Stress, anxiété, angoisse, quelles différences, quelle importance ?

Stress, anxiété, angoisse, des concepts de plus en plus « tendance » mais au sens de moins en moins clair.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Stress anxiété angoisse (Crédits Mike Hoff, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Stress, anxiété, angoisse, quelles différences, quelle importance ?

Publié le 17 août 2014
- A +

Par Bénédicte Cart.

Stress anxiété angoisse (Crédits Mike Hoff, licence Creative Commons)Stress, anxiété, angoisse, voici des concepts très tendance, dans un monde de plus en plus violent avec l’individu. Les corps et les esprits sont mis sous pression et on entend fréquemment : je suis stressé, j’ai des angoisses, je suis anxieux…

Et puis, en feuilletant une revue de psychiatrie, j’ai pu lire une étude sur le suicide. Il y aurait un lien entre un gêne inhibiteur des réactions de stress et le passage à l’acte suicidaire. Ainsi un simple test sanguin pourrait nous révéler si nous avons plus de risque de nous suicider que le reste de la population.

Quel lien y a-t-il entre stress et suicide me direz-vous ? Et pourquoi autant de mots pour la même chose ? Et puis ceux qui ne se suicident pas, comment font-ils ?

Pour comprendre l’enjeu de cette étude, les conclusions que nous pouvons en tirer, il est intéressant de reprendre tout depuis le début. Commençons par le stress, concept fourre-tout à éclaircir à l’aide d’un peu de psychopathologie et de physiologie.

Pour tenter de faire la distinction entre ces trois mots, il nous faut nous pencher sur leur utilisation.

On parle de stress quand on étudie le corps et les réactions physiologiques. Le stress est donc une réaction face à une situation, un événement. Cela entraîne une mobilisation énergétique dans l’organisme qui se traduit par : vasodilatation bronchique, libération de glucose hépatique, augmentation du rythme cardiaque, libération des globules rouges de la rate, vasoconstriction des viscères, vasodilatation au niveau des muscles et du cerveau.

Concernant l’anxiété, les classifications psychopathologiques la définissent ainsi : il s’agit d’un sentiment pénible d’attente, une peur sans objet, la crainte d’un danger imprécis. Dans la peur, au contraire, l’émotion est liée à un danger objectif et réel.

Pour distinguer l’angoisse (ou l’anxiété) de la peur on peut utiliser trois critères :

  • Critères de durée, d’intensité ou de fréquence des manifestations anxieuses
  • Disproportion entre l’état émotionnel et la gravité de la menace évoquée
  • La tolérance de l’individu qui reste un critère important car opérant. En effet, du moment où l’angoisse est source de souffrance, elle peut être considérée comme pathologique car elle retentit sur sa vie, sa capacité de maitrise. Elle peut l’amener à demander des soins.

L’anxiété est une constante dans les névroses.

Tantôt elle est l’essentiel de la symptomatologie. On l’appelle angoisse libre ou flottante. Tantôt elle est convertie en des symptômes somatiques ou n’émerge que dans certaines situations comme par exemple dans le cas de phobies ou d’obsessions. Ici on peut parler de névroses structurées.

L’anxiété peut donc être chronique, c’est-à-dire qu’elle se manifeste tout le temps, de manière pénible à l’individu qui a un sentiment d’insécurité et de doute permanent. Cette anxiété est diffuse. Elle ne se fixe pas sur un objet en particulier, mais certains événements peuvent l’augmenter et provoquer des ruminations péjoratives du passé, des interrogations pessimistes sur le futur et l’exagération du moindre souci. À cela s’ajoutent des soucis de concentration, de sommeil et un sentiment de fatigue.

À cette manifestation durable de l’anxiété, s’ajoute une manifestation dite « paroxystique » que l’on appelle plus communément crise d’angoisse. Il s’agit d’un épisode majeur d’appréhension. La manifestation est aiguë et dure quelques minutes, sans circonstance déclenchante apparente. On peut la décrire comme une perception d’une menace grave, avec conscience des modifications somatiques elles-mêmes devenant source d’angoisse. L’individu se sent submergé par une vague qui vient mettre à mal ses capacités de maîtrise, se traduisant par un sentiment de danger de mort imminente, de perdre de la raison…

Les manifestations somatiques de la crise d’angoisse sont cardiovasculaires, respiratoires, digestives, neuromusculaires et sensorielles, génito-urinaires. On peut citer pour exemple les sueurs, la tachycardie, les crampes, les secousses musculaires, l’hyperventilation, céphalées, vertiges…

Mais quand on demande aux patients de décrire leur crise, c’est le caractère incompréhensible et insupportable qui revient fréquemment. Comme si le danger n’était pas perçu ou que personne ne pourrait leur venir en aide.

Le stress et la peur sont des réactions physiologiques, alors que l’angoisse et l’anxiété des concepts relevant de la psychopathologie. Bien évidemment chacun d’entre nous ressent de l’angoisse ou de la peur, sans utiliser des tranquillisants ou rendre visite à son psychologue toutes les semaines. Car l’organisme développe des stratégies de défense, que notre esprit lui a vite emprunté pour pouvoir gérer ce stress au quotidien. Oui mais jusqu’à quand ?

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • quand j’apprend que des gendarmes , des agriculteurs ,des artisans se suicident , j’ai du mal à croire que cela viendrait d’un gène inhibiteur ; en revanche , ce gène là ne doit pas être inexistant dans certaine famille ou plusieurs membres desdites familles se suicident suivant les générations ; en tout cas cet article trés intérréssant m’a appris beaucoup ;

    • >
      On met en avant, par démagogie, les suicides dans certaines catégories sociales ou professionnelles sans les proportionner à d’autres catégories.

      Et sans considérer l’influence de la catégorie sur la détermination de l’acte.

      Tel gendarme se suicide parce que le métier de gendarme est trop difficile ?
      Tel agriculteur met fin à sa vie parce que le métier est trop dur ?

  • >
    Presque toujours, on peut parler de la même chose en utilisant des mots de lexiques différents.

  • Bonjour,
    Cette approche différentiée entre stress et anxiété est intéressante. Pourtant, de façon concrète, les choses sont un peu plus imbriquées… pas de stress sans anxiété et l’anxiété… provoque un stress.
    Le stress en lui même n’est pas mauvais, il parvient même à nous faire faire des merveilles. C’est la persistance de ce stress, que ce soit au travers d’angoisses ou de facteurs extérieurs, qui est mauvaise et provoque le cortège de problèmes qui nous portent tout doucement vers le burn-out.
    Pour compléter vos propos, je vous propose l’article suivant : http://www.relaxationdynamique.fr/stress-performance-burn-out/

    • Merci,
      Effectivement le burnout mériterait un billet, plus fouillé!
      Je ne porte aucun jugement de valeur, c’est un choix, je ne parle pas de bon ou mauvais ou de souffrance car cela me semble propre à chaque individu. Qd aux liens entre stress et anxiété, bien sur il existe, ma volonté est de séparé en stress ressenti et angoisse/anxiété pensé pour plus de clarté( ce n’est pas parfait, c’est certain!).
      J’ai parcouru votre site et vos billets sont intéressants, notamment par l’approche « monde du travail ».
      Bien cordialement.

      • Bonjour,
        Votre approche est très intéressante et change un peu des billets classiques… et puis c’est la vôtre, c’est votre choix ;o)
        Merci d’avoir pris le temps de lire ces articles sur mon blog et de partager ce retour.
        Bonne journée à vous !
        Cordialement.

  • contre le stress :

    cool raoul !

    relax max !

    à l’aise blaise !

    pob pobepob pobepobepobepob …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finfrog.

Finfrog a conduit avec l’Ifop une enquête auprès des Français qui gagnent moins de 2000 euros par mois. Hausse des prix, gestion du budget, renoncement… Quel est l’état d’esprit et la réalité de ces Français ?

Gagner moins de 2000 euros par mois, le quotidien de 40 millions de Français

Si ce seuil symbolique regroupe une multitude de situations qui ne relèvent pas toutes de la précarité, il convient de s’interroger quant à l’état d’esprit et au vécu de ces Français, qui, à défaut d’être forcément pauvres, ne ... Poursuivre la lecture

Il est déjà communément admis que la guerre en Ukraine marque un tournant dans l’histoire. En l’espace d’une seule nuit – celle du 24 février –, nous aurions tourné la page sur le Covid-19 et un monde occidental depuis trop longtemps blotti dans un confort paralysant. Nous aurions subitement pris conscience du ridicule de notre réaction devant un virus finalement bien moins menaçant que le risque d’une catastrophe nucléaire.

L’Occident vivrait un grand réveil : la fin de l’histoire n’est pas advenue et nous aurions envie de redevenir c... Poursuivre la lecture

Avec la révolution numérique, le monde du travail est entré dans une ère nouvelle à laquelle la pandémie a donné un brusque coup d’accélérateur. Depuis quelques années, ce qu’on appelle la valeur travail a du plomb dans l’aile. Elle est génératrice de frustrations, parfois de souffrance que, faute de pouvoir résoudre, on catalogue avec des mots, anglophones de préférence : burn out, bore out, brown out.

Le stress au travail

Certes, la crise sanitaire n’a pas arrangé les choses mais il semble que le phénomène soit davantage structurel q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles