Instaurer un crédit d’impôt pour les dépenses imposées aux ménages et entreprises

Ce crédit d’impôt pourrait aider à éliminer les réglementations présentant le rapport coût/efficacité le moins probant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie réglementations

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Instaurer un crédit d’impôt pour les dépenses imposées aux ménages et entreprises

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 juillet 2014
- A +

Une chronique de Cécile Philippe
Un article de l’Institut économique Molinari.

bureaucratie réglementationsInstaurer un crédit d’impôt pour les dépenses imposées aux ménages et entreprises par la réglementation française ou européenne ; de quoi s’agit-il ?

Il s’agit de soustraire directement de l’impôt les montants liés aux dépenses rendues obligatoires suite aux nouvelles réglementations. Pour ceux qui ne paieraient pas à ce jour ces impôts, on pourrait envisager un report sur cinq années.

À quelles dépenses pensez-vous ?

Tout d’abord à toutes ces règlementations qui obligent les ménages à faire toutes sortes de dépenses pas toujours justifiées.

La mise aux normes des ascenseurs est un exemple emblématique. Des dépenses colossales (entre 20 000 et 40 000 euros) ont été imposées par les pouvoirs publics. La loi de 2003, et une demi-douzaine d’arrêtés et de décrets édictés depuis, ont pratiquement imposé une remise à neuf aux propriétaires. Autorisons-les à déduire ces dépenses de leur impôt sur le revenu.

Dans la même veine, la récente loi Alur de Cécile Duflot impose aux syndicats de copropriété de mettre en place des comptes bancaires séparés pour chaque copropriété qu’ils gèrent. Ainsi, le syndic qui gère 100 copropriétés devra mettre en place 100 nouveaux comptes, ce qui conduit à une multiplication des frais. Les banques facturent des frais, cela multiplie le nombre d’écritures, il faut embaucher des comptables chez les syndic… Du coup, cela s’est immédiatement concrétisé par une augmentation des frais et des appels de fonds qui pèsent sur les propriétaires. Ces montants devraient venir en réduction de l’impôt.

Et cela ne concerne pas que les particuliers, n’est-ce pas ?

Exactement. Le coût de la mise aux normes pour nombre d’entreprises est important et on ne devine pas à quel point, la réglementation peut être tatillonne. Saviez-vous que depuis 2008, la réglementation interdit aux producteurs de fruits l’usage d’échelles, d’escabeaux et de marchepieds, pour effectuer leurs récoltes. Désormais, pour cueillir pommes et cerises, il faut disposer d’une plateforme de cueillette spécifique. Cet engin mécanique coûte 35 000 euros, et il faut ensuite souvent reconfigurer son verger pour l’utiliser. Cette dépense obligatoire devrait être déductible directement de l’impôt sur les sociétés.

Et l’enjeu est important, n’est-ce pas ?

Il me semble crucial car on a bien du mal à limiter l’inflation réglementaire dont le coût peut être exorbitant pour les particuliers comme pour les entreprises.

Il faut que lors de l’élaboration des lois – en particulier quand elles sont décidées sous le coup de l’émotion –, un mécanisme puisse restreindre les ardeurs des législateurs, par nature perméables aux arguments des lobbyistes de tous bords, ou faciliter la prise en charge de la dépense en question. Les pouvoirs publics, qui décident de ces dépenses, doivent tenir compte du coût que cela représente pour les particuliers et les entreprises et donc taxer moins en contrepartie.

Ce crédit d’impôt, conformément au choc de simplification souhaité, pourrait aider à éliminer les réglementations présentant le rapport coût/efficacité le moins probant.


Chronique de Cécile Philippe, directrice de l’Institut économique Molinari, diffusée sur les ondes de Radio classique le 7 juillet 2014.

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je crois qu’il y a une solution assez simple, en deux parties:
    – réduire le nombre de députés et sénateurs de moitié. Vous réduirez mécaniquement le nombre de lois nouvelles.
    – Imposer aux députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers généraux, maires, etc de payer à un taux double tous les impôts personnels qu’ils votent, avec un niveau d’exonération réduit de moitié.

    Ca devrait les calmer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.

 

Évolution du rôle du juge devenu un acteur de premier plan de la mondialisation

La globalisation du droit a forcé le juge à faire évoluer son rôle.

Dans ce cadre-là, il ne peut plus être celui qui dit le droit. Sa fonction va bien au-delà, du fait notamment que la globalisation exprime sous une autre forme les luttes politiques entre les États.

Ce faisant, de nouvelles fonctions sont apparues du fait de la globalisation, à côté des... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. Un article de l'Institut économique Molinari

La dépense publique en France est un thème récurrent des campagnes électorales depuis la prise de position de Valéry Giscard d’Estaing, alors troisième président de la Cinquième République, qui affirmait qu’au-delà d’un ratio de 40 % de prélèvements publics obligatoires sur la production (produit intérieur brut), le régime économique pouvait être qualifié de socialiste.

Elle a aussi été au cœur des débats de l’élection présidentielle de 2017 et indirectement au ... Poursuivre la lecture

Par Joseph Solis-Mullen.

La révolution verte éphémère de 2021 au Sri Lanka s'étant rapidement transformée en une véritable révolution un an plus tard, avec l'éviction du gouvernement incompétent et autoritaire de l'ancien président Gotabaya Rajapaksa la semaine dernière, c'est le moment de rappeler non seulement pourquoi cet effort a échoué, mais aussi pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l'énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles