Irak : 25 tribus se retournent contre EIIL

Des tribus irakiennes s’unissent pour stopper les islamistes d’EIIL. Cela sera-t-il suffisant comme avec le Réveil d’Anbar en 2005 ?

Par Martin Van Der Galen.
Un article du Dagelijkse Standaard.

Carte de l'Irak (Crédits Eric Gaba, CIA, Image libre de droits)Parle-t-on d’un nouveau Réveil D’Anbar, ou s’agit-il juste d’une révolte de petite échelle ?

Pour les gens qui ne savent pas ce qu’est le Réveil d’Anbar : les fils de l’Irak (ou Réveil d’Anbar) était une coalition dans une certaine région de l’Irak, qui était entrée en résistance contre les extrémistes voulant faire sombrer l’Irak dans le chaos. En 2005/2006, ces tribus s’étaient unies pour attaquer les fondamentalistes islamiques qui avaient mis le pays à feu et à sang. Elles étaient soutenues, et financées, par l’armée américaine, dont elles avaient besoin pour pouvoir vaincre. Sans cette union et l’aide des États Unis, l’Irak se serait effondré.

Quoi qu’il en soit, il semblerait aujourd’hui que quelque chose de similaire soit en train de se produire. Aujourd’hui, à nouveau, des tribus sunnites en ont assez des organisations terroristes -dans le cas présent, EIIL- qui veulent prendre leurs territoires.

Les membres de plus de 25 tribus sunnites importantes ont pris les armes contre l’EIIL et ses alliés à l’Ouest de la capitale Irakienne Bagdad vendredi, ont déclaré un chef de tribu et des officiers. Le soulèvement dans la province d’Anbar, où les militants d’EIIL et ses alliés insurgés tiennent des zones majeures, est venu un jour après que Nouri El-Maliki, le premier ministre sortant largement décrié par les arabes sunnites, ait abandonné son ambition d’un troisième mandat.

Anbar a été le lieu de naissance d’un soulèvement soutenu par les Américains en 2005 contre les militants extrémistes, qui avait contribué à fortement réduire la violence. L’effort actuel pourrait potentiellement être un tournant majeur dans le conflit en cours depuis deux mois en Irak contre  contre une offensive menée par EIIL.

« Toutes les tribus qui veulent combattre EIIL sont derrière cette révolution populaire », selon le cheickh Abduljabbar Abu Risha, un des meneurs de cette coalition. Le chef de la police à Anbar, le major général Ahmaed Saddak, déclare que les tribus seront soutenues par l’armée. « La lutte va toujours plus loin. Nous ne nous arrêterons que quand la province d’Anbar sera libérée. » Un analyste de l’Irak à Londres, Sadiq Altaai, ajoute qu’ « il n’y a aucun doute que les combats parvenus à bien plus grande échelle. Il y a déjà des petits affrontements entre les radicaux de EIIL et les sunnites locaux à Mosoul. »

[…]

En ce qui concerne les tribus Sunnites, elles semblent enfin, elles aussi, comprendre qu’EIIL représente un grand danger pour elles. Il leur reste à s’y mettre, et à ce que plus de tribus les  rejoignent. Au bout du compte, ce sont en fait elles les vraies détentrices du pouvoir en Irak : si elles ne le tolèrent pas, il va devenir très difficile pour le « Calife » Abou Bakr Al-Bagdadi de préserver son « Califat ».

Sur le web – Traduction Contrepoints.