Le meilleur du pire sur Twitter : grèves et intérêt général

soutien-Grève

Une déferlante de réactions affligeantes sur Twitter suite aux grèves. Politiciens, syndicalistes et journalistes « engagés » s’y sont donné à cœur joie.

Par Daniel Tourre

Dan__20juin_01Sud

Cette semaine, SUD Rail a tenté de lancer un hashtag #JeSoutiensLaGreveSNCF avec un succès mitigé. Ils ont tout de même reçu un soutien de poids : Jean-Luc.

Dan__20juin_02

L’intérêt général sonne bien. Le problème, c’est qu’il clignote aussi avec de gros flashs pour signaler des intérêts particuliers avançant masqués.

L’intérêt général, c’est souvent aussi n’importe quelle initiative pourvu qu’elle soit décidée par le haut, portée par l’État, sans laisser le choix à ceux qui la financent comme à ceux qui en bénéficient. Ce terme, aux contours flous, est trop lié à la doxa étatiste pour ne pas en porter les tares.

Dan__20juin_03_PG

C’est en tout cas une médaille qui est (auto)décernée avec enthousiasme par l’ensemble du spectre politique.

Dan_20juin_04_PSDan__20juin_05_EstrosiDan__20juin_06_Hortefeux

Les notions de bien commun et de biens communs sont plus anciennes que celle d’intérêt général et beaucoup moins marquées par l’étatisme. Cela n’empêche pas Edwy Plenel de Mediapart de les réduire elles aussi à un corporatisme étroit protégé par la coercition de l’État.

Dan__20juin_07_Plewnel

Dan__20juin_08_Plenel

Il y aurait sans doute un vrai combat à mener pour ne pas laisser la notion de bien commun aux mains des étatistes et leur imagination limitée à une approche coercitive, étatiste et collectiviste. Sans être libéral, le terme de bien commun n’est pas pour autant étatiste et pourrait couvrir beaucoup de causes portées par la société civile.

Dans une société libre, nul n’empêche des individus ou des associations d’individus de se préoccuper des autres ou d’objectifs dépassant leurs intérêts particuliers. Simplement, les individus respectant scrupuleusement la liberté et la propriété des autres, soucieux d’un bien commun – quelle que soit sa définition – s’interdisent d’agir autrement que par des sacrifices individuellement consentis et les adhésions volontaires.

Dan__20juin_09_Cuvillier

Après l’ultralibéralisme, le néolibéralisme, le libéralisme sauvage, le libéralisme anglo-saxon, le secrétaire d’État chargé des transports nous apprend l’existence d’un nouveau libéralisme, le libéralisme débridé. Même si débridé est de trop, cette réforme du rail peut effectivement difficilement être qualifiée de libérale.

Dan__20juin_10_Montebourg

En matière d’intérêts particuliers, une chose est sûre, Montebourg ne défend pas celui de millions de Français qui utilisent un téléphone portable ou une box internet. Il veut limiter leurs choix possibles et augmenter autant que possible la facture.

Dan__20juin_11_Montebourg

Montebourg, l’OSS117 de l’économie à la fois parfaitement incompétent et totalement arrogant continue donc sa trajectoire hallucinée et hallucinante dans le monde de l’entreprise. S’inspirant du mauvais exemple de Colbert, le ministre Montebourg est partout. C’est normal, c’est ça le rôle d’un ministre : donner des ordres et exiger des comptes à tout le monde. Dans mon monde libéral, ce serait au ministre de rendre des comptes aux citoyens, avec Montebourg, c’est l’inverse.

On a mis dans les mains d’un gamin de 50 ans un pistolet réglementaire et fiscal. Comme un cowboy ivre dans un saloon, il tire dans tous les sens. C’est tellement amusant de voir ces consommateurs, ces industriels, ces investisseurs ramper, courir, danser pour éviter les balles. Le problème va au-delà du gamin, il est dans la possibilité institutionnelle qu’un tel pistolet existe et qu’il soit aussi facile d’accès.

Dan__20juin_12_Duflot

Après OSS117, voici l’agent Scully Duflot des EELV-Files. Elle sait que l’offensive contre ALUR, son usine à gaz liberticide n’a en rien contribué au désastre en cours sur le marché immobilier. Et comme fixer des prix à la baisse ne peut faire que des heureux, personne de sain d’esprit ne peut dire du mal gratuitement de ses lois. Les grincheux sont donc forcément payés.

La vérité est ailleurs. Les logements et les investisseurs aussi.

Dan__20juin_13_CGT

Prise en otage par le libéralisme, la CGT ne défend pas seulement les transports, le service public, elle sauve aussi les futurs emplois de jeunes (un petit peu comme les intermittents protègent la culture ou comme les dockers CGT protègent le port de Marseille).

Si avec de tels encouragements, le taux de réussite au bac n’est pas de 98%, c’est à désespérer des grèves de trains.