L’UE s’associe avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie

L’Union européenne a signé un accord d’association avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, qui ont réaffirmé leur volonté de résister aux pressions de la Russie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’UE s’associe avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie

Publié le 27 juin 2014
- A +

Flag of European UnionLes accords ont été formellement signés pour chacun des trois pays à Bruxelles par les 28 chefs d’État et de gouvernement de l’UE, réunis pour un sommet de deux jours, avec le président ukrainien Petro Porochenko et les Premiers ministres géorgien Irakli Garibachvili et moldave Iurie Leanca. Les trois accords d’association doivent désormais être ratifiés par les trois pays ainsi que par les 28 de l’Union, un processus qui devrait prendre plusieurs mois.

Porochenko a indiqué que l’objectif de son pays était désormais d’entamer le long processus pour adhérer à l’Union, une perspective qui n’est pas l’objectif de l’accord d’association. La perspective d’une adhésion de l’Ukraine à l’Union est loin de faire l’unanimité au sein des 28, certaines capitales ne souhaitant pas aggraver les tensions avec Moscou.

Le président ukrainien a signé le second volet de l’accord d’association, celui d’ordre commercial qui vise en particulier à supprimer l’essentiel des barrières douanières entre l’Ukraine et les pays de l’Union. Le premier volet, d’ordre politique, avait été signé en mars par le Premier ministre, Arseni Iatseniouk.

Moscou a aussitôt réagi en affirmant que l’accord entre l’Ukraine et l’Union aurait de graves conséquences et qu’elle prendrait des mesures de protection s’il s’avérait que l’accord d’association nuisait à son économie. L’Union affirme que la Russie a tout à gagner d’une modernisation de l’économie de ses voisins.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Comme l’EU a financé les soulèvements de Kiev, sans bien entendu avoir de comptes à rendre à qui que ce soit, elle sera aux premières loges quand la merde touchera le ventilateur.

    Pourquoi l’Europe doit-elle s’encombrer d’autres canards boîteux, de pays insolvables dépourvus de toute perpective, où règnent la corruption et les trafics? On a déjà la Croatie, dans le genre, où quelques politichiens de rang élevé se sont pris des peines de prison ferme de 20 ans et plus.

    Cette gangrène doit cesser. Chaque adhésion ou copinage éhonté, contre nature ou pas, devrait être soumis à référendum universel dans toutes les nations de la nébuleuse.

    Bon, c’est trop demander aux non-élus qui pensent gouverner l’Europe… Et la jettent droit dans le mur toutes sirènes hurlantes et tous gyrophares dehors…

    Organisons une émigration massive des talents vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et vite !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dissidence soviétique a constitué une très haute école du courage intellectuel. Elle a donné au monde Alexandre Soljenitsyne, Alexandre Zinoviev, Andreï Sakharov, Vladimir Boukovski et tant d’autres ! Que d’esprit puissants, que d’œuvres déterminantes ! Mais ces noms célèbres ne doivent pas faire oublier les innombrables inconnus qui, au péril de leurs vies, ont humblement participé à la circulation clandestine de la vérité. Ces ombres fébriles et infatigables glissaient la nuit dans les ruelles glaciales du communisme, dissimulant des man... Poursuivre la lecture

Ukraine
2
Sauvegarder cet article

Un article de rédaction de la Nouvelle Lettre

Les deux dernières semaines ont été riches en joutes et jeux diplomatiques. Il y a eu d’abord le G20 à Bali (Indonésie) lundi et mardi derniers, puis la COP27 à Sharm El Sheick en Égypte, qui a pris fin avant-hier dimanche. La France était brillamment représentée à ces deux réunions par son président et plusieurs ministres.

On s’est longtemps demandé si Vladimir Poutine allait y participer au G20. Il a préféré rester au Kremlin. En revanche Xi Jinping était bien là et Emmanuel Macron... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles