Montebourg tweete sous l’emprise d’un cactus hallucinogène !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arnaud Montebourg (Crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Montebourg tweete sous l’emprise d’un cactus hallucinogène !

Publié le 4 juillet 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen

Arnaud Montebourg (Crédits Philippe Grangeaud-Parti Socialiste licence Creative Commons)Arnaud Montebourg et Thomas Piketty sont devenus de vraies « rock stars » de l’économie. Des rock-stars qui, comme leurs prédécesseurs hippies de l’époque, agissent et pensent sous l’empire de drogues hallucinogènes. Je ne devrais pas le dire, mais comme il m’est arrivé quand j’étais petit de manger en omelette des champignons hallucinogènes, j’en ai aujourd’hui la preuve : Montebourg tweete bien sous l’empire du peyotl, un petit cactus mexicain sans épines, contenant de la mescaline – un puissant hallucinogène… À éviter quand on est ministre de l’Économie…

Le 30 juin 2014, l’INSEE publiait le montant de la dette publique à la fin du premier trimestre 2014 :

Une ardoise de presque 2000 Md€ pour les Français (1985,9 Md€ très exactement), soit 93,6% du PIB. Bonjour la catastrophe… Mais ça ne trouble pas Montebourg qui n’en a pas parlé – tout comme Rebsamen a refusé de commenter les derniers chiffres du chômage. Le 2 juillet 2014, sans doute sous l’empire du peyotl, Montebourg tweetait : « Les politiques européennes d’austérité ont conduit au désastre économique »…

Non M. Montebourg : ce sont vos politiques keynésiennes qui ont conduit au désastre ! 

Il n’y a pas eu de politiques d’austérité : l’État a continué de dépenser sans compter ; il a continué d’emprunter massivement (+ 45,5 Md€ de dette supplémentaire à la fin du premier trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent) ; il a continué à présenter des budgets en déficit ; Valls, le Premier ministre, n’arrive même pas à boucler ses « 50 milliards » d’économie (sur 2000 Mds de dette). Modeste plan d’économies dont même la Cour des Comptes, dans son dernier rapport de juin 2014, souligne que « les économies annoncées ne sont pas toutes documentées » (ce qui est une façon très diplomatique de dire que c’est carrément du pipeau) et que certaines sont même « hypothétiques » car elles devront être réalisées par des administrations publiques dont l’État ne maîtrise pas les dépenses (sous-entendu, là également : économies bidon). Valls, qui n’a rien compris à l’urgence de faire des économies, continue à ne pas renoncer à la moindre des dépenses (voir le post sur les intermittents…). Alors, par pitié, M. Montebourg arrêtez de nous dire qu’il y a eu des « politiques d’austérité ». Je sais que vous mangez des champignons hallucinogènes qui vous brouillent l’esprit, mais là, tout de même, le mensonge est trop énorme.

Les seules « économies » qui ont été faites, c’est sur le dos des Français que l’État les a réalisées : retraites diminuées, allocations amputées, couverture sociale diminuée, pouvoir d’achat rogné… Mais l’État-mammouth n’a pas arrêté ses gaspillages (dont la Cour des Comptes, inlassablement, donne pourtant annuellement la liste). L’État ne s’est pas mis au régime, il n’a pas cherché à diminuer son périmètre, il n’a pas réduit ses dépenses. Il n’a jamais engagé de politique d’austérité ! Bien au contraire. Même vous, M. Montebourg, vous venez d’installer un nouveau « Comité Théodule », appelé « Conseil pour la croissance et le plein emploi » qui ne servira à rien d’autre qu’encalminer l’État encore davantage. Obnubilé par votre idéologie interventionniste, étatiste et colbertiste, vous n’avez pratiqué aucune politique d’austérité : ni une politique de rigueur, ni même une politique de simple discipline budgétaire. La dette s’élève à 2000 Mds et vous êtes « ministre de l’Économie » ? Mon Dieu !

Post-scriptum pour ceux qui aimeraient essayer de comprendre pourquoi Montebourg tweete des trucs rocambolesques. Rappelons que le peyotl est un petit cactus mexicain hallucinogène qui contient de la mescaline : un puissant hallucinogène qui provoque l’euphorie, des troubles de la concentration, une altération de la pensée logique et une perturbation de l’ego… Même si les expériences varient selon les ministres, le peyotl peut provoquer des expériences hallucinogènes très déstabilisantes dont Montebourg donne régulièrement l’exemple (en menaçant fréquemment de présenter sa démission, en injuriant les chefs d’entreprises ou en prétendant dompter et réformer carrément le capitalisme…). Jim Morrison, qui se laissait surnommer le roi Lézard, beuglait souvent « Nous sommes des politiciens érotiques ». Montebourg et Piketty, nos deux nouvelles rock stars de l’économie, pourraient dire pareil : « Nous sommes des idéologues hystériques »

Et tiens, dans Le Figaro d’hier, Bernard-Henri Lévy déclare : « Les amphétamines parfois m’ont aidé »

Quand on connait les retombées désastreuses de ses initiatives internationales hallucinées on se dit qu’il aurait vraiment dû renoncer à en prendre. Les élites françaises autoproclamées sont mentalement complètement déglinguées.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Autérité = déficit, c’est pourtant la théorie annoncée haut et fort par les « macro » économistes de l’OFCE, keynsiano-socialo-etatistes.Les Timbault, les heyers et les planes qui nous bourre le mou en prétendant que l’austérité est la seule responsable de notre situation.Tout ceci repris en coeur par les élus socialistes eux mêmes sans parler des relais médiatique comme alternative économique et tous les autres.
    J’ai juste déjà une proposition pour réduire l’austérité, pourquoi on supprime pas l’OFCE…

  • Depuis un certain temps déjà, Montebourg pas son attitude et ses propos me donnait l’impression d’un ministre-président, parlant en son nom comme si Hollande n’existait pas ! C’est le cas aussi de la Royal mais ce n’est pas nouveau et aussi la Cécile en son temps

  • Au delà de l’évidence, on a l’impression depuis les primaires socialistes, que Montebourg fait partie d’une écurie de présidentiables que poussent certains intérêts (et pas uniquement au sein de la gauche française) et que la quasi totalité de ses prestations n’ont de but que la construction patiente d’une légende, pendant politique du marketing produit.

    • C’est la mouche du coche chargée de veiller au front de gauche de Hollande.
      Le probleme c’est que les médias l’observent au télescope : l’effet loupe la fait paraitre bien plus grosse qu’elle ne l’est effectivement.

  • Sans vouloir faire de publicité pour mon blog qui ne me rapporte aucun centime d’euros, je n’ai jamais sollicité mes lecteurs pour une quelconque aide financière comme le font certains blogueurs que je ne nommerai pas, je rappelle dans les même veine ces deux billets :

    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/06/24/greenpeace-un-ramassis-de-marginaux-devenu-la-plus-puissante-ong-du-monde/

    http://jacqueshenry.wordpress.com/2013/11/02/au-detour-dune-conversation-les-narines-blanches/
    Tous les gauchistes ont les mêmes comportements et il ne serait pas étonnant que quelque membres du gouvernement se shootent pour tenter de trouver de nouvelles idées parce visiblement ils sont totalement à bout de créativité !!!
    Je rappelle que mon billet relatif à Greenpeace a aussi été publié ici-même sur Contrepoints.org

  • Le peyolt est extraordinaire, Carlos Santana était un grand consommateur et a produit la musique que l’on sait.
    Tout est question de dosage et surtout d’état d’esprit, sinon le voyage tourne au cauchemar… au final, le peyolt n’est qu’un amplificateur !

  • http://humour.cote.azur.fr/show-image-cactus-827.htm
    je ne connais pas cette marque, m’a l’air hallucinogène

  • Un panier perce qui marche desormais a pleine puissance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles