Et si on laissait chaque Français choisir son assurance-maladie ?

Assurance maladie (Crédits 401(K) 2012, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

L’assurance santé en France est trop complexe et coûteuse. Y introduire le libre choix permettra d’y instaurer de la concurrence, au profit de tous.

Par Aurélien Véron.

Assurance maladie 2 (Crédits 401(K) 2012, licence Creative Commons)L’assurance santé en France est trop complexe et coûteuse. Il faut instaurer la concurrence, ce qui n’interdit pas un cadre destiné à maintenir l’universalité de la couverture santé.

L’annonce d’un déficit supérieur aux prévisions, à 9,9 milliards, est devenue un rite annuel pour la sécurité sociale. Année après année, la dette sociale grossit pour atteindre près de 200 milliards d’euros à ce jour. Coupes, rabotages, chasse à la fraude, rien n’y fait. L’assurance maladie reste un trou sans fond qu’aucun gouvernement ne parvient à boucher. Notre système santé est l’un des plus coûteux dans les comparaisons internationales (au moins 7,2 milliards d’euros par an de plus que l’Allemagne, selon une analyse comparative de l’Institut Thomas Moore).

Les Français en ont pourtant de moins en moins pour leur argent. Les charges sociales de la branche maladie pèsent lourd, les remboursements sont de plus en plus faibles et le personnel médical et paramédical reste mal rémunéré. L’enjeu n’est pas simplement comptable.

L’assurance maladie n’apporte pas de plus-value au secteur de la santé

Organisme actuellement sans tête, la compétence de l’assurance maladie se réduit à encaisser les cotisations et à payer les producteurs de soin sans apporter la moindre plus-value au secteur de la santé. Cet aspect inquiétant du monopole semi-nationalisé explique pour bonne part le déclin de notre système de soins. Le gouvernement se charge de négocier seul les conditions tarifaires avec les médecins, les établissements publics et privés et les groupes pharmaceutiques dans un esprit de planification d’un autre âge.

Or, la santé n’a pas de prix, mais elle a un coût. Le secteur de la santé est une industrie qui pèse 12% du PIB et emploie 2,5 millions de personnes. Il est impensable qu’un pan aussi vaste de notre économie obéisse aux seules logiques clientélistes d’un ministre, de quelques conseillers et des représentants des corporations médicales et paramédicales.

La sécurité sociale ne se réformera pas d’elle-même

Les différents modèles de santé qui nous entourent en Europe montrent qu’un bon système de santé repose sur une bonne architecture assurantielle. Construire et faire évoluer l’architecture d’un système de santé complexe constitue précisément la mission des mutuelles et assurances de santé. Or, la sécu ne se réformera pas d’elle-même. C’est pourquoi nous devons l’ouvrir à la concurrence.

Comme dans l’aviation ou la téléphonie mobile, c’est la fin du monopole qui permet à une vieille structure bureaucratique de se moderniser. L’émulation d’un secteur libre favorise l’innovation et une amélioration, au meilleur prix, des services au consommateur. Instaurer la concurrence n’interdit pas de fixer un cadre qui maintienne l’universalité actuelle de la couverture santé pour les soins lourds, les urgences et la maternité.

Des partenariats assureurs/acteurs de la santé seraient plus rationnels

Nous devons distinguer l’assurance de la solidarité. Interdisons aux assureurs de sélectionner leurs assurés en fonction de leur état de santé ou de leurs antécédents. La seconde existe déjà, c’est la CMU financée par l’impôt.

img contrepoints453 sécurité socialeAvec la concurrence d’assureurs de santé dignes de ce nom, disposant de managers qualifiés et d’outils modernes de pilotage de l’offre de soin, les acteurs de la santé se retrouveraient partenaires des assureurs par des accords bien plus rationnels que l’arbitraire d’État : passage du remboursement à l’acte à la capitation, système d’urgences bien plus agile et économe, meilleure articulation entre cliniques privées et hôpitaux publics, entre structures plus légères et médecine ambulatoire, suivi renforcé des médecins, de leur formation tout au long de leur carrière et de leurs protocoles de soin, tarifications bien plus fines, etc.

31% des Français prêts à opter pour une assurance privée

Les Français sont de plus en plus nombreux à souhaiter une telle réforme. Pendant de nombreuses années, les 170.000 frontaliers avec la Suisse ont eu la possibilité de quitter la sécu pour choisir une assurance privée. Neuf sur dix ont fait ce choix tant la différence de prix était grande. L’année dernière, Marisol Touraine a supprimé arbitrairement ce régime au 1er juin 2014, suscitant de nombreuses manifestations et pétitions. Preuve supplémentaire de l’évolution des mentalités, un sondage de l’Ifop pour L’Opinion début avril indique que 31% des Français seraient prêts à opter pour une assurance privée. La santé des Français mérite l’ouverture de ce débat.


Sur le web