« Avec Juncker, l’Union Européenne dans une panade pire que Cameron »

La question du maintien du Royaume-Uni dans l’Europe se pose avec de plus en plus de vigueur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Cameron (Crédits : UK Home Office, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Avec Juncker, l’Union Européenne dans une panade pire que Cameron »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 juillet 2014
- A +

Par Richard North, depuis le Royaume-Uni.

Ce n’est que d’un point de vue très technique que le choix de Jean-Claude Juncker, malgré l’opposition du premier ministre britannique David Cameron, pouvait être considéré comme une défaite pour celui-ci. Le journaliste Christopher Booker a raison toutefois : les ambitions européennes de Cameron seront victimes du vote. Toute revendication de négocier, d’une manière ou d’une autre, un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et l’UE, et par la suite mener une campagne du « oui » pour rester au sein de cette Union en tant que membre, n’est qu’illusion.

En fait, depuis qu’il a fait sa promesse de référendum sur l’Europe, en janvier 2013, il n’y avait plus aucun espoir que sa politique puisse fonctionner. L’UE n’aurait jamais autorisé la « réforme » qu’il évoquait, parce qu’elle aurait constitué une violation sans précédent de ses règles de traité.

Cependant, ce qui est clair jusqu’ici est que la débâcle de la semaine dernière a laissé l’Union dans un état encore plus déplorable encore que celui de M. Cameron. Ce fut le Premier ministre qui a tristement essayé de maintenir les règles du même traité, en insistant qu’il n’incombe pas au Parlement européen de nommer un candidat pour la Présidence de la Commission européenne.

Et maintenant, nous assistons à l’aberrant spectacle aboutissant au choix d’un homme jugé en privé par beaucoup des intervenants comme désespérément inadapté au travail qu’on lui demande.

Jean Claude Juncker est un fumeur et buveur invétéré, un solitaire aigri qui déteste la paperasse et dont le nom est apparemment connu de moins de 1% de ceux qui sont supposés avoir « voté » pour lui lors des récentes élections européennes. Son seul mérite à leurs yeux pourrait être qu’il a été durant toute sa carrière un farouche européiste, ce qui expliquerait pourquoi il dira taïaut à toute tentative de M. Cameron de gagner une quelconque réduction des pouvoirs de l’UE.

Par ailleur, cela tombe bien que, le même jour, l’UE ait signé un accord avec l’Ukraine et deux autres anciennes républiques soviétiques, le type exact de circonstances ayant contribué aux origines de l’ensemble de la crise avec la Russie. La BBC peut décrire l’événement comme un simple « accord commercial », il n’en demeure pas moins qu’il s’agit aussi d’une alliance politique et militaire, que le Président Poutine a d’ailleurs été prompt à considérer comme une provocation intolérable.

Quand l’histoire viendra à s’écrire, cette téméraire tentative d’étendre l’emprise européenne dans l’arrière-cour russe sera appréciée, au même titre que le pari fou de l’euro, comme les deux plus évidents symboles d’un projet européen outrepassant ses prérogatives.

Et le choix, pour le poste le plus important de l’Union, d’un homme aussi indubitablement inadéquat, n’est qu’un autre symptôme d’un projet vaniteux s’autodétruisant et dysfonctionnant de façon exponentielle, conclut Booker.

De mon point de vue, je crois que peu de gens appréhenderont les événements en ce sens. Mais en son cœur, l’UE est une organisation procédurière. À de nombreuses reprises, quand c’était nécessaire, ces règles furent contournées ou dérogées. Mais jamais il n’y eut une démarche si flagrante où l’on a fait si peu de cas de celles-ci alors qu’elles permettent de préserver l’équilibre institutionnel.

Peu de choses à Bruxelles sont plus fragiles et plus vitales pour le fonctionnement de la « Communauté » que l’équilibre entre les trois principales institutions – la Commission, le Parlement et le Conseil. En cédant le pouvoir au Parlement, qui tend à s’allier avec la Commission, le Conseil Européen a fondamentalement altéré l’équilibre du pouvoir.

En réalité, M. Juncker, une fois qu’il sera approuvé par le Parlement européen, sera un imposteur – un homme qui n’a pas le droit d’être où il est, et qui n’a pas de crédibilité – le « président accidentel » que personne ne désire. Il aura bien sûr tous les attributs du pouvoir, et ses « collègues » l’accueilleront comme l’un des leurs, mais il ne sera jamais le réel représentant. Il ne peut commander le respect inconditionnel des trois institutions.

Aussi loin que le Royaume-Uni puisse aller, M. Cameron a dit qu’il favoriserait les changements de négociation avec l’UE, mais « le travail de maintenir l’Angleterre dans une Union réformée a été rendu plus difficile. » En fait, c’est impossible. Qu’importe le respect et la reconnaissance emmagasinés en confrontant ses « collègues », il perdra au moment où il retournera à Bruxelles, prétendant avoir gagné un nouvel « accord ».

Je ne peux m’imaginer d’autres scénarios par lesquels un gouvernement britannique puisse avec crédibilité organiser un referendum et nous dire de voter « oui ». Cela pourrait être l’héritage de M. Juncker qui, lors de la venue du referendum français de 2005, avait prononcé : « Si c’est un oui qui l’emporte, nous n’aurons plus qu’à avancer et dans le cas contraire nous continuerons. »

Ce qui a changé à présent est qu’il n’y a rien qu’il puisse dire qui changera quoi que ce soit. Il est, en tant que président, un canard boiteux régnant sur des ruines.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • 1) l’Union Européenne est (et restera) intrinsèquement peu apte à se réformer.
    Structurellement, il s’agit d’un mastodonte aux pieds de plomb, engoncé dans un fatras de textes-compromis de politiciens & juristes, soit l’opposé d’une efficacité que nous attendons d’elle. L’excuse commune tient dans le leitmotiv : « respect de l’Etat de droit (communautaire) », celui-ci imparfait !
    2) L’institution la moins propice à un vrai progrès restera ce parlement constitué d’apparatchiks particratiques, comme le sont déjà ses MEP « représentants » de leurs 28 pays respectifs : +- 45 partis d’U.E. formant un agglomérat de 8 à 10 « groupes hétéroclites » ; notez que c’est un continental qui le pense…
    3) Avec tous ses défauts, JC Juncker – luxembourgeois – constitue après l’ex-président Santer’90s un choix mitigé. Il est assis près du Kirchberg (le vaste site des institutions, à côté de sa ville-capitale). Apte à communiquer aussi en allemand, le voici plus acceptable du côté de Mme Merckel (cette dernière sera confrontée à des élections à l’automne !).
    4) Il est vital pour l’économie du Luxembourg d’héberger les institutions : un pactole à préserver autant que celui des banques devenue très vulnérables. Européens über alles !
    5) Il importait de ne pas placer un Schultz (l’ex-libraire socialiste SPD) à la tête de la Commission ! Le même sévira encore au parlement (une tête PSE).
    6) Malgré tout le cinéma déployé par le belge Verhofstadt, celui-ci aurait à peine plus de force à imposer « sa personne » à la tête de la Commission. Le collège des commissaires doit statuer par compromis à 28 voix. Les traités ne lui permettent guère d’agir autrement.
    Bref le problème du leadership européen face aux autres « blocs » du monde reste entier !!!

  • La nomination de Juncker c’est avant tout et surtout une défaite cinglante pour Cameron qui avait fait de sa non élection un ultimatum, ce dernier ayant rapidement été isolé, seulement épaulé par Orban, dans sa position.

    Pour le reste, Juncker ou une statue en plâtre, cela ne changera absolument rien à la destinée de l’europe. Barroso, Matoise et militant de l’extrême gauche radicale, il servait à quoi au juste ? rappelant à toutes fins utiles qu’il avait été porté à son élection avec l’appui inconditionnel des britanniques !

  • Une question me taraude : en s’arc boutant ainsi contre la candidature Junker, Cameron s’est mis tout seul dans la seringue de l’échec. Je refuse de croire qu’il était assez naïf pour penser que son pseudo véto avait une chance de réussir. Il scie la branche sur laquelle il est assis et donne du grain à moudre aux partisans de la sortie de l’UE. Comprends pas…

  • « Jean Claude Juncker est un fumeur et buveur invétéré, un solitaire aigri qui déteste la paperasse »

    C’est plutôt un point positif.
    Pour le reste, j’espère bien que Juncker ne fera rien, c’est justement ce qu’on souhaite.

  • Cela va bien aux Anglais de critiquer « l’alcoolisme et la consommation de cigarettes » exagérée de J.-C. Juncker, comme si les Anglais étaient connus
    pour leur sobriété en tous genres. Je n’ai pas souvenir que W. Churchill
    était un « teetotaler » ni même qu’il ne fumait pas. Arrêtez vos idioties. Je connais nombre de Britanniques qui travaillent dans les institutions européennes qui boivent plus que modérément.
    Je vous conseille vivement de le voir au travail avant de le critiquer, ce serait nettement plus « fair ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Vertueuse Europe

Le 24 février dernier la Russie attaquait l’Ukraine. Depuis cette date fatidique l’Union européenne ne cesse d’étendre et de durcir les sanctions visant à punir l’agresseur.

À l’exclusion des principales banques russes du système SWIFT de paiements internationaux s’est ajouté le gel des avoirs détenus par la Banque Centrale de la Fédération de Russie stockés dans les Banques Centrales et les institutions privées de l’UE puis le bannissement de la majeure partie des importations de pétrole russe. L’arsenal a été complét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles