Les degrés et les nuances de la réussite : la querelle des évaluations scolaires

Réflexion sur la signification des diplômes et de l’échec scolaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les degrés et les nuances de la réussite : la querelle des évaluations scolaires

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 juin 2014
- A +

Par Stanislas Kowalski

Education

Il faut savoir ce qu’on veut. Les projets de réforme de l’évaluation scolaire sont bourrés de contradictions. Ces contradictions ne se trouvent pas seulement entre les positions des divers acteurs du débat, professeurs, parents, pouvoirs publics etc. Il est parfaitement normal qu’on ne soit pas tous d’accord. Malheureusement, ce sont les positions elles-mêmes qui sont contradictoires. Chacun revendique à grands coups de slogans, d’après le vague souvenir de sa propre scolarité et d’après des « valeurs » aussi absolues que floues. Et l’on propose des tas de solutions, dont les résultats logiques ne peuvent qu’être contraires aux objectifs affichés.

Nous avons d’un côté le constat de l’échec scolaire. De l’autre la démonétisation des diplômes.

Nous voulons à la fois l’égalité entre les élèves et des instruments de mesure. Nous voulons la réussite de tous pareillement, dans un collège, voire un lycée, unique, et en même temps, nous voulons un baccalauréat qui nous permette d’être choisis par un employeur. Égaux quand on se sent faibles, ou qu’on veut se faire bien voir. Distingués quand on le peut. Le système sera accusé d’être injuste si on constate une inégalité à l’arrivée. Un étudiant aura un sentiment d’échec, s’il n’est pas au-dessus de la moyenne de ses camarades ; ce qui ne l’empêchera pas de militer contre le système, qui « produit » de l’échec, parce qu’il sélectionne.

Nous voudrions une évaluation qui rende compte des progrès et des difficultés des élèves, mais nous avons peur des mauvaises notes traumatisantes. D’un côté, nous passons notre temps à dire qu’il ne faut pas juger les élèves. Nous avons peur qu’un zéro en dictée soit ressenti comme une atteinte à leur être profond. De l’autre, nous les envoyons sans sourciller vers des thérapeutes, qui vont leur coller une étiquette définitive de dyslexiques, alors qu’ils ont tout simplement reçu un mauvais enseignement de la lecture.

On nous propose d’éviter l’humiliation des élèves en remplaçant les notes… par un binaire « acquis » ou « non acquis ». Et on s’imagine que ça empêchera les élèves de se comparer entre eux. Mais à quoi pense-t-on ? C’est beaucoup plus traumatisant et définitif qu’un 9/20 ! Avec les Livrets Personnels de Compétence (LPC), un élève sera « en cours d’acquisition », invariablement, alors qu’il s’approche de l’objectif, passant de 6 à 9 en notation chiffrée. Ce n’est pas en supprimant des degrés au thermomètre qu’on aura une meilleure évaluation de la température.

Plus largement; on nous dit que 100 000 ou 200 000 jeunes sont en échec et quittent le système scolaire sans qualification. Est-ce à dire que l’école a échoué et qu’elle n’a pas fait son travail ? Cela signifie-t-il que les élèves en question n’ont rien appris en 10 ans ? Qu’est-ce que l’échec ? J’ai fait une hypokhâgne et je n’ai pas poursuivi dans cette voie. On pourrait se dire que j’ai raté ma prépa. Pourtant, j’y avais acquis largement de quoi suivre les cours de la faculté de lettres classiques, et même plus, car j’aurais pu tout aussi bien intégrer une deuxième année d’histoire ou de géographie. On nous dit qu’autrefois beaucoup d’élèves rataient leur certificat d’études ou n’étaient même pas présentés. Mais si on était recalé parce qu’on avait fait plus de cinq fautes à la dictée, ça n’empêchait pas de savoir lire et écrire de façon très satisfaisante. Manquer le diplôme ne signifie pas ipso facto l’inefficacité des enseignements qui ont précédé l’examen. Ce bout de papier ne résume pas la totalité de ce que l’on sait. Heureusement !

Ce qui est redoutable, avec les diplômes, en particulier les diplômes nationaux, c’est qu’ils créent des effets de seuils parfaitement arbitraires. Prenons le baccalauréat. Regardons ce qu’il nous donne.

  • 2/20 RIEN, on est recalé.
  • 4/20 RIEN.
  • 6/20 RIEN.
  • 8/20 RIEN.
  • 9/20 TOUJOURS RIEN.
  • 10/20 PASSABLE. On peut s’inscrire dans n’importe quelle faculté.
  • 12/20 ASSEZ BIEN. C’est juste pour le prestige, enfin… si on veut. De toute façon, pour les filières « sélectives » tout se fait en amont, sur dossier.
  • 14/20 BIEN. Ça permet de se faire bien voir, mais c’est à peu près tout.
  • 16/20 TRÈS BIEN. Et alors ? C’est sans effet particulier.
  • 18/20 FÉLICITATIONS. Ça vous donne des airs d’intellectuel. C’est toujours ça. On peut toujours essayer d’en faire usage devant les filles.

Au fond, c’est un système du tout ou rien. C’est embêtant, surtout pour un diplôme aux objectifs multiples et mal définis. Il existe à la fois pour sanctionner les études secondaires et pour servir de premier degré universitaire. Il peut servir à trouver un emploi, avec de la chance. Il ouvre à tellement de choses, qu’il est impossible de tout prévoir. Pourquoi faudrait-il que le jury du baccalauréat définisse arbitrairement un seuil unique pour tous ceux qui demanderont le diplôme ? Il est aberrant d’accepter en faculté de droit des titulaires d’un baccalauréat professionnel, mettons en mécanique, dont on sait pertinemment que les chances de réussite en première année sont de l’ordre de 3 ou 4%. Mais ces jeunes peuvent avoir besoin de leur diplôme pour des tas d’activités dans lesquelles ils seront parfaitement valables. Quelle responsabilité de les recaler !

Évidemment, souligner les contradictions ne suffit pas. J’entends d’ici l’objection : « Que proposez-vous ? »

Eh bien, pour une fois, il y a une solution assez simple. Si on veut absolument garder un examen national, plutôt qu’une multitude d’examens spécifiques, ce n’est pas un diplôme qu’il faut délivrer, mais un score.

Qu’est-ce que ça change ?

Ça change qu’on reconnaît pleinement tous les degrés du succès. On ne dit pas aux médiocres « vous avez raté », on leur dit « voilà quel est votre degré de maîtrise ».

Ensuite, on laisse à chaque institution le soin de fixer les seuils qui lui sont utiles pour sélectionner ses candidats, comme cela se fait déjà, du reste, pour les écoles de commerce. Tel employeur exigera un score de 80. Tel autre dira 100. L’université dira 120, en précisant que pour cette faculté, elle veut au moins 20 en mathématiques et 18 en physique. Ce n’est plus tout ou rien. En reconnaissant la diversité et les degrés des compétences, nous ôtons à l’examinateur les scrupules sociaux qui pourraient l’empêcher d’évaluer en vérité.

Nous ne serons pas tous astronautes ou pharmaciens. Il faut le dire avec honnêteté. Mais nous avons tous des capacités à mettre en avant. Il n’y a pas de raison qu’un lycéen sérieux se retrouve complètement en rade. Il y a forcément une destination qui lui convienne, pour peu qu’on le laisse libre de la chercher. La seule égalité qui compte, c’est que l’instrument de mesure soit le même pour tous les candidats à un poste donné. La grandeur mesurée dépend de chacun.

img contrepoints426 évaluation scolaireIl est évident que tous les candidats ne seront pas prêts à rabattre leurs ambitions pour « coller » à leurs scores d’examen. Tout le monde n’est pas prêt à se dire : « Puisque mon score ne me permet pas d’aller à l’université, je vais me chercher un patron à 80 points. » Les jeunes ont bien raison d’avoir de l’ambition. Qu’à cela ne tienne ! Laissons-leur le droit de repasser l’examen jusqu’à ce qu’ils obtiennent le score qu’ils auront choisi. S’ils veulent se contenter de ce qu’ils ont, très bien. S’ils veulent aller plus loin, très bien aussi. Peut-être même que les bons élèves aussi ont le droit de redoubler ! L’important, c’est qu’on leur laisse le choix. Et que ce choix ne soit pas définitif, qu’il ne devienne pas une voie de garage. On peut même, pourquoi pas, organiser plusieurs sessions dans l’année pour les candidats libres, ceux qui ont de toute façon terminé leur lycée, et qui n’ont besoin que d’un peu plus de travail personnel pour réussir.

Petite note technique, à destination de ceux qui sont un peu au courant des lubies pédagogiques du moment. En l’occurrence, je suis très partisan d’une note chiffrée. L’évaluation dite « par les compétences », où on évalue une liste d’items comme acquis ou non acquis, ne me semble pas adaptée à des certifications très générales comme le baccalauréat, précisément parce qu’elle écrase les nuances. Elle convient en revanche très bien aux certifications qui ouvrent des droits très précis. Pour le permis de conduire, la seule question est de savoir si on autorise où non le candidat à circuler seul sur les routes. Il n’y a pas de degrés. C’est oui ou non. Dans ces conditions, il est bon d’avoir une liste de critères qui tous sont éliminatoires. Tu bois, c’est non. Tu grilles un stop, c’est non. Tu doubles au mauvais endroit, c’est non. C’est logique, une seule de ces erreurs sur la route peut se traduire par la mort.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bonjour
    Par tout les bouts, pour régler le problème des fac, il faut sélectionner.
    Vu les syndicats d’étudiant, c’est pas gagné.
    PS d’ailleurs flanby n’a pas eu encore son agitation scolaire-estudiantine.

  • Bonjour,

    repasser l’examen indéfiniment n’est pas une solution, afin de comparer le moins subjectivement il faut que tous les élèves aient une maturité intellectuelle semblable. Il faudrait imposer plutôt une limite d’age pour tel ou tel examen.

    Concernant les notes et la possibilité libre de laisser l’employeur choisir sur ces notes en fonction des matières, n’y a t-il pas un risque de surenchère ? les pouvoirs publiques feront tout pour augmenter les notes et les employeurs seront de plus en plus sélectifs. Jusqu’à ce que l’examen soit tellement facile qu’il ne permette plus de faire des comparaisons.

    Surtout d’un point de vue libéral, je pense qu’il est plus important de laisser tous les talents s’exprimer librement dans le monde du travail. L’idée qu’une note pourrait exclure des personnes fascinantes dans certains domaines me révolte.

    L’école doit fournir une formation, cette formation peut permettre de connaitre un niveau par un diplôme de difficulté harmonisée par exemple. D’ailleurs au passage quand on dit à un enfant qu’il doit avoir 10/20 pour passer dans la classe suivante, cela signifie qu’il n’a qu’à connaitre la moitié du pauvre programme… encore faut-il qu’il est fait l’intégralité du programme en classe…

    dans mon cas personnel, j’ai suivi l’apprentissage très handicapant de la méthode globale, j’ai fait la moitié de ma scolarité en ZEP, j’ai pu obtenir miraculeusement mon baccalauréat. Cependant j’ai pris à mon entrée en faculté que je n’avais pas le niveau, il a fallut beaucoup d’effort sur ma première année pour reprendre le niveau et suivre les cours, j’ai finalement obtenu du premier coup mon concours de pharmacie (c’était il y a 15ans maintenant). L’idée de sélection sur les notes m’aurait exclut complétement de cette voie.

  • La vie, hélas, est souvent en tout ou rien. la maison tient debout ou elle s’écroule. L’avion vole ou s’écrase. la fille que vous draguez devient votre copine ou pas. la justice vous déclare innocent ou coupable. la bataille est gagnée ou perdue. vous êtes vivant … ou mort.
    Dans l’instruction c’est pareil ; certaines choses peuvent se scorer (la vitesse de lecture par exemple ), d’autres sont nettement plus brutale (le devoir est fait ou pas) .
    Il faut donc qu’existe les deux systèmes d’évaluation, le graduel et le discret.

  • Cette idée de « scores » est prodigieusement intéressante mais j’ai dans l’idée qu’il en découle une révolution totale de notre système éducatif. Notez qu’au vu de ses résultats désastreux il n’est pas interdit de penser que ce ne soit pas un luxe. Puis-je compléter ? Oui, merci.
    Dans ce cas chaque centre de formation délivrant un diplôme professionnel (ce que le bac général n’est pas) pourrait demander à l’entrée un score (des scores, par matières) conforme à ses exigences pour suivre la formation avec profit. Et il délivrerait à la sortie un diplôme, ou pas. Diplôme qui n’a aucune raison d’être national soit dit en passant.
    En amont, c’est la révolution. Chaque élève travaille alors à obtenir le score (les scores) qu’il doit présenter pour apprendre le métier de son choix. Dit comme ça c’est limpide. Sauf que ce n’est pas du tout comme ça que ça se passe aujourd’hui, avec des classes de niveau qui avancent cahin caha au rythme des plus lents.
    Oh que je rêve de groupes d’élèves homogènes en route vers un objectif bien précis ! Stanilas, cher collègue, tu deviens ministre pour mettre tout ça en place ?

  • Ben ce système existe au Québec, c’est la cote R, de 0 à 50…

  • A+ A AC EVA NA NA- pourquoi pas? 0-20 pourquoi pas? 0-10 pourquoi pas? …. sinon comment savoir ce qu’on a retenu? ce qu’on manipule convenablement?
    Mais encore une fois il vaudrait mieux laisser les écoles décider par elles-mêmes sans ce dirigisme à la française si paralysant.

  • Comment feront les universités étrangères à qui des milliers d’étudiants français envoient chaque année leur dossier d’admission ? Elles devront compter manuellement les pastilles vertes ? Encore un truc qui va permettre la mobilité internationale… (ironie)

    • Surtout qu’en plus il faudra envoyer des photocopies couleur des bulletins pour bien faire la difference entre la pastille verte et la pastille fushia (Pour Tous oblige) ou la pastille verte-mais-orange-car-c’est-limite…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jérémie Bongiovanni.

Historiquement, l’État s’est peu à peu substitué aux communautés et à l’Église pour proposer l’éducation scolaire. Aujourd’hui, celle-ci est principalement organisée par les administrations publiques.

Les critiques à l’encontre du système éducatif actuel se concentrent sur des questions pédagogiques et le niveau général des élèves alors que la question de l’organisation du système en soi, de son financement et du rôle que l’État doit jouer dans la transmission des savoirs n’est pas abordée. Quid d’un cha... Poursuivre la lecture

Ce deuxième discours prononcé à la Sorbonne marque, cette fois, une grande humilité par rapport à la situation de la France. Le rêve enflammé d’Europe de 2017 fait place à un constat lucide.

https://www.youtube.com/watch?v=sNJv6zoBCzs

 

Un constat lucide

Il est courageux d’exprimer de telles critiques face à un parterre de recteurs d’Académie et de hauts fonctionnaires, en partie responsables du bilan des (cinq) dernières années.

Ce bilan est en effet très modeste : quelques centaines de milliers d’élèves conc... Poursuivre la lecture

Rite républicain auquel plus personne ne croit, le bac continue d’occuper les marronniers de début juillet. Le score de réussite frôle les 100%, sans que les vrais problèmes de l’éducation ne soit abordés.

Depuis la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer, le bac ne s’est jamais déroulé dans des conditions normales. Cette année encore, certaines épreuves intermédiaires ont été reportées. Le grand oral a pourtant eu lieu, durant lequel l’élève récite cinq minutes durant un texte qu’il a eu plusieurs mois pour préparer. Les scores de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles