Suicide vert : bientôt d’exorbitantes factures d’électricité pour l’industrie allemande ?

La stratégie d’énergie verte de l’Allemagne pourrait causer du tort à son industrie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suicide vert : bientôt d’exorbitantes factures d’électricité pour l’industrie allemande ?

Publié le 29 juin 2014
- A +

Par Walter Russell Mead, The American Interest.

Vent éolien (Crédits : Couse Baker, licence CC BY 2.0), via Flickr.
Vent éolien (Crédits : Couse Baker, licence CC BY 2.0), via Flickr.

Selon un nouveau projet de loi, les ambitions en énergie verte du pays s’apprêtent à asséner un grand coup à la compétitivité industrielle allemande.

Extrait d’un article de Reuters :

Dans un amendement au projet de loi, vu par l’agence Reuters, le gouvernement a proposé que les entreprises industrielles allemandes produisant leur propre électricité avec les nouvelles énergies renouvelables ou avec des centrales à chaleur combinée, paient une surtaxe plus élevée que prévu précédemment.

Voici comment c’est arrivé : dans le cadre de son Energiewende, Berlin a promis aux producteurs d’énergie solaire et éolienne à long terme des tarifs de rachat de leur électricité au-dessus du cours afin de stimuler les industries en énergies renouvelables débutantes du pays. Le plan a fonctionné, et certains vous diront que les industries d’énergie solaire et éolienne sont en plein essor dans l’Allemagne d’aujourd’hui. Mais ces sources d’énergie, vertes ou quoiqu’elles puissent être, sont terriblement chères, et les tarifs de rachat sont la seule raison de leur présence sur le marché allemand.

Les coûts de ces tarifs de rachat ont été répercutés sur les consommateurs, les ménages et même l’industrie, sous la forme de surtaxes énergétiques vertes – rendant ainsi le prix de l’électricité en Allemagne, l’un des plus élevés d’Europe.

Berlin a tenté de protéger de ces surcoûts l’industrie allemande à forte consommation énergétique, en exemptant certains de ses plus gros consommateurs d’électricité, mais ce faisant, ils sont tombés sous le coup des lois sur la concurrence de l’UE, comme l’explique Reuters :

L’Allemagne avait jusqu’à mardi pour mettre ses réformes d’énergie verte en conformité avec les lois sur la concurrence de l’UE, y compris pour les exigences de faire payer à l’industrie lourde une surtaxe pour l’énergie qu’elle produit dans ses propres usines.Si la loi révisée passe, et si l’UE est convaincue que l’Allemagne n’agit pas de manière protectionniste, alors beaucoup de ces industries pourraient demander au bloc européen d’autres exemptions de ces surtaxes. Mais si vous êtes une entreprise allemande qui compte sur une électricité pas chère pour ses prix de vente, tout ce fiasco doit être profondément troublant.

Nous avons déjà vu que certaines entreprises allemandes commencent à relancer les investissements à l’étranger, y compris aux États-Unis, qui débordent de gaz de schiste pas cher, et si Berlin continue à suivre cette stratégie mal conçue de l’énergie verte, on peut s’attendre à ce que beaucoup d’industries suivent le mouvement.


Sur le web. Traduction : Jean-Pierre Cousty pour Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  •  » stratégie mal conçue de l’énergie verte  » c’est un pléonasme.

    Autant que cette hérésie intervienne en Allemagne, qui réagira plus vite qu’ailleurs.

  • Nos verts feraient la même chose. D’ailleurs je me demande pourquoi ils se sont occupés d’immobilier, plutôt que de la nature en général. Il faudrait m’expliquer.

  • SIEMENS va produire aux USA …

    http://www.contrepoints.org/2014/05/15/166081-gaz-de-schiste-les-entreprises-europeennes-sexpatrient-aux-etats-unis?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints2+%28Contrepoints%29

    « …/…. en Europe les prix de l’énergie sont beaucoup plus élevés, surenchéris par les subventions pour l’énergie éolienne renouvelable et les projets d’énergie solaire. Les énergies publiques européennes ont conduit à démanteler des milliers de gigawatts de turbines à gaz dans un effort pour minimiser les pertes.
    L’un des exemples les plus récents du déplacement de la production européenne aux États-Unis est celui de l’allemand Siemens, qui fournit des équipements pour les entreprises, qui extrait et transporte le gaz naturel, convertit le carburant en énergie, et utilise l’électricité à grande échelle pour la fabrication. »

  • Pourquoi et comment un producteur d’électricité pour son propre usage devrait-il être soumis à taxation?
    Si je mange les salades de mon jardin, dois-je payer la TVA?
    L’ « Energiewende » marche sur la tête, tâche impossible car au contraire de mes salades elle n’en a pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Joseph Solis-Mullen.

La révolution verte éphémère de 2021 au Sri Lanka s'étant rapidement transformée en une véritable révolution un an plus tard, avec l'éviction du gouvernement incompétent et autoritaire de l'ancien président Gotabaya Rajapaksa la semaine dernière, c'est le moment de rappeler non seulement pourquoi cet effort a échoué, mais aussi pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l'énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructri... Poursuivre la lecture

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles