L’UE s’associe avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie

L’Union européenne a signé un accord d’association avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, qui ont réaffirmé leur volonté de résister aux pressions de la Russie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’UE s’associe avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie

Publié le 27 juin 2014
- A +

Flag of European UnionLes accords ont été formellement signés pour chacun des trois pays à Bruxelles par les 28 chefs d’État et de gouvernement de l’UE, réunis pour un sommet de deux jours, avec le président ukrainien Petro Porochenko et les Premiers ministres géorgien Irakli Garibachvili et moldave Iurie Leanca. Les trois accords d’association doivent désormais être ratifiés par les trois pays ainsi que par les 28 de l’Union, un processus qui devrait prendre plusieurs mois.

Porochenko a indiqué que l’objectif de son pays était désormais d’entamer le long processus pour adhérer à l’Union, une perspective qui n’est pas l’objectif de l’accord d’association. La perspective d’une adhésion de l’Ukraine à l’Union est loin de faire l’unanimité au sein des 28, certaines capitales ne souhaitant pas aggraver les tensions avec Moscou.

Le président ukrainien a signé le second volet de l’accord d’association, celui d’ordre commercial qui vise en particulier à supprimer l’essentiel des barrières douanières entre l’Ukraine et les pays de l’Union. Le premier volet, d’ordre politique, avait été signé en mars par le Premier ministre, Arseni Iatseniouk.

Moscou a aussitôt réagi en affirmant que l’accord entre l’Ukraine et l’Union aurait de graves conséquences et qu’elle prendrait des mesures de protection s’il s’avérait que l’accord d’association nuisait à son économie. L’Union affirme que la Russie a tout à gagner d’une modernisation de l’économie de ses voisins.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Comme l’EU a financé les soulèvements de Kiev, sans bien entendu avoir de comptes à rendre à qui que ce soit, elle sera aux premières loges quand la merde touchera le ventilateur.

    Pourquoi l’Europe doit-elle s’encombrer d’autres canards boîteux, de pays insolvables dépourvus de toute perpective, où règnent la corruption et les trafics? On a déjà la Croatie, dans le genre, où quelques politichiens de rang élevé se sont pris des peines de prison ferme de 20 ans et plus.

    Cette gangrène doit cesser. Chaque adhésion ou copinage éhonté, contre nature ou pas, devrait être soumis à référendum universel dans toutes les nations de la nébuleuse.

    Bon, c’est trop demander aux non-élus qui pensent gouverner l’Europe… Et la jettent droit dans le mur toutes sirènes hurlantes et tous gyrophares dehors…

    Organisons une émigration massive des talents vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et vite !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Il est malheureux qu’il faille attendre des circonstances aussi dramatiques qu’une guerre pour prendre conscience de réalités aussi flagrantes que les risques de pénuries lorsqu’on dépend des autres pour des besoins essentiels. 

La guerre en Ukraine a mis en évidence notre dépendance aussi bien en matière énergétique que pour les biens de consommation alimentaire. L’Union européenne, qui a abandonné les stocks pléthoriques du début de la PAC se trouve face à une pénurie qui déstabilise toute son économie. Certains organismes comme la C... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles