choisir quelqu’un mais plutôt quelqu’un d’autre ne viole en RIEN le droit naturel d’autrui.

              Vous pourrez le nier tant que vous le voudrez mais vous êtes un dictateur en puissance, un fasciste.

              • Je trouve très bien que la loi de la plupart des pays d’Europe de l’Ouest me permette de porter plainte si ma famille est victime d’insultes racistes, ca me plait énormément. Et je n’hésiterais pas une seconde à vous poursuivre si vous étiez l’insulteur, et à vous faire punir par l’intermédiaire de la justice.

                • Donc, vous êtes bien un petit facho. Et comme tous les fachos, vous me faites vomir, vos propos sont gerbants, sale petit dictateur!

                  • « Donc, vous êtes bien un petit facho. Et comme tous les fachos, vous me faites vomir, vos propos sont gerbants, sale petit dictateur! »

                    Vous pensez donc que les lois antiracistes en vigueur dans l’Europe de l’ouest entière, ou quasi, sont fascistes ?

                    • Oui. Toute atteinte à la liberté d’expression est de nature fasciste.

                    • Vous vivez donc dans un enfer fasciste… Votre vie doit être bien sombre !

                    • Homme de paille: on ne va quand même pas dire que la France est un « enfer fasciste », ce n’est pas mon propos.

                      Par contre, quand on regarde la liberté d’expression, Reporters Sans Frontières classe la France 39ème sur 180. Alors évidemment ce n’est pas la Corée du Nord, mais 39ème pour un pays qui se dit défenseur des droits de l’Homme, c’est TRÈS inquiétant.

                      Et vous pouvez prendre d’autres classements qui mesurent les libertés (libertés civiles, libertés économiques, libertés politiques, indices de corruption, indices de la « démocratie »), et vous verrez que la France est quasi-systématiquement dans le fond du panier des pays développés. Vous pouvez commencer par là: http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_freedom_indices

                    • @Rawls Hume
                      Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la vie de beaucoup de monde est bien sombre en Europe de l’Ouest, du moins dans les pays les plus fascistes. Pauvreté au plus haut, corporatisme généralisé, prisons pleines, répression financière : ce n’est que l’accomplissement d’un fascisme qui ne dit pas son nom.

                      http://cdn.thestandard.org.nz/wp-content/uploads/2011/11/fascism-you-really-think-it-will-be-this-obvious-e1320915541330.jpg?7d0fd8

                    • @ Rawls Hume

                      Bon on avait déjà remarqué ici que tu n’étais pas du tout libéral.

                      Maintenant on sait qu’en plus tu es un p’tain de facho car intolérant.

                      Retourne vers tes potes gauchos.

                    • @Mateo

                      Vous dites  » quand on regarde la liberté d’expression, Reporters Sans Frontières classe la France 39ème sur 180. »

                      Pareil pour les Pays Bas, seconds sur la liste.

                      Le lauréat de la liberté de la presse selon RSF (ceux qui nous classent 39e) est la Finlande, qui punit la publication de toute donnée, opinion ou autre déclaration qui menace ou insulte un groupe sur la base de la race et autres. VOus n’irez donc pas en Finlande vous réfugier, ce serait changer de fascisme.

                      Pareil vous n’irez pas aux Pays Bas, qui ont la même loi.

                      Comme je vous le dis, ces lois sont anciennes et ont été votées le plus souvent dans la mouvance du droit international, qui a pavé la voie :

                      Notamment le traité de 1966 sur les droits politiques, signés par le monde entier sauf l’arabie, le bangladesh, le Myanmar, et la malaisie. Voilà vos terres d’accueil pour être totalement à l’abri du fascisme.

                      Ah si, vous pouvez aussi aller en Chine, ou à Cuba, qui l’ont signé mais pas ratifié. Ou en Corée du Nord, qui l’a signé, ratifié, mais veut s’en retirer, finalement, sans doute parce qu’elle veut être certaine d’être un havre antifasciste pour vous.

                      Vous voyez, il y a de l’espoir !

                    • fat finger sur le 3e paragraphe, pardon, ligne à effacer

                • Et pas mal de gens en Afrique du Sud trouvaient très bien qu’il y ait des politiques qui permettaient aux blancs de ne pas être importunées par les noirs.

                • Peut être avez vous constaté que vos lois antiracistes allaient toujours dans le même sens?
                  Cela ne vous gène pas un peu?

            • « Mais si jamais vous traitez quiconque de ma famille comme un sous homme, que ce soit verbalement, ou en actes, je vous pourirai la vie comme jamais. »

              Merci de confirmer que vous êtes un fasciste.

            • c’est qui les sous hommes

              Combien (de blancs) pensent encore en terme de sous homme vous êtes parano?

              • « Combien (de blancs) pensent encore en terme de sous homme vous êtes parano? »

                Je n’en sais strictement rien : je ne me soucie pas de ce que pensent les gens.

                Je me soucie juste de la manière dont ils se comportent avec mes proches.

        • et pourquoi ce que vous dites ne s’appliquerait qu’a la couleur de peau? pourquoi pas interdire toute forme de critique envers les roux, les petits, les gros, les pauvres, les riches? pourquoi le racisme anti-blanc n’est jamais sanctionne?

          L’antiracisme on sait ou ca mene: voir le scandale recent de Rotherham par exemple.

          Le racisme (i.e. le fait de penser que la couleur de peau soit un facteur determinant de l’evolution) n’existe quasiment pas, les gens sont parfois xenophobes, rejettent parfois une religion ou un type de comportement social associe a une minorite visible, je ne dis pas que juger en groupe soit bien, au contraire…

          l’Europe est probablement l’endroit le moins raciste de la planete mais c’est bien la qu’on se plaint le plus du racisme… pendant ce temps, en Afrique, etre d’une ethnie differente est suffisant pour s’entretuer.

          • « l’Europe est probablement l’endroit le moins raciste de la planete mais c’est bien la qu’on se plaint le plus du racisme…  »

            Vous avez raison, mais il n’y a sans doute aucune contradiction entre les deux parties de votre phrases : c’est peut être aussi parce qu’en Europe on sait se plaindre, en tout cas porter plainte, que le racisme y est si rare.

            • je ne pense pas.
              c’est surement parce que l’Europe est le berceau des idees liberales, qui pronent la tolerance et le respect.

              on n’elimine pas le racisme en portant plainte contre lui. Il suffit de regarder la montee massive du FN a chaque fois que les antiracistes sont au pouvoir.

              Croyez-vous vraiment que les reactions de Taubira contre Minute, ou de Valls contre Dieudonne, font reculer le racisme? je pense plutot qu’ils l’exacerbent.

              • Cela me paraît évident: ces lois EXACERBENT le racisme.

                Le raciste a l’impression que les « nègres et les bougnoules » sont déjà avantagés par l’État. Si l’État en rajoute une couche en le punissant maintenant pour ses propos, que croyez-vous qu’il va se passer dans sa tête? Qu’il va se dire « ah cette condamnation m’a fait réalisé ma bêtise » ou plutôt « non seulement je paye pour les noirs et les arabes mais en plus c’est moi qui suis puni »? Hum? Objectivement?

              • « on n’elimine pas le racisme en portant plainte contre lui.  »

                Ce n’est pas mon but d’éliminer « le racisme ». Mon but est que ma famille ne subisse pas de comportements racistes. Le reste…

                A chaque fois que j’ai utilisé le droit, j’avais comme optique des objectifs bien perso qui me concernaient moi ou ma famille.

                Une personne victime de racisme n’a pas grand chose à attendre des grand messes et grands discours antiracistes.

                En revanche, j’ai découvert à l’usage que j’ai beaucoup à attendre de la loi antiraciste : il faut juste avoir l’énergie de l’utiliser.

                J’aime à imaginer que beaucoup font comme moi.

                • Moi j’ai remarqué que j’avais beaucoup à attendre de l’usage d’un flingue: quand je mets un flingue sur la tempe de quelqu’un, il a subitement tendance à faire et à dire ce que je lui dis de faire et de dire. Il faut juste avoir l’énergie de l’utiliser.
                  J’aime à imaginer que beaucoup feront un jour comme moi, ce sera un vrai paradis.

                  Et vive la liberté, bien sûr!

                  • Rassurez vous, le droit me donne aussi le droit de vous faire arrêter si vous m’avez mis un flingue sur la tempe (et que vous n’avez pas tiré, s’entend).

                    Je ne m’en priverai pas plus que du droit de vous contraindre à tenir votre langue quand vous voyez passer mes rejetons pas-blancs devant vous, même si vous avez envie de les traiter de noms bizarres et colorés s’ils vous ont bousculé avec leur trotinette.

                    • Donc vous abattrez de sang froid des gens qui vous auront parlé de travers ?

                      Vous êtes complètement taré.

                    • « Donc vous abattrez de sang froid des gens qui vous auront parlé de travers ? »

                      Regardez le fil plus haut, et vous verrez que je ne suis pas si violent…

                    • Vous confondez manifestement le Droit et la législation, alors précisez. Les nazis, les communistes avaient aussi la loi de leur côté, donc à vous entendre ils avaient « le droit » d’exterminer…

                    • Vous êtes vraiment plus facho que les racistes bas-du-front… Et de loin!

                    • « Les nazis, les communistes avaient aussi la loi de leur côté, donc à vous entendre ils avaient « le droit » d’exterminer… »
                      Et un point Godwin pour Mateo.

                    • Non non non: on parle de racisme là. Et de droit vs loi. On est bien dans le sujet.

                      Mais il semblerait que ce soit la seule chose que vous ayez trouvé à répondre…

                    • « Regardez le fil plus haut, et vous verrez que je ne suis pas si violent… »

                      Non, vous voulez faire exercer votre violence par autrui, tout cela étant financé par le contribuable…

                      Bref, un fasciste violent et branleur.

                    • Rawls Hume: « Regardez le fil plus haut, et vous verrez que je ne suis pas si violent… »

                      Entre les menaces voilée ou directe à répétition et le comportement totalement intransigeant qui vire à l’obsessionnel, plus la jubilation affichée d’effacer de l’univers tout ce qui vous dérange vous avez l’air d’un sacré taré dans votre genre.

                      Vous ne confondriez pas le racisme avec le fait que les gens trouvent que vous êtes un gros con agressif et tapent là ou ça vous fait mal ? De manière directe je n’ai pas été confronté au véritable racisme une seule fois de toute ma vie et j’ai bossé avec toute sorte d’ethnies/couleur/religion. Par contre j’ai croisé quelques cinglés en croisade et vous m’avez l’air d’un bon candidat.

                      Vous êtes vraiment du bois dont on fait les génocidaire.

                    • « Vous ne confondriez pas le racisme avec le fait que les gens trouvent que vous êtes un gros con agressif et tapent là ou ça vous fait mal ?  »

                      Je ne sais si les personnes qui se sont mal comportés avec mon épouse et mes enfants savaient si j’étais un gros con blanc agressif et m’en voulaient personnellement, mais j’en doute.

                • c’est flou la notion de comportement raciste..
                  je suis désolé, il y a toujours un procès d’intention…
                  prenez la pauvre idiote qui a caricaturé taubira en singe…en tant que telle , la caricature n’est pas explicitement raciste…c’est insultant, pourtant le racisme transparaît, mais ce n’est pas les noirs sont des singes…
                  clairement cette personne est raciste quand on lui parle et qu’on la voit, elle est « blanche » ( je hais utiliser les terme raciaux !!!)…mais ce n’est pas l’insulte jugée.

                  mais elle n’a fait qu’insulter une ministre …

                  Le problème du racisme n’est pas le racisme, il est qu’il y a souvent eu des opprimés en raison de la race..mais le crime était l’oppression pas le racisme qui n’était qu’un prétexte.
                  II s’en suit que les injures raciales envers les anciens opprimés sont plus sévèrement jugés que les insultes envers les anciens oppresseurs… ce qui fait le bonheur du FN qui peut à raison déclarer que le racisme antiblanc est moins sanctionné ou d’autres qui peuvent dire que les juifs ou les musulmans sont protégés …

                  Ce n’est jamais le racisme qui doit être jugé mais je ne suis pas idiot au point de ne pas comprendre qu’un environnement hostile est très aisément perceptible, des regards peuvent en dire long; ça peut même détruire une personne à la longue.

                  En ce qui me concerne la condamnation de la femme qui a insulté taubira est un franchissement de limite.
                  Je le répète car je le crois dire taubira est un singe n’est pas dire les noirs sont des singes , c’est insultant , je pense m^me que la couleur de peau de la coupable autant que son interview est un élément de décision pour affirmer que l’injure est à caractère racial et ça m’ennuie.

                  dans la détermination caractère raciste d’un propos la race de la personne est prise en compte…et ça m’ennuie énormément.

                  la simple définition d’injure raciale amène inévitablement à parler en terme de race…à chaque fois on finit par dire noir blanc jaune..et c’est antiproductif.
                  Imaginez que le monde ait oublié le sens du mot race que comprendront ces gens de nos lois?

                  J’accepte à la rigueur une mauvaise loi si elle est efficace à éviter à terme les agressions et ,plus insidieuse la haine palpable, que vous avez du ressentir ..mais je n’en suis pas certain du tout du tout.

            • @ Rawl Humes

              Si « l’Europe est probablement l’endroit le moins raciste de la planete mais c’est bien la qu’on se plaint le plus du racisme… » ce n’est pas parce que on sait se plaindre mais plutôt comme l’indique Bastiat parce qu’on prône la liberté et le respect et je rajouterai la tolérance.

              C’est certainement plus facile de venir se battre ici qu’au Rwanda.
              Un peu comme les femens qui sont venus en france importer une de leurs batailles féministes. Des grosses feignasses qui préfèrent aller se battre là où c’est moins risqué. C’est votre cas aussi d’ailleurs.

              • « préfèrent aller se battre là où c’est moins risqué.  »

                Je ne me bat pas « là ou c’est moins risqué »… je me suis contenté de me défendre là où j’habite, avec les moyens à ma disposition. Les croisades, très peu pour moi.

                Et comme je le dis, la France est un des lieux où mes proches ont le moins de problèmes, et il y en a de moins en moins avec les années.

          • Ne faudrait-il pas condamner également ceux qui font de la discrimination (à l’embauche, à la location, à l’entrée en boîte) envers les gens qui ont des dreadlocks, des crêtes, des habits de hippie, de gothique, de métalleux, de punk etc.?

            Les anti-gros, les anti-laids, les anti-roux, les anti-idiots, les anti-dreadlocks, les anti-hippie, les… Les prisons françaises vont être bien garnies!

            • « Les prisons françaises vont être bien garnies! »

              Vous savez, en général, une simple lettre avec la bonne signature et les bonnes mentions des bons articles, suffit à faire changer certains comportements. Pas besoin de prison ni d’amende.

              • vous savez, les racistes les connaissent, vos fameux articles. Ce sont même eux qui les ont écrits. Pour s’en servir contre leurs ennemis ; c’est facile, il suffit de décréter qu’ils sont racistes, et hop, interdits.
                Démonstration toute récente par la grande raciste en chef, Taubira.
                « Pas besoin de prison ni d’amende. » mouais. Ça peut toujours servir quand même.
                Mais c’est vrai qu’avec de gentils moutons comme Rawls Hume (qui ne sont pas racistes, promis juré), on a déjà une force de frappe bien suffisante.

                • Tant que vous traitez mes proches normalement, vous ne recevrez même pas une seule lettre de moi faisant mention « de prison ou d’amendes » possibles… Promis.
                  J’apprend aussi de cette manière incidemment à mes enfants à se faire respecter, et à le faire sans se mettre la rate en bouillon de poule ou utiliser leurs poings.

                  • Encore une fois, vous mettez l’insulte et le propos raciste dans le même sac, vous ne distinguez pas les deux (volontairement?). Une insulte est une insulte, le fait qu’elle soit raciste n’a aucune importance. On peut considérer qu’une insulte est une atteinte (très légère) au droit naturel d’autrui, c’est débattable. Les propos débiles comme les propos racistes par exemple n’en sont pas (sauf, peut-être, si celui qui les profère appelle clairement à violer le droit naturel – violence, meurtre, etc. – d’un groupe de personne en raison de son appartenance ethnique, et encore c’est sujet à débat)

              • Oui pardon, quand on a flingue, il est vrai que menacer de s’en servir marche aussi, on n’a pas besoin de s’en servir. Il n’y a donc pas de problème, n’est-ce pas?

            • Vous confondez manifestement le Droit et la législation, alors précisez. Les nazis, les communistes avaient aussi la loi de leur côté, donc à vous entendre ils avaient « le droit » d’exterminer…

              bonne remarque ( vérité en delà des Pyrenées , erreur en decà !!!) mais vous remarquerez que le droit et la loi ont eu raison des nazis et des communistes via des guerres mondiales et économiques …

              force est donc restée au droit !!!

            • Si on mettait en prison tout ceux qui disent du mal des libéraux, il y aurait un sacré paquet. 🙂

            • Ah ah, à Singapour, il est courant de voir dans les petites annonces de location de chambres/apparts:
              No indians

              • Au CROUS de mon université, dans les années 80 (je suis vieux), une bonne partie des annonces de locations précisaient « cherche étudiante, blanche française (souligné) » ou « pas de noir » (souligné 2 fois). Plus aujourd’hui.

                (Remarquez aujourd’hui, il n’y a plus une seule annonce à un prix abordable, ce qui met tout le monde à égalité 😉 .

        • liberté d’expression ? non ? Si j’ai envie de tenir des propos racistes, du moment que je n’appelle pas au meurtre et que je n’insulte pas un individu en particulier, pourquoi n’aurais je pas le droit ? En tout cas si on es un minimum libéral ? dans ce cas ce site n’est pas pour vous.
          Si j’écris les noirs sont feignants, est ce raciste ? si j’écris les noirs courent vite est-ce raciste ? qu’ils dansent bien ? qu’ils ont un QI inférieur à celui d’un chinois ?
          A partir du moment où porte un jugement de valeur, positif ou négatif, ça devient du racisme.
          Du coup la petite phrase de churchil vous va à ravir, même si elle est apocriphe, paraît-il.

        • pas du tout d’accord, on a le droit d’être raciste et le dire…du moins on devrait …
          insulter les gens et les agresser non…quelque soit le motif et le motif est tout à fait secondaire.

      • « Le problème avec les citations sur internet est que l’on ne peut jamais être sûr de l’auteur auquel on les attribue »

        Winston Churchill

    • Et vous croyez qu’avec ces lois les racistes disparaissent, cessent tout-à-coup d’être raciste??? Vous croyez réellement qu’on peut combattre le racisme en interdisant les propos racistes en publics??? Sérieusement? C’est en les exposant au grand jour qu’on combat le racisme, pas en le cachant sous le tapis!

      Pour vous la liberté d’expression c’est être autorisé à dire uniquement ce avec quoi vous êtes d’accord? C’est à cause de gens comme vous que la liberté d’expression n’existe pas en France!

      Les moches portent-ils plainte quand les agences de mannequin font de la discrimination avec eux? Les idiots portent-ils plainte quand les centres de recherche font de la discrimination envers eux? Avez-vous porté plainte contre les demoiselles qui vous ont éconduit pour rawlshumophobie?

      Et plus sérieusement, vous faites comment concrètement pour savoir si quelqu’un vous refuse un job ou un appartement par racisme ou à cause d’autre chose?

      Tout choix est une discrimination!

      Laissez les racistes se couper d’une partie de leur clientèle, d’une partie de leurs employés potentiels, d’une partie de leur locataire potentiels, ils se punissent eux-mêmes, et arrêtez de demander à ce que l’État les force à faire ceci ou cela ou les punissent pour le simple usage de la liberté.

      Vous avez décidément une vision dictatoriale, fasciste, de la liberté d’expression. Si chacun parvient à faire interdire les propos qu’il le choque ou avec lesquels il n’est pas d’accord, personne ne pourra plus RIEN dire…

      Mais si vous tenez absolument à faire interdire les propos qui vous choquent, alors il faudra accepter que les propos qui choquent autrui soient également interdits. Et ces propos là, cela pourra très bien être les VÔTRES.

      Si les racistes arrivent au pouvoir, vous ne verrez donc aucun inconvénient à ce que les propos anti-racistes soient interdits, n’est-ce pas? Vous trouverz normal que votre voisin facho porte plainte contre vous, et gagne, quand vous aurez des propos anti-racistes, n’est-ce pas?

      • Et désolé pour les fautes et les mots oubliés…

      • « vous faites comment concrètement pour savoir si quelqu’un vous refuse un job ou un appartement par racisme ou à cause d’autre chose? »

        Pas facile, mais pas du tout impossible. Allez voir le site du défenseur des droits, et regardez les quelques cas à ce sujet…

        A ce propos, la législation sur ce point remonte aux années 60, les années 80 et 90 n’ont fait que la moderniser et la rendre plus opérationnelle pour les victimes.

        • Législation détestable s’il en est, qui a ouvert la porte à tous les abus, et à cause de laquelle on en vient à favoriser les « minorités » de peur d’être accusé de l’infamie suprême, raciste, et d’être lourdement condamné sans aucun espoir de pardon.
          Je suis de l’avis de Mateo. Et vous êtes bien un fasciste, même si vous l’ignorez.

          • « Législation détestable s’il en est, qui a ouvert la porte à tous les abus, »

            La législation Française est à peu près la même que dans toute l’Europe de l’Ouest, et est en plus assez ancienne. Si vous voulez changer cet état de fait, il va vous falloir un sacré baton de pelerin…

        • Et sinon, vous ne trouverez rien à redire quand ce seront VOS propos qui seront interdits, que les gens porteront plainte contre vous, parce-que vos propos seront considérés comme choquants para la mode du moment, n’est-ce pas?
          Vous considérerez cela comme parfaitement normal, n’est-ce pas?

          • Réponse à Rawls Hume bien sûr.

          • Je vous conseille de vous plonger dans les textes de loi concernant la liberté d’expression et son encadrement (diffamation, vie privée, appel à la haine, racisme, etc…). Vous verrez qu’ils ne sont pas si mal fichus que cela. Perfectibles, certes, mais plutot bien bordés. Ce sont ces textes qui nous permettent d’avoir cette conversation en ligne sans qu’un commissaire du peuple venu de Pékin ne vous envoie la police.

            • Qu’est-ce que vous racontez,??? Vous dites clairement que certains propos peuvent mener devant un « commissaire du peuple venu de Pékin » (ou plutôt sa version française), et vous êtes même fier de le faire venir vous-même!

              Mais vous n’avez toujours pas répondu à mes question: serez-vous d’accord si un jour ce sont VOS propos qui sont interdits parce-que la mode aura changé?

              • « serez-vous d’accord si un jour ce sont VOS propos qui sont interdits parce-que la mode aura changé? »

                « la mode » ???

                – les lois antiracistes ne sont pas une « mode » : elles sont anciennes de plusieurs décennies. Elles sont qui plus est ancrées dans le droit international. Elles sont héritage direct du concept « libres et egaux en droit », commun à peu près à tout l’occident.

                – les lois assurant la liberté d’expression ne sont pas une « mode » : elles sont au coeur, sinon le coeur, des plus anciennes constitutions.

                L’équilibre entre ces lois est en général assuré par les cours suprèmes : pas vraiment le genre d’institutions qui suit les « modes ».

                • Il y a moins d’un siècle et demi, c’était les propos racistes qui étaient à la mode. Il y a moins d’un siècle, c’était les propos anti-sémites qui étaient à la mode. Aujourd’hui ce sont les propos anti-racistes; Vous savez ce qui sera à la mode dans un siècle ou 2 vous?

                  Mais ça ne réponds toujours pas à ma question: que diriez-vous si c’était VOS propos qui étaient interdits, parce que considérés comme choquants par des apprentis dictateurs de votre espèce?

                  • « que diriez-vous si c’était VOS propos qui étaient interdits, parce que considérés comme choquants par des apprentis dictateurs de votre espèce? »

                    Le quel de mes propos serait interdit par votre dictateur imaginaire ?

                    • N’importe lesquels.

                    • Non, non, soyez spécifique.

                    • simple : certains courants religieux considèrent que la représentation d’êtres humains est un blasphème. Ils seront donc choqués de vous voir vous livrer à votre hobby : dessiner des portraits d’inconnus dans la rue.

                      Un blasphème est une insulte à Dieu d’après eux, mais pas d’après vous. Que direz-vous si le législateur, dans le souci de respecter les croyances de chacun leur donnait gain de cause systématiquement à chaque fois qu’ils portent plainte contre un dessinateur public ?

                    • Ben je ne connais pas vos idées, comment voulez-vous que je sois spécifique???

                      Bref, je le redis: « peu importe », ce n’est même pas le sujet. Imaginez juste que telle ou telle idée deviennent un jour « choquante ». Le racisme n’était pas choquant il y a à peine un peu plus d’un siècle, je vous rappelle.

                    • « Le racisme n’était pas choquant il y a à peine un peu plus d’un siècle, je vous rappelle. »

                      Pas choquant pour qui ? Pour les victimes ?

                • « les lois antiracistes ne sont pas une « mode » »

                  Ben si.

                  Vu l’évolution des idées dans le temps, les idées dominantes fonctionnent aussi comme des modes.

                  • Les lois antiracistes ont 40 à 50 ans d’âge voire davantage dans les constitutions européennes. Ce n’est pas tout à fait le rythme de la mode.

                    • il n’y a pas de loi antiracistes. Il y a des lois racistes qui se revendique de l’anti-racisme, avec autant de pertinence que les loi d’apartheid prétendait défendre les blancs … et les noirs !

            • « la liberté d’expression et son encadrement ». La liberté ne « s’encadre » pas. Elle se défend, elle se protège, par des règles qui garantit la même à tous. Et surtout par la responsabilité des individus: la loi est faite pour rappeler leurs responsabilités aux individus qui l’ignorent, pas pour défendre des groupes identifiés par leur race, appartenance, ou opinions.

              « diffamation, vie privée, appel à la haine, racisme, etc… »
              – La diffamation n’est pas la simple expression d’une opinion. Ce qu’on condamne, c’est la volonté de nuire à autrui par l’usage de propos manipulateurs et ayant une influence néfaste sur la vie d’autrui.
              – La vie privée est à géométrie variable, et c’est bien pratique pour noyer le poisson, selon les intérêts du moment. Hors-sujet.
              – appel à la haine: comme la diffamation, on ne condamne pas une simple opinion. On condamne la volonté de nuire à autrui en provoquant des violences.
              – racisme: on est tous l’objet du racisme d’un autre groupe ethnique ou national différent. Vouloir empêcher le racisme contre les gens de couleur est vain, et surtout conduit à des effets pervers pire que ceux qu’on veut éviter. Chacun est libre de ses opinions et choix, qu’ils soient raciaux ou non, si un noir n’a pas le poste qu’il mandait dans l’entreprise de ce raciste, c’est lamentable, mais cela ne nuit pas fondamentalement à sa liberté. En revanche, obliger tous les patrons à embaucher selon une liberté « encadrée », cela nuit à la liberté de toutes les entreprises, et donc de tout le pays.

              • « « la liberté d’expression et son encadrement ». La liberté ne « s’encadre » pas. »

                Si.

                • ben non. une liberté encadré, c’est pas une liberté, c’est une autorisation. Qu’on peut vous retirer bien sûr, aussi facilement qu’on vous l’a donné.

                  • Vous savez, les dictateurs adorent la liberté, ils la veulent juste pour eux toute seule.
                    La quasi totalité du droit constitutionnel est une manière d’encadrer les libertés, notamment pour qu’elles ne se détruisent pas l’une l’autre.
                    C’est pour ça que je suis assez confiant sur les lois antiracistes : tant les législateurs que les cours constitutionnels ont tendance à faire attention à ces équilibres. Sans parler du grand public.
                    Il serait très, très difficile de « retirer l’autorisation » de s’exprimer sur la politique du Roi, en France, par exemple, car cette liberté est ancrée profondément. Pareillement, il serait difficile de retirer totalement l’interdiction de publier images et documents sur la vie sexuelle du roi, parce qu’en fait, beaucoup ont le sentiment que préserver la vie privée du Roi (ou ce qu’il en reste) est un gage pour préserver la vie privée de chacun (ou ce qu’il en reste)

                    • que savez vous de ce que les dictateurs adorent ou pas ? vous en êtes un ?
                      le droit constitutionnel ne sert, comme son nom l’indique, qu’à « constituer » les pouvoirs publics : énumérer les pouvoirs, qui les détient, comment il les obtient, etc. Dans la constitution française il n’est jamais question d’encadrer les libertés des citoyens, mais de les garantir, et cela passe par des limitations de la liberté du pouvoir. On peut discuter de l’efficacité du dispositif, ou même le trouver hypocrite et cynique (langue de bois, mensonger, etc.), mais certainement pas dire qu’il annonce explicitement un encadrement des libertés.
                      Je ne sais pas qui est le plus fou : le législateur, ou celui qui lui fait confiance pour faire attention aux équilibres entre les droits fondamentaux. Quant au « grand public », en général il s’en fout et quand par miracle c’est pas le cas, il est rarement écouté.

                    • Vous avez une vision bien pessimiste de l’Etat de droit.
                      Ayant vécu de manière éphémère dans des Etats sans droit, je n’ai sans doute pas la même vision que vous.

                • Magnifique argumentation. L’argumentation-type du tyran, qui n’a aucun argument, qui sait avoir tort, mais répond juste « si », avant de faire exécuter son opposant. Finalement, vous êtes bien un fasciste.

                  • « faire exécuter son opposant »

                    Vous savez, je n’ai aucune envie de vous faire exécuter.

                    J’espère d’ailleurs que vous nourrissez les mêmes sentiments à mon égard.

      • Je reconnais que les racistes se punissent déjà eux-mêmes et que l’intervention de l’Etat est nuisible dans ce contexte.

        Toutefois je comprends Rawls Hume : si parce que des enfants sont noirs ils se font insulter ou rabaisser publiquement, vouloir réagir est parfaitement naturel (l’inverse serait d’ailleurs un peu lache et pas très formateur). Normalement, une défense stricte des libertés individuelles devraient permettre de se protéger de ces actes sans faire appel à des lois anti-racistes. Le débat glisserait donc vers : « l’agression verbale est-elle une atteinte à ma liberté ? »

        • Oui, voilà. Mais l’agression verbale raciste envers une personne bien désignée me semble, d’après mon vécu, infiniment moins fréquente que le « simple » propos raciste d’ordre général.

          • Rawls Hume vous explique qu’il saisira les tribunaux si vous insultez sa famille.
            Dans une anarcapie ce serait pareil.
            (ils pourraient contraindre au duel, ce qui serait fun)

            • « Rawls Hume vous explique qu’il saisira les tribunaux si vous insultez sa famille. »
              Vous résumez, mais c’est mon état d’esprit, en effet (c’est allé une seule fois au tribunal).

            • Non non, il a, « bizarrement », modifié son discours en cours de chemin… Lui, il est content qu’il y ait des lois qui sanctionnent les propos racistes (ce qui est différent de l’insulte dirigée envers une personne précise) et la « discrimination ». Je lui ai déjà fait remarquer, mais il n’a pas voulu le relever.

              • Ah, je comprend mieux vos remarques.
                Je clarifie :
                – Je suis très favorable aux lois contre les propos racistes publics (pour faire bref ) : ça oblige en particulier les politicards à faire attention à ce qu’ils disent, ce qui est la plus élémentaire règle de politesse par rapport à ceux qui les entendent. De fait, les propos racistes publics sont plutôt rares en France.
                – Mais je n’ai agi, pour ma part, que dans des affaires de propos dirigés à l’encontre de ma famille.

                • Mateo vous suspecte d’être favorable à l’établissement d’une administration dédiée à traquer ceux qui pourraient éventuellement insulter votre famille. Avec ses impôts.

                  En général le législatif préventif est mal vu par les libéraux les plus stricts : on vous cause du tort vous saisissez un tribunal, point.

                  • Non, c’est juste que je déteste les petits fachos, les petits dictateurs en herbe, qui supportent les lois liberticides (*). Et les lois liberticides elles-mêmes, évidemment.

                    (*) qui interdisent ce qui ne nuit pas au droit naturel d’autrui

                  • « on vous cause du tort vous saisissez un tribunal, point. »

                    C’est plutôt ma pratique : en tout cas, ça a très bien marché pour moi. Sauf que 4 fois sur 5, même pas besoin d’aller au tribunal, le simple rappel de la loi semble avoir suffi.

                • Le 1) est scandaleux: personne ne devrait être condamné pour ses idées, ses propos, aussi abjects soient-ils.

                  Et pour le 2) une insulte est une insulte, qu’elle soit raciste ou pas ne devrait rien changer à l’affaire. La loi est donc inique.

                  • « Le 1) est scandaleux: personne ne devrait être condamné pour ses idées, ses propos, aussi abjects soient-ils »

                    A peu près partout dans le monde les atteintes à l’honneur sont sujettes à réparation.
                    Si vous dites publiquement  » les noirs é lé zarabes son tousse des cons » vous pouvez vous attendre à des représailles, y compris relevant du droit et des tribunaux, même en anarcapie.

                    En revanche, oui, faire des lois exprès pour un type d’insulte, on est d’accord, c’est débile.

                    • Même les journaux « bien comme il faut » sont condamnés pour diffamation raciale :

                      Exemple, Le Monde pour avoir écrit cela :

                      « Dans le premier passage, considéré par la cour comme diffamatoire racialement, il était écrit « on a peine à imaginer qu’une nation de fugitifs, issus du peuple le plus longtemps persécuté dans l’histoire de l’humanité, ayant subi les pires humiliations et le pire mépris, soit capable de se transformer en deux générations en peuple dominateur et sûr de lui et, à l’exception d’une admirable minorité, en peuple méprisant ayant satisfaction à humilier ».
                      Dans le second passage incriminé les auteurs écrivaient, entre autres, « les juifs qui furent victimes d’un ordre impitoyable imposent leur ordre impitoyable aux Palestiniens ».
                      _________________
                      Comment peut-on avoir un débat si on ne peut pas écrire cela. La loi confisque le débat.
                      Je me demande même si j’ai le droit de le reproduire !

                    • Un 2ème exemple :

                      Lae gars qui avait brandi la pancarte « Casse toi pauv’ con » devant Sarko avait été condamné mais a été relaxé par la CEDH (merci l’europe).

                      « La France, contrée des droits de l’homme ? Elle est pourtant un des pays d’Europe les plus condamnés pour ses entraves à la liberté d’expression. »

                      http://www.lepoint.fr/societe/les-facheuses-habitudes-de-la-france-avec-la-liberte-d-expression-09-01-2014-1778490_23.php

                    • Les injures à caractère racial, national ou ethnique sont singularisées par le droit de la presse depuis 1881 en France. Si c’est débile, ça l’est depuis très longtemps.

    • Vous avez raison. La liberté d’expression est une chose infâme qu’il faut réprimer coûte que coûte.

      Au juste, par sanctions très dures, qu’entendez-vous par là ?

      Une petite déportation dans un goulag en rase Sibérie ?

      • « par sanctions très dures, qu’entendez-vous par là ? »

        Je trouve les sanctions prévues par la loi française déjà très dures, et ça me va très bien comme ça.

        • Vous avez bien raison. Il faut interdire la liberté de s’ exprimer. Comme quoi le socialisme reste bien par essence l’ami du totalitarisme.

          • « Vous avez bien raison. Il faut interdire la liberté de s’ exprimer. »

            Dites moi, vous regardez parfois les textes de loi ? La liberté d’expression est très, très bien défendue en France. Elle a ses cadres et ses limites, comme dans le reste de l’Europe de l’ouest.

            Si ça fait de la France une république populaire, je vous suggère d’essayer d’ouvrir un site comme « Contrepoint » à Pékin, pour vous remettre les idées en place.

            • « La liberté d’expression est très, très bien défendue en France ». C’est de l’humour ? vous voulez dire qu’elle est défendue dans le sens « interdite » ? ou qu’elle dispose, heureusement, de groupe actifs qui tentent, tant bien que mal, de la défendre, malgré les lois liberticides qui prévalent ?

              Je ne sais pas si on pourrait ouvrir un site comme CP en chine, mais le simple fait que vous utilisiez cette référence est en soi particulièrement inquiétant.

            • Avec des gens comme vous et les lois qui la restreignent gravement, c’est vrai qu’elle est vaaaaachement bien défendue!

    • c’est quoi « vos droits » ? avez vous des droits que je n’ai pas ? si oui, ce n’est pas normal et vous profitez de la loi pour rendre esclave les autres envers vous.
      quand je choisi un locataire, je discrimine forcément tous les autres, et vous ne savez rien de mes critères. attention vous même à ne pas être d’une susceptibilité paranoïaque.

      • « vous profitez de la loi pour rendre esclave les autres envers vous. »

        La loi me permet de contraindre quelqu’un à avoir un comportement décent envers moi ou mes proches, pas d’en faire mon esclave, ni même qu’il m’accorde des traitements de faveur.

        • vous n’avez pas répondu à la question : avez vous des droits que d’autres n’ont pas ? je pense que non, vous n’avez pas de droits spécifiques. et si vous en avez, ils sont iniques.
          vous venez ici en disant « mes enfants ne sont pas blancs, j’envoie le premier qui dit quelque chose devant un juge » et vous dites aussi « vous avez intérêt à tenir votre langue quand mes enfants vous bousculent avec leur trottinette ». vous avez effectivement des tendances de petit fasciste et vos enfants, en voyant comment vous agissez préventivement avec des gens qui ne vous ont encore rien dit ni rien fait, savent qu’ils ont une immunité de votre part. vous ne leur rendez pas service, il peuvent s’en servir pour glisser facilement dans la délinquance.
          mes enfants, quand par hasard ils bousculent quelqu’un dans la rue, je leur dis de faire attention, si besoin au moyen d’une tape un peu sèche sur la cuisse. je ne suis pas aux aguets des commentaires sur leurs yeux bridés prêt à dégainer mon code civil.

          •  » vous n’avez pas de droits spécifiques.  »

            Totalement d’accord. C’est précisément l’objet des lois antiracistes : être traité comme tout le monde.

            I have a dream : que demain, mes bambins puissent couper le chemin une viocque sur le trottoir en rollers en ayant l’assurance de se faire traiter de « sales mioches », mais jamais de « sales chinks » ou de « sales négros ».

            • Avec les lois que vous soutenez, vous obtiendrez l’effet inverse…

            • « C’est précisément l’objet des lois antiracistes : être traité comme tout le monde. »
              C’est absurde. par définition, l’existence d’une règle permettant d’exiger d’être traité comme tout le monde, c’est un privilège qui vous met à part et fait que vous n’êtes par définition pas traité comme tout le monde !
              pour être traiter comme tout le monde, la première condition c’est de NE PAS pourvoir invoquer des disposions spécifique que les autres ne peuvent pas invoquer.
              C’est bien pourquoi il a fallu une modification constitutionnelle pour introduire le sexisme dans le droit français : avant c’était impossible.

            • C’est très con ce que vous dites.
              Si vos gamins font les cons, ils méritent de se faire remettre à leur place et de recevoir des mots mordants ; dès lors il importe peu que ce ce soit sous la forme « sales mioches », « sales chinks » « sales négros » ou « sales cons » (les 4 n’étant d’ailleurs pas incompatibles…) . Mais si la plupart des gens blancs ont des mioches qui se tiennent, ça va évidemment rendre plus probable l’utilisation d’une autre caractéristique évidente, comme sale négro …

              D’autre part, votre description d’un monde où il y a des « viocque » que vos enfants bousculent sans que la dite « vioque » (sic) puisse choisir à son gré les mots pertinents pour exprimer sa colère (c’est vous, le responsable des agresseurs, qui vous érigez en juge de ce qu’elle a le droit de dire ou pas ???) , est le miroir de votre âme. Pas étonnant que vous voyiez des racistes partout …

              Quand vous serez moins racistes, vous aurez moins besoin de juger les autres et de « lutter contre le racisme » (ce qui est parfaitement absurde : le racisme fait partie de ces chose contre lesquelles on gagne en ne luttant pas contre, mais en faisant des efforts, soi-même, pour leur opposé –les deux actions n’étant pas compatibles).

              • « lutter contre le racisme » est le cadet de mes soucis. Surtout dans un pays aussi peu raciste que la France.

                Je me contente d’utiliser le droit quand c’est nécessaire pour avoir la paix…

                • « Je me contente d’utiliser le droit quand c’est nécessaire pour avoir la paix… »

                  En déclarant des guerres législatives. Vous n’êtes pas à une contradiction près hein…

                  • « En déclarant des guerres législatives.  »
                    Ah, utiliser le droit c’est guerrier ? Je croyais qu’un des avantages de la loi était justement qu’on évitait de régler ses problèmes en se battant pendant des heures dans la boue.

              • « Si vos gamins font les cons, ils méritent de se faire remettre à leur place et de recevoir des mots mordants ; dès lors il importe peu que ce ce soit sous la forme « sales mioches », « sales chinks » « sales négros » ou « sales cons »  »

                Je pense que ca fait une différence pour eux : les enfants enregistrent tout. C’est toujours un souci d’ailleurs de savoir comment réagir. J’apprécie particulièrement la France car la question se pose très rarement.

                En l’occurrence, cette fois là, je n’ai rien dit ni à eux, ni a elle. J’ai juste dit aux gamins de faire attention, sinon je leur confisquait leur trotinette, et ce dimanche après midi s’est poursuivi normalement. Quand à la dame, je ne l’ai jamais revue.

            • moi, mon rêve, c’est que mes enfants continuent d’être polis avec les personnes âgées de mon quartier. c’est beaucoup plus agréable pour moi d’entendre des compliments au sujet de mes enfants plutôt que des reproches.

            • Mais vous habitez ou ?

              Mes gamins, je leur ai appris à respecter les vieux, même les vieux cons parce que justement ce sont (c’étaient) des gamins et que c’est à cet âge qu’on apprend

              • Dr Slump: « I have a dream : que demain, mes bambins puissent couper le chemin d’une viocque»

                Peut-être que « la vioque » aimerait bien que vous ne l’appeliez pas comme ça, d’autant plus si vos gamins ont manqué de la renverser ce qui peut être très grave à cet age.

                Incapacité totale de juger de la gravité respectif des actes, agressivité, intolérance, paranoïa. On a vu passer des cons sur ce site mais des cinglés c’est plutôt rare. Félicitation.

                • Oui, sans compter que non seulement les os, mais aussi la peau devient fragile !

                •  » agressivité, intolérance, paranoïa.  »

                  Il est tout à fait possible que la demi douzaine de personnes que j’ai mises face à la loi en invoquant le droit ont considéré la démarche comme agressive, intolérante et paranoïaque. Mais en fait, je m’en contrefiche : ces personnes n’ont plus eu de comportement déplacé après avec moi ou ma famille, et c’est tout ce qui m’importe !
                  En plus, c’est plus élégant que de se mettre en colère, et beaucoup moins fatiguant que de se battre physiquement!

                  • « ces personnes n’ont plus eu de comportement déplacé après avec moi ou ma famille, et c’est tout ce qui m’importe ! »

                    C’est souvent ce que les gens font après menaces et intimidations. Mais je suis sûr que vous comporter comme un mafieux est l’exemple que vous voulez transmettre à vos enfants.
                    Et rappelez-nous ce qu’est un comportement déplacé pour vous ? Se plaindre que vos gosses ont failli les renverser ? Faudra pas vous plaindre le jour où vos gosses appelleront les flics pour des attouchements de votre part après que vous ayez refusé de leur acheter le dernier jeux-vidéo à la mode.

                • Hé, c’est pas moi qui ait dit ça, c’est l’autre méchant là!
                  Cela dit je suis d’accord avec vous.

        • « La loi me permet de contraindre quelqu’un à avoir un comportement décent envers moi ou mes proches, pas d’en faire mon esclave, ni même qu’il m’accorde des traitements de faveur. »
          Mais si bien sûr. par exemple la loi qui oblige à recruter des noirs interdit ipso facto de recruter des non-noirs. La loi qui oblige à élire des femme interdit automatiquement aux hommes d’être élus. etc.
          Tout loi anti-raciste est automatiquement une loi raciste. Le racisme n’est pas interdit, il est lui même catégorisé, discriminé : il y a le racisme qui dérange le pouvoir, pourchassé, et le racisme que le pouvoir apprécie, institutionnalisé et encouragé.
          Et tout cela, bien sûr, au nom de la protection du faible ou du gentil contre l’agresseur. L’agresseur juif en Allemagne nazie, l’agresseur noir au USA et en Afrique du sud de l’apartheid, etc.

          •  » la loi qui oblige à recruter des noirs  »
            Je crois avoir confié plus haut mes gros doutes sur la discrimination positive, qui serait une ânerie en France.

            « Tout loi anti-raciste est automatiquement une loi raciste.  »
            Oui, oui… Et l’autre aussi disait « La liberté c’est l’esclavage »…

        • Expérience personnelle: j’ai fait un voyage au Gabon. Pas en touriste accompagné et logé dans le quartier blanc, non, je l’ai fait seul, pour rejoindre des gabonais vivant dans les quartiers populaires. Je subissais tous les jours les regards haineux et les imprécations contre ma nature de saloperie de blanc. Vous imaginez sûrement à quel point on le vit mal, à quel point cela révolte et suscite la colère. Surtout quand on vient en voyage découvrir une culture traditionnelle unique, avec toute la curiosité et l’ouverture d’esprit dont on est capable.

          Malgré cette colère, jamais, je dis bien jamais, je n’aurais demandé une quelconque aide ou intervention d’une tierce personne pour me faire respecter. Pas une fois je n’ai agressé en retour un gabonais qui m’insultait. Au contraire, j’ai tâché de m’adapter et me conformer aux habitudes locales le mieux que je pouvais, j’ai fait mon possible pour gagner le respect des autochtones. Ce n’est pas une question de fierté: c’est juste que je pourrais pas prétendre être libre et respectable si je faisais reposer cette liberté et ce respect par l’usage de la force d’autrui, que ce soit la loi ou quoi que ce soit d’autre.

          Bref, vous ne faites de personne un esclave en usant de la force de la loi pour vous faire respecter. Mais on peut se demander si vous ne vous faites pas l’esclave de l’état pour cela. Et si c’est le cas pour vous, c’est le cas pour beaucoup de citoyens.

          • Hmmm, considérez vous donc que naître et vivre pas-blanc en France implique de se mettre dans la peau d’un touriste parti en « voyage découvrir une culture traditionnelle unique » devant faire son  » possible pour gagner le respect des autochtones » ?

            C’est un discours un peu délicat à tenir en tant que parent… VOus formuleriez ça comment ?

            • Rien à voir avec le tourisme, je n’ai d’ailleurs pas du tout employé ce terme: j’abhorre le tourisme et ses touristes en bus, ok?
              De toute façon vous avez très bien compris ce que je veux dire, à savoir qu’on n’a aucun mérite d’en appeler à la police pour faire fermer leur gueule à des abrutis qui ne méritent même pas que la justice s’intéresse à leur petitesse. Ce faisant, vous êtes encore plus petit qu’eux.

              • OK, je reformule : « considérez vous donc que naître et vivre pas-blanc en France implique de se mettre dans la peau d’un individu parti en « voyage découvrir une culture traditionnelle unique » devant faire son » possible pour gagner le respect des autochtones » ?

                • Non mais c’est bon on a compris vos enfants rois ont le droit d’embrenner les autres au nom de l’antiracisme, spécialement les vieux on dirait – et parce qu’ils sont noirs ces chers petits sans doute…

                  Zarbi quand même…

                  Comme au tgi d’une obscure sous préfecture de province, tous les présents pour usage de stupéfiants étaient BLANCS !!! Y’a des jours pour le blanc comme y’a des jours pour les couleurs je suppose… J’avoue connaissant bien ce monde de fumeurs j’en suis resté baba… Maintenant si c’est vos potes qui dirigent tout avec leurs super lois (anti ganja) en Occident je comprends mieux… Les uns peuchère !!! Les autres des salauds ! pour le même « crime »…

                  Vous allez répandre la haine comme la peste vous et les votres les « grands » coeurs…

                  • Hmmm, à votre avis, si mes gosses ont un jour manqué faire trébucher une vieille dame avec leur trotinette c’était parce qu’ils étaient des petits métis-rois avides de méfaits ? Ou juste des gosses de primaire un peu distraits super contents de déambuler par un dimanche après midi ?

                    Et à votre avis, je leur ai donné un bon point après ? Ou je les ai grondés en leur disant de faire attention ?

                    P.S. : j’ai dit qu’ils étaient noirs ? J’ai pas dit le contraire, mais j’ai précisé aucune couleur… C’est marrant, tout le monde pense au noir.

                    • « P.S. : j’ai dit qu’ils étaient noirs ? J’ai pas dit le contraire, mais j’ai précisé aucune couleur… C’est marrant, tout le monde pense au noir. »

                      Oui. Vous avez indiqué la couleur de peau de votre femme et je pense qu’ici tout le monde sait à quoi ressemble un métis.
                      C’est marrant cette tentative de faire passer pour des racistes vos contradicteurs.

    • « Je suis un POUR des sanctions ULTRA DURES pour tout propos raciste public.  »
      tu parles…
      C’est quoi, un propos raciste ? Hollande est un raciste qui a tenu des propos raciste, et ça ne l’a pas empêcher d’être élu. Au contraire, le racisme était même au cœur de son programme. Mme Taubira est une raciste, chef d’un parti raciste, qui a tenu et tient régulièrement des propos racistes. Et c’est elle qui tient la balance de l’anti-racisme. la nouvelle ministre de l’éducation, idem : raciste aussi (selon elle, il n’y a pas encore assez d’échec scolaire chez les garçons, par rapport aux filles … ils semble en fait que l’existence même des garçons lui pose problème ).
      Et tout le monde trouvait ça très bien à gauche. Parce qu’on a le droit d’être raciste, à condition de bien choisir sa cible. La chasse aux riches est ouverte, alors que celle aux juifs est fermée (pour le moment … mais chasser le naturel, et il revient au galop, comme on le voit avec le conflit palestinien en prétexte). Le blanc est free game à St germain des prés, c’est plutôt le jeune gris quai des orfèvres, et la jeune fille au fond de la banlieue : chacun sa cible, mais une constante : il y a toujours une cible.

      • Je me faisais la réflexion l’autre jour.

        On peut hurler « je ne suis pas riche »
        On peut hurler « je ne suis pas communiste »
        On peut même hurler « je ne suis pas un garçon » (si on a pas la voix trop grave)
        Mais on a du mal à convaincre quiconque quand on crie « je ne suis pas noir », « je ne suis pas blanc » ou « je ne suis pas jaune ».

        • Phénotype et génotype !!!

        • Tout nos ministres du mal à convaincre quiconque quand ils crient (dans leur déclaration de patrimoine) « je ne suis pas riche ».
          Et au téléphone, personne ne sait si vous êtes (ou pas) noir, blanc ou jaune … mais si vous hurlez sérieusement ça au téléphone (et aussi, curieusement, si vous hurlez le contraire : « je suis noir/ blanc/jaune ») une chose est sûre : vous êtes raciste. Notez que ce n’est pas forcément grave, d’ailleurs …

          • « au téléphone, personne ne sait si vous êtes (ou pas) noir, blanc ou jaune »

            Au téléphone, vous pouvez aussi hurler « je n’ai pas d’accent »….

            • L’antiracisme, c’est une tentative pour régenter ce que les gens pensent de nous, exiger d’eux qu’ils pensent du bien de nous, sans faire l’effort d’agir nous même dans le sens adéquat pour qu’ils pensent du bien de nous.
              Si ce que les gens pensent de vous vous importe, le moins serait que vous leur accordiez la réciproque. Et inversement : quel importance ce que pensent les racistes ? En quoi ça vous concerne ?

              Je crois que ça vous concerne parce que vous avez oublié, vous avez refuser d’admettre, qui vous êtes.
              Que vous êtes, par exemple, un type « café-au-lait », c’est à dire descendant autant d’esclavagistes racistes plus ou moins riches que de pauvres esclaves opprimés, avec un accent marseillais, et qui exige des autres des choses qu’il ne tolèrerait pas que les autres exige de lui. Un type banal, normal, quoi. Un raciste ordinaire.
              Un fois ça compris, le racisme vous semblera bien secondaire, et vous pourrez vous concentrer sur l’essentiel : que vos enfants ne bousculent pas les vieux, au lieu de vous préoccuper des mots que le vieux pourrait prononcer si cela arrivait.
              Dans ce qu’on « est », il y a ce qui ne dépend pas de nous, et ce qui dépend de nous.
              Ce qu’on a hérité ne dépend pas de nous. Ce qu’on fait dépend de nous.
              Ce que les gens pensent de nous ne dépend pas directement de nous, mais indirectement : notre seul levier réel d’action c’est la façon dont on se comporte.
              Notez que bien sûr, avoir des enfants bien élevé qui ne bousculent pas les vieux ne fera pas disparaitre les racistes, vieux ou pas, qui existe. Simplement, ça leur donnera moins d’occasion de colporter des histoires méchantes, et leur existence n’aura plus la moindre importance, et ça réduira la probabilité que la couleur de la peau ou des cheveux de vos enfants se retrouve associée à un mauvais comportement, donc le futur racisme.

              •  » régenter ce que les gens pensent de nous » est le cadet de mes soucis. La loi me permet juste de leur rappeler de bien se comporter avec autrui.

                • De quelle loi parlez vous ? Les règles légales permettant de « rappeler de bien se comporter avec autrui » sont antérieur au code civil, et ignore la notion de race, parfaitement inutile dans cet objectif.
                  Les loi récentes, a contrario, ne servent nullement à s’assurer que les gens se comportent bien et ce n’est pas leur objectif. Il s’agit juste de promouvoir le pouvoir et le racisme d’Etat.

                  • Je suis vraiment désolé pour vous si vous considérez que rappeler des gens à la bienséance en leur agitant un article de loi sous le nez est un acte de promotion du « pouvoir et du racisme d’Etat ».

                    Ca n’a rien d’un « loi récente ». Vous faites avec ces lois depuis 40 ans, pourquoi vous gènent-elles subitement ?

                    Et encore je dis 40 ans, mais la référence à la race est un facteur aggravant du délit de provocation depuis 1881, par exemple.

                    Quelle mouche vous pique ?

            • Mais pas « Moi yen a pas avoiw d’accent, missié. » 🙂

              • « Mais pas « Moi yen a pas avoiw d’accent, missié. » »

                Vous ne croyez pas si bien dire.

                Ma belle-mère faisait souvent ses démarches administratives par écrit, et a utilisé le fax dès que ca a existé. Elle employait son nom de jeune fille qui pouvait passer pour « occidental » et son prénom « administratif » de naturalisation. Elle n’appelait au téléphone qu’en ultime recours.

        • En fait, l’obsédé de la différenciation des races, c’est vous Rawls, qui voulez mettre des lois spécifiques concernant la race à des gens qui en réalité s’en foutaient jusqu’ici.

          Vous êtes le raciste.

        • ça doit pas être facile dans la tête de vos enfants. Un papa blanc qui les protège des « racistes » blancs parce qu’ils sont noirs ! Ils doivent bien sentir quelque part qu’ il y a un blême quelque part dans votre tète.
          Vous agiriez de la même façon si vous étiez un papa noir et éventuellement fier de l’être ?

          Et leur direz vous un jour qu’il y a des noirs qui seront , envers eux, peut être encore plus « racistes » que les blancs « racistes » mais que la, vous n’y pourrez rien parce que la loi n’a pas prévue ou voulue prévoir ce cas de figure?

          • J’aime bien votre message car il rejoint de vraies questions qu’on s’est posé en tant que parents.

            Face à un comportement raciste, trouver le ton juste, surtout face à des enfants, est un vrai casse-tête : faut il laisser passer ? faut il réagir ? Sachant l’enfant, lui, il enregistre tout : ce que vous faites, et ce que vous ne faites pas.

            Jusqu’à présent, ma stratégie a été le plus souvent d’éluder la question (genre juste répondre : « le monsieur dit des bêtises » si l’enfant posait des questions sur une parole qu’il avait entendue). SI le comportement indélicat risquait de se reproduire, nous avons agi en décalé auprès de la personne qui posait problème, sans en parler aux rejetons.

            On a jugé que cette manière de faire était la moins susceptible de perturber l’enfant, mais ce n’est sans doute possible que dans un pays très peu raciste comme la France.

            Si nous étions restés aux US, nous leur tiendrions sans doute un autre langage.

  • Apocryphe Polisson ♫
    16 septembre 2014 at 14 h 10 min

    ☺ Ils ont perdu depuis Darwin./

  • Il y a plusieurs scénarios envisageable. Celui du métissage complet. On peut envisager aussi une « élite » mondiale restreinte qui ne se serait pas métisse. Et puis le racisme ne se limite pas a la couleur de peau. Supprimez un racisme et il en apparaîtra 2 nouveaux auxquels vous n’aurez pas penser.

  • J’ajouterais que le métissage dont vous parlez est surtout présent dans les pays occidentaux. Donc l’occident sera métisser mais pas nécessairement le reste du monde.

  • Pas besoin d’écrire un billet pour nous dire que vous êtes blond aux yeux bleus, M. Nicouloaud! 😉

  • Mais vous avez au moins raison sur un point. Il ne faut obliger ni culpabiliser personne, c’est contre productif et inutile.

  • Article d’un optimisme erroné. doublement.

    D’une part, le fait que tous les humains appartienne à la même espèce ne veut absolument pas dire qu’ils vont finir par tous se ressembler, devenir gris aux yeux gris à demi bridés avec des cheveux châtains clairs semi bouclés. Au contraire, même, il est bien possible qu’il se produise une explosion de la diversité raciale, comme chez canis lupus, en fait.

    D’autre part, le racisme n’a aucun besoin d’une réalité biologique sous-jacente pour exister : c’est juste une forme particulière du socialisme, qui, comme tous les socialismes, utilise et crée des étiquettes à coller sur les humains pour les gérer par groupe.
    Il n’y a aucune différence ni en parole, ni en mentalité, ni en actions entre un type qui proclame « je n’aime pas les riches, je l’avoue je n’aime pas les riches » et un autre qui dirait la même chose à propos des juifs, des cordonniers, des allemands, des enfants ou des femmes. Un classement reste un classement et une étiquette reste une étiquette, qu’il soit racial, professionnel, nationaliste ou autre. La différence n’est pas dans le classement, mais de ce qu’on en fait.
    En somme, l’essence du racisme, ce n’est pas la race, c’est la volonté de traiter différemment les gens en fonction de l’étiquette qu’on leur a coller.
    Le racisme est donc vivant et bien vivant, et le combat est tout sauf gagné.

    • Le combat est tout sauf gagné, parce que créer des routines de jugement automatiques basées sur des obesrvations statistiques biaisées est la manière dont fonctionne une bonne partie de notre cerveau. S’en affranchir, aussi souhaitable que ce soit, nécessite un effort, oserais-je dire de civilisation, visant à s’ouvrir précisément à la multiplicité, au complexe, à l’inattendu. Où ces qualités sont-elles enseignées? A l’école, en famille, au sport, dans la communauté religieuse? Je n’ai pas encore de réponse positive.

      • mais je ne pense ni nécessaire ni souhaitable de s’affranchir des routines de jugement automatique. Les gens qui ne préfère entrer en contact avec un type bien particulier d’autre gens ne font de mal à personne, le gars qui refuse de m’acheter ou de vendre un bien juste parce que je ne suis pas « son type » ne me fait rien.
        Il faut et il suffit de ne pas leurs donner une transcription juridique, qui les rendent obligatoire ! et de ce point de vue, l’antiracisme, qui rend obligatoire une catégorisation raciale et un comportement en fonction de cette catégorisation, n’est qu’un racisme.

        • P, votre raisonnement tient parfaitement la route. Il ne faut pas de transcription juridique. Les routines automatiques entraînent au contraire. Les juristes, lobbyistes, magistrats, politiciens, les ont comme tous. Ma question demeure par conséquent intacte, sauf erreur. Je vous souhaite une excellente journée !

  • L’auteur nous dit que cela ne l’angoisse pas de disparaitre…
    Soit…

    Je ne suis pas blond, je n’ai pas les yeux bleus, mais je ne vois pas POURQUOI je devrais disparaitre à très court terme apparemment… Et je ne vois POURQUOI imposer cela…

    Je serai tenté de…, mais cela serait distribuer un point godwin direct…

    Au passage, votre « métissage » bien aimé va flinguer tout un tas de gêne récessif qui ont permis à des groupes humains de survivre dans leur environnement, style tibétain avec certains gênes de résistance au froid, et j’en passe…

    En fait, votre « métissage » à terme, c’est tous pareil…
    Constructiviste compulsif caché?

    •  » je ne vois pas POURQUOI je devrais disparaitre à très court terme apparemment »

      Vous en avez au plus pour 30 000 jours à vivre. Habituez vous à l’idée

    • A très court terme ? Les blancs il va y en avoir pour très longtemps, la France est blanche à 85% selon les estimations, et les pays de l’Europe de L’Est sont très peu métissés..Même aux USA où les blancs ne sont plus que 63% (et encore, ils incluent les Arabes dans cette catégorie donc 61-62% serait plus juste) les blancs sont encore très nettement visibles.
      Y en a pour quelques siècles encore à ce rythme.

      • « Les blancs il va y en avoir pour très longtemps »

        Dans la ville à 20 km de chez moi, le rapport est à peu près inversé… Et c’était loin d’être le cas il n’y a ne serait-ce que 20 ans…
        Au passage, je me moque des autres pays de l’Est ou ailleurs. Ils font ce qu’ils veulent…

        Enfin, si vous voulez jouer au chiffre, cela vous regarde…

        • « Au passage, votre « métissage » bien aimé va flinguer tout un tas de gêne récessif qui ont permis à des groupes humains de survivre dans leur environnement, style tibétain avec certains gênes de résistance au froid, et j’en passe… »

          on ne saurait être plus éloigné de la réalité ! Le métissage en cours permet de conserver une diversité génétique considérable. En admettant que les blonds aux yeux bleus deviennent ultra minoritaires dans la France de demain, leurs allèles seront toujours présents ! Juste masqués par la majorité des autres allèles.

          Nous nous construisons un formidable réservoir de diversité génétique, qui nous donnera plus de souplesse adaptative le jour où il faudra l’environnement favorisera tel ou tel caractéristique !

          • Ah bon, parce que toutes les caractéristiques sont toutes conservées d’une génération à l’autre, juste masquées?
            Zut, il va falloir que je revoie mes cours de génétique, premier cours de première année…

            Et le réservoir, la diversité, ils n’existent pas déjà?

            Les ravage de l’EN, quand même…

            • Vous êtes ridicules à essayer de me faire dire ce que je n’ai pas dit. Si vous avez une population A constituée de 100 individus blonds (allèle récessif) qui se métisse avec une population composée de 100 individus venant d’un endroit où il n’y a que des bruns, vous aurez éradiqué le caractère « blond » de la prochaine génération.

              La diversité génétique initiale sera toujours présente, mais masquée. En deuxième génération, il y aura de nouveau des blonds.

              Par ailleurs vous aurez de nouvelles combinaisons inédites de caractères, donc la diversité des phénotypes aura été augmentée (phénomène dite de « la jolie métisse »).

              • Parlez moi des survivants de la peste qui au fil des siècles ont conservé cette « anomalie » génétique en Europe, bien plus intéressant que vos couleurs de cheveux franchement…

                Ou comment j’ai vaincu l’hépatite B sans rien faire… Juste un peu de lsd à l’époque… 🙂

        • Je sais, mais il ne faut pas oublier le phénomène du White Flight : les blancs fuient vers des villes périphériques ou la campagne tandis que les immigrés s’installent en ville du coup les changements sont visibles assez rapidement, surtout dans les écoles.

          • Oui, mais je suis déjà en zone périphérique, ainsi que la ville dont je parle.

            Cela dit, hormis quelques villes, ou plutôt villages, ou quelques quartiers résidentiels, le reste de mon coin est bien « diversifié », comme pas mal de villes dans les grands alentours, loin de la « grande ville »…

          • Le phénomène d’urbanisation de la grande périphérie n’est pas limité aux blancs. Si les immigrés de première génération s’installent en effet en ville ou en banlieue proche, ce n’est pas forcément le cas pour les générations suivantes. En réalité aller chercher une maison et de l’espace, échaper à une densité sociale trop grande, est plutôt la reproduction d’un comportement autrefois considéré comme un marqueur de richesse. Une partie des enfants d’immigrés s’inscrivent complètement dans ce comportement.

  • Par où commencer…

    Sur l’existence des race et l’importance qu’on peut apporter à cette distinction, voir le livre de N. Wade : http://en.wikipedia.org/wiki/A_Troublesome_Inheritance

    Les races humaines sont interfécondes et sont proches génétiquement, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de différences entre elles, avec des conséquences comportementales statistiquements significatives.

    C’est vrai que depuis 1945 toute discussion sérieuse sur le sujet est quasi -impossible en raison du léviathan anti-raciste. ça signifie juste que les anti-raciste ont raison politiquement, mais ils ont tort scientifiquement.

    Sur « le grand brassage aura lieu, rien ne sert de lutter » : on évolue pas vers un métissage généralisé mais plutot vers l’effacement progressif de la seule race blanche, la moins importante numériquement et qui se reproduit le moins.

    Je ne vois pas l’Afrique se métisser, et certainement pas la Chine dont les élites sont racialistes et regardent avec incrédulité l’Occident accepter une immigration de peuplement venue du tiers monde.

  • Vu son nombre très élevé de réponses on peut dire qu’il s’agit d’un sujet qui déchaîne les passions des français.
    Si seulement on avait la même passion pour parler des problèmes économiques du pays…

    • Tout à fait exact…

      Mais dès qu’on sort des solutions étatistes, en gros pratiquement jamais, cela hurle…

      Quelle est la dernière fois où un politicien a dit, ou fait comprendre, qu’il faisait plutôt confiance au français qu’à l’état?

      • En supposant que ça ait déjà été dit un jour !

        • Pompidou, si je ne m’abuse
          « Mais foutez donc la paix aux Français et laissez les travailler. »

          Après barre ?

          N’étant pas nés à l’une et beaucoup trop jeune à l’autre de ces deux époques, j’ai peut-être des gros trous…

  • J’avoue être un peu circonspect sur le fait que le métissage l’emporte à long-terme, qu’on s’en réjouisse ou pas. Je n’ai pas de chiffres précis sur la question, mais je suis au contraire frappé par la capacité de résilience des différentes « races » au cours des siècles qui nous ont précédés jusqu’à aujourd’hui… Et par la très faible quantité de mariages mixtes dans le monde encore de nos jours.… M’est avis que la grande partouze universelle, c’est pas encore pour demain…

    À moins bien sûr de prendre des échelles de temps suffisamment longues pour que cela n’ai plus aucun sens : franchement, prévoir notre avenir à 500 000 ans, c’est grotesque ! Pendant qu’on y est, on sera peut-être aussi tous hermaphrodites grâce aux progrès de la science et les machos auront disparu : réjouissez-vous à l’avance mesdames. Et en attendant, prenez votre mal en patience : 1 demi million d’années, qu’est-ce que c’est après tout…

    Quand à la notion de racisme, elle est à manier avec précaution : un bon dialecticien pourrait par exemple facilement démontrer que, croire que le jour où nous serons tous strictement identiques physiquement, le racisme disparaitra, c’est une théorie raciste.

  • apparemment il y a plein de racistes qui se sont sentis vises sur Contrepoints :/

    • Ceux qui ne sont pas libéraux et viennent ici juste pour faire la propagande du FN ^^

    • Je pense que ce qui fait surtout réagir, c’est le côté utopie socialisante du « tous pareils » qui serait la solution à tous nos maux, alors que le libéral, qu’il soit noir, rouge, blanc, gris, jaune ou mauve à pois vert, se sent avant tout comme une entité libre, différente et unique, au milieu d’autres entités libres, différentes et uniques. À ce titre, rien n’est plus étranger au libéralisme que le racisme, à contrario du socialisme, qui en introduisant la notion d’un homme nouveau idéal – le blanc civilisé – a dès son origine – à commencer par les « grands esprits éclairés » du XVIII° comme Voltaire – toujours flirté avec le racisme de près (URSS) ou de loin (colonialisme hier, mouvements « antiracistes » aujourd’hui qui sont des colonialismes déguisées, etc).

  • Être raciste aujourd’hui c’est lire Watson, Jensen, Rushton et en tirer les conséquences. Être raciste aujourd’hui c’est préférer l’homogénéité ethnique au salad bowl. Être raciste c’est être objectiviste, et cela n’empêche pas de partager le bon sens libéral d’un Hoppe.

    • « Cela n’empêche pas de partager le bon sens libéral d’un Hoppe. »

      Ma femme n’a pas la même couleur que moi, et mes enfants non plus. Je n’ai aucun bon sens ?

      • Le bon sens, c’est percevoir les dangers de la société multiraciale. Qu’un individu ait une femme de race différente n’est pas gênant tant que l’homogénéité ethnico-raciale du pays est globalement respectée. Une loi d’airain en anthropologie veut néanmoins que dans des rapports sociaux peu complexes la race devienne un marqueur identitaire premier, qu’on le veuille ou non. C’est un facteur de conflits et de violence. Tocqueville a averti les USA du problème de la présence des Noirs sur le sol américain. Et je disais, simplement, qu’il est possible d’entrevoir des réponses à l’immigration et à la sauvegarde des homogénéités ethniques par le libéralisme (voir Hoppe).

        • Ben d’une certaine manière, les unions entre personnes de couleurs différentes créent une certaine homogénéisation…

  • Bof. Le racisme vu de gauche !
    Les vrais racistes sont quasi inexistants (en France en tout cas)
    Et s’il faut laisser faire, c’est avant d’être envahi ou après ?

  • Je lis depuis longtemps vos articles et commentaires, sans éprouver le besoin de commenter.

    Ici, je voudrais apporter quelques précisions :

    On sait que les « races » humaines n’existent pas depuis plusieurs dizaines d’années et ce n’est donc pas nouveau (pas de différences génétiques entre les différents types, si ce n’est des gènes donnant des yeux bleus ou noirs,des cheveux blonds ou bruns par exemple.
    (on sait que le gène des yeux bleus est récessif, c’est à dire que si on a un gène yeux bleus et un gène yeux noirs, on aura les yeux noirs. Si les 2 gènes de couleur des yeux sont bleus, on aura les yeux bleus. Je simplifie beaucoup…)
    Déjà Darwin avait écrit qu’il n’y avait en fait pas de différence pouvant suggérer l’existence de « races » humaines.(« il n’y a pas, écrit il, des unes aux autres, de discontinuité entre les races et les races de l’homme ne sont pas suffisamment différentes pour habiter le même lieu sans fusionner, l’absence de fusion fournissant le test habituel et le meilleur de distinction interspécifique. »)
    Ceci a été largement étudié en deuxième moitié du 20eme siècle (« Toutes les populations ou groupes de populations se chevauchent quand on étudie la répartition des gènes individuels ». (R.C. Lewontin 1972) confirmées en 1997 par Alberto Piazza.

    Les racistes ont donc perdu depuis bien longtemps!
    .
    Ensuite, quelques petits détails:
    .
    Classification générale pour le monde vivant dont nous faisons partie ainsi que les chiens.

    ….. Monde vivant : règne → embranchement, division ou phylum → classe → ordre → famille → tribu → genre → section → série → espèce → variété (anciennement « race ») → forme

    ….. Pour l’espèce humaine (Homo sapiens) :
    Monde vivant: → règne : animal → embranchement : des vertébrés → classe : des mammifères → ordre : des primates → famille :des hominidés → genre : Homo → espèce : Homo sapiens → type (caucasien,…etc)
    (le « type » humain étant lui aussi discuté au sein des communautés scientifiques)

    ….. Pour le chien
    Monde vivant → Règne animal → embranchement des vertébré → classe des mammifères → ordre des carnivores → famille des canidés → genre canis → espèce lupus → sous espèce familiaris → variété (ou « race ») yorkshire → type nain

    • On voit qu’il y a une grande proximité génétique entre l’Homme et le singe (98,5%) pourtant il y a de grandes différences physionomiques et comportementales.

      Comment peut-on naïvement croire que les différences génétiques entre les diverses ethnies humaines peuvent avoir une incidence sur la physionomie, sur la fréquence de certaines pathologies mais aucune incidence sur le comportement, l’intelligence ?
      http://en.wikipedia.org/wiki/Isosorbide_dinitrate/hydralazine

      Croire que tout ce qui définit l’intelligence le comportement est culturel et qu’il n’y a pas une part de déterminisme génétique c’est de la mauvaise foi pure et simple, et plus d’être non scientifique.
      L’explication génétique des si grandes différences entre populations humaines respecte bien plus le rasoir d’Occam.

      http://www.intelligence-humaine.com/races.html

    • Si, les races existent, lire Rushton, Wade, Jensen…

  • « Morgan Freeman a raison, mille fois raison : arrêtons d’en parler ! »

    Pour un avis similaire mais plus étayé je recommande à tous d’écouter Thomas Sowell et Walter E Williams, sur Youtube par exemple.

    La sollicitude de la gauche est la pire calamité qui ait frappé les Noirs américains, ce qui n’est pas peu dire.
    Non que les Noirs y soient plus sensibles que les Blancs: Ils y sont plus exposés, car la gauche est raciste.

    La déresponsabilisation est un cadeau empoisonné.

    Les théories raciales n’ont d’importance que pour les constructivistes.
    Elles ne peuvent pas ne pas être traduites dans leur ingénierie sociale visant à remodeler l’homme.
    Pour les libéraux, en revanche, elles importent peu, notre projet politique n’en est pas affecté.

    Pour les socialistes le racisme n’est pas seulement obsessionnel parce qu’il est la seule chose qui les sépare du nazisme. Il l’est aussi parce que c’est un alibi pour masquer, d’abord à eux-mêmes, leur avidité du pouvoir, leur soif de soumettre les autres; et bien sûr c’est un outil de clientélisme politique.
    C’est pourquoi ils n’ont de cesse d’exagérer le racisme et ne tiennent aucun compte des évidents effets pervers de leurs mesures.
    Exactement comme le sexisme ou les changements climatiques.

  • pas tout à fait d’accord je pense que la pénalisation du racisme renforce le racisme..

  • A force d’être dans le politiquement correct et dans l’égalitarisme poussé à son extrémité on en vient à nier les faits.Le fait que les chimpanzés et les hommes ont 98 % de gènes en commun ne signifient pas qu’il n’y a pas de différence ! ( deux espèces ). De même, le fait que la variabilité a l’intérieur d’une race soit aussi grande ( ou même plus grande) que la variabilité entre races ( pour certains caractères) ne signifie pas qu’il n’y a pas de races.Les mathématiciens l’ont démontré dans les études sur les différences hommes-femmes ( la moyenne et même la variance cachent des différences ). Le fait qu’il existe des types intermédiaires ( métissage ) ne prouve évidemment pas que le concept de race n’existe pas. Les races ( même si elles sont par nature difficiles à définir) existent et il n’y a pas de raison d’en avoir peur. Acceptons et assumons nos différences. Une race donnée sera supérieure pour une caractéristique et inférieure pour une autre.Cela dit il faut constater que l’homme n’a jamais cherché à faire une race pure ( homozygote) alors que ce serait facile à faire.En ce sens l’auteur a raison de souligner l’importance du métissage dans l’espèce humaine.

    • le concept de race existe bien sur mais des races on peut en définir autant qu’on veut…et maintenant avec la génétique c’est super on pet m^me faire scientifique
      toi tu as le gène de neanderthalien moi pas…

      en fait, ce n’est pas important, il y aurait il des races faudrait il etre raciste pour autant????

      si vous avez des races dans la tête vous ne regarderez plus les individus…ça vaut pour tous les préjugés…

      Bon vous croyez au concept de races fort bien,vous vous constatez que il y a des différences entre les races, ce qui est assez banal une fois qu’on a crée des groupes arbitrairement..

      et ensuite vous faites quoi??? Vous interdisez des trucs et des machins au nom de cela?

      la première décision de gens qui ont imaginé des races et ont classé les gens est de ne surtout pas copuler entre races sinon ça casse leur bel édifice pour classer les gens…

      on s’en fout …
      pour savoir si UNE personne court vite, a un gros pénis, le sens du rythme, vole des mobylettes est fourbe est doué en math, ou incapable de comprendre quoique ce soit, pas la peine de consulter le petit répertoire des « différences statiquement significatives » entre les « races », ils suffit de regarder le zig!

      • et les politiquement corrects mènent des politiques qu’on peut qualifier de racistes!!!

        Etre raciste n’est pas si important, juger une personne selon une race qu’on a en tête est une insulte à l’intelligence et à l’être humain…et avant tout à cette personne.

        Les préjugés c’est souvent con, mais il est difficile de ne pas en avoir.

  • Quelle preuve scientifique l’auteur apporte pour dire que le monde se dirige vers plus de métissage ?

    La majorité des naissances dans le monde aujourd’hui se font entre deux personnes de même ethnies (tout simplement parce qu’on épouse plus facilement sa voisine qu’une personne d’un autre continent). Donc, à mon avis et il me semble l’avoir déjà lu quelque part, on se dirige vers une différenciation génétique de plus en plus forte chez l’être humain !

  • Il y aurait à mon avis 2 formes
    celui qu’ on voit ou déclaré
    celui qu’ on ne voit pas ou masqué par exemple prétendre ne pas etre impur selon la nourriture absorbée
    ce dernier est bien plus vicelard c’ est ainsi que des gens qui pratique la discrimination cachée gagne au tribunal contre des gens qui pratique une discrimination déclarée
    l’ hypocrisie n’ est pas un art mineur en france ces derniers temps

  • La race on s’en fout, c’est la culture – au sens large – l’ethikos, la maniere de vivre, qui est importante.

    • Pour moi, c’est même pas la culture. Ni la race, ni la culture mais le niveau de vie, d’éducation, le métier, l’age. Professionnellement peu m’importe que mon collègue soit noir, gris, musulman, bouddhiste, américain, vietnamien ou quoi que ce soit. Pareil quand j’étais étudiant, la diversité était une richesse.

      Mais je comprends aisément ceux qui ont vu leur quartier se transformer en ghetto. Et je comprends aussi leur exaspération devant les politiciens incapables de comprendre le problème. Car ces politiciens donneurs de leçon n’ont évidemment jamais travaillé en entreprise, mais il ne doivent pas non plus souvent prendre le métro, la où la proportion de blancs et de noirs, de riches et de pauvres s’inverse brusquement à quelques mètres sous terre. Ils ont beau se proclamer défenseurs du peuple, la pauvreté il ne connaissent pas, ou plus depuis longtemps. Ils ne comprennent pas non plus le sentiment d’être coincé, de ne pas avoir la possibilité de changer d’emploi à cause du chômage, de changer de résidence à cause des prix et de l’attribution des logements sociaux (qu’ils squattent par ailleurs sans vergogne).

      • Juste pour montrer jusqu’où nous emmène ces lois débiles :

        Un office HLM a été condamné il y a 6 mois pour ne pas avoir voulu louer un logement à un noir :

        – la raison du refus de location étant qu’il y avait déjà beaucoup de noirs dans l’immeuble en question. On disait fut un temps qu’il ne fallait pas qu’une communauté dépasse 10% pour éviter la getthoïsation.

        – la raison de la condamnation étant qu’il est interdit de collecter des informations concernant la couleur de peau, l’etnie, religion etc…

        Voilà à quoi mène de telles lois débiles.

        Googler HLM condamnation racisme

        Un lien parmi d’autres :
        http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/02/1874030-bailleur-hlm-condamne-20-000-euros-amende-fichage-ethnique.html

  • Cher Guillaume,
    Je m’étonne que le GIEC n’ait pas proposé à un brillant prospectiviste de votre envergure de rejoindre les brillants prévisionnistes qui utilisent des méthodes de déduction qui me rappellent les vôtres quant à l’avenir climatique de la planète. Si ça se trouve, le rayonnement solaire, le réchauffement tropical et autres joyeusetés nous rendront tous noirs, résolvant heureusement ce grave problème.

    • En 1985, ma future épouse a du se lever de la terrasse d’un café du Chatelet et aller m’attendre sur un banc. Le serveur lui a dit que le patron « refusait de servir ces gens là qui font toujours des problèmes ».

      Aujourd’hui ca ne lui arrive plus jamais.

      Je n’en déduit pas l’idée qu’il y a là un progrès impossible à stopper (ça c’est bon pour les communistes qui « croient à l’Histoire »), mais j’en déduit l’idée qu’il est possible de progresser dans un sens plus agréable pour ma petite personne.

  • Il faudrait que l’auteur explique comment les peuples peuvent se métisser si il n’y a pas de races à la base. Pas de races, pas de métissage.

    • Métisser des phénotypes ( caractères observables ) , cela ne revient pas à métisser des races !!!

    • On en revient au problème de définition de la race. Les antiracistes, ça les arrangent, le place sur l’axe de la génétique. La race, c’est pas un problème de génétique, c’est un problème de taxinomie.

  • Hahaha.
    Super article troll suivit de commentaires de trolls.
    Sérieusement vous confondez tout, c’est du n’importe quoi sans bornes.

    • N’exagérons rien. Cet article a le mérite de l’optimisme.

      Il est un peu léger : il part d’une citation d’un vieil acteur de cinéma qui s’exprime dans un pays où le racisme a été institutionnel pendant plus d’un siècle. En Virginie, il n’y a pas 50 ans, je n’aurais pas pu me marier avec mon épouse (les lois punissant de prison un mariage entre personnes de couleur différente n’ont été jugées inconstitutionnelles aux US qu’en 1967).

      En 1964, Freeman avait 27 ans : depuis sa naissance, 56 noirs avaient été lynchés dans son pays, plus de deux par an. Il a sans doute une perception différente des progrès réalisés depuis.

  • que vient faire le racisme dans cette histoire?

    le racisme est le sentiment d’appartenir à une race supérieure.

    reconnaitre que l’on a des différences n’est pas du racisme ou alors c’est nier une réalité.

  • Sinon dans votre monde multicul, j’ai encore droit à me regarder, au pif…

    – les vieux de la vieille
    – raising up baby (howard hawks)
    – les sept samouraïs
    – la trilogie marseillaise de Pagnol
    – Guitry
    – the roaring twenties
    – etc…

    Ou bien je dois attendre les versions colorisées PC de ces joyaux N&B ? 🙂

    Ah si la connerie avait une couleur, so easy… Et Obama si moderne continue de tuer des civils avec ses drones, d’alimenter l’irakistan nouveau, d’appuyer un gouvernement ukrainien… On va dire « ambigue »… Enfin bon les chiens font pas des chats pour revenir au sujet…

    Et je vous parle pas du cul des femmes quelle que soient leurs couleurs !!! Yipee !!! 😉

  • ok mettons qu’il y ait DES races, qu’ils soit possible de distinguer des personnes de façon indéniable et de les rattacher à une race ou plusieurs…

    vous faites quoi de ça???
    un zig que vous avez classé shadok arrive et vous lui dites ah non pas toi, car il est prouvé que les shadok ont en moyenne un QI de 99 , je veux un gb ca il a en moyenne un qi de 102….

    sauf que avez vous essayé de mesuré le QI des blonds ?rouquins? bruns?

    Les usa s’amusent à identifier les gens selon des critères assimilables à des critères raciaux et inévitablement ils font des stats selon ces critères qui inévitablement voient toute différence comme devant être corrigée.

    c’est con , injuste, peut être pas pour les races, mais pour les gens!!!

    On ne parle pas de culture, de religion, d’éducation , choses qui peuvent influencer de manière évidente sur la vie et le comportement des gens…mais de leur différences physiques.

    Je préfère absolument un raciste pur et dur …juste… à un antiraciste injuste en réparation des crimes faits aux races.

    Mettons nous au moins d’accord sur une chose, pas de lois et règlements raciaux, le reste relève du comportement des gens ma fois si ils sont racistes ça les regarde .

  • De ce qu’il me semble les races sont d’origine artificielle.
    Pour ce qui est du métissage généralisé, étant donné que nous avons simplement plus de moyens que jamais de bouger et que nous avons envie de le faire, étant donné que l’homme a besoin d’échanger et de partager avec d’autres, une augmentation de la fréquence du métissage est probable.
    Maintenant…depuis que le métissage existe et qu’il représente un avantage certain, articulé avec une structure sociale protégée (les groupes ethniques ne se mélangent pas non plus comme des gaz), les racistes ont perdu depuis toujours.
    Là n’est pas vraiment la question en fait, et de manière générale la morale abstraite n’a aucun intérêt. Il ne s’agit pas de vaincre ou de perdre, d’être gentil ou méchant… mais de chercher une certaine efficacité, et au minimum de ne pas être nocif.
    Le chacun-chez-soi, l’entre-soi et compagnie… c’est surtout la question du « soi » qui est en jeu et pas vraiment la question des autres. Et à force de se chercher dans les autres (que ce soit dans l’appartenance au « nous » ou dans l’adversité enver « eux ») en fait on se perd toujours plus. La vérité, s’il doit y en avoir une, c’est qu’il n’y pas de « nous » ou plutôt si l’individu a bien un corps, solidaire, ce n’est pas le cas d’un groupe. C’est la nécessité qui nous rapproche, qui nous force à la solidarité, quand la mono-appartenance est absolument nécessaire à la survie. L’individualisme n’est qu’une conséquence de l’augmenation de nos moyens de gestion des contingences et de la multiplication de nos interdépendances et de nos appartenances. En aucun cas il s’agit d’une remise en cause de l’identité (forcément individuelle) ou de la culture (qui est un métissage par définition), mais en effet la civilisation est en question comme système de gestion des contingences matérielles : pour des causes endogènes bien plus que pour des causes exogènes, et comme conséquence d’un gain de performance et non d’une décadence.

  • Malgré vos efforts vous confondez le concept de race et celui d’espèce.

  • @ l’auteur:

    Quant vous dites que les « blond aux yeux bleu finiront par disparaitre »,
    Je ne peux m’empêcher de penser à ce que certains type d’hominidés ont déjà « disparu ».
    Ou plus exactement: Se sont probablement mélangés aux autres, pour donner autre chose.
    C’est ca la vie : Évolution, Adaptation…
    Il ne faut pas regretter ou craindre la disparition d’un type… rien ne disparait vraiment, mais plutôt se mélange et évolue.

    Nos ancêtres : Brun, mat de peau et yeux bleus
    http://www.hominides.com/html/actualites/homme-7000-ans-peau-mate-yeux-bleus-0788.php
    7000 ans, c’est pas énorme pour une espèce.

    • je ne comprends pas trop …comment les blonds aux yeux bleus pourraient disparaître? Que l’expression de ces caractères soit plus rare ok si ça correspond à des gènes récessifs…
      On va pas VOLONTAIREMENT copuler entre blonds aux yeux bleus pour le simple but optimiser l’expression de ces caractères…
      quand bien même le monde pourrait se passer de blond aux yeux bleus…

  • Un articulet à la sauce anglo-saxonne, non ? Bien manichéen, s’appuyant sur des postulats qui tiennent presque de la légende urbaine.

  • Généreux certes, mais malheureusement mal venu, en effet, vous ne devez pas vous y connaitre beaucoup en chiens et cela rend votre raisonnement sacrément bancal !

    Vous pourrez toujours essayer de faire marquer l’arrêt (arrêt de chasse pour ceux qui connaissent) à un australian shepherd qui a été sélectionné au cours du temps pour conduire des moutons, ça va coincer quelque part…
    Vous pourrez toujours essayer de faire un chien de garde et d’attaque avec votre épagneul breton qui est un chien de chasse à l’arrêt, il va avoir du mal à comprendre…
    Vous pourrez toujours essayer de transformer en auxiliaire de pêche votre teckel, sélectionné séculairement pour pister le gibier au « sang », vous n’en ferez jamais un chien d’eau portugais, pêcheur par nature.

    Alors, bien sûr, vous pouvez tous les croiser sans problème, ils sont interféconds, mais ne vous faites pas d’illusions, la progéniture héritera non seulement du physique hybride mais aussi des caractéristiques comportementales mêlées de ses parents. Et vous pourrez y passer des années d’éducation canine, vous ne transformerez pas leur nature…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Contrepoints se développe et évolue, grâce à vous et pour vous !

Vous aurez très bientôt le plaisir de découvrir les nouvelles interfaces web et mobile de Contrepoints, plus rapides et efficaces que celles que vous utilisez actuellement. L'équipe de Libéraux.org et celle de Contrepoints travaillent depuis plusieurs mois pour dynamiser et moderniser votre expérience à travers le journal.

Toute votre expérience en tant que lecteur va changer. No... Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Disons-le sans ambages, je soutiendrai qu'il ne faut pas se payer de mots, éviter les néologismes de type "racialisme" qui participent de distinctions que rien ne fonde en réalité, et qualifier ce discours et cette nouvelle idéologie pour ce qu'ils sont: un racisme au sens strict. Tout juste me permettrai-je de lui accoler le suffixe néo, pour le distinguer de ses devanciers.

Drieu Godefridi, Estampillés : essai sur le néo-racisme de la gauche au XXIe siècle

Trois matrices théoriques

Le néo-racisme do... Poursuivre la lecture

Par Joe Lancaster. Un article de Reason Magazine

Le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, a signé la semaine dernière une loi visant à restituer une propriété en bord de mer aux héritiers d’un couple afro-américain qui en était propriétaire au début des années 1900. Si cette mesure est saluée à juste titre comme un pas en avant dans la réparation d’une injustice raciale, il convient également de reconnaître qu’elle met fin à un exemple frappant d’abus du domaine éminent.

Quand l’État utilise son pouvoir à des fins racistes

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles