Sommet Américafrique : quelle démocratie pour les Africains ?

Du 4 au 6 août prochain, le président Barack Obama reçoit à Washington la plupart de ses homologues africains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sommet Américafrique : quelle démocratie pour les Africains ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 juillet 2014
- A +

Par Noël Kodia, depuis le Congo-Brazzaville

Barack Obama CC barackobamadotcom

Du 4 au 6 août prochain, le président Barack Obama reçoit à Washington la plupart de ses homologues africains. À l’instar de la Françafrique et de la Chinafrique, on pourrait parler ici d’une Américafrique. En dehors des enjeux économiques, la presse internationale évoque aussi des enjeux sécuritaires et politiques, notamment la question de la gouvernance démocratique. Si la position officielle de l’Administration américaine, refusant la manipulation des constitutions pour s’éterniser au pouvoir, est louable, il est légitime de s’interroger sur sa sincérité au regard de la convoitise dont fait l’objet l’Afrique ces dernières années.

L’Afrique a connu « la gouvernance constitutionnelle » dans la mesure où chaque société avait une conduite à tenir dans le choix de leurs chefs, comme cela a existé dans les empires et les royaumes. Après la colonisation, il y a eu une sorte de « démocratie pluraliste» avec cohabitation de plusieurs ethnies qui, malheureusement, seront séparées et parfois contraintes de vivre avec d’autres après le découpage du continent à la Conférence de Berlin. Après la chute du mur de Berlin et la perestroïka de Gorbatchev, les Occidentaux s’intéressent curieusement aux constitutions africaines fondées sur la démocratie pluraliste. Alors qu’ils ont affiché entre temps un désintérêt pour les constitutions des partis uniques fraichement sortis du néocolonialisme qui leur donnent la latitude de continuer à dominer politiquement et économiquement leurs anciennes colonies. Aujourd’hui, les données géopolitiques ayant changé et les richesses du continent convoitées par d’autres puissances émergentes comme la Chine, les Américains, dans le cadre de leur partenariat avec les Africains, exigent de ces derniers le respect des constitutions. Et c’est la position que ne cesse de soutenir John Kerry pour empêcher soi-disant les dirigeants africains de briguer d’autres mandats. Ne s’agit-il pas là d’un chantage souvent utilisé par les Occidentaux pour soutirer des concessions économiques aux dirigeants africains ?

Aujourd’hui, depuis la disparition du mur de Berlin, les Occidentaux tentent d’imposer leur modèle de démocratie en Afrique, tout en occultant le fait que les sociétés africaines ne sont pas encore bien politisées et qu’elle sont toujours sujettes aux conflits interethniques. L’histoire politique nous enseigne également comment ces mêmes donneurs de leçon ont sapé pendant plusieurs décennies les véritables processus démocratiques à l’africaine. Des autocrates comme Mobutu et Bongo-père furent soutenus politiquement et même militairement par les Français et les Américains pour leurs richesses exploitées largement par ceux-ci. Alors, oseront-ils demander aux présidents nigérien et tchadien la limitation des mandats constitutionnels au moment où leurs intérêts sont menacés dans la zone ? Aussi, au lieu d’imposer aux pays africains le respect de constitutions fondées paradoxalement sur un modèle étranger, pourquoi les Occidentaux ne demanderaient-ils pas aux Africains de s’offrir des constitutions qui prendraient en compte leurs traditions, us et coutumes, tout en s’inspirant de l’expérience occidentale ? Malheureusement, les puissances occidentales ont sacrifié la démocratie sur l’autel de la stabilité afin d’assurer leur approvisionnement en ressources naturelles, avoir un accès privilégié aux opportunités d’affaires, sans parler de renforcer leur position géostratégique dans le continent. Dans cette perspective, les citoyens africains ont été trahis par la complicité d’une grande partie de leurs dirigeants qui, en échange de leur maintien au pouvoir, donnaient carte blanche aux occidentaux. La faiblesse du leadership africain s’avère aujourd’hui l’un des obstacles à la consolidation de la démocratie en Afrique.

Un autre handicap de taille qui limite la transplantation de la démocratie à l’occidentale en Afrique est le fait que les partis politiques sont en général considérés comme de simples tremplins pour l’ascension sociale. Les peuples africains n’ayant pas encore compris que les partis sont des institutions pour canaliser le débat des idées et mobiliser les forces vives de la société autour de projets servant l’intérêt général. Rares sont les groupements politiques fondés sur les idéologies politiques et surtout qui fonctionnent de manière démocratique. En Afrique, les luttes idéologiques laissent souvent la place aux confrontations interethniques et interrégionales quand se pose la question de l’alternance au pouvoir. Triste réalité ! Appliquer les principes des constitutions occidentales en Afrique, sans aucun ajustement institutionnel, en l’occurrence une réforme radicale des partis politiques pour rationaliser le champ politique, c’est permettre aux ethnies majoritaires d’être au pouvoir ad vitam aeternam provoquant ainsi de l’exclusion politique et économique, synonyme de terreau favorable à l’instabilité politique et sociale avec son lot de violences interethniques voire de guerres civiles.

Les constitutions fondées sur le pluralisme démocratique ont déjà montré leurs limites et faiblesses sur le continent en raison de l’antagonisme des ethnies et de leur lutte pour le pouvoir. Elles ont conduit, dans le cadre du multipartisme, à l’anarchie. Ainsi, les années 1990 à 1997 qui ont été marquées par un chaos généralisé avec 450 partis politiques et l’anarchie Mobutiste. Drames et tragédies ont brusquement secoué le continent lors de l’application de l’alternance au pouvoir, comme dernièrement au Congo, en RD du Congo et en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui les Centrafricains ont pris le relai où les divisions religieuses sont instrumentalisées pour exacerber des clivages sociaux et ethniques déjà existants.

Transposer certains principes de démocratie occidentale dans leurs sociétés tout en liant tradition et modernisme, tel doit être le leitmotiv des dirigeants africains. Aussi, malgré les contraintes de sa société, l’Africain a un héritage démocratique qu’il doit réhabiliter et moderniser. Les institutions africaines démocratiques et informelles qui sont négligées pourraient être exploitées pour réaliser de « nouvelles républiques » à l’africaine. Cela nous épargnerait les drames et tragédies consécutifs à l’application de la démocratie occidentale.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles