Viticulteur de la Marne : piller les morts, non, les vivants, oui

Un viticulteur de la Marne est condamné pour avoir cherché et trouvé des objets relevant du patrimoine archéologique national. Mais les voleurs du patrimoine du Mobilier national ne risquent pas grand chose.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Squelette archéologie tombe (Crédits dynamosquito, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Viticulteur de la Marne : piller les morts, non, les vivants, oui

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 août 2014
- A +

Par Baptiste Créteur.

Un viticulteur de la Marne a été condamné pour avoir « dérobé » des objets anciens. Pour être plus précis, il cherchait chez des particuliers lui ayant donné son accord et trouvait, parfois, des objets anciens, principalement de la période gallo-romaine. Mais nous sommes en France : trouver quelque chose chez quelqu’un qui est d’accord, c’est voler.

Voler l’État, qui s’estime propriétaire de ce que des gens depuis longtemps décédés ont laissé après eux. Ces objets relèvent pour lui du patrimoine archéologique, voire de la science, et lui reviennent donc plus qu’aux passionnés qui les trouvent où les gens chez qui ils les ont trouvé.

Il ne faudrait donc pas piller des sites archéologiques que l’État aimerait piller un jour mais n’a pas encore décidé de piller, ou pas assez bien. S’il le décide, l’État peut bien entendu venir chez vous, parfois à vos frais, pour mener ses propres fouilles. Pour cette raison, des trésors archéologiques de notre patrimoine ne seront jamais identifiés ou ont été détruits : lorsqu’on en trouve sur un chantier par exemple, ils sont bien souvent ignorés plutôt que signalés pour éviter de retarder les travaux. Il faudrait légalement les signaler, et attendre ensuite la conclusion du mille-feuille :

L’inventeur des vestiges et le propriétaire du terrain doivent avertir le maire de la commune concernée. Celui-ci prévient le préfet qui saisit le service régional de l’archéologie, lequel en appréciera l’intérêt archéologique. […]

Pour ces fouilles, l’État délivre des autorisations d’opérations archéologiques programmées après examen du dossier soit par le conseil national de la recherche archéologique (CNRA) si le site est reconnu d’intérêt national, soit par les commissions interrégionales de la recherche archéologique (CIRA) si le projet de fouilles s’inscrit dans le cadre régional.

Le tort de ce viticulteur, c’est de n’avoir pas découvert « fortuitement » ces trésors (auquel cas il en gardait la moitié, et le propriétaire du terrain l’autre moitié), ni cherché à la demande des propriétaires (auquel cas ils étaient propriétaires de tout, mais il peut négocier un pourcentage). Il a étudié la région, repéré les meilleurs sites, et fouillé efficacement.

L’homme aurait fait des dizaines de fouilles illégales dans la Marne, l’Aube et la Seine-et-Marne. […] il ne se voit pas comme «un bandit de grand chemin». «Je cherchais à la surface de la terre. Les objets étaient là, il n’y avait qu’à les ramasser. Je pensais être dans la légalité», a-t-il assuré devant le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne).

Accusé d’avoir ciblé en connaissance de cause les meilleurs sites de la région, en effectuant notamment un repérage en avion, il a tenté de minimiser la portée de ses recherches, toujours réalisées «avec l’accord des propriétaires», des terrains concernés, mais sans le feu vert de l’État.

Le viticulteur se défend d’ailleurs en expliquant qu’il trouvait les objets « au sol » et « en surface ». Car si les objets sont à plus de 50 cm sous la surface, l’État estime que tout lui revient.

L’État ne l’entend pas ainsi. «Il a privé les archéologues de leurs outils de travail», a dénoncé le procureur. «Il savait que ce qu’il faisait était contraire à la loi», a-t-il ajouté, rappelant qu’un article de presse sur les «ravages» du pillage archéologique avait été retrouvé à son domicile.

Mais si les meilleurs sites de la région sont l’outil de travail des archéologues et regorgent d’objets pouvant faire avancer l’histoire et la science, pourquoi n’auraient-ils pas déjà été trouvés ? Ce n’est pas comme si le Ministère de la Culture n’avait pas de moyens : 7,4 milliards d’euros par an.

Au lieu de financer beaucoup de comités et quelques fouilles, pourquoi ne pas laisser les propriétaires, chercheurs de trésors et aménageurs organiser des fouilles s’ils trouvent des objets ayant une potentielle valeur « historique ou esthétique » ? Nul doute qu’ils feraient alors réaliser des fouilles en bonne et due forme. Et l’État cesserait de pleurnicher pour récupérer les objets que d’autres ont trouvé avant lui, et de condamner ceux qui les trouvent. Si les propriétaires des terrains sont d’accord, cela ne regarde qu’eux, en surface ou sous la terre. Et il n’y a aucune raison de rendre la découverte par le hasard légale et profitable si la découverte par l’effort et le talent est interdite.

On devrait plutôt s’inquiéter, en revanche, de la disparition d’objets ayant une évidente « valeur historique ou esthétique » : les « non vus » du mobilier national. Rien qu’à l’Élysée,

Dans le dernier recensement en date, réalisé en 2007, 32 œuvres prêtées par les musées nationaux et 625 meubles du Mobilier national ont été notés comme «non vus», ce que la Cour des comptes assimile à de pures et simples «disparitions».

L’institution ne précise pas la nature de ces objets, ni la date de leur disparition – qui peut être très ancienne. Il faudra pour cela attendre la remise d’un rapport par le Mobilier national, normalement cet automne. La Cour des comptes s’étonne d’ailleurs des deux ans et demi de délai entre 2012, date du début de la dernière enquête, et la présentation de ses résultats ; pour l’avenir, elle incite l’Élysée à travailler plus rapidement, «dans le souci de l’intérêt général et de la préservation du patrimoine national».

Même chose dans les ministères, et un peu partout ailleurs. Même les douteuses acquisitions des conseils généraux finissent sans doute quelque part. Personne n’est-il responsable d’assurer que rien ne disparait ? Peut-on réellement parler d’autre chose que de vol pour qualifier la disparition d’objets à chaque changement de bureau des hommes politiques et hauts fonctionnaires ?

Laissons les viticulteurs amateurs de chasse au trésor mettre au jour des objets qui sinon seraient sans doute restés enfouis à jamais. L’État n’a pas plus de droits sur le « patrimoine national » que les citoyens. Une amende de près de 200 000 euros lui est infligée, alors que les voleurs du patrimoine national répertorié et « prêtés » ne risquent pas grand chose. L’égalité de tous devant la loi, c’est pour quand ?

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • bonjour , si on se réfère aux lois en vigueur ,à la rapacité de l’état ,la hargne de certains archéologues à enfermer les objets trouvés dans des soi disant musées ,où personne n’à accès ; l’inventeur d’une découverte même modeste à grandement intérêt à se la fermer .

    • Ce sont les douaniers qui ont découvert l’inventeur. Ceux-là pullulaient dans la Marne voici quelques mois. Il fallait bien qu’ils trouvent quelque chose pour remplir leurs frigos. Rester des heures en plein soleil à répéter la même antienne doit à la longue énerver, portière, coffre, soulever un machin ou deux, dire merci, lever le bras pour le suivant. Il y a de quoi devenir vopo.

      • Lever le bras ?
        Lever le bras ?
        Mais, mais, mais, c’est une quenelle inversée que vous évoquez là, vous en avez bien conscience ?

        • C’est infernal. Et le pire c’est que maintenant pour dissimuler qu’il la font, la quenelle, il laisse l’autre bras le long du corps, sans mouvement, ce qui est une quenelle inversée contraire et qui exprime un nazisme latent hypocritement dissimulé.

  • Incohérences du Pouvoir étatique d’ un coté on protège le passé d’ une civilisation d’ un autre ils imposent une breaking law en l’ assortissant d’ une forte amende pour les récalcitrants
    Ce serait vraiment cocasse que le meme tribunal punit ce viticulteur et un maire qui refuse de se soumettre à cette pseudo loi du  » nouveau mariage  » /

  • « S’il le décide, l’État peut bien entendu venir chez vous, parfois à vos frais, pour mener ses propres fouilles. Pour cette raison, des trésors archéologiques de notre patrimoine ne seront jamais identifiés ou ont été détruits : lorsqu’on en trouve sur un chantier par exemple, ils sont bien souvent ignorés plutôt que signalés pour éviter de retarder les travaux »

    Donc l’Etat fouille. Quand il fouille, des trésors archéologiques sont perdus parce qu’en fait, non, il ne fouille pas. No comprendo.

    Je doute que la planification des grands chantiers ne prenne pas en compte l’éventualité de tomber sur des sites archéologiques. Si des sites ne sont pas fouillés avant travaux – j’ignore s’il y en a – je pense que c’est plutôt par manque d’archéologues, ce qui ferait alors exploser les prévisions.

    Quant au viticulteur, il a privé la France d’une partie de son patrimoine historique. Il n’y a pas lieu de le plaindre.

    • Bonjour xc
      Je ne comprend pas cette sanctuarisation de tout ce qui est archéologique. Trésors archéologiques, forcement trésors.
      Je suis très septique sur l’utilité de ces fouilles.
      Je pense que c’est un prétexte de l’état pour nous imposer sa puissance.
      Quand au patrimoine historique, il n’appartient pas à la ‘france’.

    • « il a privé la France d’une partie de son patrimoine historique » C’est le contraire, il l’a mis à jour, ce que l’Etat ne fait plus. Là, ce trésor pourrissait. Lui, il l’a mis en valeur.

    • Pour dire qu’il a « privé la France » il faudrait
      1°) qu’on puisse définir une personne « France »
      2°) qu’on établisse ses droits de propriété par rapport à ceux des habitants du lieu (qui en ont hérité ou l’ont acheté)
      3°) qu’on puisse montrer que « France » aurait joui, légalement et sans priver d’autres personnes, de ces biens trouvés par le viticulteur s’il n’avait pas agit.

      Étant donné que dès le premier point on bloque, l’expression est au mieux malheureuse, au pire mensongère et participant de la destruction du droit de propriété des personnes physiques réelles au profit d’entités sans visage ni responsabilités, ce qui correspond à l’érosion progressive des libertés individuelles.

    • Xc, systématiquement il y des fouilles préventives avant travaux, l’archéologie participe activement à nous sortir de l’ignorance et cherche à ne pas léser les generations futures qui elles aussi voudraient savoir.
      Donc, si lors de fouilles préventives il est trouvé des vestiges sans avoir les moyens ou le temps de fouiller, des dispositions sont prises pour les protéger des travaux afin que nos descendants puissent le faire éventuellement.

      • C’est trop génial.
        Y a des gens (vous, apparament, les pouvoirs publics aussi) qui ont le droit de parler au nom « des générations futures ». Pas les parents ou les futurs parents de ces gens, hein. Non, les Pouvoirs Publics. Vous savez ces gens qui se préoccupent tant des générations futures qu’ils achètent la paix sociale et les votes d’aujourd’hui en collant de la dette sur ces pauvres générations futures.
        Je suis sûr que si on leur demandaient leur avis et qu’ils pouvaient l’exprimer, une grande partie d’entre eux choisiraient de vivre libre des règlements ridicules et sans avoir à payer plein plein d’impôts pour rembourser tout ce qu’on peut claquer « en leur nom » aujourd’hui.

        Mais bon, moi je ne suis pas un « oint du seigneur » donc je ne peux pas parler au nom des « générations futures » au contraire des écologistes, des étatistes, et surtout des gens qui « servent le public » (ou plutôt se servent dans la poche du public) c’est à dire les administrations et les politiciens.

        • Vous avez rien compris ou quoi ? Ces fouilles permettent aux générations futures de les exploiter ou pas, les détruire c’est les priver de ce droit.

          • Citoyen,

            Vous me semblez un ideologue convaincu. Soyez gentil de vous reporter a mes commentaires ci-dessous, concernant la destruction recente de tout un patrimoine historique par les autorites locales, et dites moi ce que vous en pensez (?)…

            • Inanutshell,

              La sauvegarde du patrimoine est une mission importante dont l’état est le principal acteur en tant qu’arbitre. Dans vos cas cités il semble avoir été absent. Les bâtiments en question n’avaient pas du être classés pour de bonnes ou mauvaises raisons. Mais on ne peut pas pleurer sur la disparition du patrimoine et dire en même temps que l’etat ne doit pas s’en mêler, c’est juste du bon sens.

              Les archéologues ne sont pas missionnés pour sauvegarder du beau, dans le cas de l’article ils ne s’ intéressent pas à la valeur marchande des objets mais à l’information qu’ils portent. Donc saccager un lieu de fouille est un gâchis sans nom pour eux, la disposition des objets donne autant d’informations que les objets eux même.

              • Il y a quelques petits problèmes dans votre intervention.
                Tout d’abord vous décrétez que la sauvegarde du patrimoine est une mission importante. VOUS décrétez, mais vous n’êtes pas l’ensemble des français donc vous ne pouvez pas décider pour eux. Et d’ailleurs, même si tous sauf 1 le pensent, serait-ce légitime qu’ils imposent leurs vues à ce dernier ? Pas sur du tout.

                Ensuite vous nous dites que l’État est l’acteur principal de cette mission. Pourquoi ? Quant est-ce que cela a été décidé, et par qui ? Même un vote à la majorité tout contestable qu’il soit pourrait être cité. Mais il n’y en a pas. On n’a jamais posé la question aux citoyens de ce pays, ce sont juste des élus et des fonctionnaires qui se sont arrogé cette position. Puis ils ont répété, répété, et encore… Et des gens ont cru.

                Vous dites également que si l’État ne s’en mêle pas alors automatiquement le patrimoine disparaîtra… Et vous pensez que c’est « du bon sens ». J’ai comme un doute. Et des éléments concrets pour soutenir ce doute. Par exemple, l’État ne s’est pas mêlé du patrimoine avant le XIXè et ne s’en est que très modérément mêlé avant ce brave Malraux. Si nous constatons qu’il ne reste rien d’antérieur aux XIXè et pas grand chose d’antérieur aux années 50, vous auriez des éléments en votre faveur. Cela dit j’écris ces lignes depuis une demeure XVIIè qui n’a jamais été entre les mains de quelque État que ce soit, ce qui invalide directement votre hypothèse.

                Finalement vous nous parlez de l’intérêt catégoriel des archéologues comme s’il était l’intérêt supérieur de tous les habitants de ce pays. Vous reconnaîtrez bien facilement qu’il y a comme un petit problème logique, là ! Juste par exemple, l’information que portent des objets ne me soucie que peu, surtout quand il s’agit de multi-redondance. Par contre la valeur vénale elle m’intéresse puisqu’elle me permettra de faire des chose ou d’acquérir des objets dont j’ai besoin ou envie.

                • Si je comprends bien dans votre magnifique système la pensée c’ à dire la voix ou le vote d’ un ivrogne annule légitimement des milliers de voix de gens lucides ?

                  • Donc à vous entendre, 1000 personnes «comme il faut et lucides» votent l’extermination des juifs, et un anarchiste mal rasé (sûrement un alcoolique) vote contre : il faut écouter les 1000 lucides…
                    Je ne dis pas qu’un vote veux plus qu’un autre, juste que sur nombre de sujets (droits fondamentaux des individus, entre autre) le vote même n’est pas l’évolution légitime.

                    Sinon c’est facile, les gens ayant un patrimoine de moins de 1 million d’euros (grosse majorité) votent l’expropriation des salauds de riches (plus d’un million de patrimoine, très minoritaires) et l’attribution des biens saisis aux «pauvres».

                    Dans une tyrannie du nombre ça marche, mais cette démocratie ne sera pas légitime.

                    • oui mais les juifs ont le droit de vote d’ autre part votre système est de type mafieux parce que votre valeur c’ est l’ argent et avec ça on peut acheter la  » pensée  » le vote surtout et avoir intéret à entretenir sa clientèle càd les pauvres /

                    • Vous ne comprenez vraiment pas le sens de ce que vous lisez, ou c’est pour rire ?

                      La minorité quoi qu’elle ait le droit de vote se fait exproprier/tuer. Les juifs sont minoritaires, ils ont donc tort.

                      « Mon système » n’a rien de mafieux, c’est l’idéal démocratique tel que définis par les penseurs de la démocratie, de Jefferson à Tocqueville en passant par des milliers d’autres.

                      Je n’ai jamais parlé d’argent, au contraire, mais du fait que le vote ne peut pas porter sur autre chose que ce qui relève du « bien commun » et ne peut jamais s’exprimer au sujet des libertés fondamentales.
                      Au contraire dans votre système « démocratique » (qui n’est même pas votre système, vous n’y avez simplement jamais pas pensé) le plus grand nombre (les « pauvres », donc) sont la clientèle achetée par les politiciens au détriment des « riches », par la nature même des choses. Et en général quelques très très très riches (pas les riches en général, non, juste les ultra méga riches) peuvent par copinage soutenir le système tout en s’en extrayant. Si ça vous rappelle quelque chose, cette dictature des politiciens, corrompant les pauvres et corrompus par quelques ultra-riches bien accoquinés avec le pouvoir, ce n’est pas surprenant. C’est ce que nous vivons, ce que vivent de plus en plus les américains, la plupart des habitants des « démocraties », ce que Tocqueville avait dénoncé dans le deuxième tome de « la démocratie en Amérique » comme le danger, le mal terminal probable des démocraties basées uniquement sur le suffrage, ce que l’Ecole du Choix public a abondamment étudié.

                      La tyrannie du nombre, dans laquelle le peuple est majoritairement corrompu par une pseudo élite qui vis grassement sur son dos en pointant du doigt les « ennemis ».

                    • Impossible de répondre à votre post du 15 @Franz la fenetre répondre est supprimée
                      Oui c’ est + exact d’ écrire exproprier ou expatrier comme les huguenots avant de se faire massacrer
                      Mon avis est que en France le régime n’ est pas démocratique contrairement à ce que les médias et autres nous font gober mais de type Social Aristocrates ( càd selon le Larousse : privilégiés
                      Pour vous donner une piste de réflexion à ce sujet les Suisses semblent encore faire la différence entre élection & votation les Français surement pas !

              • Citoyen
                Vous tournez en rond
                « La sauvegarde du patrimoine est une mission de l’état »
                Pourquoi?
                « Parce que la mission de l’état est le sauvegarde du patrimoine »
                CQFD

                En fait les hommes du pouvoir ont des prétentions culturelles et celles ci participent au décorum, au spectacle du Pouvoir.

          • Bonjour Citoyen
            C’est vous qui n’avez pas compris.
            Soit vous ne lisez pas les posts, soit en effet vous êtes dogmatique.

            • Merci gillib.

              Vous vous rappelez, Citoyen, la photographie du president de la republique accrochee derriere le bureau du Maire ? La municipalite, surtout aujourd’hui lorsqu’elle est socialiste, fait aussi partie integrale de l’appareil d’etat. L’archeologie, cela commence aussi quand on marche dans la rue et qu’on observe autour de soi. Le patrimoine architectural, loin de toute ideologie, peut se reconnaitre a l’oeil nu. Comme disait feu mon oncle Georges, « il suffit d’avoir un peu du gout pour la peinture »…

              Quel adorateur vous faites Citoyen. Vous devriez penser a changer votre pseudonyme. « le conformiste » vous irait comme un gant. Remarquez, c’est vrai que dans Citoyen on a deja une sorte de connotation…

          • Tout ce que vous faites (y compris préserver ces vestiges) prive les générations futures de quelque chose. En l’occurrence si vous bloquez un chantier de construction d’une villa sur un terrain qui m’appartient, pour soi disant défendre le générations futures, le seul résultat certain c’est que les générations futures identifiées (mes descendants) seront privés de cette villa. Au bénéfice de qui, de quoi, ça c’est beaucoup plus flou… Le patrimoine historique de l’ensemble des humains du futur ? Et vous savez qu’ils (ces gens non vraiment définis) préfèreront ce « patrimoine historique » en lambeau à celui bien plus tangible que constituera la villa que je construits ?

            VOUS avez du mal à comprendre le monde qui nous entoure, visiblement.

  • Il faut surtout faire porter la critique à l’origine, on a le droit de ne rien avoir à faire de l’histoire passée….au fait l’archéologie ça commence quand?
    100 ans? deuxième guerre mondiale?

    il y a une évidence c’est que pour vivre on doit bien détruire ce que les autres ont fait avant nous…et on parfaitement le droit de penser pouvoir detruire ça et conserver ça…

    Il en va comme de la « culture » en fait le monde du spectacle et des « arts » il y a des choses qu’on a plus le droit de contester…et on doit accepter de s’en remettre à un filipeti (?) pour décider ça culturel,ça beau ,ça laid ça sans valeur archéologique….: NON

    Un artiste doit mendier…et le travail premier d’un archéologue doit être d’expliquer pourquoi on « devrait » préserver ceci ou cela…

  • da da , tovaritch

  • Dans mon village natal, la municipalite socialiste s’est autorisee recemment a raser totalement un edifice du 18eme, constitue a l’origine d’un ancien hotel particulier ainsi que d’un immeuble de rapport de la famille de Barrin, descendants du baron d’empire et general de Napoleon Ferdinand de Barrin (par ailleurs descendants d’un certain Hugues Capet…), exellent exemple de l’architecture traditionnelle de nos vallees glacieres, pres de Grenoble, dont les murs etaient de pierres roulees et de briques savoyardes avec des encadrements en molasse, qui a ete remplace depuis par un insipide immeuble de type HLM. Une veritable parabole architecturale du declin Francais. Les memes coupables ont rase l’ancienne chapelle de l’ancien cloitre, qui faisant partie depuis deja longtemps des batiments municipaux et qui ete remplace par une avancee de verre et d’acier. De nombreuses maisons du 15eme siecle ont ete demolis pour faire place a des parkings tout juste goudronnes. Une splendide villa de type art nouveau a ete rasee pour elargir un pont.

    Dans les cas decrits ci-dessus rien n’a ete vendu mais tout a ete detruit. Il n’en reste rien. De ce patrimoine aujourd’hui tout ce qui demeure est la voute de l’ancienne chapelle erigee seule et sans contexte au milieu du parc adjacent.

    Ces gens la seront-ils poursuivis pour avoir abuse et totalement detruit le patrimoine local ?

    • Bonjour inanutshell
      On nage en plein paradoxe, on poursuit un privé qui ramasse des vielles pièces, et un maire détruit des ensembles architecturaux qui paraissent intéressants.
      C’est le noeud du problème, l’un est un citoyen lambda, l’autre est un politique donc fait la loi.
      Tout les prétextes sont bons pour nous entraver, l’archéologie, le CO2, la securite..
      Votre exemple montre que les politiques se foutent des ‘trésors archéologiques’, quand ceux-ci ne vont pas le sens de leur intérêt.

      • Bonjour Gillib

        Les talibans ideologiques Francais, grands et petits sont au dessus des lois…

        Jusqu’a recemment encore, sur le mur frontal de l’ancien hotel de Barrin etait apposee une plaque disant que le general Bonaparte etait reste en ces murs. Ferdinand de Barrin avait ete un ami personnel de Napoleon. De la plaque, comme du batiment, il ne reste plus rien.

        La villa art nouveau appartenait a de vieux amis qui comme moi ne votaient pas socialiste.

        Au fil des annees cette petite ville, qui s’appelle Beaurepaire, dans l’Isere, est devenu une chasse gardee socialiste. Le fait que le maire sortant soit repasse cette annee aux municipales avec 68% des voix au premier tour est particulierement parlant. Le fait que cette petite ville ait un des taux de chomage les plus eleves de la region l’est egalement. Une des clefs d’accession a ce pouvoir socialiste et son maintien depuis pres de 40 ans vient de plusieurs choses et de plusieurs facteurs (l’ancien maire socialiste, qui preceda celui que nous avons desormais, avait ete entre autre connecte a l’affaire du carrefour du developpement dans les annees 80, en tant que ministre de la cooperation) mais le principal tient en la fabrication d’une clientele en provenance du developement d’un parc immobilier de type HLM justement, comme celui qui a remplace l’hotel de Barrin et l’importation en aval d’un clientele pour voter socialiste. Le raisonnement est d’une simplicite enfantine : plus on importe des gens qui sont plus ou moins a la charge de l’etat et plus on a de gens dans la commune qui votent socialiste (tout en rafflant quelques subventions au passage). Avec 68% des voix sur des municipales, alors que les socialistes on pris une deculottee magistrale sur le plan national, on peut voir que cela marche bien…

    • Le problème, c’est que quand il s’agit de trouver un acheteur, c’est simplement vieux, ruineux à entretenir, malcommode, dépassé. Mais quand il s’agit de l’opinion de celui qui passe devant, c’est ancien, superbe, un témoignage de notre grandeur passée, une merveille architecturale, un exemple pour la jeunesse. Si ça a tant de valeur, pourquoi n’y a-t-il personne pour l’acheter ? Serait-ce parce que l’Etat biaise le marché par des préemptions et contraintes réglementaires ? Ou, aussi, parce que l’âge ne fait pas systématiquement la valeur ?

      • Le batiment n’avait en effet guere de valeur marchande. Les valeurs du patrimoine varient quant a leur localisation. Le fait que la municipalite socialiste ait annihile le marche immobilier localement (impots locaux eleves, economie locale en berne, insecurite, destruction du patrimoine) depuis longtemps y est pour quelque chose. Le batiment aurait tres bien pu etre rase, le mur frontal reconstruit neuf, mais a l’identique, avec ses encadrements de portes et de fenetres originaux ainsi que les quelques marches d’escalier d’acces a la porte frontale, en molasse, repositionnees telles qu’elles etaient a l’origine. Pour donner un exemple, le mur frontal, monumental, de l’ancienne poste de la ville de Bandon en Irlande, pres d’ou j’habite, a ete reconstruite precisemment comme elle etait a l’origine et le reste du batiment reconstruit de facon a etre utilise de maniere plus pratique quant au projet d’utilisation present. Le meme procede aurait pu etre utilise pour l’ancien hotel de Barrin et la plaque commemorative aurait pu etre replacee in situ.

        Il aurait fallu pour cela avoir un peu d’imagination.

        En ce qui concerne l’ancienne chapelle elle aurait pu etre reconstruite comme elle etait a peu de frais. Je peux vous garantir que l’avancee en verre et en acier a coute considerablement plus cher. Il s’agit ici de faire taire le passe.

        • Cela dit, en France avec les monopoles de certains artisans reconnus par les Monuments Nationaux, le cout de restauration/réhabilitation/réparation d’un château, hôtel particulier ou d’une église de plus de 100 ans devient très vite rédhibitoire. Et de fait détruit largement la valeur du bien.
          Soit on l’entretien à grand frais suivant les normes, au près de monopolistes, et on peut, sous contrainte, le faire visiter et en tirer un peu de revenu, soit on ne respecte pas les normes, mais alors là, à part y habiter on ne peut plus rien en faire.
          Donc pas sûr que ce n’est pas été également un calcul économique « valide » de la part de la mairie (bien contente évidement d’éliminer ces encombrantes traces du passé où la France n’était pas encore passée à la lumière du progrès).

          • Juste sur toute la ligne.
            Il faut juste gagner pas mal d’argent et donc s’y mettre, surtout que maintenant, il y a des tas de possibilités assez rapides, efficaces, pas épuisantes, de s’enrichir convenablement.

          • oui lorsque une partie de mon puits construit il y a environ 150ans s’est effondrée un conseil de la mairie était de le boucher mais j’ ai décidé de le sauver sauf que par un entrepreneur la facture aurait été salé donc je l’ ai fait , une pompe , 2 échelles bout à bout mais bon c’ est un boulot de forçat étant donné que l’ eau remonte assez vite aux genoux en 20 minutes ….

          • Votre commentaire a le grand merite de rappeler toute le cote technico-legal du contexte et l’existence d’un certain corporatisme specialise. Du referencement jusqu’a la restoration. On ne risque pas d’oublier, en effet, qu’en France tout est reglemente du berceau jusqu’au cercueil. Les vieilles pierres passent aussi par la. Par ici la monnaie !

            Il n’en demeure pas moins que souvent des batiments passent a travers les mailles du filet. Ni la chapelle, ni l’ancien hotel particulier n’etaient inscrits aux monuments historiques. L’hotel etait plus connu sous le nom de « l’ancienne poste », ce que l’hotel etait devenu – depuis longtemps – jusqu’a l’ouverture de la nouvelle poste en 1950. Et je ne pense pas que quiconque ait jamais pense a le faire entrer sur les listes. Tres peu de gens se rappelaient de sa precedente existence en tant qu’hotel particulier. Il en va de meme pour l’ancienne chapelle que tout le monde connaissait sous l’appelation de « salle des mariages » et qui etait attachee a la mairie, occupant par ailleurs la place de l’ancienne abbaye, depuis des temps immemoriaux.

            A la fin, ni le maire ni son ami architecte n’avaient interet a s’interesser a la conservation des batiments. Un maire socialiste ne s’interesse aucunement a une histoire qui n’est pas la sienne et un architecte verra plus de gloire personnelle a construire qu’a conserver. Meme (ou plutot surtout) s’il n’a pas grand talent.

  • bonsoir , exprès pour faire enrager les tenants de la légitimité de l’état ; sans remonter à la dérive des continents , aucun état au monde n’est en mesure de produire un acte de propriété sur ce qu’il croit être son territoire ,partant on ne peut mieux définir le vol avec violence que l’occupation d’un pays ,d’une province ou d’une étendue d’eau .A qui donc étaient ces territoires avant l’ère glaciaire , et à qui eux-mêmes les avaient-ils achetés ?*
    Bien sûr me direz-vous ,mais alors ,à qui vos ancêtres ont-ils achetés leurs champs et leurs bois au 15 ème siècle ? Et bien , à l’évêché , au nobliau par notaire interposé ,et avant ? Pfuitt , ça s’arrête là !
    * Il y a là de quoi faire s’entre battent 25 générations de juristes !!

    • Quand un territoire n’appartient à personne en particulier c’est qu’il appartient à tout les citoyens du pays concerné à travers le seul représentant l’état.

      • Non. Quand il n’appartient à personne, il n’appartient à personne.
        Le premier à le revendiquer et à justifier de sa propriété par le travail en devient propriétaire. Si c’est un État pourquoi pas, mais si c’est un particulier, je ne vois pas pourquoi un État voisin s’en emparerait…

        l’État n’est qu’un parasite, et comme souvent, les victimes (hôtes) du parasite le défendent, voyant la chimie de leurs cerveaux modifiée en faveur du dit parasite.

  • Les archéologues ( parties civiles ) défendent la profession d’archéologues ( corporatisme ), ils feraient mieux de défendre l’Histoire de notre pays et l’archéologie en acceptant d’étudier les découvertes de ce soit disant « pilleurs » qui en fait, est un passionné d’histoire ( un vrai ), lui il n’était pas devant la machine à café …
    la devise des archéologues : « Pendant les fouilles, ont peux s’en mettre pleins les fouilles !-)  » ( sans passer devant un juge !!! )

    • Le Passionné en question, il est archéologue ou viticulteur de formation ?

      L’absence de méthodes dans ce domaine fait des dégâts sans réparation possible en terme de pertes d’informations.
      Alors il faut que ce soit des spécialistes reconnus pour la connaissance de l’histoire, plutôt que des autoproclamés comme au XIXème siècle où la curiosité et l’ignorance nous privent aujourd’hui d’information si précieuses.

      • Citoyen,

        Une armee de particuliers, interesses par l’archeologie, et pas forcement totalement ignorants de la methode (j’ai souvent vu et suivi, avec une certaine passion, des programmes a la television Irlandaise ou Britannique, decrivant les investigations d’archeologues « professionnels », et comme je ne suis ni sourd ni aveugle, je me suis tres bien rendu compte que les methodes n’etaient pas si compliquees ni si diverses; une amie a moi, la quarantaine, a passe un diplome en trois ans pour faire des fouilles, on est quand meme pas dans le domaine du doctorat…), par rapport a une poignee d’archeologues « professionnels » trouveront certainement beaucoup plus de ces « tresors caches » et nous permettrons d’echapper a cette vilaine ignorance que vous evoquez.

        Il conviendrait aussi de considerer le probleme dans son contexte. Le passe recent ne nous renseigne pas le moins du monde sur ce que peut devenir la profession d’archeologue dans un futur sans doute proche. Je me permettrai d’avancer que si seul quelques petit groupes de « specialistes » s’occupent a des recherches, par ailleurs lentes et couteuses pour le gouvernement (et en consequence pour le contribuable, surtout dans le cadre politico-economique de la crise qui s’annonce – s’il n’y a plus d’argent pour les retraites et les fonctionnaires qui paiera donc les archeologues ? – le systeme tel qu’on l’a connu ces 50 dernieres annees faisant partie integrante d’une economie artificielle et basee sur le gonflement progressif de la dette d’etat; l’etat se melant de tout et n’en ayant plus les moyens, ni les contribuables qui commencent a fatiguer serieusement d’etre saignes a blanc; apres tout, les archeologues reconnus par le gouvernement ne sont-ils pas des fonctionnaires, ou en tout cas des professionnels subventionnes ?) les archeologues diplomes, s’il en reste encore, ne trouveront plus grand chose.

        Si mes souvenirs sont bons, il ne me semble pas me rappeler que les decouvreurs de Lascaux aient ete bien informes sur la methode. Avant l’etat providence, les decouvertes archeologiques etaient le plus souvent fortuites ou alors en provenance de fouilles entreprises par de riches amateurs excentriques.

        Un point essentiel par ailleurs est le suivant : je parlais plus haut de la destruction d’un patrimoine architectural et historique par la municipalite de mon village de naissance. Ce n’est pas la peine que l’on remplisse des musees, pour nous rappeller notre identite et notre histoire, si c’est pour detruire cette identite meme, dans les rues des villages et des villes de France, lorsque celle-ci est encore vivante et utilisable avec quelques efforts de restoration. Un patrimoine que l’on pourrait avec quelques efforts conserver et utiliser quotidiennement.

        S’il ne nous reste plus que des musees pour nous rappeller qui nous sommes, nous aurons alors durablement perdu notre culture et notre identite. C’est deja bien en route. Il y a par ailleurs egalement une volonte federatrice europeenne a faire perdre les identites nationales. C’est visible partout dans la promotion d’un esthetisme pan-europeen sans saveur.

        Le patrimoine Francais, qui n’etait que rarement avant la guerre la propriete de l’etat mais appartenait a Pierre, Paul ou Jacques (avant que les mouches du coche etatistes commencent a s’occuper de tout), se portait tres bien, merci.

        Je me pose une derniere question. Remplit-on aujourd’hui mieux les musees avec l’aide de ces professionnels qu’avant la naissance de cette profession, et qu’avec l’aide, le plus souvent accidentelle, des amateurs d’antan ? Dans les musees nationaux, en effet, quel pourcentage d’objets les archeologues professionnels ont-ils participes a fournir dans les musees ? Les objets mineurs et le plus souvent fragiles, fragments, objets usuels, etant rarement exposes en public.

      • Mon cher citoyen vos arguments ne tiennent pas la route.

        « L’absence de méthodes dans ce domaine fait des dégâts sans réparation possible en terme de pertes d’informations. »

        Est-il bon de rappeler que ce viticulteur maniait sa poêle dans des vignes maintes et maintes fois labourées, retournées, défoncées. Les notions de stratigraphie avec lesquelles on nous bassine les oreilles ont par conséquent aucun sens dans ce contexte. Vous auriez sans doute préféré la méthode du soc de charrue qui ferait remonter tous ces artéfacts à la surface? Les pertes d’informations qui semblent tant vous chagriner sont surtout dûes au fait que les lois en France n’incitent pas les utilisateurs de détecteurs de métaux à déclarer leurs trouvailles pouvant intéresser l’histoire qu’ils seraient emmenés à faire non intentionnellement.

        Les faits sont criants : depuis l’application du Portable Antiquities Scheme en Angleterre, 940 000 trésors et artefacts majeurs ont été découverts par les utilisateurs de détecteurs de métaux, étudiés et exposés. En France pendant ce temps, il y en a eu 9….et la moitié a fini au tribunal. Pour faire bref en Angleterre ce viticulteur aurait été félicité pour ce travail accompli et dont aucun archéologue ne pourrait se prévaloir, toutes ces trouvailles auraient été enregistrées et étudiées et aucune perte d’information n’aurait été à déplorer. En France il est seulement traîné dans la boue.

        http://www.bbc.co.uk/news/entertainment-arts-25748576

        « Alors il faut que ce soit des spécialistes reconnus pour la connaissance de l’histoire, plutôt que des autoproclamés comme au XIXème siècle ».

        Certes ce sont de jolies paroles mais encore une fois complètement déconnectées de la réalité. À quand des archéologues parcourant vignes et labours à la recherche d’artéfacts perdus et isolés? JAMAIS! Les archéologues n’ont non seulement ni les moyens ni le personnel nécessaire pour ce genre de tâche mais en plus cela ne les intéresse pas de sauver un objet hors contexte. Parler d’absence de méthode lors du retrait d’un objet enfoui qui n’aurait jamais vu le jour autrement et aurait certainement fini par pourrir avec le temps on marche sur la tête.

        Je vais finir par croire que ce qui préoccupe certains ce n’est pas tellement les pertes d’informations ou l’absence de méthodes mais simplement le fait de ne pas apprécier que le CITOYEN lambda marche sur leur pré-carré.

        Un patrimoine non plus commun mais réservé à une certaine caste…

        Heureusement il existe encore quelques esprits éclairés :

        http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2011/03/03/l-archeologie-francaise-file-un-mauvais-coton_1487428_3232.html

        • Bonjour Grosongles,

          Votre analyse tient la route a merveille. Tout est dit quant a la disfonction de la methode Francaisee et son alternative possible, qui elle fonctionne parfaitement de l’autre cote de la Manche.

          Comme l’economie en general d’ailleurs…

    • Entièrement d’accord avec vous. Cela se passe comme ça en Angleterre avec la mise en place Portable Antiquities Scheme et du Treasure Act et tout le monde est gagnant.

  • Merci pour cet article plein de bon sens. Les membres de l’Happah vont sûrement apprécier…

  • Enfin quelqu’un qui ose dire la vérité . Je suis pour tout ce qui a ete dit a 100% .
    Mais Il est temps de faire quelque chose , de reagir …
    Comme cela a été dit ailleurs il faut organiser des débats et surtout les mediatiser afin que chacun puisse avoir sa vision des choses et donner son avis .
    Meme si en general l’opinion de la majorité n ‘a guère d’interet pour l’état , mais bon ne perdons pas espoir .

  • Bonjour,

    en fait grosso modo, pour faire un raccourci vite fait, ce qui gène les archéologues dans cette histoire c’est que les découvertes ont été faites par un citoyen lambda qui marche sur les plates-bandes des archéos. et c’est ce qui les gêne. Il n’ont pa eu la primeur des découvertes et ne peuvent pas publier et donc leurs carrières en prennent un coup. c’est dur pour leur ego surdimensionné on dirait. Alors plutôt que de le remercier pour le travail accompli (alors que ces archéos n’iront JAMAIS dans ces zones, faute de moyens, et de personnel) ils attaquent et spolient ! c’est tellement plus simple.

    c’est même dégueulasse comme attitude. en fait ça nuit en plus au chiffre d’affaire de l’archéologie cette affaire… il y à vraiment un malaise en France où les lois sont mal faites… il faudra passer un jour où l’autre au système Anglais qui lui , fait la part belle au patrimoine.

    pas comme ici où l’on s’intéresse plus aux carriéristes de bas étage et extrémistes de tout bords.

    ça devient pénible, on pourrait presque en rigoler tellement ça frise le délire…

    pitoyable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

La semaine dernière, l'ouragan Irma est passé sur les Antilles françaises, provoquant des destructions comme on n'en avait que très rarement vu de mémoire d'Homme. En revanche, ce qui se passe depuis ressemble beaucoup trop à ce qu'on connaît déjà des pires faillites de l’État français.

On doit déjà redouter que cet ouragan soit notre "11 septembre" français, non pas sur le plan météorologique (encore que sa puissance soit largement suffisante à le classer dans les phénomènes historiques) mais sur le plan médiatique, politique et surto... Poursuivre la lecture

Par h16

On se souvient qu'en 2015, les députés avaient profité de la léthargie de juillet pour pousser leur loi sur l'obsolescence programmée, dont on commence tout juste à mesurer les effets délétères. L'année 2016 n'échappera pas plus à la tradition des lois scélérates votées en douce pendant la période estivale puis début juillet fut promulguée la loi "relative à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine", dans laquelle on trouve une belle pépite.

Le domaine impacté par ces changements n'est pas étranger au... Poursuivre la lecture

Les dirigeants européens semblent oublier que s'il existe des paradis fiscaux, c'est parce qu'il y a des enfers fiscaux.

Par Thierry Afschrift, depuis la Belgique.

Grâce aux révélations du Soir et d'autres journaux sur l'identité de certains actionnaires de sociétés offshore (affaire dite des Panama Papers), il est heureusement probable que des trafiquants, des dirigeants corrompus ou d'autres criminels pourront être démasqués.

Ce sont des informations importantes pour la lutte contre la criminalité et l'élimination des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles