OPA hostile sur le Club Med : le dernier coup de boutoir de Trigano

Après avoir fait perdre des millions de francs au Club Med dans les années 90, Serge Trigano revient à la charge et risque une nouvelle fois l’avenir du pilier du tourisme français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
RLH club med

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

OPA hostile sur le Club Med : le dernier coup de boutoir de Trigano

Publié le 25 juillet 2014
- A +

Par Marjorie Legrain

 

RLH club medNouveau rebondissement dans l’affaire du Club Med, sujet à deux Offres publiques d’achat (OPA), une amicale menée par le consortium Ardian-Fosun et une hostile lancée par Andrea Bonomi : Serge Trigano apporte son soutien à l’offre de l’homme d’affaires italien. « L’ offre d’Investindustrial (et de Bonomi) est la plus séduisante et la plus intéressante », déclarait-il le 20 juillet dernier au JDD. « Séduisante », tout est relatif, mais « intéressante », il ne fait aucun doute que pour Serge Trigano l’offre hostile de Bonomi l’est. En effet, si la contre-offre italienne remporte la partie, le fils du fondateur du Club Med deviendrait Président du groupe, ou plutôt redeviendrait.

Rappelons que Serge Trigano a déjà été à la tête du Club Med, de 1993 à 1997. Une période qui a coûté cher à l’entreprise, 743 millions de francs pour être précis. Quatre années de règne sur le pilier du tourisme français qui semblaient bien se passer jusqu’à ce que les actionnaires du groupe s’intéressent aux comptes de l’entreprise et découvrent qu’entre les belles promesses de Serge Trigano et la réalité économique de l’entreprise, il y avait un véritable gouffre d’amateurisme et de procrastination. Après trois ans d’objectifs jamais atteints, le 23 octobre 1996 l’action du Club chute de 17,3% et le responsable est vite trouvé : « le piètre gestionnaire » du Club Med, comme le décrivait Le Point en 1997, Serge Trigano. « Ce jour-là, Serge a signé son arrêt de mort », analysait à l’époque un administrateur. Rapidement évincé du groupe par les actionnaires, Serge Trigano est remplacé par Philippe Bourguignon puis par Henri Giscard d’Estaing qui redresseront peu à peu l’entreprise.

2014 : le « piètre gestionnaire » frappe encore

Si certains voyaient là la fin de la tumultueuse relation entre le Club et Serge Trigano, c’était bien mal connaître l’homme d’affaires français qui apporte aujourd’hui son soutien, et sa potentielle présidence, à l’OPA hostile d’Andrea Bonomi. Une nouvelle qui, à bien y réfléchir, n’est pas si surprenante. Après avoir fait perdre des millions de francs au Club Med dans les années 90, soutenir l’OPA d’un homme dont les projets risquent de faire replonger le Club dans ses travers des années 90 relève finalement de la cohérence la plus totale. Les passages dans les entreprises du « raideur » Andrea Bonomi sont généralement brefs. Il maximise les profits dans les entreprises pendant quelques années et s’en va vers d’autres horizons. Une absence totale de vision de long terme qui se ressent sur ses propositions pour l’avenir du Club Med, lesquelles ont en effet de quoi laisser perplexe.

D’un côté, le consortium franco-chinois Ardian/Fosun, soutenu par le management du groupe et son PDG Henri Giscard d’Estaing, souhaite continuer la stratégie déjà bien avancée de montée en gamme et de mise en valeur du marché asiatique. Une ambition cohérente alors que l’entreprise ne peut rivaliser avec les offres extrêmement low cost de certains concurrents et que la Chine représente la première population touristique mondiale. De l’autre, Andrea Bonomi s’entête sur un développement prioritaire des villages 3 Tridents alors même que les villages 4 et 5 Tridents rapportent bien plus à l’entreprise. Il reste également très imprécis quant à l’avenir des forfaits « all inclusive », véritable marque de fabrique de l’entreprise. Un flou qui s’étend à tous les domaines, notamment l’emploi. Ils sont aujourd’hui 650 salariés à s’inquiéter pour la pérennité de leur emploi alors que le clan des Bonomi évoque une réduction de 50% des frais français de l’entreprise.

Le Club Med est une institution du tourisme en France, mais également dans le monde entier. Il a révolutionné le secteur avec des nouveautés telles que les forfaits « all inclusive » en 1950, une bénédiction pour les clients de l’époque alors que les derniers tickets de rationnement disparaissaient peu à peu. Mais sans véritable plan de long terme et volonté d’évoluer, même la plus grande référence d’un secteur peut s’écrouler à une vitesse ahurissante. Serge Trigano et ses quatre années à la tête du Club nous auront au moins appris cette leçon. Une morale que seuls lui et Bonomi ne semblent pas avoir apprise, aux risques et périls de l’entreprise.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je suis très étonné de voir un article à charge sur cette opération.

    Cet article omet certaines vérités et pour un journal qui se place comme le parengon du libéralisme. Comment peut-on se permettre d’omettre les éléments de sous-valorisation de l’offre concurrente de celle de Bonomi relevés par Madame Colette Neuville de l’Adam? Cet article apparaît davantage comme un article commandité plutôt que pour un article de « nivellement par le haut ». En effet, quid de la sollicitation faite par Henri Giscard d’Estaing auprès de la CDC pour relever l’offre faite et surclasser ainsi l’offre de Bonomi?

    A noter également l’attitude pas véritablement « libérale » de certaines banques dans les informations fournies à leurs clients actionnaires du Club Med. Il est apparu que certaines d’entre elles avaient envoyé aux actionnaires du Club Med un bordereau où ils n’avaient que deux choix : 1) apporter à l’offre, 2) apporter à l’offre !

    A part Madame Colette Neuville, qui prend véritablement la défense des intérêts des petits actionnaires individuels en France ?

  • un pur moment de franche rigolade, surtout ce passage : « Une absence totale de vision de long terme qui se ressent sur ses propositions pour l’avenir du Club Med ».
    Allons donc, les fonds d’investissements auraient un but autre que le profit immédiat et se comporteraient maintenant comme des gestionnaires d’entreprises dans lesquelles l’intérêt des clients et celui de l’entreprise seraient leurs seules motivations ?

    Maintenant, si vous en avez après Trigano, dont à peut près tout le monde se fiche éperdument, c’est un autre débat…

  • Quel est l’intérêt du fond géré par Madame ? Est-ce un article ou de la pub ? Où est l’analyse ?

  • L’article n’est pas objectif, je suis Go Clubmed comme d’autres milliers de collaborateurs qui préfèrent l’offre de l’italien.
    On n’a jamais vu un article sur le passage de HG dans les villages clubmed avec les filles Go ou d’autres filles de l’extérieur .
    Il est dépassé la réputation de strauss khan.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Quand les libéraux voyagent, que remarquent-ils de si différent par rapport à la France ? Leur regard nous permet de nous rendre compte que ici ou là, des espaces de liberté existent encore, alors que nous avons parfois tendance à les oublier.

 

Vacances en Europe

Frédéric était en Norvège et a constaté l'emprise de l’État sur la distribution de l'alcool :

"Les joies du monopole d'État sur les alcools en Norvège : la bouteille de Champagne bas de gamme à 999 NOK ... Poursuivre la lecture

Par Natsuko D'Aprile. Un article de The Conversation

La notoriété culturelle de la France a toujours été ancrée dans l’esprit des audiences étrangères. Qui n’a jamais entendu parler des Misérables, n’a pas souhaité s’aventurer dans les galeries du Château de Versailles ou ne s’est pas émerveillé devant les pâtisseries de Pierre Hermé ?

C’est de cela que traite le concept de soft power. Conceptualisé par Joseph Nye dans les années 1990, le soft power (littéralement « pouvoir doux »), désigne la capacité d’un État à séduire et à a... Poursuivre la lecture

formule 1 arabie
0
Sauvegarder cet article

Par Jean Degert.

La saison de Formule 1 s’achève cette année encore dans le Golfe persique, cette fois-ci dans trois pays différents, dont deux nouveaux au calendrier, le Qatar il y a deux semaines et l’Arabie saoudite le week-end dernier.

Le royaume dont le Prince Mohammed ben Salmane est devenu la figure à l’international, est le dernier à ouvrir ses portes aux compétitions sportives mondiales. Cette première épreuve s’est déroulée sur un circuit jugé très dangereux et dont la construction s’est achevée quasiment au dernier mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles